Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Démonstratifs et pratique des textes littéraires

Georges Kleiber

Texte intégral

Introduction : les démonstratifs « littéraires »

1Les démonstratifs sont sans doute une des catégories d'expressions linguistiques les plus propices à de fécondes retrouvailles entre linguistique et littérature. En témoigne le récent numéro de Langue française dirigé par Marie-Noëlle Gary-Prieur et Martine Léonard intitulé Les Démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires (1998), dont les articles, venant d'horizons et de tempéraments différents, montrent que l'interaction du littéraire et du linguistique est particulièrement vivante à propos des démonstratifs et qu'elle se révèle bénéfique pour les deux disciplines : l'analyse des démonstratifs des textes littéraires suscite des correctifs, offre des données inédites et ouvre des perspectives nouvelles aux modèles linguistiques du démonstratif et, inversement, la réflexion linguistique sur les démonstratifs a des répercussions positives sur la manière de concevoir et d'appréhender en théorie et en pratique le fait littéraire.

  • 1 C'est l'un des principaux résultats de notre analyse (Kleiber, 1998) de la première description dém (...)
  • 2 Cette idée constitue, depuis plus de vingt ans, le fil rouge de mes travaux sur la référence et les (...)
  • 3 Voir également la première partie (Les Pronoms indexicaux) et la quatrième partie (Autour des démon (...)

2Le « retour » linguistique se manifeste sous plusieurs formes et en plusieurs endroits. En premier lieu, par la mise en relief de types d'emploi nouveaux de démonstratifs1. C'est le gain le plus immédiat. La prise en compte des textes littéraires fait en effet apparaître des emplois de démonstratifs particuliers, aussi bien situationnels que textuels, non encore relevés dans la littérature sur les démonstratifs et dont la description ne peut que faire progresser la connaissance du mécanisme et du fonctionnement des démonstratifs. En deuxième lieu, se trouve confirmée de façon parfois spectaculaire qu'en matière d'expression référentielle l'identité du référent n'est pas la chose la plus importante : la manière de le donner, de le construire, de le présenter, de l'appréhender est décisive dans le choix du marqueur référentiel et tout spécialement dans celui d'un démonstratif2. Corollairement, le troisième retour se situe dans une identification des différents effets et donc dans une meilleure appréciation du rôle discursif des démonstratifs : rupture, contraste, polyphonie, discours indirect libre, reclassification, subjectivité, relation avec le destinataire et fonction conative, apport de nouveau, etc. Bref, autant d'effets qui prouvent que les démonstratifs ont un rôle qui dépasse leur classique rôle de montreurs et qui confirment qu'ils constituent bien « un champ privilégié pour une collaboration entre linguistes et spécialistes de la littérature » (Gary-Prieur & Léonard, 1998, 20)3.

3Qui trop embrasse, cependant, mal étreint, on le sait. Et cette diversité des effets discursifs des démonstratifs a son revers : une difficulté à maîtriser cette richesse. Cela se manifeste, premièrement, dans l'apparition d'effets contradictoires qui ne sont pas toujours résolus : on parle de continuité et de rupture, d'ancien et de nouveau, de classification et de reprise fidèle, d'expression de la subjectivité du locuteur et de mise à contribution du destinataire, etc., sans toujours se donner la peine d'expliquer comment une même unité linguistique peut présenter des effets contradictoires.

  • 4 Voir ici la position de Bres (1999) vis-à-vis de l'imparfait : son but est aussi de montrer qu’il n (...)

4Une deuxième difficulté surgit lorsqu'il s'agit de trouver une origine commune à ces effets différents, étant donné que la plupart des commentateurs n'adoptent guère une vue polysémique du démonstratif. Or, là les tentatives d'explication causale sont rares. On comprend pourquoi : il n'est pas facile de trouver un lien explicatif susceptible de servir de cause basique à tous les effets relevés. Ce n'est pas tout que de dire que le démonstratif, l'adjectif démonstratif en particulier, est un indice stylistique qui marque, par exemple, le style indirect libre ou l'empathie du locuteur. Il faut encore expliquer comment s'établit ou émerge un tel effet interprétatif. Et cette explication unificatrice, qui seule permettra de dire qu'il n'y a qu'un adjectif démonstratif ou que l'adjectif démonstratif reste le même4, doit être telle qu'elle puisse également rendre compte, de façon naturelle et non contre-intuitive des emplois standard de cette forme, comme par exemple l'emploi gestuel ou les emplois anaphoriques domestiqués par les principaux modèles du démonstratif. Il ne s'agit pas seulement d'expliquer, par exemple, la polyphonie du démonstratif, mais de rendre cette explication compatible avec celle que l'on produit pour rendre compte de l'adjectif démonstratif d'un emploi avec geste concomitant comme celui de :

Ramasse ce caillou !

5La chose n'est pas aussi facile qu'on peut le croire. La plupart des analystes des démonstratifs « littéraires » ne s'y risquent d'ailleurs pas. Or, si l'on veut un « retour » bénéfique et durable sur ce que l'on peut appeler par commodité autorégulatoire la linguistique du démonstratif, on ne peut en faire totalement l'impasse. Si, dans un premier stade, il est en effet possible de s'en dispenser, il faut bien qu'à un moment donné ou à un autre la jonction soit réalisée et que l'on ait une vue d'ensemble consistante du démonstratif.

6Reliée directement au point précédent, une troisième difficulté émerge de la pratique théorisante des démonstratifs littéraires : que devient dans l'affaire le statut déictique de nos marqueurs démonstratifs ? L'explication unificatrice souhaitée doit intégrer ou ne pas intégrer, mais doit au moins tenir une position nette et cohérente sur ce point, la dimension déictique ou indexicale du démonstratif. À lire de près les analyses des démonstratifs « littéraires », les marginaux ou insolites (Gary-Prieur & Noailly, 1996) comme les « sans histoires », on s'aperçoit que la découverte de nouveaux effets, de nouveaux rôles, d'interprétations littérairement décalées ou constructivement multivoques ou encore d'emplois inattendus conduit à une situation de brouillage, où la notion d'indexicalité ou de déictique se trouve estompée, sans statut clair, n'étant évoquée que si les circonstances l'exigent, mais passant à la trappe lorsqu'elles s'y opposent. C'est sans doute là le principal défaut des analyses récentes des démonstratifs entreprises dans la perspective de leur fonctionnement dans des textes littéraires : à la sortie, on ne sait plus trop où on en est avec les démonstratifs. L'ébranlement, tout à fait positif, de certitudes rigides acquises sur des exemples fabriqués et colportés d'article en article par les théoriciens-modélisateurs des démonstratifs, se fait suivre du sentiment plutôt désagréable que, finalement, tout est démonstrativement possible. Aller jusque-là signifie perdre tout le bénéfice que l'on peut retirer du secouement de cocotier que constituent ces analyses de démonstratifs littéraires.

  • 5 Il est significatif de constater que, malgré la surabondante littérature temporelle, il en va encor (...)

7Dernière difficulté enfin, que nous avons déjà soulignée dans Kleiber (1998), l'identification des différents types d'emploi, surtout du côté des démonstratifs insolites ou énigmatiques, reste bien souvent trop rapide5. Elle a tendance à se limiter à la prise en compte des seuls effets produits par les démonstratifs : il faut des analyses et descriptions beaucoup plus poussées que celles qui sont généralement effectuées pour véritablement cerner le type d'emploi réalisé et pour éviter de céder trop vite à la tentation de la solution, certes, commode, mais pas toujours justifiée, du flou littéraire, de la grammaire de l'oblique, chère à Barthes, qui permet à coup sûr des développements stylistiques attrayants et de haute voltige, mais sans filet.

  • 6 Ce n'est pas une galère !
  • 7 Passage situé dans le deuxième paragraphe du premier chapitre intitulé Les Pierres sonnantes.

8On pourrait penser que nous faisons ici la leçon à ceux qui se sont lancés dans cette aventure que représente l'analyse des démonstratifs littéraires. Il n'en est rien. Nous sommes embarqué dans le même bateau6 et, pour avoir participé à l'entreprise dirigée par Gary-Prieur et Léonard (1998), nous savons que nous avons rencontré et que nous rencontrons encore les mêmes difficultés que celles énumérées ci-dessus. L'analyse d'un autre démonstratif d'un passage7 des Météores de Tournier (voir infra) en fournira la preuve. Elle n'est nullement destinée à apporter une solution « magistrale », mais a pour visée première d'illustrer les difficultés que constitue l'analyse de démonstratifs apparemment bien sages, de souligner ainsi le niveau où elles apparaissent, d'identifier le type d'emploi réalisé, de décrire la complexité du fonctionnement démonstratif, d'essayer de faire le départ entre ce qui est cause et ce qui est effet dans l'interprétation construite et de faire enfin quelques propositions en vue d'une explication unitaire. Avec, au bout, du moins nous l'espérons, des éléments positifs pour construire une passerelle plus stable, moins flottante, entre linguistique et littérature.

L'exemple choisi

9Le passage littéraire qui nous servira de terrain d'exercice comporte une occurrence d'un pronom démonstratif peu analysé, de forme ce + numéral cardinal + -là. Son choix s'explique par le décalage entre son apparente tranquillité et sa difficulté d'explication. A priori il n'a rien de vraiment particulier et est loin des démonstratifs insolites qui retiennent généralement l'attention par leur côté énigmatique. Mais dès qu'on essaie d'expliciter son fonctionnement son image de démonstratif d'Épinal se brouille sensiblement. Et les difficultés commencent.

10Voici la « bête » en question dans la cage de son contexte :

[...] et Maria Barbara retrouvait à travers les brumes salées des marées de septembre l'odeur âcre des fanes brûlant dans tout l'arrière-pays. Elle jeta un châle sur les deux jumeaux noués l'un à l'autre dans le même hamac.
Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour
ces deux-là, si chétifs, si peu mûrs. D'ailleurs cette immaturité, cet attardement de ses deux derniers apaise et rassure Maria Barbara. Elle les a allaités plus longtemps qu'aucun de ses autres enfants.

11Si le SN démonstratif, ces deux-là dans ce passage des Météores de Michel Tournier, apparaît comme étant un démonstratif bien sage, c'est parce que son appariement référentiel s'opère sans difficulté, puisqu'il renvoie aux deux jumeaux sur lesquels Maria Barbara jette un châle. Du point de vue de la résolution référentielle, il ne constitue donc guère un démonstratif énigmatique ou insolite, puisque le lecteur a accès au référent visé. Pour ce qui est de ses autres aspects, il apparaît tout aussi domestiqué, dans la mesure, où, à sa lecture, on n'éprouve aucun sentiment d'écart, de coup de force ou encore de glissement ou décalage référentiel qui sont habituellement l'apanage des démonstratifs susceptibles de retenir l'attention et de déclencher les explications et commentaires des spécialistes des démonstratifs littéraires. Il paraît être employé comme il doit être employé. Reste que dès que Ton essaie d'expliquer comment il est employé, les difficultés surgissent et le prurit du démonstratif commence sérieusement à gagner l'analyste, même patenté, lorsqu'il s'aperçoit des problèmes qu'il lui faut résoudre.

12Comme nous l'avons souligné, ce qui fait que l'occurrence de ces deux-là n'attire guère l'attention, c'est l'univocité de son interprétation référentielle qui établit une coréférence avec le SN les deux jumeaux précédemment introduit dans le texte. La tentation est alors grande de considérer que le démonstratif ces deux-là est en emploi anaphorique de coréférence avec cette mention antérieure les deux jumeaux. Ipso facto, le tour paraît joué, puisque l'emploi anaphorique de coréférence est un des emplois standard reconnus des démonstratifs. Il suffit encore d'ajouter que cette capacité anaphorique des démonstratifs est la conséquence de leur caractère déictique ou indexical : ce caractère leur permet en effet aussi bien de saisir un objet présent dans la situation d'énonciation immédiate que de renvoyer à une entité présente par mention antérieure dans le contexte proche de leur apparition.

13Une telle explication reste, d'une part, lacunaire, et se révèle, d'autre part, partiellement trompeuse. Lacunaire, parce qu'elle ne rend pas justice au type de démonstratif choisi, et trompeuse, parce qu'il n'est pas du tout acquis qu'il s'agit d'une anaphore coréférentielle entre ces deux-là et les deux jumeaux, même si – on ne saurait le nier – l'objet visé par le marqueur démonstratif est bien l'ensemble des deux jumeaux.

14Le caractère lacunaire apparaît immédiatement si l'on fait intervenir les autres types de démonstratifs. Comme ils connaissent également, à cause de leur dénominateur commun déictique, la dimension anaphorique coréférentielle et sont donc des candidats potentiels à effectuer le pontage les deux jumeauxSN démonstratif, il convient d'expliquer les raisons du choix de la forme démonstrative employée. Qu'apporte en effet de particulier l'emploi de ces deux-là ? La réponse à cette question suppose une escapade au sein du territoire des démonstratifs en général et du secteur des démonstratifs composés en -ci/-là en particulier. Elle devra être donnée conjointement avec celle qu'exige l'interrogation que nous avons formulée sur le caractère trompeur de l'anaphore réalisée.

Anaphores et discours hétérogènes

15Pourquoi remettre en cause la conclusion, apparemment solide, qu'il y a anaphore entre ces deux-là et les deux jumeaux ? La raison en est que les deux SN appartiennent à des discours différents. Le SN supposé être l'antécédent fait partie du discours narratif « normal » :

A – [...] et Maria Barbara retrouvait à travers les brumes salées des marées de septembre l'odeur âcre des fanes brûlant dans tout l’arrière-pays. Elle jeta un châle sur les deux jumeaux noués l'un à l'autre dans le même hamac.

16alors que le SN démonstratif est une occurrence d'un discours indirect libre (DIL), qui présente les pensées de Maria Barbara :

B – Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c’est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour ces deux-là, si chétifs, si peu mûrs.

17La différence entre les deux types de discours, on le sait, est souvent difficile à faire, mais l'exemple analysé ici est assez clair pour que l'on puisse attribuer sans trop de risque de se tromper la responsabilité de B à Maria Barbara et celle de A au narrateur, la différence de voix étant soulignée iconiquement par le passage d'un paragraphe à un autre : en passant de A à B, c'est-à-dire de la « voix » du narrateur à celle de Maria Barbara, on change aussi de paragraphe. Si on admet cette répartition discursive, la question du pontage anaphorique entre deux jumeaux et ces deux-là se pose tout à fait différemment. Est-il encore possible de soutenir qu'une expression qui appartient au DIL renvoie anaphoriquement à une expression qui appartient à un discours différent, celui de la narration ?

18Il faut répondre par la négative. Voici pourquoi. Ce n'est pas parce que le lecteur identifie le référent par une expression d'un discours différent de celui dont fait partie l'expression référentielle à résoudre qu'il y a anaphore entre ces deux expressions. Si cela suffisait, il faudrait conclure à l'anaphore pour des SN référentiels au discours direct, dont le référent est fourni au lecteur par un SN du discours non rapporté. Ainsi, dans cet exemple de Sabatier, cité par Veland (1996, 252-253), qui a fort bien entrevu le problème, les démonstratifs celui-là et celle-là seraient des expressions anaphoriques respectivement coréférentielles des noms propres Olivier et Blanche antécédents :

Dans la cour, on entendait un peintre qui chantait. [...]
Olivier rangea ses chaussures et dit :
« Y chante faux et c'est bête !
Oh, celui-là pour qui il se prend ? lui dit Marguerite. Tiens tu essuieras les tasses. »
Olivier se retint de jeter une insolence. Il répéta :
« Les tasses, bien sûr, bien sûr...
Ne répète pas ça ! » cria Blanche en tapant sur le carrelage. Pour se venger, Olivier reprit une phrase de Marceau :
« 
Celle-là, quand elle bouffe pas, elle râle. C'est une hystérique ! » et il se mit à rire pour lui tout seul.
(Robert Sabatier, Trois sucettes à la menthe, 148)

19Or, même si effectivement le lecteur interprète la référence de ces deux démonstratifs grâce à aux mentions hors discours direct des noms propres des personnages, ce n'est pas pour autant que dans le discours direct où elles figurent elles sont en emploi anaphorique coréférentiel avec ces noms propres. Le problème de savoir quel est leur réel emploi est une autre question que le lecteur ne peut pas toujours résoudre. Dans l'exemple suivant de Simenon, cité par Veland (1996, 256) :

Janvier questionna en désignant la concierge qui s'était levée :
— Et
celle-là ? (Georges Simenon, L'Ami d'enfance de Maigret, 187)

20la mention du geste pointeur (en désignant) indique clairement qu'il s'agit d'un emploi ostensif du démonstratif et non d'un emploi anaphorique renvoyant au SN la concierge, même si le lecteur n'accède au référent sur lequel pointe Janvier que par le co-texte narratif. Il est ainsi faux, comme le souligne Veland (1996, 85), d'analyser, ainsi que le fait Kerbrat-Orecchioni (1980, 44), le démonstratif ce matelot de la réplique de théâtre suivante :

Dites (il montre Diégo), ce matelot arrive de Santos. Si on l'interrogeait ?

  • 8 Veland (1996) choisit de conserver l'étiquette d'anaphore, même pour rendre compte de la relation d (...)

21comme étant un déictique anaphorique si la pièce est lue et un déictique situationnel si elle est vue. Une telle analyse confond l'identification du lecteur avec le fonctionnement réel du marqueur référentiel. Il convient donc – et c'est la première leçon que l'on peut retenir aussi bien sur le plan linguistique que sur le plan littéraire – de veiller à l'homogénéité énonciative avant de décréter que telle expression référentielle est en relation anaphorique avec l'entité de telle ou telle mention antérieure. La chose mérite d'être soulignée, car la plupart du temps les linguistes qui s'occupent des désignateurs dans les textes littéraires ne tiennent pas compte, s'il y a lieu, de la différence de voix ou de plan énonciatif et ont ainsi tendance à assimiler de manière hétérogène8 l'identification pour le lecteur réalisée sur un plan énonciatif et le fonctionnement référentiel de l'expression sur un autre plan énonciatif.

22On comprend toutefois facilement les raisons de telles assimilations fautives : elles reposent sur la définition classique de l'expression anaphorique, comme une expression qui exige pour son interprétation le recours au contexte linguistique. Or, une telle définition, sans être fausse totalement, s'avère beaucoup trop puissante, puisqu'elle aboutit à consacrer comme expressions anaphoriques les démonstratifs des exemples que nous venons de mentionner, ainsi que le pronom personnel de la première personne de la séquence suivante, puisque c'est par l'énonciation du nom propre Pierre que l'on accède à l'identité de je :

Pierre déclara : « Je ne suis pas une anaphore ! »

23Nous avons déjà eu l'occasion à plusieurs reprises de dénoncer ce qu'une telle définition passe-partout de l'anaphore avait d'inapproprié (Kleiber, 1991 a, 1992 et 1994) : elle oublie que la seule localisation ne peut être la garante d'un fonctionnement réellement anaphorique.

24On soulignera qu'il en va de même pour les deux pronoms ils, qui figurent avant notre démonstratif :

Elle jeta un châle sur les deux jumeaux noués l'un à l'autre dans le même hamac.
Quel âge ont-
ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour ces deux-là, si chétifs, si peu mûrs.

25Pour le lecteur, l'identité des ils est certes donnée par le SN défini les deux jumeaux, mais le lecteur comprend aussi que le fonctionnement de ces deux ils s'explique par le fait qu'il s'agit des pensées de Maria Barbara rapportées au DIL et non par une continuité narrative anaphorique avec les deux jumeaux.

26Notre mise au point exige donc que l'on explique le fonctionnement du SN démonstratif ces deux-là autrement que sur la base de l'identité fournie au lecteur par le SN défini les deux jumeaux. Il doit s'expliquer à l'intérieur même du discours indirect libre de Maria Barbara. Mais quel est alors ce fonctionnement ?

Un emploi d'anaphorique nominal

  • 9 Nous n'aborderons pas ici le problème de la présence du numéral cardinal : la chose mériterait pour (...)

27Disons-le d'emblée, ce n'est pas parce que nous dénions à l'occurrence de ces deux-là le statut d'anaphorique relié à deux jumeaux que cela signifie que ce n'est pas une expression anaphorique. Idem pour les deux ils. Pour y voir plus clair, il est nécessaire de prendre en compte les propriétés intrinsèques de ces marqueurs référentiels. Qu'en est-il de ces deux-là ? Le fait qu'il s'agisse d'un SN démonstratif sans tête lexicale nominale, ce que Corblin (1990) appelle déterminant sans nom (DSN), et d'une forme démonstrative composée en -là conduit à ranger ce SN du côté des pronoms démonstratifs celui-ci/-là. Se posent alors au moins trois types de problèmes9 pour notre occurrence de ces deux-là :

    • 10 Nous laissons de côté le volet syntaxique de l'affaire, qui n'a pas d'influence directe sur notre a (...)

    s'agit-il d'un emploi à double fonctionnement référentiel ou d'un emploi monolithique10 ?

  1. pourquoi a-t-on la forme en -là et non celle en -ci ?

  2. quel est le rôle du démonstratif ici ?

28A l'encontre de Corblin (1990), nous avons montré dans Kleiber (1991b et 1994) que les pronoms démonstratifs celui-ci/-là connaissaient en fait deux types d'emploi. Des emplois comme amphoriques nominaux ceux mis en relief par Corblin – mais aussi des emplois de fonctionnement global, synthétique. La particularité des premiers est de mettre en jeu un double fonctionnement référentiel. D'une part, un mécanisme de récupération du N manquant, qui contrôle linguistiquement le genre du pronom et, d'autre part, un appariement référentiel avec l'entité visée par le SN démonstratif. Des exemples comme :

C'est son costume à carreau qui me frappe. J'ai vu un costume comme celui-là il y a une semaine ou deux, mais je ne pourrai pas dire où.
(Georges Simenon, La Folle de Maigret, 99)
Allez, viens, dit-il à Paul, on va aller voir ce lot d'ardennais ; de loin ils ont bonne allure, mais faut vérifier de près. Rappelle-toi, on ne vérifie jamais assez. Allez, dis-moi ce que tu penses de celui-ci, par exemple. Si tu me réponds bien, je te laisse mener le marché et t'auras la pièce.
(Claude Michelet, Les Palombes ne passeront plus, 166)

  • 11 Plus ou moins bien, puisqu'il ne faudrait pas assimiler les deux !

29que nous avons empruntés à Veland (1996), illustrent parfaitement ce double mécanisme des démonstratifs anaphoriques nominaux. Aussi bien celui-là que celui-ci mettent en jeu deux opérations distinctes pour leur interprétation : une opération de récupération d'un N – costume dans le premier cas et ardennais dans le second – fourni par le contexte antérieur (un costume comme... et ce lot d'ardennais) et une opération d'identification du référent visé, réussie, dans le premier cas, par voie anaphorique avec le référent d'une mention antérieure (son costume à carreau), et, dans le second, par voie déictique (perception/ostension ?). Deux tests permettent, plus ou moins bien11, de souligner ce double fonctionnement : la dépronominalisation et la dislocation droite en de N :

C'est son costume à carreau qui me frappe. J'ai vu un costume comme ce costume-là...
C'est son costume à carreau qui me frappe. J'ai vu un costume comme celui-là, de costume...
[...] on va aller voir ce lot d'ardennais ; de loin ils ont bonne allure, mais faut vérifier de près. Rappelle-toi, on ne vérifie jamais assez. Allez, dis-moi ce que tu penses de cet ardennais-ci...
[...] on va aller voir ce lot d'ardennais ; de loin ils ont bonne allure, mais faut vérifier de près. Rappelle-toi, on ne vérifie jamais assez. Allez, dis-moi ce que tu penses de celui-ci, d'ardennais...

  • 12 C'est un élément essentiel de la sémantique de celui-ci/-là (voir Kleiber, 1991b et 1994) & Veland (...)

30L'emploi monolithique des démonstratifs celui-ci/-là, en forte liaison avec le caractère humain des entités impliquées12 se caractérise par une seule opération référentielle. Il n'y a pas de N à récupérer et, conséquemment, il n'y a pas d'anaphore nominale comme précédemment, ainsi que le montrent les deux exemples suivants, auxquels il est difficile d'appliquer les deux tests révélateurs de l'anaphore nominale (Kleiber, 1991b et 1994) :

— Elle te plaît ma famille ?
— Beaucoup. Surtout ta mère, vous vous ressemblez, elle et toi
Et Elisa ?
— Ah celle-là, c'est quelqu'un
(Christine de Rivoyre, Boy, 255, cité par Veland, 1996)
L'ouvrière redit naïvement son mensonge à Melle Vatnaz ; celle-ci en
vint à parler au brave commis.
(Flaubert, cité par Pierrard, 1990)

  • 13 Intervient à ce niveau l'opposition oral (ou discours direct)/écrit. Veland (1996) a montré que cel (...)

31Avant de voir quel est l'emploi réalisé par ces deux-là dans le passage analysé, il nous faut d'abord vérifier si un démonstratif de la forme ces + numéral cardinal +-là possède cette capacité à fonctionner de deux manières différentes. Et, du coup, il faut encore, au préalable, vérifier si face à ces + numéral cardinal +-là il existe bien la forme correspondante avec-ci. Ce dernier point se trouve vérifié : même si les occurrences avec -ci sont moins nombreuses13, elles sont attestées. Sandfeld (1970, 224), ainsi que le rappelle De Mulder (1998), cite l'exemple suivant :

(Monsieur désigne les gâteaux) Ces deux-ci, ces deux-là et puis trois de ceux-ci. (Henri Lavedan, Les Beaux Dimanches)

  • 14 Résultat qui est à retenir dans le cadre plus général de l'opposition -cil-là.

32Le premier point se trouve également vérifié, mais pas totalement pour ces + numéral cardinal +-ci. Si on modifie les exemples employés ci-dessus pour illustrer la polyvalence de celui-ci/-là, on s'aperçoit en effet que l'on n'a pas d'équivalent de fonctionnement monobloc anaphorique pour ces deux-ci14. Les autres situations sont vérifiées :

33— fonctionnement comme anaphorique nominal pour les deux formes :

Ces deux costumes à carreau me frappent. J'ai vu des costumes comme ces deux-là il y a une semaine ou deux, mais je ne pourrai pas dire où Allez, viens, dit-il à Paul, on va aller voir ce lot d’ardennais ; de loin ils ont bonne allure, mais faut vérifier de près. Rappelle-toi, on ne vérifie jamais assez. Allez, dis-moi ce que tu penses de ces deux-ci, par exemple.

34— fonctionnement monoopérationnel de référence anaphorique pour ces deux-là, mais non pour ces deux-ci, comme nous venons de le signaler :

Elle te plaît ma famille ?

Beaucoup. Surtout ta mère, vous vous ressemblez, elle et toi

Et Elisa et Berthe ?

Ah ces deux-là, il faut se les farcir !

*L'écolière redit naïvement son mensonge aux deux institutrices ; ces deux-ci en vinrent à parler au brave directeur.

35Si l'on examine sous l'angle de l'opposition emploi monobloc/emploi à double source notre occurrence de ces deux-là, on constate qu'elle fonctionne selon le modèle de la double source, c'est-à-dire celui de l'anaphore nominale, et non du modèle monobloc. La source nominale est fournie par le N enfants rendu saillant par la réflexion générale sur l'âge des enfants (cf. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants ?) et l'entité visée par le SN démonstratif renvoie aux deux jumeaux de Maria Barbara. La source réelle, rappelons-le n'est pas celle que le narrateur fournit au lecteur (la mention hors du DIL de deux jumeaux). Elle est interne au DIL et est également celle qui est à l'origine des deux pronoms ils. Comme nous l'avons déjà souligné, il n'est guère besoin de la connaître avec certitude : on peut, si l'on veut, s'imaginer qu'il s'agit du regard que porte Maria Barbara sur ses deux jumeaux, mais ce n'est absolument pas sûr. Par contre, ce qui est sûr et décisif pour l'interprétation, c'est qu'il ne s'agit pas d'un référent nouveau qui est introduit : il ne s'agit pas d'un démonstratif qui, à l'aide d'un geste concomitant par exemple, introduit dans le focus d'attention un nouveau référent. Il ne peut en être autrement puisqu'il s'agit de DIL et que l'entité dénotée par Ces deux-là, à savoir ses deux enfants, est bien présente à l'esprit de Maria Barbara. On pourrait aussi le justifier par la présence antérieure d'ils renvoyant déjà au même référent. L'important est que l'on a donc affaire à une double opération anaphorique, si l'on se place dans une conception mémorielle de l'anaphore (Kleiber, 1992 et 1994) : anaphorique pour la récupération du nom enfant et anaphorique aussi pour la référence de l'entité visée par le SN démonstratif, puisque celle-ci est déjà connue. Cette disjonction de sources se présente dans la configuration suivante, sur laquelle nous reviendrons ci-dessous : on a d'abord, comme le prouvent les ils antérieurs, la source référentielle de l'expression démonstrative, puis l'antécédent nominal enfants et enfin l'expression démonstrative. En somme, l'antécédent nominal enfants est placé entre l'antécédent-référent visé et l'expression démonstrative : référent visé (les deux jumeaux de Maria Barbara) > antécédent nominal (enfants) > SN démonstratif (ces deux-là).

36La justification de l'étape anaphorique nominale, autrement dit le passage par l'interprétation nominale d'enfants, peut se faire de trois manières. On peut d'abord essayer de faire jouer le genre, puisque l'antécédent nominal contrôle le genre de l'expression anaphorique. Mais cela ne peut se faire ici que de manière indirecte, par l'intermédiaire des adjectif chétifs et mûrs, puisque l'expression ces deux-là est épicène, et le résultat, comme nous allons le voir, n'est pas aussi net que souhaité. L'opération consiste à remplacer ils par elles admettons qu'il s'agit de fillettes par exemple et non de garçons – et de mettre les adjectifs après ces deux-là au féminin. Si ce changement de genre s'avère boiteux, c'est que enfants est bien l'étape anaphorique lexicale obligée de ces deux-là, puisqu'il impose son genre. Au bout de cette transformation :

Quel âge ont-elles ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, elles ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour ces deux-là, si chétives, si peu mûres.

37il est difficile d'émettre un avis ferme, tout simplement parce qu'étant donné la source, qui reste opaque pour le lecteur, de l'appariement référentiel du elles du DIL, il est aussi possible de soutenir, évidemment sans garantie, qu'il s'agit d'une anaphore lexicale sur fillettes par exemple. Au lecteur de juger (à la fois celui du roman et celui de cet article !).

  • 15 Pour des raisons que l'on peut comprendre.

38L'anaphore nominale par enfants trouve un deuxième appui plus ferme avec les tests du rétablissement du N lexical manquant et de la dislocation droite en de N, même si le résultat n'est pas stylistiquement heureux pour le second15 :

Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c’est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour ces deux enfants-là, si chétifs, si peu mûrs.
Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour
ces deux-là, d'enfants, si chétifs, si peu mûrs.

  • 16 Voir cet exemple cité par Veland (1996, 204) : « Je sais que vous attendez un autre petit, c'est bi (...)

39Il y a enfin un troisième argument, qui nous semble décisif, pour adopter l'hypothèse de l'anaphore nominale : la cohérence interprétative du passage. Si on admet que ces deux-là n'est pas un anaphorique nominal d'enfants et que donc, chose tout à fait courante lorsqu'il s'agit d'êtres humains (Kleiber, 1991b & Veland, 1996), c'est aux individus que sont les deux jumeaux que renvoie de manière globale le démonstratif ces deux-là, alors la pertinence du passage se trouve battue en brèche. Dans ce cas d'anaphore globale, la saisie des deux jumeaux, non plus en tant qu'enfants, mais en tant qu'individus humains, de tout âge donc, va à l'encontre de l'idée même qui unit ces phrases de DIL, à savoir l'âge des enfants. De façon plus précise, l'organisation du passage, à savoir la réflexion intermédiaire sur la difficulté de dire l'âge des enfants et surtout la manière dont la phrase-hôte du démonstratif ces deux-là se greffe sur cette pensée qui précède son occurrence (cf. la préposition pour) plaident incontestablement pour une anaphore lexicale en enfants. On passe du générique il est difficile de se rappeler l'âge des enfants au particulier exemplificateur surtout pour ces deux-là. Faire de ces deux-là une anaphore globale, donc mettre en avant la catégorie des individus humains, c'est rendre l'enchaînement incohérent. On ajoutera que, lorsque le démonstratif celui-là renvoyant à un être humain est en anaphore nominale, c'est précisément lorsque le contexte rend pertinente la sous-classe lexicale dans laquelle il se trouve présenté. En d'autres termes, c'est lorsque la facette en tant que N de l'être humain visé est pertinente que l'anaphore lexicale s'avère également pertinente16. Or, c'est bien le cas, ici : c'est en tant qu'enfants que les deux jumeaux causent des problèmes de mémoire sur leur âge à leur mère et non en tant qu'individus humains.

Pourquoi a-t-on ces deux-là et non ces deux-ci ?

40Il n'est guère possible de substituer la forme en -ci à la forme en -là dans notre exemple :

[...] Elle jeta un châle sur les deux jumeaux noués l'un à l'autre dans le même hamac.
Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour *
ces deux-ci, si chétifs, si peu mûrs. [...]

41Pourquoi cette impossibilité ? Cette question peut être réglée plus vite que la précédente. Non pas parce que nous disposons d'une théorie clefs en mains définitive sur l'opposition -ci/-là dans les démonstratifs composés – cette question, qui a eu récemment des réponses intéressantes, mais divergentes (Veland, 1996, Imoto, 1997, Corblin, 1998 & De Mulder, 1998), reste en effet ouverte – mais parce que les contraintes distributionnelles qui pèsent sur l'emploi des celui-ci/celui-là permettent de justifier, à défaut d'expliquer totalement, pourquoi seul -là fait ici l'affaire. Si celui-ci comme celui-là peuvent tous deux fonctionner en emploi d'anaphorique nominal, impliquant donc une double opération référentielle, celui-ci ne peut accéder qu'à une configuration de ce type : celle qui combine anaphore lexicale et saisie déictique, comme dans l'exemple des chevaux ardennais de ci-dessus ou dans les exemples suivants cités par Veland (1996, 342-345) :

« Qu'est-ce que vous en pensez ?
Elle glisse son bras sous le mien : « J'en pense qu'elle n’aimerait pas me faire de la peine un soir comme celui-ci ! »
(celui-ci = le soir où est prononcée l'occurrence de celui-ci)
(Janine Boissard, Moi, Pauline, 117)
Suzy l'observe « et toi ? A qui penses-tu ? C'est dangereux de penser dans un endroit comme celui-ci. » (celui-ci = l'endroit où se trouve le locuteur qui prononce cette occurrence de celui-ci)
(Yves Navarre, Le Jardin d'acclimatation, 185)
Un traquenard, signore. Le maréchal vous attend près de la moto pour vous abattre... votre arme est chargée à blanc... Prenez celle-ci et tirez le premier,... (celle-ci = l'arme désignée par ostension en même temps qu'est prononcée l'occurrence de celle-ci)
(Charles Exbrayat, Quand Mario reviendra, 168)

42Il ne peut par contre s'employer lorsque les deux opérations sont de type anaphorique. La combinaison anaphore lexicale + référent déjà mentionné ou déjà saillant lui semble interdite. Or, dans le cas de notre exemple des deux enfants, comme nous l'avons souligné, les deux opérations sont de type anaphorique : anaphore lexicale sur enfants et reprise d'un référent déjà saillant (les deux enfants de Maria Barbara). Si on a accepte à ce niveau de considérer qu'il s'agit du même -là et -ci dans ces deux-là/-ci et celui-là/-ci, on comprend pourquoi l'on ne peut avoir ces deux-ci à la place de ces deux-là. Il reste bien sûr à expliquer pourquoi celui-ci a du mal à s'employer dans une telle configuration. Le fait que celui-là puisse difficilement remplacer celui-ci lorsque l'élément -ci atteint le référent visé par token-réflexivité (le remplacement n'est jamais possible avec les noms temporels) dirige la piste vers l'opposition que nous avons tracée entre les adverbes spatiaux ici et (Kleiber, 1993 et 1995) : l'élément -là, tout comme l'adverbe là, serait ainsi plutôt un marqueur de continuité, alors que -ci fonctionnerait sur un régime indexical. On trouvera chez De Mulder (1998) une analyse qui va dans ce sens et qui étend au couple -ci/-là du français contemporain l'opposition appariement contigu saturé (-ci)/appariement contigu non saturé (-là), que nous avons appliquée, à partir de Vuillaume (1980 et 1986), aux démonstratifs de l'ancien français cist/cil (Kleiber, 1987). Nous laissons bien volontiers ici la question ouverte, pour nous consacrer au troisième et dernier problème, celui de la présence d'un démonstratif en cet endroit. Il nous servira de conclusion.

Pour conclure : pourquoi le démonstratif ?

43Cette question se divise en fait en deux. Il faut en effet, d'une part, relier, comme nous l'avons souligné au début de ce travail, l'occurrence de ces deux-là analysée à une définition générale des démonstratifs. Et, d'autre part, justifier l'emploi d'un démonstratif dans le passage où figure cette occurrence. Pour répondre à la première, nous partirons de la conception indexicale des démonstratifs, que nous avons défendue à multiples reprises (Kleiber, 1986a, b et c, et 1989-1990), qui les définit comme des marqueurs référentiels qui renvoient à leur référent grâce à des éléments spatio-temporellement reliés à leur occurrence. Dans le cas de ces deux-là, l'élément en question est le complément nécessaire -là, qui, comme nous l'avons vu ci-dessus, déclenche lui-même une procédure référentielle particulière. Cette hypothèse fait de ces deux-ci une expression doublement déictique, une première déictiquement identique à celle de ces deux-là qui met en jeu l'élément temporellement contigu -ci et une deuxième opération déictique, celle accomplie par -ci qui exige à son tour des éléments spatio-temporellement reliés à son occurrence pour aboutir au référent visé. Une telle analyse a l'avantage de pouvoir s'appliquer à tous les emplois en celui, moyennant la prise en compte d'un processus de grammaticalisation qui distingue les formes en celui de celles du type de ces deux-là/-ci, le ce initial appelant dans tous les cas de SN démonstratif sans tête lexicale (que ce soit celui + syntagme prépositionnel, celui + relative, celui + -là/-ci) un modifieur contigu conduisant au référent visé par le SN entier. Un argument formel de poids peut être avancé : ce modifieur contigu est nécessaire. On n'a en effet ni *ces deux, alors qu'on a bien les deux, ni *celui. Par ailleurs, l'hypothèse de la double déicticité des formes en ce... -ci rend compte de l'impression de renforcement démonstratif souvent notée par les commentateurs.

44Il reste à répondre à la deuxième question : pourquoi a-t-on un démonstratif dans le passage retenu ? Comme nous avons eu l'occasion de le souligner (1991b et c), la procédure indexicale que déclenche un démonstratif, à savoir le fait d'attirer par token-réflexivité l'attention de l'interlocuteur sur un référent, ne se justifie que si elle amène du nouveau. La comparaison avec le geste pointeur permet d'illustrer ce lien entre le caractère déictique et l'aspect cognitif. Si je désigne par ostension une pomme, j'entends par là rendre manifeste un référent que je suppose ne pas encore être saillant pour mon interlocuteur. Si lui et moi avons déjà la pomme en question à l'esprit, mon geste devient parfaitement inutile, puisque l'attention du locuteur est déjà portée sur le référent. Une ostension n'est par là-même pertinente que si elle amène du nouveau. Ce nouveau peut être l'introduction d'un nouveau référent, comme il peut, en cas de référent déjà saillant, mettre en focus d'autres éléments nouveaux : reclassification du référent dans une catégorie nouvelle, présentation du référent dans un autre cadre discursif (donc dans un autre modèle contextuel), modifications thématiques, visées contrastives, etc.

45Ici, ce nouveau ne peut s'assimiler à l'introduction d'un nouveau référent, puisque, comme nous l'avons souligné dans notre analyse (cf. supra), le référent est déjà saillant dans l'esprit de Maria Barbara (cf. les deux ils antérieurs). En quoi consiste-t-il alors ? Reprenons le passage au DIL :

Quel âge ont-ils ? Cinq ans ? Non, au moins six. Non, ils ont sept ans. Comme c'est difficile de se rappeler l'âge des enfants. Comment se souvenir de quelque chose qui change constamment ? Surtout pour ces deux-là, si chétifs, si peu mûrs.

46On constate que la nouveauté apportée par le démonstratif réside dans la conjonction interactive de trois éléments. Le démonstratif joue d'abord un rôle topical. Il permet, en effet, de revenir au topique des deux jumeaux de Maria Barbara marqué par les deux ils et qui a été interrompu par la réflexion sur l'âge des enfants en général. Un pronom personnel n'aurait pas fait l'affaire, puisqu'il aurait plutôt indiqué une continuité avec le topique en vigueur. Le démonstratif marque ainsi la rupture du thème générique des enfants et la reprise du thème interrompu ou suspendu. Il le fait d'autant mieux qu'en tant qu'anaphorique nominal il oblige, pour renouer avec le topique suspendu, à passer, à cause de la saturation du N manquant, précisément par l'élément thématique intermédiaire interrupteur des enfants génériques. Et du coup il focalise un deuxième élément nouveau : une reclassification du référent repris. Les « ils », dont on sait (Kleiber, 1994) qu'ils ne nécessitent guère de récupération de N s'il s'agit d'êtres humains, se trouvent en effet repris comme enfants. En opérant le retour topical des deux jumeaux, le démonstratif, parce qu'en emploi d'anaphorique nominal, reclassifie en quelque sorte les jumeaux en activant leur statut d'enfants. Le fait de passer par la classe générique des enfants pour le retour référentiel aux deux jumeaux s'accompagne – et c'est le troisième élément de nouveauté – d'une focalisation sur le cas particulier ou spécifique que représentent ces deux enfants de Maria Barbara avec à la clef un effet de contraste avec d'autres enfants particuliers, la suite du passage actualisant cette virtualité contrastive en opposant les deux jumeaux aux autres enfants de Maria Barbara :

D'ailleurs cette immaturité, cet attardement de ses deux derniers apaise et rassure Maria Barbara. Elle les a allaités plus longtemps qu'aucun de ses autres enfants.

47Ce passage présente aussi d'autres démonstratifs (cette immaturité, cet attardement de ses deux derniers) et appelle donc d'autres analyses. Ce n'est pas nous qui les ferons aujourd'hui. Ce qui est sûr – le lecteur pourra en juger par lui-même – c'est que ce ne sont pas des démonstratifs « coton » !

Bibliographie

Références bibliographiques

Berthonneau A.-M. & Kleiber G., « Imparfait et politesse : rupture ou cohésion ? », Travaux de linguistique, 1994, 29, 59-92 ;

—, « Pour une réanalyse de l'imparfait de rupture dans le cadre de l'hypothèse anaphorique méronomique », Cahiers de praxématique, 1999, 32, 119-166 ;

—, « Un imparfait de plus et le train déraillait » (Colloque Chronos 4 de Nice, mai 2000), à paraître.

Bres J., « L'imparfait dit narratif tel qu'en lui-même (le cotexte ne le change pas) », Cahiers de praxématique, 1999, 32, 87-117.

Corblin F., « Les groupes nominaux sans Nom du français », in Kleiber G. & Tyvaert J.-E. (éds), L'Anaphore et ses domaines, Paris, Klincksieck, 1990, 63-80 ;

—, « Celui-ci anaphorique : un mentionnel », Langue française, 1998, 120, 33-43.

De Mulder W., « Celui-ci et celui-là : encore un couple mal assorti ? », in Schnedecker C. (éd.), Les Corrélats anaphoriques, Paris, Klincksieck, 1998, 97-129.

Gary-prieur M.-N. & Léonard M., « Le démonstratif dans les textes et dans la langue », Langue française, 120, 1998, 5-20 ;

—, (éds), « Les démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires », Langue française, 120, 1998.

Gary-prieur M.-N. & Noailly M., « Démonstratifs insolites », Poétique, 1996, 105,111-121.

Gouvard J.-M., La Pragmatique. Outils pour l’analyse littéraire, Paris, Armand Colin, 1998.

Imoto H., Le Problème linguistique de la référence des syntagmes nominaux en français et en japonais, Thèse de Doctorat de l'Université de Paris VIII, 1999.

Kerbrat-Oreccchioni C., L'Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1980.

Kleiber G., « À propos de l'analyse "adjectif démonstratif = article défini + élément déictique" ou Sur l'irréductibilité des symboles indexicaux », in Actes du XVIIe Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes, t. 4 : Morphosyntaxe des langues romanes, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1986a, 193-210 ;

—, « Pour une explication du paradoxe de la reprise immédiate », Langue française, 1986b, 72, 54-79 ;

—, « Adjectif démonstratif et article défini en anaphore fidèle », in David J. & Kleiber G. (éds), Déterminants : syntaxe et sémantique, Paris, Klincksieck, 1986c, 169-185 ;

—, « L'opposition cist/cil en ancien français ou : Comment analyser les démonstratifs ? », Revue de linguistique romane, 1987, 51, 5-35 ;

—, « Les démonstratifs de près et de loin », Publication du Groupe Anaphore et Deixis, no 2, Strasbourg, Université des Sciences Humaines, 1989-1990 ;

—, « Anaphore-Deixis : où en sommes-nous ? », L’Information grammaticale, 1991a, 51, 3-18 ;

—, « Celui-ci/là ou comment montrer du nouveau avec du déjà connu ? », Revue québécoise de linguistique, 1991b, 21/1, 123-170 ;

—, « Du nom propre non modifié au nom propre modifié : le cas de la détermination des noms propres par l'adjectif démonstratif », Langue française, 1991c, 92, 82-103 ;

—, « L'anaphore : d'un problème à l'autre », Le Français moderne, LX/1, 1992, 1-22 ;

—·, « L'espace d'ici : sur la pragma-sémantique des adverbes spatiaux », Cahiers de linguistique française, 1993, 14, 85-104 ;

—·, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994 ;

—, « D'ici à et vice versa : pour les aborder autrement », Le Gré des langues, 1995, 8, 8-27 ;

—, « Les démonstratifs à l'épreuve du texte ou sur Cette côte de la baie de l'Arguenon », Langue française, 1998, 120, 77-94.

Pierrard M., « Prenez votre bonheur en patience, de peur que celui qui est à venir ne vous consume tout à fait : à propos de l'emploi référentiel de celui indicateur », Revue de linguistique romane, 1990,54/1, 189-210.

Sandfeld K., Syntaxe du français contemporain I. Les pronoms, Paris, Champion, 1990.

Veland R., Les Marqueurs référentiels celui-ci et celui-là, Genève, Droz, 1996.

Vuillaume M., La Deixis en allemand, Thèse de Doctorat d'État de l'Université Paris IV, 1980 ;

—, « Les démonstratifs allemands Dies- et Jen- », in David J. & Kleiber G. (éds), Déterminants : syntaxe et sémantique, Paris, Klincksieck, 1986, 299-313.

Zribi-Hertz A., « Grammaire et empathie : à propos du pronom français celui-ci », in Tasmowski L. & Zribi-Hertz A. (éds), De la musique à la linguistique : Hommages à Nicolas Ruwet, Gand, Communication and Cognition, 1992, 568-582.

Notes

1 C'est l'un des principaux résultats de notre analyse (Kleiber, 1998) de la première description démonstrative du roman Les Météores de Michel Tournier :
Le soleil s'inclinait déjà derrière la colline où les innocents de Sainte-Brigitte cueillaient des asters et des chicorées sauvages qui s'amoncelleraient le 8 octobre en bouquets maladroits aux pieds de la statue de leur patronne. Cette côte de la baie de l'Arguenon, orientée à l'est, ne reçoit le vent marin que des terres, et Maria Barbara retrouvait à travers les brumes salées des marées de septembre l'odeur âcre des fanes brûlant dans tout l'arrière-pays. Elle jeta un châle sur les deux jumeaux noués l'un à l'autre dans le même hamac (Michel Tournier, Les Météores, Paris, Gallimard, 7-8).

2 Cette idée constitue, depuis plus de vingt ans, le fil rouge de mes travaux sur la référence et les expressions référentielles. Certains lecteurs ne l'ont pas compris et m'ont hâtivement et abusivement enfermé dans le camp des référencialistes, pour qui la quête du seul référent de l'expression référentielle constitue la tâche à accomplir dans l'interprétation d'une expression référentielle. Ce qui ni de près ni de loin n'est la vérité. Dès le début de mes travaux sur la référence, je n'ai cessé de défendre l'idée frégéenne que la donation du référent était l'élément décisif dans l'emploi d'un marqueur référentiel, que la manière de donner le référent l'emportait sur l'identification du référent. Que d'autres le redécouvrent aujourd'hui avec une naïveté parfois goulue n'est pas trop grave, ce qui l'est plus, c'est lorsqu'ils me reprochent de ne l'avoir pas vu.

3 Voir également la première partie (Les Pronoms indexicaux) et la quatrième partie (Autour des démonstratifs) de Gouvard (1998).

4 Voir ici la position de Bres (1999) vis-à-vis de l'imparfait : son but est aussi de montrer qu’il n'y a qu'un imparfait, que l'imparfait reste, à travers tous les emplois relevés, le même.

5 Il est significatif de constater que, malgré la surabondante littérature temporelle, il en va encore de même pour les temps verbaux. Pour l'imparfait, par exemple, la plupart des emplois relevés restent insuffisamment décrits. Voir par exemple Berthonneau et Kleiber (1994,1999 et à paraître) pour les imparfaits de politesse, de rupture et contrefactuel.

6 Ce n'est pas une galère !

7 Passage situé dans le deuxième paragraphe du premier chapitre intitulé Les Pierres sonnantes.

8 Veland (1996) choisit de conserver l'étiquette d'anaphore, même pour rendre compte de la relation d'identification établie par le narrateur pour le lecteur, mais il parle alors d'anaphore hétérologue qu'il oppose au fonctionnement anaphorique de l'expression appelée lui anaphore homologue ou sérieuse.

9 Nous n'aborderons pas ici le problème de la présence du numéral cardinal : la chose mériterait pourtant d'être traitée et en détails !

10 Nous laissons de côté le volet syntaxique de l'affaire, qui n'a pas d'influence directe sur notre analyse.

11 Plus ou moins bien, puisqu'il ne faudrait pas assimiler les deux !

12 C'est un élément essentiel de la sémantique de celui-ci/-là (voir Kleiber, 1991b et 1994) & Veland (1996), qui n'est pas toujours pris en compte comme il faudrait (Corblin, 1998 & Imoto, 1999).

13 Intervient à ce niveau l'opposition oral (ou discours direct)/écrit. Veland (1996) a montré que celui-là était la forme dominante à l'oral.

14 Résultat qui est à retenir dans le cadre plus général de l'opposition -cil-là.

15 Pour des raisons que l'on peut comprendre.

16 Voir cet exemple cité par Veland (1996, 204) : « Je sais que vous attendez un autre petit, c'est bien, c'est très bien, mais celui-là, il faut qu'il naisse sous son toit, chez lui enfin chez toi, si tu préfères... Jacques, l'aîné des petits-fils Vialhe, avait vu le jour ici, dans cette chaumière minable où le jeune ménage s'était installé » (Claude Michelet, Les Palombes ne passeront plus, 19).

Auteur

Professeur de linguistique générale et française à l'Université Marc Bloch de Strasbourg. Ses recherches portent sur la sémantique et pragmatique aussi bien lexicale que grammaticale. Il a obtenu la médaille d'argent du CNRS en 1998.
Principales publications : Le mot IRE en ancien français, Paris, Klincksieck, 1978 ; Problèmes de référence, Paris, Klincksieck, 1981 ; La Sémantique du prototype, Paris, PUF, 1990 ; Anaphores et pronoms, Paris, Duculot, 1994 ; Problèmes de sémantique. La polysémie en questions, Lille, Edition du Septentrion, 1999 ; L'anaphore associative, Paris, PUF, 2001.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search