Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Des styles au style genres littéraires et création de valeur

Anna Jaubert

Texte intégral

Du style comme objet de la stylistique

  • 1 B. Vouilloux, « Les styles face à la stylistique », Critique, no 641, oct. 2000, 874-901.
  • 2 Y compris d'ailleurs et simplement dans les comportements sociaux.
  • 3 Cf. dans ce recueil l'article de B. Vouilloux, « Les prédicats stylistiques ».

1La stylistique, avec la renaissance des disciplines de l'interprétation connaît indubitablement un nouveau souffle. Même si, comme l'observe malicieusement B. Vouilloux, cette affirmation émane le plus souvent de praticiens qui sont en l'occurrence juges et parties1, il ne s'agit pas là d'autosuggestion. Après la chronique d'une mort annoncée dans les années 60, et l'on ne reviendra pas sur les circonstances historiques de l'annonce, on constate que la moribonde se porte bien. Car les faits sont têtus ; au-delà des pétitions de principe, la marque de l'homme dans ses activités2 inspire un irrésistible mouvement de reconnaissance, et cette reconnaissance, appuyée sur des constantes, est porteuse d'un jugement de valeur. La stylistique et la critique d'art vont alors leur chemin interrogeant patiemment dans les œuvres (littéraires, picturales, chorégraphiques, musicales...) le jeu de ces « prédicats » requalifiants3.

  • 4 Ici, en effet, sens étymologique et intuition font cause commune : le style, « aiguille dont on se (...)
  • 5 Un lien tel qu'il a pu susciter la tentation de confondre style et sens (cf. la contribution de P. (...)

2Or il n'y a pas de reconnaissance sans repères. L'association de la stylistique à la critique d'art n'est pas fortuite. Il est évident que l'angle de vision ouvert de l'esthétique et de l'anthropologie embrasse le style comme une notion transversale. Incontestablement, on reconnaît des styles, et parfois même du style, ailleurs que dans les productions verbales qui occupent la stylistique : il s'agit là d'une veine qui traverse un système sémiotique quel qu'il soit pour l'attirer dans l'orbite de l'art. De l'art certes, mais aussi d'un sens qui lui serait attaché, représentant pour l'homme une échappée possible au vertige de la contingence : on sait comment finit pour Sartre la « Nausée » de Roquentin. Cette conjonction de l'art et du sens explique sans doute l'hypostase de la notion de style sous l'espèce style du discours4 : la qualité de leur lien spécifique5 de fait légitime le domaine de la stylistique.

  • 6 C’était, on s’en souvient, sur l’absence d’objet décrétée que se fondait le pronostic de mort aujo (...)
  • 7 Je rejoins par réciprocité, et sans faux-fuyants dilatoires, la définition de G. Molinié à l'entré (...)
  • 8 A. Jaubert, La Stylistique et son domaine, L'Information grammaticale, no 70, juin 1996, « Présent (...)

3Cela revient à dire que la stylistique a bel et bien un objet6, et que, pour appeler un chat un chat, cet objet est le style du discours7 ; objet problématique, objet asymptotique, autant que l'on voudra, mais objet « incontournable » qui finalise les pratiques d'une discipline. Cela ne signifie pas qu'elle ait sur le style une prétention exclusive, mais cela signifie que des supports de nature différente sont assez déterminants pour que les manifestations étudiées relèvent de disciplines connexes certes, mais distinctes. Or la spécificité du langage verbal, liée à son mode de signification et à sa réflexivité, ne fait de doute pour personne. Fondées sur des catégories de la pensée, les approches esthétiques et sémiotiques engagent un niveau général de la représentation des choses à une époque donnée ; attachée au potentiel inscrit dans un matériau mis en œuvre, la stylistique rend compte de réalisations langagières, et cet objectif lui dicte par étapes une approche sur mesures8.

  • 9 Pour Bally la langue littéraire elle-même n'est qu'« une transposition spéciale de la langue de to (...)
  • 10 Reprise du titre d’un article de D. Bouverot, Au bonheur des mots, Mélanges en l'honneur de G. Ant (...)
  • 11 J.-M. Schaeffer, « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, no 105, mars 1997,14-23.
  • 12 L. Jenny, « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, no 89, février 1993,117.

4C'est dans ce « sur mesures » que les repères fournis par les genres nous semblent décisifs. Car une fois admis que l'objet de la quête du stylisticien est le style, entendu comme style d'une production verbale, l'irritante question de ce qu'il recouvre exactement n'est pas tout à fait résolue. Le style en question se définira-t-il comme l'ensemble des sous-codes dont disposent les locuteurs pour adapter leur expression aux circonstances ? Cette option est celle de la tradition ballyenne d'une stylistique de la langue9. Ou alors, dans la perspective d'une « stylistique restreinte »10, résolument littéraire, le style sera-t-il envisagé comme une « idiosyncrasie individuelle »11, la marque d'une subjectivité, voire la griffe d'un auteur ? En fait la radicalité de l'opposition est illusoire : l'adaptation aux circonstances est infiniment modulable, elle peut dépendre aussi, et en dehors même de toute prétention littéraire, du talent personnel du locuteur ; sur l'autre rive, les singularités stylistiques, pour être reconnues, sont aussi « typiques », car le propre d'une singularité pure est d'échapper à l'identification12.

  • 13 « Leo Spitzer et la lecture stylistique », in L. Spitzer, Études de style, Gallimard, 1970, 23.
  • 14 Cf. « Simple imitation de la nature, manière, style », Écrits sur l'art, trad. fr. Garnier-Flammar (...)

5Ce constat nous amène à poser la notion de style comme bipolaire, ce que Jean Starobinski exprimait en ces termes : « Le style n'est [...] ni le particulier pur, ni l'universel, mais un particulier en instance d'universalisation, et un universel qui se dérobe pour renvoyer à une liberté singulière »13. En écho à Goethe14, qui s'appuyait sur des degrés dans la connaissance des choses (le style « donne une forme sensible à l'essence des choses appréhendée dans sa pureté »), et en introduction aux Études de style de Leo Spitzer, cette formule porte l'empreinte d'une tradition idéaliste ; elle traduit cependant au plus près le processus intelligible d'une appropriation du langage.

Entre styles et style. Les saisies d'une notion bipolaire

  • 15 Rejoignant ou non la tripartition de base, de la « roue de Virgile » aux âges de l’humanité dont H (...)
  • 16 C’est la démarche de Larthomas dans ses Notions de stylistique générale, Paris, PUF, 1998.

6D'un côté en effet, le mot style renvoie à un style, avec un référent pluralisable, des styles, quasiment perçus comme des universaux qui, depuis l'Antiquité, font l'objet de classifications plus ou moins concordantes15 et se trouvent récupérés dans la caractérisation des « genres »16 ; de l'autre côté, le même mot tend à désigner une forme singulière, individuée, le style d'un auteur, ou plutôt, on le verra, d'une œuvre particulière. Quoi qu'il en soit, l'objet de la stylistique apparaît comme un objet à géométrie variable, qu'il importe de décrire en échelonnant différentes saisies.

7Cette description fera voir qu'il n'y a pas conflit entre le singulier pluralisable (un style) et le singulier massif (du style), et que les deux acceptions s'articulent. Il en ressortira également une approche circonstanciée de la particularisation impliquée par la seconde, celle qui nous fait parler du style d'une œuvre.

  • 17 Toute parole est prise dans un circuit d'échange, elle est à ce titre une « parole intermédiaire » (...)

8En effet, dès que l'on se place sur le terrain de l'analyse, en prise avec les faits, il faut se rendre à l'évidence d'un continuum dans l'investissement du langage en discours. En s'actualisant, cet investissement représente un niveau d'accomplissement dans la visée alternative qu'il parcourt, entre une postulation universalisante et une autre qui le singularise. Un discours porte plus ou moins les traces de la subjectivité du locuteur, il arbore plus ou moins les insignes du genre dans lequel s'inscrit sa demande de reconnaissance17 ; en outre, il surdétermine ou non la cohérence qui le pose en texte, et la qualité littéraire de ce texte, à son tour, est affaire de degré.

9Dans ce parcours, où et comment se manifeste le style ? À quoi tient concrètement la valeur affectée aux productions verbales ?

  • 18 « Chassez le style par la porte, il rentrera par la fenêtre », Littérature, no 105, mars 1997, 5-1 (...)
  • 19 P. Larthomas retrouve indirectement cette tentation (op. cit.) dans un classement des genres litté (...)

10« Je veux qu'on me distingue » disait Alceste, plaçant d'emblée toute valeur sous le signe de la différence. Mais la définition du style en termes d'écart débouche sur une impasse. Outre les difficultés inhérentes au postulat d'un « degré zéro », rappelées par A. Compagnon18, l'indexation du style sur un constat d'écart expose à d'intenables dérives. Dans sa logique on en arrive irrésistiblement à une collusion entre style et ornementation, sophistication, voire opacité, au fond à cet idéal qui, par principe, renonce « aux mots de la tribu », façon Mallarmé19, interdisant de style ceux qui, à l'instar de Zadig, parleraient celui « de la raison ».

11En fait, l'opposition entre une stylistique de la langue et une stylistique littéraire doit aujourd'hui être repensée en fonction du continuum annoncé. Notre approche s'appuie sur la capacité intégrative de l'analyse du discours, qui offre un cadre pour la mise en situation de cette propriété graduelle qu'est la littérarité.

12Il s'agira donc de prendre en compte l'image d'une spécificité perceptible sur un fond de déterminations génériques. Cette démarche implique évidemment que l'on distingue des niveaux d'analyse. Une variation de base m'amène d'abord à parler des styles.

Le style, marque ou image de marque d'une communication

13Si l'on ne peut se faire une idée de la langue qu'à partir des discours qui la manifestent, c'est, par un chemin inverse, en partant des styles (collectifs) que l'on se mettra en quête d'un style (individualisant).

  • 20 « Voltaire et la variation des styles », La Stylistique et son domaine, L'Information grammaticale (...)

14Par les choix énonciatifs qu'ils manifestent, les discours occurrents font d'abord reconnaître un certain projet de communication. Une étude de J.-P. Seguin nous apporte ici une leçon éclairante20. Loin d'être « en rupture de langue », le style signe le sujet avec les mots de la tribu. Mais il le désigne de préférence et plus nettement aux points sensibles ou représentatifs d'un code social et d'un genre. Là sont en germe les styles (op. cit., 6).

  • 21 On observera au passage que, sur ce versant, le style du discours représente un style de comportem (...)
  • 22 J.-P. Seguin va jusqu'à évoquer plaisamment ici un Voltaire-Bossuet (ou un Voltaire-Cicéron), là u (...)

15La démonstration est conduite en confrontant trois incipit de discours à même finalité, la condamnation de l'intolérance par Voltaire : la phrase d'attaque et les développements qui lui succèdent dans le Traité sur la tolérance, le chapitre VI de Candide (le tremblement de terre de Lisbonne), et l'article « Fanatisme » du Dictionnaire philosophique. Une microanalyse qui passe au crible la syntaxe et les rythmes (avec l'alternance de la période et de la non-période), le lexique, et la réflexivité énonciative, dégage du premier les traits d'une « éloquence de tribune », du second, « une captation d'auditoire de conteur », et perçoit dans le troisième les définitions analogiques du pédagogue. Mais ne nous y trompons pas, ces trois postures énonciatives ne sont pas l'habillage d'une hypothétique synonymie. Elles sont par elles-mêmes génératrices de sens, « correspondant à trois types de rapport avec le destinataire »21. Les traits saillants qui les caractérisent sont tels que le style de Voltaire se fond dans des matrices communes22, reconnaissables, différenciées, celles d'une prise de parole particulière qui, pour s'approprier la langue et l'actualiser en discours, emprunte nécessairement un style. En revanche, on ne perçoit guère ici l'image d'un style singulier imputable à Voltaire.

Profil d'une forme-sens

  • 23 La précision s'impose, car le temps opère un tri dans la production d'un auteur : il a mis au prem (...)
  • 24 L'idée d'un style d'auteur, ou d'un style signature, fait partie de ces intuitions résistantes (cf (...)
  • 25 A. Jaubert, « Voltaire et la question du style », Actes du Colloque Voltaire, Publications de la F (...)

16Pourtant, outre ces traits d'expression typiques, prédéfinis en effet par un projet communicationnel global, le lecteur de Voltaire, aujourd'hui23, croit voir dans certains de ses tours favoris comme une empreinte personnelle, quasiment une signature, du pain bénit en puissance pour les À la manière de... ; autrement dit l'indice d'un style d'auteur24. L'un de ces tours caractéristiques a naguère retenu mon attention, il s'agit d'un bon usage de la prédication incidente25.

17La syntaxe organise le monde du discours. La prédication incidente des appositions, que ces dernières aient une base adjectivale ou nominale, et qu'elles s'étoffent ou non en subordonnées relatives « appositives », se signale par une manière de louvoyer avec l'information. Son exploitation remarquable dans le Dictionnaire philosophique permet de l'analyser comme une figure-clé du discours de Voltaire. En effet, ces appositions détachées qui, à point nommé, suspendent pour la gauchir la relation sujet-prédicat, répondent à un schéma commun. Linguistiquement, cette construction remplit une fonction constante, celle d'infiltrer un deuxième foyer informatif dans l'énoncé :

Dix-sept évêques protestent contre l'arrêt, et une ancienne chronique d'Alexandrie, conservée à Oxford, dit que deux mille prêtres protestèrent aussi ; mais les prélats ne font pas grand cas des simples prêtres, qui sont d'ordinaire pauvres (Dictionnaire Philosophique, GF, Conciles, 143).

18Le syntagme apposé ne s'affiche pas comme l'objet officiel du message, l'information se donne comme seulement la réactivation d'un tenu pour acquis, et non comme le propos déclaré : elle est présentée comme allant de soi. Par là, elle prend une longueur d'avance sur la vigilance critique de l'allocutaire, et peut livrer une déloyale bataille psychologique. Un tel tour chez Voltaire accompagne souvent la montée du ton polémique et son jeu de massacre :

L'impératrice Irène, la même qui depuis fit arracher les yeux à son fils, convoqua le second concile de Nicée en 787... (ibid., 145).

  • 26 Leo Spitzer, Études de style, Paris, Gallimard, Bibl. des Idées, 1970, 362.
  • 27 J'ai appelé ce tour le syndrome de Micromégas (art. cit.).

19Mais au-delà des effets de sens liés à son contenu (et à son contexte), une propriété révélatrice lui est associée : il offre régulièrement au détail concret une voie d'entrée dans le discours. Au-delà des précisions documentaires insolites, impertinentes, agressives, la visée matérialisante fait sens. Un petit grain de sable vient gripper la mécanique huilée du logos bâtisseur de systèmes, il fait merveille pour enrayer les prétentions « métaphysiques ». Leo Spitzer saluait chez Voltaire l'art et la manière de « faire tenir les contenus les plus grands dans les formes les plus petites », « une aptitude [...] à toucher le cœur de la vie à partir de « questions de boutique »26. En l'espèce, c'est bien d'une enjambée, et comme en se jouant, passer de Sirius à la Terre27.

20Le sentiment d'adéquation profonde ne doit cependant pas nous leurrer : même si un tel parti pris infiltré dans sa prose semble transcender les contraintes d'un genre, et donner l'impression que c'est là « du Voltaire tout pur ». Ce n'est pas tout Voltaire, on l'a vu, et ce n'est pas non plus du seul Voltaire. Le tour de plume est peut-être le reflet d'un tour d'esprit, mais il tire son efficacité d'un environnement : en l'occurrence il fait sa prise sur un support narratif.

La perception d'une valeur. Socle des genres et sollicitation linguistique

  • 28 Cf. D. Maingueneau (L'Analyse du discours. Introduction aux lectures de l'archive, Hachette, 1991, (...)

21Quelle que soit la vocation des traits stylistiques envisagés, qu'ils dessinent un projet de communication reconnaissable, ou qu'ils figurent une forme-sens à connotation plus personnelle, la démarche stylistique s'attache à l'émergence d'une valeur du discours. Contrairement à un sentiment encore trop répandu, cet objectif ne l'oppose pas aux intérêts de l'analyse du discours, il en représente au contraire un prolongement. L'une comme l'autre rendent compte d'un conditionnement des pratiques langagières : la composante sociale que privilégie l'analyse du discours, visant des préconstruits, la projection d'un ethos, et toutes les stratégies de légitimation du discours, n'exclut pas la composante esthétique qui est en soi légitimante. Alors la valeur du discours n'est plus référable à une « autorité » extérieure à lui, elle est référable expressément à un jugement de valeur fondé sur ses qualités propres. À ce titre le discours littéraire serait un discours constituant28. Mais il est aussi un discours constitué, car ces qualités propres qui le légitiment ne s'apprécient qu'à l'aune de nos attentes, elles-mêmes largement inspirées par des configurations énonciatives et des modes d'organisation textuelle liés aux genres.

22Ainsi, les genres littéraires médiatisent la reconnaissance d'une littérarité : respectés ou dépassés (voire, comme on le dit si volontiers, subvertis), ils représentent un relais pour l'expression d'un style.

  • 29 J. Kessel à la Radio suisse romande, le 15-12-1972.

23Le roman Belle du Seigneur d'Albert Cohen, salué lors de sa publication en 1968 comme « un chef d'œuvre absolu »29, mais aussi, ce qui nous importe surtout, comme un texte inclassable, exemplifie cette irréfragable médiation qui, jusque dans la singularité extrême, conditionne le fait stylistique. Ici, une prose lyrique bourgeonne sur un discours du roman, et l'on ne peut faire abstraction de leur lien à contre-attente.

  • 30 Les Études de style de Leo Spitzer (Paris, Gallimard « Idées », 1970) restent l'emblème d'une ambi (...)
  • 31 Ressentie comme telle aux deux pôles de l'énonciation. A. Cohen reconnaissait volontiers cette pro (...)

24Une telle conjonction est le départ possible de ce fil d'Ariane que remontent patiemment les études à la Spitzer, en quête d'un « étymon spirituel »30. La piste tient ses promesses : elle permet de raisonner les effets induits par la distension syntaxique caractérisée d'une prose au long souffle31.

  • 32 Pour une étude détaillée, voir l'article cité.

25Cette distension est le produit d'un faisceaux de traits convergents32. Au ras du texte, on observe une forme de laxité, un jeu d'accumulation syntagmatique qui, désarticulant les chaînes de la subordination, libère l'élan de la pensée. L'effet d'oralité est particulièrement marqué, mais c'est une oralité de psalmiste, dont jamais la voix ne retombe vraiment :

Dans la forêt aux éclats dispersés de soleil, immobile forêt d'antique effroi, il allait le long des enchevêtrements, beau et non moins noble que son ancêtre Aaron, frère de Moïse, allait soudain riant et le plus fou des fils de l'homme, riant d'insigne jeunesse et amour, soudain arrachant une fleur et la mordant, soudain dansant, haut seigneur aux longues bottes, dansant et riant au soleil aveuglant entre les branches, avec grâce dansant, suivi des deux raisonnables bêtes, d'amour et de victoire dansant... (Belle du Seigneur, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1968,7).

26L'expansion des phrases, qui charrient d'importantes masses verbales, est apparemment sans bornes, les paragraphes semblent pouvoir être gonflés indéfiniment, et l'échelle de la lisibilité du texte s'en trouve modifiée. Libéré de toute limite a priori, l'énoncé dont la cohésion syntaxique est à ce point distendue nous introduit de plain-pied dans un ordre régulateur englobant, celui de la cohésion-cohérence textuelle, où se multiplient anticipations et échos, litanies et variations.

27Venant ainsi à examiner un fait de syntaxe dans l'économie générale de l'œuvre, on peut apercevoir la clé de voûte de son architecture : l'imbrication systématique des jalons de la cohérence textuelle aux manifestations les plus exposées de la subjectivité. Une subjectivité qui elle-même se décline à tous les niveaux actantiels, diffractée dans la pluralité des voix : à celle du flux de conscience des personnages, déployé dans les monologues intérieurs, fait écho celle des instances narratives. Solal dit la même amertume qu'Albert Cohen : « ... et ils aiment écrire Mort aux juifs sur les murs », le même argument : « Bourrer [les hommes] de leur mort prochaine », énoncé performatif où le dire se confond avec le faire infatigable de l'auteur. Le regard critique est lui aussi relayé : d'un côté, le narrateur se fait doubler par la bonne Mariette, témoin quasi hors-jeu de l'épopée des amants, de l'autre, sous forme de clin d'œil, il peut passer le flambeau fugitivement à l'auteur : « Pour me réconforter de la mère Deume [personnage de la fiction], je vais écrire au cher pasteur Georges-Emile Delay, de Cuarnens [ami personnel d'Albert Cohen] ».

  • 33 Comme J.-M. Adam ici-même, je rejoins en la modifiant la proposition de G. Genette (« Le fait de s (...)
  • 34 « Le tas de pierres » (1884-1889), Œuvres complètes, éd. du Club du livre, T. V, 991.
  • 35 La démarche stylistique se caractérise à mon sens par la gestion d'un double point de vue, local e (...)

28Des contenus fictionnels à leur prise en charge narrative, la récursivité (et non pas seulement la récurrence) des motifs observés rehausse la cohérence textuelle. Faisant cause commune, microlecture et perception globale ont pu saisir la capacité d'une forme syntaxique à organiser l'œuvre. Dans Belle du Seigneur, le principe signifiant des phrases infiniment distendues est le réinvestissement d'une distension de tous les niveaux. Alors le fait de style est le texte lui-même33. Illustrant la formule de V. Hugo, il se signale par « le fond du sujet sans cesse rappelé à la surface »34. Ce qui revient à dire que l'objet style de la stylistique est perçu à partir d'un double point de vue35.

29Ce double point de vue est en effet nécessaire si l'on veut apprécier la requalification (et la propagation) du sens sous l'effet de l'art. La sollicitation caractérisée d'un tour syntaxique, la surcharge des marques de la subjectivité, ou toute autre variation linguistique performante, parce qu'elle est variation, s'adosse aux attentes d'une certaine configuration discursive. Ici la distension des phrases sollicite le cadre romanesque : d'une part elle s'approprie la plasticité du genre, et d'autre part elle le magnifie par un trait lyrique insolite qui exprime la posture énonciative singulière de l'auteur.

30C'est cette potentialisation réciproque entre un genre du discours (ou a fortiori un genre littéraire) et un phénomène expressif qui crée le fait de style, l'événement-style pourrait-on dire, qui comme tout événement mobilise des circonstances.

  • 36 A. Jaubert, Étude stylistique de la correspondance entre Henriette *** et J.-J. Rousseau, La Subje (...)

31Cette considération d'un entour du style me conduit à préciser la notion de limites de rendement qui permet de le caractériser36.

  • 37 Titres d’« Études de style » célèbres de Leo Spitzer (op. cit.).

32En pratique, les études de style mettent en lumière l'efficience d'une stratégie discursive, basée sur un fait de langue surexploité (un phénomène syntaxique, lexical, énonciatif, modalisateur...), ou sur une convergence de faits. Avec talent on peut aboutir à un « art de la transition chez La Fontaine », ou à « l'effet de sourdine dans le style classique », exemplifié par Racine37. Si l'on ne retient de la démarche que le caractère atypique, voire étrange, de la sollicitation linguistique épinglée, on s'engage à nouveau sur le chemin du style perçu comme un « écart ». Mais si la variation observée est explicitement contextualisée, évaluée dans le discours porteur, on pourra évoquer la notion d'investissement extrême, ou si l'on veut, de limite de rendement.

33La question d'un art de la transition chez La Fontaine est d'autant plus pertinente que le discours de la fable doit négocier dans un espace serré la cohabitation de deux niveaux énonciatifs, des propos imputés aux personnages de l'anecdote, et un propos pris en charge par le fabuliste, comme dans l'exemple qui suit :

Il vint des partis d'importance.
La belle les trouva trop chétifs de moitié.
Quoi moi ? quoi ces gens-là ? l'on radote, je pense,
à moi les proposer ! hélas ils font pitié,
Voyez un peu la belle espèce !
L'un n'avait en l'esprit nulle délicatesse ;
L'autre avait le nez fait de cette façon-là ;
C'était ceci, c'était cela,
C'était tout ; car les précieuses
Font dessus tous les dédaigneuses.
(La Fontaine, Fables, VII, IV, Le Héron - La Fille)

34En quatre vers, on passe insensiblement de la représentation d'un énoncé fictionnel au discours cadre qui en tire la leçon. La bivocalité du discours indirect libre, bon intermédiaire, s'efface dans le résumé en substance « c'était ceci, c'était cela », lui-même globalisé en « c'était tout » : le constat redonne la main au seul conteur qui saisit au vol un contact lexical tout-tous pour gloser « car les précieuses/Font dessus tous les dédaigneuses ».

  • 38 Comme par exemple dans ce jeu subtil sur la double acception du nom Jean qui oppose la duplicité d (...)

35Le trait caractéristique décrit par Spitzer est d'abord une réponse à la contrainte d'un type de discours, le mixte énonciatif des fables. Il devient un trait de style sous l'effet d'une surdétermination qui l'investit, là encore, à tous les niveaux38 : le critique peut alors alléguer « l'expression d'un regard sur le monde, qui découvre partout des passerelles, des convergences et des correspondances » (op. cit., 1970, 192). Le raffinement de la procédure linguistique mise en œuvre, son exploitation extrême et son rayonnement sémantique, dérivent la perception d'un moyen vers celle d'une fin en soi.

  • 39 « Langue et style : une contre-lecture de Charles Bally », ÉLA, no 102,1996, 237-256, et « Du styl (...)

36Le style manifeste donc bien un « devenir-autre » de la langue, une « variation ramifiée », selon la formule de G. Deleuze, développée par J.-M. Adam39, mais cette transformation est initiée dans le creuset d'un genre où elle fait de nécessité vertu, éventuellement jusqu'à le déborder.

  • 40 Lire le théâtre II : L'école du spectateur, Paris, Belin, 1996, 10-11.

37Pour finir, j'illustrerai cette proposition par un exemple emprunté au langage dramatique, un langage dont le conditionnement générique ne fait aucun doute. Si le discours du roman peut pratiquer maintes autorégulations dans le cours d'une longue histoire, le dialogue théâtral, tenu par la durée du spectacle de la pièce, joue nécessairement sur une mémoire plus courte. Mieux, parce qu'il est spectacle, il se présente conventionnellement comme une mimesis de la parole réelle, une parole en prise sur une situation d'énonciation visible. L'échange verbal alors n'est pas seul à fabriquer du sens, il interfère avec toutes sortes d'indications, mimiques, spatiales, situationnelles : le texte de théâtre, comme le souligne A. Ubersfeld, est un texte troué40. Ce statut marque inévitablement la construction d'un univers de référence qui se fait pari sur l'intercompréhension.

  • 41 Cf. A. Jaubert « Quand les phrases entrent en jeu. Syntaxe allégée et dialogue théâtral », Mélange (...)
  • 42 Voir à la fin de la pièce le 9e couplet du vaudeville, et notons que Beaumarchais a placé en exerg (...)

38Mais on découvre une fois de plus le jeu des dosages : ce pari sur l'intercompréhension ne suscite pas toujours la même mise41. D'un côté, une référenciation complète, saturant le moule phrastique, montre un refus du pari : la cohésion syntaxique scrupuleuse des répliques de La Cantatrice chauve de Ionesco provoque précisément leur disqualification comme répliques de théâtre (rappelons qu'elle est génériquement baptisée anti-pièce). La cohésion syntaxique irréprochable est ici au service d'un discours absurde, incohérent dès que l'on franchit les limites de la phrase. À l'opposé, la « référenciation inachevée » qui caractérise maint dialogue théâtral, et que l'on voit maximalisée par Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro fait confiance au principe conversationnel de coopération, et le sollicite allègrement. Phrases en suspens, anaphores approximatives, coénonciations ludiques affichent au niveau local des échanges ce qui est aussi globalement revendiqué, la connivence et le badinage42. Cette adéquation de l'expression à l'esprit de l'œuvre, peut toujours être dite le « fond du sujet rappelé à la surface », mais la variation linguistique qui l'actualise, et qui pousse la syntaxe à une limite de rendement, semble préprogrammée par la logique d'un genre, qui, dans la foulée de son accomplissement, le conduit à se « dépasser ».

  • 43 A. Jaubert, La Lecture pragmatique, Paris, Hachette, HU, 1990, 218.
  • 44 D. Maingueneau, Le Contexte de l'œuvre littéraire, Paris, Dunod, 1993.

39Cette solidarité, voire cette interaction, entre le trait stylistique d'une œuvre et « des règles de l'art » justifie la démarche d'une lecture pragmatique du discours littéraire. Une demande de reconnaissance de place s'attache au style qui véhicule en quelque sorte une macro-valeur illocutoire : la présentation d'un billet d'entrée dans la Cité des lettres43. Cette demande de reconnaissance, selon les époques et selon la position de l'écrivain dans le champ social44, joue plus ou moins sur la singularisation ou la conformité, mais elle implique toujours des conditions génériques intériorisées : il n'y a pas de style racines en l'air.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam J.-M., « Du style à la langue : une variation ramifiée ? », L'Information grammaticale, no 70, 1996, 11-15 ;

—, « Langue et style : une contre-lecture de Charles Bally », ÉLA, no 102, 1996, 237-256.

Bouverot D., « La stylistique restreinte », Au bonheur des mots, Mélanges en l'honneur de G. Antoine, PU de Nancy, 1984, 463-469.

Charaudeau P. & Maingueneau D., Dictionnaire d'analyse du discours, Paris, Le Seuil, 2002.

Compagnon A., « Chassez le style par la porte, il rentrera par la fenêtre », Littérature, no 105, Paris, Larousse, mars 1997, 5-13.

Dereu M. (éd.), Vous avez dit « Style » d'auteur ?, PU de Nancy, collection « L'esprit des mots », 1999.

Flahault F., La Parole intermédiaire, Paris, Le Seuil, 1978.

Genette G., Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, 1991.

Gœthe J. W. von, « Simple imitation de la nature, manière, style », Écrits sur l'art, trad. fr. Garnier-Flammarion, 1996.

Jaubert A., La correspondance entre Henriette *** et J.-J. Rousseau, La Subjectivité dans la discours, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987 ;

—, La Lecture pragmatique, Paris, Hachette, HU, 1990 ;

—, « Voltaire et la question du style », Actes du Colloque Voltaire, Publications de la Faculté des Lettres de Nice, CID Diffusion, 1995 ;

—, « Le style et la vision. L'héritage de Leo Spitzer », L'Information grammaticale, no 70, La Stylistique et son domaine, (A. Jaubert éd.), juin 1996, 25-30 ;

—, « Quand les phrases entrent en jeu. Syntaxe allégée et dialogue théâtral », Mélanges offerts à J.-P. Seguin, Poitiers, La Licorne, 1997, 87-96 ;

—, « Corpus et champ disciplinaires. Le rôle du point de vue », Corpus, no 1, Publications de la Faculté des Lettres de Nice, 2002, 71-87.

Jenny L., « L'objet singulier de la stylistique », Littérature, no 89, février 1993.

Larthomas P, Notions de stylistique générale, Paris, PUF, 1998.

Mazaleyrat J. & Molinié G., Vocabulaire de la stylistique, Paris, PUF, 1999.

Maingueneau D., L’Analyse du discours. Introduction aux lectures de l'archive, Paris, Hachette, 1991 ;

—, Le Contexte de l'œuvre littéraire, Paris, Dunod, 1993.

Schaeffer J.-M., « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, no 105, mars 1997, 14-23.

Seguin J.-P, « Voltaire et la variation des styles », La Stylistique et son domaine, L'Information grammaticale, no 70, juin 1996, 5-10.

Spitzer L., Études de style, Paris, Gallimard, Bibl. des Idées, 1970.

Starobinski J., « Leo Spitzer et la lecture stylistique », in L. Spitzer, Études de style, Gallimard, 1970.

Ubersfeld A., Lire le théâtre II : L'école du spectateur, Paris, Belin, 1996.

Valentin P, « Style ou sens ? », Qu’est-ce que le style ?, édité par Molinié G. & Cahné P, Paris, PUF, 1994.

Vouilloux B., « Les styles face à la stylistique », Critique, no 641, octobre 2000, 874-901.

Notes

1 B. Vouilloux, « Les styles face à la stylistique », Critique, no 641, oct. 2000, 874-901.

2 Y compris d'ailleurs et simplement dans les comportements sociaux.

3 Cf. dans ce recueil l'article de B. Vouilloux, « Les prédicats stylistiques ».

4 Ici, en effet, sens étymologique et intuition font cause commune : le style, « aiguille dont on se servait pour écrire sur des tablettes enduites de cire », emblématisé le geste individuel d’actualisation du langage en discours. En outre, l’implication du sens conforte cette acception spécialisée, car partout ailleurs que dans les productions verbales ce n’est pas le sens qui s'impose au premier chef, mais, plus confusément, un sentiment d'harmonie, ce que Sartre décrivait comme « un drôle de petit sens » (je souligne), « saisi sur les choses comme une sorte d'air complice » (La Nausée, texte Gallimard, 1938, CAL, Bibliothèque de Culture Littéraire, 1967, 193).

5 Un lien tel qu'il a pu susciter la tentation de confondre style et sens (cf. la contribution de P. Valentin « Style ou sens ? » au Colloque de Paris-Sorbonne, 9-11 oct. 1991, Qu'est-ce que le style ? Paris, PUF, 1994, 331-338).

6 C’était, on s’en souvient, sur l’absence d’objet décrétée que se fondait le pronostic de mort aujourd'hui démenti.

7 Je rejoins par réciprocité, et sans faux-fuyants dilatoires, la définition de G. Molinié à l'entrée « Style du Vocabulaire de la Stylistique » : « Objet de la stylistique », posé à la fois comme « une somme et une résultante de déterminations langagières » (Paris, PUF, 1989, 340). Les pages qui suivent montreront justement que le style est un objet construit, par ces déterminations certes, mais aussi par la démarche qui les sélectionne, et que, de ce fait, il connaît différentes acceptions.

8 A. Jaubert, La Stylistique et son domaine, L'Information grammaticale, no 70, juin 1996, « Présentation », 3-4.

9 Pour Bally la langue littéraire elle-même n'est qu'« une transposition spéciale de la langue de tous », Le Langage et la vie (1ère éd. 1913), Genève, Droz, 1965, 62.

10 Reprise du titre d’un article de D. Bouverot, Au bonheur des mots, Mélanges en l'honneur de G. Antoine, PU. de Nancy, 1984, 463-469.

11 J.-M. Schaeffer, « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, no 105, mars 1997,14-23.

12 L. Jenny, « L’objet singulier de la stylistique », Littérature, no 89, février 1993,117.

13 « Leo Spitzer et la lecture stylistique », in L. Spitzer, Études de style, Gallimard, 1970, 23.

14 Cf. « Simple imitation de la nature, manière, style », Écrits sur l'art, trad. fr. Garnier-Flammarion 1996, 95-101.

15 Rejoignant ou non la tripartition de base, de la « roue de Virgile » aux âges de l’humanité dont Hugo fait état dans sa Préface de Cromwell, en passant par L'Art poétique de Boileau.

16 C’est la démarche de Larthomas dans ses Notions de stylistique générale, Paris, PUF, 1998.

17 Toute parole est prise dans un circuit d'échange, elle est à ce titre une « parole intermédiaire » (F. Flahault, La Parole intermédiaire, Le Seuil, 1978) qui véhicule l'image d'un « qui tu es pour moi/qui je suis (= veux être) pour toi ». Pour le discours littéraire, la situation de communication comme la demande de reconnaissance de place sont médiatisées, mais non moins déterminantes ; c'est en ces termes que se présente la nécessité d'une pragmatique littéraire (infra).

18 « Chassez le style par la porte, il rentrera par la fenêtre », Littérature, no 105, mars 1997, 5-13.

19 P. Larthomas retrouve indirectement cette tentation (op. cit.) dans un classement des genres littéraires fondé très naturellement sur un régime de littérarité, allant du plus oral et improvisé, la conversation, au plus « médité », la poésie.

20 « Voltaire et la variation des styles », La Stylistique et son domaine, L'Information grammaticale, no 70,1996, 5-10.

21 On observera au passage que, sur ce versant, le style du discours représente un style de comportement. C'est le sens de l’emploi opportunément ambivalent de La Bruyère dans son portrait de Nicandre en train de pérorer (Les Caractères, « De la Société et de la conversation », 82) : « il n’oublie pas son extraction et ses alliances : Monsieur le Surintendant qui est mon cousin, Madame la Chancelière qui est ma parente ; voilà son style ». Quant au code social représenté, il dicte à un personnage de Marivaux la mise en garde moqueuse : « Entre gens comme vous, le style des compliments ne doit pas être si grave, vous seriez toujours sur le qui-vive » (Le Jeu de l’Amour et du Hasard, I, 6).

22 J.-P. Seguin va jusqu'à évoquer plaisamment ici un Voltaire-Bossuet (ou un Voltaire-Cicéron), là un Voltaire-La Fontaine...

23 La précision s'impose, car le temps opère un tri dans la production d'un auteur : il a mis au premier plan de notre réception la prose de Voltaire, voire ses œuvres narratives, ce qui conditionne, on le verra, la perception stylistique.

24 L'idée d'un style d'auteur, ou d'un style signature, fait partie de ces intuitions résistantes (cf. Vous avez dit « Style d’auteur » ?, éd. M. Dereu, PU de Nancy, « L'esprit des mots », 1999) qui cependant échappent au contrôle rigoureux : la critique d'attribution (comme l'expertise en peinture) préfère recourir à des informations périphériques sur l'œuvre.

25 A. Jaubert, « Voltaire et la question du style », Actes du Colloque Voltaire, Publications de la Faculté des Lettres de Nice, CID Diffusion, 1995,121-138.

26 Leo Spitzer, Études de style, Paris, Gallimard, Bibl. des Idées, 1970, 362.

27 J'ai appelé ce tour le syndrome de Micromégas (art. cit.).

28 Cf. D. Maingueneau (L'Analyse du discours. Introduction aux lectures de l'archive, Hachette, 1991, et Dictionnaire d'analyse du discours, Le Seuil, 2002).

29 J. Kessel à la Radio suisse romande, le 15-12-1972.

30 Les Études de style de Leo Spitzer (Paris, Gallimard « Idées », 1970) restent l'emblème d'une ambition stylistique singularisante, réactualisée ou non (voir Jaubert 1996, « Le style et la vision. L'héritage de Leo Spitzer », L'Information grammaticale, no 70, 25-30, article précisément consacré à A. Cohen, et, dans ce recueil même, l'article de M. Dominicy et de F. Martin).

31 Ressentie comme telle aux deux pôles de l'énonciation. A. Cohen reconnaissait volontiers cette propension à l'ajout : « J'aime à en remettre. Oui, joie d'ajouter et non d'enlever, joie de découvrir de nouveaux détails vrais, crépitants, vivants. Et c'est alors une prolifération glorieusement cancéreuse » (Entretien avec J. Buenzod, Journal de Genève, 20-21 décembre 1969).

32 Pour une étude détaillée, voir l'article cité.

33 Comme J.-M. Adam ici-même, je rejoins en la modifiant la proposition de G. Genette (« Le fait de style, c'est le discours lui-même », Fiction et Diction, Paris, Le Seuil, 1991,151).

34 « Le tas de pierres » (1884-1889), Œuvres complètes, éd. du Club du livre, T. V, 991.

35 La démarche stylistique se caractérise à mon sens par la gestion d'un double point de vue, local et global, sur les corpus (A. Jaubert, « Corpus et champ disciplinaires. Le rôle du point de vue », Corpus, no 1, Corpus et recherche linguistique, Publications de la Faculté des Lettres de Nice, 2002), 71-87.

36 A. Jaubert, Étude stylistique de la correspondance entre Henriette *** et J.-J. Rousseau, La Subjectivité dans la discours, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987,10-11.

37 Titres d’« Études de style » célèbres de Leo Spitzer (op. cit.).

38 Comme par exemple dans ce jeu subtil sur la double acception du nom Jean qui oppose la duplicité de Dame Belette à la simplicité de Jeannot Lapin (op. cit., 204-205).

39 « Langue et style : une contre-lecture de Charles Bally », ÉLA, no 102,1996, 237-256, et « Du style à la langue : une variation ramifiée ? », L'Information grammaticale, no 70, 1996, 11-15.

40 Lire le théâtre II : L'école du spectateur, Paris, Belin, 1996, 10-11.

41 Cf. A. Jaubert « Quand les phrases entrent en jeu. Syntaxe allégée et dialogue théâtral », Mélanges offerts à J.-P. Seguin, Poitiers, La Licorne, 87-96.

42 Voir à la fin de la pièce le 9e couplet du vaudeville, et notons que Beaumarchais a placé en exergue au texte écrit les deux vers soulignés :
Si ce gai, ce fol ouvrage,
Renfermait quelque leçon,
En faveur du badinage,
Faites grâce à la raison.

43 A. Jaubert, La Lecture pragmatique, Paris, Hachette, HU, 1990, 218.

44 D. Maingueneau, Le Contexte de l'œuvre littéraire, Paris, Dunod, 1993.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Professeur de langue française à l'Université de Nice. Ses recherches portent sur la stylistique et la pragmatique des textes littéraires. Elles développent un échange permanent entre théorie linguistique et analyse des corpus.
Principales publications : La Correspondance entre Henriette *** et J.-J. Rousseau. La subjectivité dans le discours, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1987 ; La Lecture pragmatique, Paris, Hachette, HU Linguistique, 1990 ; La Stylistique et son domaine, numéro spécial de L'Information grammaticale no 70, 1996 ; La Langue française au xxe siècle, numéro spécial de L'Information grammaticale, no 94, 2002.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search