Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

De la grammaire à la stylistique. À propos de l'ordre des mots

Joëlle Gardes Tamine

Texte intégral

  • 1 J.-C. Milner, Introduction à une science du langage, Paris, Le Seuil, 1995 (1ère édition 1989), 45

1Je voudrais profiter de cet article pour me livrer à une réflexion générale, à laquelle d'ailleurs invite le thème du collectif, sur les rapports entre grammaire et stylistique. La question de l'ordre des mots n'y jouera que le rôle d'exemple. En choisissant le terme de grammaire et non celui de linguistique, je m'inscris dans la position restreinte de Jean-Claude Milner dans son Introduction à une science du langage, selon laquelle les langues sont « descriptibles en termes de propriétés1 » indépendantes des circonstances de leur énonciation :

Ce fait peut recevoir un nom plus précis : c'est le fait de la grammaire, le factum grammaticæ. On peut le résumer ainsi : l'activité grammaticale existe dans la plupart des communautés linguistiques. Or, cette activité a des caractères propres [...] : en particulier, elle suppose qu'on puisse attribuer des propriétés à une formation langagière sans avoir aucun égard ni à celui qui la profère ni à son éventuel destinataire ni aux circonstances de la profération. D'où il suit que certaines de ces propriétés seront hors circonstances, c'est-à-dire constantes.

2C'est parce que je m'intéresse d'abord au fait grammatical ainsi défini que je préfère le terme de grammaire à celui de linguistique, la linguistique intégrant de plus en plus de facteurs extérieurs. Néanmoins, aussi restreint qu'il soit, ce fait grammatical me semble englober ce que l'on place traditionnellement sous le terme de style et, s'il fallait résumer mon propos d'une formule paradoxale et sans doute excessive, je dirais que la stylistique n'existe pas, mais que tout est grammaire. J'aimerais pouvoir disposer d'un terme qui fonde en une seule unité les deux mots séparés. Pour ne pas alourdir la présentation, je continuerai à parler de grammaire et de stylistique, mais en réalité, je devrais dire grammastylistique, grammalistique, stylogrammatique, ou tout autre terme aussi peu engageant. C'est cette position, que tout est grammaire, que je vais essayer de justifier.

L'écrit et la grammaire

  • 2 Sur le possible/impossible de langue et le possible/impossible matériel, voir J.-C. Milner, op. ci (...)
  • 3 M.-N. Gary-Prieur & M. Noailly, « Démonstratifs insolites », Poétique, no 105, fév. 1996, 111121.
  • 4 É. Noulet, Dix poèmes, Genève, Droz, 1948, 131.
  • 5 Sur un poème de Mallarmé, L'Information grammaticale, no 67, octobre 1995, 3-9.

3Elle peut paraître d'autant plus étonnante que je travaille depuis toujours sur les textes écrits littéraires dont on pense évidemment qu'ils sont le domaine du fait de style individuel. Si j'ai choisi ce domaine, c'est bien sûr par goût pour la littérature, mais c'est aussi et peut-être surtout parce que les textes écrits ont le mérite de faire apparaître le fait grammatical dans son ampleur et sa complexité : le texte s'impose dans sa nudité sans les facteurs pragmatiques sans lesquels l'oral ne peut être appréhendé. La définition que j'ai empruntée à Jean-Claude Milner ne signifie en effet nullement que ce fait soit simple. C'est cette complexité qui pourrait recevoir l'étiquette de style. S'il fallait la conserver, je définirais le style comme l'utilisation optimale et concertée des virtualités qu'offre la langue, des faits de langue possibles2, et non comme un écart fait d'emplois « insolites », pour reprendre le terme que Marie-Noëlle Gary-Prieur et Michèle Noailly appliquaient à certains démonstratifs3. Même un écrivain aussi hermétique que Mallarmé ne subvertit pas, comme on le dit trop souvent, les règles grammaticales, il en use à sa façon, certes aux marges du système, mais sans en sortir ni le renverser. J'en prends comme exemple le poème, « hermétique s'il en fut », selon Tune de ses exégètes4, « À la nue accablante tu ». Livré sans ponctuation autre que le point final, le poème s'éclaire dès que Ton reconstitue ses articulations syntaxiques. C'est ce qu'a fait Pierre Larthomas5 prenant au pied de la lettre la déclaration de Mallarmé : « Je suis profondément et scrupuleusement syntaxier ». Sans reproduire le détail de son analyse, je citerai simplement cette expression « Tout l'abîme vain éployé » pour souligner l'emploi de « vain » et montrer qu'il est conforme aux régularités du français. Simplement, la construction est ambiguë. « Vain » peut être épithète d'« abîme », il signifie alors « vide », conformément à son étymologie. Il peut aussi en être l'attribut par l'intermédiaire du participe passé « éployé » –doublet de « déployé » – et indiquer le résultat de l'action marqué par ce participe. On peut alors donner à l'adjectif une valeur adverbiale, comme celle que présente court dans ce vers de « Perrette et le pot au lait » où l'ordre des termes (antéposition de l'adjectif par rapport au participe) est le même : Légère et court vêtue elle allait à grands pas. L'expression a alors pour sens « déployé en vain ». Mallarmé se borne donc, si l'on peut dire, à jouer des règles existantes. Il respecte le fait grammatical en illustrant ses possibilités.

4Ainsi se justifie d'un point de vue méthodologique un travail sur l'écrit : l'utilisation concertée que font les écrivains de leur instrument permet de mettre en évidence des phénomènes qui sont moins visibles dans l'oral, à moins qu'il ne s'agisse d'un oral soutenu, comme dans un discours ou une conférence, pour lesquels il vaudrait sans doute mieux parler d'écrit oralisé. Les échanges verbaux, en particulier, ne permettent pas la construction d'énoncés longuement développés, propices à l'apparition de faits d'enchaînement et de cohésion. L'écrit, du point de vue de la construction des textes, que je fais entrer dans la grammaire, constitue un terrain d'observation plus fécond que l'oral.

  • 6 Voir C. Blanche-Benveniste, Approches de la langue parlée en français, Gap-Paris, Ophrys, 1997.
  • 7 Sur cette notion, voir A. Culioli, Pour une linguistique de l'énonciation. Formalisation et opérat (...)

5Sauf quand il cherche à reproduire la conversation, l'écrit est évidemment beaucoup moins sujet aux balbutiements et maladresses si nombreux dans l'oral. Il implique un projet et un accomplissement qui sont mieux à même de faire apparaître la structure et les opérations de la langue, souvent masquées dans l'oral, même si, en dernière analyse, les phénomènes sont les mêmes6. Il est fréquent qu'une unité orale change de construction au cours de sa production, pour peu qu'elle soit trop longue, sans que ce changement soit dû à une intention. Des commentaires épilinguistiques7 comme où en étais-je, je ne sais plus ce que je voulais dire, montrent les difficultés que le locuteur éprouve parfois à maîtriser le déroulement de sa production, alors que l'écrit est contrôlé de bout en bout.

6Il est en effet caractérisé par un mouvement de distance « aux circonstances de la profération », selon la formule de Jean-Claude Milner. Les temps de la production orale et écrite ne sont pas les mêmes. Celui de l'oral est celui du présent de l'énonciation subi, sans retour en arrière possible, puisque même les corrections ne peuvent supprimer ce qui a été dit. Production et résultat sont concomitants. Celui de l'écrit est celui d'un présent de l'écriture construit, comme le montre l'étude des manuscrits. Ratures, biffures, ajouts, tout cela appartient à une histoire du texte souvent dissimulée. S'il implique une mémoire, il est aussi anticipation et gestion de son avancée, y compris lorsque d'importants retards se produisent. Dans cette phrase de Proust :

Aussi, tout en ayant besoin d'épancher vers elle tous ces sentiments, si différents des sentiments simplement humains que notre prochain nous inspire, ces sentiments si spéciaux que sont les sentiments amoureux après avoir fait un pas en avant, en avouant à celle que nous aimons notre tendresse pour elle, nos espoirs, aussitôt craignant de lui déplaire, confus aussi de sentir que le langage que nous lui avons tenu n'a pas été formé expressément pour elle, qu'il nous a servi, nous servira pour d'autres, que si elle ne nous aime pas elle ne peut pas nous comprendre et que nous avons parlé alors avec le manque de goût, l'impudeur du pédant adressant à des ignorants des phrases subtiles qui ne sont pas pour eux, cette crainte, cette honte, amènent le contre-rythme, le reflux, le besoin, fût-ce en reculant d'abord, en retirant vivement la sympathie précédemment confessée, de reprendre l'offensive et de ressaisir l'estime, la domination ; le rythme double est perceptible dans les diverses périodes correspondantes d'amours similaires, chez tous les être qui s'analysent mieux qu'ils ne se prisent haut (Sodome et Gomorrhe).

7on attend pendant plusieurs lignes l'unité minimale, le noyau de la période, que j'ai souligné. Il est évident qu'une telle phrase, dans l'oral, n'aurait pu arriver à son terme. C'est pourquoi l'écrit, en tout cas dans la prose narrative et en poésie, moins au théâtre dont les dialogues imitent l'oral, abonde en éléments retardants, comme les appositions, beaucoup plus rares dans la langue parlée.

  • 8 La Théorie de la construction directe de la phrase. Analyse de la formation d'une idéologie lingui (...)
  • 9 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1968 (3e édition), 21.

8La dernière raison qui m'a conduite à choisir l'écrit comme terrain d'observation et d'analyse réside dans les conditions de sa production et de sa réception. Les études de linguistique qui se sont développées depuis une vingtaine d'années mettent l'accent sur la fonction de communication et d'interlocution, au point de poser que l'interlocuteur est le co-énonciateur de l'énoncé. Sur ces analyses, j'émettrai plusieurs réserves. Non que je doute que le langage ait parmi ses fonctions celle de communiquer. Mais il me semble que le terme est si vague, même s'il paraît aller de soi, qu'il est difficile à utiliser. Je ferai tout d'abord observer que cette position qui paraît aujourd'hui naturelle ne l'est pas et que, comme toute notion intellectuelle, elle est située historiquement. On pourra se reporter entre autres au travail de Roberto Pellerey, La Théorie de la construction directe de la phrase8. Sur la question particulière de l'ordre des mots, il montre combien les différentes conceptions proposées sont dépendantes de mouvements philosophiques et idéologiques : dans l'évolution qu'il dessine, la définition du langage comme système de signes servant à la communication n'est vraiment thématisée qu'au xviiie siècle, avant que Saussure ne lui donne une forme particulièrement claire en faisant du langage « un fait social »9.

  • 10 Voir par exemple J. Firbas, « On defining the theme in functional sentence analysis », Travaux lin (...)
  • 11 « L'ordre des mots », Cahier Jean-Claude Milner, Lagrasse, Verdier, 2001, 277-302, 285.
  • 12 À supposer qu'elle offre un véritable contenu, et ne se réduise pas à un emprunt de terme à une th (...)

9De plus, parler de communication ne signifie pas grand-chose, si on ne précise pas ce qui est communiqué. S'agit-il par exemple de la communication de la pensée, de la communication de sentiments, ou de la communication d'informations ? La première position est représentée par certains stylisticiens et critiques littéraires lorsqu'ils parlent des intentions de l'auteur. La seconde est importante en pragmatique et dans la théorie des actes illocutoires, quant à la troisième, on en trouve des illustrations aussi bien chez des linguistes pragois comme Firbas, que chez des linguistes français comme Perrot10. Mais là encore, c'est le flou qui règne, personne ne définissant très exactement ce qu'il entend par information, message, tous termes empruntés à une théorie elle-même historiquement datée. Il n'est pas sûr, à voir les discussions qu'elle suscite, que la notion d'information soit facile à manier, en particulier quand elle prend la forme de l'opposition entre information ancienne, information nouvelle, connue, inconnue... On a souvent parlé de la dissymétrie qui existe sur le plan informationnel entre le début et la fin d'une phrase, où serait placée l'information nouvelle. Parmi d'autres, Françoise Kerleroux et Jean-Marie Marandin signalent que « pour un GN qui introduit un référent de discours nouveau, le champ d'élection est le champ droit de la phrase »11. Ceci ne vaut guère que pour des unités sans contexte (cotexte) et dans le texte écrit littéraire, en tout cas, la notion d'information12 n'est guère pertinente. Pour reprendre le célèbre début de L'Éducation sentimentale :

Le 15 septembre 1840, vers six heures du matin, La Ville-de-Montereau, près de partir, fumait à gros tourbillons devant le quai Saint-Bernard.

10tout y est par définition information nouvelle et référent de discours nouveau. Il est plus simple de remarquer que la construction de la phrase encadre la mention du bateau par le cadre temporel en tête, le cadre spatial en fin et que chaque type de texte construit des stratégies discursives qui l'amènent à doter certaines places de valeurs particulières. Pensons à la clausule des discours dans le cadre de la rhétorique et à la rime en poésie. Ce type d'observation me semble seul relever du fait grammatical.

  • 13 J'utilise ce terme provisoirement, bien qu'il n'ait pas toujours la définition que je lui prête, c (...)
  • 14 Voir par exemple J.-M. Gouvard, La Pragmatique. Outils pour l'analyse littéraire, Paris, Armand Co (...)

11Restreinte autant que faire se peut à l'objet-langue, indépendamment de son utilisation et de sa fonction, ma conception de la grammaire-stylistique, si elle intègre la deixis13 comme origine du fait de langue, élimine les considérations pragmatiques. On peut le voir entre autres sur deux points. Le premier concerne l'interlocution, fondamentale dans l'oral. La pragmatique admet sans discussion que l'énonciation implique, sur un même plan, le je et le tu. Selon une terminologie répandue, ce sont des « indexicaux »14. Sans doute je et tu sont-ils à ranger dans la même classe d'un point de vue morpho-syntaxique, par exemple si l'on s'appuie sur leur position par rapport à celle des autres clitiques :

Je me le lave

vs

Il le lui lave

12Il faut alors y faire entrer également se, qui n'appartient pas à l'interlocution :

Il se le lave

13L'argument syntaxique n'est pas probant pour ce qui est de l'énonciation. Il me semble au contraire qu'il y a une dissymétrie entre je et tu, que tu est second par rapport à je : tu est celui que je interpelle, et non l'inverse. Si l'énonciation suppose nécessairement un énonciateur, elle n'implique pas un interlocuteur, qui n'apparaît que dans des situations particulières d'échange verbal, même si ce sont les plus fréquentes. Les monologues existent bel et bien dans l'usage quotidien, bien qu'ils soient rares ou pathologiques, et il me semble artificiel de dire qu'en pareil cas le je se dédouble en un je et en un tu. De fait, les exemples que l'on prend souvent sont empruntés au théâtre où il arrive aux personnages de s'adresser à eux-mêmes à la deuxième personne :

Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre.
Quoi ! tu veux qu'on t'épargne, et n'as rien épargné !
(Corneille, Cinna, acte IV, scène 2)

  • 15 Voir P. Larthomas, Le Langage dramatique, Paris, PUF, 5e édition, 1995.

14Il leur arrive aussi de ne pas le faire, comme dans le monologue d'Oreste à la fin d'Andromaque. Sa solitude est totale et il ne s'adresse ni aux dieux ni à lui-même, narrant de bout en bout à la première personne les actions qui ont fait de lui un criminel. De surcroît, le dédoublement, lorsqu'il se produit, est lié à la dramaturgie et à la nécessité d'animer une partie de scène qui courrait autrement le risque de rester statique15. Ne confond-on pas une nécessité dramaturgique avec le fonctionnement même de la langue ?

  • 16 J'ai bien conscience que ce faisant, je me situe philosophiquement autant que les linguistes dont (...)

15Si j'intègre la deixis dans mes analyses, je la restreins donc à la triple origine de la parole, moi, ici, maintenant16. L'écrit est particulièrement intéressant de ce point de vue car il permet justement de faire l'économie du tu. Certes, on dit souvent qu'il suppose une communication, même si elle est différée, puisqu'il n'est pas lu au moment de son écriture et qu'il n'atteint son destinataire, à supposer qu'il en ait réellement un, qu'après sa rédaction et sans la présence de l'énonciateur. Mais précisément, ce sont là deux différences importantes avec l'oral qui font que la communication écrite a peu à voir avec l'interlocution. On m'objectera que plusieurs écrivains s'adressent directement à leur lecteur, « Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère », dit Baudelaire, et Diderot, dans un autre genre que la poésie lyrique, le prend à témoin de l'avancée du récit dans Jacques le fataliste :

Je vous entends ; vous en avez assez, et votre avis serait que nous allassions rejoindre nos deux voyageurs. Lecteur, vous me traitez comme un automate, cela n'est pas poli ; dites les amours de Jacques, ne dites pas les amours de Jacques ; je veux que vous me parliez de l'histoire de Gousse ; j'en ai assez...

16Mais il ajoute aussitôt :

Il faut sans doute que j'aille quelquefois à votre fantaisie ; mais il faut que j'aille quelquefois à la mienne, sans compter que tout auditeur qui me permet de commencer un récit s'engage d'en entendre la fin.
Je vous ai dit premièrement ; or, dire un premièrement, c'est annoncer au moins un secondement. Secondement donc... Écoutez-moi, ne m'écoutez pas, je parlerai tout seul...

17C'est dire que l'adresse au lecteur n'est qu'une coquetterie d'écriture, une façon de raconter, mais ne l'implique pas réellement, puisqu'en définitive c'est l'écrivain qui décide, tout seul. Ce qui le préoccupe, c'est d'abord le corps à corps avec les mots, le lent travail d'écriture, qui est peut être guidé par des soucis d'adaptation au lecteur comme il l'est au sujet de son propos, mais qui est d'abord préoccupation des mots et de leur agencement :

Écrire ! pouvoir écrire ! cela signifie la longue rêverie devant la feuille blanche, le griffonnage inconscient, les jeux de la plume qui tourne en rond autour d'une tache d'encre, qui mordille le mot imparfait, le griffe, le hérisse de fléchettes, l'orne d'antennes, de pattes, jusqu'à ce qu'il perde sa figure lisible de mot, mué en insecte fantastique, envolé en papillon-fée...
[...] Je prends encore la plume, pour commencer le jeu périlleux et décevant, pour saisir et fixer, sous la pointe double et ployante, le chatoyant, le fugace, le passionnant adjectif...
(Colette, La Vagabonde)

  • 17 Voir F. Comilliat & R. Lockwood éds., Èthos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, Actes du Col (...)

18En somme, le texte atteindra ou non un destinataire, et s'il prend en compte le lecteur, c'est à travers la représentation que l'auteur s'en fait. C'est ce que savait bien la rhétorique lorsqu'elle intégrait dans ses analyses l'èthos et le pathos, c'est-à-dire l'image que l'orateur voulait donner de lui dans son discours et celle qu'il se faisait du public, de ses passions, de ses attentes17. C'est ainsi que tout n'est qu'une construction textuelle, organisée par le seul écrivain. Si l'écrit communique, c'est un résultat aléatoire, qui n'est pas inscrit nécessairement dans son fonctionnement.

19Le second point sur lequel je me sépare de la pragmatique concerne la relation du langage au réel. Dans son livre sur la pragmatique, Jean-Michel Gouvard définit l'objet de son étude de la façon suivante :

  • 18 La Pragmatique, op. cit., 4.

L'étude pragmatique de la langue, qui fait l'objet de ce manuel, porte donc sur les relations qu'entretiennent, dans le discours, certains signes linguistiques avec le monde réel.18

  • 19 La Sémantique, Colin, 2000,15. L'article de Frege est le suivant : « Sens et dénotation », dans Éc (...)

20Ces signes sont par exemple les noms propres, les modalités... Christian Touratier, de son côté, (mais on pourrait allonger la liste des linguistes qui adoptent cette position) propose en particulier comme justification à la distinction entre signification et dénotation, le fait que sans elle « on ne s'expliquerait pas qu'il soit possible de "concevoir un sens sans avoir pour autant avec certitude une dénotation" (Frege, 1971, 104). C'est le problème traditionnel que peuvent poser des mots comme la chimère, les fées, les anges, ou même, pour certains, dieu, mots qui ont un sens, mais ne correspondent pas à un référent »19. C'est un problème traditionnel sans doute, mais il me semble que, s'il peut intéresser le logicien, il n'est pas pertinent pour le grammairien.

  • 20 Op. cit., 54 sq.
  • 21 A course in modem linguistics, New York, Macmillan, 1958.

21La première raison en est que la tâche du grammairien, à la différence de celle du logicien, et du pragmaticien, n'est pas de se poser la question du vrai et du faux, mais celle du correct et de l'incorrect, de l'acceptable et de l'inacceptable, du possible et de l'impossible, quel que soit le couple que l'on choisisse. Je renvoie là encore aux analyses de Jean-Claude Milner20 : la grammaire commence avec un tri entre ce qui se dit et ce qui ne se dit pas. Avec la logique, elle partage donc le fait qu'une proposition, qu'elle soit logique ou grammaticale, doit être convenablement formée, mais elle s'en sépare en ce que la logique s'ouvre à un plan ontologique qui prend en considération le réel et l'adéquation à ce réel de référence du jugement qu'exprime la proposition. La grammaire n'a pas à se soucier de savoir si le langage ment, ou s'il est suivi de succès. Je rappelle que parmi les caractéristiques du langage recensées par Hockett21, figure le mensonge. Le code de la route ne ment pas, les abeilles, quelle que soit la nature – controversée – de leur langage, ne mentent pas, mais l'être humain le peut parce que le langage, tout comme il permet indifféremment le propre et le figuré, permet le vrai et le faux, qu'il faut évidemment distinguer de l'erreur. Il accepte aussi bien tous les hommes sont mortels que tous les hommes ont des cornes. À vrai dire, il est indifférent au mensonge, car les mots ne mentent pas, mais seulement ceux qui les emploient.

22Le langage peut aussi construire des univers. Pour moi, un texte de fiction ne constitue pas une « énigme », selon l'expression de René Rivara :

  • 22 R. Rivara, La Langue du récit. Introduction à la narratologie énonciative, Paris, L'Harmattan, 200 (...)

Rien, au niveau de la surface, ne distingue le récit fictionnel, roman, fable, nouvelle, du moins aucune propriété linguistique ou narratologique. Si un conte de fées est immédiatement interprété comme un produit de l'imagination de l'auteur, c'est en vertu de son contenu, du type d'événements qu'il nous raconte et de l'emploi de formules conventionnelles comme « Il était une fois... ». En revanche, de nombreux passages de romans ou de nouvelles, notamment de romans historiques, extraits de leur contexte, pourraient facilement être lus comme des récits « sérieux » destinés à nous informer d'événements réels.22

  • 23 Lorsque G. Philippe écrit dans la présentation du numéro de Langue française, no 128, décembre 200 (...)

23Le langage se préoccupe-t-il vraiment de la distinction entre le réel – à supposer qu'on sache très exactement ce qu'il faut mettre sous ce mot23 – et l'imaginaire ? Ce qu'il permet, c'est un acte de référence, une visée vers un monde qui lui est extérieur, qu'il lui préexiste, ou qu'il soit construit par le texte. Comme l'écrit Jean Molino :

  • 24 J. Molino, « Pour une ontologie de la poésie » (deuxième partie), Détours d’écriture, no 15, 1991, (...)

Tous les systèmes symboliques dont nous disposons – images, langage, création artistique, modèles scientifiques – nous servent à construire notre monde, nos représentations du monde – [...] mais ils sont en même temps indissociables de positions ontologiques. Lorsque nous forgeons un monde, nous posons en même temps l'existence, les diverses sortes d'existence des êtres qui le constituent.24

24Les faits de langue qui nous permettent de poser l'existence d'êtres de chair ou de papier sont les mêmes que ceux par lesquels nous renvoyons à l'univers familier qui nous entoure.

25La fiction n'a pas à être traitée comme telle par la grammaire, mais seulement le fictif. Un énoncé comme Si j'étais mince, je mangerais ce gâteau peut avoir une visée référentielle réelle ou de fiction, s'il s'agit par exemple d'un énoncé prononcé par un personnage de roman. Dans les deux cas, la proposition hypothétique pose comme fictif, c'est-à-dire décroché de l'univers de référence proposé, contrefactuel dans cet univers, le fait d'être mince. Quel que soit le statut de l'énonciateur, locuteur réel ou être de papier, il faut dans les deux cas qu'il soit gros, au moins enveloppé, et qu'il oppose à cet état de choses un fait non attesté. Cette opposition se traduit par des marques : la conjonction si, l'imparfait de étais et le conditionnel de mangerais. Fictif et non fictif appartiennent bien à la grammaire mais il n'existe aucune marque de la distinction entre réel et fiction.

26De ce point de vue, le texte écrit littéraire ne pose pas de problème spécifique et permet de faire surgir des faits grammaticaux qui caractériseraient tout autant le discours journalistique censé rendre compte d'événements constatés. Avant d'offrir des exemples de style individuel, il offre des exemples de faits grammaticaux.

Les propriétés topologiques de l'écrit

  • 25 Sur ce point, voir R. Harris, La Sémiologie de l’écriture, Paris, éditions du CNRS, CNRS langage, (...)

27C'est un lieu commun depuis Saussure de parler de la linéarité25 du langage :

Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et a les caractères qu'il emprunte au temps : a) il représente une étendue, et b) cette étendue est mesurable dans une seule dimension : c'est une ligne.

28Et Saussure ajoute, parlant cette fois non plus des signifiants auditifs, mais graphiques :

  • 26 Saussure, Cours de linguistique générale, op. cit., 103.

Ce caractère apparaît immédiatement dès qu'on les représente par l'écriture et qu'on substitue la ligne spatiale des signes graphiques à la succession dans le temps.26

  • 27 Il s'agit d'avoir conscience du lien entre nos conceptions du temps et celles du langage. Nous aur (...)

29La linéarité semble si évidente qu'on ne s'interroge plus sur cette notion comme si elle allait de soi. En réalité, elle demande à être précisée. Appliquée à l'oral, elle n'a pas grand sens puisque la ligne est une notion spatiale. Il ne s'agit évidemment que d'une métaphore banale, celle qui nous fait représenter le temps par une ligne orientée27. La linéarité dont parle Saussure est, si l'on peut dire, temporelle :

  • 28 Saussure, op. cit., 103.

Par opposition aux signifiants visuels (signaux maritimes, etc.), qui peuvent offrir des complications simultanées sur plusieurs dimensions à la fois, les signifiants acoustiques ne disposent que de la ligne du temps.28

  • 29 Op. cit., 280.

30Au sens strict, il ne s'agit donc pas de linéarité et il serait plus juste de parler de « succession temporelle ». Comme le fait remarquer le sémioticien Roy Harris, c'est une « linéarité qui n'offre aucun choix, puisqu'elle dépend d'une nécessité biomécanique »29. Il n'appartient à personne de parler en remontant le temps, et lorsque l'on parle en verlan, on parle encore en suivant son ordre.

31Les choses ne sont pas les mêmes dans l'écrit. Cette fois, la linéarité est spatiale, puisque l'écrit s'inscrit dans un espace à deux dimensions, et non déterminée. Le français va de gauche à droite, mais l'arabe de droite à gauche. De surcroît, alors que dans l'oral, il y a continuité de l'unique direction, même si la chaîne est parfois rompue par des silences, dans l'écrit c'est la direction elle-même qui est rompue. En fin de ligne, en français, on est à droite de la feuille, mais on commence à gauche celle qui suit : les mots de la fin d'une ligne et du début de la suivante ne sont pas contigus, sauf dans l'écriture boustrophédon, qui enchaîne le mouvement comme pour les sillons tracés dans un champ où le geste est continu et où la direction change d'une ligne à l'autre.

32Lorsque Mallarmé écrit « Un coup de dés », selon l'analyse de Yves-Alain Favre :

  • 30 Garnier-Flammarion, 1985, 412.

Dans son désir de fusion des arts, hérité des théories de Wagner, il a adapté au livre les traits spécifiques des arts du Temps, comme le musique et la danse, et les caractères propres aux arts de l'Espace, comme le dessin et l'architecture.30

33Qu'il ait ensuite doté les dimensions horizontales et verticales de valeurs symboliques :

  • 31 Ibid., 412-413.

[...] trois niveaux peuvent être distingués ; le bas de page figure l'abîme : on y rencontre les mots naufrage, gouffre, toute réalité se dissout ; et le haut de la page représente l'altitude et l'élévation ; tout ce qui a trait aux astres s'y rencontre toujours. Au centre, une ligne neutre où précisément est inscrit le mot hasard, qui par définition reste neutre et ambivalent. Les mots ne sont donc pas disposés sans quelque intention et l'emploi du vocabulaire se lie étroitement au dessin.31

34cela n'a pu se faire que grâce aux propriétés spatiales de l'écriture. La disposition de son texte les met en lumière, alors que nous finissons par ne plus les voir dans les situations ordinaires.

  • 32 Je ne crois pas, contrairement à de nombreux linguistes qui s'intéressent au style, qu'il vaut mie (...)

35La poésie est un observatoire particulièrement fécond pour analyser ces caractéristiques topologiques32. Face à la prose, qui va de l'avant, prorsus, qui semble s'établir dans une seule direction et suivre la succession temporelle, la poésie, au moins la poésie classique, la rompt à chaque fois qu'un vers nouveau commence. L'étymologie du mot « versus », retour, le dit clairement. Le vers, disent les théoriciens classiques, doit présenter un sens complet. C'est souligner la rupture qui s'établit avec le passage à la ligne. Orientation dans le vers de gauche à droite, dans la strophe et le poème de haut en bas. La rime ne suppose-t-elle pas une disposition verticale :

Booz s'était couché de fatigue accablé ;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire ;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.
(Hugo, « Booz endormi », La Légende des siècles)

36Ainsi la chaîne de l'écrit est double. Certains types de texte, les acrostiches :

La nuit descend
On y pressent
Un long un long destin de sang
(Apollinaire, « Si je mourais là-bas... », poème envoyé à sa maîtresse,
Lou, dont les initiales se trouvent au début de chaque vers)

  • 33 Palindrome de Luc Étienne cité par le Groupe μ, Rhétorique de la poésie. Lecture linéaire et lectu (...)

37les palindromes, qui disent la même chose qu'on les lise de droite à gauche ou de gauche à droite : Ève rêve Rose verte et rêves or.33 certains poèmes surréalistes :

Amie haine
Et n'aime
haine aime
aimai ne
M N
N M
M N
N M
(Robert Desnos, Élégant cantique de Salomé Salomon)

38jouent de cette double dimension et du choix de la direction dans chacune d'elle.

  • 34 Verbum, tome XXIII, no 1,2001, Cohérence et relations de discours à l'écrit, éd. M.-P. Péry-Woodle (...)

39Indépendamment de la poésie, il existe d'autres « cas remarquables d'exploitation des possibilités liées à l'écriture ». Parmi elles, Christophe Luc et Jacques Virbel dans leur article « Le modèle d'architecture textuelle »34, analysent l'énumération. Ils justifient ainsi leur choix :

  • 35 Ibid., 114.

L'énumération constitue un cas remarquable d'exploitation des possibilités liées à l'écriture. D'une part, la forme écrite autorise le développement d'énumérations aussi longues et enchâssées que nécessaire et d'autre part, ces énumérations constituent un cas particulièrement clair de la correspondance entre des formes discursives développées à base d'expressions adverbiales (premièrement, deuxièmement, puis, enfin,...) et des formes syntaxiquement réduites comportant des traces typo-dispositionnelles de ces réductions (usage des numératifs, des diacritiques, etc.). Ainsi, les énumérations participent à la fois de structures entièrement visuelles qui n'ont pas de sources dans l'oral et de structures entièrement discursives.35

40C'est un autre exemple où l'on voit l'importance de la spatialité dans l'écrit.

  • 36 Voir M. Charolles, « Comment repêcher les derniers ? Analyse des expressions anaphoriques en ce de (...)
  • 37 « Celui-ci anaphorique », op. cit., 39.

41Je citerai en dernier lieu certains cas d'anaphores, qui impliquent ce dernier ou celui-ci analysés l'un par Michel Charolles et l'autre par Francis Corblin36. Celui-ci (ce dernier auteur) indique qu'en « combinant l'exigence que l'antécédent soit la mention la plus proche et qu'il y ait en contexte au moins une autre mention, on rend compte d'un nombre non négligeable de contraintes d'emploi »37. Si ce dernier et celui-ci sont surtout utilisés dans l'écrit, c'est sans doute en raison de la première exigence, plus facile à remplir avec des propriétés topologiques visibles.

42Il me semble donc que les textes sont particulièrement propices à illustrer les questions de l'ordre des mots et des groupes de mots dans la langue.

L'ordre des mots

  • 38 Pour la façon dont je me représente ces relations, voir « L'ordre du sujet et du verbe en français (...)
  • 39 O. Bonami & D. Godard, « Inversion du sujet, constituance et ordre des mots », Cahier Jean-Claude (...)
  • 40 Introduction à une science du langage, Le Seuil, version longue de 1989, 291.

43L'écrit et les bouleversements qui s'y manifestent dans l'ordre des mots mettent en évidence qu'il faut distinguer dans la langue deux types de relation. À des relations structurales38, à des relations de « constituance » selon le terme d'Olivier Bonami et Danièle Godard39, s'ajoutent des relations topologiques. Comme le dit Jean-Claude Milner40 :

  • 41 1975, 291. Voir aussi J.-M. Marandin, « L'hypothèse des sites en syntaxe », Cahier Jean-Claude Mil (...)

La théorie doit reconnaître, en plus des termes et de leurs éventuelles relations, une entité distincte : le site de chaque terme. Ce sont alors les sites qui constituent l'objet de la syntaxe.41

  • 42 Je préfère éviter le terme de « proposition », qui est logique plus que grammatical. Sur ce point, (...)

44Pour prendre un exemple, si l'on représente par ε [V + N0 + W] la structure de l'unité grammaticale minimale42, où ε représente la deixis, V, le verbe, et NO, le sujet, tous deux obligatoires et W le ou les groupes que la grammaire traditionnelle appelle compléments d'objet, direct et indirect, et qui dépendent du lexique du verbe utilisé, elle n'implique en elle-même aucune relation d'ordre. Mais elle est soumise à des relations topologiques qui en définissent un, bien précis.

45En français, et contrairement à de nombreuses langues, dans le cadre de cette unité minimale, NO précède V. Il s'agit là de positions. La position représente l'ordre respectif des éléments de l'unité grammaticale. C'est la position qui permet de parler d'inversion du sujet. Dans un autre point sensible de l'ordre des mots, c'est encore une question de position qui permet de parler de la place de l'adjectif, puisqu'on envisage la position qu'il occupe par rapport au substantif.

  • 43 Voir P. Skârup, Les Premières Zones de la proposition en ancien français. Essai de syntaxe de posi (...)

46Cette notion de topologie ne suffit pas. Il faut en introduire une autre, celle de zone, que j'emprunte aux grammairiens danois qui l'ont introduite les premiers43. La nécessité de cette distinction apparaît par exemple dans la restriction. On dit souvent un peu trop rapidement qu'elle ne peut porter que sur un complément :

47Jacques ne boit que du lait

48mais qu'elle est impossible avec un sujet, si bien que l'on doit utiliser d'autres formules, comme « seul » :

49Seul Jacques boit du lait.

50Or, il suffit que le sujet suive le verbe pour qu'il puisse supporter la restriction : Le matin ne circulent que quelques voitures.

51Ce qui est en cause, ce n'est donc pas la fonction des groupes nominaux, mais la zone définie par rapport au verbe : il existe une dissymétrie entre la zone préverbale et la zone postverbale. De fait, un circonstant n'acceptera lui aussi la restriction que s'il est dans la zone postverbale :

52*Que le matin il sort.

53Il ne sort que le matin.

  • 44 Voir O. Bonami & D. Godard, op. cit., 118.

54Les propriétés du sujet lorsqu'il est en zone préverbale et lorsqu'il est en zone postverbale diffèrent sur certains points. Outre la restriction déjà citée, on constate par exemple44 qu'avec le N0 inversé existe bien un accord en nombre, mais pas en personne :

Jacques et Marie arrivent

Arrivent Jacques et Marie

Marie et moi arrivons

Arrivent Marie et moi

55Olivier Bonami et Danièle Godard relèvent d'autres propriétés dans le cas d'inversion en contexte d'extraction, c'est-à-dire pour eux « relatives, interrogatives partielles, clivées, topicalisation, etc. » N0 en pareil cas a des propriétés qui diffèrent à la fois de celles d'un N0 antéposé et d'un N1.

  • 45 Dans le cadre de l'unité de base. L'exemple de l'impératif, qui implique une modalité particulière (...)

56En ce qui concerne la position du verbe et de N0, elle est liée à l'impossibilité pour la zone préverbale de rester vide45 alors que la zone postverbale le peut, si bien que, si l'unité grammaticale minimale se réduit au verbe et à N0, N0 se trouve nécessairement en tête.

57L'ordre des mots dans les textes est au carrefour de paramètres structuraux et topologiques :

58— faits de structure. La catégorie morpho-syntaxique du sujet entre en jeu, puisque les groupes nominaux et les clitiques ne se comportent pas de la même façon :

Au loin retentit un bruit

vs

Au loin retentit-il

59mais aussi la construction du verbe selon qu'elle est transitive ou intransitive :

Ainsi écrit Jacques

vs

Ainsi écrit Jacques une lettre
Ainsi écrit une lettre Jacques

  • 46 Sur l'amplification, voir J. Gardes Tamine & M.-A. Pellizza, La Construction du texte. De la gramm (...)

60— faits de topologie. La zone préverbale doit être remplie pour que le sujet puisse se trouver après le verbe. Pour peu que l'on passe au texte, c'est-à-dire que l'unité minimale se trouve amplifiée46, la présence dans cette zone d'un circonstant autorise la postposition de N0.

  • 47 L'Ordre des mots, Copenhague, Levin & Munksgaard, 1933.

61Le passage au texte, de manière tout aussi régulière, fait apparaître au moins deux autres paramètres, que l'on peut si l'on veut appeler stylistiques, mais qui sont grammaticaux et relèvent de la macro-grammaire. Le premier concerne la cohésion du texte. Les liens anaphoriques jouent évidemment un rôle primordial dans cette construction. Ils mettent en jeu des termes grammaticaux anaphoriques, comme des pronoms, des relations lexicales, comme l'hyponymie ou la synonymie, des figures de rhétorique, comme la métaphore ou la métonymie. Ils impliquent aussi des endroits particuliers dans l'unité textuelle, comme l'avait déjà analysé A. Blinkenberg47.

Immobile et la tête basse, elle [Salammbô] regardait les soldats. Derrière elle, de chaque côté, se tenaient deux longues théories d'hommes pâles, vêtus de robes blanches à franges rouges qui tombaient droit sur leurs pieds. Ils n'avaient pas de barbe, pas de cheveux, pas de sourcils. Dans leurs mains étincelantes d'anneaux ils portaient d'énormes lyres et chantaient tous, d'une voix aiguë, un hymne à la divinité de Carthage. (Flaubert, Salammbô)

  • 48 Voir J. Molino & J. Gardes Tamine, Introduction à l'analyse de la poésie, tome 1, Vers et figures,(...)
  • 49 Voir N. Flaux & G. Zaragoza, « L'inversion du sujet dans les didascalies », L'Information grammati (...)

62Dans cet extrait, le placement en tête du second paragraphe du groupe qui indique la localisation des prêtres soutient le lien marqué par l'anaphorique « elle ». Plus loin, le satellite « dans leurs mains étincelantes d'anneaux », qui figure en tête, lie les termes de la série lexicale des parties du corps mieux que ne l'aurait fait son insertion à l'intérieur ou à la fin de l'unité. Il faut donc faire intervenir une dernière notion de topographie, qui est la place dans l'unité textuelle. En prose, on peut parler de places rhétoriques et en poésie de places métriques. Il s'agit d'endroits dans l'unité textuelle, le paragraphe, le texte, le vers, la strophe, le poème, qui font l'objet de marquages particuliers. Ces places rhétoriques sont essentiellement localisées dans des frontières, début ou fin48. Pour être complet, il faut évidemment aussi mentionner le genre du texte, les didascalies théâtrales, par exemple, autorisant plus largement la postpostion du sujet49.

63Ainsi, pour traiter de ce que l'on appelle l'ordre du sujet par rapport au verbe, on a besoin de quatre paramètres : des cases, qui renvoient à des relations purement structurales, des positions, qui définissent l'ordre respectif des éléments, quels qu'ils soient, des zones, définies par rapport au verbe, des places, qui se situent au niveau du texte.

64Dans cet exemple :

(1) Le pavillon de Melkarth, en pourpre fine, abritait une flamme de pétrole ; sur celui de Khamon, couleur d'hyacinthe, se dressait un phallus d'ivoire, bordé d'un cercle de pierreries ;
(Flaubert, Salammbô)

65la postposition du sujet de « se dressait » est liée aux relations structurales, le fait que le verbe « se dresser » est intransitif et que son sujet n'est pas un clitique, au remplissage de la zone préverbale par un complément prépositionnel, et aux places rhétoriques : en tête de la deuxième unité, après le point virgule, se trouve le complément circonstanciel qui renforce le lien anaphorique établi par « celui ». Il dispose dans la même place les deux pavillons, celui de Melkarth et celui de Khamon.

66Dans ce vers de Victor Hugo :

(2) Où l'aigle avait plané, rampait le scorpion.

(« Au lion d'Androclès », La Légende des siècles)

67l'inversion de NO insère les deux animaux opposés, symbole de la hauteur et de la bassesse, au propre et au figuré, dans les deux places métriques les plus importantes. Les deux verbes antithétiques sont ainsi contigus de part et d'autre de la césure. Le chiasme réparti dans les deux hémistiches en prend d'autant plus de vigueur.

  • 50 On trouve ici une belle illustration de l'opposition entre possible/impossible de langue et possib (...)

68On pourrait utiliser les mêmes notions pour analyser l'ordre de deux autres cases, le substantif et l'adjectif épithète. On constaterait que leur position respective est structurellement indifférente et que l'adjectif peut apparaître avant ou après le substantif. Cette fois, la zone ne serait évidemment pas définie par rapport au verbe, mais par rapport au substantif : la dissymétrie entre les deux zones se marque par le fait que dans la zone présubstantivale, délimitée à l'intérieur du groupe substantival, l'adjectif perd son accent au profit de l'accent de groupe que porte le substantif, ce qui n'est pas le cas dans la zone postsubstantivale. Antéposé, l'adjectif perd du même coup de sa force sémantique au profit d'une valeur impressive, ce qui suffit à disqualifier pour cette zone les adjectifs caractérisants comme ceux de couleur ou de forme. Ce n'est pas qu'il soit impossible d'en trouver dans cette position (je ne crois pas qu'on puisse répartir les adjectifs en adjectifs à position fixe et variable) mais le lexique rend la chose difficile50. Enfin, les places rhétoriques et métriques ne sont pas indifférentes, comme on peut le voir en particulier en poésie. Les nécessités de la rime et de la césure peuvent entre autres intervenir. Pour ne citer que cet exemple, dans les deux premiers vers de « Les Chercheuses de poux » de Rimbaud :

Quand le front de l'enfant, plein de rouges tourmentes
Implore l'essaim blanc des rêves indistincts,

69on peut opposer la position des deux adjectifs de couleur. Dans le premier cas, l'antéposition de rouges confère à l'adjectif une valeur psychologique autant que descriptive et permet la rime. Dans le second, à la césure, la postposition de l'adjectif blanc permet de respecter le compte des syllabes et l'insère dans une place métrique qui lui donne du poids en dépit du fait qu'il est monosyllabique. Ainsi se crée un chiasme localisé dans deux places métriques successives, la fin du premier vers et la césure du second.

70Pour le sujet postposé comme pour l'adjectif de couleur antéposé, on peut bien si l'on veut parler d'inversion stylistique, mais en réalité ce terme ne veut rien dire tant qu'on n'a pas défini les facteurs qui rendent possibles ces positions. Dans la perspective d'une grammaire ascendante qui va des micro-unités au texte, les facteurs à retenir sont multiples et divers, mais tous sont fondamentalement grammaticaux, soit pour aller du plus limité au plus large, des relations de constituance, des relations topologiques internes à l'unité textuelle ou au groupe – les positions et les zones –, des relations topologiques textuelles – les places, rhétoriques et métriques. Jamais les facteurs textuels qu'on pourrait considérer comme stylistiques ne peuvent supprimer les paramètres locaux, mais ces derniers ne prennent leur sens que grâce aux premiers. De la grammaire au style, il n'y a pas solution de continuité, ou, pour le dire autrement, le style, c'est la grammaire.

Notes

1 J.-C. Milner, Introduction à une science du langage, Paris, Le Seuil, 1995 (1ère édition 1989), 45.

2 Sur le possible/impossible de langue et le possible/impossible matériel, voir J.-C. Milner, op. cit., 88 sq.

3 M.-N. Gary-Prieur & M. Noailly, « Démonstratifs insolites », Poétique, no 105, fév. 1996, 111121.

4 É. Noulet, Dix poèmes, Genève, Droz, 1948, 131.

5 Sur un poème de Mallarmé, L'Information grammaticale, no 67, octobre 1995, 3-9.

6 Voir C. Blanche-Benveniste, Approches de la langue parlée en français, Gap-Paris, Ophrys, 1997.

7 Sur cette notion, voir A. Culioli, Pour une linguistique de l'énonciation. Formalisation et opérations de repérage, tome 2, Gap-Paris, Ophrys, 1999, 74.

8 La Théorie de la construction directe de la phrase. Analyse de la formation d'une idéologie linguistique, Paris, Larousse, 1993.

9 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1968 (3e édition), 21.

10 Voir par exemple J. Firbas, « On defining the theme in functional sentence analysis », Travaux linguistiques de Prague, 1, 1964, 267-280 ; J. Perrot, « Éléments pour une typologie des structures informatives », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, Nouvelle série, 2,13-26 ; C. Touratier, « Structure informative et structure syntaxique », BSL, 1993, 88, 1, 49-63.

11 « L'ordre des mots », Cahier Jean-Claude Milner, Lagrasse, Verdier, 2001, 277-302, 285.

12 À supposer qu'elle offre un véritable contenu, et ne se réduise pas à un emprunt de terme à une théorie qui n'est pas linguistique dans son essence.

13 J'utilise ce terme provisoirement, bien qu'il n'ait pas toujours la définition que je lui prête, comme point origine de la parole défini par les trois éléments, moi, ici, maintenant. Son étymologie implique un geste de monstration, ce que je ne retiens pas. Il faudrait un terme nouveau comme « point-ego », « ego-source ».

14 Voir par exemple J.-M. Gouvard, La Pragmatique. Outils pour l'analyse littéraire, Paris, Armand Colin, 1998, 148 sq.

15 Voir P. Larthomas, Le Langage dramatique, Paris, PUF, 5e édition, 1995.

16 J'ai bien conscience que ce faisant, je me situe philosophiquement autant que les linguistes dont je me démarque. Il me semble que l'avantage de ma position est de séparer des phénomènes qui sont souvent confondus et non définis.

17 Voir F. Comilliat & R. Lockwood éds., Èthos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, Actes du Colloque international de Saint-Denis (19-21 juin 1997), Paris, Champion, 2000.

18 La Pragmatique, op. cit., 4.

19 La Sémantique, Colin, 2000,15. L'article de Frege est le suivant : « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, trad, de C. Imbert, Paris, Le Seuil, 1971 (original, 1892).

20 Op. cit., 54 sq.

21 A course in modem linguistics, New York, Macmillan, 1958.

22 R. Rivara, La Langue du récit. Introduction à la narratologie énonciative, Paris, L'Harmattan, 2000, 279.

23 Lorsque G. Philippe écrit dans la présentation du numéro de Langue française, no 128, décembre 2000, consacré à L’Ancrage énonciatif des récits de fiction, que les prédications « fictionnelles » « ne correspond(e)nt pas à un état du monde avéré » (3), on est en droit de se demander ce qu'est précisément un tel état, quand une partie importante de la réflexion épistémologique contemporaine porte sur le statut des faits.

24 J. Molino, « Pour une ontologie de la poésie » (deuxième partie), Détours d’écriture, no 15, 1991, 217.

25 Sur ce point, voir R. Harris, La Sémiologie de l’écriture, Paris, éditions du CNRS, CNRS langage, 1993, 279 sq.

26 Saussure, Cours de linguistique générale, op. cit., 103.

27 Il s'agit d'avoir conscience du lien entre nos conceptions du temps et celles du langage. Nous aurions intérêt à pratiquer plus largement les analyses comparatives et à prendre du recul par rapport aux analyses les plus banales et les plus admises. Sur la nécessité de comparer ce qui a priori paraît incomparable, voir M. Detienne, Comparer l'incomparable, Paris, Le Seuil, 2000.

28 Saussure, op. cit., 103.

29 Op. cit., 280.

30 Garnier-Flammarion, 1985, 412.

31 Ibid., 412-413.

32 Je ne crois pas, contrairement à de nombreux linguistes qui s'intéressent au style, qu'il vaut mieux travailler sur la prose narrative : « le lieu du style (c'est-à-dire le lieu de croisement de la langue et du texte) est à saisir de façon privilégiée dans le roman [...] ou du moins dans le narratif » (M.-N. Gary Prieur & M. Léonard, « Le démonstratif dans les textes et dans la langue », Les Démonstratifs : théories linguistiques et textes littéraires, Langue française, no 120, décembre 1998, 5-20, 8). Je crois que la poésie est un lieu tout aussi intéressant, en particulier parce que les contraintes métriques obligent à solliciter encore plus le fait grammatical pour le rendre compatible avec elles.

33 Palindrome de Luc Étienne cité par le Groupe μ, Rhétorique de la poésie. Lecture linéaire et lecture tabulaire, Bruxelles, Éditions complexe, 1977,143.

34 Verbum, tome XXIII, no 1,2001, Cohérence et relations de discours à l'écrit, éd. M.-P. Péry-Woodley, 103-123.

35 Ibid., 114.

36 Voir M. Charolles, « Comment repêcher les derniers ? Analyse des expressions anaphoriques en ce dernier », Pratiques, 85, 1995, 89-113 ; F. Corblin, « Celui-ci anaphorique : un mentionnel », Langue française, no 120, op. cit., 33-43.

37 « Celui-ci anaphorique », op. cit., 39.

38 Pour la façon dont je me représente ces relations, voir « L'ordre du sujet et du verbe en français », à paraître dans les Actes du colloque Le Sujet, Gap, Ophrys, 2003. Je considère que l'unité minimale de la grammaire est faite d'une certain nombre de cases, telles que la case du verbe, celle de son sujet, celle de son ou de ses compléments. Ces cases sont remplies par des groupes minimaux qui peuvent être amplifiés. Par exemple NO, le sujet, comprend un nom propre ou un nom commun précédé d'un déterminant. Il peut être amplifié par un adjectif épithète qui lui est lié à nouveau par une relation structurale et par des contraintes d'ordre.

39 O. Bonami & D. Godard, « Inversion du sujet, constituance et ordre des mots », Cahier Jean-Claude Milner, op. cit., 117-174.

40 Introduction à une science du langage, Le Seuil, version longue de 1989, 291.

41 1975, 291. Voir aussi J.-M. Marandin, « L'hypothèse des sites en syntaxe », Cahier Jean-Claude Milner, op. cit., 175-227.

42 Je préfère éviter le terme de « proposition », qui est logique plus que grammatical. Sur ce point, voir J. Gardes-Tamine, « Phrase, proposition, énoncé, etc. Pour une nouvelle terminologie », L'Information grammaticale, 2003.

43 Voir P. Skârup, Les Premières Zones de la proposition en ancien français. Essai de syntaxe de position, Études Romanes de l'Université de Copenhague 6, Copenhague, Akademisk Forlag, 1975.

44 Voir O. Bonami & D. Godard, op. cit., 118.

45 Dans le cadre de l'unité de base. L'exemple de l'impératif, qui implique une modalité particulière, n'est donc pas un contre-exemple.

46 Sur l'amplification, voir J. Gardes Tamine & M.-A. Pellizza, La Construction du texte. De la grammaire au style, Paris, Armand Colin, 1998.

47 L'Ordre des mots, Copenhague, Levin & Munksgaard, 1933.

48 Voir J. Molino & J. Gardes Tamine, Introduction à l'analyse de la poésie, tome 1, Vers et figures, PUF, 1992 (1e édition, 1982), 51 sq. Pour d'autres paramètres concernant le texte, en particulier les genres, voir J. Gardes Tamine, « L'ordre du sujet et du verbe en français », op. cit.

49 Voir N. Flaux & G. Zaragoza, « L'inversion du sujet dans les didascalies », L'Information grammaticale, no 95, octobre 2002, 31-37.

50 On trouve ici une belle illustration de l'opposition entre possible/impossible de langue et possible/impossible matériel, voir J.-C. Milner, 1995, op. cit., 88-89.

Auteur

Professeur de linguistique française à l'Université de Provence. Ses recherches ont porté sur la syntaxe, le langage de l'enfant, puis se sont orientées vers la poétique et la rhétorique.
Principales publications : Introduction à l'analyse de la poésie (en collaboration avec J. Molino), tome 1 : Vers et figures, Paris, PUF, 1992 (1982), tome 2 : De la strophe à la construction du poème, 1998 ; La Grammaire, Paris, Armand Colin, tome 1 : Phonologie, morphologie, lexicologie, tome 2 : Syntaxe, 1998 (1990) ; La Stylistique, Paris, Armand Colin, 2001 (1992) ; Dictionnaire de critique littéraire (en collaboration avec M.-C. Hubert), Paris, Armand Colin, 2002 (1996) ; La Rhétorique, Paris, Armand Colin, 2002 (1996) ; La Construction du texte. De la grammaire au style (en collaboration avec M.-A. Pellizza), Paris, Armand Colin, 1998 ; La « Rhétorique profonde » de Saint-John Perse (en collaboration avec C. Camelin), Paris, Champion, 2002 ; Pour une grammaire de l'écrit, Paris, Belin, 2004.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search