Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

La sémantique des modalités et ses enjeux théoriques et épistémologiques dans l'analyse des textes

Olga Galatanu

Texte intégral

1La réflexion qui fait l'objet de cet article se situe à l'interface de la sémantique théorique et de l'analyse du discours et/ou des textes et porte sur l'articulation, nécessaire pour expliquer les phénomènes discursifs de production de sens, de trois propositions théoriques : une définition proprement sémantique de la notion de modalité, une approche en sémantique argumentative de la signification lexicale et une analyse linguistique du discours ayant pour objet l'étude des mécanismes sémantiques mis en œuvre dans la construction de l'univers référentiel du texte.

2Les propositions théoriques que nous allons essayer de défendre ici représentent selon nous une réponse cohérente à deux interrogations.

3La première porte sur le bien-fondé de la notion même de modalité en tant que trace d'une évaluation subjective (attitude du sujet parlant ou écrivant), mais aussi d'une évaluation intersubjective du monde (partagée par une communauté linguistique). Cette interrogation relève de la sémantique théorique et concerne directement les concepts de « modalisation », de « modalité », et de « valeur modale », le premier occupant une place importante dans l'analyse du discours (Maingueneau, 1976, 1991, 1995).

4La seconde porte sur la fonction et le fonctionnement des significations convoquées par le discours à travers les mots qu'il utilise dans l'axiologisation (l'évaluation) des représentations du monde qu'il construit et propose à ses destinataires. Elle relève justement de l'analyse linguistique du discours (Galatanu, 1999, 2000, 2002) et concerne les mécanismes discursifs (par définition argumentatifs) susceptibles de renforcer ou, au contraire, d'affaiblir, ou de reconstruire les systèmes de valeurs.

5Dans un premier temps, nous allons essayer de justifier une approche proprement sémantique de la notion de modalité. Cette définition s'appuie sur une proposition en sémantique théorique susceptible de rendre compte du niveau d'inscription de l'évaluation du monde dans la signification lexicale, proposition que nous avons développée sous le nom de « sémantique des possibles argumentatifs » (SPA). Ce modèle de description permet la construction d'un « dispositif de génération de possibles argumentatifs », que nous allons illustrer dans un deuxième temps, dans la zone modale de l'axiologique. Enfin, dans une troisième partie, nous allons confronter les résultats de l'analyse sémantique avec ceux de l'analyse d'un texte littéraire. Sans prétendre valider le modèle SPA, nous ferons apparaître son intérêt pour l'analyse du discours conçue comme étude de la spécificité des mécanismes langagiers mis en œuvre pour produire des représentations de soi et du monde.

Modalité et sémantique des possibles argumentatifs

  • 1 Pour la définition des modalités voir la synthèse des différents courants de logique et de linguis (...)

6Les concepts de modalité et de valeur modale sont des concepts qui relèvent de la logique et de la linguistique modales et qui se trouvent aussi à l'origine de la notion de modalisation en analyse du discours. Nous ne nous attarderons pas ici sur les débats autour du concept de modalité1, de son extension au niveau sémantique et de ses restrictions au niveau des formes grammaticales. Nous dirons simplement qu'en linguistique le concept de modalité s'était déjà énormément élargi depuis les années soixante-dix, par rapport aux approches en logique modale et en linguistique qui prenaient en compte seulement l'attitude à l'égard du contenu de l'énoncé. Il a récupéré à la fois des éléments marquant la force interactive (illocutionnaire) des énoncés (les modalités d'énonciation, correspondant en partie aux traditionnelles « modalités de phrase » en syntaxe) et nombre d'éléments exprimant le jugement de valeur porté par les sujets parlants sur les prédicats de ces énoncés (qualifiants des noms : crime odieux, sanction inadaptée, et caractérisants des verbes : danser parfaitement, blesser cruellement), autrement dit les modalités de re. Le champ de la linguistique modale s'est élargi aussi en récupérant ce que nous allons appeler des modalisations métadiscursives : l'adhésion ou la non adhésion du sujet parlant par rapport à la source énonciative et la hiérarchisation de l'information dans la phrase (voir Galatanu, 2000). À ces formes modales prises en compte par la linguistique modale, nous avons ajouté, parmi les modalités de re, les prédicats nominaux (les noms) et les prédicats verbaux (les verbes ou expressions verbales) porteurs de par leur signification d'une valeur modale et qui « modalisent » ainsi l'énoncé par leur simple présence sans être incidents à un autre élément de cet énoncé (crime, amour, pleurer, rire, tuer, etc.).

  • 2 Pour la filiation de ma définition de la « modalisation » voir les approches en analyse du discour (...)

7Le concept qui peut rendre compte de la présence des valeurs dans le discours est celui de modalisation discursive que nous définirons rapidement2 comme l'inscription dans l'énoncé, par une marque linguistique (modalité), de l'attitude (valeur modale) du sujet communiquant à l'égard du contenu propositionnel de son énoncé et de la fonction que cet énoncé est censé avoir dans l'interaction verbale dont il participe (Galatanu, 1997, 2000).

8Ainsi le champ de la modalisation peut être abordé en termes de fonctions discursives que la mobilisation de certaines formes linguistiques (formes modales) et la convocation de certaines prises de positions (valeurs modales) rendent possibles.

9Le tableau ci-dessous rend compte de ces fonctions modales discursives, au croisement de la mobilisation de contenus sémantiques porteurs de valeurs modales et de formes linguistiques mobilisées.

  • 3 La démarche onomasiologique s'appuie sur la description d'une zone conceptuelle pour identifier et (...)

10La définition que nous avons donnée plus haut de la modalisation discursive d'énoncé, est de nature sémantique (dans une démarche onomasiologique3) et concerne l'évaluation du contenu propositionnel de l'énoncé.

11Il nous semble que cette approche de la modalisation du discours, repérable dans le texte au travers des entités linguistiques qui convoquent, de par leurs significations, les attitudes du sujet parlant, est susceptible de répondre aux deux types d'interrogations mentionnés plus haut. D'une part, il s'agit d'objections soulevées à la constitution même du concept de modalité, objections liées à la théorie sémantique dans laquelle s'inscrit la définition de la signification lexicale. D'autre part, il s'agit d'une interrogation portant sur la fonction que joue la mobilisation des modalités, si l'on accepte de mettre en œuvre ce concept, dans la préservation ou dans la déconstruction-reconstruction discursive des systèmes de valeurs. Cette interrogation se situe plus en aval par rapport à la théorie proprement linguistique, mais en dépend et ne peut être traitée en dehors de l'analyse linguistique, au risque de produire des réponses triviales ou circulaires qui nous ramènent aux postulats de départ sur les contextes praxéologiques (sociologiques et souvent idéologiques) du discours.

Tableau 1 : La modalisation discursive

12Dans un article intitulé « À quoi sert le concept de modalité ? » (Ducrot, 1993), Oswald Ducrot soulève un certain nombre d'objections à la constitution de la catégorie générale de modalité, sans pour autant remettre en cause les recherches dans ce domaine, qui lui « semblent en effet parmi les plus importantes de la linguistique récente » :

Comme tout concept, le concept de modalité est oppositif. S'il y a du modal il doit y avoir aussi de non-modal, à quoi renvoie donc cette opposition ? J'essaierai de montrer qu'elle renvoie à l'opposition traditionnelle dans la pensée occidentale, entre l'objectif et le subjectif, entre la description des choses et la prise de position vis-à-vis de ces choses (ou vis-à-vis de la description qu'on en a donnée [...]). Si Ton admet cette opposition, les aspects modaux d'un discours seraient donc relatifs aux prises de position, aux attitudes morales, intellectuelles, affectives, exprimées tout au long de ce discours [...]. Pour ma part, je voudrais me placer sur un terrain proprement sémantique, et me demander si cela a un sens de chercher, dans un discours, des éléments intrinsèquement descriptifs (Ducrot, 1993).

13La réponse que donnent à cette question la théorie de l'argumentation dans la langue, d'abord (Anscombre & Ducrot, 1983), et, ensuite, les développements plus récents de cette théorie – la théorie des topoï et des formes topiques et la sémantique argumentative – est que tout énoncé est argumentatif, dans la mesure où toutes les entités mobilisées autorisent, de par leurs significations argumentatives, certains enchaînements discursifs et en interdisent d'autres (tout au moins dans des conditions « normales » de fonctionnement du discours), ce qui revient à dire que le non-modal, entendu comme l'absence de prise de position par le sujet parlant, n'existe pas dans le discours.

14Nous avons déjà réagi à cette position qui, à la limite, rendrait caduque, voire inconcevable, l'étude de certaines entités linguistiques comme porteuses, de par leurs significations, de valeurs modales, en essayant de montrer que si le sens discursif est de nature argumentative, sa fonction argumentative ne s'appuie pas sur les mêmes mécanismes langagiers pour toutes les entités linguistiques mobilisées, ou, autrement dit, « l'autorisation » de certains enchaînements discursifs et « l'interdiction » d'autres enchaînements n'est pas inscrite dans la signification lexicale de la même façon, ni au même niveau, pour toutes les unités lexicales (Galatanu, 2000). La distinction que nous proposons de faire entre les mécanismes sémantico-discursifs et les mécanismes pragmatico-discursifs dans la construction du sens, qui est fondamentalement argumentatif et, par là même « modal » nous semble justifier l'étude de la modalisation, telle que nous l'avons définie plus haut.

15Nous avons donc essayé de montrer, dans plusieurs articles (Galatanu, 2000, 2002) que, d'une part, « le potentiel modal » n'est pas inscrit de la même façon dans toutes les entités linguistiques, ce qui justifie l'étude de certaines de ces entités comme des formes modales, c'est-à-dire des entités linguistiques porteuses de valeurs modales et, d'autre part, que le discours ne préserve pas toujours les valeurs inscrites dans les significations des entités linguistiques et qu'il peut reconstruire, par des mécanismes sémantico-ou pragmatico-discursifs le potentiel argumentatif des mots qu'il mobilise.

16Compte tenu de la définition que nous avons donnée de l'acte discursif (Galatanu, 1999) et, par voie de conséquence, du sens et de sa nature argumentative, définition qui rejoint l'approche argumentative du sens de Ducrot et Anscombre (Ducrot, 1980, Anscombre & Ducrot, 1983), la description de la signification lexicale doit pouvoir rendre compte :

17(a) de la représentation du monde perçu et « modélisé » par la langue ;

18La signification y apparaît comme « une conceptualisation largement identique d'un individu à l'autre, ce qui forme une sorte de socle pour une intercompréhension réussie » (Kleiber, 1999), ayant une fonction de « stabilisation du monde dans la langue ».

19(b) du potentiel argumentatif des mots et, notamment du niveau d'inscription de ce potentiel dans la signification lexicale.

20Inspirée de la description qu'en fait le philosophe américain H. Putnam, notre proposition consiste à dire que la signification lexicale peut être définie en termes de noyau de traits de catégorisation (par analogie avec le noyau de l'atome), de stéréotype (ensemble d'éléments de signification) associé durablement au mot (Putnam, 1975, 1990, 1994) et de « possibles argumentatifs » qui, dans la première version de notre approche, que nous avons revue et modifiée depuis, relient les éléments du stéréotype à d'autres représentations sémantiques (stéréotypes d'autres mots, par exemple), qui se superposent (comme les états de électrons) et que nous avons appelés, par analogie avec le monde quantique, « nuages topiques ». C'est l'interaction avec les significations d'autres entités linguistique, qui forment l'environnement discursif, qui provoque un phénomène de séparation (semblable à celui de « décohérence » qui explique l'articulation du monde quantique et du monde physique, tel que nous le concevons) de ces possibles argumentatifs et stabilisent un sens, id est une orientation argumentative.

21Nous avons, par la suite, reformulé la description de ces trois strates, qui était imprécise et insuffisante pour rendre compte de la signification dans une approche holistique et associative, en précisant que les stéréotypes d'un mot représentent des associations, dans des blocs de signification argumentative (relation posée comme une « relation naturelle » : cause-effet, symptôme-phénomène, but-moyen, etc.) des éléments du noyau avec d'autres représentations sémantiques, associations relativement stables et qu'ils forment des ensembles ouverts, dans ce sens qu'il serait impossible d'identifier avec certitude des limites rigides à ces ensembles dans une communauté linguistique à un moment donné de l'évolution de sa langue.

22Par exemple, nous avons décrit (construit) le noyau de signification du mot vertu en termes de prédicats abstraits (correspondant à des « primitifs sémantiques ») : devoir bien faire, vouloir bien faire, bien faire, et les stéréotypes en termes de blocs de signification argumentative associant les éléments du noyau à d'autres représentations sémantiques et s'organisant dans un ensemble ouvert : devoir bien faire donc devoir ne pas mentir/travailler : ne pas tuer : défendre les pauvres... ; vouloir bien faire : donc ne pas convoiter la femme de son voisin : vouloir aider autrui... ; bien faire donc ne pas tuer : ne pas mentir : travailler... (Galatanu, 2003, 2004).

23Nous avons précisé aussi que nous entendons par possibles argumentatifs les associations potentielles (ou virtuelles), dans le discours, du mot avec les éléments de ses stéréotypes et que ces associations discursives s'organisent dans deux faisceaux orientés respectivement vers l'un ou l'autre des pôles axiologiques (positif et négatif) (Galatanu, 2002 et à paraître). L'orientation positive ou négative du faisceau d'associations est fonction de la contamination discursive (due à l'environnement sémantique ou au contexte). Même dans le cas des mots qui ont une inscription de l'un des pôles axiologiques dans leur noyau (bien, mal, vertu) ou dans leurs stéréotypes (viol, égalité), le potentiel axiologique reste double (à la fois négatif et positif), puisque l'association du mot avec un élément de son stéréotype peut prendre une orientation conforme à l'orientation axiologique du stéréotype (belle donc agréable à regarder donc aimée par tous les garçons, vertueux donc non menteur), ou opposée à celle du stéréotype (laide pourtant agréable à regarder donc aimée par tous les garçons, vertueux pourtant menteur).

24C'est ce double potentiel axiologique, inscrit dans les possibles argumentatifs qui justifie, nous semble-t-il, notre analogie de la signification lexicale avec le monde physique quantique et le phénomène discursif d'orientation axiologique avec celui de décohérence en physique quantique.

L'inscription des valeurs axiologiques dans la signification des mots monovalents

  • 4 De recherches sont menées depuis un an au GRASP dans le domaine de la construction des significati (...)

25Nous allons préciser, dans ce qui suit, la description de ces trois strates dans les limites de la zone sémantique qui nous intéresse ici, l'espace de cet article et l'état de notre recherche pour d'autres zones sémantiques ne nous permettant pas encore d'exposer un modèle plus général de représentation de la signification lexicale4. Cette zone est celle des valeurs axiologiques, illustrée dans cet article par des entités linguistiques qui relèvent des valeurs affectives, hédoniques et morales-éthiques, pragmatiques et esthétiques. Nous allons rappeler rapidement la description que nous avons faite de cette zone (Galatanu, 2000, 2002, à paraître).

  • 5 Nous avons élargi la zone de la modalité axiologique regroupant les modalités évaluatives et les m (...)

L'axiologique5 recouvre une zone sémantique, définie par un postulat empirique, qui renvoie à l'idée de préférence, de rupture de l'indifférence (étymologiquement : axios = « ce qui vaut »), id est à une polarité : positif/négatif, bon/mauvais, bien/mal (Galatanu, 2000 b, 94).

26Cette zone comporte des évaluations liées, référées à des champs d'expérience humaine : esthétique (beau/laid), pragmatique (utile/inutile, efficace/inefficace), cognitif ou intellectuel (intéressant/inintéressant), hédonique - affectif (agréable/désagréable). L'analyse sémantique fait apparaître le fonctionnement de l'unité lexicale bien (et du mot correspondant au pôle négatif : mal) dans tous les champs d'expérience humaine mentionnés plus haut, mais aussi et surtout de façon plus générale, comme le pôle positif (et, respectivement, négatif) de la morale ou de l'éthique. « Ce qui relève du domaine de l'éthique apparaît comme le résultat d'un processus d'abstraction de ces champs d'expérience (de généralisation, recouvrant le comportement et les attitudes de l'homme, en général) et de la culture qui les porte, d'une part, et des référents pour lesquels les objets du monde naturel et social « valent ». Le résultat de ce processus, le devoir moral nous semble pouvoir être décrit en termes de :

  1. devoir moral social, résultant d'un processus de « déontologisation » (relatif à la pratique du « bien » et du « mal » : la solidarité, la générosité) ;
  2. devoir moral religieux, résultant d'un processus de « théologisation » (la charité, la piété) ;
  3. bien suprême, impératif moral, la loi morale (ou, au contraire, mal absolu), résultant d'un processus « d'aléthisation » (Galatanu, 2000b, 95).

27Nous précisions dans l'article cité que ce dernier processus est celui qui entraîne l'abstraction la plus forte. La source de la définition du « bien » et du « mal » et donc de l'évaluation du monde en ces termes, n'est pas d'ordre social, ni religieux, mais « naturel » : c'est la loi du comportement humain, pareille aux autres lois naturelles, mais différenciant l'humain des autres catégories naturelles.

28La zone de l'axiologique est très présente dans le champ sémantique du fait social, on pourrait dire même qu'elle est omniprésente, que le langage évalue le monde social en le décrivant. Mais la valeur positive ou négative peut apparaître inscrite, dans la signification de mots monovalents, au niveau du noyau même (beau, pur, intelligent, bon, vertueux – valeur positive, laid, impur, bête, mauvais, méchant – valeur négative), ou au niveau du stéréotype, comme dans le cas de la valeur morale positive du mot démocratie. Enfin, il y a dans ce champ sémantique un grand nombre de mots qui activent toujours une valeur, positive ou négative, mais qui justement, au niveau de leurs noyaux et de leurs stéréotypes, gardent un potentiel axiologique bivalent, comme le mot grève.

29L'exemple qui servira d'illustration est celui des couples d'antonymes dans la zone de l'axiologique éthique-morale : pur/impur ou pur/sale, pureté/saleté.

30Le tableau ci-dessous rend compte des deux niveaux de la signification lexicale que la SPA permet d'analyser et permet la génération de possibles argumentatifs en termes d'argumentation externe, qui associe le mot même à l'un des éléments prévus dans les stéréotypes et qui peut apparaître aussi bien sous une forme normative : pureté donc fidélité, que sous sa forme transgressive : pureté pourtant infidélité. Le noyau et le stéréotypes sont décrits en termes de blocs d'argumentation interne (Carel, Ducrot, 1999), et ne connaissent pas deux formes topiques (normative et transgressive à la fois) Dans le noyau, nous avons proposé un bloc d'argumentation interne associant un devoir être bon/bien qui rend compte du statut de vertu de la pureté et un être bien/bon, qui rend compte du statut d'état de la prédication portée par le nominal analysé.

Noyau

Stéréotypes

(TNC)

déclinaison des prédicats

Prédicat nominal

abstraits du noyau, par association

Axiologique négatif ;

avec d'autres prédicats dans des

Moral

blocs de signification argumentative

devoir être bon/bien

donc être généreux
donc faire le bien
donc être fidèle
donc...

donc

être sans défaut

donc ne pas être menteur
donc ne pas tuer
donc ne pas tromper
donc...
ne pas transgresser la norme morale

Tableau 2 : Analyse de la signification lexicale de pureté

31Les possibles argumentatifs peuvent être décrits, dans notre approche, telle que nous l'avons expliquée rapidement ci-dessus, en termes d'associations potentielles (ou virtuelles) du mot étudié (pureté) avec des éléments de ses stéréotypes, associations qui peuvent être conformes aux stéréotypes pour ce qui est de leur orientation axiologique : pureté donc générosité, mais aussi contraire à cette orientation axiologique inscrite dans les stéréotypes : pureté pourtant mensonge.

32La même analyse nous conduit à proposer la construction de la signification du mot saleté ou du mot impureté comportant un noyau qui rend compte de la transgression de la norme morale : devoir être bien/bon pourtant avoir des défauts.

33Cette description qui permet de rendre compte du niveau d'inscription de la valeur modale dans la signification lexicale présente quelques avantages que nous aimerions souligner ici :

  • Elle permet d'envisager une construction cohérente des significations dans le cadre des relations sémantiques de synonymie et d'antonymie : ces deux relations concernent le niveau du noyau qui devrait comporter le même bloc d'argumentation interne dans le cas de la synonymie et des formes connexes d'argumentation interne (normative et transgressive) dans le cas de l'antonymie ;
  • Cette approche permet également de revoir le concept de « modal » et de lui donner un statut linguistique et un statut discursif.

34Sur le plan de la sémantique, nous proposons un programme de recherche concernant le niveau d'inscription des « prises de position », id est des valeurs modales dans la signification lexicale. Par exemple, la valeur axiologique négative de mots comme crime, vol, viol, fait partie des éléments de leurs stéréotypes, alors que la bivalence (ou la polarité) de mots comme guerre, grève fait partie des possibles argumentatifs de leurs stéréotypes (cf. Galatanu, 2000). L'un ou l'autre des pôles axiologiques (positif ou négatif) va être sélectionné et activé dans le discours par un processus de contamination avec les stéréotypes des mots de leur environnement, stabilisant ainsi une orientation argumentative : sale guerre, guerre juste, guerre de défense. Nous considérons comme modales les entités linguistiques qui ont parmi les éléments de leurs stéréotypes ou même de leurs noyaux, une ou plusieurs valeurs modales. Ainsi, pour nous, le mot démocratie est modal, dans la mesure où il réfère à un ensemble d'obligations, interdits, permis (valeurs modales déontiques), organisant la société, d'une part et, d'autre part, dans la mesure où, parmi les éléments de son stéréotype il y a une valeur axiologique positive.

35Sur le plan de l'analyse linguistique du discours, nous avons proposé un programme de recherche portant sur l'activation des valeurs modales axiologiques pour les nominaux bivalents et sur le renforcement ou l'affaiblissement, voire l'interversion des valeurs portées par les nominaux axiologiquement monovalents, et, ipso facto, sur la re-construction discursive des systèmes de valeurs. La modalisation, telle que nous l'avons définie plus haut, représente la mobilisation d'entités linguistiques modales... Les processus discursifs de « contamination » entre les stéréotypes des entités mobilisées peuvent confirmer, voire renforcer les valeurs portées par ces entités linguistiques ou, au contraire, les affaiblir, voire les inverser.

Les valeurs négatives de la pureté

  • 6 Pour la définition des discours constituants, voir les travaux de Maingueneau.

36Les phénomènes discursifs d'affaiblissement, voire d'annulation ou même d'interversion de la polarité axiologique sont fréquents et notamment dans les textes relevant des discours constituants6 : littéraires, philosophiques et, plus largement, « édifiants ».

37Nous avons identifié ailleurs (Galatanu, 2003, 2004) un phénomène discursif que nous avons appelé « stéréophage ». Il consiste dans une déploiement d'argumentations externes à partir d'un possible argumentatif généré par le dispositif des stéréotypes, qui rend paradoxal, voire inconcevable, le déploiement d'un autre possible argumentatif. La pureté morale est ainsi soumise par André Comte-Sponville, dans son Dictionnaire philosophique à des déploiements de « possibles argumentatifs » qui finissent par rendre impossible le déploiement d'un possible comme « pureté donc amour de la vie » :

La morale [lire la pureté morale, la perfection morale] est comme l'hygiène : elle est au service de la vie ou ce n'est qu'une manie dangereuse (Comte-Sponville, 2001, 481).

38Le même processus apparaît dans le célèbre texte de Jean-Paul Sartre, Les Mains sales : [garder sa pureté donc ne pas faire des chose sales, ne pas faire des choses sales (ne pas se salir les mains) donc ne pas se mêler des choses qui risquent de nous salir donc rester immobile donc ne rien faire donc ne pas faire bien] :

Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains, eh bien, reste pur ! À qui cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? (Jean-Paul Sartre, Les Mains sales).

Conclusion : de la sémantique des possibles argumentatifs à l'analyse des textes

39Pour conclure, on peut s'interroger sur l'intérêt de cette approche sémantique, au-delà de sa puissance explicative des phénomènes sémantico-discursifs, et notamment pour l'analyse des textes.

40À cette interrogation, nous pouvons répondre que cette approche permet, par son pouvoir explicatif des mécanismes discursifs d'affaiblissement, voire d'interversion des valeurs axiologique et donc de déstructuration-restructuration de la signification même des entités lexicales, de rendre compte de la fonction qu'a la parole non seulement de véhiculer les systèmes de valeurs, mais aussi de les produire et/ou de les transformer.

41En analyse du discours ou textuelle, le repérage de ces mécanismes permet de formuler des hypothèses interprétatives sur la fonction esthétique, éthique et plus largement sociale du discours étudié en lien avec les modalités mises en œuvre pour préserver ou, au contraire, pour déconstruire un système de valeurs. L'analyse de ces phénomènes sémantico-discursifs permet d'identifier des spécificités de construction du sens et de caractériser ainsi des occurrences discursives et des genres discursifs, voire des pratique discursives, par la récurrence de certains mécanismes de « contamination sémantique ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Anscombre J.-C. (éd.), Théorie des topoï, Paris, Kimé, 1995.

Anscombre J.-C. & Ducrot O., L'Argumentation dans la langue, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1983.

Barbier J.-M. & Galatanu O., « De quelques liens entre action, affects et transformation de Soi », in Barbier J.M. & Galatanu O. (éds), Action, affects et transformation de soi, Paris, PUF, 1998, 45-70.

Carel M. & Ducrot O., « Le problème du paradoxe dans une sémantique argumentative », in Galatanu O. & Gouvard J.-M. (éds.), Langue française : La sémantique du stéréotype, no 123, 1999, 6-26.

Charaudeau P. & Maingueneau D. (éds.), Dictionnaire d'analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002.

Ducrot O. (éd.), Les Mots du discours, Paris, Éditions de Minuit, 1980 ;

—, Le Dire et le Dit, Paris, Éditions de Minuit, 1984 ;

—, « Pragmatique linguistique : II. Essai d'application : les allusions à l'énonciation - Délocutifs, performatifs, discours indirect » in Parret H. (éd.), Le Langage en contexte. Études philosophiques et linguistiques de pragmatique, Amsterdam/John Benjamins B.V, 1986, 489-575 ;

—, « À quoi sert le concept de modalité ? », in Dittmar W. (éd.), Colloque sur les Modalités, Berlin, 1990 ;

—, « Les modificateurs déréalisants », in Journal of Pragmatics, 1995, 24, 145-165 ;

—, « Topoï et formes topiques », in Anscombre J.-C. (éd.), Paris, Kimé, 1995, 85-100 ;

—, « Critères argumentatifs et analyse lexicale », in Ibrahim A.H. (éd.), Langages : Les discours intérieurs au lexique, no 142,2001, 22-40.

Galatanu O., « La zone modale de la coercition en français et en roumain », in Études contrastives. Les modalités, Bucarest, Presses Universitaires de Bucarest (TUB), 1981, 173-195 ;

—, Interprétants sémantiques et interaction verbale, Bucarest, Presses Universitaires de Bucarest (TUB), 1988 ;

—, « Les argumentations du discours lyrique », in Écriture poétique moderne : Le narratif, le poétique, l'argumentatif, Nantes, CRINI - Université de Nantes, 1997, 15-36 ;

—, « La reconstruction du système de valeurs convoquées et évoquées dans le discours médiatique », in Actes du XXIIe congrès international de Linguistique et Philologie romanes, Bruxelles, 23-29 juillet 1998, Max Niemeyer Verlag, vol. VII, 1998, 251-258 ;

—, « Le phénomène sémantico-discursif de déconstruction-reconstruction. Des topoï dans une sémantique argumentative intégrée », in Galatanu O. & Gouvard J.-M. (éds), Langue française : Sémantique du stéréotype, no 123, 1999a, 41-51 ;

—, « Argumentation et analyse du discours », in Gambier Y. & Suomela-Salmi E., (éds.) Jalons, no 2, Turku, Université de Turku, 1999b, 41-54 ;

—, « Signification, sens et construction discursive de soi et du monde », in Barbier J.M. & Galatanu O. (éds), Signification, sens, formation, Paris, PUF, 2000a, 25-44 ;

—, « Langue, Discours et systèmes de valeurs », in Suomela-Salmi E. (éd.), Curiosités linguistiques, Université de Turku, 2000b, 80-102 ;

—, « La dimension axiologique de l'argumentation », in Carel M. (éd.), Hommage à Oswald Ducrot, Paris, Kimé, 2002 ;

—, « Le mécanisme sémantico-discursif de l'écriture différée : le cas de Baudelaire », in Écritures différées, Clermond-Ferrand, Presses Universitaires Biaise Pascal, 2002 ;

—, « La sémantique des valeurs dans la prière française », in Le Sens et la Mesure : hommages à Benoît de Cornulier, Paris, Champion, 2003 ;

—, « La sémantique argumentative intégrée et ses enjeux pour l'analyse linguistique du discours », in Les actes du Congrès International d'Études Françaises, La Rioja, La Croisée des Chemins, 2004 ;

—, Sémantique des valeurs et analyse linguistique du discours. Quand agir c'est dire, Paris, L'Harmattan, 2005.

Kerbrat-Orecchioni C, L'Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, 1980.

Kleiber G., Problèmes de sémantique. La polysémie en question, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1999.

Maingueneau D., L'Analyse du discours : introduction aux lectures de l'archive, Paris, Hachette Supérieur, 1991 ;

—, (éd.) Langages : Les analyses du discours en France, no 117,1995.

Moeschler J., Théorie pragmatique et pragmatique conversationnelle, Paris, Armand Colin, 1996.

Putnam H., « The meaning of meaning », in Philosophical Papers, vol. 2, Cambridge : Cambridge University Press, 1975 ;

—, Représentation et réalité, Paris, Le Seuil, 1990 ;

—, Le Réalisme à visage humaine, Paris, Armand Colin, 1994.

Searle J., Les Actes de langage. Essai de philosophie du langage, Hermann, 1972.

Sperber D., La Contagion des idées, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996.

Wierzbicka A., Semantics. Primes and universals, Oxford, New York, Oxford University Press, 1996.

Notes

1 Pour la définition des modalités voir la synthèse des différents courants de logique et de linguistique modale proposée par Nicole Le Querler (Le Querler, 1996).

2 Pour la filiation de ma définition de la « modalisation » voir les approches en analyse du discours (Maingueneau, 1976, 1991,1995)

3 La démarche onomasiologique s'appuie sur la description d'une zone conceptuelle pour identifier et analyser les entités linguistiques qui y renvoient dans une langue naturelle et apparaît comme complémentaire, en sémantique, à une démarche sémasiologique, qui part d'une entité linguistique pour décrire la zone conceptuelle à laquelle elle renvoie.

4 De recherches sont menées depuis un an au GRASP dans le domaine de la construction des significations des prédicats verbaux et nominaux de la zone sémantique de l'action en termes de structure sémantico-syntaxique profonde, prédicationnelle.

5 Nous avons élargi la zone de la modalité axiologique regroupant les modalités évaluatives et les modalités affectives. La description de cette zone figure dans plusieurs articles traitant des mécanismes discursifs de flexion de polarité (voir Galatanu, 2002).

6 Pour la définition des discours constituants, voir les travaux de Maingueneau.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : La modalisation discursive
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

Auteur

Groupe d'Analyse Sémantique et Pragmatique (GRASP) de l'Axe Discours du LLING - Laboratoire de linguistique de Nantes - EA 3728 Université de Nantes
professeur de linguistique à l'Université de Nantes. Elle est co-directrice de la Collection « Action et Savoir », aux éditions L'Harmattan. Ses recherches portent sur la sémantique argumentative et l'analyse linguistique du discours.
Principales publications : Actes de langage et didactique des langues étrangères - Bucarest, TUB (Presses Universitaires de Bucarest), 1984 ; Interprétants sémantiques et interaction verbale, Bucarest, TUB, 1988 ; Sémantique des valeurs et Analyse Linguistique du Discours. La parole édifiante ou quand agir c'est dire, Paris, L'Harmattan, collection « Action et Savoir », (sous presse). Éditions d'ouvrages collectifs : Action, affects et transformation de soi, en collaboration avec J.M. Barbier, Paris, Presses Universitaires de France, 1998 ; Signification, sens et formation, en collaboration avec J.M. Barbier, Paris, Presses Universitaires de France, 2000 ; Les Valeurs, Nantes, Maison des Sciences de l'Homme Ange Guépin, 2002.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search