Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

La référence démonstrative comme élément d'un style

Marie-Noëlle Gary-Prieur

Texte intégral

Introduction

  • 1 C'est évidemment l'explicitation de ce que ce cas a de « particulier » qui fait l'objet d'une théo (...)

1Avant d'aborder le sujet que je me propose de traiter, je pense utile de préciser que, n'étant pas spécialiste de stylistique, je m'autoriserai tout au long de ce travail une conception « naïve » du style. Je considérerai que le style, quelle que soit la définition qu'on en donne, et qui dépend bien sûr du cadre théorique dans lequel on se situe, est un cas particulier1 d'usage d'une langue.

  • 2 Cette coupure varie d'une théorie à l'autre. Elle prend par exemple la forme, dans la théorie de S (...)

2La linguistique s'est développée pendant longtemps à partir d'une coupure méthodologique instaurée par certains linguistes entre langue et usage2. Il y aurait d'un côté un système de signes et de règles, de l'autre des sujets parlants qui utilisent librement ce système. Dans une telle perspective, l'étude du style se trouve nettement séparée de celle de la langue, et elle est fondée sur le repérage de « faits de langue » considérés comme caractéristiques d'une écriture donnée.

3Les rapports entre langue et style changent radicalement dès qu'on admet qu'il y a dans la langue même des signes et des mécanismes qui règlent le discours, et contraignent donc le type d'utilisation qu'un sujet parlant peut faire de sa langue. L'idée d'une absence de coupure entre la langue et son usage s'est d'abord imposée de façon ponctuelle, à travers l'étude de certains signes, les « embrayeurs » (Jakobson), les différentes marques de « la subjectivité du langage » (Benveniste), les « mots du discours » (Ducrot). Puis, sous l'influence de la pragmatique, elle s'est généralisée.

  • 3 On peut raisonnablement penser que le nom table, par exemple, ou la préposition à, n'offrent guère (...)
  • 4 On se reportera notamment à l'article de présentation du numéro, Gary-Prieur & Léonard (1998), d'o (...)

4La conséquence de ce déplacement théorique est que tout style est potentiellement inscrit dans une langue, notamment dans ces structures et ces unités où se manifeste nécessairement une relation entre langue et sujet parlant3. Inversement, la description de certains points de langue gagne à passer par la prise en compte des styles qui les mettent en jeu. C'est le cas pour les démonstratifs, comme l'ont montré les études réunies dans le numéro 120 de la revue Langue française4. L'objectif de ce numéro était de montrer comment une perspective littéraire et une perspective linguistique pouvaient se combiner et se confronter pour interpréter certains démonstratifs d'un texte, « le texte mettant en jeu », comme l'écrit Martine Léonard, « l'infini des cas de figures et déplaçant les limites des catégories posées par le savoir linguistique » (8).

  • 5 Quand Benveniste introduit l'idée d'une subjectivité de la langue, c'est d'une subjectivité struct (...)

5Les démonstratifs ont depuis longtemps été repérés comme des indices de la « subjectivité du langage », pour reprendre les termes de Benveniste. Mais c'est généralement l'aspect psychologique de cette subjectivité5 qui est retenu dans les grammaires quand elles énumèrent les « effets » ou « valeurs d'emploi » accompagnant l'usage d'un démonstratif. Prenons par exemple Wagner & Pinchon (1962, 87) :

[...] l'adjectif démonstratif peut être teinté d'affectivité. Ainsi il peut traduire l'emphase [...] l'étonnement, l'indignation, l'agacement [...] le mépris [...] la déférence ou la servilité.

6On voit qu'il s'agit d'évoquer, à travers une énumération évidemment non exhaustive, des sentiments que le locuteur peut chercher à exprimer en utilisant un démonstratif. Ces observations relèvent de la stylistique au sens où l'entendait Bally : les démonstratifs ont leur place dans ce qu'il appelait la « syntaxe affective ».

7Ce n'est pas sous cet angle que je souhaite aborder ici les démonstratifs. Tout a été dit, me semble-t-il, sur leur aptitude à signifier l'expressivité du locuteur. Ce qui m'intéresse, c'est de les envisager en tant qu'instruments d'un acte de référence spécifique.

  • 6 Corblin observe que Zola utilise volontiers des « désignateurs contingents » référant à un personn (...)
  • 7 On se reportera notamment, sur ce point, aux contributions de G. Kleiber, de M. Léonard et de G. P (...)

8Dans l'analyse de la communication que propose Jakobson, fonction référentielle et fonction poétique sont distinctes, ce qui peut laisser croire que, dans un texte, la mise en place des référents est relativement indépendante de la caractérisation du style. Il n'en est rien. Le mode d'introduction des référents dans l'univers construit par un texte fait intégralement partie de ce qui constitue le style propre à ce texte. C'est ce qu'a bien montré, par exemple, la comparaison, dans Corblin (1983), des désignateurs utilisés respectivement par Zola et Flaubert6. C'est ce qui ressort aussi de certains des articles du numéro de Langue française que je citais plus haut7.

  • 8 Par exemple dans Corblin (1995), ou dans le numéro 85 de la revue Pratiques, mars 1995.

9L'objectif de l'étude qui suit est de mettre en avant, en les illustrant par l'analyse de quelques exemples, certaines des possibilités qu'offre le démonstratif, en vertu de son sens, pour mettre en place un élément dans l'univers construit par l'écriture. La définition de cet objectif me conduit à centrer mon attention sur les groupes nominaux (GN) démonstratifs dits « en première mention », laissant de côté ce que peuvent avoir de spécifiques les phénomènes de reprise, qui ont été déjà bien étudiés8.

  • 9 Comme dans ce texte de F. Ponge : « Le savon se venge de l'humiliation qu'elle lui fait subir en s (...)
  • 10 C'est ce que nous avions appelé, dans Gary-Prieur & Noailly (1996) les « démonstratifs insolites »

10Du point de vue référentiel, la différence entre démonstratif en première mention et démonstratif de reprise est que, pour les seconds, l'accès au référent du groupe nominal s'appuie sur des formes linguistiques qui précèdent l'occurrence du démonstratif. Dans un texte, le lecteur est toujours en mesure d'attribuer un référent à un GN de reprise, même s'il doit passer par un changement de point de vue ou une métaphore9. En première mention, par contre, on peut trouver des GN démonstratifs qui constituent pour le lecteur une véritable énigme10, et qui sont de ce fait particulièrement intéressants pour faire apparaître les rapports qu'un texte instaure entre le locuteur-auteur, le destinataire-lecteur et le référent introduit par le GN démonstratif.

  • 11 Voir Gary-Prieur (1998) et Gary-Prieur (2001b).

11L'étude que je présente ici est centrée sur le destinataire-lecteur impliqué dans l'interprétation d'un GN démonstratif en première mention. J'ai déjà mis l'accent à plusieurs reprises sur ce que j'ai appelé la fonction conative du démonstratif11, parce que c'est un aspect de son sens qui a été beaucoup moins étudié que tout ce qui concerne sa fonction expressive.

12Après avoir rapidement rappelé (§1) comment s'inscrit la subjectivité de la langue dans un GN démonstratif, j'étudierai successivement le cas des GN simples, de la forme dém N (§2) et celui des GN complexes de la forme dém N Complément (§3), qui se distinguent en ceci que les seconds offrent la possibilité d'introduire dans le texte, à côté de l'univers du locuteur-auteur, celui du destinateur-lecteur.

Démonstratif et « référence personnelle »

13Je rappellerai d'abord rapidement l'hypothèse que je propose pour décrire le sens instructionnel de l'adjectif démonstratif, et que je résume par la formulation « référence personnelle », avant de voir dans quelle mesure ce type de référence est un outil particulièrement intéressant pour certains aspects du travail d'écriture dans un texte.

Le sens du démonstratif se définit par rapport aux personnes du discours

14Un GN démonstratif indique une opération référentielle qu'on peut décomposer en trois instructions : 1) désignation : le sujet parlant désigne un référent, ce qui implique que, pour lui, cet objet est identifié ; 2) catégorisation : le sujet parlant choisit de présenter le référent désigné comme un élément de la catégorie référentielle correspondant au sens du nom tête du GN ; 3) mise en relief : le sujet parlant attire l'attention du destinataire sur le référent désigné, ce qui implique notamment que le destinataire doit identifier à son tour ce référent. On peut résumer et visualiser cette définition sous la forme suivante :

1. Je désigne x [° je a identifié x]

Définition de ce N :

2. Je catégorise x comme N

3. Je attire l'attention de tu sur x [° tu doit identifier x]

15Cette définition n'est pas très éloignée de l'idée intuitive que « les démonstratifs servent à montrer ». Elle fait simplement apparaître clairement toutes les implications de l'acte qui consiste à montrer, et dont le démonstratif est un instrument : cet acte a pour source une personne (le sujet parlant associé à la forme je dans un discours donné) et il est dirigé vers une autre personne (le destinataire du discours, représenté par la forme tu). Le point essentiel que veut faire apparaître une définition ainsi formulée, c'est que les personnes du discours sont inscrites dans le sens lexical du démonstratif.

  • 12 Par exemple de la façon suivante : le N = il existe dans l'univers du discours un et un seul objet (...)
  • 13 Pour la distinction entre personnes grammaticales et personnes du discours, je renvoie à Benvenist (...)

16Ce n'est pas le cas pour l'article défini, dont le sens peut se formuler sans avoir recours aux personnes du discours12. Ce n'est pas le cas non plus pour l'adjectif possessif, dont le sens est relié à la catégorie de personne d'une tout autre façon. Les possessifs français comportent en effet trois séries de formes reliées de façon identiques aux trois personnes grammaticales : mon N = le N de moi ; ton N = le N de toi ; son N = le N de lui. Les personnes du discours n'ont donc pas un statut particulier qui les opposerait, dans le fonctionnement du possessif, à cette non-personne qu'est la troisième13. En outre, le rôle joué par la catégorie de personne est très différent pour les deux déterminants : pour le possessif, les personnes (grammaticales) sont un point de repère explicite pour identifier le référent, tandis que pour le démonstratif, les personnes (du discours) sont les protagonistes implicites de l'acte de référence accompli à l'aide du GN.

17Le démonstratif est donc le seul des trois déterminants définis à permettre une référence personnelle.

18On notera que l'histoire des démonstratifs français constitue un argument pour rattacher ces déterminants aux personnes du discours. On sait en effet que si le démonstratif latin qui correspondait à la troisième personne (ille) a donné en français les formes de l'article défini, c'est à partir des démonstratifs latins de la première et de la deuxième personne (hic et iste) que se sont formés les démonstratifs français. L'origine des formes du démonstratif français est donc déjà un élément d'explication de la différence, sur laquelle je reviendrai, entre la référence apersonnelle effectuée à l'aide de l'article défini et la référence personnelle que permet le démonstratif.

19La définition proposée met également en évidence une autre propriété intéressante du démonstratif, qui a des conséquences importantes sur le mécanisme référentiel qui lui est associé : l'asymétrie entre les deux personnes du discours. Locuteur et destinataire n'ont pas le même rapport au référent du GN démonstratif, et c'est là un des points fondamentaux qui opposent la référence démonstrative à celle effectuée par les autres déterminants, et notamment les articles, comme on s'en convaincra rapidement sur un exemple simple. Soient les trois énoncés suivants, qui ont en commun d'introduire dans le discours un objet présenté comme une occurrence de la classe référentielle associée à petit chalet :

(1) J'ai acheté un petit chalet.
(2) J'ai acheté le petit chalet.
(3) J'ai acheté ce petit chalet.

20Dans (1), l'article indéfini n'impose pas que le référent du GN un petit chalet soit identifié ; le locuteur et le destinataire ont donc le même mode de connaissance du référent : il s'agit simplement, pour l'un comme pour l'autre, de construire un objet de pensée à partir des propriétés lexicales de petit chalet. Dans (2), l'article défini présuppose que le référent est identifié pour le locuteur et pour le destinataire ; là encore, les deux protagonistes du discours ont la même connaissance de l'identité du référent de le petit chalet. L'énoncé (3), par contre, introduit une dissymétrie entre la connaissance que locuteur et destinataire ont respectivement du référent. Pour le locuteur, il est forcément identifié, puisqu'on ne peut pas désigner un objet sans l'avoir reconnu comme distinct. Mais, contrairement à (2), (3) ne présuppose pas que le destinataire ait identifié le référent préalablement à l'énoncé. À cause du point 3 de sa définition, le démonstratif met donc le destinataire en demeure d'identifier à son tour le référent.

21Comme on l'a souvent noté, le sens du nom tête du GN (ici chalet) n'est pas toujours un indice suffisant pour cette identification, puisque le choix de ce nom repose encore sur le locuteur (cf. le point 2 de la définition ci-dessus), et non sur une reconnaissance préalable commune des propriétés de l'objet. Dans les énoncés (1) et (2), à cause du sens de le et un, on sait que le référent du GN est un objet dont les propriétés correspondent au sens du nom chalet ; dans (3), par contre, c'est le locuteur qui déclare qu'il s'agit d'un chalet, mais cela n'offre pas une garantie objective sur les propriétés du référent désigné ; l'énoncé est parfaitement compatible, par exemple, avec une situation où le locuteur tendrait au destinataire la photo d'un somptueux château. C'est pour cela qu'un GN démonstratif est un lieu privilégié pour la métaphore, comme le rappelle l'exemple (4), et celui donné dans la note 9 :

(4) Les mots de ce Talleyrand femelle [la princesse de Blamont-Chauvry] restaient comme des arrêts.
(Balzac, La Duchesse de Langeais, cité dans Léonard, 1998, 72)

22Le référent mis en place par un GN démonstratif est donc un objet fortement marqué par la relation intersubjective qui constitue le discours. D'une part, c'est un objet qui se présente comme portant doublement la marque du locuteur : c'est je qui assume la distinction de cet objet et sa caractérisation lexicale. D'autre part, l'incomplétude sémantique du démonstratif, qui impose au destinataire l'identification d'un référent sans lui en donner les moyens, oblige ce destinataire à une démarche d'interprétation spécifique, tant au niveau de l'identification (de quel objet s'agit-il ?) qu'au niveau de l'élucidation des intentions du locuteur (pourquoi l'attention est-elle attirée sur cet objet et de cette façon ?). Je me contenterai dans tout ce qui suit d'aborder la première question, la seconde étant trop étroitement dépendante de la singularité de chaque texte.

Le démonstratif dans un texte

23Plus que beaucoup d'autres formes de la langue, le démonstratif a un fonctionnement différent selon qu'on se trouve dans une conversation orale ou dans un texte écrit. Dans la communication orale courante, l'incomplétude sémantique du démonstratif ne pose guère de problèmes d'interprétation, car le locuteur, qui vise essentiellement à être compris, s'assure généralement que la situation fournit au destinataire suffisamment d'indices pour identifier le référent du GN démonstratif. Si ce n'est pas le cas, le locuteur peut accompagner son énoncé d'un geste ou d'une détermination qui aide le destinataire à identifier l'objet sur lequel il souhaite attirer son attention. Reprenons par exemple l'énoncé (3) dans le contexte d'une conversation orale. Le locuteur peut montrer le référent, si ce dernier est présent dans la situation d'énonciation, ou à défaut une photo. En l'absence d'indices situationnels, le locuteur peut aussi, s'il n'est pas sûr que le destinataire a bien présent en mémoire l'objet dont il veut parler, compléter le GN par des informations qui permettront de le retrouver, comme par exemple dans (5) :

(5) J'ai acheté ce petit chalet, tu sais, que nous avions visité ensemble l'an dernier.

  • 14 On a déjà souvent noté la différence entre ce qu'on appelle situation dans les descriptions lingui (...)
  • 15 Comme Kleiber (1999), je pense en effet que, dans la communication standard, les référents ont une (...)

24Les conditions mêmes de l'énonciation font qu'il en est tout autrement dans un texte. Pour au moins deux raisons. D'abord, comme il n'y a pas co-présence des interlocuteurs, les indices les plus clairs ne sont pas disponibles, et le destinataire ne peut tirer aucun parti de la situation14 pour interpréter le GN démonstratif. Ensuite, la fonction référentielle ne se situe pas de la même façon par rapport aux autres dans un texte : la mise en place des référents fait partie de la constitution même de l'univers du texte15.

25Pour le destinataire, « trouver le bon référent » n'a pas le même sens dans un texte que dans le langage ordinaire. On peut s'en faire une idée en réfléchissant par exemple sur l'interprétation du titre d'un des derniers livres de N. Sarraute : Ici. Quel est le lieu désigné par l'adverbe locatif démonstratif ici ? S'agit-il de l'endroit où écrit l'auteur ? S'agit-il de l'esprit dans lequel s'élabore le texte ? S'agit-il de la page où est écrit l'adverbe ? ou plus largement de l'espace du livre qui se construit ?... Il serait sans grand intérêt de choisir telle de ces hypothèses, que ce soit pour le ici du titre ou pour les multiples occurrence de ici dans le texte – qui dit d'ailleurs que le référent doive en être toujours le même ? L'interprétation est voulue ouverte, et doit le rester. Ce qui ne serait évidemment pas le cas pour le ici figurant, peut-être accompagné d'un flèche, sur telle affichette dans une banque : Déposer les formulaires ici.

  • 16 Je rappelle que je me borne ici à l'étude de ce type de cas. Pour les démonstratifs de reprise, le (...)
  • 17 Notamment les articles de G. Kleiber, M. Léonard et G. Philippe.

26Les GN démonstratifs, du moins bien sûr ceux qui se trouvent en première mention16, sont donc, dans un texte, l'objet d'un véritable travail de lecture. C'est ce qu'ont déjà montré certaines des études réunies dans le numéro 120 de la revue Langue française17. C'est la même perspective que je reprendrai ici, en centrant mon attention sur la manière dont un texte peut jouer sur les rapports implicites qu'un GN démonstratif installe entre le référent qu'il introduit et les personnes du discours.

  • 18 Comme dans cet exemple, cité dans Gary-Prieur & Noailly (1996, 118) : « Bernis n'a plus que des pe (...)

27Si le terme personnes du discours a un sens clair en grammaire, il n'en est pas de même dans un texte, étant donné la complexité des relations discursives qui peuvent s'y déployer. Dans la communication ordinaire, je renvoie à celui qui émet l'énoncé et tu à son destinataire, les deux personnes étant la plupart du temps distinctes et définies de façon univoque. Il en est tout autrement dans un texte. Les formes je et tu peuvent certes renvoyer au couple auteur/lecteur, mais aussi à un couple auteur 1/auteur 2, dans le cas d'un monologue (comme dans l'exemple (11) ci-dessous) ; à l'intérieur d'un récit, on peut avoir des couples du type personnage 1/personnage 2, mais aussi des couples du type personnage/lecteur ou auteur/personnage, ces quelques exemples n'étant sans doute pas exhaustifs. Si bien que les référents introduits par un GN démonstratif entrent dans des systèmes déictiques multiples et complexes. On a déjà noté que les démonstratifs étaient souvent des indices de la polyphonie en œuvre dans un texte ; ils permettent par exemple souvent de repérer un passage de style indirect libre ou de discours intérieur18.

28Les propriétés sémantiques du démonstratif en font donc un instrument privilégié de cette création d'un univers singulier qu'est un texte. C'est ce que je voudrais montrer dans la suite, en étudiant successivement les GN démonstratifs simples, constitués d'un déterminant et d'un nom, et les GN qui comportent un complément. La différence de formes peut correspondre à un mécanisme référentiel différent, mais on retrouve dans les deux cas l'inscription du référent dans les rapports intersubjectifs entre un locuteur et un destinataire.

Une référence in medias fabulas

29Comme on s'en doute à la lecture du titre de ce paragraphe, je voudrais opposer ici un type de référence autorisé par le démonstratif à ce que la tradition appelle, pour les romans, les « débuts in medias res », associés au mode de fonctionnement référentiel des noms propres et des articles définis. Après avoir caractérisé ces deux types de référence à partir du sens des expressions référentielles qui les constituent, je donnerai quelques exemples de la manière dont un GN démonstratif permet d'accéder directement à l'univers d'un locuteur.

Le démonstratif et les autres désignateurs

30Les démonstratifs partagent avec les noms propres et les articles qui introduisent une description définie la propriété de permettre, dans un discours donné, la désignation d'un particulier identifié. Ces opérateurs d'individualisation s'opposent à l'article indéfini qui, lui, n'impose aucune identification du référent qu'il introduit.

31Ainsi, il semble « naturel » que, dans un discours en général et un roman en particulier, un référent nouveau soit introduit par un GN indéfini, comme c'est le cas par exemple pour l'homme qui apparaît dans la première phrase de Germinal :

(6) Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d'une obscurité et d'une épaisseur d'encre, un homme suivait seul la grande route...

32À ce type d'incipit, on opposera, pour rester dans Zola, ceux de L'Assommoir et de Son Excellence Eugène Rougon, qui introduisent des personnages respectivement par un nom propre et par une description définie :

(7) Gervaise avait attendu Lantier jusqu'à deux heures du matin.

(8) Le président était encore debout, au milieu du léger tumulte que
son entrée venait de produire.

  • 19 J'utilise ce terme au sens qui lui a été donné dans Ducrot (1972) : il s'agit d'un élément de sens (...)
  • 20 C'est ce que Berrendonner (1982) rattache au domaine de ce qu'il appelle ON-vérité.

33L'effet in medias res produit par (7) et (8) tient à une propriété qu'ont en commun l'article défini et le nom propre : tous deux comportent un présupposé19 qui stipule l'existence du référent de l'expression nominale, et son unicité dans le cadre du discours. Ce présupposé renvoie à ce qu'on peut appeler les « connaissances communes », partagées bien sûr notamment par le locuteur et le destinataire, mais aussi par beaucoup d'autres20. Dans (7) et (8), l'acte de référence repose sur le fait qu'on fait comme si était « bien connue » l'existence d'individus correspondant aux formes Gervaise, Lantier et le président. Rien, dans ce type de référence, n'interpelle le lecteur en tant que personne distincte, comme le fait, on va le voir, une référence démonstrative.

34Aux incipit précédents, comparons par exemple celui d'une nouvelle de Anna Gavalda :

(9) Cet homme et cette femme sont dans une voiture étrangère.
(Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, Le Dilettante, 43)

35Si on se reporte à la définition que j'ai proposée plus haut pour le démonstratif, on voit qu'elle ne stipule aucun présupposé comparable à ceux qui sont attachés à l'article défini et au nom propre. Le lecteur n'est pas tenu de faire comme si les personnages introduits dans (9) étaient « bien connus ». Ce n'est pas, comme les débuts in medias res, un début qui mime un partage de connaissance ; c'est un début qui repose linguistiquement sur les seules connaissances du locuteur-auteur : par la désignation démonstrative, je pose l'existence d'un homme et d'une femme qui sont identifiés dans l'univers fictif qu'il crée, et impose au destinataire-lecteur d'admettre l'existence de ces objets dont lui, le lecteur, ne sait rien.

36On n'est donc non pas au milieu des « choses supposées bien connues », mais au milieu de l'univers d'une personne particulière. Dans l'exemple (9), cette personne semble se confondre avec l'auteur, mais il peut aussi s'agir de l'univers d'un personnage, comme dans (10), qui est la première phrase de Un barrage contre le Pacifique, de M. Duras :

(10) Il leur avait semblé à tous les trois que c'était une bonne idée d'acheter ce cheval.

37Etant donnée sa position syntaxique à l'intérieur d'une complétive introduite par le verbe sembler, le GN démonstratif introduit ici une entité qui relève de l'univers du référent de leur. La référence démonstrative est ici emboîtée dans un début in medias res lié au sens anaphorique de leur.

38Le point commun entre (9) et (10) est que le lecteur n'a pas à faire comme s'il connaissait les référents des GN soulignés ; exactement comme dans (6), avec un GN indéfini. La différence est qu'un GN démonstratif signale au lecteur l'inscription du référent dans l'univers d'une personne, l'auteur ou tel personnage, d'où une orientation différente de l'attention portée par le lecteur à ce référent.

39C'est pourquoi je dirais volontiers que ce genre de GN démonstratif impose au lecteur une position in medias fabulas : il se trouve devant un objet de discours qu'il doit localiser dans l'univers constitué par le texte.

40Je préciserai donc maintenant le rapprochement qui était suggéré dans Gary-Prieur & Noailly (1996,120) entre démonstratifs et débuts in medias res :

L'effort d'interprétation requis par ces démonstratifs rapproche lecteur et auteur, un peu comme le font les débuts de romans in medias res, en obligeant le second à s'impliquer dans l'énoncé.

41Je reste d'accord avec l'idée qu'il y a, dans les deux cas, implication du lecteur. Mais dans les débuts in medias res, les lecteurs sont mis en position de ON, indistincts, ils partagent par définition des connaissances communes. Tandis qu'avec le démonstratif, chaque lecteur est interpellé en tant que personne constitutive d'un couple je/tu singulier.

42Comme on va le voir dans les exemples qui suivent, cette propriété qu'ont certains GN démonstratifs d'inclure dans la référence un point de vue personnel ne se limite pas aux incipit dans les romans. Si j'ai commencé par ce genre d'exemples, c'est uniquement pour bien mettre en évidence la différence entre le démonstratif et les autres désignateurs.

L'inscription du référent dans un univers personnel : exemples

43Un GN démonstratif simple en première mention, dans un texte, permet donc d'introduire un référent qui est présenté selon un point de vue subjectif. La présence ou l'absence de ce type de démonstratifs peut ainsi contribuer à la caractérisation stylistique d'un texte. Ce n'est évidemment pas mon propos d'avancer dans cette direction, et je me contenterai ici d'analyser quelques exemples pour illustrer le fonctionnement que je viens de décrire.

44Pour confronter mon hypothèse à un texte d'un type différent des textes romanesques dans lesquels j'avais jusqu'ici puisé mes exemples, j'ai relu dans cette perspective le recueil de Baudelaire « Spleen et Idéal », dans Les Fleurs du mal, et j'y ai trouvé quelques GN démonstratifs intéressants pour mon propos. Il y a très peu de GN démonstratifs en première mention dans ce recueil, ce qui rend d'autant plus frappants les quelques exemples rencontrés.

  • 21 Ce ne sont pas des GN simples, mais les compléments qui les accompagnent ne contiennent aucun élém (...)

45Dans « Le Portrait » (XXXVIII, IV), où est évoquée une femme non identifiée pour le lecteur, apparaît une série de quatre GN démonstratifs21 :

(11) De ces grands yeux si fervents et si tendres,
De cette bouche où mon cœur se noya,
De ces baisers puissants comme un dictame,
De ces transports plus vifs que des rayons,
Que reste-t-il ? C'est affreux, ô mon âme !
Rien qu'un dessin fort pâle, aux trois crayons.

46Le contexte indique clairement qu'on ne sort pas ici de l'univers du locuteur : je et tu se confondent, comme le montre le jeu question/réponse et le vocatif ô mon âme ! Le démonstratif est donc parfaitement à sa place. Un article défini aurait donné un statut objectif aux référents introduits, qu'il aurait alors fallu situer par rapport à un individu explicitement identifié : les grands yeux n'est pas un GN complet ; l'article défini exige un complément (les grands yeux de X). Un article indéfini, qui aurait permis une description sans exiger d'identification (des grands yeux, des baisers puissants), n'aurait pas indiqué non seulement que pour le locuteur le référent est parfaitement identifié, mais qu'en outre il existe une relation forte entre eux. On voit donc bien que ces grands yeux est la seule façon d'introduire un objet subjectivement identifié sans en requérir une identification objective.

47Le premier vers du sonnet « Le Flambeau vivant » (XLIII) comporte un GN démonstratif dont le fonctionnement référentiel ne s'élucide qu'au début du premier tercet :

(12) Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières,
Qu'un ange très savant a sans doute aimantés ;
[...]
Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
Qu'ont les cierges brûlant en plein jour ; [...]

48On voit que le référent introduit par le GN démonstratif devient, dans les tercets, le destinataire affiché du poème. Cela n'élucide en rien, sur un plan objectif, l'énigme référentielle posée au lecteur ; mais cela montre que l'usage du démonstratif dans le premier vers est motivé, comme dans (11), par la relation subjective entre locuteur et référent. Le lecteur ne se pose évidemment pas la question triviale de savoir à qui sont ces yeux... ce n'est pas l'identification objective du référent qui compte, mais la force de sa présence dans l'univers du locuteur.

49Dans la première et la dernière strophe de « L'Invitation au voyage » (LIII), ce sont des GN démonstratifs qui construisent le décor, par nature entièrement subjectif, de « là-bas... au pays qui te ressemble » :

(13) Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
[…]
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
[...]

50On notera que ces GN démonstratifs apparaissent associés à des verbes au présent (ont, vois). Dans la seconde strophe, par contre, on a des GN définis ou indéfinis associés, eux, à des verbes au conditionnel (décoreraient, parlerait) :

(14) Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
[...]
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
[...]

51Cette observation permet de penser que les démonstratifs et le conditionnel partagent, dans ce poème, la propriété de mettre en place un monde imaginaire. Le décalage du décor construit par rapport au monde réel s'exprime par les démonstratifs dans la première et la troisième strophe, par les formes de conditionnel dans la deuxième, le conditionnel annulant le caractère objectif des référents construits dans (14) par des GN définis ou indéfinis. Encore une fois, le démonstratif manifeste ici son aptitude a mettre en place des objets qui n'ont d'existence que dans l'univers de croyance du locuteur. On est toujours in medias fabulas.

52On retrouve un mécanisme référentiel du même type, sur un autre registre, dans le poème « Une gravure fantastique » (LXXI), qui s'ouvre sur les vers suivants :

(15) Ce spectre singulier n'a pour toute toilette,
Grotesquement campé sur son front de squelette,
Qu'un diadème affreux sentant le carnaval.

53Si on rattache au titre du poème le GN initial qui introduit le spectre, deux lectures peuvent être proposées de la référence démonstrative. L'une consiste à penser que le poète décrit une gravure qu'il voit, ou qu'il a en mémoire ; le démonstratif indiquerait simplement la relation directe entre référent et locuteur. L'autre, plus intéressante me semble-t-il, s'appuie sur l'adjectif fantastique et accorde plus d'importance au fait que le référent est un être doublement décalé par rapport au monde réel (c'est un spectre, et il est représenté sur une gravure) ; décrire la gravure en utilisant un GN indéfini (il y a... un spectre singulier) donnerait une forme d'existence objective (au moins en tant que dessin) au référent décrit, tandis que le GN démonstratif inscrit d'emblée la description dans le monde fantastique qui est représenté sur la gravure. En d'autres termes, le démonstratif fait que le lecteur est dans le tableau, et non dans la position extérieure d'un observateur.

54J'ai fait abstraction pour l'instant des compléments qui peuvent accompagner le nom dans le GN démonstratif, de façon à faire apparaître plus clairement ce qui me semble être la dimension fondamentale de la référence démonstrative : l'inscription du référent dans l'univers subjectif construit par je. En l'absence de compléments (cf. les exemples (10) : ce cheval ou (13) : ces canaux, ces vaisseaux), le destinataire se trouve en quelque sorte tenu à l'écart de la relation établie entre je et le référent, et qui lui est imposée.

55Les compléments peuvent d'ailleurs accentuer cet effet de distance, en n'apportant que des informations relatives à l'univers de je, comme c'est le cas par exemple dans (11) et (12) (cf. note 21).

56Mais il se peut aussi que les compléments atténuent l'effet d'exclusion du destinataire, en apportant des informations qui constituent pour lui des indices susceptibles de l'aider à l'identification du référent. C'est ce type de cas que je voudrais examiner maintenant, pour montrer qu'un GN démonstratif complexe peut solliciter tu en tant que personne, en l'amenant à situer le référent du GN par rapport à sa propre expérience.

Le démonstratif et l'univers du destinataire

57Avant de donner quelques exemples où le complément fait appel à l'univers du destinataire, je voudrais rappeler pourquoi les GN démonstratifs complexes peuvent instaurer une relation intersubjective différente de celle des GN simples.

La spécificité des constructions à complément

58L'adjonction de certains types de compléments a pour effet de réduire l'incomplétude sémantique du démonstratif. Ces compléments, en effet, peuvent avoir, à l'écrit, un rôle comparable aux indices gestuels de la communication orale dans l'établissement de la référence, comme le montre la comparaison de (16) et (17) dans les conditions d'énonciation précisées entre crochets :

(16) As-tu vu ce film ? [énoncé prononcé devant une affiche du film en
question]
(17) As-tu vu ce film dont je t'ai parlé dans ma dernière lettre ? [énoncé
écrit dans une correspondance]

59Dans les deux cas, le GN ce film ne suffisant pas à permettre au destinataire l'identification exigée par la mise en relief du référent qu'impose le démonstratif, l'opération d'identification s'appuie sur un indice complémentaire, qui est par exemple, dans (16), un geste du locuteur ou un regard du destinataire en direction de l'affiche, et qui est, dans (17), l'information contenue dans la relative.

60L'adjonction de compléments dans un GN démonstratif ne relève pas, comme dans un GN défini, d'un nécessité linguistique, mais du libre choix du locuteur, comme le montre une comparaison de (17) avec (18) :

(18) As-tu vu le film dont je t'ai parlé dans ma dernière lettre ?

  • 22 As-tu vu le film ? ne peut pas être interprété de façon autonome (sauf peut-être, avec un fort acc (...)
  • 23 Comme dans les exemples souvent cités, du type : Tu l'as eu, ce permis ?

61Dans (18), la relative est nécessaire au fonctionnement de la référence, puisque en son absence l'identification du référent serait impossible22. Dans (17), par contre, le locuteur peut faire l'économie de la relative s'il pense que le référent du GN ce film est suffisamment présent à l'esprit du destinataire23.

62La présence de compléments, proposition relative ou autres, ne modifie donc pas le fonctionnement référentiel du démonstratif tel qu'il a été décrit dans le point précédent ; c'est toujours un référent situé dans l'univers du locuteur. Mais les compléments peuvent [us doivent] être utilisés par le locuteur pour établir un lien entre le référent du GN démonstratif et le destinataire. C'est cette possibilité que je vais illustrer maintenant par quelques exemples.

L'expérience du destinataire

63Dans les opérations référentielles décrites dans la deuxième partie, la position du destinataire est manifestement subordonnée à celle du locuteur : je impose à tu l'identification d'un référent qui ne fait pas forcément partie de son propre univers. Cette inégalité entre les deux personnes du discours face au référent du GN démonstratif peut être atténuée, dans un GN complexe, par une inscription du référent dans un univers qui est aussi celui du destinataire.

64L'expérience du destinataire peut être sollicitée d'une façon plus ou moins personnelle. Dans l'exemple fabriqué en (17), le complément du nom film évoque une expérience particulière partagée par les deux interlocuteurs (je t'ai parlé de ce film). Ce type de cas ne peut se présenter dans un texte que dans le cadre d'un discours rapporté au style direct, où je et tu sont des personnages du texte, comme dans (19) :

  • 24 Les exemples de Proust sont empruntés au corpus constitué, dans Sodome et Gomorrhe, par Danièle Ho (...)

(19) « Tenez, la petite blonde qui vend ces fleurs que vous n'aimez pas ; encore une qui a sûrement une petite amie (...) — Mais comment sais-tu tout cela ? » demanda Monsieur de Charlus émerveillé de la prescience de Morel (Proust, Sodome et Gomorrhe, 396).24

65Cet énoncé est un fragment de discours direct adressé par Morel à Charlus ; c'est donc à Charlus que renvoie-le vous de la relative ; le destinataire, Charlus, va pouvoir identifier les fleurs dont il est question à partir de sa propre expérience. L'objet introduit par le GN démonstratif complexe appartient à l'intersection des univers des deux interlocuteurs.

66Mais lorsque les personnes du discours coïncident avec les couples auteur/lecteur(s), ou personnage/lecteur(s), l'établissement d'un univers de discours commun ne peut se faire que sur le mode de la généralité. Le GN complexe évoque, le plus souvent dans une relative, une expérience supposée commune à suffisamment de gens pour que cela inclue le(s) lecteurs(s). Voici un exemple remarquable, extrait encore des Fleurs du Mal (« Le Parfum », « Spleen et Idéal », XXXVIII, II) :

(20) Lecteur, as-tu quelquefois respiré
Avec ivresse et lente gourmandise
Ce grain d'encens qui remplit une église,
Ou d'un sachet le musc invétéré ?

67Si on compare avec les cas présentés au paragraphe précédent, on mesure la différence entre le référent posé en (20) et ceux de (13), par exemple. Le grain d'encens du « Parfum » n'est pas un objet particulier de l'univers construit par le locuteur ; c'est un élément d'un « type d'expérience » évoqué dans la relative, où le présent atemporel et le GN générique une église montre bien qu'on se situe dans la généralité. L'exemple est particulièrement intéressant pour illustrer mon propos, puisque ce GN démonstratif apparaît dans le cadre d'une apostrophe au lecteur, directement questionné pour savoir s'il partage l'expérience évoquée (« encens dans une église »). Une réponse négative à cette question (inconcevable, évidemment, dans l'univers du texte, même si la possibilité en est linguistiquement ouverte) implique une incapacité du destinataire à identifier le référent introduit par le GN démonstratif complexe.

68Plus habituellement, ces GN complexes font intervenir le pronom indéfini on comme sujet d'une expérience générale décrite dans le complément du nom introduit par le démonstratif ; le type illustré par (21) est extrêmement répandu :

(21) [...] nous nous détournerions de nous comme de ces personnes avec qui on a été lié mais qu'on n'a pas vues depuis longtemps... (Proust, 253).

69L'expérience générale évoquée peut aussi être rapportée à un vous, qui, formellement, sollicite plus directement le destinataire, bien que son sens soit aussi général que celui de on ; c'est le cas par exemple dans (22) :

(22) [...] c'était un de ces morceaux maudits qui vous ont si souvent empêché de dormir et qu'une élève sans pitié recommence indéfiniment à l'étage contigu au vôtre (Proust, 345).

70Les deux pronoms peuvent d'ailleurs alterner à l'intérieur du même complément, ce qui montre bien leur équivalence sur le plan référentiel :

(23) [...] je m'étais senti tout à coup une responsabilité trop grande, la peur de le peiner, et cette mélancolie qu'il y a quand on cesse d'obéir à des ordres qui, au jour le jour, vous cachent l'avenir, de se rendre compte qu'on a enfin commencé de vivre pour de bon... (Proust, 319).

71On peut aussi rencontrer des sujets nominaux à référence générale, comme dans (24) ou (25) :

(24) [...] comme ces objectifs militaires qu'un général n'annonce que lorsqu'il les a atteints, de façon à ne pas avoir l'air battu s'il les manque (Proust, 263).

(25) [...] les forts, se souciant peu qu'on veuille ou non d'eux, ont seuls cette douceur que le vulgaire prend pour de la faiblesse (Proust, 434).

  • 25 J'ai étudié la référence générique des GN démonstratifs, et notamment sa relation au pluriel, dans (...)

72Souvent même, le pluriel du GN démonstratif suffit à établir le caractère général de l'expérience décrite dans la relative qui suit, comme dans (26)25 :

(26) Mme de Gallardon était en effet comme ces amoureux dédaignés qui veulent à toute force faire croire qu'ils sont plus aimés que ceux que choie leur belle (Proust, 120).

73Dans tous les exemples qui viennent d'être proposés, le GN démonstratif complexe invite le destinataire à se reporter à une « expérience commune » qu'il est supposé sinon partager (ce qui évidemment n'est pas vérifiable pour tout lecteur), au moins pouvoir imaginer. Cela suffit pour lui donner accès au référent du GN, et lui permettre d'établir par là même une relation avec l'univers imposé par le locuteur. Ce dernier peut renforcer cette relation, en utilisant dans le GN démonstratif complexe un nous qui a pour effet de suggérer une communauté d'expérience et de point de vue entre je et tu, comme c'est le cas dans (27) :

(27) [...] je vis avec étonnement s'insérer dans les yeux de la princesse ce trait différent et momentané qui trace dans les prunelles comme le sillon d'une fêlure et qui provient d'une pensée que nos paroles à leur insu ont agitée en l'être à qui nous parlons, pensée secrète qui ne se traduira pas par des mots, mais qui montera des profondeurs remuées par nous à la surface un instant altérée du regard (Proust, 113).

74On trouve aussi des compléments qui ne comportent aucun indice de renvoi à un univers, que ce soit celui de ON ou celui de tu, mais dont la présence favorise tout de même la mise en place du référent pour le lecteur, comme dans la première phrase de L'Enfant de sable de Tahar Ben Jelloun, cité dans Philippe (1998, 54) :

(28) Il y avait d'abord ce visage allongé par quelques rides verticales, telles des cicatrices creusées par de lointaines insomnies, un visage mal rasé, travaillé par le temps.

75Le long complément qui dépend du participe passé donne des indications objectives sur la forme (allongé, verticales) et l'aspect (rides, cicatrices, insomnies) du visage introduit par le GN démonstratif. On notera en outre qu'à ce GN est attaché, en apposition, un GN indéfini qui apporte encore des indications (mal rasé, travaillé par le temps) permettant de se représenter un certain type de visage. On peut raisonnablement penser que l'allongement du GN tend à compenser, pour le lecteur, le coup de force de la référence démonstrative en début de roman.

76Ces quelques exemples donnent une idée de la manière dont le lecteur peut être impliqué dans la lecture d'un GN démonstratif complexe. Je ne peux évidemment pas faire plus que « donner une idée », car l'analyse de tels faits dépend à chaque fois du texte dans lequel ils se situent. Cette sollicitation du destinataire, inscrite dans les possibilités offertes par l'usage d'un démonstratif, peut se faire selon des modalités très variées, et qu'il faut relier pour chaque exemple à la singularité d'un texte. Ces variations sont notamment liées, bien sûr, à la question de savoir qui est je et qui est tu, pour une occurrence donnée de démonstratif.

77Ce que j'ai voulu faire ici, c'est simplement attirer l'attention sur les cas où il est fait appel non pas simplement au rôle de lecteur, tel qu'il se manifeste évidemment dans toute lecture quelle que soit la forme de l'énoncé, mais au lecteur en tant qu'individu, susceptible comme tel d'investir dans sa lecture son expérience personnelle.

78La différence entre le lecteur comme rôle et le lecteur comme individu apparaît nettement dans l'exemple que je vais donner maintenant, où les GN démonstratifs s'adressent tantôt au lecteur comme rôle tantôt au lecteur comme individu. Il s'agit du début des Voyageurs de l'impériale de Louis Aragon :

(29) « Oh ! quelle horreur ! » s'écria Paulette.
Il faisait un temps magnifique, un de ces ciels où c'est un bonheur qu'il y ait des flocons de nuages, pour que quelque chose y puisse être de ce rose léger qui les rend plus bleus. Au débusqué du Trocadéro, sur les marches, on se heurtait à cette grande cloche vide au-dessus de Paris, de la Seine et des jardins.

79Les deux premiers GN (ces ciels..., ce rose...) fonctionnent comme ceux que j'ai déjà présentés dans ce paragraphe : les compléments du nom évoquent l'expérience de certains types de ciels ou de rose, expérience que le lecteur peut avoir en tant qu'individu. Le dernier GN démonstratif, par contre (cette grande cloche), définit la position du lecteur en tant que rôle par rapport à celle du personnage de Paulette. En effet, le discours direct initial, et le complément locatif au débusqué du Trocadéro imposent au lecteur, quand il arrive au GN démonstratif souligné en fin de phrase, de faire comme s'il partageait la position dans laquelle le texte a installé Paulette. Notons que c'est ce GN démonstratif qui lève l'ambiguïté planant sur la phrase qui précède : s'agissait-il ou non de discours indirect libre ? Le doute n'est plus possible : c'est Paulette, et non l'auteur, qui se trouve au débusqué du Trocadéro, face à « cette grande cloche vide ». Pour l'interprétation de ce démonstratif, donc, le couple je/tu est le couple Paulette/lecteur-rôle, tandis que c'est plutôt, pour les deux précédents, le couple Paulette (ou auteur)/lecteur-individu.

Conclusions

  • 26 Cette observation permet d'affiner la conclusion formulée dans Gary-Prieur & Noailly (1996), où no (...)

80On retiendra d'abord que les GN démonstratifs simples et les GN démonstratifs complexes ne sont pas associés, dans un texte, aux mêmes modalités de construction des rapports intersubjectifs où s'inscrit le référent du groupe nominal. Un GN simple, en première mention, ne peut que manifester la distance entre le destinataire et l'univers où est posé le référent. Un GN complexe peut soit accentuer cette distance entre je et tu (comme c'est le cas dans (11) et (12)), soit l'atténuer (comme c'est le cas dans les exemples donnés dans la troisième partie)26.

81Ce n'est pas un hasard si on trouve des GN simples dans « L'invitation au voyage » ou dans les incipit de romans modernes : l'introduction d'un référent par un GN démonstratif simple est significative d'une écriture qui privilégie le rapport entre auteur et référent, au détriment du lecteur à qui est imposé l'effort d'entrer dans un univers qui n'est pas le sien.

  • 27 Cf. ci-dessus la note 25.

82Quant aux GN complexes, ils sont bien sûr infiniment variés, et leur observation de détail peut donner des indications très intéressantes sur les rapports entre auteur, lecteur et référent. Les GN démonstratifs complexes sont par exemple remarquablement fréquents dans Proust, où ils ne fonctionnent manifestement pas du tout comme ceux sur lesquels repose la construction que décrit Bordas (2001)27. Ces GN sont, dans le texte de Proust, un lieu privilégié où se développent descriptions et réflexions qui inscrivent le référent moins dans la réalité du monde objectif, comme dans les romans du XIXe siècle, que dans l'expérience subjective qui est l'objet même du texte.

83Je voudrais revenir maintenant sur l'expression « démonstratifs insolites » que nous avons utilisée, dans Gary-Prieur & Noailly (1996), pour évoquer cette catégorie de GN démonstratifs qui, dans un texte, constituent une sorte d'énigme pour le lecteur. L'adjectif insolite traduisait la perplexité de linguistes cherchant sans succès à retrouver dans des emplois textuels les catégories grammaticales habituelles (en l'occurrence, l'opposition entre deixis et anaphore). Je suis pleinement d'accord avec De Mulder (1998), dont la conclusion, malgré la civilité de sa formulation, revient à dire que ces démonstratifs n'ont rien d'insolite. Ils sont en effet simplement, dans le cadre du texte où ils apparaissent, des manifestations, parmi d'autres possibles, de ce que j'ai décrit ici comme la référence personnelle, et qui est le mode régulier de fonctionnement du démonstratif dans la langue.

  • 28 Sur ce point, on peut se reporter à Gary-Prieur (2001a).
  • 29 Le plan de cet article témoigne de la même attitude que le choix de l'adjectif insolite, que je vi (...)

84La confrontation des textes aux listes de « types d'emplois » du démonstratif proposées dans les grammaires28 n'invite pas, me semble-t-il, contrairement à ce que suggère la lecture de Kleiber (1998)29, à allonger une telle liste en découvrant de « nouveaux emplois ». C'est ce que nous enseigne précisément la rencontre entre linguistique et stylistique : si on admet, en suivant Jenny (1993), que tout style est radicalement singulier, un GN démonstratif textuel ne peut pas être ramené à un « type d'emploi reconnu », pour reprendre les termes de Kleiber.

85De l'analyse linguistique, on retiendra plutôt que le démonstratif est un outil privilégié de l'écriture, pour au moins deux raisons, qui se dégagent des analyses que j'ai présentées dans cette étude.

86On a constaté tout d'abord que le démonstratif permet à la fois d'introduire de plain pied dans la fiction un référent dont l'existence n'est garantie que dans l'univers du locuteur, et de rattacher ce référent à la réalité de l'expérience des lecteurs. Il installe donc dans un texte la possibilité d'un jeu sur les rapports entre fiction et réalité, qu'il est le seul déterminant à autoriser.

87D'autre part, le démonstratif est un point d'articulation entre l'univers du locuteur, le texte et l'univers des lecteurs. Sa présence dans un texte conduit à mettre l'accent sur l'activité spécifique que constitue la lecture, puisque c'est le seul déterminant qui peut impliquer le lecteur en tant que personne dans l'établissement de la référence.

88Notons enfin que, contrairement à d'autres formes de langue, le démonstratif passe relativement inaperçu : l'apparente évidence de sa fonction référentielle masque la complexité du travail d'écriture et de lecture qui lui est associé.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bally Ch., Traité de stylistique française, Paris, Klincksieck, 1951.

Benveniste É., « La nature des pronoms », Problèmes de linguistique générale, T.1, Paris, Gallimard, 1966, 251-57.

Berrendonner A., Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Bordas É., « Un stylème dix-neuviémiste. Le déterminant discontinu un de ces... qui... », L'Information grammaticale, no 90, juin 2001, 2001, 2-43.

Corblin F., « Les désignateurs dans le roman », repris in Corblin (1995), 1983, 198-210 ;

—, Les Formes de reprise dans le discours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1995.

Danon-Boileau L., Produire le fictif, Paris, Klincksieck, 1982.

De Mulder W., « Du sens des démonstratifs à la construction d'univers », Langue française, no 120, 1998, 21-33.

Ducrot O., Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972.

Ducrot O. et alii, Les Mots du discours, Éditions de Minuit, Paris, 1980.

Gary-prieur M.-N., « La dimension cataphorique du démonstratif. Étude des constructions à relative », Langue française, no 120,1998, 44-51 ;

—, « Définir les démonstratifs », Faire une grammaire, faire de la grammaire, les Cahiers du CIEP, Paris, Didier, 2001a, 56-66 ;

—, « GN démonstratifs à référence générique : une généralité discursive », French Language Studies, no 11, Cambridge (UK), Cambridge University Press, 2001b, 221-239 ;

—, « La distinction d'un élément dans une classe discursive (étude des constructions de la forme un de ces N qui P) », colloque de Metz, 18-20 mars 1999, à paraître.

Gary-Prieur M.-N. & Léonard M., « Le démonstratif dans les textes et dans la langue », Langue française, no 120, 1998, 5-20.

Gary-Prieur M.-N. & Noailly M., « Démonstratifs insolites », Poétique, no 105, février 1996, 111-121.

Gary-Prieur M.-N. & Léonard M. (éds.), « Les démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires », Langue française, no 120, décembre 1998.

Jakobson R., Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1963.

Jenny L., « L'objet singulier de la stylistique », Littérature, no 89, 1993,113-124.

Kleiber G., « Les démonstratifs à l'épreuve du texte ou sur Cette côte de la baie de l'Arguenon », Langue française, no 120,1998, 77-95.

—, Problèmes de sémantique, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

Larthomas R, Notions de stylistique générale, Paris, PUF, 1998.

Léonard M., « Démonstratifs balzaciens. Personnage et temporalité », Langue française, no 120, 1998, 66-77.

Philippe G., « Les démonstratifs et le statut énonciatif des textes de fiction », Langue française, no 120, 1998, 51-66 ;

—, « Cohésion textuelle. Les reprises démonstratives », Pratiques, no 85, mars 1995.

Wagner R.-L. & Pinchon J., Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 1962.

Notes

1 C'est évidemment l'explicitation de ce que ce cas a de « particulier » qui fait l'objet d'une théorie stylistique.

2 Cette coupure varie d'une théorie à l'autre. Elle prend par exemple la forme, dans la théorie de Saussure, de l'opposition entre langue et parole, et dans celle de Chomsky de l'opposition entre compétence et performance.

3 On peut raisonnablement penser que le nom table, par exemple, ou la préposition à, n'offrent guère a priori un matériau très intéressant à ce travail subjectif de la langue qu'est un style.

4 On se reportera notamment à l'article de présentation du numéro, Gary-Prieur & Léonard (1998), d'où est extraite la citation qui suit.

5 Quand Benveniste introduit l'idée d'une subjectivité de la langue, c'est d'une subjectivité structurelle, et non psychologique, qu'il veut parler : la forme je, par exemple, inscrit le sujet parlant, en tant que rôle, dans la forme de son énoncé, mais elle ne dit rien sur la psychologie de tel sujet individuel réel. Bien sûr, des manifestations d'ordre psychologique accompagnent très naturellement la subjectivité structurelle, mais elles en restent distinctes.

6 Corblin observe que Zola utilise volontiers des « désignateurs contingents » référant à un personnage en fonction de propriétés liées au développement de l'histoire (par exemple le meurtrier, les dormeurs, les promeneurs), tandis que Flaubert préfère les désignateurs rigides, pronoms ou nom propre, qui réfèrent indépendamment des propriétés variables du personnages. Cette observation peut évidemment être reliée au style respectif de chacun des deux romanciers.

7 On se reportera notamment, sur ce point, aux contributions de G. Kleiber, de M. Léonard et de G. Philippe dans ce numéro.

8 Par exemple dans Corblin (1995), ou dans le numéro 85 de la revue Pratiques, mars 1995.

9 Comme dans ce texte de F. Ponge : « Le savon se venge de l'humiliation qu'elle lui fait subir en se mélangeant intimement à l'eau, en s'y mariant de la façon la plus ostensible. Cet œuf, cette plate limande, cette petite amande se développe rapidement en poisson chinois... ».

10 C'est ce que nous avions appelé, dans Gary-Prieur & Noailly (1996) les « démonstratifs insolites ».

11 Voir Gary-Prieur (1998) et Gary-Prieur (2001b).

12 Par exemple de la façon suivante : le N = il existe dans l'univers du discours un et un seul objet vérifiant les conditions imposées par le sens lexical du nom N.

13 Pour la distinction entre personnes grammaticales et personnes du discours, je renvoie à Benveniste (1956).

14 On a déjà souvent noté la différence entre ce qu'on appelle situation dans les descriptions linguistiques et cette « situation » très spécifique et très complexe qu'est un texte. Je renvoie, entre autres exemples, à Danon-Boileau (1982), Larthomas (1998), Philippe (1998).

15 Comme Kleiber (1999), je pense en effet que, dans la communication standard, les référents ont une existence indépendante de l'énoncé, et ne sont pas construits par le discours, comme le soutiennent d'autres linguistes. C'est là un des points, justement, qui font du style un cas particulier de la parole.

16 Je rappelle que je me borne ici à l'étude de ce type de cas. Pour les démonstratifs de reprise, le texte fournit la plupart du temps des indices clairs qui permettent l'interprétation. Il y a beaucoup moins de différences fondamentales entre oral et écrit dans les mécanismes de reprise, du moins pour ce qui est de l'identification du référent.

17 Notamment les articles de G. Kleiber, M. Léonard et G. Philippe.

18 Comme dans cet exemple, cité dans Gary-Prieur & Noailly (1996, 118) : « Bernis n'a plus que des pensées rudimentaires, les pensées qui dirigent l'action : sortir de ce cirque de montagnes où la tornade descendante le plonge, où la pluie en rafales est si drue qu'il fait noir, sauter ce mur, gagner la mer » (Saint-Exupéry, Courrier Sud).

19 J'utilise ce terme au sens qui lui a été donné dans Ducrot (1972) : il s'agit d'un élément de sens implicite mais, et c'est ce qui le distingue des autres types d'implicite, inclus dans la définition linguistique d'une unité lexicale ou d'une construction.

20 C'est ce que Berrendonner (1982) rattache au domaine de ce qu'il appelle ON-vérité.

21 Ce ne sont pas des GN simples, mais les compléments qui les accompagnent ne contiennent aucun élément susceptible d'orienter vers autre chose que l'univers du locuteur. Les adjectifs (si fervents et si tendres, puissants comme un dictame, plus vifs que des rayons) sont axiologiques, et inclus dans des constructions à valeur expressive (superlatif, comparative). Quant à la relative (où mon cœur se noya), elle situe justement le référent par rapport au locuteur. Contrairement aux faits qui seront examinés dans la troisième partie, le complément ne compense donc aucunement l'incomplétude sémantique ressentie par le lecteur. On peut faire la même observation pour (12).

22 As-tu vu le film ? ne peut pas être interprété de façon autonome (sauf peut-être, avec un fort accent sur le, si on suppose la phrase énoncée à un moment où tout le monde ne parle que d'un film particulier ; on peut penser par exemple à la sortie très médiatisée du Fabuleux destin d'Amélie Poulain). Le présupposé d’existence associé à le impose une introduction préalable du référent, soit dans une relative ((18) présuppose je t’ai parlé d' un film ...) soit dans le discours antérieur (le film est alors anaphorique).

23 Comme dans les exemples souvent cités, du type : Tu l'as eu, ce permis ?

24 Les exemples de Proust sont empruntés au corpus constitué, dans Sodome et Gomorrhe, par Danièle Hochart, qui prépare actuellement une thèse sur les constructions de la forme dém N Relative. Je la remercie de m'avoir fourni ces exemples. Les pages sont données dans l'édition « Folio ».

25 J'ai étudié la référence générique des GN démonstratifs, et notamment sa relation au pluriel, dans Gary-Prieur (2001b). J'ai aussi montré, dans Gary-Prieur (à paraître) comment les démonstratifs pluriels participent à une référence indéfinie complexe dans des GN de la forme un de ces N qui... Ces mêmes GN sont étudiés, dans une perspective stylistique, dans Bordas (2001), où ils sont caractérisés comme « stylème dix-neuviémiste ».

26 Cette observation permet d'affiner la conclusion formulée dans Gary-Prieur & Noailly (1996), où nous proposions deux interprétations opposées des « démonstratifs insolites », selon qu'ils rattachent ou éloignent le lecteur de l'univers de l'auteur. Ces deux possibilités dépendent donc dans une certaine mesure (car il y a sûrement d'autres paramètres à prendre en compte) de la forme du GN démonstratif.

27 Cf. ci-dessus la note 25.

28 Sur ce point, on peut se reporter à Gary-Prieur (2001a).

29 Le plan de cet article témoigne de la même attitude que le choix de l'adjectif insolite, que je viens de commenter. Dans un premier paragraphe, Kleiber confronte le GN démonstratif qu'il analyse aux « emplois reconnus » pour faire, dans le second, l'hypothèse « d'un nouveau type d'emploi textuel ? » ; et il déclare en conclusion que « tous les types d'emplois de l'adjectif démonstratif n'ont pas encore été relevés » (92), comme si un tel relevé lui paraissait concevable.

Auteur

Professeur émérite de linguistique française à l'Université de Lille III, et membre de l'UMR 8528 du CNRS. Elle est spécialiste de grammaire française, et plus particulièrement de la sémantique du groupe nominal. Ses recherches sont centrées depuis quelques années sur les noms propres et les démonstratifs.
Principales publications : De la grammaire à la linguistique, Paris, Armand Colin, 1985 ; Grammaire du nom propre, Paris, PUF, 1994 ; L'Individu pluriel. Les noms propres et le nombre, Paris, CNRS Éditions, 2001.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search