Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Enseigner la stylistique

Éric Bordas

Texte intégral

  • 1 Pour L. Victor (1991, t. I, 3), « une des caractéristiques de cette discipline est qu'elle n'est p (...)
  • 2 Voir la salutaire mise au point méthodologique générale proposée par A.-G. Haudricourt (1987, 37-3 (...)
  • 3 Depuis le célèbre no 3 de Langue française (1969), qui annonçait la mort de la stylistique, et apr (...)

1L’enseignement de la stylistique est actuellement l'un des paradoxes les plus remarquables de l'université française. Marginalisée par sa position mixte entre la linguistique et la littérature, on ne sait pas bien où placer cette discipline qui, souvent, se limite à la seule préparation des concours de recrutement d'enseignants du secondaire. La stylistique est suspectée, sinon dans son objet, dont l'incertitude définitionnelle permet encore, vue de loin, une hésitation respectueuse, du moins dans l'appartenance institutionnelle de celui-ci à quelque section du CNU. Telle serait, en effet, la caractéristique de ce qui est souvent présenté comme une herméneutique rigoureuse, de n'acquérir son identité qu'en se définissant comme recherche prospective : « La stylistique est à la fois une méthode et une pratique, c'est-à-dire une discipline. [...] La sagesse consiste donc à partir de la stylistique et non du style. On installe au départ une praxis, et on examine ce qu'on trouve à la fin » (Molinié, 1986, 9)1. Reste, pourtant, à préciser quelles sont les approches théoriques privilégiées par ladite « méthode » : on sait qu'il s'agit, le plus souvent, de bases linguistiques ; mais, précisément, une discipline scientifique n'est pas une théorie en elle-même2. De fait, devant autant de confusion, les critiques, depuis quelques années, se multiplient à l'encontre de cette « discipline » aux contours flous, qui semble cependant l'enjeu même des études littéraires, et leur finalité la plus originale3.

  • 4 On lira l'étude de G. Dessons (1997), par exemple, pour mesurer la part déterminante de la questio (...)
  • 5 L'étiquette de « sémiostylistique » proposée par G. Molinié pour décrire sa démarche (1989, 1993, (...)

2Dans des travaux publiés à la fin de l'année 1997, Jean-Michel Adam et Laurent Jenny, qui défendent deux positions radicalement différentes par ailleurs, se rejoignent pour dénoncer « l'opération de modernisation de la stylistique [...] par la fusion œcuménique de travaux de linguistique énonciative, pragmatique et textuelle, de sémantique et de sémiotique, de rhétorique et de poétique » (Adam, 1997, 23). Cette approche « stylistique », telle qu'elle est en effet pratiquée, finit par diluer le style dans les propriétés générales du discours4. Comment pourrait-il en être autrement de la part d'une discipline qui avoue ne pas savoir définir son objet ? – lequel n'est plus que « simple pierre d'attente pour une science du discours suffisamment englobante, [...] qu'une sémiotique assez précise pourrait [...] suppléer sans perte notable » (Jenny, 1997, 92)5.

  • 6 Pas de mise au point plus nette sur cet abus de problématisation rapide que celle de B. Vouilloux (...)

3La stylistique se trouve-t-elle dans une impasse ? Il ne faut pas confondre la discipline et son usage, sa pratique universitaire institutionnalisée. À trop souvent critiquer la stylistique à travers les épreuves du CAPES et de l'agrégation, qui n'en révèlent qu'un aspect unique et très particulier, on court le risque de faire croire que c'est l'ensemble de la recherche en ce domaine qui est discrédité6.

  • 7 Sur l'ambiguïté, voire la perversité, de ce couplage, voir Puech (1996, 75-78).
  • 8 Voir Karabétian (2000).

4Bon nombre d'ouvrages récents témoignent du contraire. Mais il est de fait que l'enseignement de la stylistique à l'université ne satisfait plus personne aujourd'hui. LE problème fondamental de la pratique stylistique universitaire française rejoint celui des concours : la stylistique est systématiquement couplée à une interrogation de « grammaire » – et non de linguistique, notons-le –, ce qui dit assez le conditionnement normatif descriptif auquel sont soumis les étudiants7. Cette situation ne résulte pas du hasard : l'histoire même de la stylistique, si particulière, permet de comprendre les phénomènes de confusion et d'approximation qui ont autorisé tous les malentendus, qui aujourd'hui apparaissent pleinement8.

  • 9 Encore une fois, pour cet historique, voir Karabétian (2000), dont le titre, avec son pluriel pour (...)

5On le sait, la stylistique reste à sa naissance l'héritière directe de la rhétorique – une des premières occurrences du terme, chez Novalis, l'identifie d'ailleurs à celle-ci. La naissance de la stylistique en Allemagne à la fin du xixe siècle signe l'abandon de la rhétorique, même si la stylistique en reprend certains aspects, notamment l'analyse des figures et des tropes. Dès 1873, Wilhelm Wackernagel, partant d'une distinction entre aspect subjectif (individuel) et aspect objectif (collectif) du style, propose de réserver le terme de « stylistique » à l'étude des phénomènes du deuxième type, susceptibles d'obéir à des lois générales. La filiation de cette première tendance est le Traité de stylistique française de Charles Bally, en 1909, qui théorise une approche stylistique de la parole en général, attentive aux phénomènes d'expressivité9. Ainsi, une question de stylistique est celle qui se demande comment et pourquoi un locuteur choisit de dire : « C'est à Pierre que je parle », au lieu de : « Je parle à Pierre », le choix de la phrase clivée faisant intervenir un paramètre de désignation particulièrement forte et inévitablement remarquable.

  • 10 Voir l'étonnante « définition » proposée par J. Mazaleyrat & G. Molinié (1989) : « Style : objet d (...)
  • 11 Il appartient à J.-M. Adam d'avoir fait le point avec netteté sur les textes de Bally, très vite p (...)
  • 12 Voir Bordas (2003).

6La caractéristique de cette « stylistique » naissante était donc de travailler sur les usages individuels de la langue, qui font la parole. Or c'est précisément là le point de départ de ce qu'on comprend comme une énonciation idiolectale, laquelle serait la première manifestation d'un style dans sa matérialité linguistique. Le style est ce qui s'écarte de l'englobant langagier de niveau zéro, et apparaît comme la mesure d'une individualité, d'une singularité. En 1953, Roland Barthes opérait une distinction d'une grande clarté et appelée à faire date, entre : (i) la langue, identifiée à la nature, « un corps de prescriptions et d'habitudes, commun à tous les écrivains d'une époque », constitué en système de signes dans sa généralité ; (ii) le style, phénomène d'ordre germinatif, « langage autarcique qui ne plonge que dans la mythologie personnelle et secrète de l'auteur », et qui correspond à tout ce qui vient du tempérament profond de l'écrivain ; (iii) l’écriture, « morale de la forme », qui engage la liberté de l'écrivain et qui est un « acte de solidarité historique » renvoyant à tout ce qu'il y a de codifié à travers les structures sociales (Barthes, 1993,145-148). Dès lors, l'objet « style », qui s'appuie dans son essence sur la définition du processus d'individualisation langagière, fut pensé comme l'objet même de la stylistique10. C'est ainsi que l'outil qu'était la stylistique linguistique de Bally fut mis au service de l'analyse des « grands auteurs » pour mesurer, de façon qui se voulait rigoureuse et objective, leur originalité et leur génie propre11. Parce que le corpus était désormais irréductiblement littéraire, par choix institutionnel universitaire qui venait d'inventer une discipline pour singulariser la jeune agrégation de Lettres Modernes, cette approche stylistique devait réunir heureusement grammaire (ou linguistique ?) et littérature12.

  • 13 Voir également J. Marouzeau, bien sûr ; pour des exemples d'« analyses stylistiques » ainsi pensée (...)
  • 14 Voir K. Vossler (« le style est l'usage linguistique individuel en opposition à l'usage collectif  (...)
  • 15 Tous les manuels de stylistique aujourd'hui proposés aux étudiants (Boissieu & Garagnon, 1987 ; Bu (...)

7Dans la continuité des travaux de Lanson sur « l'art de la prose », on ouvrait ainsi la porte à l'analyse micro-structurale des ressources expressives originales d'un usage idiolectal de l'énonciation, et l'on prétendait remplacer le pointage des figures et des tropes par un relevé des procédés d'expression plus larges – les fameuses « techniques » du style selon Marcel Cressot en 1947, qui pensait, en philologue, que l'écriture commence à la rature, et que les différentes étapes de la composition dessinaient les strates d'un style –, description canonique, sinon définition, de la stylistique universitaire dans sa pratique la plus sage13. Voilà réconciliées des tendances antagonistes (philologie vs rhétorique), et voilà surtout comment faire du neuf avec du vieux, ce qui est toujours rassurant. D'autant que cette conception eut très tôt ses lettres de noblesse humaniste, avec une théorisation approfondie de la notion d'écart, qui permettait de mesurer le génie inventif et original d'un grand écrivain, et qui était à la base de cette démarche14. Telle est la stylistique la plus répandue, celle à laquelle sont implicitement invités à se soumettre les candidats au CAPES ou à l'agrégation dans leur commentaire composé – sans même qu'on leur ait jamais enseigné ces bases théoriques historiques, discutables mais respectables, qui fondent cette approche : ils feront de la stylistique sans trop savoir ce qu'ils appliquent, l'important étant de proposer une « description linguistique du fonctionnement des textes littéraires » (Perrin-Naffakh, 1989,13) qui permette d'étiqueter le texte selon des repères préexistants, proposés par la culture. Le « fonctionnement » littéraire est censé être un paramètre de pragmatique communicationnelle. L'individualisation se mesure irréductiblement selon une double entrée : psychologique/expressive, ou générique/culturelle, par rapport à laquelle la notion d'écart, signifiant du point de vue de sa valeur dénotative ou connotative, est assurée de toujours fonctionner15.

  • 16 D'où l'idée aujourd'hui très répandue selon laquelle il ne saurait exister des textes avec style e (...)
  • 17 Une méfiance fort bien illustrée, par exemple, par une étude récente de Fr. Rastier (2001).
  • 18 C'est la question que posent H. Mitterand (1992) ou J.-Ph. Saint-Gérand (1993), chacun d'eux envis (...)
  • 19 Pour un approfondissement de cette critique, voir Jenny (2000).
  • 20 Dont Ph. Hamon avait jadis (1974) souligné les apories dans les seules limites de la lisibilité.
  • 21 Là encore, il faut citer L. Jenny (2000, 113) : « Les valeurs d'emphase distribuées par un style n (...)

8On n'a pas eu grand mal à vite démontrer que l'idée selon laquelle l’écart singulier définit le style littéraire n'a guère de sens, puisque toute activité discursive est indissociablement répétition et écart par rapport à la langue (voir Rastier, 1989, 1994 ; auparavant, voir Riffaterre, 1971). La difficulté est de proposer un autre critère d'évaluation. Jean-Marie Schaeffer (1995,1997) et Jean-Michel Adam (1997) ont recours à la notion de choix pour préciser l'individualisation stylistique. Contrairement à la stylistique de l'écart, qui réduit les faits de style d'un texte à une réunion de traits discontinus extractibles d'un continuum verbal non marqué, « la conception du choix stylistique voit dans le fait stylistique une caractéristique continue des actes verbaux » (Jenny, 1997) : tout choix linguistique est signifiant et par conséquent, au moins potentiellement, stylistiquement pertinent16. On peut être réservé à l'égard de cette notion de choix, qui a l'inconvénient « de présupposer la disponibilité a priori des formes stylistiques, entre lesquelles il ne resterait plus qu'à opérer des sélections et des combinaisons » (Jenny, 1997, 94 – qui y voit même « la fin de la littérature »). Cette volonté de ramener l'analyse du côté d'une stylistique de la langue – voir l'autorité de Bally – semble surtout motivée par une méfiance à l'encontre de « la singularité subjective » expressive du fait stylistique (Schaeffer, 1997, 16)17. Mais comment envisager la valeur d'un style en ramenant sa composante aspectuelle la plus large à un choix responsable et réfléchi18 ? Car, ainsi que le rappelle Laurent Jenny, « si tout énoncé a peu ou prou "du style", seule l'œuvre littéraire organise la convergence des traits de style en une forme globale significative. Et il revient à une stylistique littéraire non pas d'énumérer une suite de traits de style, fussent-ils continus, mais d'en dégager la logique d'ensemble et les valeurs. |...] Ce qui caractérise le style littéraire et le distingue du "style" en général, ce ne sont évidemment ni les formes d'exemplification, ni leur densité, mais leur relative systématicité » (Jenny, 1997, 98-99)19. C'est pourquoi le jumelage d'une interrogation de grammaire à un commentaire prétendument « stylistique », dans le cadre des concours de recrutement du secondaire, ne fait que reconduire une assimilation regrettable de la norme linguistique et d'un virtuel degré zéro de la littérarité20, en poussant les candidats à confondre les moyens et la fin, et, ce qui est plus grave, à prendre le sens (en langue) pour la signification (en discours)21 – pour ne rien dire encore du choix d'un commentaire composé, qui limite fortement la compréhension des phénomènes de signifiance poétique extra-linéaire.

  • 22 Cette composante critique implique une part d'engagement individuel, voire de risque, qu'une certa (...)
  • 23 Voir Jenny (2000,103-106).
  • 24 On se souvient du conseil avisé de D. Combe (1994, 81) : « rapprocher la stylistique de l'esthétiq (...)
  • 25 « [...] on peut situer le style parmi un ensemble plus vaste de pratiques, pratiques vitales tout (...)
  • 26 À la poétique, dans le cas de la stylistique des genres, par exemple. Cette approche, jadis théori (...)
  • 27 Cf. supra.

9La stylistique de la langue façon Bally s'inscrivait, on l'a vu, dans le cadre plus vaste de l'établissement d'une stylistique théorique conçue comme partie intégrante de la linguistique. En revanche, la perspective d'une stylistique résolument littéraire (Jenny, 1997, 2000) n'est pas théorique mais critique, dans sa volonté de dégager la spécificité d'un texte singulier, son caractère. Elle s'attache à la réalisation du message individuel plutôt qu'aux potentialités stylistiques (expressives) inscrites dans le code22. Les deux démarches ne sont, évidemment, pas sans lien, mais elles restent opposées. La première est proche de la rhétorique ; son objet reste le fonctionnement des pratiques de discours23. La seconde est proche de l'esthétique24 ; son objet est la singularité particularisante et signifiante dans son sens le plus large25. Quand on étudie les propriétés stylistiques expressives d'une langue, ou d'un sous-système de cette langue, on ne doit pas moins s'appuyer sur des textes ou des discours qui les illustrent : on passe donc par la critique stylistique de type littéraire. À l'inverse, lorsqu'on démontre l'interaction de certaines catégories pour créer la singularité stylistique d'un texte (critique stylistique), on emprunte ces catégories à la linguistique, à la sémiotique, etc.26 : on présuppose implicitement un modèle théorique plus général qui renvoie au système de la langue, au code, à toute une rhétorique de la parole27. Ces outils d'investigation conviennent non seulement à la critique des œuvres dans leur individualité, mais tout autant à l'analyse générale des inventaires stylistiques (littéraires ou non) de la langue. Même lorsqu'on prétend réduire la stylistique à l'étude de la singularité de l'œuvre individuelle, on se trouve obligé de concéder que « lorsqu'on croit nommer les formes de sa singularité, par cette nomination même on dégage au contraire ce que cette parole a de typique » (Jenny, 1997), c'est-à-dire qu'on sous-entend toujours implicitement un modèle théorique des faits de structure linguistique pertinents au niveau de l'analyse stylistique.

  • 28 Tel est, en effet, le problème de la théorie bakhtinienne de l'idiolecte, « théorie de la signific (...)
  • 29 Voir l'intitulé du commentaire stylistique du CAPES externe de Lettres Modernes de 2000 : « Présen (...)
  • 30 Cf. supra, no 16.

10Telle est la contradiction absolue de cette discipline, celle qui faisait reculer Bakhtine (1977), soumis à la notion de langue comme superstructure absolue28, et qui a fait, progressivement, se limiter l'exercice universitaire à un pointage des procédés d'expression originaux, ramenant la stylistique à une rhétorique mal élargie29. Qu'en est-il des notions de responsabilité morale de l'énonciation singulière ? des significations politiques d'un choix stylistique, qui est d'abord un choix historique, voire idéologique ? Quelle est la sociocritique de la langue proposée par l'auteur ? Autant de questions auxquelles seraient bien en peine de répondre les candidats au CAPES ou à l'agrégation. En reconnaissant, avec Gérard Genette, que le style a pour fond « l'ensemble des propriétés Thématiques exemplifiées par le discours »30, il apparaît clairement « que le style ne s'écarte pas des formes du discours, mais au contraire y revient sur un mode autoréférentiel pour mieux en dégager des valeurs de sens » (Jenny, 1997, 97). Dans ces conditions, « le trait de style se laisse appréhender comme une autoréférence du discours à sa singularité d'usage de la langue. Cette autoréférence, en même temps qu'elle prend des valeurs sémantiques originales dans le contexte de l'œuvre, fonctionne comme une révélation historique des propriétés du medium discursif » (Jenny, ibid.).

  • 31 Voir Bompaire-Evesque (2002), Bordas (2003).
  • 32 Voir Puech (1996).

11On rejoint les conclusions de Laurent Jenny (1993, 1997, 2000) : il est clair que la stylistique générale recouvre ainsi à peu près le domaine de l'ancienne elocutio, à l'exclusion des problèmes posés par l'aspect thématique des discours ou de leur organisation supra-phrastique. C'est une stylistique de la langue, très proche de la rhétorique, d'orientation sociolinguistique, qui traite la littérature en tant que discours littéraire, ce qui est une acception incontestable mais limitée. C'est cette stylistique qui, dans l'état actuel des choses, est implicitement proposée aux étudiants d'université. Il n'y a lieu de le regretter que parce qu'elle ne s'assume pas comme telle, et parce qu'elle repose sur une confusion entretenue depuis le xixe siècle31. Les mérites pédagogiques de sa pratique sont évidents du point de vue général – chacun sait que c'est cette discipline qui est la plus immédiatement utile aux jeunes collègues, lorsque d'étudiants ils deviennent enseignants32.

12Quant à la stylistique littéraire, sa spécificité réside en ce qu'elle analyse la pertinence esthétique des faits stylistiques plutôt que leur fonction affective, persuasive ou autre. Elle se fixe sur un style singulier en tant qu'il est modélisé dans le champ d'une œuvre. « Elle ne procède pas à une simple énumération de faits de style, mais elle analyse la façon dont des traits de style par leur configuration convergente (et [...] éventuellement tensionnelle) dessinent une sorte d'autographe stylistique global qui prend son sens en participant au fonctionnement symbolique de l'œuvre » (Jenny, 1997, 100-101).

13Est-il besoin de dire, en conclusion, que cette stylistique littéraire n'est guère accessible aux candidats des concours dans les limites d'un bref commentaire composé ? Faut-il, pour autant, adopter le pessimisme de Henri Meschonnic qui, en 1970, déclarait qu'une « réforme » de la stylistique n'était « pas possible, car elle implique une vision vieillie du style – et cela ne s'amende pas » (Meschonnic, 1970, 13) ? La réussite des approches phénoménologistes de Laurent Jenny (1990) et de Dominique Combe (1991), ou historiennes de Jacques-Philippe Saint-Gérand (1993), tout comme la reconception de la stylistique proposée par Jean-Michel Adam (1997), fort de ses travaux en analyse textuelle, l'élargissement de la stylistique à l'esthétique transsémiotique de Georges Molinié (1998) ou de Bernard Vouilloux (1997), permettent incontestablement des engagements aujourd'hui plus affirmés et conscients de leurs limites. Souhaitons simplement que le divorce entre la recherche et l'établissement des programmes et des épreuves, cause directe du contresens des années 1950/1960 qui a fait de la stylistique ce qu'elle est aujourd'hui à l'université, ne soit pas appelé à se renouveler.

  • 33 Voir Lilti (1996).

14Dans l'état actuel des choses, reconnaissons avec honnêteté que la stylistique que nous enseignons pour le CAPES et l'agrégation n'est qu'une rhétorique déguisée dans son discours, et une grammaire dans son approche d'une micro-structure jugée exemplaire. Saluons ses incontestables mérites pédagogiques, sa clarté et sa précision, et attendons une possible réforme qui proposerait deux épreuves distinctes : une interrogation autonome de « langue », ce qui permettrait de hausser les exigences de quelques crans, et qui pourrait réintroduire la diachronie plus nettement ; et une composition de stylistique, qui pourrait se substituer à la version de langue vivante ou ancienne par exemple, et dont le modèle resterait à définir. On peut, bien sûr, continuer à penser que la vérité de la démarche stylisticienne est dans l'analyse linguistique des mots et des phrases d'une micro-unité exemplaire, et qu'à cet égard, le commentaire de texte reste le support idéal. Pourquoi pas ? Le maintien de cette épreuve, dans des conditions de temps désormais décentes, donnerait certainement des résultats d'un tout autre niveau que ce à quoi la situation actuelle nous a habitués33.

  • 34 Voir le rappel de Ph. Jousset (2000,9), au seuil d'un peu conventionnel manuel de commentaire styl (...)
  • 35 Voir Foyard (1991,11-22) : « La stylistique textuelle ».
  • 36 La stylistique est d'ailleurs « contemporaine de l'émergence de l'histoire littéraire, car, fonciè (...)

15Mais on peut également rêver d'un travail plus globalisant, qui tiendrait compte de la poétique générale d'un texte, comme composante de son style, un travail qui inviterait les candidats à réfléchir sur l'imaginaire linguistique d'un auteur, ses évolutions, ses permanences, son esthétique en somme. Et ainsi militer pour une stylistique qui partirait de la langue pour aller vers le style, perçu dans toute la vérité de sa réalité plurielle34. Ce travail pourrait être une composition dont le sujet serait résolument de nature formelle : étude du traitement des discours indirects libres chez Flaubert, étude du rôle des valeurs aspectuelles dans la « prose artiste », étude de l'onomastique chez Hugo, étude des marqueteries d'idiomes chez Stendhal, analyse de la polyphonie balzacienne, étude de l'énonciation euphémistique chez Racine, travail sur les démonstratifs de Barbey d'Aurevilly, etc. – pour choisir, ici, des exemples point trop déroutants... On objectera, peut-être, que cette proposition rejoint l'analyse des procédés critiquée, mais on répondra, sans jouer sur les mots, mais dans l'attention des textualités construites, que les phénomènes cités ne sont pas tant des procédés ponctuels que des procédures textuelles larges, réalisant l'actantialisation de l'écriture, laquelle assure son passage vers le style35. Loin d'être réductibles à des micro-structures isolables, ces phénomènes expressifs engagent l'énonciation générale dans une perspective macro-structurale de représentation, qui fait sens et valeur. Cette application de la stylistique aurait l'avantage de contraindre les candidats, parallèlement à la connaissance rigoureuse de la langue et des textes, à se familiariser davantage avec la plus élémentaire histoire littéraire – tout enseignant de stylistique sait à quel point les lacunes en ce domaine sont source de contresens qu'aucune rigueur grammaticale ne peut racheter36.

16Les exemples qui viennent d'être donnés sont tous centrés sur des auteurs ou des courants, ce qui suppose un programme : si le problème ne se pose pas pour l'agrégation, qui applique déjà un programme annuel, on pourrait peut-être penser, pour le CAPES, à un programme général, des courants les plus représentatifs de la littérature, pour permettre un travail précis – avec des sujets comme « le travail des rimes dans la poésie française au xixe siècle », « les variations du traitement de l'ironie par les romanciers français », « les évolution du modèle de la période », etc. Autant de réflexions qui sont, bien évidemment, en elles-mêmes des sujets de thèse à part entière – tout comme les sujets de dissertation générale jusqu'à présent, ou de leçon, d'ailleurs – mais qui seraient, bien évidemment, évaluées et notées dans les limites d'un cadre défini, exigeant mais point utopique.

17Mais il importe d'abord, pour revoir cet enseignement général de la stylistique en France, de commencer par dépasser un certain « fétichisme du mot, du signe et du sens à comprendre » (Hamon, 1994, 158), qui atomise excessivement la réflexion. Puis, et surtout, de réapprendre à inscrire tout sujet sensible et pensant dans l'historique généra] de sa scénographie fondatrice. Un historique qui est aussi une politique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Langue française, Paris, 1969, no 3 [La Stylistique, M. Arrivé & J.-Cl. Chevalier éds.].

Revue belge de philologie et d'histoire, Bruxelles, 1993, no 71 [New Horizons in Stylistics ? La Stylistique en quête de nouveaux horizons ?, M. Frédéric & J.-P. van Noppen éds.].

Langages, Paris, 1995, no 115 [Les Enjeux de la stylistique, D. Delas éd.].

Le Français aujourd'hui, Paris, 1996, no 116 [Styles, J.-L. Chiss & D. Delas éds.].

L’Information grammaticale, Paris, 1996, no 70 [La Stylistique et son domaine, A. Jaubert éd.].

Littérature, Paris, 1997, no 105 [Questions de style, Th. Pavel éd.].

Le Français moderne, Paris, 1999, vol. LXVII, no 1 [La Stylistique, P. Larthomas éd.].

Langue française, Paris, 2002, no 135 [La Stylistique entre rhétorique et linguistique, B. Combettes & E. S. Karabétian éds.].

Adam J.-M., Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1997.

Bakhtine M., Le Marxisme et la philosophie du langage, traduction française, Paris, Minuit, 1977.

Bally C, Traité de stylistique française, Paris, Klincksieck, 1951 [1909].

Barthes R., Le Degré zéro de l'écriture, in R. Barthes, Œuvres complètes, édition d'É. Marty, Paris, Le Seuil, 1993-1995 (3 tomes ; t. 1) [1953] ;

—·, « Pourquoi j'aime Benveniste », in R. Barthes, Œuvres complètes, édition d'É. Marty, Paris, Le Seuil, 1993-1995 (3 tomes ; t. 3, 30-31) [1974], Benveniste É., Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966-1974.

Boissieu J.-L. de & Garagnon A.-M., Commentaires stylistiques, Paris, SEDES, 1987.

Bompaire-Evesque C., « Le procès de la rhétorique dans l'enseignement supérieur français à la fin du xixe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, 2002, no 3, 389-404.

Bordas É. & Gaudard F.-C., « Propos sur l'état présent des études françaises », Champs du signe, 1996, no 6, 147-167. Bordas É., « Idiolecte ou sociolecte ? L'énonciation romanesque selon Mikhaïl Bakhtine », in C. Depretto (éd.), L'Héritage de Bakhtine, Bordeaux, PUB, 1997, 47-56 ;

—, « Stylistique et histoire littéraire », Revue d'histoire littéraire de la France, 2003, no 3, 579-589.

Buffard-Moret B., Introduction à la stylistique, Paris, Nathan, 2001.

Buuren M. van (éd.), Actualité de la stylistique, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1997.

Calas F. & Charbonneau D.-R., Méthode du commentaire stylistique, Paris, Nathan, 2000.

Cogard K., Introduction à la stylistique, Paris, Flammarion, 2001.

Combe D., La Pensée et le style, Paris, Éditions Universitaires, 1991 ;

—, « Pensée et langage dans le style », in G. Molinié & P. Cahné (éds.), op. cit., 71-91 ;

—, « La stylistique des genres », Langue française, 2002, no 135, 33-49.

Cressot M. & James L., Le Style et ses techniques, Paris, PUF, 1988 [1947].

Dessons G., Émile Benveniste, Paris, Bertand Lacoste, 1997.

Foyard J., Stylistique et genres littéraires, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1991.

Frédéric M., La Stylistique française en mutation, Bruxelles, Publications de l'Académie royale de Belgique, 1997.

Fromilhague C. & Sancier A., Introduction à l'analyse stylistique, Paris, Bordas, 1991.

Gardes-Tamine J., La Stylistique, Paris, Armand Colin, 1992.

Genette G., Fiction et diction, Paris, Le Seuil, 1991.

Guiraud P, La Stylistique, Paris, PUF, 1954.

Hamon P., « Note sur les notions de norme et de lisibilité en stylistique », Littérature, 1974, no 14, 114-122.

Hamon P., « Stylistique de l'ironie », in G. Molinié & P. Cahné (éds.), op. cit., 149-158.

Haudricourt A.-G., La Technologie, science humaine. Recherches d'histoire et d'ethnologie des techniques, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1987.

Herschberg Pierrot A., Stylistique de la prose, Paris, Belin, 1993.

Jeandillou J.-F., L'Analyse textuelle, Paris, Armand Colin, 1997.

Jenny L., La Parole singulière, Paris, Belin, 1990 ;

—, « L'objet singulier de la stylistique », Littérature, 1993, no 89, 113-124 ;

—, « Sur le style littéraire », Littérature, 1997, no 108, 92-101 ;

—, « Du style comme pratique », Littérature, 2000, no 118, 98-117.

Jousset P., Le Sens du matériau. Approche stylistique du commentaire de texte, Toulouse, CRDP Midi-Pyrénées & Delagrave, 2000.

Karabétian E. S., Histoire des stylistiques, Paris, Armand Colin, 2000.

Lanson G., L'Art de la prose, Paris, La Table Ronde, 1996 [1908].

Larthomas P, « La notion de genre littéraire en stylistique », Le Français moderne, 1964, vol. XXXII, 185-193 ;

—, « Préface », in G. Molinié & P. Cahné (éds.), op. cit., 1-8 ;

—, Notions de stylistique générale, Paris, PUF, 1998.

Laurent N., Initiation à la stylistique, Paris, Hachette, 2001.

Le Hir Y., Analyses stylistiques, Paris, Armand-Colin, 1965.

Lilti A.-M., « L'épreuve de stylistique au CAPES de lettres modernes », Le Français aujourd'hui, 1996, no 116, 79-87.

Maingueneau D., « Les nouvelles relations entre études littéraires et sciences du langage », Études romanesques, Paris-Caen, 2000, no 6.

Marouzeau J., Précis de stylistique française, Paris, Masson, 1969 [1946].

Mazaleyrat J. & Molinié G., Vocabulaire de la stylistique, Paris, PUF, 1989.

Meschonnic H., Pour la poétique, Paris, Gallimard, 1970.

Mitterand H., « À la recherche du style. (À propos de Fiction et diction de G. Genette) », Poétique, Paris, 1992, no 90, 243-252.

Molinié G., Éléments de stylistique française, Paris, PUF, 1986 ;

—, La Stylistique, Paris, PUF, 1989 ;

—, La Stylistique, Paris, PUF, 1993 ;

—, Sémiostylistique. L'effet de l'art, Paris, PUF, 1998.

Molinié G. & Cahné P. (éds.), Qu'est-ce que le style ?, Paris, PUF, 1994.

Morel M.-A., Petiot G. & Éluerd R., La Stylistique aux concours, Paris, Champion, 1992.

Perrin-naffakh A.-M., Stylistique. Pratique du commentaire, Paris, PUF, 1989.

Puech C., « La stylistique, savoir charnière dans la formation des professeurs de français », Le Français aujourd'hui, 1996, no 116, 71-78.

Rastier F., Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989 ;

—, « Le problème du style pour la sémantique du texte », in G. Molinié & P. Cahné (éds.), op. cit., 263-282 ;

—, « Vers une linguistique des styles », L'Information grammaticale, 2001, no 89, 3-6.

Riffaterre M., Essais de stylistique structurale, traduction française, Paris, Flammarion, 1971.

Rousset J., Forme et signification. Essais sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Paris, José Corti, 1962.

Saint-Gérand J.-P., Morales du style, Toulouse, PUM, 1993.

Schaeffer J.-M., « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, 1997, no 105, 14-23.

Schaeffer J.-M. & Ducrot O., Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Le Seuil, 1995.

Spitzer L., Études de style, traduction française, Paris, Gallimard, 1970.

Starobinski J., « Leo Spitzer et la lecture stylistique », in L. Spitzer, op. cit., 7-39.

Stolz C., Initiation à la stylistique, Paris, Ellipses, 1999.

Victor L., Analyses stylistiques, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1991 (deux tomes).

Vouilloux B., Langages de l'art et relations transesthétiques, Paris, Éditions de l'Éclat, 1997 ;

—, « Pour une théorie descriptiviste du style », Poétique, 1998, no 114, 233-254 ;

—, « Les styles face à la stylistique », Critique, 2000, no 641, 874-901.

Notes

1 Pour L. Victor (1991, t. I, 3), « une des caractéristiques de cette discipline est qu'elle n'est pas susceptible facilement d'une prise ou d'une synthèse théorique ; elle réussit ordinairement beaucoup mieux à se prouver et à se fonder en se faisant ».

2 Voir la salutaire mise au point méthodologique générale proposée par A.-G. Haudricourt (1987, 37-38) : « En première approximation, une science est définie par son objet, c'est-à-dire les objets ou les êtres qu'elle étudie : ainsi les êtres vivants sont l'objet de la biologie, les lignes et les surfaces de la géométrie, etc. En réalité on s'aperçoit vite que ce qui caractérise une science c'est le point de vue, et non l'objet. Par exemple, voici une table. Elle peut être étudiée du point de vue mathématique, elle a une surface, un volume ; du point de vue physique, on peut étudier son poids, sa densité, sa résistance à la pression ; du point de vue chimique, ses possibilités de combustion par le feu ou de dissolution par les acides ; du point de vue biologique, l'âge et l'espèce d'arbre qui a fourni le bois ; enfin du point de vue des sciences humaines, l'origine et la fonction de la table pour les hommes ». L'historien de la technologie qu'est l'auteur ajoute d'ailleurs cette précision, qui semble directement applicable à la linguistique de l'énonciation, dans le cas de l'objet « langue » : « Si l'on peut étudier le même objet de différents points de vue, il est par contre sûr qu'il y a un point de vue plus essentiel que les autres, celui qui peut donner les lois d'apparition et de transformation de l'objet » (ibid.).

3 Depuis le célèbre no 3 de Langue française (1969), qui annonçait la mort de la stylistique, et après le relatif passage à vide des années 1970-1980, numéros de revues, colloques et articles ou ouvrages isolés n'en finissent pas de proposer des bilans, des états présents sur l'activité de la recherche française en stylistique ; voir Revue belge de philologie et d'histoire (1993), Molinié & Cahné (1994), Langages (1995), Le Français aujourd'hui (1996), L'Information grammaticale (1996), Bordas & Gaudard (1996), Littérature (1997), Buuren (1997), Frédéric (1997), Le Français moderne (1999), Vouilloux (2000), Langue française (2002).

4 On lira l'étude de G. Dessons (1997), par exemple, pour mesurer la part déterminante de la question du style dans la réflexion générale de Benveniste (1966-1974), question que l'on retrouve souvent de façon inattendue. Le court texte que R. Barthes rédigea en 1974 en hommage à Benveniste était déjà une indication de ce qui allait se passer dans les études dites « de style », avec le succès des linguistiques de l'énonciation. D. Maingueneau (2000) a fait le point sur la situation actuelle de ce conflit qui n'en est pas un.

5 L'étiquette de « sémiostylistique » proposée par G. Molinié pour décrire sa démarche (1989, 1993, 1998), ou la réaction offensive de J.-Ph. Saint-Gérand (1993) qui, lui, milite pour une « stylosémiotique », sont, à cet égard, caractéristiques du mimétisme de l'analyse de lecture, qui va chercher ailleurs sa caution et ses concepts.

6 Pas de mise au point plus nette sur cet abus de problématisation rapide que celle de B. Vouilloux (1998, 234-235) : « Les présupposés qui grèvent le débat tiennent en effet pour l'essentiel aux nombreux aléas qu'ont connus, en l'espace d'un siècle, les développements hexagonaux de la stylistique : qu'il soit plus souvent fait référence à cette dernière qu'à l'objet censé la fonder montre que la question du style, dans l'immense majorité des cas, reste d'abord implicitement posée dans les termes d'une autonomie scientifique et d'une légitimité institutionnelle de la discipline, termes dont on cherche à établir ou à discuter le bien-fondé mais qui s'imposent chaque fois comme centraux. Cette mainmise de la stylistique sur le style et le quasi-monopole qu'elle s'arroge de fait participent à l'exception universitaire française et contribuent à en singulariser la production sur le plan international ; ce qui en soi n'est certes pas un mal, mais qui devient franchement préoccupant lorsque tout (et en particulier, là, comme ailleurs, l'inflation des manuels) donne à penser que la perpétuation de la discipline n'a peut-être plus guère d'autre raison qu'institutionnelle. Contre cette confiscation, je plaiderai au contraire, avec Goodman (et quelques autres), pour une extension théorique de la notion de style à tous les types de fonctionnement symbolique et à toutes les pratiques cognitives qu'ils suscitent, dont les pratiques savantes (stylistique incluse) ne constituent qu'un cas (très) particulier ». B. Vouilloux met le doigt sur le problème majeur, du divorce entre une discipline (la stylistique) et un objet (le style), dont le rapprochement simpliste n'est plus possible.

7 Sur l'ambiguïté, voire la perversité, de ce couplage, voir Puech (1996, 75-78).

8 Voir Karabétian (2000).

9 Encore une fois, pour cet historique, voir Karabétian (2000), dont le titre, avec son pluriel pour « stylistiques », est un rappel important. Pour une synthèse sur la période plus contemporaine, voir Cogard (2001).

10 Voir l'étonnante « définition » proposée par J. Mazaleyrat & G. Molinié (1989) : « Style : objet de la stylistique ». Ce n'est pas l'avis de tout le monde : voir l'avertissement d'A. Herschberg Pierrot (1993, 9), selon qui l'analyse stylistique s'arrête « au seuil du style des œuvres » – styles des œuvres, et non style des auteurs, notons-le. Cette prudence méthodologique et scientifique avait été critiquée par D. Delas, par exemple (Le Français aujourd'hui, 1996), qui la jugeait excessive, rejoignant en cela le point de vue de J. Mazaleyrat & G. Molinié. Sur cette question, voir la synthèse de B. Vouilloux (2000).

11 Il appartient à J.-M. Adam d'avoir fait le point avec netteté sur les textes de Bally, très vite plus souvent cités que lus, pour montrer comment sa définition du style ne peut pas être confinée dans une lecture « expressionniste et affective de la production artistique » individuelle (Adam, 1997, 53), et comment, cependant, ce contresens a abouti à l'idée que l'expression des sentiments constituerait l'objet propre de la stylistique littéraire.

12 Voir Bordas (2003).

13 Voir également J. Marouzeau, bien sûr ; pour des exemples d'« analyses stylistiques » ainsi pensées, dans une perspective résolument pédagogique, voir Le Hir (1965).

14 Voir K. Vossler (« le style est l'usage linguistique individuel en opposition à l'usage collectif », et la stylistique doit mettre au jour « la physionomie spirituelle de l'individu », 1904), Grammont, Morier, Spitzer – qui, lui, ne considère pas tant l'écart par rapport au langage non littéraire que par rapport au contexte immanent de l'œuvre (annonce de la stylistique structurale) : sur Spitzer (1970), voir Starobinski (1970). Pour cet historique, voir Karabétian (2000).

15 Tous les manuels de stylistique aujourd'hui proposés aux étudiants (Boissieu & Garagnon, 1987 ; Buffart-Moret, 2001 ; Calas & Charbonneau, 2000 ; Cogard, 2001 ; Foyard, 1991 ; Fromilhague & Sancier, 1991 ; Gardes-Tamine, 1992 ; Herschberg Pierrot, 1993 ; Jeandillou, 1997 ; Jousset, 2000 ; Larthomas, 1998 ; Laurent, 2001 ; Molinié, 1986, 1993 ; Morel, Petiot & Éluerd, 1992 ; Perrin-Naffakh, 1989 ; Stolz, 1999 ; Victor, 1991) reproduisent des grilles repérables prédéfinies par l'usage, générique (récit, poésie...), discursive (ironie, argumentation...), culturelle (lyrisme, épique...), qui serviront à ramener l'originalité du texte à une rhétorique générale, et ce afin de mesurer, sur cette base, les fameux écarts novateurs. Il n'y a aucun lieu d'en faire reproche à leurs auteurs, qui répondent ainsi exactement à l'attente de l'épreuve des concours. Tout comme il n'y a pas lieu de condamner cette stylistique-ci, forte de sa cohérence, on y reviendra. Mais il convient de se rappeler que ce modèle de « méthode » n'est pas unique, et ne résume pas la discipline.

16 D'où l'idée aujourd'hui très répandue selon laquelle il ne saurait exister des textes avec style et des textes sans style : tout texte possède une dimension stylistique (voir Genette, 1991, qui présente les théories de l'esthéticien américain N. Goodman ; voir également Vouilloux, 1997,1998). La question pertinente que doit affronter la stylistique n'est pas celle de distinguer entre style et non-style, mais celle de classer différents styles et fonctions stylistiques. C'est là l'héritage direct de la distinction entre signification conceptuelle et signification associative de la sémiotique des arts de Goodman. La dénotation est une relation entre le signe et ce à quoi il réfère, l'exemplification est l'ensemble des charges sémiotiques des propriétés possédées par le signe – ces deux relations restant indépendantes l'une de l'autre.

17 Une méfiance fort bien illustrée, par exemple, par une étude récente de Fr. Rastier (2001).

18 C'est la question que posent H. Mitterand (1992) ou J.-Ph. Saint-Gérand (1993), chacun d'eux envisageant la mesure de la responsabilité de l'énonciation.

19 Pour un approfondissement de cette critique, voir Jenny (2000).

20 Dont Ph. Hamon avait jadis (1974) souligné les apories dans les seules limites de la lisibilité.

21 Là encore, il faut citer L. Jenny (2000, 113) : « Les valeurs d'emphase distribuées par un style ne sont pas directement associables à une signification. En revanche, la prise en considération de leur forme globale est justiciable d'une interprétation pragmatique : lorsqu'on a identifié la forme intentionnelle d'un style, on est conduit à s'interroger sur ce qui justifie la mise en évidence préférentielle de telle ou telle propriété. Et on le fait sur la base d'un ensemble de savoirs culturels et contextuels ». C'est exactement ce que fit si bien J. Rousset dans son ouvrage (1962), dont la réussite rend vaine toute volonté d'étiquetage disciplinaire ou méthodologique.

22 Cette composante critique implique une part d'engagement individuel, voire de risque, qu'une certaine pratique académique juge comme une dérive, tant la stylistique devrait rester froidement et résolument « description » objective (cf. supra). Symptomatique, à cet égard, la réaction incroyablement défensive d'A.-M. Perrin-Naffakh (1989,135), même si l'on comprend très bien quel est le défaut à éviter : « Plus le texte est complexe, d'architecture et d'écriture ; plus il manifeste – et provoque – l'affectivité, plus une alerte lucidité est nécessaire à l'analyste : jugements de valeur ou effusions faussent ou bloquent l'étude du fonctionnement des signes. Mieux vaut s'en garder, quitte à leur donner place en conclusion. Ces remarques valent pour la plupart des énoncés de ton lyrique ». On en vient à se demander si la stylistique ne serait pas un cordon sanitaire... Le rappel de P. Larthomas (1994, 7), que Ton ne peut soupçonner d'aucune démagogie, va dans notre sens : « [...] il convient de se rappeler que parmi les sciences humaines, la stylistique est une science critique, [...] une étude stylistique bien conduite ne saurait s'interdire de porter un jugement de valeur. Pourquoi nier, comme le font certains sous prétexte de rigueur scientifique, cette fonction, fonction qui justifie si souvent le choix de l'énoncé étudié ? [...] En ce domaine, les stylisticiens font preuve ordinairement d'une réserve injustifiée et dans le choix des textes et dans leur interprétation ».

23 Voir Jenny (2000,103-106).

24 On se souvient du conseil avisé de D. Combe (1994, 81) : « rapprocher la stylistique de l'esthétique et de l'histoire de l'art ». La réussite des travaux cités de G. Genette et de B. Vouilloux, en dépit des critiques qu'ils peuvent susciter – non pas tant en eux-mêmes, d'ailleurs, que dans l'usage que Ton peut en faire, ce qui est très différent –, lui donne raison. C'était d'ailleurs déjà un conseil que donnait P. Guiraud en 1954, dans la conclusion de son « Que sais-je ? ». Sur la dimension pédagogique de ce souhait, cf. infra, no 34.

25 « [...] on peut situer le style parmi un ensemble plus vaste de pratiques, pratiques vitales tout autant que productrices, et qui toutes ont pour objet "l'individuel'' » (Jenny, 2000, 98).

26 À la poétique, dans le cas de la stylistique des genres, par exemple. Cette approche, jadis théorisée par P. Larthomas (1964), revient régulièrement dans les débats, surtout sous forme de caution, sans s'être jamais vraiment imposée : voir Foyard (1991), Victor (1991, t. I, 11-19), Combe (2002).

27 Cf. supra.

28 Tel est, en effet, le problème de la théorie bakhtinienne de l'idiolecte, « théorie de la signification, qui aurait besoin d'une théorie du sujet », selon J. Kristeva (voir Bordas, 1997, 54-55). C'est exactement le problème de la stylistique confrontée à la linguistique de l'énonciation. Substituer « idiolecte », d'orientation plus scientifique, à « style », pour désigner la même réalité énonciative ne change rien à la complexité du problème : c'est vouloir restreindre une composante émotive et sensible à sa seule dimension langagière.

29 Voir l'intitulé du commentaire stylistique du CAPES externe de Lettres Modernes de 2000 : « Présenter un commentaire organisé des procédés stylistiques du texte », invitation directive à proposer un catalogage numéroté des faits de langue et figures, sans chercher à comprendre leur unité. On aimerait, en outre, savoir ce qui distingue un procédé « stylistique » d'un procédé « non stylistique ». D'autres années, au CAPES ou à l'agrégation, les candidats doivent rendre compte « du style du passage »... Ne tombons pourtant pas dans la facilité de la critique aveugle. Le tir à boulets rouges contre la « stylistique des concours » est devenu un lieu commun chez certains « spécialistes » qui ne semblent pouvoir acquérir une légitimité « scientifique » que dans des destructions contestataires – ce qui est sain –, mais sans jamais offrir de propositions précises et concrètes pour faire autre chose – ce qui serait mieux...

30 Cf. supra, no 16.

31 Voir Bompaire-Evesque (2002), Bordas (2003).

32 Voir Puech (1996).

33 Voir Lilti (1996).

34 Voir le rappel de Ph. Jousset (2000,9), au seuil d'un peu conventionnel manuel de commentaire stylistique (déroutant dans son contenu, respectueux des règles dans sa forme ; cf. supra, note 15) : « si l'explication stylistique à la française doit être défendue – au titre de l'exception culturelle ? – ce ne peut être qu'à condition de ne pas faire de l'exercice de stylistique un simple exercice de style (en français dans le texte) – entendons : à condition de ne pas isoler la question du style de toutes les disciplines qui intéressent l'humain – histoire, phénoménologie, ontologie, physiologie... – sans quoi il faudrait admettre que la littérature ne cesse pas d'être la littérature même coupée de tout son environnement. Si, méthodologiquement, cette amputation de la dimension anthropologique se justifie, c'est à titre provisoire seulement. Pour être autre chose qu'un pensum ou un rite de passage, en effet, la stylistique doit permettre de mieux appréhender le style, c'est-à-dire (il y en a mille définitions) la manière dont la parole est capable de renouveler la langue en en tirant des significations neuves, intéressant notre perception du monde et de notre condition, mais aussi la manière dont la parole nous touche singulièrement ».

35 Voir Foyard (1991,11-22) : « La stylistique textuelle ».

36 La stylistique est d'ailleurs « contemporaine de l'émergence de l'histoire littéraire, car, foncièrement, elle appartient aux disciplines historiques » (Jenny, 2000,103-104) autre rappel d'une vérité regrettablement négligée, du fait d'une très mauvaise application des approches structurales qui, elles, ne sont pas en cause, contrairement à ce que l'on entend dire régulièrement depuis une douzaine d'années ; voir Bordas (2003).

Auteur

Maître de Conférences en linguistique et stylistique françaises à l'Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris 3). Ses travaux portent sur l'énonciation des formes narratives aux xviiie et xixe siècles.
Principales publications : Balzac, discours et détours. Pour une stylistique de l'énonciation romanesque, Toulouse, PUM, 1997 ; Les Chemins de la métaphore, Paris, PUF, 2003.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search