Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Stylistique ou analyse textuelle ?L'exemple du fragment 128 des Caractères

Jean-Michel Adam

Texte intégral

Chaque œuvre a son style : le style c'est l'œuvre.
(Henri Meschonnic, 1970, 175)
Le style, c'est le texte même.
(Michael Riffaterre, 1979, 8)

De la stylistique à l'analyse textuelle des discours

1Comme le présent ouvrage le confirme, le « retour de la stylistique » (Adam, 1997, 15-28) s'est très largement confirmé à la charnière des xxe et xxie siècles. Les ouvrages d'introduction se sont multipliés et la stylistique apparaît de plus en plus nettement comme une démarche conjoncturelle de récupération et d'intégration-bricolage œcuménique de travaux de linguistique énonciative, de grammaire de texte, de pragmatique, de sémantique et de sémiotique, de rhétorique, de poétique et d'esthétique. De cette façon, l'éclectisme méthodologique de la stylistique a été reconduit et renouvelé, sans être interrogé en profondeur (Jenny, 1993, 113). Prolongeant les remarques de Bakhtine :

La grammaire et la stylistique se rejoignent et se séparent dans tout fait de langue concret qui, envisagé du point de vue de la langue, est un fait de grammaire, envisagé du point de vue de l'énoncé individuel est un fait de stylistique. Rien que la sélection qu'opère le locuteur d'une forme grammaticale déterminée est déjà un acte stylistique. Ces deux points de vue sur un seul et même phénomène concret de langue ne doivent cependant pas s'exclure l'un l'autre, ils doivent se combiner organiquement (avec le maintien méthodologique de leur différence) sur la base de l'unité réelle que représente le fait de langue [...] (Bakhtine, 1984, 272).

2J'ai avancé, en 1997, une proposition de « reconception de la stylistique » et plusieurs articles récents (Adam, 2002a-b-c, Adam et al. 2000 & 2002) précisent sur quelles bases la linguistique peut, selon moi, penser autrement le style et reconsidérer la séparation entre grammaire et stylistique.

3Il convient d'abord de prendre au sérieux les formules d'H. Meschonnic et de M. Riffaterre citées en exergue, qui renversent la célèbre formule de Buffon. Il est nécessaire de réinscrire ce programme dans la « translinguistique » de Benveniste. Benveniste a radicalement remis en cause la coupure langue/parole sur laquelle prend appui la dichotomie grammaire/stylistique (Adam, 2002a). Dans la « Note sur le discours », Saussure a cette formule : « La langue n'est créée qu'en vue du discours » (2002, 277). C'est dans des textes – en tant que produits d'un acte d'énonciation toujours singulier – que « la langue entre en action comme discours » (2002, 277). Saussure ne se pose certes pas la question du texte, mais il l'aborde à travers la phrase qu'il considère comme un fait de discours : « La phrase n'existe que dans la parole, dans la langue discursive » (2002, 117). Le linguiste genevois place, en fait, la phrase à la frontière de la langue-système et de la « langue discursive » :

La délimitation est difficile à faire. Il faut avouer qu'ici dans le domaine de la syntaxe, fait social et fait individuel, exécution et association fixe, se mêlent quelque peu, arrivent à se mêler plus ou moins.

4Il ajoute même :

Nous avouerons que c'est sur cette frontière seulement qu'on pourra trouver à redire à une séparation entre la langue et la parole (notes du cours du 28 avril 1911).

5Allant au bout de cette réflexion en 1912, dans un rapport relatif à la création, à l'université de Genève, de la chaire de stylistique destinée à Charles Bally, Saussure souligne la coexistence des linguistiques de la langue et de la parole :

[...] La linguistique, j'ose le dire, est vaste. Notamment elle comporte deux parties : l'une qui est plus près de la langue, dépôt passif, l'autre qui est plus près de la parole, force active et origine véritable des phénomènes qui s'aperçoivent ensuite peu à peu dans l'autre moitié du langage. Ce n'est pas trop que les deux (2002, 273).

6Poursuivant dans ce sens, Benveniste a proposé de distinguer une linguistique de la langue-système, qui a pour domaine le mot et pour limite la phrase, et qu'il nomme « sémiotique », et une linguistique du discours, « sémantique » qu'il articule avec les paramètres interpersonnels et spatio-temporels de la situation toujours unique d'énonciation. En élaborant avec « l'appareil formel de l'énonciation » l'ensemble de concepts et de définitions dont il a besoin, Benveniste n'opère pas une division binaire simple du domaine et il ne se contente pas d'ouvrir l'analyse intra-linguistique à la sémantique de l'énonciation. En effet, si la « sémantique » de l'énonciation a pour objet l'acte même de produire un énoncé et non le « texte de l'énoncé », c'est qu'une troisième branche de la linguistique est appelée à le prendre en charge :

En conclusion, il faut dépasser la notion saussurienne du signe comme principe unique, dont dépendraient à la fois la structure et le fonctionnement de la langue. Ce dépassement se fera par deux voies :

  • dans l'analyse intra-linguistique, par l'ouverture d'une nouvelle dimension de signifiance, celle du discours, que nous appelons sémantique, désormais distincte de celle qui est liée au signe, et qui sera sémiotique ;

  • dans l'analyse translinguistique des textes, des œuvres par l'élaboration d'une métasémantique qui se construira sur la sémantique de l'énonciation.

Ce sera une sémiologie de « deuxième génération », dont les instruments et la méthode pourront aussi concourir au développement des autres branches de la sémiologie générale (1974, 66).

7Benveniste divise ainsi le champ général de la linguistique en trois domaines complémentaires, au sein desquels la linguistique de l'énonciation occupe une place centrale.

8Retenons que la linguistique de l'énonciation est ouverte, d'une part, vers une linguistique transphrastique, dite « translinguistique des textes », et, d'autre part, vers une « translinguistique des œuvres », c'est-à-dire des productions littéraires propres à une langue. Dans la mesure où, comme le dit G. Molinié (1993, 7-45), le texte est l'unité de base de la stylistique. Dans la mesure où les sciences du langage fournissent une grande partie des concepts de référence de la discipline, le cadre théorique d'une analyse textuelle résolument inscrite dans l'analyse des discours (Adam, 1999) devrait permettre d'éviter l'éclectisme et le bricolage parfois revendiqués au nom des exigences pratiques de la stylistique des concours et de l'explication de texte. En admettant la possibilité d'autres voies de reconception de la stylistique, au sein de la phénoménologie (Jenny, 1990), de l'esthétique (Vouilloux, 2000) et/ou d'une théorie de « l'imaginaire comme activité créatrice » (Bordas, 2001, 33), on comprendra que je m'en tienne, pour ma part, au champ d'une (trans)linguistique que je définis comme une analyse textuelle des discours. Le schéma suivant résume la place de l'analyse textuelle au sein de l'analyse des pratiques discursives (Adam, 1999). Soulignons seulement ici qu'une grande partie du programme classique de la stylistique est couvert par l'étude des opérations de liage et de segmentation, par la description et par l'interprétation des phénomènes de continuité et de discontinuité textuelles.

Schéma 1 : Place de l'analyse textuelle dans l'analyse des discours

9J'ai choisi d'étudier un court texte des Caractères de La Bruyère, qui permettra d'illustrer une méthode d'analyse qui porte certes son attention sur la phrase, unité reconnue de la stylistique, mais surtout sur le texte et sur ces unités intermédiaires que sont la période et la séquence.

Analyse textuelle d'un fragment des caractères

10Il n'est pas possible de prétendre analyser un texte sans en vérifier la matérialité même, c'est-à-dire la façon dont il nous est parvenu. Aucun attachement aux détails linguistiques des énoncés ne peut faire l'économie d'une attention philologique incluant une attention génétique. La génétique auctoriale (celle des manuscrits) gagne à être doublée d'une génétique éditoriale. De cette manière, il s'agit d'échapper au préjugé que Michel Charles a fort bien décrit :

Le premier [préjugé critique], c'est la croyance en l'existence du texte. Soit un texte, je vais l'étudier. Tout se passe comme si le texte existait hors du regard que je porte sur lui, hors de l'expérience que j'en ai, hors des opérations que je lui fais subir pour que précisément il devienne texte (Charles, 1995, 40).

Étape philologique : l’établissement du texte

11Le fragment textuel no 128 de la section « De l'homme » des Caractères de La Bruyère, ajouté en 1689 dans la quatrième édition, se présente, du point de vue de la segmentation par la ponctuation, comme une seule longue phrase typographique comportant quatre segments qui forment chacun une phrase périodique. Mais les cinq grandes éditions dont nous disposons actuellement divergent à propos de la segmentation par la ponctuation de ce petit texte. Ces différences sont assez surprenantes pour que nous nous y attardions un moment ; elles sont signalées entre crochets chaque fois.

Julien Benda, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1951 :
L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles[,] répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent [] et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes [;] ils se retirent la nuit dans des tanières où ils vivent de pain noir, d'eau, et de racine [;] ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et [de] recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.

12Cette segmentation donne une structure linéaire plate de 4 segments présentés comme égaux : [A ; B ; C ; D.].

Robert Garapon, Paris, Garnier, 1962 :
L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles[,] répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent [] et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes[.I]ls se retirent la nuit dans des tanières[,] où ils vivent de pain noir, d'eau, et de racine[s ;] ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et [de] recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.

13Cette édition est celle qui présente la plus forte décision puisqu'elle divise le texte en deux phrases de 2 x 2 segments : P1 [A ; B.] P2 [C ; D.].

Patrice Soler, Laffont, Paris, coll. « Bouquins », 1992 :
L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles[,] répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent [] et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes [ ;] ils se retirent la nuit dans des tanières !,] où ils vivent de pain noir, d'eau, et de racine[s ;] ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et [de] recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.

14Cette édition est très proche de celle de Benda. Elle donne une structure linéaire plate de quatre segments présentés comme égaux : [A ; B ; C ; D.]. Elle diffère par le pluriel à « racines » et la virgule après « tanières » (suivant Garapon sur ce point).

15Les deux dernières éditions sont les plus proches. Elles ne divergent que sur un point : Emmanuel Bury supprime la majuscule à « Soleil » que Louis van Delft relève. En revanche, cette édition donne une structure linéaire de trois segments plus un dernier introduit par un double point : [A ; B ; C :] [D.] :

Emmanuel Bury, Le Livre de Poche, Paris, Librairie Générale Française, Classiques de poche, no 1478,1995 et Louis Van Delft, Édition de l'Imprimerie nationale, Paris, 1998 :
L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés du [S]soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent, et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes ; ils se retirent la nuit dans des tanières où ils vivent de pain noir, d'eau, et de racine : ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.

16En tenant compte de la conception de l'écriture du xviie siècle, nous avons affaire à un texte composé de quatre phrases périodiques. Tandis que Beauzée lie encore essentiellement la ponctuation à la proportion des pauses de la lecture oralisée, Condillac distingue le / ; / des / : / sur la base d'une complétude différence du sens. Entre les trois membres de la structure [A ; B ; C], le sens est comme suspendu chaque fois et ne se stabilise que par la réunion des segments A+B+C. En revanche, entre ce qui précède les/ : / et ce qui suit, un sens que Condillac dit « fini » est établi à gauche [A+B+C] et à droite [C]. L'édition Garapon donne une autre structure de deux unités de sens « fini » : [A+B] à gauche du point et [C+D] à droite du point. Faute de place, je n'insiste pas sur les autres variantes éditoriales et sur l'analyse stylistique comparée possible de ces cinq variations sur le même texte. Je choisis de m'en tenir aux deux éditions qui semblent au plus près du dernier manuscrit révisé par La Bruyère, celle d'Emmanuel Bury et celle de Louis Van Delft. E. Bury dit avoir « rétabli la ponctuation du texte d'origine, en reprenant les virgules, les points virgule et les deux-points tels qu'ils sont utilisés par La Bruyère. [...] Cela nous semble correspondre au caractère oratoire de sa prose » (1995, 54). Sur cette base matérielle de la segmentation, nous pouvons espérer dire quelque chose du rythme de la période oratoire – autrement dit du « style » – de ce fragment. Nous ne prétendrons pas parler du « style de La Bruyère », mais seulement de l'écriture d'un texte, de la spécificité d'une forme-sens singulière. La facture des Caractères est tellement variée, qu'on n'atteint jamais que le « style » de tel ou tel fragment. C'est certainement toute la différence entre la visée large de la stylistique littéraire et les ambitions plus modestes de l'analyse textuelle des discours.

Syntaxe de la phrase et rythme périodique

17Les différents segments sont syntaxiquement et rythmiquement structurés, formant ainsi des phrases périodiques qui s'appuient sur des séries énumératives (fermées presque toutes par un ET), sur la répétition, en même position syntaxique, d'unités morphologiquement identiques ou proches (syntagmes nominaux, adjectifs, relatives). On parlera de rythme simple lorsque les suites syntagmatiques sont interrompues par l'itération, à la même place syntaxique, de deux ou de trois termes (A11>12, A21>22>23, C21>22>23, D11>12>13). On parlera de rythme complexe chaque fois qu'un retour vers une position syntaxique antérieure est nécessaire (A2 et A3 reviennent au niveau de Al, de même C2 revient au niveau de Cl, et D2 revient à la position de D1). On peut considérer ces faits de rythme comme un aspect de l'amplification qui rattache ce texte descriptif au genre épidictique (démonstratif des latins). Ce fait de forme (amplifications binaires ou ternaires) est un fait de genre qui rattache l'écriture de La Bruyère au contexte rhétorique de sa formation scolaire et de son époque. L'écrivain s'interroge d'ailleurs clairement sur cette lecture générique de son œuvre dans le fragment 34 de la section « Des ouvrages de l'esprit ». Il ne se présente pas comme attendant l'admiration épidictique de ses lecteurs :

[...] il leur renvoie tous les éloges qu'il n'a pas cherchés par son travail et par ses veilles : il porte plus haut ses projets et agit pour une fin plus relevée : il demande des hommes un plus grand et plus rare succès que les louanges, et même que les récompenses, qui est de les rendre meilleurs.

18La fonction de l'écriture est clairement affirmée :

S'il donne quelque tour à ses pensées, c'est moins par une vanité d'auteur, que pour mettre une vérité qu'il a trouvée dans tout le jour nécessaire pour faire l'impression qui doit servir à son dessein (§34).

19La fonction argumentative de l'amplification épidictique distingue La Bruyère des auteurs qui recourent au même genre des « caractères ».

20On peut représenter ainsi la structure grammaticale et rythmique de la première période :

21[A] L'on voit certains animaux

221 farouches,

11

des mâles

12

et des femelles,

232 répandus par la campagne,

21

noirs,

22

livides

23

et tout brûlés du soleil,

243 attachés à la terre

31

qu'ils fouillent,

32

et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ;

  • 1 Le sens de livides est étymologiquement celui du latin lividus : bleuâtre, noirâtre, c'est-à-dire l (...)

25L'organisateur énumératif et joue trois fois un rôle de marqueur de fin de séries énumératives binaires ou ternaire. La série ternaire A21>22>23 est syntagmatiquement rattachable à animaux (au même niveau que Al, A2 et A3). Toutefois, l'isotopie de la couleur (noirs, livides1, brûlés de soleil) confère une unité sémantique à cette série de trois termes, terminée, de plus, par un et qui signale la fin d'une énumération. Fermant une série, et invite à en vérifier la cohésion sémantique et pas seulement morpho-syntaxique.

26La structure périodique du deuxième segment est beaucoup plus simple. Il s'agit d'une période carrée, structurée par la répétition (anaphore rhétorique) du pronom ils et par deux connecteurs : le causal quand [Quand p, (alors) q] est équivalent à un chaque fois que p, q. Le reformulatif en effet vient quant à lui clore le segment et introduire le dernier membre de la période :

[B]

1

ils ont comme une voix articulée,

et quand

2

ils se lèvent sur leurs pieds,

3

ils montrent une face humaine,

et en effet

4

ils sont des hommes ;

27Le connecteur ET de B2 articule les deux membres contenant les deux parties du tout (voix et pieds) qui sont les deux indices d'une humanité (faculté de langage et position de l’homo erectus). Le connecteur quand amène le troisième membre dans lequel la connotation négative du lexème face est corrigée par l'adjectif humaine. Le comme de B1 et le verbe montrer de B3, signalent seulement une apparence perceptuelle d'humanité. C'est au reformulatif en effet qu'est confié le rôle de redéfinir les animaux indéfinis du tout début du texte en transformant l'évidence perceptible en savoir (verbe être qui assure la définition-reformulation). Le point de vue perceptif externe en entendre (comme une voix) et voir (montrent) se modifie entre Al et B4.

28Ce qui est mis en scène, c'est la découverte progressive de l'identité réelle de l'objet du discours. Le dernier membre de la période (B4) est le plus court et le plus frappant de ce fait.

29La structure binaire (deux membres avec ils + verbe au présent, connectés par le relatif) de la période suivante est complétée par l'énumération de trois moyens de survie introduits par la même préposition de :

30[C] 1 ils se retirent la nuit dans des tanières

2 où ils vivent

21

de pain noir,

22

d'eau,

23

et de racine :

31Le segment conclusif, introduit par les deux-points, est rythmé de façon simple (11>12>13) et complexe (1<2), renforcée par le et de reprise et l'ellipse du sujet ILS. Le même verbe au présent permet à et ainsi de mettre D2 au même niveau que D1 et de souligner le lien argumentatif que l'énumération de la triple peine renforce :

32[D] 1 ils épargnent aux autres hommes la peine

11

de semer,

12

de labourer

13

et recueillir pour vivre,

332 et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé.

34Ce texte est donc composé d'une longue phrase typographique, divisée en quatre phrases périodiques. Cette prose très rythmée est conforme à l'idéal classique de variation des rythmes (aucune des quatre structures rythmiques n'est identique). Le point final signale qu'une unité de sens est complète. En revanche, les ponctuations intermédiaires signalent que le sens n'est que partiellement complet, qu'il n'est pas encore achevé. La fonction instructionnelle de la segmentation est donc d'empêcher la clôture des trois premiers segments et de les placer en attente du dernier qui, on va le voir, joue un rôle argumentatif décisif.

Anaphores et isotopies

35L'énoncé L'on voit qui ouvre le segment A est un introducteur type de séquence descriptive (Adam, 1992, chap. 3) et l'indicateur d'une source de point de vue (PdV). La description se donne ainsi comme perceptuelle, c'est-à-dire fondée sur un témoignage par l'évidence sensible de l'observation visuelle. Le sujet postiche on et le verbe de perception (voir) au présent continu (dilaté par rapport au moment d'énonciation) introduisent un PdV sur un objet du discours dont le déterminant certains signale le caractère indéfini. La séquence s'ouvre donc sur un flou catégoriel et temporel. Flou d'autant plus surprenant qu'inséré dans la section « De l'homme » (isotopie humaine attendue), ce texte parle, semble-t-il d'animaux (ouverture d'une isotopie animale). Le premier segment prend successivement la forme d'une description d'état, centrée sur des propriétés (farouches, mâles, femelles, noirs, livides, brûlés de soleil, répandus par la campagne, attachés à la terre), puis d'une description d'actions dans les deux dernières relatives (A31 & A32).

36La première propriété choisie (farouches) manifeste un jugement, une évaluation. Dans le bilinguisme du français du xviie siècle, l'origine bas-latine (forasticus) rattache farouches à étrangers (foras : dehors, au-dehors) et à sauvages (par opposition à domesticus). Le mot s'applique à ce qui a un aspect hostile, sauvage, rude, et qui peut agir avec violence. C'est dire que les animaux en question sont, pour on, d'une altérité inquiétante, accentuée par leur nombre (répandus). Du fait de l'introducteur on voit, toute cette description a l'apparence de la factualité, d'une vérité admise (on-vraie), d'une doxa soulignée par le présent itératif. Ce procédé correspond à ce que Carlo Ginzburg rattache au procédé littéraire de l'estrangement (2001, 15-36) ou étrangéification qui met le réel à distance en le donnant à voir autrement. Les lexèmes génériques mâles et femelles confirment l'isotopie animale que les verbes d'action appuient. Fouiller peut fort bien se dire d'un animal qui creuse la terre pour y trouver quelque chose. L'opiniâtreté invincible de la fin du premier segment va également dans le sens d'un travail machinal, d'un acharnement têtu dont on ne peut détourner les agents en question. Certes, l'attachement à la terre semble introduire un sentiment. Mais, dans la langue classique, attachement a le sens d'application à un travail et cette application n'implique pas, dans le contexte isotopique du segment A, un sentiment humain ; d'autant plus qu'opiniâtre va dans le sens d'un attachement aveugle. Le lexème final, invincible, va dans le sens de l'inquiétante étrangeté de ces animaux, en signifiant quelque chose qu'on ne peut maîtriser, dont on ne peut triompher. Il est certain qu'attachement renvoie aussi à une isotopie du servage, de la terre travaillée pour un propriétaire.

37Dans le segment A, les ils successifs sont tous sous la portée du lexème « animaux » introduit au tout début comme objet du discours. Il en va de même en B, mais chaque membre de la période se conforme à une structure identique. À gauche (à l'initiale de chaque membre), le pronom anaphorique maintient la référence animale, objet saillant initial. En revanche, à droite de chacun des trois premiers membres, c'est une propriété humaine qui apparaît. Cette isotopie humaine est présentée comme une apparence (comme une voix articulée, montrent une face humaine) avant d'être confirmée dans le quatrième membre qui modifie le référent et remet en cause le PdV perceptif initial. On peut dire que le PdV s'est modifié en raison, en particulier, du passage de la position à quatre pattes à celle de l’homo erectus, en B2. B4 interrompt la portée référentielle du lexème animaux. Le pronom anaphorique ils utilisé, par la suite, en C et en D devrait renvoyer à hommes, mis en mémoire à partir de la reformulation de B4. Toutefois, l'introduction du lexème tanières en Cl maintient l'isotopie animale et le ils de C2 flotte référentiellement en semblant rester sous la portée d'animaux. Tout au long du segment C, le référent animal semble se maintenir de telle sorte que l'anaphore [ils = hommes] est empêchée. Avec le maintien des deux référents en mémoire, ces hommes restent donc partiellement des animaux, comme leur nourriture tend d'ailleurs à le confirmer en C22 et C23. Il faut attendre le syntagme aux autres hommes (D1) pour que l'humanité des paysans soit définitivement posée. Leurs actions initiales (A31 & 32) se transforment alors explicitement en actions humaines : semer (DU), labourer (D12), récolter (D13).

38Sur le plan référentiel, ce § 128 ne présente pas l'ambiguïté des fragments comportant un nom propre (comme le § 18 cité plus loin). La critique littéraire a, dès le xviie siècle, eu tendance à considérer ces fragments comme des portraits à clef. Dans notre texte, la généralisation est garantie par le présent itératif et les définis à valeur générique des syntagmes nominaux (« des hommes », « les autres hommes », « la campagne », etc.). Le tout vise à produire référentiellement des « peintures vraisemblables » qui cherchent non pas à « réjouir les lecteurs [...] par la satire de quelqu'un, [mais] à leur proposer des défauts à éviter et des modèles à suivre » (Discours de réception à l'Académie française prononcé par La Bruyère). Ce travail de la référence fait partie d'une stratégie rhétorique : « Le poète y rejoint l'universalité du philosophe par le biais du "vraisemblable", qui est la vérité à usage poétique et littéraire » (Bury, 1991,18).

Aspects de l'énonciation

39Bien qu'écrit au présent, – un présent qui dilate les limites du moment de la situation d'énonciation-, ce texte ne comporte aucune marque explicite de l'énonciation de discours et de la co-énonciation. Mais toute représentation discursive référentielle est inséparable d'un énonciateur et d'une source d'énonciation ou PdV. Ce texte adopte un dispositif énonciatif qu'on peut dire « objectif » au sens où les traces de la subjectivité montrée sont gommées. Pour se rendre compte de cette position énonciative particulière, il suffit de comparer notre fragment aux deux autres fragments sur la misère, présents, eux, dès la première édition, dans la section « Des biens de fortune ». Le § 18 se présente ainsi :

Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait ; il est excusable, quel moyen de comprendre dans la première heure de la digestion qu'on puisse quelque part mourir de faim ?

40La question finale vient infirmer l'assertion « il est excusable ». Par cette position énonciative ironique, une double énonciation perce et le locuteur ne prend pas en charge l'assertion. De façon très critique, l'excuse avancée sous forme de question apparaît comme totalement inadaptée. Elle interpelle le lecteur avec force. La même distance ironique et la même interpellation pointent dans le fragment 26 :

Ce garçon si frais, si fleuri, et d'une si belle santé est seigneur d'une abbaye et de dix autres bénéfices ; tous ensemble lui rapportent six vingt mille livres de revenu, dont il n'est payé qu'en médailles d'or. Il y a ailleurs six vingt familles indigentes qui ne se chauffent point pendant l'hiver, qui n'ont point d'habits pour se couvrir, et qui souvent manquent de pain ; leur pauvreté est extrême et honteuse : quel partage ! Et cela ne prouve-t-il pas clairement un avenir ?

41Après la mise en parallèle antithétique de l'extrême richesse et de l'extrême pauvreté, un jugement éthique survient : « Leur pauvreté est honteuse ». C'est surtout par l'exclamation conclusive « quel partage ! » que l'énonciateur s'engage dans un jugement ironique accentué par le dernier mot du texte : « avenir ». De façon très critique, ce mot est une allusion religieuse non détournée à une vie éternelle où se trouve reporté l'effacement des inégalités humaines « de ce siècle ». On le voit, le sujet de l'énonciation est rarement aussi en retrait que dans le fragment 128. La prise en charge des énoncés est rarement aussi distante. Si on domine souvent, il n'est pas rare qu'un je surgisse explicitement en fin de texte et l'interpellation du lecteur sous forme de question rhétorique est fréquente. La description distanciée, quasi ethnographique, qui caractérise le fragment 128 rend le travail de progressive modification du PdV d'autant plus spectaculaire.

42Le segment périodique A est entièrement sous la dépendance du PdVl de on. Le segment périodique B amène une progressive transformation de cette perception et, en B4, le connecteur reformulatif en effet recatégorise le référent et modifie ainsi le PdVl de on en un PdV2 du Locuteur : ces animaux [...] sont des hommes. Remplaçable par l'adverbe effectivement, le connecteur en effet introduit la confirmation de la valeur informative des lexèmes voix articulée (B1), pieds (B2), face humaine (B3). En position de chute de la période B, ce qui est dit infirme PdVl de on. L'affirmation porte sur la réalité effective du monde (c'est le sens étymologique du connecteur). Aucun locuteur ne prend explicitement en charge ce nouvel état de la réalité, présenté comme absolument vrai. Le locuteur-énonciateur support du PdV2 (« ils » sont des hommes = le même, comme les autres hommes, comme nous) se dissocie du PdVl de on (« ils » sont des animaux = altérité). Le moraliste, bien qu'en retrait, est présent à travers l'assertion d'énoncés posés comme vrais et surtout dans la mécanique textuelle du dévoilement progressif d'une réalité que on était initialement incapable de voir.

43Comme on l'a vu plus haut, le segment C semble faire régresser la représentation par un retour au PdVl. La présence du lexème tanière, qui connote un logis animal, et le mode d'alimentation des hommes en question jettent un doute et font osciller la représentation entre humanité et animalité. Le syntagme nominal de D1 (autres hommes) confirme le PdV2 introduit à la fin de B et la pointe finale va entièrement dans un sens qui apparaît alors comme assumé, en dernière instance, par le moraliste signataire du recueil.

De la période à la séquence : du descriptif à l'argumentatif

44Le connecteur et ainsi du dernier segment est proche d'un donc ou d'un de ce fait. Il souligne que la proposition p de D1 est, par rapport à la proposition q qui suit et ainsi, un argument pour la conclusion que D2 amène, un argument présenté comme soutenu par une règle causale évidente, qui devrait suffire. La conclusion D2 étant construite sur une négation (ne pas manquer) laisse entendre que les paysans manquent de pain et sont loin de manger à leur faim. L'argumentation devient ainsi dénonciation de la misère du peuple des campagnes réduit à une animalité tragique et à une misère profondément injuste.

45Bien que ce texte soit introduit par un marqueur de description perceptuelle (on voit), il serait inutile de décrire techniquement la suite des segments A-B-C comme une séquence descriptive. Il s'agit, en fait, d'une suite de trois phrases périodiques descriptives (Adam, 2002b), coulées dans un plan de texte que souligne la segmentation en quatre segments. Les trois premières phrases périodiques descriptives sont emportées par la quatrième phrase périodique, argumentative elle, qui débouche, très classiquement, sur le trait final. Cette séquence argumentative rudimentaire comporte une conclusion D2, introduite par et ainsi, qui prend appui sur un argument Dl. Les périodes descriptives (A-B-C) étant suivies par cette période argumentative (D), on est, en fin de texte, amené à reconsidérer la composition de l'ensemble. Le segment périodique D forme une séquence argumentative enchâssante (Adam, 1992, chap. 4), qui fait jouer au segment A le rôle d'énoncé d'une thèse antérieure (affirmant l'animalité des paysans) et aux deux autres périodes un rôle d'étayage du passage de l'argument D1 à la conclusion D2.

46L'analyse de l'argumentation développée dans ce fragment passe par l'identification de la façon dont ce texte est centré sur les passions et tente de faire réagir le lecteur (pathos). Les segments A, B, C font appel à la pitié, à l'émotion éthique pré-juridique (Danblon, 2002). En D, l'indignation du lecteur devrait succéder à son sentiment de peur (A) et de pitié (B & C), sur la base, cette fois, d'une émotion appuyée sur une norme d'équité. Il s'agit – et c'est là tout le sens du genre moralisateur des Caractères – de trancher entre l'injustice (pauvreté des paysans réduits à l'état animal) et la justice : ils méritent au moins de manger le pain qu'il sèment. On touche ici à une donnée fondamentale de la rhétorique : le movere. La capacité d'émouvoir consiste à toucher les lecteurs par le biais des sentiments (pathos) et pas seulement de la raison (les chaînes d'arguments du logos). On peut ainsi résumer l'ensemble du § 128 sous la forme d'une séquence argumentative assez canonique (Adam, 1992, 117) :

47Ce mouvement argumentatif transforme la description des paysans (généricité épidictique du texte et utilisation de la pitié comme sentiment) en plaidoyer contre la misère des campagnes (généricité judiciaire appuyée sur l'indignation). Le retournement du PdV initial de on (sorte sinon de thèse du moins de vision antérieure) est un appel au changement social (nouvelle thèse). Le moralisateur accomplit ainsi une action discursive : il dénonce la condition de la majorité de la population rurale d'une fin de siècle marquée par les famines.

Conclusion : le style est partout

48Outre la mise en évidence du fait que la transformation progressive du point de vue sur les paysans est aussi bien macro-textuelle que micro-textuelle, notre analyse prouve que le texte est une formesens et donc que le style ne relève pas du seul niveau de la texture micro-linguistique (niveau N4 ci-après). Le style est partout dans le texte, à tous les niveaux de construction de sens. Le schéma ci-après résume ces différents niveaux de complexité que toute analyse textuelle des discours doit, selon moi, prendre en compte.

Schéma 2 : Les niveaux de l'analyse textuelle des discours

49L'action langagière [N1] engagée par La Bruyère dans les Caractères apparaît comme une volonté de faire réfléchir son lecteur et de modifier son point de vue sur le monde (ici, sur l'injustice qui touche, à travers les paysans, une partie des hommes). La préface formule très explicitement l'efficacité visée du discours :

L'approbation la plus sûre et la moins équivoque est le changement de mœurs et la réformation de ceux qui les lisent ou qui les écoutent. On ne doit parler, on ne doit écrire que pour l'instruction ; et s'il arrive que l'on plaise, il ne faut néanmoins s'en repentir, si cela sert à insinuer et à faire recevoir les vérités qui doivent instruire.

50Ceci se traduit par un usage particulier du pathos dans notre texte (passage de la pitié à l'indignation). Cette interaction se déroule dans une formation socio-discursive littéraire de la fin du xviie siècle [N2] et dans le cadre d'un interdiscours [N3] moralisateur garanti par la traduction des Caractères de Théophraste (que La Bruyère propose et préface en tête de son ouvrage). Le genre permet l'action discursive en mettant en scène une position d'écriture de moraliste (ethos de l'écrivain). Notre texte s'inscrit dans une tradition littéraire qui va du disciple d'Aristote traduit en latin par Casaubon et commenté par Erasme aux moralistes anglais Joseph Hall, Thomas Overbury et John Earle et, plus près de La Bruyère, Urbain Chevreau et le Père Le Moyne. La convocation du genre des « Caractères » [N3] que fournit l'interdiscours des anciens conditionne les différents niveaux de structuration linguistique du texte. La Bruyère prend soin, dans son « Discours sur Théophraste », de distinguer son texte des Maximes de La Rochefoucauld (1665) et des Pensées de Pascal (1670). À la fin de la préface, il oppose ce qu'il nomme génériquement ses « remarques » ou « réflexions » aux maximes, qui sont « comme des lois dans la morale », définies par leur brièveté et leur concision. Il revendique des formes textuelles plus variées, qui vont de la sentence au raisonnement, en passant par différentes formes de description. Le genre du « caractère », tel que le voit du moins La Bruyère, apparaît comme un genre souple, qui n'est contraint ni par une forme fixe ni par un style unique (Bury, 1991, 16).

51Au niveau N4, nous avons montré que la texture phrastique se double d'une structuration périodique et la morpho-syntaxe d'un rythme. Les facteurs de segmentation (ponctuation) sont inséparables des facteurs de liage (périodes, anaphores, connecteurs, isotopies) qui assurent la cohésion-cohérence du texte que nous venons d'étudier. Cette double tension entre segmentation et liage, d'une part, cohésion et progression, d'autre part, définit la textualité. C'est sur ce dernier point que la linguistique textuelle ajoute quelque chose à ce qu'on peut appeler la linguistique transphrastique.

52Au niveau N5, il faut considérer la composition en quatre segments comme base du plan de texte et l'enchâssement de la description-portrait (propre au genre descriptif du « caractère ») dans la séquence argumentative comme une transformation de la description en plaidoyer pour un « changement de mœurs ». La période-séquence argumentative dynamise les trois périodes descriptives précédentes. Ceci confirme le fait que l'hétérogénéité séquentielle est la loi de textes même aussi courts que celui de La Bruyère. C'est bien sûr à ce niveau d'organisation que se situent les variantes éditoriales. Elles dessinent les trois plans de textes différents – [A ; B ; C ; D] ou [A ; B.] et [C ; D] ou [A ; B ; C :] et [D] – dont nous avons parlé plus haut.

53Au niveau N6, la représentation discursive est assurée par les pivots lexicaux qui servent, on l'a vu, d'embrayeurs d'isotopies. La cohésion assurée par des anaphores pronominales (réputées fidèles) cache la transformation du référent ou plutôt du PdV sur ce référent. Un texte peut donc être défini comme une structure cohésive ET progressive d'énoncés pris en charge, c'est-à-dire de PdV successifs, convergents ou divergents.

54Cette double isotopie est moins portée par deux points de vue antagonistes (PdV1-isotopie animale VS PdV2-isotopie humaine) que par une progressive révision du PdVl. La prise en charge des propositions est, sur le mode du on-vrai, la clé de la cohésion énonciative du texte [N7]. L'absence d'actes expressifs réduit la présence de l'énonciateur à l'assertion de propositions et de jugements présentés comme vrais perceptivement (on voit).

  • 2 Une première version, très réduite et destinée à illustrer la différence entre périodes et séquence (...)

55Au niveau N8 (qui rejoint N1), c'est toute la question de l'orientation argumentative qui se pose. Cette orientation argumentative du texte est inséparable de la structure compositionnelle N5 et de la prise en charge énonciative N7 de la représentation. Elle est, dans le linguistique, la trace de l'(inter)action langagière N1, définie dans la préface comme volonté d'instruire et de réformer les hommes « de ce siècle » : « Je rends au public ce qu'il m'a prêté [...]. Il peut regarder avec loisir ce portrait que j'ai fait de lui d'après nature, et s'il se reconnaît quelques-uns des défauts que je touche, s'en corriger » (début de la préface)2.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam J.-M., Langue et littérature. Analyses pragmatiques et textuelles, Paris, Hachette, coll. F-Références, 1991 ;

—, Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan, coll. FAC, 4e éd. 2001 ;

—, Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne-Paris, Delachaux et Niestlé, 1997 ;

—, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan, coll. FAC, 1999 ;

—, « Le style dans la langue et dans les textes », Langue française, no 135, 2002a, 71-94 ;

—, « De la période à la séquence. Contribution à une (trans)linguistique textuelle comparative », in Macro-syntaxe et macro-sémantique, H. Nølke & H. L. Andersen éds., Berne, Peter Lang, 2002b, 167-188 ;

—, « Textualité et polyphonie », Polyphonie – linguistique et littéraire. Document de travail no V, Roskilde, De skandinaviske polyfonister, Samfundslitteratur, 2002c, 39-84.

Adam J.-M. & Lugrin G., « Variations des ancrages énonciatifs et fictionalisation d'une anecdote d'Albert Camus », Langue française, no 128, 2000, 96-112.

Adam J.-M., avec la collaboration de Durrer S., Gollut J.-D. & Noël M., « Le Libera : roman-poème et mise en variation de la langue et des genres », in Les Modèles du discours au défi d'un « dialogue romanesque » : l’incipit du roman de R. Pinget Le Libera, E. Roulet & M. Burger éds., Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2002, 15-54.

Bakhtine M., Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984 (1979).

Benveniste É., Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, 1974.

Bordas É., « Contre la stylistique, le style balzacien », Cuadernos de Filologia Francesa, no 13, 2001, 29-36.

Bury É., « La Bruyère et la tradition des Caractères », Littératures classiques, supplément au no 13, 1991, 7-23.

Charles M., Introduction à l'étude des textes, Paris, Le Seuil, 1995.

Combettes B., « Analyse linguistique des textes et stylistique », Langue française, no 135, 2002, 95-113.

Danblon E., Rhétorique et rationalité, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles, 2002.

Ginzburg C., À distance, Paris, Gallimard, [1998] 2001.

Jenny L., La Parole singulière, Paris, Belin, 1990.

Meschonnic H., Pour la poétique, Paris, Gallimard, 1970.

Riffaterre M., La Production du texte, Paris, Le Seuil, 1979.

Saussure F. de, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2002.

Vouilloux B., « Les styles face à la stylistique », Critique, no 641, 2000, 874-901.

Notes

1 Le sens de livides est étymologiquement celui du latin lividus : bleuâtre, noirâtre, c'est-à-dire l'indice de bleus sur la peau, occasionnés par la rudesse du travail.

2 Une première version, très réduite et destinée à illustrer la différence entre périodes et séquences, de cette étude a paru dans le numéro 128 de Québec français (Québec 2003, 51-54). Une autre version, plus proche de la présente, paraîtra dans un volume d'hommage à Eddy Roulet où elle me permet de distinguer la théorie des niveaux d'analyse de la théorie modulaire de ce dernier et surtout de mettre l'accent sur les spécificités de l'analyse des textes littéraires. L'introduction et la partie relative aux variations éditoriales sont les plus propres au présent essai, ainsi que certains développements relatifs à l'énonciation ironique dans d'autres fragments de La Bruyère.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20776/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Schéma 1 : Place de l'analyse textuelle dans l'analyse des discours
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20776/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20776/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Schéma 2 : Les niveaux de l'analyse textuelle des discours
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20776/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

Professeur de linguistique française à l'Université de Lausanne. Ses recherches portent sur la linguistique textuelle, l'analyse du discours littéraire et l'analyse des discours écrits (anthropologiques, politiques, publicitaires et journalistiques).
Principales publications : Éléments de linguistique textuelle, Bruxelles-Liège, Mardaga, 1990 ; Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan-Université, 1992, nouvelle édition 2001 ; Le Texte narratif, Paris, Nathan-Université, 1994 ; Le Style dans la langue, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1997 ; L'Argumentation publicitaire. Rhétorique de l'éloge et de la persuasion, avec M. Bonhomme, Paris, Nathan-Université, 1997 ; Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Paris, Nathan-Université, 1999.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search