Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

Avant propos

Pierre Guichard et Denis Menjot

Texte intégral

1L’UMR 5648 (Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) rassemble des chercheurs et des enseignants-chercheurs qui travaillent sur tout le bassin méditerranéen et s’intéressent à l’Occident chrétien, au monde musulman oriental et occidental et au domaine byzantin, des historiens des textes, de l’art et des traces matérielles.

2Lorsque le programme choisi au printemps 2000 pour les concours de l’enseignement secondaire en histoire (Les relations des pays d’Islam avec le monde latin : milieu Xe - milieu XIIIe siècle) a été connu, des membres de la formation ont décidé de mettre à profit leurs spécificités pour offrir aux candidats un choix de documents concernant l’ensemble du domaine méditerranéen dans les siècles centraux du Moyen Age.

3Le résultat de ce projet est ce recueil de soixante-dix-huit documents. S’y trouvent juxtaposés des textes déjà publiés, mais dans des travaux difficiles d’accès, des références à des monuments connus mais présentés parfois sous un angle nouveau, et des extraits de sources traduites pour la première fois en français du latin, de l’arabe et des langues vernaculaires occidentales. Le soin a été volontairement laissé à ceux qui ont proposé ces documents de les publier isolément ou de les regrouper en dossiers sur des thèmes précis, de les présenter sommairement ou de les faire précéder d’un commentaire plus étoffé. On s’est efforcé de reprendre le moins possible des textes déjà présentés en français dans les collections de documents existantes. Ainsi n’avons nous reproduit que peu de textes extraits des sources arabes figurant déjà dans le recueil de Gabrieli (Chroniques arabes des croisades, Paris, 1977).

4Ce volume ne couvre pas tout le programme et rien que le programme mais reflète la diversité et la richesse de cet espace méditerranéen et la multiplicité des intérêts des chercheurs et des enseignants-chercheurs de l’UMR 5648. Les documents sont inégalement répartis dans le temps et dans l’espace, mais ils ne négligent aucune aire géographique et couvrent toute la période considérée. Ils font la part belle aux relations militaires, abondamment représentées dans les sources, mais abordent tous les autres types de rapports. Les textes l’emportent évidemment très largement mais les autres types de documents n’ont pas été oubliés : monnaies, objets, peintures, édifices... Nous avons choisi une présentation chronologique afin de ne pas accroître le formalisme inhérent à la constitution d’une collection de textes pour les besoins d’un concours mais nous l’avons accompagnée d’une table thématique.

5Le calendrier imparti ne nous a pas permis de « peaufiner » les traductions dont certaines ne sont sans doute pas pleinement satisfaisantes. Il ne nous a pas été non plus possible d’accompagner les textes de leur version dans la langue originelle. Le nombre des auteurs et leur dispersion, la diversité des documents, expliquent une présentation qui aurait sans doute gagné à être mieux harmonisée. Pour la transcription de l’arabe, nous avons adopté en principe celle de l’Encyclopédie de l’Islam, allégée des soulignements et points diacritiques et en utilisant le q à la place du k pointé.

6Les bibliographies qui accompagnent chaque document sont classées par ordre alphabétique des auteurs. Elles ne peuvent être considérées comme exhaustives. Pour certains textes relatifs à l’Orient musulman en particulier, pour lesquels nous n’avons pas fourni de bibliographie, on se reportera aux ouvrages fondamentaux sur les croisades, en particulier S. Runciman, A History of the Crusades, Cambridge, 3 vol., 1951-1954, souvent très précieux pour l’établissement de la trame événementielle, et bien sûr le monumental K. M. Setton (dir.), A History of the Crusades, Madison-Milwaukee, 6 vol., 1969-1989, qui est, comme le dit Jean Richard dans la bibliographie de sa récente et utile Histoire des Croisades, Paris, 1996, « le point de départ de toute nouvelle recherche » sur le grand affrontement des XIIe -XIIIe siècles entre le monde latin et l’Islam d’Orient. Du côté musulman, on consultera principalement, outre l’Encyclopédie de l’Islam et plus commodément et brièvement, le Dictionnaire encyclopédique de l’Islam de J. et D. Sourdel, la remarquable série des thèses françaises sur la Syrie, reflet des circonstances historiques qui ont lié ce pays au nôtre : Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, 1940 ; N. Elisséeff, Nûr al-Dîn, un grand prince musulman de Syrie au temps des croisades, Damas, 3 vol., 1967 ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide, Damas, 2 vol. 1986-1989 ; J.-M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Seldjoukides et les Bourides, Le Caire, 1994 ; M. Yared-Riachi, La politique extérieure de la principauté de Damas (468-549/1076-1154), Damas, 1997 ; A.-M. Eddé, La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183 - 658/1260), Stuttgart, 1999. On y ajoutera surtout le récent C. Hillenbrand, The Crusades : Islamic Perspectives, Edimbourg, 1999, et l’ouvrage de la « Nouvelle Clio » dirigé par J.-Cl. Garcin, Etats, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Paris, 3 vol., 1995-2000.

7Malgré ses imperfections et ses lacunes, dont nous sommes parfaitement conscients, la constitution de cet ouvrage a en lui-même une signification. Il voudrait manifester que l’histoire est un tout, et que pour son élaboration on peut « relire » les textes et les monuments déjà publiés aussi bien que les découvrir. De l’ensemble de ce qui est proposé, résulte, semble-t-il, une image assez originale du monde méditerranéen médiéval, dans sa richesse et sa diversité. Nous souhaiterions qu’elle soit utile aux étudiants et aux enseignants qui préparent les concours et à tous ceux qui s’intéressent à la Méditerranée et au Moyen Age, et nous aimerions qu’elle suscite de nouvelles vocations de chercheurs.

8Cet ouvrage est le fruit de la collaboration, à des titres divers, d’une vingtaine de membres de la formation et de deux collaborateurs extérieurs, dont les noms figurent dans la table des documents. Nous tenons à remercier spécialement Matthieu Tillier et Christine Mazzol-Guintard qui se sont chargés d’harmoniser les transcriptions de l’arabe et Dominique Augerd qui a assuré la mise en page des textes et de l’illustration.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540