Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Perspectives et vérité dans la narration : les propositions cachées

Marc Dominicy et Fabienne Martin

Texte intégral

Sur une intuition de Leo Spitzer

  • 1 Bien qu'elle ne puisse être considérée comme un coordonnant ou un subordonnant syntaxique, la locu (...)

1Dans sa célèbre étude sur Bubu de Montparnasse (1928), qu'il considérera plus tard comme exemplaire de sa démarche herméneutique (1970, 54-57), Leo Spitzer soutient que, par un usage marqué des connecteurs1 à cause de, parce que, puisque et car, Charles-Louis Philippe crée un effet de « motivation pseudo-objective », lui-même révélateur d'une vision du monde – une Weltanschauung – à la fois ironique et résignée. Considérons, afin de mieux illustrer cette thèse, trois des nombreux extraits sur lesquels s'appuie Spitzer :

(1)

Les réveils de midi sont lourds et poisseux comme la vie de la veille avec l'amour, l'alcool et le sommeil. On éprouve un sentiment de déchéance à cause des réveils d'autrefois où les idées étaient si claires qu'on eût dit que le sommeil les avait lavées (Bubu, 68).

(2)

Le peuple, à cause de l'anniversaire de sa délivrance, laisse ses filles danser en liberté (Bubu, 40).

(3)

C'est ainsi que Pierre rencontra Berthe, le soir du quinze juillet. Il souriait à cause de sa gentillesse et de ses bandeaux (Bubu, 31).

2À propos de (1), Spitzer (1928, 168-169 ; 1970, 54) note que la locution « parlée » à cause de « suggère une causalité inattendue » – quoique présentée comme « évidente » (selbstverstandlich) – « là où n'importe qui verrait seulement une coïncidence ». Dans (2), il décèle (1928, 172-173 ; 1970, 55) un procédé « ironique » par lequel l'écrivain, « reprenant à son compte le langage et les habitudes d'un locuteur ordinaire », invoque une explication ou une justification causale qui soumet le monde aux régularités d'un « ordre fallacieux » (Pseudo-Ordnung). Enfin, (3) lui paraît imposer une sorte de nécessité artificielle – comme si la gentillesse de Berthe et ses bandeaux devaient, de manière inéluctable et « évidente » (selbstverstandlich), faire sourire son partenaire masculin (1928, 172).

  • 2 Parmi les apports dont il faudrait tenir compte dans une relecture actuelle, on mentionnera évidem (...)

3Il y aurait beaucoup à dire sur cette analyse, où de brillantes intuitions côtoient des jugements inspirés par une théorie du langage et par une philosophie de l'esprit aujourd'hui désuètes2. Pour ce qui touche à la problématique dont nous voulons traiter ici, nous aurons à affronter deux questions principales, d'ailleurs intimement liées. La première porte sur la nature même des contenus décrits par Spitzer ; la seconde concerne, plus classiquement, l'ancrage énonciatif de ces contenus.

Les propositions cachées

  • 3 Sur la différence entre mémoire sémantico-encyclopédique et mémoire épisodique, voir Tulving (1972 (...)

4Quoique Spitzer ait certainement eu tort de ne reconnaître aucun substrat objectif aux relations causales établies dans les exemples (1-3), il a bien senti que de telles connections revêtent, au plan cognitif, un caractère abrupt qui tient à ce qu'elles unissent de manière directe, sans chaînons intermédiaires, des fragments de réalité par trop distants (1928, 169-171). Dans l'extrait (1), les réveils d'autrefois, que le sujet de conscience a vécus, ont produit – causalement – une représentation conceptuelle qui figure, sous une forme ou sous une autre, dans sa mémoire sémantico-encyclopédique, et une trace d'expérience désormais inscrite dans sa mémoire épisodique3. Au moment où il éprouve et conceptualise l'expérience de son réveil présent, le sujet de conscience se souvient de son expérience passée, tout en la revivant par la même occasion ; autrement dit, l'expérience présente et sa conceptualisation activent – causalement – un certain contenu conceptuel (de la mémoire sémantico-encyclopédique) et la trace d'expérience (inscrite en mémoire épisodique) qui est associée à ce contenu. Le sentiment de déchéance, qui est une « émotion secondaire » au sens de Damasio (1995), naît – causalement – de ce que l'expérience rappelée et revécue contraste brutalement avec l'expérience que le sujet de conscience éprouve et conceptualise in situ. La compression causale ainsi obtenue n'est guère moindre dans (2), où l'emploi de la description définie l’anniversaire de sa délivrance dilate, en quelque sorte, le lien causal en amont : la « délivrance » que constitue la prise de la Bastille produit – causalement – la fête anniversaire du 14 juillet, dont le retour périodique produit – causalement – des comportements et attitudes qui, au bout du compte, produisent – causalement – la liberté que le peuple accorde exceptionnellement à ses filles. Enfin, dans (3), le comportement de Berthe produit – causalement – une évaluation dans le chef de Pierre (qui la trouve « gentille ») ; le bandeau de Berthe produit – causalement – une expérience perceptuelle chez Pierre ; cette évaluation et cette expérience perceptuelle produisent – causalement – le sourire de Pierre, sans qu'il soit exclu que l'expérience perceptuelle soit l'un des facteurs qui produisent – causalement-l'évaluation.

5Nous ne nous dissimulons pas le caractère risqué de cette rapide esquisse. Elle nous aidera, cependant, à mieux circonscrire l'objet de notre enquête. Quittons un instant Bubu de Montparnasse et Charles-Louis Philippe, pour imaginer que Berthe et Pierre aient échangé, en tant que locuteurs réels, les énoncés qui suivent :

(4) (a)

Berthe — Pourquoi souris-tu ?

(b)

PierreÀ cause de ton bandeau.

6Si, en accord avec ce que nous venons d'affirmer, on décèle dans (4b) un effet de compression causale, on fera l'hypothèse (cf. Martin, 2003) que l'énoncé de Pierre véhicule un certain contenu, qui pourrait recevoir la forme d'une proposition – par exemple : « Le bandeau de Berthe cause directement le sourire de Pierre ». Il faut se demander, alors, si cette proposition appartient, ou non, aux conditions qui doivent être remplies pour que l'énoncé de Pierre soit vrai. La réponse ne fait guère de doute : même si nous ne doutons pas un instant que le lien causal soit indirect, nous n'en considérerons pas moins l'énoncé de Pierre comme vrai. Autrement dit, la proposition « Le bandeau de Berthe cause directement le sourire de Pierre » ne relève, dans (4b), ni du contenu asserté, ni du contenu présupposé. S'agit-il alors d'une implicature conversationnelle ? Cette solution nous contraindrait à admettre que le locuteur – Pierre, en l'occurrence – puisse se livrer à une annulation des plus étranges :

(4) (b')

#

À cause de ton bandeau. Mais je ne veux pas dire par là que ton bandeau cause directement mon sourire.

7Il n'est pas concevable, non plus, qu'il s'agisse d'une implicature conventionnelle ; car si la non-annulabilité de la proposition plaide en faveur de son origine conventionnelle (attachée à un lexème ou à une construction particulière), il reste que son explicitation s'avère tout aussi bizarre que son annulation. On comparera, à cet effet, (4b") avec un discours où une implicature conventionnelle se voit explicitée par après.

(4) (b")

À cause de ton bandeau. Ton bandeau cause directement mon sourire.

(5) (a)

— Si tu as une voiture, tu peux venir me chercher à la gare ?

(b)

— J'ai une voiture, mais j'habite en banlieue. Ça [= le fait que j'habite en banlieue] m'empêche d'aller te chercher.

8Nous soutiendrons, par conséquent, que l'énoncé (4b) véhicule (comme avancé dans Martin, 2003) une « proposition cachée » qui relève d'un « dire sans vouloir dire », distinct à la fois de l'illocutoire (asserté ou présupposé) et du perlocutoire (conventionnellement ou conversationnellement implicité). En termes plus généraux, l'hypothèse défendue est que les énoncés qui contiennent des « items de la classe fermée » au sens de Talmy (1988) – c'est-à-dire des lexèmes grammaticaux ou certaines constructions syntaxiques – véhiculent souvent des propositions cachées. Ainsi, pour reprendre un exemple dont nous avons déjà traité ailleurs (Martin & Dominicy, 2001a, 2001b), l'usage de au travers de se révèle acceptable ou inacceptable dans (6) selon que la proposition cachée « Un obstacle, physique ou psychologique, s'oppose à mon mouvement » se trouve, ou non, vérifiée ; et, de nouveau, l'annulation ou l'explicitation apparaîtraient des plus étranges :

(6)

Je voyage au travers des paysages (désolés/riants) de l'Italie.

(6')

#

Je voyage au travers des paysages de l'Italie. Mais je ne veux pas dire par là qu'un obstacle physique/psychologique s'oppose à mon mouvement.

(6")

#

Je voyage au travers des paysages de l’Italie. Un obstacle physique/psychologique s'oppose à mon mouvement.

  • 4 Nous recourons ici à la notion générale d'« enrichissement » telle qu'elle l'ont définie Sperber (...)

9On pourrait nous objecter ici qu'en (6) l'adjonction de l'adjectif désolés expliciterait, d'une façon ou d'une autre, la proposition cachée. Mais si d'aucuns tendent à juger l'emploi de désolés plus « naturel » que celui de riants, cela proviendra, en l'occurrence, d'une hypothèse par défaut, qui veut que, pour un voyageur normal, le caractère désolé d'un paysage constitue un obstacle psychologique au mouvement, tandis que son caractère riant joue, au contraire, le rôle d'un incitant. Le fait que Ton puisse imaginer une interprétation où le locuteur se déplace « au travers » des paysages de l’Italie malgré leur caractère riant – parce que, tel un héros de roman gothique, il ne désire plus contempler que la désolation – montre qu'on ne saurait confondre la proposition cachée, que l'énoncé véhicule dans tous les cas de figure, avec les hypothèses par défaut qui enrichissent cette proposition à l'intérieur d'un contexte donné4.

Conscience et point de vue

  • 5 Pour Silverstein (2001), le contenu sémantique des particules et des prépositions fait l'objet, da (...)

10Selon toute vraisemblance (cf. Martin, 2003), le « dire sans vouloir dire » relève, dans un usage naïf, d'un traitement « non-conscient » ; ce qui le distinguerait de l'illocutoire et du perlocutoire. En optant pour tel ou tel item de la classe fermée, le locuteur produit un énoncé qui véhicule telle ou telle proposition cachée ; ceci n'implique pas qu'il prenne conscience de cette proposition cachée, mais seulement qu'il adopte, vis-à-vis du fragment de réalité dont il traite, une certaine perspective qui devrait déterminer, pour une part, ce que l'on appelle traditionnellement son « point de vue ». L'interprétant, quant à lui, peut reconnaître cette perspective sans prendre conscience, non plus, de la proposition cachée. On comprend ainsi la difficulté que l'un et l'autre éprouveraient à expliciter cette composante du contenu, même s'ils se montrent parfaitement capables de la créer ou de l'exploiter. Cependant, rien n'interdit, dans le principe, que la proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient5, pour autant que le sujet ait développé les aptitudes métalinguistiques nécessaires à cet égard, et qu'il ait intérêt à recourir à pareille stratégie – dans la mesure où il obtiendra, par cette voie plus coûteuse, des effets cognitifs additionnels.

  • 6 En termes techniques, on dira que l'auteur, parce qu'il « feint » d'agir illocutoirement et perloc (...)
  • 7 Plus précisément : parmi les propositions qui devraient être vraies si, ne « feignant » pas, l'aut (...)

11Considérons, à titre d'exemple, un romancier qui produit des énoncés de fiction ; et supposons, pour ne pas compliquer les choses, que nous nous trouvions dans le cas simple où l'auteur et le narrateur se confondent. Nous admettrons, avec Searle (1982), que cet auteur « feint » d'asserter, de présupposer et d'impliciter (conventionnellement ou conversationnellement)6. Quel traitement est-il alors susceptible d'appliquer aux propositions cachées éventuellement véhiculées par ses énoncés ? En simplifiant à l'extrême, on pourrait dire que la réponse variera, en première instance, selon que la perspective exprimée par ces propositions cachées s'intègre au point de vue de l'auteur, ou à celui de l'un ou l'autre personnage. Il est concevable que l'auteur adopte, vis-à-vis du monde qu'il « feint » de décrire, une certaine perspective, sans que la proposition cachée qui y correspond fasse l'objet, chez lui, d'un traitement conscient. Les choses sont différentes, en revanche, si la perspective en question s'intègre au point de vue de l'un ou l'autre personnage. Le monde fictionnel possède alors pour caractéristique de renfermer un personnage qui adopte la perspective en question ; de sorte que la proposition cachée constitue maintenant le contenu d'un état mental (en principe inconscient) que l'auteur attribue à ce personnage. Si la vérité narrative exige que le monde fictionnel soit tel que le personnage considéré entretienne bel et bien l'état mental en cause, cela signifie que, parmi les propositions qui doivent être vraies7, se trouve une méta-proposition P' de la forme « Le personnage X entretient l'état mental E dont le contenu est la proposition cachée P ». Si, de surcroît, nous allons jusqu'à supposer l'auteur conscient de tout ce qui doit être vrai dans le monde fictionnel, nous en conclurons que tant la méta-proposition P' que la proposition cachée P font nécessairement l'objet d'un traitement conscient dans le chef de l'auteur.

12Afin d'illustrer ce développement théorique, nous allons analyser très brièvement les deux extraits narratifs qui suivent :

(7)

Si lui était mort, on eût ainsi apporté la petite châsse au travers de la plaine, même un dimanche (La Varende, cité par Spang-Hanssen 1963, 231).

(8)

Chacun pour son propre compte se lança au travers de la vaste Amérique (PetJP, 59).

  • 8 Nous négligeons ici un cas de figure plus complexe, où la proposition cachée non-enrichie serait a (...)

13Spang-Hanssen (1963, 231) mentionne l'exemple (7) afin d'établir que, parfois, « au travers de s'emploie sans qu'il y ait obstacle ». Mais comme nous l'avons déjà noté ailleurs (Martin & Dominicy, 2001a, 213), l'adjonction de même un dimanche permet d'enrichir la proposition cachée « Un obstacle, physique ou psychologique, s'oppose au mouvement », en suggérant que, pour apporter la châsse, il eût fallu traverser une longue plaine, et s'engager ainsi dans un déplacement dont la durée aurait perturbé les offices du dimanche. De manière comparable, Jacques Laurent, dans son pamphlet Paul et Jean-Paul, nous représente Sartre et Bourget s'apprêtant à parcourir un pays que ni l'un ni l'autre n'apprécient ; l'adjectif vaste enrichit, de nouveau, la proposition cachée, en suggérant que la vastitude de l'Amérique rend leur voyage physiquement et psychologiquement difficile. Si nous appliquons à l'extrait (8) le raisonnement que nous avons mené dans le paragraphe précédent, nous aboutissons aux deux solutions qui suivent8 :

(8')

Jacques Laurent entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée (enrichie) « La vastitude de l'Amérique est un obstacle, physique ou psychologique, qui s'oppose au mouvement de Paul (resp. de Jean-Paul) ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Jacques Laurent.

(8")

(a)

Paul (resp. Jean-Paul) entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée (enrichie) « La vastitude de l'Amérique est un obstacle, physique ou psychologique, qui s'oppose à mon mouvement ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Paul (resp. de Jean-Paul).

(b)

Jacques Laurent entretient un état mental E' dont le contenu est la méta-proposition (enrichie) « Paul (resp. Jean-Paul) entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée (enrichie) "La vastitude de l'Amérique est un obstacle, physique ou psychologique, qui s'oppose à mon mouvement" ». Cette méta-proposition, ainsi que la proposition cachée, font l'objet d'un traitement conscient de la part de Jacques Laurent.

  • 9 Cette empathie pourrait constituer, de la part de l'auteur, une forme élaborée de « simulation » p (...)

14Cette analyse économique pourrait néanmoins se révéler par trop réductrice. Pour parvenir, en l'occurrence, à la conclusion que Jacques Laurent soumet à un traitement conscient tant la méta-proposition que la proposition cachée, il nous a fallu faire l'hypothèse que l'auteur est conscient de tout ce qui doit être vrai dans le monde fictionnel. Leo Spitzer, quand il se penche sur Bubu de Montparnasse, se montre beaucoup plus hésitant – ou beaucoup plus nuancé. Par la « motivation pseudo-objective », Charles-Louis Philippe nous livrerait une vision (une Weltanschauung) de « ce monde qui fonctionne de travers sous une apparence de rigueur et de logique objective » ; mais il manifesterait aussi « une sympathie résignée, à moitié critique, à moitié compréhensive, pour les erreurs nécessaires, les efforts gauches de ces individus interlopes qu'écrasent des forces sociales inexorables » (1970, 56). En outre, Spitzer affirme que le conglomérat d'états mentaux, ou de dispositions mentales, qu'il a ainsi caractérisé – et qu'il nomme plaisamment « mens Philippina » – est « ineffable » (1970, 56-57). Spitzer nous semble donc envisager un troisième cas de figure, où l'auteur « partagerait », en quelque sorte, les propositions cachées avec ses personnages, sans que ces contenus leur soient prêtés, dans son chef, par la voie d'une attribution consciente et exprimable au moyen d'une méta-proposition. En d'autres termes, Charles-Louis Philippe entrerait, vis-à-vis de ses personnages, dans un rapport qui relèverait davantage de l'empathie que de l'ironie distanciée9.

15De toute évidence, les choix que la critique opérera en la matière détermineront les jugements éthiques et esthétiques portés sur l'œuvre et sur l'artiste. Si, dans Bubu de Montparnasse, les propositions cachées sont attribuées au seul auteur, celui-ci offrira une image peu flatteuse, faite de cynisme ou de naïveté selon le traitement, conscient ou non-conscient, qu'il est censé appliquer à ces contenus. Par contre, en attribuant ces mêmes propositions cachées aux seuls personnages, et en supposant l'auteur responsable et conscient de telles attributions, on le mue en un moraliste à la fois sévère et désabusé. La troisième voie, que Spitzer aurait certainement privilégiée – il parle, au sujet de Charles-Louis Philippe, d'un « esprit de contemplation » (1970, 56) – autorise une synthèse subtile d'exigence morale et de compréhension. Parallèlement, le pouvoir reconnu au romancier oscillera entre une incapacité éthique ou esthétique, une omnipotence presque « divine », et un statut mixte, fréquemment revendiqué par les écrivains, où la vie mentale des personnages en vient à guider le parcours narratif et le détail de l'expression. Spitzer (1928,197-207) décèle ainsi, chez Charles-Louis Philippe, l'alliance « contradictoire » d'une ironie qui voudrait « dominer la vie » et d'un fatalisme « apologétique » fondé sur la solidarité énonciative de l'auteur et de ses personnages.

Le génitif et la cause dans le guépard

  • 10 L'histoire littéraire nous apprend que Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa, a puisé la matière du (...)

16Dans la seconde partie de cet article, nous allons appliquer les outils d'analyse que nous venons de mettre en place au roman de Giuseppe Tomasi de Lampedusa, Il Gattopardo (« Le Guépard »), en confrontant chaque fois la version originale à la belle traduction qu'en a procurée Lanette Pézard. Nous étudierons plus particulièrement les propositions cachées que véhiculent certains types d'énoncés renfermant soit une construction génitivale avec la préposition de (en français) ou di (en italien), soit une construction causale avec la préposition par (en français) ou da (en italien). Nous procéderons, pour ce faire, en plusieurs étapes. Après avoir caractérisé les deux classes de constructions qui nous intéressent, nous examinerons l'alternance entre di et da dans quelques passages du roman. À cette occasion, nous montrerons que la perspective exprimée par une proposition cachée, initialement attribuable à l'auteur en vertu d'une hypothèse par défaut, peut non seulement s'intégrer ensuite au point de vue du personnage principal (don Fabrice, prince Salina), mais aussi faire l'objet, en d'autres endroits du texte, d'un traitement conscient dans l'esprit de ce même personnage. L'écriture de Lampedusa manifeste, dès lors, une forme d'empathie plus complexe que celle rencontrée dans Bubu de Montparnasse, puisque l'auteur et son personnage, loin de ne « partager » que des propositions cachées, peuvent aussi prendre conscience, « en commun », de ces contenus – et donc, du regard qu'ils ont jeté d'une manière d'abord non-consciente sur la Sicile et le Risorgimento10.

Génitif de matière, génitif de partie et génitif d'ajout

  • 11 Martin (2002a, b, c, d) rejette l'idée traditionnelle qui veut que le génitif soit toujours complé (...)

17Nous allons reprendre ici une typologie des constructions génitivales en de qui s'appuie sur les résultats d'une recherche plus vaste et toujours en cours (Martin, 2002a,b,c,d ; Martin & Dominicy, 2002), et qui porte, notamment, sur l'alternance entre les prépositions françaises de et par à l'intérieur des structures « SN1 est PP de/par SN2 », où « PP » est une forme participiale11. Pour le domaine qui nous concerne aujourd'hui, nous devons envisager trois catégories de génitifs verbaux : le génitif « de matière », le génitif « de partie » et le génitif « d'ajout ».

18Le génitif de matière, illustré par les exemples sous (9) :

(9) (a)

La plage est inondée de pétrole/papillons

(b)

La ville est baignée de lumière(s)

(c)

Le toast est tartiné de confiture/myrtilles

(d)

Le champ est parsemé de lavande/fleurs

(e)

La statue est éclaboussée de lichen(s)/taches

(f)

Le jardin est ombragé de verdure/cyprès

(g)

Le village est bordé de campagne/rivières

  • 12 Dans ce qui suit, la notation « et ? ? » sera préfixée aux exemples que les sujets tendent spontan (...)

19relie, par la relation « RM/C », l'état d'une matière à l'état du contenant de cette matière. Le syntagme SN2 introduit par de réfère à la matière et le syntagme sujet SN1 dénote le contenant. Ce génitif se caractérise par deux propriétés. Tout d'abord, la tête nominale de SN2 est soit un terme de masse, soit un terme comptable au pluriel. Ensuite, SN2 ne peut prendre la forme « un/les N » sans que l'énoncé produise un effet d'incomplétude12 :

(10) (a)

(b)

(c)

et?? Le toast est tartiné d'une confiture/des myrtilles

(d)

et?? Le champ est parsemé d'une lavande/des fleurs

(e)

et?? La statue est éclaboussée d'un lichen/des taches/des lichens

(f)

et?? Le jardin est ombragé d'une verdure/des cyprès

(g)

et?? Le village est bordé d'une campagne/des rivières

  • 13 Dans ce travail, nous utiliserons les termes « aspect » et « aspectuel » avec la valeur qui leur e (...)

20Le génitif obéit aux mêmes contraintes dans la construction (11), où il suit un adjectif dénotant une qualité « aspectuelle » comme la couleur13 :

(11) (a)

Le plafond est noir de crasse/mouches

(b)

et?? Le plafond est noir d'une crasse/des mouches

21Le génitif de partie relie, par la relation « RP/T », l'état d'une partie à l'état du tout qui renferme cette partie. Le syntagme SN2 introduit par de réfère à la partie et le syntagme sujet SN1 dénote le tout. Avec ce génitif, le syntagme SN2 peut prendre la forme « un N » sans produire aucun effet d'incomplétude, pourvu que N soit un terme comptable :

(12) (a)

La statue est éclaboussée d'une tache

(b)

Le jardin est ombragé d'un cyprès

(c)

Le village est bordé d'une rivière

(d)

Le biscuit est fourré d'une amande

22Mais même si N est un terme comptable, l'incomplétude demeure quand le syntagme SN2 reçoit la forme « le/la/les N » :

(13) (a)

et?? La statue est éclaboussée de la tache/des taches

(b)

et?? Le jardin est ombragé du cyprès/des cyprès

(c)

et?? Le village est bordé de la rivière/des rivières

(d)

et?? Le biscuit est fourré de l'amande/des amandes

23Le génitif d'ajout échappe, quant à lui, à cette dernière contrainte parce qu'il relie, à l'état d'un tout, l'état d'une partie qui se révèle « détachable » :

(14) (a)

Le lit est surmonté d'un baldaquin/du baldaquin

(b)

La cour de l'édifice est prolongée d'une avenue/de l'avenue/des avenues

(c)

Son bureau est couvert d'un drapeau/du drapeau/des drapeaux

(d)

Pierre est flanqué d'un policier/du policier/des policiers

  • 14 La forme logique donnée sous (9'a) doit se lire : « il existe un état s, un état s', une entité x, (...)

24Pour des raisons techniques dont le détail se trouve exposé ailleurs (Martin, 2002c,d), nous assignerons aux phrases (9a) et (14a), par exemple, les formes logiques qui suivent14 :

(9') (a)

SN1 est PP de SN2
La plage est inondée de pétrole
∃s∃s'∃x[Inondant(s) Λ Thème(s,x) Λ Inondé(s') Λ Thème
(s',la_plage) Λ RM/C(s,s') Λ Pétrole(x)]

(14')(a)

SN1 est PP de SN2
Le lit est surmonté du baldaquin
∃s∃s'[Surmontant(s) Λ Thème(s,le_baldaquin) Λ Surmonté (s')
Λ Thème(s',le_lit) Λ RP/T(s,s')]

Cause « interne » et cause « externe »

25Qu'il soit de matière, de partie ou d'ajout, le génitif verbal que nous venons de décrire entre fréquemment en concurrence avec le « complément d'agent » en par. Ainsi, nombre des exemples qui sont ressentis comme incomplets, parce que le syntagme SN2 appartenant à un génitif de matière ou de partie prend la forme « le/la/les N », redeviennent entièrement normaux lorsque par se substitue à de :

(15) (a)

et?? La plage est inondée du pétrole/des papillons

(a')

et?? La plage est inondée par le pétrole/par les papillons

(b)

et?? La ville est baignée de la lumière/des lumières

(b')

La ville est baignée par la lumière/par les lumières

(e)

et?? La statue est éclaboussée du lichen/de la tache/des taches/des lichens

(e')

La statue est éclaboussée par le lichen/par la tache/par les taches/par les lichens

(f)

et?? Le jardin est ombragé de la verdure/du cyprès/des cyprès

(f')

Le jardin est ombragé par la verdure/par le cyprès/par les cyprès

(g)

et?? Le village est bordé de la campagne/de la rivière/des rivières

(g')

Le village est bordé par la campagne/par la rivière/par les rivières

26L'alternance est encore plus immédiate avec le génitif d'ajout, même si certains participes y restent rétifs :

(14)(a)

Le lit est surmonté d'un baldaquin/du baldaquin

(a')

Le lit est surmonté par un baldaquin/par le baldaquin

(b)

La cour de l'édifice est prolongée d'une avenue/de l'avenue/des avenues

(b')

La cour de l'édifice est prolongée par une avenue/par l'avenue/par les avenues

(c)

Son bureau est couvert d'un drapeau/du drapeau/des drapeaux

(c')

Son bureau est couvert par un drapeau/par le drapeau/par les drapeaux

  • 15 Cette idée a déjà été remise en question par Shapira (1986). Martin (2002c,d) avance de nouveaux a (...)
  • 16 Pour ne pas allonger indûment notre exposé, nous négligerons souvent les différences entre les div (...)

27Ce phénomène a pu faire croire que la préposition de introduisait, elle aussi, un « complément d'agent » (cf. notamment Togeby, 1983 ; Gaatone, 1998, 2000)15. À une telle analyse, on opposera les exemples sous (16), où le génitif se combine à un « complément d'agent »16 :

(16) (a)

La plage a été inondée de pétrole/papillons par la tempête

(b)

La ville est baignée de lumière par le soleil

(c)

Le toast a été tartiné de confiture/myrtilles par le majordome

(d)

Le champ a été parsemé de lavande/fleurs par les paysans

(e)

La statue a été éclaboussée de lichen(s)/taches par le vent du Nord

(f)

Le jardin a été ombragé de verdure/d'un cyprès par l'architecte

(g)

Le village a été bordé de campagne/d'une rivière par le paysagiste

(h)

Le biscuit a été fourré de crème/d'une amande par le pâtissier

(i)

Le lit a été surmonté d'un baldaquin par le décorateur

(j)

La cour de l'édifice a été prolongée d'une avenue par Louis XIV

(k)

Son bureau a été couvert de boue/d'un drapeau par les assaillants

(l)

Pierre a été flanqué d'un policier par le Ministère de l'Intérieur

28Par ailleurs, le « complément d'agent » qui concurrence le génitif dans les exemples (15-14) ne peut se rencontrer avec le « complément d'agent » des exemples (16) :

(17)

* La plage a été inondée par le pétrole/ les papillons par la tempête

(18)

* Le lit a été surmonté par un baldaquin par le décorateur

29Pour rendre compte de ces données, nous supposerons que les compléments en par servent ici à exprimer une « cause », qui peut être « interne » ou « externe ». Selon nous, si deux états si (d'une entité x) et s2 (d'une entité y) entretiennent une relation de causalité de si à s2, ils s'intégrent, respectivement, dans une série S1 et une série S2 d'états au moins possibles (de x et de y, respectivement) ; S1 et S2 satisfont, de surcroît, à une contrainte en vertu de laquelle, à toute variation de x dans S1, correspond une variation corrélative de y dans S2. S'il y a causalité « interne », comme dans la phrase (15a') :

(15) (a')

La plage est inondée par le pétrole

  • 17 Comme nous le montrerons plus loin (cf. note 28), l'exemple (15a') est très vraisemblablement ambi (...)

30l'état « causant » s (ici, l'état du pétrole) est relié à l'état « causé » s'(ici, l'état de la plage) par un rapport, noté « RA », d'agrégation (qui recouvrira, selon les cas, une inclusion, une intersection ou un voisinage). La forme logique assignée à (15a') se présentera donc comme suit17 :

(15')(a')

SN1 est PP par SN2 (causalité « interne »)
La plage est inondée par le pétrole
∃s∃s'[Inondant(s) Λ Thème(s,le_pétrole) Λ Inondé(s') Λ
Thème(s',la_plage) Λ RA(S,S') Λ Cause(s,s')]

31S'il y a causalité « externe », comme dans la phrase (16a) :

(16) (a)

La plage est inondée de pétrole par la tempête

32l'état « causant » s" (ici, l'état de la tempête) et l'état « causé » s (ici, l'état du pétrole) ne sont pas reliés par la relation « RA » ; par contre, la relation génitivale « RM/C » relie l'état s, en tant qu'état d'une matière, à l'état s'de l'entité contenante (ici, la plage) que dénote le SN1 sujet. Il en va de même, mutatis mutandis, pour les cas où la relation génitivale « RP/T » relie l'état s, en tant qu'état d'une partie, à l'état s'du tout que dénote le SN1 sujet.

  • 18 La forme logique donnée sous (16'a) exprime le fait que l'état « causant » s" possède une propriét (...)

33La forme logique assignée à (16a) se présentera donc comme suit18 :

(16')(a)

SN1 est PP de SN2 par SN3 (causalité « externe »)
La plage est inondée de pétrole par la tempête
∃s∃s'∃s"∃x∃P[Inondant(s) Λ Thème(s,x) Λ Inondé(s') Λ
Thème(s',la_plage) Λ P(s") Λ Thème(s",la_tempête) Λ
RM/C(s,s') Λ Pétrole(x) Λ Cause(s",s)]

34Les différences entre les trois formes logiques (9'a), (15'a') et (16'a) peuvent être symbolisées à l'aide d'une représentation graphique :

35Tout en étant proche des relations « RM/C » et « RP/T » encodées par le génitif, le rapport « RA » d'agrégation ne saurait se confondre avec elles. Dans les constructions génitivales étudiées, l'entité à laquelle réfère le complément introduit par de, et l'état s de cette entité, sont conceptuellement subordonnés à l'entité dénotée par le SN1 sujet, et à l'état s'de cette entité ; l'ensemble formant une « Gestalt » où s entre (comme une matière, une partie ou un ajout) dans la composition de s'. Par contre, l'entité que dénote le complément introduit au moyen du par de la cause « interne », et l'état s de cette entité, conservent une autonomie qui interdit qu'une telle dépendance conceptuelle puisse s'instaurer, quoique s et s'constituent, ensemble, un agrégat qui se construit par le biais d'une inclusion, d'une intersection ou d'un voisinage. Cette différence explique les contraintes variables qui pèsent sur l'emploi des déterminants après les prépositions de ou par (cf. Martin, 2002c, d) ; et elle se laisse bien capter, intuitivement, par le trio d'exemples qui suit :

(19) (a)

À vendre : terrain bordé d'arbres

(b)

À vendre : terrain bordé par des arbres

(c)

et?? À vendre : terrain bordé des arbres

36Même s'il ne suscite pas le même sentiment d'incomplétude que (19c), l'énoncé (19b) est, pour le moins, stylistiquement maladroit. La source de ce phénomène gît, en partie, dans le fait que la préposition par interdit qu'une dépendance conceptuelle subordonne, à l'intérieur d'une « Gestalt », les arbres au terrain (cf. Martin, 2002b, d). Si on replace les trois énoncés listés sous (19) dans le contexte ordinaire des offres immobilières, on peut mesurer l'impact que leurs propriétés sémantiques respectives exerceront auprès d'un interprétant naïf. Alors que (19c) paraîtra simplement fautif, (19b) se révèlera nettement moins efficace que (19a) en tant que petite annonce qui devrait allécher l'éventuel acquéreur. Celui-ci tendra, toutes choses égales par ailleurs, à traduire en termes « réalistes » la dépendance conceptuelle marquée par le génitif de (19a) : il s'imaginera, entre autres choses, que les arbres sont plantés sur le terrain en question, ou qu'on ne pourrait procéder à leur abattage en vue d'un nouvel aménagement, etc. Corrélativement, ce même lecteur soupçonnera, s'il est confronté à (19b) sans plus de précisions, que les arbres se situent hors du terrain, ou que leur présence future n'est guère assurée, etc. On voit ainsi, grâce à ces exemples, comment la dépendance ou l'autonomie conceptuelle sont enrichies, dans la communication quotidienne, sous l'effet d'hypothèses par défaut qu'active une recherche spontanée de pertinence maximale.

  • 19 Afin d'illustrer le rôle que peut jouer ici la nature de la cause « externe », on comparera (20c-2 (...)

37Notre analyse, telle que formalisée en (16' a), prédit que, dans les structures examinées, la causalité « externe » ne s'établira jamais directement, sans l'entremise d'un état intermédiaire s qui constitue une des matières de s', une partie de s', ou un ajout à s'. Par conséquent, le complément au génitif apparaît, selon le verbe et/ou la cause « externe » pris(e) en considération19, comme un argument nécessairement explicité (20) ou comme un argument nécessairement sous-entendu (21) :

(20) (a)

La salle est baignée de lumière par le projecteur

(a')

???

La salle est baignée par le projecteur

(b)

Le champ a été parsemé de lavande/fleurs par les paysans

(b')

* Le champ a été parsemé par les paysans ?

(c)

Le jardin a été ombragé de verdure/d'un cyprès par l'architecte

(c')

?

* Le jardin a été ombragé par l'architecte

(d)

Le village a été bordé de campagne/d'une rivière par le paysagiste

(d')

* Le village a été bordé par le paysagiste

(e)

Le lit a été surmonté d'un baldaquin par le décorateur

(e')

* Le lit a été surmonté par le décorateur

(f)

Son bureau a été couvert de boue/d'un drapeau par son ordonnance

(f')

Son bureau a été couvert par son ordonnance

(g)

Pierre a été flanqué d'un policier par le Ministère de l'Intérieur

(g')

* Pierre a été flanqué par le Ministère de l'Intérieur

(21) (a)

La plage a été inondée [d'une/d'entité(s) inondante(s)] par la tempête

(b)

Le toast a été tartiné [d'une/d'entité(s) tartinante(s)] par le majordome

(c)

La statue a été éclaboussée [d'une/d'entité(s) éclaboussante(s)] par le vent du Nord

(d)

Le biscuit a été fourré [d'une/d'entité(s) fourrante(s)] par le pâtissier

(e)

La cour de l'édifice a été prolongée [d'une/d'entité(s) prolongeante(s)] par Louis XIV

(f)

La patte a été baguée [d'une/d'entité(s) baguante(s)] par l'ornithologue

(g)

Ce territoire a été peuplé [d'une/d'entité(s) peuplante(s)] par les Tsars

  • 20 À ce sujet, voir Martin (2002e). Il faut donc dissocier l'une de l'autre les deux composantes que (...)

38On notera, d'autre part, qu'il n'existe aucune relation simple entre la typologie que nous venons d'introduire et le fait que l'entité à laquelle réfère le complément en de ou en par revête, ou non, un caractère « agentif », en fonction du caractère respectivement intentionnel ou non-intentionnel des variations qui l'affectent. En affirmant cela, nous rejoignons implicitement Davidson (1993), pour qui le statut d'agent que l'on reconnaît à une entité peut se maintenir alors que le comportement attribué par la phrase à cette entité n'est pas intentionnel sous la description qui en est ainsi fournie20. Nous illustrerons cette hypothèse par la batterie d'exemples qui suit :

(22) (a)

Génitif non-agentif
Nos plages sont inondées de pétrole

(b)

Génitif agentif
Nos plages sont inondées de touristes

(c)

Cause « interne » non-agentive
Nos plages sont inondées par le pétrole

(d)

Cause « interne » agentive
Nos plages sont inondées par les touristes

(e)

Génitif implicite (non-agentif par défaut) + Cause « externe » non-agentive
Nos plages ont été inondées par la tempête

(f)

Génitif implicite (non-agentif par défaut) + Cause « externe » agentive
Nos plages ont été inondées par les autorités militaires

(g)

Génitif non-agentif + Cause « externe » non-agentive
Nos plages ont été inondées de pétrole par la tempête

(h)

Génitif non-agentif + Cause « externe » agentive
Nos plages ont été inondées de pétrole par les autorités militaires

(i)

Génitif agentif + Cause « externe » non-agentive
Nos plages ont été inondées de touristes par le boom économique

(j)

Génitif agentif + Cause « externe » agentive
Nos plages ont été inondées de touristes par les compagnies de charters

39Les variations d'états qui affectent le pétrole, la tempête, ou le boom économique, ne sont évidemment pas intentionnelles. En (22b, d, i, j), les faits et gestes des touristes sont intentionnels, même si lesdits touristes n'entendent pas, en l'occurrence, inonder les plages (en principe, ils préféreraient s'y trouver seuls). Dans les exemples (22f, h, j), les autorités militaires et les compagnies de charters agissent pour satisfaire certaines intentions ; mais il demeure possible que les autorités militaires aient provoqué l'inondation par maladresse, et que les compagnies de charters aient commis l'erreur de concentrer tous les touristes sur les plages en question.

La concurrence di/da et l'agentivité

  • 21 Cette hypothèse (formulée pour la première fois dans Martin & Dominicy, 2002) apparaît confusément (...)

40Nous ferons ici l'hypothèse que, dans les constructions analogues de l'italien, di marque le génitif, et da la cause, « interne » ou « externe »21. Mais à la différence de ce que l'on observe en français, le choix de la cause « interne » au détriment du génitif semble obligatoire dès lors qu'il y a agentivité (c'est-à-dire : dès lors que l'entité dénotée par le complément agit pour satisfaire certaines intentions, même si son comportement n'est pas intentionnel sous la description fournie par la phrase). À titre d'illustration, nous allons comparer les exemples (23) et (24) aux traductions françaises qui en ont été offertes :

(23) (a)

[...] accompagnavano un polio arrosto venuto fuori dal carniere di don Fabrizio con i soavissimi « muffoletti » cosparsi di farina cruda che don Ciccio aveva portato con sé [...] (Gatt, 127).

(b)

[...] ils mangèrent un poulet rôti, tiré de la gibecière de don Fabrice, en l'accompagnant de délicieux muffoletti parsemés de farine crue, apportés par don Ciccio (Gué, 100).

(24) (a)

Le stanze dell'Amministrazione erano ancora deserte, silenziosamente illuminate dal sole attraverso le persiane chiuse. Benché fosse quello il luogo della villa ne quale si compissero le maggiori frivolità, il suo aspetto era di austerità pacata. Dalle pareti a cake si riflettevano sul pavimento, tirato a cera, gli enormi quadri rappresentanti i feudi di casa Salina : spiccanti a colori vivaci dentro le cornici nere e oro si vedeva Salina, l'isola delle montagne gemelle, attorniate da un mare tutto trine di spuma, sul quale galere imbanderiate caracollavano ; Querceta con le sue case basse attorno alla tozza Chiesa Madre verso la quale procedevano gruppi di pellegrini azzurrognoli ; Ragattisi stretto fra le gole dei monti ; Argivocale minuscolo nella smisuratezza della pianura frumentaria cosparsa da contadini operosi [...] (Gatt, 44).

(b)

Les bureaux de l'intendance étaient encore déserts, éclairés silencieusement par le soleil qui pénétrait à travers les persiennes closes. Les activités qui se déroulaient là étaient les plus vaines de la villa, mais les lieux n'en étaient pas moins d'une paisible austérité. Le plancher ciré reflétait les murs passés à la chaux et les lourds tableaux qui y étaient suspendus. Entre les cadres noirs [sic : noir et or], les fiefs appartenant aux Salina se détachaient, peints en couleurs vives : Salina, l'île aux montagnes jumelles entourées par la dentelle écumante d'une mer où caracolaient des galères pavoisées ; Querceta, avec ses maisons basses groupées autour de l'église [trapue] vers laquelle s'avançaient des groupes de pélerins bleuâtres ; Ragattisi, terrée dans une gorge montagneuse ; Argivocale, minuscule dans une plaine à blé démesurée, parsemée de paysans au travail [...] (Gué, 37).

41Contrairement à son analogue français parsemé, qui ne se combine pas avec la cause « interne » :

(25)

*Le champ est parsemé par des fleurs

42le participe cosparso admet tant le génitif en di que la cause « interne » en da. Dans l'extrait (23), la « farine crue » ne saurait être un agent ; par ailleurs, l'emploi d'un terme de masse non-déterminé interdit de toute manière la cause « interne » :

(23')(a)

*[...] i soavissimi « muffoletti » cosparsi da farina cruda [...]

(b)

*[...] de délicieux muffoletti parsemés par farine crue [...]

43Mais à la différence du français par, l'italien da peut introduire un terme comptable non-déterminé mis au pluriel :

(24) (a)

[...] una pianura frumentaria cosparsa da contadini operosi [...]

44L'extrait (24) va nous aider à mieux apercevoir en quoi l'usage de l'une ou l'autre construction met en jeu des propositions cachées dont tout laisse croire, en première instance, qu'elles n'influent aucunement sur la vérité narrative.

45Ce passage, qui succède à une transition ponctuée par un espace blanc, décrit les tableaux où se trouvent peintes les possessions passées et présentes des princes Satina. Par conséquent, l'image d'Argivocale avec sa plaine à blé est « parsemée » d'images de paysans -donc d'entités évidemment non-agentives. Cependant, l'ensemble que forment toutes ces images renvoie lui-même à une plaine véritable que parsème une foule, alors agentive, de véritables paysans –même si ces derniers ne s'attachent pas à parsemer la plaine, mais à vaquer à leurs occupations. L'usage de da crée, de la sorte, un dynamisme qui s'harmonise à d'autres indications – comme les galères caracolantes ou les pélerins en mouvement. En écrivant parsemée de, Fanette Pézard a brouillé cet effet, que nous rendrions, quant à nous, au moyen d'une version à peine moins littérale :

(24) (b')

[...] une plaine à blé démesurée, parcourue de paysans au travail [...]

46De manière comparable, il nous semble qu'un autre des choix opérés par la traductrice souffre du même défaut :

(26) (a)

[...] le montagne gemelle, attorniate da un mare tutto trine di spuma, sul quale galere imbanderiate caracollavano [...]

(b)

[.....] les montagnes jumelles entourées par la dentelle écumante d'une mer où caracolaient des galères pavoisées [...]

  • 22 Nous attribuons d'autant plus facilement de l'agentivité à des entités non-humaines que leur mouve (...)

47Dans (26a), la préposition da s'utilise parce que la notation tutto trine di spuma – littéralement, « tout entière dentelles d'écume » – permet que la mer se voie dotée d'un dynamisme agentif que la version française ne restitue pas. D'une part, le recours au singulier (dentelle pour trine, pluriel de trina) atténue et uniformise les variations qui affectent une mer agitée – comme si l'écume se situait toujours au même endroit, au lieu de se distribuer au gré des vagues22. D'autre part, la construction adoptée transforme la proposition qui suit en une relative restrictive :

(26')(a)

[...] le montagne gemelle, attorniate da un mare tutto trine di spuma [...]

(b)

et?? [...] les montagnes jumelles entourées par la dentelle écumante d'une mer [...]

48De nouveau, nous opterions pour une approximation plus fidèle :

(26) (b'

[...] les montagnes jumelles entourées par une mer aux dentelles écumantes, où caracolaient des galères pavoisées [...]

49Le procédé d'écriture que nous avons ainsi répéré s'avère plus frappant, encore, dans cet autre passage du roman :

(27) (a)

Quando egli [il Principe] entrò in sala da pranzo tutti erano già riuniti, la Principessa soltanto seduta, gli altri in piedi dietro alle loro sedie. E davanti al suo posto, fiancheggiati dâ una colonna di piatti, si slargavano i fianchi argentei dell'enorme zuppiera col coperchio sormontato dal Gattopardo danzante. Il principe scodellava lui stesso la minestra, fatica grata, simbolo delle mansioni altrici del pater familias (Gaff, 30).

(b)

Tout le monde était déjà là quand il [le Prince] entra dans la salle à manger ; la Princesse seule était assise, les autres restaient debout. Devant le couvert du Prince, parmi un cortège de plats, s'élargissaient les flancs d'argent d'une énorme soupière au couvercle surmonté du Guépard dansant. Le Prince servait lui-même la soupe, agréable devoir, symbole des attributions nourricières du pater familias (Gué, 25).

50Fanette Pézard a traduit l'expression fiancheggiati da una colonna di piatti (littéralement, « *flanqués par un cortège de plats ») au moyen du syntagme prépositionnel parmi un cortège de plats ; à la différence de son équivalent italien, flanqué ne se combine en effet pas avec la « cause interne » :

(28)

* Pierre est flanqué par un policier

51Mais on perd, du coup, l'effet d'agentivité que produit, en italien, l'usage de da. Or, l'extrait (27) se situe à l'intérieur d'un épisode – typographiquement isolé par des espaces blancs – où Lampedusa, décrivant le rituel des repas dans la maison Salina, note un peu plus tard que « les yeux bleus du Prince, à demi fermés, fixaient ses enfants un à un et les rendaient muets de crainte » (Gatt, 30 ; Gué, 26). Par conséquent, l'énorme soupière et le cortège de plats qui la flanque fonctionnent comme une métaphore de la famille princière et de son ordre rigide ; de sorte que les plats, qui renvoient à des êtres humains, se muent en des entités agentives. D'autre part, la soupière elle-même porte un couvercle que surmonte la figure héraldique du « Guépard dansant ». Si le caractère défini du SN il Gattopardo danzante imposait, de toute manière, l'emploi de da en italien, la version française aurait pu conserver, quant à elle, la « cause interne ». Car on sait (cf. Martin, 2002d) que le participe surmonté se combine d'autant mieux à la « cause interne » en par que les entités concernées entrent dans un rapport « RA » qui n'implique pas une dépendance conceptuelle :

(29) (a)

??

Le lit est surmonté par des oreillers

(b)

Le lit est surmonté par un baldaquin

52De nouveau, cette composante sémantique possède une indéniable pertinence en contexte : si la soupière correspond, métaphoriquement, au corps de don Fabrice, le couvercle en devient la tête ; et la figure héraldique apparaît comme une espèce de coiffe ou de couronne à forte saillance perceptuelle, et qui est conceptualisée de manière autonome. Il nous semble, dès lors, que (27b') rendrait mieux l'original italien :

(27) (b')

[...] Devant le couvert du Prince, avec un cortège de plats à ses flancs, s'élargissait une énorme soupière d'argent au couvercle surmonté par le Guépard dansant. [...]

53Dans les exemples que nous avons commentés jusqu'ici, des entités inanimées (des images de paysans, l'image d'une mer, une soupière et des plats) sont vues comme agentives ; ce mode d'appréhension définit une perspective particulière qui se laissera exprimer par des propositions cachées. Les objets décrits se réduisent, en termes strictement vériconditionnels, à la représentation, picturale ou métaphorique, de certains agents (des paysans au travail, la mer aux vagues écumantes, la famille Salina groupée autour de la table). La perception « agentive » de ces entités n'incombe qu'à l'observateur, quel qu'il soit. On pourrait croire, en première instance, que la perspective ainsi caractérisée s'intègre au point de vue du seul auteur. Il en résulterait que, dans ces exemples, les propositions cachées n'exerceraient aucune influence sur les conditions de la vérité narrative. Mais si l'on replace l'extrait (24) dans son contexte, on constate immédiatement qu'il s'avérerait périlleux de s'arrêter à une telle conclusion. Lisons, en effet, la fin du paragraphe et son enchaînement avec le paragraphe qui suit :

(30) (a)

E di già alcuni di quei feudi tanto festori nei quadri avevano preso il volo e permanevano soltanto nelle tele variopinte e nei nomi. Altri sembravano quelle rondini settembrine ancor presenti ma di già radunate stridenti sugli alberi, pronte a partire. Ma ve ne erano tanti ; sembrava non potessero mai finire.
Malgrado ciò, la sensazione provata dal Principe entrando nel propio studio fu, come sempre, sgradevole (Gatt, 45).

(b)

Déjà, quelques-uns de ces fiefs si joyeux sur les tableaux avaient pris leur vol, ne laissant en souvenir que leur nom et ces toiles bariolées. D'autres ressemblaient aux hirondelles de septembre encore présentes mais déjà réunies à grands cris sur les toits [sic : réunies sur les arbres, poussant des cris stridents], prêtes à partir. Bah, il y en avait tant... on avait l'impression qu'on n'en verrait jamais la fin.
Malgré cela, le Prince éprouva, comme d'habitude, en entrant dans son bureau une impression désagréable (Gué, 37).

  • 23 Sur la distinction entre l'accès perceptuel et l'accès épistémique, et sur les mécanismes par défa (...)

54Pour saisir la portée de ces lignes, il convient de se reporter au début de (24). Puisque les bureaux sont encore déserts, le point de vue perceptuel qui garantit l'accès à la scène décrite se voit attribué, par défaut, à un sujet de conscience quelconque, qui recouvre n'importe quel observateur potentiel. L'apparition d'un contenu épistémique – quant à la vanité des activités qu'abritent les bureaux – invite ensuite à fondre dans une même instance énonciative le porteur du point de vue perceptuel et l'auteur-narrateur23. Tant qu'on en demeure à ce niveau, l'on peut rattacher l'agentivité (non-vériconditionnelle) des entités peintes à l'activité mentale de l'auteur, dont l'imagination ne doit pas être prise en compte dans la caractérisation de la vérité narrative : en soi, la manière dont l'auteur pense le monde fictionnel n'appartient pas à ce monde fictionnel. Mais la fin du paragraphe nous livre un contenu épistémique qui se situe, de toute évidence, dans l'esprit des Salina eux-mêmes, et du Prince en particulier ; ce contenu rassurant s'oppose d'ailleurs à l'impression désagréable qu'éprouve le Prince lorsqu'il entre dans son bureau. Par voie de conséquence, l'ensemble du passage se laisse réinterpréter de telle sorte que le contenu épistémique initial reflète maintenant le mépris, teinté de dégoût, que don Fabrice réserve aux travaux d'intendance. Corollairement, le dynamisme agentif des tableaux peut désormais habiter l'imagination du Prince. Mais s'il en va ainsi, les notations que nous avons analysées traitent bel et bien de la réalité décrite, dans la mesure où les états mentaux des protagonistes constituent, pour une part importante, le sujet même d'un roman.

  • 24 La proposition cachée « Ces paysans sont des agents » capte le fait que l'expérience perceptuelle (...)

55Si nous la reformulons à l'intérieur du cadre théorique précédemment esquissé, notre analyse revient à soutenir que l'hypothèse (31), adoptée par défaut dans un premier temps, cédera ensuite la place soit à l'hypothèse (32), soit à l'hypothèse (33)24 :

(31)

Lampedusa entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Ces paysans sont des agents ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

(32) (a)

Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Ces paysans sont des agents ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part du Prince.

(b)

Lampedusa entretient un état mental E' dont le contenu est la méta-proposition « Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée "Ces paysans sont des agents" ». Cette méta-proposition, ainsi que la proposition cachée, font l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

(33)

Lampedusa et Le Prince « partagent » un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Ces paysans sont des agents ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa ou du Prince.

56Il est clair que (33) capte beaucoup mieux que (32) l'identification extrême qui s'observe, dans ce cas précis, entre l'auteur et son personnage principal.

Les contraintes aspectuelles

57Dans les formes logiques que nous nous sommes données :

(9') (a)

SN1 est PP de SN2
La plage est inondée de pétrole
∃s∃s'∃x[Inondant(s) Λ Thème(s,x) Λ Inondé(s') Λ Thème
(s',la_plage) Λ RM/C(S,S') Λ Pétrole(x)]

(15')(a')

SN1 est PP par SN2 (causalité « interne »)
La plage est inondée par le pétrole
∃s∃s'[Inondant(s) Λ Thème(s,le_pétrole) Λ Inondé(s') Λ
Thème(s',la_plage) Λ RA(S,S') Λ Cause(s,s')]

(16')(a)

SN1 est PP de SN2 par SN3 (causalité « externe »)
La plage est inondée de pétrole par la tempête
∃s∃s'∃s"∃x∃P[Inondant(s) Λ Thème(s,x) Λ Inondé(s') Λ
Thème(s',la_plage) Λ P(S") Λ Thème(s",la_tempête) Λ
RM/C(s,s') Λ Pétrole(x) Λ Cause(s",s)]

58l'état s'de l'entité dénotée par le SN1 sujet, et l'état s de l'entité à laquelle réfère le SN2 complément en de (au génitif) ou en par (avec la « cause interne »), constituent les arguments respectifs de deux prédicats (ici, « Inondant( ) » et « Inondé( ) ») ; en outre, s’entretient avec s'l'une des relations génitivales « RM/C » et « RP/T » ou la relation « RA ». La batterie d'exemples (34) nous montre que cela entraîne des conséquences spécifiques dans les contextes où interviennent les qualités aspectuelles des entités perçues :

(34) (a)

Les plafonds sont noircis par la suie

(a')

Les plafonds sont noircis de suie (par l'incendie)

(a")

Les plafonds sont noirs de suie

(b)

Les plafonds sont noircis par les flammes rougeoyantes

(b')

*Les plafonds sont noircis de flammes rougeoyantes (par l'incendie)

(b")

*Les plafonds sont noirs de flammes rougeoyantes

(c)

Les plafonds sont rougis par les flammes rougeoyantes (c')?? Les plafonds sont rougis de flammes rougeoyantes (par l'incendie)

(c")

??

Les plafonds sont rouges de flammes rougeoyantes

  • 25 La bizarrerie de ces exemples tient à ce qu'ils allient une prédication stative (sont rougis/rouge (...)
  • 26 Cette particularité distingue le génitif que nous étudions ici de la construction (i') – où, selon (...)

59Malgré leur caractère assez peu naturel en dehors d'un usage littéraire25, les phrases (34c') et (34c") s'avèrent nettement plus acceptables que (34b') et (34b"), où le problème naît de ce que l'aspect des flammes n'est pas inclus dans l'aspect des plafonds. Il ne suffit donc pas, pour utiliser le génitif dans pareil cas, qu'une entité soit « noircissante » (ou « rougissante ») et l'autre « noircie » (ou « rougie ») ; encore faut-il qu'elles soient toutes deux noires (ou rouges), et que la « noirceur noircissante » (ou la « rougeur rougissante ») se trouve aspectuellement incluse dans la « noirceur noircie » (ou la « rougeur rougie »)26.

60À chaque fois, la version avec par ne crée aucune difficulté. Cependant, le fait qu'une cause « externe » – par l'incendie – se laisse ajouter dans (34a') et (34c') nous fait soupçonner que la préposition par de (34a) et (34c) pourrait marquer la cause « interne », tandis qu'elle marquerait la cause « externe » dans (34b). La série (35) nous aidera à préciser et à nuancer cette hypothèse :

(35) (a)

La cour est ombragée par un mur/une palissade

(b)

??

*La cour est ombragée d'un mur/d'une palissade

(c)

La cour est ombragée d'un voile bleu par un mur/une palissade

(d)

??

*La cour a été ombragée d'un mur/d'une palissade par le peintre

(a')

La cour est ombragée par un sombre mur/une sombre palissade

(b')

?

La cour est ombragée d'un sombre mur/d'une sombre palissade

(c')

La cour est ombragée d'un voile bleu par un sombre mur/une sombre palissade

(d')

?

La cour a été ombragée d'un sombre mur/d'une sombre palissade par le peintre

(a")

La cour est ombragée par ce mur blanc qu'éclaire le soleil

(b")

??

*La cour est ombragée de ce mur blanc qu'éclaire le soleil

(c")

La cour est ombragée d'un voile bleu par ce mur blanc qu'éclaire le soleil

(d")

??

*La cour a été ombragée de ce mur blanc qu'éclaire le soleil par le peintre

  • 27 La phrase (35c"), qui s'aligne sur (35c) et (35c'), peut produire un effet curieux, dans la mesure (...)

61(35b') se révèle plus acceptable que (35b) parce que l'adjonction de l'adjectif sombre aide à ce que s'établisse, entre l'état de l'entité ombrageante et celui de l'entité ombragée, l'inclusion aspectuelle qui faisait défaut. Pour la même raison, je ne puis prononcer (35b") tout en désignant à quelqu'un le mur qui ombrage une cour que ni lui ni moi ne saurions voir ; car l'état de l'entité ombrageante et celui de l'entité ombragée ne rentrent plus dans le rapport d'inclusion aspectuelle exigé par de tels contextes. On observe les mêmes écarts d'acceptabilité entre (35d,d") et (35d')27.

62De nouveau, les exemples avec par n'exhibent aucune différence de cet ordre. Si l'on peut admettre que par marque la cause « externe » dans (35a) et (35a"), (35a') nous confronte à un problème plus délicat. Le fait que (35b') et (35c') sont d'une acceptabilité presque égale – alors que (35b) et (35b") contrastent nettement avec (35c) et (35c") – indique, à notre sens, que (35a') oscille entre deux interprétations : l'une avec causalité « interne », (35a') se rangeant alors au côté de (35b',d') ; l'autre avec causalité « externe », (35a') se rangeant alors au côté de (35c'). Pour que l'interprétation à causalité « interne » soit possible, il faut, en principe, qu'une harmonie aspectuelle vienne s'ajouter à la relation d'agrégation. Dans (35a) et (35a"), l'agrégation (par voisinage) de la cour et du mur s'accompagne d'une absence d'harmonie aspectuelle, ou d'une dysharmonie aspectuelle, qui rend la lecture à causalité « interne » peu vraisemblable, voire impossible.

  • 28 L'analyse que vous venons d'esquisser a pour conséquence principale que des énoncés comme (i-i') s (...)

63Autrement dit, le génitif et la cause « interne » semblent bien obéir à des contraintes spécifiques dans les contextes de perception. Le génitif impose que la qualité aspectuelle de l'état s (de l'entité à laquelle réfère le SN2 complément) soit incluse, à l'intérieur d'une « Gestalt », dans celle de l'état s'(de l'entité dénotée par le SN1 sujet). La cause « interne » impose que les qualités aspectuelles de s et s's'harmonisent à l'intérieur d'un tout formé par agrégation. La cause « externe », quant à elle, tolère la compatibilité aspectuelle des trois entités concernées, mais elle interdit qu'un rapport d'inclusion ou d'harmonie aspectuelle s'instaure entre l'état s" (de l'entité dénotée par le SN3 complément en par) et l'état s'(de l'entité dénotée par le SN1 sujet)28.

64Il Gattopardo nous fournit, de nouveau, un exemple qui illustre à merveille la portée littéraire de ce phénomène :

(36) (a)

Intorno ondeggiava la campagna funerea, gialla di stoppie, nera di restucce bruciate ; il lamento delle cicale riempiva il cielo ; era corne il rantolo della Sicilia arsa che alla fine di agosto aspetta invano la pioggia (Gatt, 70).

(b)

Aux alentours, la campagne funèbre ondoyait, jaune de chaume et noire de barbes d'épis calcinés.
La lamentation des cigales emplissait le ciel ; on aurait dit le râle de la Sicile brûlée qui, à la fin d'août, attend vainement la pluie (Gué, 55).

  • 29 Grâce au moteur de recherche « Google », nous avons pu vérifier sur Internet que le syntagme giall (...)

65(36) décrit la campagne sicilienne à la fin du mois d'août 1860. Les tiges coupées qui subsistent après la moisson ne recouvrent donc pas le sol d'un jaune continu ; et leur couleur se mêle au noir des barbes d'épis calcinés. Pour rendre le syntagme gialla di stoppie (littéralement, « jaune de chaumes »), la traductrice a choisi le singulier massif chaume, alors que le recours au pluriel massif chaumes aurait permis de maintenir le parallélisme entre les deux génitifs. D'après tous les locuteurs francophones que nous avons interrogés, l'expression jaune de chaume tend à suggérer, sauf indication contraire, que la couleur des champs est uniforme. Par contre, la version au pluriel favorise – sauf indication contraire, de nouveau – une structure aspectuelle formée de surfaces ou de lignes dispersées ; rappelons-nous le rôle joué, en (24a), par le pluriel trine (« dentelles »)29.

66Comme dans l'extrait (24), le contenu perceptuel et la perspective restitués par le texte semblent devoir être attribués, en première instance, à un sujet de conscience confondu avec l'auteur – celui-ci étant responsable des évaluations épistémiques qui entourent les notations de couleur. On obtiendrait donc, dans l'approche que nous défendons :

(37)

Lampedusa entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

67Mais cette hypothèse par défaut se voit remise en question à presque deux cents pages de distance :

(38) (a)

Quella tonalità solare, quel variegare di brillii e di ombre fecero tuttavia dolere il cuore di don Fabrizio, che se ne stava nero e rigido nel vano di una porta: in quella sala eminentemente patrizia gli venivano in mente immagini campagnole: il timbra cromatico era quello degli sterminati seminai attorno a Donnafugata, estatici, imploranti clemenza sotto la tirannia del sole: anche in questa sala, come nei feudi a metà agosto, il raccolto era stato compiuto da tempo, immagazzinato altrove e, corne là, ne rimaneva soltanto il ricordo nel colore delle stoppie, arse d'altronde e inutili. Il valzer le cui note traversavano l'aria calda gli sembrava solo una stilizzazione di quell'incessante passaggio dei venti che arpeggiano il propio lutto sulle superficie assetate, ieri, oggi, domani, sempre, sempre, sempre (Gatt, 263-264).

(b)

Cette tonalité solaire, ces chatoiements d'ombres et de lueurs firent à leur tour [sic : pourtant] souffrir don Fabrice, qui se tenait, noir et raide, sur le seuil [sic : dans l'embrasure d'une porte]. Devant ce décor, éminemment patricien, des images campagnardes lui venaient à l'esprit : il retrouvait le chromatisme des chaumes qui s'étendent à l'infini autour de Donnafugata, extatiques, implorant la clémence d'un ciel sans pitié. Dans cette salle, comme dans les fiefs à la mi-août, la récolte avait été faite depuis longtemps, et engrangée ailleurs ; il ne restait, ici comme là-bas, que son souvenir, cette couleur de chaume brûlé et inutile. Les valses, dont les notes traversaient l'air chaud, lui semblaient la stylisation du passage incessant des vents en deuil jouant de la harpe sur la plaine assoiffée, hier, aujourd'hui, demain, toujours, toujours (Gué, 203).

  • 30 Il nous semble peu opportun de désigner au moyen de l'expression française chaumes les champs que (...)

68Ce passage se situe à l'intérieur du long épisode du bal (novembre 1862), que beaucoup connaissent par le film de Visconti. Une nouvelle fois, Fanette Pézard a substitué le singulier chaume au pluriel stoppie – avec la particularité supplémentaire que ce dernier terme, défini dans la version italienne, devient indéfini en français. On perd ainsi un effet crucial, qui tient au contraste entre la couleur uniforme et pleine des champs avant la récolte, et la couleur plus faible et plus fragmentaire des chaumes laissés par la moisson30. De surcroît, le texte français ne reprend pas le connecteur d'altronde « d'ailleurs », qui vient confirmer la dynamique argumentative de ce contraste (Ducrot et al., 1980). Nous proposerions, pour notre part, de traduire comme suit :

(38) (b')

Dans cette salle, comme dans les fiefs à la mi-août, la récolte avait été faite depuis longtemps, et engrangée ailleurs ; il n'en restait ici, comme là-bas, que le souvenir, dans la couleur des chaumes – d'ailleurs brûlés et inutiles.

69On comprend, dès lors, pourquoi le connecteur tuttavia « pourtant » – que la traductrice n'a pas identifié – apparaît au début de l'extrait. Le décor du paragraphe précédent est fait d'un or « usé » (consunto), « pâle comme les cheveux de certaines fillettes du Nord », qui se détache sur un fond plus sombre. Cette propriété aspectuelle est interprétée, dans les termes positifs d'une « pudeur [...] qui montre sa beauté et fait oublier sa valeur », par un sujet de conscience indéterminé qu'on identifiera d'abord à l'auteur. Avec le passage à la ligne, l'évaluation – qui s'effectue désormais dans l'esprit du Prince (le discours indirect libre nous l'indique) – devient dysphorique, et le souvenir du paysage traversé en août 1860 remplace les cheveux par les chaumes, et le fond sombre par la brûlure des tiges et des épis. Un peu plus loin encore (Gatt, 265 ; Gué, 204), les habits noirs des danseurs rappellent au Prince ces corneilles « funèbres » contre lesquelles le chien Bendico aboyait dans la désolation de l'été 1860 (Gatt, 69 ; Gué, 54-55). Autrement dit, un basculement opère : le point de vue perceptuel d'un sujet de conscience quelconque, présent in situ et identifiable à l'auteur par défaut, s'efface devant le point de vue, plus complexe, du Prince, où la scène perçue in situ se voit associer des contenus épistémiques qui réactivent une expérience de perception inscrite dans la mémoire épisodique. Cette lecture nous contraint, bien sûr, à revenir sur notre hypothèse initiale, et à attribuer à don Fabrice les contenus perceptuels et épistémiques de l'extrait (36), ainsi que la perspective et la proposition cachée qui s'y trouvent véhiculées. L'hypothèse (37) doit donc céder la place à (39) ou à (40) :

(39) (a)

Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part du Prince.

(b)

Lampedusa entretient un état mental E' dont le contenu est la méta-proposition « Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée "Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne" ». Cette méta-proposition, ainsi que la proposition cachée, font l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

(40)

Lampedusa et Le Prince « partagent » un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa ou du Prince.

70Mais il y a plus. Si don Fabrice prend alors conscience de ce que la couleur de la terre sicilienne au mois d'août est aussi celle des décors où survit, pour peu de temps encore, l'éclat « pudique » de la noblesse, cela signifie qu'il faut lui attribuer, en même temps qu'à l'auteur, une proposition très complexe qui fait l'objet, chez l'un et chez l'autre, d'un traitement nécessairement conscient :

(41)

« La couleur de la terre Sicilienne au mois d'août – faite du jaune et du noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés, et de l'aspect jauni-noirci de la campagne – est celle du décor où se déroule le bal »

71Il nous paraît donc envisageable qu'à ce stade de la narration, l'auteur fasse parvenir à la conscience du Prince une proposition cachée dont il était lui-même déjà conscient :

(40')

Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ». Cette proposition cachée faisait auparavant l'objet d'un traitement conscient de la part du seul Lampedusa, et elle fait maintenant l'objet d'un traitement conscient de la part du Prince.

72ou – autre option – que l'un et l'autre en arrivent à un rapport empathique où, « en commun », ils appliquent un traitement conscient à une proposition cachée qu'ils avaient d'abord traitée de manière non-consciente :

(40")

Lampedusa et Le Prince « partagent » un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés est inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ». Cette proposition cachée faisait auparavant l'objet d'un traitement non-conscient de la part de Lampedusa et du Prince, et elle fait maintenant l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa et du Prince.

73Une fois que nous avons dégagé la valeur symbolique de cette configuration aspectuelle, trois autres passages du roman acquièrent une pertinence toute particulière :

(42) (a)

Nel fondo una Flora chiazzata di lichene giallo-nero esibiva rassegnata i suoi vezzi piú che secolari ; dai lati due panche sostenevano cuscini trapunti rawoltolati, anch'essi di marmo grigio ; ed in un angolo l'oro di un albero di gaggía intrometteva la propria allegria intempestiva. Da ogni zolla emanava la sensazione di un desiderio di bellezza presta fiaccato dalla pigrizia (Gatt, 21-22).

(b)

Au fond, une Flore de marbre gris, éclaboussée de lichen jaune et noir, exhibait avec résignation des appas plus que séculaires ; de chaque côté, deux bancs supportaient des coussins brodés et enroulés, taillés dans le même marbre. Dans un coin, la tache d'or d'une cassie jetait une note d'allégresse intempestive. De chaque motte de terre semblait germer un désir de beauté, tôt fané par la paresse (Gué, 19).

(43) (a)

Malgrado ciò, la sensazione provata dal Principe entrando nel propio studio fu, come sempre, sgradevole. Nel centra della stanza torregiava una scrivania con diecine di cassetti, nicchie, incavi, ripostigli e piani ribaltabili : la sua mole di legno giallo a intarsi neri era scavata e truccata corne un palcoscenico, piena di trappole, di piani scorrevoli, di accorgimenti di segretezza que nessuno sapeva piú far funzionare tranne i ladri (Gatt, 45).

(b)

Malgré cela, le Prince éprouva, comme d'habitude, en entrant dans son bureau une impression désagréable. Au centre de la pièce trônait un secrétaire avec des dizaines de tiroirs, de niches, de casiers, de cachettes, de tablettes culbutantes : sa masse de bois jaune à inscrustations noires était creusée et truquée comme une scène de théâtre, pleine de trappes, de plans à glissières, de dispositifs secrets que personne ne savait plus faire fonctionner, sauf les voleurs (Gué, 37-38).

(44) (a)

Angelica giunse alle sei di sera, in bianco e rasa ; le soffici treccie nere ombreggiate da una grande paglia ancora estiva sulla quale grappoli d'uva artificiali e spighe dorate evocavano discrete i vigneti di Gibildolce ed i granai di Settesoli (Gatt, 167).

(b)

Angélique arriva à six heures du soir, vêtue de blanc et de rose ; ses épaisses tresses noires étaient ombragées par un grand chapeau de paille encore estival, sur lequel des grappes de raisin artificiel et des épis dorés évoquaient discrètement les vignobles de Gibildolce et les greniers de Settesoli (Gué, 130).

  • 31 Voir, par exemple, le passage où don Fabrice et Tumeo marchent dans les traces des chasseurs antiq (...)

74(42) nous ramène en mai 1860 : le Prince descend dans le jardin où, un mois auparavant, on a découvert le cadavre mutilé et nauséabond d'un jeune soldat. La statue de Flore, taillée dans un marbre gris, porte des éclaboussures dont l'aspect jaune et noir est celui du lichen qui la macule çà et là. Mais, contrairement à la traduction française, le texte italien ne mentionne le marbre et sa qualité aspectuelle que plus tard, à propos des bancs et de leurs coussins sculptés. Ce décalage assure au mélange du jaune et du noir une saillance confirmée, ensuite, par un geste apparemment anodin du Prince qui, au milieu de la méditation où l'a plongé le souvenir du mort, gratte les pieds de la Flore pour en enlever un peu de lichen (Gatt, 24 ; Gué, 20). Dans cette scène très courte, la couleur prototypique de la terre sicilienne recouvre autre chose – un marbre gris qui signifie peut-être « un désir de beauté, tôt fané par la paresse », en même temps que la vague nostalgie d'une antiquité mythique31. Mais rien n'indique que, dès ce moment, l'auteur ou le personnage prennent conscience de ce contenu symbolique.

  • 32 On regrettera d'autant plus, au vu de ces observations, que la traductrice ait omis de reprendre, (...)

75(43) s'ouvre par le changement de paragraphe que nous avons commenté quand nous avons traité de l'extrait (24). Le point de vue perceptuel et épistémique de don Fabrice lui fait considérer le secrétaire jaune et noir comme un tissu de pièges que les voleurs seuls savent encore éviter et exploiter. L'instant d'après, le Prince reçoit don Ciccio Ferarra, le comptable à « l'âme rapace et pleine d'illusions d'un libéral », puis ce Russo, aux « yeux avides sous un front sans remords », qui le vole éhontément et qui tente, en sous-main, d'acheter le fief d'Argivocale (Gatt, 46-49 ; Gué, 38-40). Le meuble devient ainsi, avec ses teintes mêlées, le symbole de la Sicile elle-même, livrée à des profiteurs qui annoncent, par leur astuce cynique, la figure de don Calogero Sedàra32. Fait symptomatique, c'est ce dernier qui, au moment du bal (extrait 38), réveillera chez le Prince le souvenir des corneilles, quand il appréciera en termes monétaires la décoration toute dorée de la salle où évoluent les danseurs aux habits noirs (Gatt, 264 ; Gué, 204). Si don Fabrice prend nécessairement conscience de l'évaluation épistémique qu'il applique au secrétaire jaune et noir, rien n'indique, de nouveau, que le contenu symbolique de ces couleurs mêlées lui apparaisse à cet instant.

76Venons-en alors à (44). Quoique le participe ombreggiato et son analogue français ombragé puissent se combiner avec le génitif comme avec la cause (« interne » ou « externe »), l'emploi de di ou de se revèlerait parfaitement incongru dans ce cas :

(44') (a)

??? [...] le soffici treccie nere ombreggiate di una grande paglia ancora estiva [...]

(b)

??? [...] ses épaisses tresses noires étaient ombragées d'un grand chapeau de paille encore estival [...]

  • 33 Sur la notion d'« appendice », voir Chisholm (1990). Lorsque nous sommes confrontés au canard/lapi (...)
  • 34 L'analyse que nous appliquons aux exemples (36) et (44) nous semble confirmée par l'attestation su (...)

77Le chapeau de paille ne saurait apparaître comme la partie d'un tout qui serait constitué des tresses noires. A fortiori, aucune inclusion aspectuelle ne saurait s'instaurer entre ces deux ingrédients. En raison de leur voisinage, ils sont susceptibles de former un agrégat ; mais comme il s'agit d'« appendices »33 périphériques par rapport à la tête ou au visage, leur regroupement fournit une figure incomplète ; et leurs composantes aspectuelles ne s'harmonisent pas en un aspect unitaire34. Dans notre cadre théorique, cette observation se laisse capter, en première instance, par l'une des hypothèses (45), (46) ou (47) :

(45)

Lampedusa entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune du chapeau et le noir des tresses se jouxtent sans d'harmoniser ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

(46) (a)

Le Prince entretient un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune du chapeau et le noir des tresses se jouxtent sans s'harmoniser ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part du Prince.

(b)

Lampedusa entretient un état mental E' dont le contenu est la méta-proposition « Le Prince entretient un état mental
E dont le contenu est la proposition cachée "Le jaune du chapeau et le noir des tresses se jouxtent sans s'harmoniser" ». Cette méta-proposition, ainsi que la proposition cachée, font l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa.

(47)

Lampedusa et Le Prince « partagent » un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune du chapeau et le noir des tresses se jouxtent sans s'harmoniser ». Il n'est pas nécessaire que cette proposition cachée fasse l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa ou du Prince.

78L'absence d'une quelconque harmonie aspectuelle plaide en faveur de l'idée que la préposition da/par de (44) marque la cause « externe » ; mais, à l'inverse, le fait que le chapeau et les tresses se jouxtent nous incite à envisager une interprétation plus complexe, où la cause « interne » se maintiendrait malgré une violation des contraintes aspectuelles précédemment dégagées. Le choix de la cause « externe » autorise une rationalisation assez immédiate : le sujet de perception aperçoit, d'un seul regard, le chapeau de paille et une partie, au moins, des surfaces que ce même chapeau ombrage ; les cheveux noirs d'Angélique, qui se situent parmi ces surfaces, perdent de leur éclat parce qu'ils sont ombragés. En revanche, l'alliance difficile de la causalité « interne » et de la dysharmonie aspectuelle ouvre la voie à une lecture symbolique où le jaune du chapeau et le noir des tresses fonctionnent comme des qualités et des entités qui, tout en se jouxtant, n'arrivent pas à s'harmoniser – où, donc, un conflit se noue entre deux valeurs dont le contenu précis resterait à déterminer. On comprendrait mieux, dans pareille éventualité, que Lampedusa ait isolé, à l'intérieur d'une zone ombragée qui recouvre tout ou partie de la tête, les tresses de couleur noire plutôt que la peau blanche du visage, du front, de la nuque..., comme on s'y serait attendu. Les tresses, loin de renvoyer métonymiquement à l'ensemble de la tête, s'offrent au sujet de perception avec leurs qualités propres, de teinte mais aussi d'épaisseur ; et c'est leur rapport problématique au chapeau de paille jaune qu'il convient d'interpréter.

  • 35 À l'instant même de sa mort, don Fabrice voit apparaître une figure féminine qui porte un chapeau (...)

79Pour aller plus loin, il nous faut replacer (44) dans son contexte narratif. L'extrait se rapporte à la première visite qu'Angélique fait, vers octobre 1860, à la famille Salina en tant que récente fiancée de Tancrède Falconeri. Le contraste entre le jaune du chapeau et de ses épis dorés, et le noir des tresses, nous renvoie d'abord – et de manière explicite – à la succession inéluctable de l'été et de l'automne. Mais, comme précédemment, il reflète aussi les états mentaux du Prince Salina. Celui-ci n'est pas insensible au charme d'Angélique – et, notamment, à « la masse de ses cheveux couleur de nuit, enroulés en vagues suaves » (Gatt, 96 ; Gué, 76), au « parfum » et à « l'onde nocturne [de ses] cheveux » (Gatt, 265, 270 ; Gué, 204, 208). Mais à voir le chapeau de paille, il ne peut que revivre le dégoût qui a failli l'envahir au moment où don Calogero Sedàra, le père d'Angélique, lui annonçait, avec « une vulgarité ignare », que les terres de Settesoli et de Gibildolce formeraient la dot de la jeune fille (Gatt, 158 ; Gué, 123-124). En d'autres termes, la dysharmonie aspectuelle qui se laisse déceler in situ évoque des contenus épistémiques axiologiquement opposés et les expériences perceptuelles, inscrites dans la mémoire épisodique, qui se trouvent liées à ces contenus. Dans cette optique, l'adjonction de discrete « discrètement » obéit moins à un souci d'adéquation descriptive qu'à une volonté de garantir la cohérence émotive du paragraphe : en effet, quelques lignes plus loin, don Fabrice cède tout entier à l'affection sensuelle qu'il éprouve pour Angélique35. Mais il reste qu'on ne sait trop à qui attribuer cette adjonction : à l'auteur seul, qui ferait alors preuve d'une ironie distanciée ? ou aussi au Prince, qui surmonterait consciemment son aversion pour la vulgarité des Sedàra ? Rien ne nous autorise, par ailleurs, à affirmer qu'à ce stade, le Prince Salina établisse quelque rapport entre son expérience présente et les différentes valeurs symboliques que peut revêtir l'alliance, harmonieuse ou conflictuelle, du jaune et du noir.

80Quoi qu'il en soit, de telles observations nous poussent, logiquement, à écarter l'hypothèse (45), et à remplacer (47) par (47') :

(47')

Lampedusa et Le Prince « partagent » un état mental E dont le contenu est la proposition cachée « Le jaune du chapeau et le noir des tresses se jouxtent sans s'harmoniser ». Cette proposition cachée fait l'objet d'un traitement conscient de la part de Lampedusa et du Prince.

81Nous opterons pour (46) ou pour (47') en fonction de l'ancrage énonciatif que nous reconnaîtrons à discrete « discrètement » : dans le chef de Lampedusa, uniquement (46) ; ou dans le chef de l'auteur et de son personnage (47').

82Les passages que nous venons de commenter nous aident à prendre une pleine mesure des variations axiologiques qui peuvent affecter certaines notations perceptuelles. Le jaune, couleur euphorique des récoltes à moissonner, devient symbole de mort quand l'esprit du Prince l'associe à l'or et aux champs de blé dont s'emparent, peu à peu, les nouveaux riches ; l'aspect plus dispersé et plus éteint que ce même jaune revêt sous l'espèce des chaumes coupés apparaît, selon les contextes, comme un signe de décadence ou comme la revendication d'une noble « pudeur ». Le noir « funèbre » des corneilles, et des barbes d'épis calcinés, habille en d'autres endroits les hommes élégants – dont le Prince ; et c'est aussi le trait aspectuel le plus saillant dans la trouble beauté d'Angélique. À l'intérieur de cet espace complexe, beaucoup des effets de perspective liés aux propositions cachées semblent, comme les valeurs symboliques attachées à telle ou telle caractéristique aspectuelle, faire d'abord l'objet d'un traitement non-conscient – dans l'esprit du personnage, certainement ; dans l'esprit de l'auteur, peut-être. Mais le roman de Lampedusa se singularise par le fait remarquable que, durant l'épisode du bal, les perspectives et les symboles surgissent ou resurgissent dans la conscience du Prince – quand il découvre l'analogie de la terre sicilienne et des décors princiers (extrait, 38) ; – quand don Calogero lui rappelle, par sa réflexion malvenue, les corneilles d'août 1860, mais aussi tous les profiteurs du Risorgimento et (qui sait ?) le secrétaire jaune et or (Gatt, 264 ; Gué, 204) ; – quand, une dernière fois, il appuie son menton sur les cheveux noirs d'Angélique (Gatt, 270 ; Gué, 208). Il n'est pas interdit de croire que, sur ce point, les états mentaux des princes Salina et Lampedusa ont suivi des itinéraires parfois très proches.

Pour conclure

83Tous les extraits pertinents que nous avons empruntés à Lampedusa se situent dans un contexte où le sujet de conscience – quel qu'il soit – accède à une scène par la perception, et « voit » certaines entités « comme » possédant telle ou telle propriété. Il est en effet question de :

(48) (a)

« voir » les images de paysans « comme » de véritables paysans et « comme » des agents ;

(b)

« voir » le jaune et noir des chaumes et des barbes d'épis calcinés « comme » inclus dans l'aspect jauni-noirci de la campagne ;

(c)

« voir » le jaune du chapeau et le noir des tresses « comme » des aspects qui se jouxtent sans s'harmoniser.

  • 36 Voir Wittgenstein (1961, 1971, 1985, 1989-94). Sur ce thème, on pourra consulter Livet (2000) et M (...)

84Wittgenstein, on le sait, s'est vigoureusement insurgé contre l'idée selon laquelle « voir » quelque chose « comme » reviendrait à « voir » quelque chose, et à juger ensuite que ce quelque chose appartient à telle ou telle catégorie36. Par exemple, « voir » des images de paysans « comme » de véritables paysans et « comme » des entités agentives ne consiste pas à « voir » ces images et à juger ensuite qu'elles appartiennent à la catégorie des paysans et à celle des entités agentives. Il s'agit plutôt d'une manière de « voir » tout court, qui se distinguera de la manière dont un dessinateur pourra « voir » tout court, lui aussi, ces mêmes figurations graphiques. En faisant l'hypothèse que le sujet de conscience entretient un état mental E dont le contenu est une proposition cachée, nous n'entendons pas nous opposer – ni nous rallier, d'ailleurs – à Wittgenstein. L'auteur ou son personnage « voit » des images de paysans « comme » des paysans et « comme » des entités agentives ; il est concevable que, dans la réalité ou dans le monde de la fiction, ce sujet de conscience « voie » tout court, et d'une certaine manière, les objets en cause. Mais nous ne lui assignons l'état mental E qu'à partir du moment où a été produit un énoncé dont la forme linguistique véhicule la proposition cachée. En d'autres termes, le langage ne réduplique pas l'expérience perceptuelle ; il en fournit une représentation, dont certaines composantes, au moins, peuvent être soumises à un traitement non-conscient. Il reste qu'une proposition cachée, même traitée de manière non-consciente, doit constituer le contenu d'un état E, entretenu par l'auteur ou par le personnage, puisqu'elle parviendra parfois à sa conscience en un autre endroit du texte.

  • 37 La situation se complique lorsque l'énoncé combine une auto-attribution véhiculée par une proposit (...)

85Dans deux recherches antérieures (Martin & Dominicy, 2001a, 2001b), nous nous sommes interrogés, en usant d'une terminologie moins précise, sur le statut (vériconditionnel ou non-vériconditionnel) que revêtent les assignations d'états mentaux véhiculées par le choix de tel ou tel item appartenant à la classe fermée. Nous avons envisagé, à cette occasion, une option théorique extrême – inspirée de Dennett (1990) – qui consisterait à dénier tout impact vériconditionnel à ces assignations d'états mentaux. Pareille position nous paraît tenable pour ce qui touche à un secteur de la conversation ordinaire : si un locuteur produit un énoncé qui véhicule une proposition cachée P, la méta-proposition P' de la forme « Le locuteur entretient l'état mental E dont le contenu est la proposition cachée P » ne figure pas parmi les conditions de vérité de l'énoncé37. Il en va tout autrement, par contre, dans la narration, où l'auteur attribue souvent à l'un ou l'autre de ses personnages des états mentaux portant sur des propositions cachées. Nous pouvons comprendre, en ce sens, que certaines composantes sémantiques du langage s'avèrent, dans un échange quotidien, à la fois non-vériconditionnelles et néanmoins « réalistes ». Pour dire les choses brutalement, les états mentaux que le locuteur s'auto-assigne par le biais du « dire sans vouloir dire » passent, grâce à la fiction, d'une « réalité » soustraite à la dimension vériconditionnelle vers une « réalité » qui n'est plus dissociable de la vérité narrative. Le principal enjeu philosophique de notre enquête tient alors en une seule question : lorsqu'un locuteur ordinaire use du « dire sans vouloir dire » afin d'attribuer des états mentaux à d'autres sujets de conscience, ses énoncés s'alignent-ils sur les auto-attributions, ou se rangent-ils au côté des attributions fictionnelles ? Le sens commun, que Dennett s'attache à combattre, veut que ces énoncés participent des deux : aussi « réalistes » que les auto-attributions, ils prétendent, pour ce qui concerne les attributions à autrui d'états mentaux, à la vérité que les énoncés fictionnels tenteraient d'atteindre si, ne « feignant » pas, leur auteur accomplissait ses actes illocutoires et perlocutoires avec succès et sans défaut.

86Quelle que soit l'issue de ces débats ontologiques, il demeurera que les énoncés qui véhiculent, par le biais du « dire sans vouloir dire », la perspective du locuteur sur le monde peuvent être vrais quand bien même ni ce locuteur, ni aucun autre individu ne saisit, de manière consciente ou non-consciente, les propositions cachées. Cette situation banale s'observe lorsque le locuteur – par exemple, s'il n'est pas natif et/ou n'a pas atteint l'âge adulte – ne maîtrise que partiellement les dimensions non-vériconditionnelles des expressions qu'il utilise, et que, par ailleurs, aucun autre individu ne peut, en raison de son arrière-plan épistémique, se voir attribuer des états mentaux qui prennent les propositions cachées pour contenu. L'existence d'une perspective dans le chef du locuteur n'exige donc pas qu'une intention communicative correspondante soit (consciemment ou non-consciemment) entretenue par ce locuteur. En ce sens, les propositions cachées fonctionnent davantage sur le mode des « stimuli sociaux » (cf. Mead, 1963) que sur le mode des messages inter-individuels : même si la perspective ne s'incarne pas dans un état mental (réel ou supposé) du locuteur, celui-ci peut néanmoins la porter en tant que « sujet social » ; les propositions cachées qui captent cette perspective expriment alors une « posture sociale ».

87Par ailleurs, les propositions cachées sont susceptibles de définir un « style » (une attitude, un ethos), aussi bien dans l'échange quotidien que dans les textes littéraires. Mais le style n'émerge qu'une fois certaines conditions remplies. Les effets cognitifs déclenchés par les propositions cachées doivent se renforcer les uns les autres, et entrer en résonance avec les propositions illocutoirement explicitées ou perlocutoirement implicitées par le discours. Sans cela, l'art verbal ne dépasse pas le stade de l'imitation non motivée, du jeu, ou de la trouvaille expressive. Plus le savoir-faire (le know how) du locuteur ou de l'auteur est développé, plus celui-ci peut appliquer, consciemment ou non-consciemment, des perspectives déterminées au monde qu'il décrit, et aboutir ainsi à ce stade d'interaction constructive entre les niveaux vériconditionnel et non-vériconditionnel qui constitue authentiquement un style.

  • 38 Le chapitre 5, où Lampedusa nous raconte comment le père Pirrone arrange un prototypique « mariage (...)

88L'on peut sans doute lire les romans de Charles-Louis Philippe ou de Lampedusa en ne réservant aucun traitement – conscient ou non-conscient – à de nombreuses propositions cachées. Appliquée de manière systématique à Bubu de Montparnasse, cette stratégie ne laisserait subsister que peu de choses, tant l'intrigue s'avère prévisible et stéréotypée. Soucieux de « poétiser » les faits et gestes de ses personnages, Charles-Louis Philippe recourt massivement à l'évocation « indirecte » (Dominicy, 2002b), où la description d'un monde particulier sert, avant tout, à susciter une interprétation symbolique qui explore les secteurs sémantico-encyclopédiques et épisodiques de la mémoire à long terme. En comparaison, Le Guépard recèle une matière tellement riche, et tellement étrangère à notre existence commune, qu'elle autorise un parcours à la fois historique et pittoresque de l'univers décrit38. Cela n'a pourtant pas empêché que le préfacier du roman, Giorgio Bassani, y voie de la « vraie poésie » écrite par un « poète lyrique ».

89Si la « poésie » de Lampedusa s'avère beaucoup plus difficile à cerner – et plus profonde, aussi – que celle de Charles-Louis Philippe, leurs œuvres exhibent des caractéristiques convergentes. Dans les deux cas, le « dire sans vouloir dire » est surdéterminé, et exploité afin qu'il interagisse avec la trame narrative de manière à susciter le plus grand nombre possible d'effets de sens. De surcroît, ce « dire sans vouloir dire » va parfois jusqu'à prendre le pas sur les actes illocutoires et perlocutoires que l'auteur « feint » d'accomplir, dans la mesure où ces derniers livrent surtout des indices à partir desquels doit se reconstruire « l'idée » qui assure la cohésion entre toutes les propositions cachées. Il s'ensuit une mise en scène exacerbée du langage – que Spitzer aurait appelée Stilsprache – dans laquelle le lecteur est incité, par l'opacité apparente des formes linguistiques elles-mêmes, à mobiliser au maximum sa capacité à interpréter, consciemment ou non-consciemment, les propositions cachées du texte. Cette démarche place au premier plan la récurrence de certains items appartenant à la classe fermée et le retour périodique de certaines notations perceptuelles ou de certains contenus, créant de la sorte un réseau de parallélismes qui se décèle progressivement, par relectures successives. Cependant, les ressemblances s'arrêtent là. Charles-Louis Philippe adopte volontiers une impassibilité « homérique » pour narrer une épopée où les vies personnelles des différents protagonistes se fondent en un destin attendu. À l'inverse, le lyrisme du Guépard procède d'une focalisation quasiment narcissique sur les états mentaux de don Fabrice ; mais en cernant la perspective du Prince Salina à l'aide du « dire sans vouloir dire », Lampedusa permet que le lecteur, lorsqu'il s'essaie à comprendre ce personnage si lointain, puisse retrouver ses propres souvenirs et réactiver les traces de ses expériences passées.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources premières

Deledda Grazia
Cen = Cenere ;
http://www.citynet.re.it/biblioteca/cenere/parte-II_cap.VII.htm.
Br = Braises, traduction de Fabienne-Andréa Costea, Paris,
Éditions Autrement Littératures, 1999.

Laurent Jacques
PetJP = Paul et Jean-Paul, Paris, Chez Grasset (« Les Cahiers Irréguliers », 2), 1951.
Philippe Charles-Louis
Bubu = Bubu de Montparnasse, Paris, Bernard Grasset (« Les Cahiers Rouges »), 1986.
Pirandello Luigi
Scia = Scialle nero ;
http://www.classicitaliani.it/pirandel/novelle/01_001.htm.
Tomasi di Lampedusa Giuseppe
Gatt = Il Gattopardo, Milan, Feltrinelli, 1958.
Gué = Le Guépard, traduction de Fanette Pézard, Paris, Le Seuil, 1959.

Sources secondes

Beszterda L, Szpingier B. & Sypnicki J., « La concorrenza di/da in italiano ; con considerazioni particolari sui gruppi N^Prep^N », Studia Romanica Posnaniensia, 1998, 23, 11-31.

Boons J.-P., Guillet A. & Leclère C., La Structure des phrases simples en français. Constructions intransitives, Genève/Paris, Droz, 1976.

Calboli G., La Linguistica moderna e il latino. I cast, Bologne, Casa Editrice Pàtron, 1972.

Chisholm R., « Act, Content and the Duck-Rabbit », in Haller R. & Brandi J. (éds.), WittgensteinEine Neubewertung/Towards a Re-Evaluation, Vienne, Holder-Pichler/Tempsky, 1990, vol. II, 63-73.

Damasio A.R., L'Erreur de Descartes, traduction de M. Blanc, Paris, Odile Jacob, 1995.

Davidson D., Actions et événements, traduction de P. Engel, Paris, PUF, 1993.

De Boer C., Essai sur la syntaxe de la préposition en français et en italien, Paris, Champion, 1926.

Dennett D.C., La Stratégie de l'interprète. Le sens commun et l'univers quotidien, traduction de P. Engel, Paris, Gallimard, 1990.

Dominicy M., « La genèse du "Guignon" », in Murphy S. (éd.), Lectures de Baudelaire. Les Fleurs du Mal, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002a, 239-267 ;

—, « Évocation directe et évocation indirecte. Comment narrer en poésie ? » in Frédéric M. (éd.), Poésie et narrativité, Degrés, no 111, 2002b, cl-c25.

Dowty D., « The Semantic Assymmetry [sic] of “Argument Alternations" (and Why it Matters) » ; http://ling.ohio-state.edu/-dowty/papers/groningen-00.

Ducrot O. et al., « D'ailleurs ou la logique du camelot », in Ducrot et al., Les Mots du discours, Paris, Éditions de Minuit, 1980, 193-232.

Englebert A., Le « petit mot » DE. Étude de sémantique historique, Genève/Paris, Droz, 1992.

Fillmore C.J., « The Case for Case », in Bach E. & Harms R. (éds.), Universals in Linguistic Theory, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1968, 1-88.

Frei H., « Sylvie est jolie des yeux », in Mélanges de linguistique offerts à Charles Bally, Genève, Georg et Cie, 1939, 186-192.

Gaatone D., Le Passifen français, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, 1998 ;

—-, « Pour une définition restrictive du passif en français », in Shosler (éd.), 2000, 15-22.

Kistler M., Causalité et lois de la nature, Paris, Vrin, 1999.

Livet P. (éd.), De la perception à l'action. Contenus perceptifs et perception de l'action, Paris, Vrin, 2000.

Martin F., « La préposition de du “complément d'agent" des verbes psychologiques causatifs : un génitif », in Kupferman L. (éd.), La Préposition française dans tous ses états-4, Scolia, no 15, 2002a, 57-70 ;

—, « Participe passé verbal ou adjectival ? Analyse sémantique à partir des prépositions par et de », in Actes du Colloque « L'adjectif à travers les langues », Caen, Presses Universitaires de Caen, 2002b, sous presse ;

—, « Incorporated Genitive Arguments in French », à paraître in Kim J.Y., Lander Y. & B.H. Partee (éds.), Proceedings of the Workshop on the Semantics and Syntax of Possessive Constructions, Amherst, University of Massachusetts, 2002c ;

—, « De-N indéfinis prédicatifs et prédicats incorporants », à paraître in Corblin F., Ferrando S. & Kupferman L. (éds.), Actes du colloque Indéfinis et Prédications, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2002d ;

—, « La construction "se faire + infinitif" et les verbes psychologiques », in Chuquet J. & Paillard M. (éds.), Morphosyntaxe du lexique. 1. Catégorisation et mise en discours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (« Travaux Linguistiques du Cerlico », 15), 2002e, 212-241 ;

—, « Dire sans vouloir dire », Université Libre de Bruxelles, 2003 inédit.

Martin F. & M. Dominicy, « À travers, au travers (de), et le point de vue », in Kupferman L., Katz E. & Asnès M. (éds.), La Préposition = Travaux de Linguistique, no 42-43, 2001a, 211-227 ;

—, « Mental States and Truth-Conditional Semantics », communication présentée au colloque de la European Society for Philosophy and Psychology, Fribourg, août, 2001 ;

—, « Autour du génitif de substance dans une (voire deux...) langues romanes », communication présentée au colloque international Linguistique comparée des langues romanes en hommage à Liliane Tasmowski, Anvers, UIA-UFSIA, septembre 2002.

Mead, G.H., L'Esprit, le Soi, la Société, Paris, PUF, 1963.

Merin A., « Information, Relevance, and Social Decisionmaking : Some Principles and Results of Decision-Theoretic Semantics », in Moss L. S., Ginzburg J. & de Rijke M. (éds.), Logic, Language, and Computation, Vol. 2, Stanford, Center for the Study of Language and Information, 1999, 179-221.

Monnoyer J.-M., « Voir comme autrement », in Cometti J.-P. (éd.), Ludwig Wittgenstein. Esthétique et philosophie de la psychologie, Revue Internationale de Philosophie, no 219, 2002, 109-124.

Muller C, « Le passif processif et ses concurrents. Définition et quelques particularités », in Shosler (éd.), 2000, 49-70.

Okon L., « Bemerkungen zum Gebrauch der Präpositionen : franzosisch "de" und italienisch "di/da" », in Klein E., Pouradier Duteil F. & Wagner K. (éds.), Betriebslinguistik und Linguistikbetrieb. Akten des 24. Linguistischen Kolloquiums, Universität Bremen, 4.-6. September 1989, Tübingen, Niemeyer, vol. I, 1991, 349-355.

Proust J., « Pour une théorie "motrice" de la simulation », in Decety J. (éd.), Cerveau, perception et action, Psychologie Française, 2000, 45, 295-306.

Searle J.R., « Le statut logique du discours de la fiction », in Sens et expression. Études de théorie des actes de langage, traduction de J. Proust, Paris, Éditions de Minuit, 1982, 101-119 ;

—, L'Intentionalité. Essai de philosophie des états mentaux, traduction de C. Pichevin, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Shapira C., « Le complément d'agent introduit par la préposition de », Lingvisticae Investigationes, 1986, 10, 153-172.

Shosler J. (éd.), Le Passif. Actes du colloque international, Copenhague, Université de Copenhague (Institut d'Études Romanes), 2000.

Siloni T., « Adjectival Constructs and Inalienable Constructions », in Ouhalla J. & U. Shlonsky (éds.), Themes and Issues in the Syntax of Arabic and Hebrew, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2002.

Silverstein M., « The Limits of Awareness », in Duranti A. (éd.), Anthropology. A Reader, Londres, Blackwell, 2001, 382-401.

Spang-hanssen E., Les Prépositions incolores du français moderne, Copenhague, G.E.C. Gads Forlag, 1963.

Sperber D. & Wilson D., La Pertinence. Communication et cognition, traduction de A. Gerschenfeld & D. Sperber, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Spitzer L., « Pseudoobjektive Motivierung bei Charles-Louis Philippe », in Stilstudien. Zweiter Teil : Stilsprachen, Munich, Max Hueber Verlag, 1928,166-207 ;

—, Études de style, traduction de E. Kaufholz, A. Coulon & M. Foucault, Paris, Gallimard, 1970.

Talmy L., « Force Dynamics in Language and Cognition », Cognitive Science, 1988, 12, 49-100. Repris dans Talmy 2000 ;

—, « Fictive Motion in Language and "Ception" », in Bloom P, Peterson M.A., Nadel L. & Garrett M.F. (éds.), Language and Space, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1996, 211-276. Repris dans Talmy 2000 ;

—, Toward a Cognitive Semantics, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 2 vol, 2000.

Togeby K., Grammaire française. Volume III : Les formes impersonnelles du verbe et la construction des verbes, Copenhague, Akademisk Forlag, 1983.

Tulving E., « Episodic and Semantic Memory », in Tulving E. & Donaldson W. (éds.), Organization of Memory, New York/Londres, Academic Press, 1972, 381-403 ;

—, Elements of Episodic Memory, Oxford/New York, Clarendon Press/Oxford University Press, 1983.

Van Geenhoven V, Indefinite Descriptions and Semantic Incorporation : Semantic and Syntactic Aspects of Noun Incorporation in West Greenlandic, Stanford, Center for the Study of Language and Information, 1998.

Vogeleer S., « L'accès perceptuel à l'information : à propos des expressions un homme arrive-on voit arriver un homme », Langue française, no 102, 1994, 69-83.

Wheeler M.A., Stuss D.T. & Tulving E., « Towards a Theory of Episodic Memory : The Frontal Lobes and Autonoetic Consciousness », Psychological Bulletin, 1997, 121, 331-354.

Wittgenstein L., Recherches philosophiques, traduction de P. Klossowski, Paris, Gallimard, 1961 ;

—, Le Cahier bleu et le Cahier brun. Études préliminaires aux « Investigations [sic : Recherches] philosophiques », traduction de G. Durand, Paris, Gallimard, 1965 ;

—, Leçons et conversations sur l'esthétique, la psychologie et la croyance religieuse, traduction de J. Fauve, Paris, Gallimard, 1971 ;

—, Études préparatoires à la seconde partie des « Recherches philosophiques », traduction de G. Granel, Mauvezin, TER, 1985 ;

—, Remarques sur la philosophie de la psychologie, traduction de G. Granel, Mauvezin, TER, 2 vol, 1989-94.

Notes

1 Bien qu'elle ne puisse être considérée comme un coordonnant ou un subordonnant syntaxique, la locution prépositionnelle à cause de devrait être intégrée, de même que à cause que, à toute étude sémantique et pragmatique des connecteurs de cause et de justification.

2 Parmi les apports dont il faudrait tenir compte dans une relecture actuelle, on mentionnera évidemment l'abondante littérature consacrée aux connecteurs et les multiples recherches sur le point de vue, mais aussi toutes les discussions philosophiques déclenchées par la distinction wittgensteinienne entre « causes » et « raisons ». Sur ce dernier point, voir Wittgenstein (1961, 1965, 1971, 1985, 1989-94), Davidson (1993) et Kistler (1999).

3 Sur la différence entre mémoire sémantico-encyclopédique et mémoire épisodique, voir Tulving (1972, 1983), Wheeler et al. (1997). Pour une exploitation de cette distinction dans l'analyse littéraire, voir Dominicy (2002a).

4 Nous recourons ici à la notion générale d'« enrichissement » telle qu'elle l'ont définie Sperber & Wilson (1989, 275-288) ; en ce sens, la proposition cachée constitue un « schéma d’hypothèse » dont l'enrichissement va être guidé par une recherche de pertinence maximale. Martin (2003) étudie la pertinence des propositions cachées en se situant dans le cadre théorique développé par Merin (1999).

5 Pour Silverstein (2001), le contenu sémantique des particules et des prépositions fait l'objet, dans son intégralité, d'un traitement inconscient. Cette affirmation paraît excessive : elle entraîne, en effet, que le locuteur ne prendrait pas conscience de certaines conditions de vérité (cf. Martin, 2003).

6 En termes techniques, on dira que l'auteur, parce qu'il « feint » d'agir illocutoirement et perlocutoirement, ne prétend pas à la vérité, mais nous montre ce qui devrait être vrai si, ne « feignant » pas, il accomplissait ses actes illocutoires et perlocutoires avec succès et sans défaut.

7 Plus précisément : parmi les propositions qui devraient être vraies si, ne « feignant » pas, l'auteur accomplissait ses actes illocutoires et perlocutoires avec succès et sans défaut.

8 Nous négligeons ici un cas de figure plus complexe, où la proposition cachée non-enrichie serait attribuée au personnage (qui, en quelque sorte, éprouverait le sentiment qu'un obstacle, physique ou psychologique, s'oppose à son mouvement), et où l'auteur se verrait attribuer la proposition cachée enrichie (il « saurait » alors que l'obstacle en cause n'est autre que la vastitude de l'Amérique). On peut s'interroger sur le niveau de conscience qu'une telle mise en scène « polyphonique » exige dans le chef de l'auteur.

9 Cette empathie pourrait constituer, de la part de l'auteur, une forme élaborée de « simulation » par laquelle il épouserait la perspective de son personnage sur le monde (Proust, 2000).

10 L'histoire littéraire nous apprend que Giuseppe Tomasi, prince de Lampedusa, a puisé la matière du roman dans sa relation personnelle, mêlée d'amour et de haine, à la Sicile, et dans le souvenir de son arrière-grand-père paternel, Giulio di Lampedusa. Sur le plan énonciatif et cognitif, certains anachronismes délibérés proviennent de ce que des contenus faisant l'objet d'une prise de conscience dans le chef du seul auteur sont intégrés tels quels à la narration ; voir Gatt 121 = Gué 95 (avions et supersoniques) ; Gatt 134 = Gué 105 (le lapsus freudien) ; Gatt 139 = Gué 109 (la question du Mezzogiorno) ; Gatt 140 = Gué 110 (les snobs et le bacille de Koch) ; Gatt 167 = Gué 130 (la poussette dans Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein) ; Gatt 223 = Gué 173 (autobus et banlieues) ; Gatt 264 = Gué 203 (la bombe atomique) ; Gatt 277 = Gué 214 (chemises noires fascistes et chemises rouges communistes) ; Gatt 313 = Gué 239 (tranchées de 14-18).

11 Martin (2002a, b, c, d) rejette l'idée traditionnelle qui veut que le génitif soit toujours complément de nom (en surface ou à quelque niveau « profond » de l'analyse grammaticale). Pour une discussion historique et théorique de ce problème, voir Calboli (1972).

12 Dans ce qui suit, la notation « et ? ? » sera préfixée aux exemples que les sujets tendent spontanément à compléter d'un modifieur (adjectif, proposition relative,...) lors des tests d'acceptabilité. Ainsi, pour (10a) :
(i) La plage est inondée d'un pétrole brunâtre
(ii) La plage est inondée des papillons apportés par la tornade

13 Dans ce travail, nous utiliserons les termes « aspect » et « aspectuel » avec la valeur qui leur est donnée en théorie de la perception (cf. par exemple Searle, 1985, 71-73).

14 La forme logique donnée sous (9'a) doit se lire : « il existe un état s, un état s', une entité x, tels que : (i) s est un état inondant ; (ii) le thème de s est l'entité x ; (iii) s'est un état inondé ; (iv) le thème de s'est la plage ; (v) s entretient avec s'la relation « RM/C » ; (vi) l'entité x est du pétrole ». Il en va de même, mutatis mutandis, pour (14'a). Martin (2002c,d) montre qu'il faut analyser le complément au génitif de (9'a) comme un « argument incorporé » au sens de Van Geenhoven (1998). Pour des raisons de convenance notationnelle, nous avons remplacé les relations « RC/M » et « RT/P » utilisées dans Martin (2002c, d) par leurs inverses « RM/C » et « RP/T ».

15 Cette idée a déjà été remise en question par Shapira (1986). Martin (2002c,d) avance de nouveaux arguments, et rapproche les génitifs étudiés ici des compléments en de que Boons, Guillet & Leclère (1976) ont étudiés à travers l'alternance entre (i) et (ii) :
(i) Le jardin fourmille d'abeilles
(ii) Les abeilles fourmillent dans le jardin
Sur les données correspondantes de l'anglais, voir Dowty (2000).

16 Pour ne pas allonger indûment notre exposé, nous négligerons souvent les différences entre les diverses lectures du passif (passif statif, passif d'état, passif processif) ; pour une discussion de ce problème, voir Muller (2000) et Martin (2002b).

17 Comme nous le montrerons plus loin (cf. note 28), l'exemple (15a') est très vraisemblablement ambigu. Pour simplifier notre exposé, nous négligerons provisoirement la lecture à causalité « externe » de telles phrases ; cette lecture est fréquemment déclenchée par un passif à valeur processive.

18 La forme logique donnée sous (16'a) exprime le fait que l'état « causant » s" possède une propriété qui reste indéterminée. En effet, la phrase n'indique pas quelle est la nature précise de la tempête en question ; elle se borne à attribuer une efficacité causale à l'état de cette tempête.

19 Afin d'illustrer le rôle que peut jouer ici la nature de la cause « externe », on comparera (20c-20c') à (i-i') :
(i) La cour est ombragée d'un voile bleu par le mur d'enceinte
(i') La cour est ombragée par le mur d'enceinte
Voir aussi les exemples discutés en note 28.

20 À ce sujet, voir Martin (2002e). Il faut donc dissocier l'une de l'autre les deux composantes que recouvre la notion traditionnelle de « complément d'agent » : le statut d'« argument externe » qu'on doit assigner à un tel complément ; et l'éventuelle agentivité de l'entité à laquelle il réfère. Une fois cette dissociation opérée, rien ne nous empêche plus de reconnaître des « génitifs agentifs ».

21 Cette hypothèse (formulée pour la première fois dans Martin & Dominicy, 2002) apparaît confusément chez De Boer (1926, 68-71, 76-78), qui décèle un « génitif » dans (i), un « instru mental » en de dans (ii), un « instrumental » en par dans (iii) et un « ablatif » en par dans (iv) :
(i) Le camp était entouré de palissades (ii) Le camp avait été entouré par nous de palissades
(iii) La Cour des Mirades était enclose par l'ancien mur de l'enceinte
(iv) La porte avait été ouverte par le vent
Quoique De Boer ne se prononce pas clairement sur le statut du complément en par de l'exemple (ii), sa distinction entre l'« instrumental » de (iii) et l'« ablatif » de (iv) semble recouvrir, pour ce qui concerne les entités non-agentives du moins, notre dichotomie de la cause « interne » et de la cause « externe ». Contre l'idée – traditionnelle (cf. par exemple Beszterda et al. 1998, 30 ; Okon 1991, 352) que le complément avec de (ou avec di en italien) est « instrumental » dans (ii), on peut invoquer des structures telles que :
(v) Le camp avait été entouré (par nous) de palissades avec des planches récupérées sur le terrain vague
qui montrent que l'« instrumentalité » de l'entité à laquelle réfère le complément en de/di ne relève pas du niveau sémantique, mais d'une exploitation pragmatique de l'encyclopédie.

22 Nous attribuons d'autant plus facilement de l'agentivité à des entités non-humaines que leur mouvement dans l'espace s'avère plus imprévisible et moins régulier ; comparer la « danse » des feuilles soulevées par le vent avec la chute monotone d'une cascade.

23 Sur la distinction entre l'accès perceptuel et l'accès épistémique, et sur les mécanismes par défaut qui président aux attributions de point de vue, voir Vogeleer (1994).

24 La proposition cachée « Ces paysans sont des agents » capte le fait que l'expérience perceptuelle correspondante implique deux catégorisations simultanées : les images de paysans sont vues comme des paysans qui sont vus, en même temps, comme des entités agentives « au travail ». Rien n'empêche que, dans d'autres circonstances, de véritables paysans soient vus comme des entités non-agentives. Nous reviendrons sur ce point dans notre conclusion.

25 La bizarrerie de ces exemples tient à ce qu'ils allient une prédication stative (sont rougis/rouges) à une prédication processive (rougeoyer).

26 Cette particularité distingue le génitif que nous étudions ici de la construction (i') – où, selon Englebert (1992, 73-74), la préposition de marquerait « le point de vue ». On a surtout souligné l'affinité entre (i') et la possession inaliénable (cf. Frei, 1939 ; Fillmore, 1968 ; Siloni, 2002). Mais si ce paramètre contribue effectivement à opposer les deux structures, comme en témoigne la paire (ii-ii'), on n'a pas commenté, à notre connaissance, le contraste entre (iii) et (iii') :
(i) Le mur est noir de suie
(i') Marie est noire de cheveux
(ii) * Le mur a la suie noire
(ii') Marie a les cheveux noirs
(iii) Le mur est noirci de suie/par la suie
(iii') * Marie est noircie de cheveux/par les cheveux/par ses cheveux

27 La phrase (35c"), qui s'aligne sur (35c) et (35c'), peut produire un effet curieux, dans la mesure où les deux notations de couleur qui s'y combinent ne sauraient refléter, l'une et l'autre, le point de vue d'un observateur qui, in situ, accéderait à la scène décrite par une voie perceptuelle : pour interpréter (35c"), il faut supposer que l'une, au moins, de ces notations procède de l'accès épistémique en vertu duquel le locuteur « sait » (mais ne voit pas in situ) que l'entité en question a telle ou telle couleur.

28 L'analyse que vous venons d'esquisser a pour conséquence principale que des énoncés comme (i-i') sont très vraisemblablement ambigus entre une lecture à causalité « interne » (cf. ii-ii') et une lecture à causalité « externe » (cf. iii-iii') : (i) La plage est inondée par le pétrole
(i') La ville est baignée par la lumière
(ii) La plage a été inondée de pétrole par la tempête
(ii') La ville est baignée de lumière par le soleil
(iii) La plage a été inondée d'une pellicule brune par le pétrole qui s'échappait de l'épave
(iii') La ville est baignée d'un voile d'or par la lumière du soleil
La raison en est que le pétrole, mais aussi la lumière, peuvent être affectés d'un dynamisme qui les fait passer de l'état s" de la cause « externe » à l'état s de la cause « interne » (sur le mouvement « fictif » de la lumière, voir Talmy, 1996, Martin & Dominicy, 2001b). La lecture« externe » est nettement favorisée par un passif processif ; mais comme le montrent (i') ou les exemples (35a, 35a"), il ne s'agit pas là d'une condition nécessaire. Par ailleurs, l'inacceptabilité de (iv) et (iv') :
(iv) ??? La salle est baignée par le projecteur
(iv') * La salle est baignée par l'éclairagiste
s'explique par la conjonction de deux contraintes liées au participe baigné. L'interprétation à causalité « interne » est exclue parce qu'un projecteur ou un éclairagiste ne peut se voir affecté d'un dynamisme qui le ferait passer de s" à s ; l'interprétation à causalité « externe » se trouve bloquée parce que l'explicitation du génitif s'avère impérative quand la cause « externe » ne saurait exhiber un tel dynamisme (cf. note 19). Si (iv) est meilleur que (iv'), cela tient dans doute au fait que le SN le projecteur se laisse plus facilement interpréter en termes métonymiques (« la lumière du projecteur »).

29 Grâce au moteur de recherche « Google », nous avons pu vérifier sur Internet que le syntagme giallo/a/i/e di stoppie est d'usage pour décrire les champs moissonnés de la Sicile ou de la Sardaigne (voir aussi note 34). On trouve le singulier stoppia chez Pirandello :
Nella notte chiara splendevano limpide le stelle maggiori ; la luna accendeva sul mare una fervida fascia d'argento ; dai vasti piani gialli di stoppia si levava tremulo il canto dei grilli, corne un fitto, continuo scampanellio (Scia, chapitre III).
mais, dans ce cas, le caractère fragmenté des chaumes s'efface devant une fusion chromatique créée par l'ambiance d'une nuit éclairée d'étoiles, et par la lumière de la lune, qui couvre aussi la mer d'un « ruban argenté ».

30 Il nous semble peu opportun de désigner au moyen de l'expression française chaumes les champs que l'original italien nomme seminai (pluriel de seminàio, littéralement « champ semé ») ; nous préférerions parler de champs moissonnés.

31 Voir, par exemple, le passage où don Fabrice et Tumeo marchent dans les traces des chasseurs antiques (Gatt, 125 ; Gué, 98-99).

32 On regrettera d'autant plus, au vu de ces observations, que la traductrice ait omis de reprendre, en (24b), la couleur noir et or des encadrements.

33 Sur la notion d'« appendice », voir Chisholm (1990). Lorsque nous sommes confrontés au canard/lapin – exemple favori de Wittgenstein (1961) – nous voyons un lapin si nous traitons les deux excroissances appariées comme des appendices (des oreilles) ; dans le cas contraire, nous voyons un bec, et donc un canard.

34 L'analyse que nous appliquons aux exemples (36) et (44) nous semble confirmée par l'attestation suivante, empruntée au roman Cenere de Grazia Deledda :
(a) La corriera attraversava le tancas selvaggie, gialle di stoppie e di sole ardente, qua e là ombreggiate da macchie di olivastri e di querciuoli (Cen, partie II, chapitre VII).
(b) La voiture de poste traversait les tancas sauvages, étendues jaunes couvertes de chaume et de soleil brûlant, tachetées çà et là par les ombres des oliviers sauvages et des jeunes chênes (Br202).
Comme chez Lampedusa, nous sommes à la fin du mois d'août. Les tancas (terrains enclos des campagnes sardes) prennent alors la couleur jaune des chaumes et du soleil brûlant ; en renonçant à traduire littéralement le tour génitival gialle di stoppie e di sole ardente, la version française brouille l'inclusion du jaune (des chaumes et du soleil) dans l'aspect jauni des terrains. Vient ensuite, dans la même phrase, une construction où la préposition da/par pourrait céder la place à di/de. Le fond jaune des tancas, et la couleur des arbres qui les ombragent çà et là, forment un agrégat ; le contraste de leurs qualités aspectuelles respectives se résout dans l'harmonie d'un aspect « tacheté » – ce que la traductrice a bien rendu.

35 À l'instant même de sa mort, don Fabrice voit apparaître une figure féminine qui porte un chapeau de paille (Gatt, 297 ; Gué, 228).

36 Voir Wittgenstein (1961, 1971, 1985, 1989-94). Sur ce thème, on pourra consulter Livet (2000) et Monnoyer (2002).

37 La situation se complique lorsque l'énoncé combine une auto-attribution véhiculée par une proposition cachée à une auto-attribution que le locuteur explicite à l'aide d'un prédicat psychologique. Dans des exemples tels que (i-ii) :
(i) Je suis gênée par son cadeau
(ii) Je suis gênée de son cadeau
le choix de la préposition détermine une perspective qui permet une identification fine de l'état mental que le locuteur s'auto-attribue. Pour une discussion de ce problème, voir Martin (2002a), Martin & Dominicy (2001b).

38 Le chapitre 5, où Lampedusa nous raconte comment le père Pirrone arrange un prototypique « mariage à la sicilienne », fait une part très ténue aux phénomènes qui nous ont intéressés ici ; le Prince Salina en est d'ailleurs totalement absent, sauf comme thème de conversation et, à titre anecdotique, dans la chute finale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Auteurs

Professeur de linguistique générale à l'Université Libre de Bruxelles, et dirige le Laboratoire de linguistique textuelle et de pragmatique cognitive. Ses recherches portent sur la description linguistique et l'interprétation des textes.
Principales publications : La Naissance de la grammaire moderne, Bruxelles, Mardaga, 1984 ; Le Souci des apparences (éd.), Bruxelles, Presses de l'Université, 1989 ; La mise en scène des valeurs : La rhétorique de l'éloge et du blâme (éd. en collaboration avec M. Frédéric), Lausanne, Delachaux et Niestlé, 2001.

Chercheuse au Laboratoire de Linguistique textuelle et de pragmatique cognitive de l'Université libre de Bruxelles. Elle prépare une thèse de doctorat sur la sémantique et la pragmatique des verbes psychologiques.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540