Version classiqueVersion mobile

De la langue au style

 | 
Jean-Michel Gouvard

Introduction générale

Linguistique, stylistique et style chez Charles Bally

Jean-Michel Gouvard

Texte intégral

1Depuis quelques années, il est d'usage de souligner, en tête d'une publication sur la stylistique française, que cette discipline fait actuellement l'objet de débats nourris, parfois polémiques, mais toujours constructifs. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter les nombreux numéros thématiques que les revues spécialisées ont consacrés au sujet au cours de la dernière décennie : La Stylistique en quête de nouveaux horizons, édité par M. Frédéric & J.-P. van Noppen, dans la Revue belge de philologie et d'histoire, no 71,1993 ; Les Enjeux de la stylistique, édité par D. Delas, dans Langages, no 118, juin 1995 ; La Stylistique et son domaine, édité par A. Jaubert, dans L'Information grammaticale, no 70, 1996 ; Styles, édité par J.-L. Chiss & D. Delas, dans Le Français aujourd'hui, no 116, décembre 1996 ; Questions de style, édité par T. Pavel, dans Littérature, no 105, 1997 ; La Stylistique, édité par P. Larthomas, dans Le Français moderne, vol. LXVII, no 1, 1999 ; La Stylistique entre rhétorique et linguistique, édité par B. Combettes & E. S. Karabétian, dans Langue française, no 135, septembre 2002. Références auxquelles il conviendrait d'ajouter les nombreux ouvrages et articles sur le sujet, dont le lecteur trouvera l'essentiel dans la « Bibliographie sélective » qui clôt le présent volume (p. 411 sq.).

2La stylistique est aujourd'hui devenue un thème de réflexion aussi privilégié que l'ont été, et le sont parfois encore, la préposition, le démonstratif, l'énonciation ou la linguistique textuelle, pour ne donner que quelques exemples. De telles tendances ne sont toutefois jamais motivées par le seul souci de renouveler les thématiques. Elles traduisent le sentiment de la communauté scientifique qui, suite à une série de travaux pionniers, s'aperçoit que telle catégorie de phénomènes pose des problèmes qui n'avaient pas encore été résolus, voire qui n'avaient pas même été décelés. On est donc en droit d'espérer que le regain d'intérêt dont bénéficie aujourd'hui la stylistique ne saurait que lui être profitable à terme, et permettra de mieux en asseoir les fondements, et d'en déterminer les méthodes.

3L'une des avancées majeures acquises au cours de ces dernières années porte sur l'histoire même de la discipline. Il semble bien, en effet, que les difficultés que rencontre aujourd'hui la stylistique à se définir sur le plan théorique, et à emporter l'adhésion quant aux pratiques qui doivent être les siennes, s'expliquent en partie par le fait que, lors de sa fondation, au début du siècle dernier, elle s'est trouvée en porte-à-faux, non seulement dans son rapport à la notion de « style », mais aussi quant aux liens qu'elle était supposée entretenir avec, d'une part, la linguistique et, d'autre part, la littérature. Il est donc opportun, afin de mieux comprendre les questions qui agitent les débats contemporains et que reflètent les études réunies dans ce volume, de se replacer dans une perspective historique.

  • 1 On cite aussi parfois la date de 1905, armée de publication du Précis de stylistique française. Esq (...)
  • 2 Poetik, Rhetorik und Stilistik, Halle, 1873 ; voir l'article « Stylistique » de J.-M. Schaeffer dan (...)

4La stylistique française s'est constituée en tant que discipline autonome dans la première moitié du XXe siècle, et il est d'usage de lui assigner comme date de naissance la première publication du Traité de stylistique française de Charles Bally (Heidelberg et Paris, Winter et Klincksieck, 1909)1. Pourtant - premier paradoxe d'une histoire qui n'en manque pas-, la « stylistique » dont traite Bally est une discipline strictement linguistique, et sans rapport direct avec l'étude du « style » des écrivains. Ceci tient au fait que la « stylistique » avait été définie dans les années 1870 comme l'étude des procédés d'expression propres à une même communauté linguistique, par le philologue allemand Wilhelm Wackernagel2. Ainsi, malgré une introduction au titre prometteur, « Définition de la stylistique », les premiers paragraphes du premier Traité de stylistique française portent-ils exclusivement sur la nature du langage, que Bally définit comme :

  • 3 Dans cette citation, ainsi que dans celles qui suivent, les italiques ou les caractères gras sont t (...)

un système de moyens d'expression, c'est-à-dire un système de symboles vocaux destinés à communiquer ou simplement à manifester ce qui se passe en nous, nos pensées (1951, 5).3

5L'auteur explicite ensuite la signification du terme « pensée » employé dans sa définition. Il distingue entre deux grands types de représentations mentales, les « idées » et les « sentiments ». Les idées reflètent « toute la partie intellectuelle de notre être pensant » (1951, 5) ; cependant, ce n'est pas là la finalité première du langage. Celui-ci, selon Bally, « exprime avant tout des sentiments » (1951, 6). En effet, pour le linguiste genevois, « l'homme moyen, celui par qui le langage se fait et se transforme, est un être essentiellement affectif » (1951, 9). Dans la plupart des situations d'interlocution que rencontre cet « homme moyen », les occasions d'exprimer des idées, c'est-à-dire des représentations linguistiques vides de toute dimension affective, sont extrêmement rares. Le langage peut donc se redéfinir comme un système de symboles vocaux destinés à communiquer des idées et, le plus souvent, des sentiments.

6Pour mieux faire comprendre ce qu'il entend par ces deux versants du langage, l'intellectuel et l'affectif, Bally développe l'exemple suivant :

Supposons que quelqu'un, rencontrant une autre personne à un endroit où sa présence n'était pas attendue, exprime son étonnement de cette rencontre ; les deux faits de pensée : 1. rencontre de la personne rencontrée, 2. surprise causée par cette rencontre pourraient être énoncés sous forme de jugement pur [...] ; l'expression de ce jugement serait à peu près celle-ci : « Je suis étonné de vous rencontrer ici ». Encore faut-il, pour que cette forme de pensée soit exclusivement intellectuelle, que l’intonation, l'inflexion de la voix, soit assez inexpressive pour ne révéler aucune trace d'élément affectif ou émotif. [...] Imaginez maintenant une proportion toujours plus grande d'émotion dans le fait de pensée, vous obtiendrez une gradation parallèle dans l'expression : « Tiens ! Vous êtes ici ? »« Comment ! vous ici ? » — « Vous ! », jusqu'à ce qu'enfin l'émotion, ne trouvant plus dans les mots d'expression adéquate, s'extériorise dans une exclamation pure, telle que : « Oh ! ».

  • 4 Cet aspect de la réflexion de Bally explique sans doute en partie pourquoi on redécouvre, aujourd'h (...)

7La distinction entre « idée » et « sentiment » ne rend pas parfaitement compte, cependant, du fonctionnement de la langue. Bally note en effet que nous n'exprimons pas nos pensées pour nous-mêmes ou dans le vide. Nous parlons toujours à quelqu'un, et dans un contexte donné. Il convient de prendre en compte cette dimension qu'il appelle « sociale » du langage4 :

Mais on ne peut guère parler sans parler à quelqu'un, ou sans penser à quelqu'un ; il n'y a que la pensée pure, étrangère aux conditions fondamentales de la vie (pensée scientifique, littéraire, etc.) qui puisse s'affranchir de ces conditions. Envisageons donc le langage comme expression d'une pensée communiquée à autrui ou exprimée avec la représentation d'autrui (1951, 8).

8Cette dimension sociale, extérieure au sujet parlant, vient se surimposer à l'expression de ses sentiments personnels, avec le poids des représentations collectives et des contraintes qui lui sont inhérentes. Ainsi, le versant affectif du langage se subdivise-t-il, dans la théorie de Bally, en deux sous-ensembles distincts :

L'expression intellectuelle des faits de pensée mise à part comme quantité négligeable (dans le langage spontané, bien entendu), l'expression linguistique oscille sans cesse entre deux pôles qui sont : 1. les sentiments individuels et la poussée émotive pure, 2. les sentiments sociaux, nés de considérations étrangères à l'individu (1951, 9-10 ; les parenthèses sont de Bally).

9Le linguiste en vient ainsi à définir le langage comme un système de communication par symboles vocaux à deux niveaux :

10Le langage ainsi déterminé, Bally caractérise la stylistique comme la discipline linguistique qui s'intéresse exclusivement à la communication des sentiments :

Définition : La stylistique étudie donc les faits d'expression du langage organisé au point de vue de leur contenu affectif, c'est-à-dire l'expression des faits de la sensibilité par le langage et l'action des faits de langage sur la sensibilité (1951,16).

11Cette caractérisation prend en compte non seulement l'expression linguistique des sentiments, mais aussi la réception du message, comme l'indique bien l'intérêt porté à ce que Bally appelle ici « l'action des faits de langage sur la sensibilité », ce qui montre bien l'importance que l'auteur accordait à l'interaction dans l'analyse de la communication. Il y restera fidèle, puisqu'on retrouve une définition similaire quelques années plus tard, dans son article « Stylistique et linguistique générale » (recueilli dans Le Langage et la vie, Genève et Lille, Droz & Giard, 1952, 51-74) :

La tâche de la stylistique consiste à rechercher quels sont les types expressifs qui, dans une période donnée, servent à rendre les mouvements de la pensée et du sentiment des sujets parlants, et à étudier les effets produits spontanément chez les sujets entendants par l'emploi de ces types (1952, 59).

12La discipline apparaît aussi très clairement comme la description synchronique (« dans une période donnée ») des procédés dont dispose tout locuteur pour exprimer ses affects. Ces procédés, dont le linguiste cherchera à dresser une typologie (« les types expressifs »), seront décrits aussi bien du point de vue de la source (« les sujets parlants ») que par la nature des effets induits chez l'interlocuteur (« les sujets entendants »), suite à la réception du message.

  • 5 Pour des développements, consulter l'Introduction à la lecture de Saussure de Simon Bouquet, Paris, (...)

13Les modalités expressives ainsi visées sont à la disposition de l'ensemble de la communauté linguistique, et elles ne sont donc pas le fait d'un individu isolé. Bally précise même qu'elles constituent un « système », empruntant ainsi à son aîné, Ferdinand de Saussure, une notion que ce dernier avait introduite pour rendre compte du fonctionnement des langues. Pour Saussure, « la langue est un système dont tous les termes sont solidaires et où la valeur de l'un ne résulte que de la présence simultanée des autres » (Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1974,159)5. Le père fondateur de la linguistique moderne illustrera abondamment cette idée, par exemple lorsqu'il aborde les questions de sémantique lexicale :

Dans l'intérieur d'une même langue, tous les mots qui expriment des idées voisines se limitent réciproquement : des synonymes comme redouter, craindre, avoir peur n'ont de valeur propre que par leur opposition ; si redouter n'existait pas, tout son contenu irait à ses concurrents [...]. Ainsi, la valeur de n'importe quel terme est déterminée par ce qui l'entoure ; il n'est pas jusqu'au mot signifiant « soleil » dont on puisse immédiatement fixer la valeur si l'on ne considère pas ce qu'il y a autour de lui ; il y a des langues où il est impossible de dire « s'asseoir au soleil » [...]. Si les mots étaient chargés de représenter des concepts donnés d'avance, ils auraient chacun, d'une langue à l'autre, des correspondants exacts pour le sens ; or il n'en est pas ainsi. Le français dit indifféremment louer (une maison) pour « prendre à bail » et « donner à bail », là où l'allemand emploie deux termes : mieten et vermieten ; il n'y a donc pas correspondance exacte des valeurs (1974,160-161).

14C'est par le jeu d'oppositions qui existe entre eux que les éléments constitutifs d'une langue prennent leur valeur et ce, à tous les niveaux de l'analyse linguistique, que ce soit en phonologie, morphologie, syntaxe ou, comme illustré supra, en sémantique.

15Bally reprend cette notion de « système » pour l'appliquer à l'analyse stylistique telle qu'il l'a définie :

Les moyens d'expression sont entre eux dans un état de relativité ; ils ne forment pas un ensemble par leur nombre, mais un système par leur groupement et leur pénétration réciproque ; les symboles linguistiques n'ont de signification et ne comportent d'effet qu'en vertu d'une réaction générale et simultanée des faits de langage, qui se limitent et se définissent les uns par rapport aux autres ; les mots ne sont compris et sentis que par une comparaison incessante et inconsciente qui se fait entre eux dans notre cerveau. Pour que cette comparaison se fasse, [...] l'important est que chez le même sujet, le mot soit relié par association à d'autres mots, plus précis ou plus généraux, plus abstraits ou plus concrets, plus ou moins propres à exciter la sensibilité, ou à évoquer un milieu social plutôt qu'un autre. [...] Sans la vue très nette de cette relativité synchronique des moyens d'expression, il n'y a pas de stylistique possible, pas plus qu'il ne peut exister de système grammatical (1951, 22).

16Chez Bally, la notion de « système » a une double finalité. D'une part, elle vise à caractériser la nature des systèmes stylistiques, dont les éléments n'ont pas de valeur prédéterminée, mais ne prennent telle ou telle valeur que relativement aux autres éléments qui remplissent également une fonction « stylistique », au sens défini supra. D'autre part, il s'agit de tenir compte de cette propriété « systématique » qui est celle des constituants stylistiques pour arrêter la méthode propre à leur description : c'est par une estimation constante du jeu de ces éléments les uns avec les autres que leurs spécificités pourront être caractérisées pour chaque langue donnée.

  • 6 Voir p. 21 sq. Consulter aussi « De l'adjuvant expressif au "projet sémiologique" : Stylistique et (...)

17Parvenu à ce point de notre exposé, il est intéressant de noter, dans la perspective historique qui est la nôtre, que le linguiste genevois pose ainsi les fondements de ce qui deviendra une idée forte de l'analyse stylistique française : celle que le « style » est un phénomène holistique et contingent. Comme le rappelle opportunément Éric Bordas dans ce volume6, l'analyse de style standard repose sur le postulat qu'une œuvre forme un système cohérent intrinsèque, de telle sorte qu'en décrire le style revient dans la pratique à inventorier les « faits de langue » qu'elle actualise, et à montrer comment ceux-ci s'articulent les uns avec les autres pour produire un effet de « style ». Cette méthode procède par une série d'inductions et de déductions. Elle consiste : (i) à identifier un ou quelques faits linguistiques qui semblent spécifiques au passage étudié, (ii) à entrevoir à partir de ces seuls détails ce qui confère au texte à la fois son unité et sa singularité, puis (iii) à vérifier si cette représentation globale se retrouve effectivement dans d'autres propriétés linguistiques, en retournant au « détail » du texte.

  • 7 Voir « Léo Spitzer et la lecture stylistique » de Jean Starobinski, en tête de l'ouvrage susmention (...)
  • 8 Dans l'édition Gallimard de référence, le titre de cet article, originellement publié en anglais, e (...)

18Cette approche, on le sait, doit aussi son succès à l'influence prépondérante, en France, des travaux de Leo Spitzer, et en particulier de ses Études de Style (Paris, Gallimard, 1970)7. Si Spitzer est, à juste titre, souvent opposé à Bally, dans la mesure où le premier représente la « stylistique littéraire » et le second la « stylistique linguistique » de la première moitié du vingtième siècle, il existe cependant bel et bien une convergence entre les deux auteurs, d'un point de vue heuristique. Dans le texte liminaire de ses Études, « Linguistique et histoire littéraire »8, Spitzer explicite clairement la nature inducto-déductive de la démarche qui est la sienne, et qui consiste à effectuer de constants va-et-vient entre le détail philologique et le texte envisagé dans sa globalité. Tout chercheur, écrit-il, doit :

[...] aller de la surface vers le « centre vital interne » de l'œuvre d'art : observer d'abord les détails à la superficie visible de chaque œuvre en particulier [...] ; puis grouper ces détails et chercher à les intégrer au principe créateur qui a dû être présent dans l'esprit de l'artiste ; et finalement revenir à tous les autres domaines d'observation pour voir si la « forme interne » qu'on a essayé de bâtir rend bien compte de la totalité. Après trois ou quatre de ces allers et retours, le savant pourra savoir s'il a trouvé le centre vital, le soleil du système astronomique (1970, 60).

  • 9 Comme l'ont souligné plusieurs commentateurs, cette méthodologie n'est pas sans point commun avec l (...)

19Il emploie même, pour qualifier son approche, l'expression métaphorique de « méthode circulaire », afin de rendre compte de ce que les « faits de langue » sont toujours pesés, estimés, jaugés relativement au « système » que dessine le texte dans son ensemble9 :

Le seul moyen [...], c'est de lire et relire, avec obstination et confiance, en essayant de s'imprégner complètement de l'atmosphère de l'œuvre. Et soudain un mot, un vers surgissent, et nous saisissons que désormais il y a une relation entre le poème et nous. À partir de là, je me suis régulièrement aperçu que, grâce à de nouvelles observations, grâce à l'utilisation antérieure de la méthode circulaire, grâce à des associations formées par l'expérience passée [...], le « déclic » se produit bien vite : c'est là le signe que le détail et le tout ont trouvé leur commun dénominateur, qui nous donne la racine du texte (1970, 67-68).

20C'est de ce point de vue que Bally et Spitzer se retrouvent. Que le discours soit oral (Bally) ou écrit (Spitzer), qu'il relève de la langue commune (Bally) ou de la littérature (Spitzer), la valeur de ses constituants ne se détermine qu'en considérant les jeux d'opposition et de complémentarité qu'ils entretiennent les uns avec les autres. Et pour en terminer avec ce parallèle entre les deux auteurs, on rappellera également que, tout comme Bally, Spitzer est un linguiste de formation, et qu'il a été, lui aussi, fortement influencé par les méthodes propres à cette discipline pour mettre au point son approche stylistique des textes littéraires, ainsi qu'il le reconnaît dans l'article déjà cité supra :

[...] j'ai cheminé d'observations de détail à des unités qui à mesure qu'elles s'élargissaient prenaient un caractère plus spéculatif. C'est là je pense la voie inductive, celle de la philologie : elle cherche à découvrir le sens dans ce qui est apparemment futile, par opposition à la méthode déductive qui commence par des éléments qu'on suppose donnés ; [...]. La philologie qui a affaire [...] à ce qu'il peut y avoir d'intercorrélations et d'entrelacements dans les choses humaines, n'utilise la déduction que pour vérifier les principes découverts par induction (à partir de ce qu'on a observé) (1970, 64 ; les dernières parenthèses sont de Spitzer).

21Bally, toutefois, écarte explicitement la littérature de son champ d'étude, pour lui préférer, tout comme l'avait fait Saussure, la seule langue parlée :

Chacun porte en soi, dans la langue qu'il emploie à tout instant et qui exprime ses pensées les plus intimes, les éléments de l'information la plus fructueuse et la plus sûre. Ainsi nous dirons que la stylistique ne saurait mieux commencer que par la langue maternelle, et cela sous sa forme la plus spontanée, qui est la langue parlée (1951, 20).

  • 10 Voir note 2.
  • 11 Cette posture, qui a été théorisée par Saussure dans son Cours, devait instituer progressivement un (...)

22L'exclusion apparente de la littérature du champ de la stylistique surprendra un contemporain, mais (i) elle s'inscrit en droite ligne dans l'héritage philologique allemand10 ; (ii) elle est en accord avec sa définition de la discipline qui, comme on l'a vu, vise à étudier les procédés d'expression communs à tous les locuteurs d'une même langue – et non les procédés individuels – ; et, surtout, (iii) elle est en accord avec la posture adoptée par la plupart des linguistes « modernes » du temps, qui rejettent la littérature pour s'intéresser de préférence à la langue parlée, et même exclusivement la langue parlée contemporaine11.

23Bally en vient ainsi à distinguer la stylistique et le style, dans un passage bien connu de son Traité :

Tout autre chose est d'étudier le style d'un écrivain ou la parole d'un orateur. [...] On a dit que le « style, c'est l'homme », et cette vérité, que nous ne contestons pas, pourrait faire croire qu'en étudiant le style de Balzac, par exemple, on étudie la stylistique individuelle de Balzac : ce serait une grossière erreur. Il y a un fossé infranchissable entre l'emploi du langage par un individu dans les circonstances générales et communes imposées à tout un groupe linguistique, et l'emploi qu'en fait un poète, un romancier, un orateur (1951, 19).

24La distinction entre le « style » et la « stylistique individuelle » de Balzac mérite d'être explicitée. Quelles différences existent entre l'emploi du langage dans une situation quelconque de la vie courante, et celui qu'un même individu sera amené à en faire si, étant artiste, il écrit un roman ou un poème ? Bally fait tout d'abord observer que l'écrivain « fait de la langue un emploi volontaire et conscient » (1951, 19). Cette idée tient au fait que :

dans la langue parlée l'interaction des individus et la contrainte sociale sont au premier plan, tandis que la langue écrite, surtout dans ses formes littéraires et poétiques, laisse plus de place à la volonté individuelle et au choix (« Introduction », in Linguistique générale et linguistique française, Berne, A. Francke, 1965, 24).

  • 12 Sur ce point, voir le chapitre IV de mon Analyse de la poésie, Paris, PUF, collection « Que sais-je (...)

25On retrouve ici la conviction, fortement enracinée dans les esprits depuis la période romantique12, que la littérature offre un moyen d'expression qui favorise la manifestation de la subjectivité. Elle se traduit, dans le cadre des conceptions développées par Bally, par un affaiblissement du versant social, au bénéfice de l'expression des sentiments individuels.

26Pour qu'il y ait « style », le linguiste genevois considère toutefois que la « volonté individuelle » ne suffit pas. Il faut encore qu'elle réponde à une intention spécifique :

En second lieu et surtout, [le littérateur] emploie la langue dans une intention esthétique ; il veut faire de la beauté avec les mots comme le peintre en fait avec les couleurs et le musicien avec les sons. Or cette intention, qui est presque toujours celle de l'artiste, n'est presque jamais celle du sujet qui parle spontanément sa langue maternelle. Cela seul suffit pour séparer à tout jamais le style et la stylistique (1951,19).

27Cette idée se retrouve encore dans son article « Le fonctionnement du langage ou la vie », qui ouvre le recueil Le Langage et la vie :

Le langage naturel regorge d'éléments affectifs ; mais rarement on constate une intention esthétique et littéraire dans l'emploi de ces expressions. [...] Ce qui diffère, c'est le motif et l'intention ; le résultat est différent parce que l'effet visé n'est pas le même. Ce qui est but pour le poète n'est que moyen pour l'homme qui vit et agit. Les procédés linguistiques de celui-ci ne servent qu'à extérioriser ses impressions, ses désirs, ses volontés ; une fois l'action accomplie, le but est atteint. Le poète, lui, aspire à transposer la vie en beauté (1952, 27 et 29).

28Une telle approche est clairement téléologique. Le discours de « l'homme commun », pour reprendre la dénomination de Bally, n'a d'autre visée que l'expression des sentiments par tel ou tel moyen. Il atteint donc son but du fait même de recourir à un tel procédé. Ce procédé n'est cependant pas propre à un individu puisque, comme nous l'avons vu, les moyens expressifs en question font partie de la grammaire de la langue. En revanche, le discours littéraire surimpose à la seule expression des sentiments une visée esthétique que ne possède pas la langue dans ses emplois usuels, et qui n'est donc pas intégrée à la grammaire. Par conséquent, un tel discours portera nécessairement la marque du sujet parlant ou, plus exactement, de l'intention qui est sienne de produire de la beauté. C'est à l'identification de ces marques individuelles – et non collectives, auxquelles s'intéresse la stylistique – que doit se consacrer l'analyse de style.

29Il existe toutefois, dans les écrits de Bally, une ambiguïté autour de la notion d'intention. Les citations reproduites ci-dessus laissent entendre que c'est uniquement l'intention esthétique qui singularise le discours d'un individu, en le conduisant à employer de manière particulière les procédés stylistiques de la langue. Dans d'autres passages, Bally laisse entendre que ce n'est pas seulement l'intention qui modifie la nature du discours, mais le recours à une autre langue que « la langue commune » :

La langue littéraire est le résultat d'un besoin esthétique incompatible avec la banalité et surtout avec la pauvreté de la langue commune (1951, 237).

30ou encore :

Que l'écrivain soit un idéaliste ou un peintre fidèle de la réalité, l'expression authentique de la langue courante ne le servira jamais complètement (1951, 244).

31Ce qu'il dénomme « la langue littéraire » renvoie donc à la fois à tel emploi volontaire ou « conscient » de la langue commune, dans une visée esthétique, et aux discours qui résultent de ces emplois, et qui constituent par là même une « somme » de discours littéraires. Cela tient au fait que Bally se penche parfois sur le processus de création en lui-même, qu'il définit comme un usage singulier de la langue commune, et parfois sur la résultante de ces usages, qui débouche sur une collection d'objets singuliers dans lesquels nous reconnaissons des exemples de « langue littéraire ». Le linguiste genevois était d'ailleurs conscient de cette dichotomie, et il essaiera d'en rendre compte en opposant les notions de « langue littéraire » et de « style individuel » :

la langue littéraire n'est que la somme et la résultante des styles individuels (1951, 245).

32ou encore, plus explicitement :

Langue littéraire et style : voilà une distinction qui mérite d'être faite soigneusement. La langue littéraire est une forme d'expression devenue traditionnelle ; c'est un résidu, une résultante de tous les styles accumulées à travers les générations successives, l'ensemble des éléments littéraires digérés par la communauté linguistique, et qui font partie du fonds commun tout en restant distincts de la langue spontanée (1951, 28).

33C'est ainsi que Bally en viendra, dans une tentative de classification restée célèbre, à assimiler, en bonne logique linguistique, la langue littéraire ainsi définie à une langue de spécialité parmi d'autres :

La langue littéraire a surtout une valeur sociale, c'est un symbole de distinction, de bonne tenue intellectuelle, d'éducation supérieure ; la linguistique ne peut l'envisager autrement que comme [une] langue spéciale [...]. À ce titre, elle a sa place-place d'honneur, il est vrai-aux côtés de la langue administrative, de la langue scientifique, de la langue des sports, etc... (1952, 28).

34Le style relève de la performance individuelle, et diffère selon chaque locuteur, tandis que la langue littéraire est en quelque sorte la collection de ces différents styles.

  • 13 Voir « Chaire de stylistique », dans les Écrits de linguistique générale de F. de Saussure, édité p (...)

35Si la distinction entre « stylistique » et « style » est clairement articulée dans le Traité, il n'en demeure pas moins que, suite à l'introduction de la « stylistique » dans le champ de la linguistique, « style et stylistique font une équivoque malheureuse », ainsi que le formulera Ferdinand de Saussure en personne, lorsqu'il sera amené à rédiger pour son université un rapport sur la création d'une chaire de stylistique destinée à Charles Bally13. Ce dernier avait lui-même souligné le risque d'amalgame entre l'une et l'autre notion :

Quand on s'attache à l'étude des textes, la confusion entre l'observation stylistique et l'observation des faits de style est un danger permanent : on croit étudier la nature d'un fait d'expression, et en réalité l'on étudie l'emploi qu'en fait un auteur (1951, 25-26).

36La difficulté ne tient pas seulement au fait que l'un des termes est un dérivé lexical de l'autre. Plusieurs facteurs convergents concourent à assimiler ou mettre en concurrence le style et la stylistique.

  • 14 Se reporter, pour plus de détails, au § 12 du Traité, qui débute par ces mots : « Le langage est en (...)

37Le premier tient au caractère collectif du langage. Ainsi que nous l'avons déjà vu, les « sentiments » exprimés par le langage sont soit de nature individuelle, soit de nature sociale. La dimension sociale de la communication linguistique induit nécessairement un classement du sujet parlant au sein du groupe dans lequel il s'exprime, relativement aux autres membres de cet ensemble14. Or, comme le fait remarquer Bally, cela ne va pas sans soulever un sérieux problème :

On peut se demander comment et dans quelle mesure le langage d'un individu diffère du langage de tout le groupe lorsqu'il est placé dans les mêmes conditions générales que les autres individus de ce groupe. Chaque individu a sa manière propre d'employer son idiome maternel ; il lui fait subir, dans certaines circonstances ou habituellement, des déviations portant sur la grammaire, la construction des phrases, le système expressif ; il lui arrive d'employer dans l'usage courant des mots dont les autres se servent rarement. Ces particularités sont en général peu apparentes, mais elles ne sont pas entièrement négligeables [...] c'est dans ce sens, et dans ce sens seulement, qu'on peut parler d'une stylistique individuelle (1951, 18-19).

38Ainsi, Bally est amené à poser au seuil de son Traité qu'il existe deux stylistiques : une stylistique « collective » en quelque sorte, qui est celle à laquelle il souhaite se consacrer, et qu'il espère concourir à fonder dans la sphère francophone ; et une « stylistique individuelle », dénomination qu'il emploie pour rendre compte du fait que chaque locuteur a un emploi singulier de sa langue. La représentation à laquelle renvoie cette expression ne saurait se confondre avec le « style », dans la mesure où Bally ne suggère pas que la « stylistique individuelle » soit habitée de quelque manière que ce soit d'une intention esthétique. Cependant, une telle dénomination contribue à suggérer que « style » et « stylistique » ne sont pas si éloignés l'un de l'autre.

39Ce sentiment est renforcé dans le Traité par des considérations connexes, portant sur la créativité. S'il existe une « stylistique individuelle », cela suppose nécessairement que la « langue commune » contient en germe des procédés qui autorisent une relative créativité linguistique. Or, de tels procédés ne sauraient différer de ceux auxquels recourt un artiste, de manière plus systématique ou plus talentueuse :

L'homme qui parle spontanément et agit par le langage, même dans les circonstances les plus banales, fait de la langue un usage personnel, il la recrée constamment [...] ; si l'on y prenait garde, on verrait que [ces créations] se font au nom des tendances souterraines qui régissent le langage ; qu'[elles] se détachent sur le fond de la langue usuelle, comme les créations de style se détachent sur le fond de la langue littéraire conventionnelle ; que ces deux types d'innovations, trouvailles spontanées du parler et trouvailles de style, dérivent d'un même état d'esprit et révèlent de procédés assez semblables (1952, 28-29).

40En conséquence, même si Bally a distingué soigneusement entre « style » et « stylistique » d'un point de vue strictement définitoire, il en vient à reconnaître que la « stylistique individuelle », dans le cadre de la « langue commune », et le « style individuel », dans le cadre de la « langue littéraire », s'appuient sur des propriétés linguistiques similaires. Le linguiste genevois ira encore plus loin dans ce sens dans l'article qu'il publie quelques années plus tard sous le titre « Stylistique et linguistique générale » :

[...] la stylistique telle que je la comprends a une singulière affinité avec l'expression littéraire. Cela tient à une cause profonde : l'expression littéraire, si l'on fait abstraction des valeurs esthétiques qui lui appartiennent en propre, repose entièrement sur l'expression des faits de sensibilité et sur les impressions produites par le langage. [...] Cette pénétration du langage et de la sensibilité n'est pas propre à l'expression littéraire seulement, c'est la marque de tout langage spontané ; l'écrivain se contente de transposer à son usage les thèmes qu'il trouve dans le langage de tout le monde et de les faire servir à ses fins, qui sont esthétiques et individuelles, tandis que le langage de tous est actif et social. La tâche de la stylistique [...] est précisément, tout en se confinant à la langue commune, de mettre à nu les germes du style, de montrer que les ressorts qui l'actionnent se trouvent cachés dans les formes les plus banales de la langue. Style et stylistique sont deux domaines à la fois distincts et voisins : tout signe expressif de la langue pose cette question : dans quelles conditions un type expressif employé par tout le monde peut-il se transformer en un procédé littéraire, reconnaissable à ces deux caractères : intention esthétique et marque individuelle (1952,60-61) ?

41On voit comment Bally articule les deux types discursifs. S'il n'abandonne pas l'idée que le discours littéraire se caractérise par l'expression plus marquée des « sentiments individuels » et sa finalité esthétique, et le discours ordinaire par une part plus importante accordée aux « sentiments sociaux », et une finalité beaucoup plus pragmatique, il existe entre les deux types de productions langagières une simple différence de degré et non de nature : la langue quotidienne n'en renferme pas moins les « germes du style », pour reprendre la métaphore employée par l'auteur.

42Bally va encore plus loin dans la cinquième partie de son Traité, qui traite des « Effets par évocation » (1951, 203-249). Cherchant à mieux comprendre « l'effet évocateur produit par la langue littéraire » (1951, 247), il affirme que celui-ci n'existe que parce qu'il se déploie « sur le fond général de la langue commune » (id.) :

La littérature n'est que la transposition de la vie tout entière, de la vie réelle, par quoi nous entendons la vie affective, c'est-à-dire nos joies, nos douleurs et nos rêves. La conséquence qui en découle est très simple, mais a une portée incalculable : le plaisir que nous trouvons à la forme littéraire d'une œuvre n'est qu'un vaste phénomène d'évocation, et repose sur une comparaison permanente et manifeste, tout inconsciente qu'elle soit, entre la langue de tous et les langues de quelques-uns (id.).

43Bally considère en effet que :

[le] plaisir de la forme [...] naît tout entier d'un sentiment naïf, enfantin, inconscient, d'autant plus fort qu'il est plus inconscient : que nous ne dirions pas les choses de la même manière, et que la manière dont les choses sont dites est plus belle que la nôtre ; tant il est vrai que le parler de tous contient de la beauté en germe, mais n'est pas esthétique dans sa fonction naturelle (1951, 248).

44D'où il suit que :

[...] sans la langue parlée, la seule que nous portions constamment en nous, celle à laquelle nous ramenons toutes les autres, il n'y aurait pas de plaisir littéraire attaché à la forme, à la langue, au style (1951, 248).

45On voit comment, selon le linguiste genevois, la « langue de tous » renferme non seulement « les germes du style », mais aussi les « germes » de la beauté. C'est uniquement l'intention du locuteur qui fait que, selon qu'il cherche à simplement communiquer dans le cadre d'une situation quelconque de la vie quotidienne, ou selon qu'il vise à réaliser une œuvre d'art, son discours s'inscrira dans le champ de la stylistique ou de l'analyse de style.

46Ainsi Bally en viendra-t-il, dans son article « Stylistique et linguistique générale », non plus à séparer « style » et « stylistique », « langue littéraire » et « langue commune », mais bien au contraire à dessiner un seul et même ensemble discursif, où les productions langagières ont plus ou moins de « style », mais n'en sont jamais dépourvues totalement :

Le langage étant une institution sociale, suppose toujours qu'on sacrifie quelque chose de sa propre pensée à celle de tout le monde. Plus les combinaisons linguistiques d'un écrivain lui restent propres, plus on peut parler de style ; mais c'est une différence de degré, non de nature (1952, 61).

  • 15 Le Précis de stylistique française de Jean Marouzeau (Paris, Masson, 1941) et Le Style et ses techn (...)
  • 16 Pour des compléments historiques sur les stylistiques françaises, on consultera l'article d'Éric Bo (...)

47La tentative de Bally pour introduire la stylistique en France, au sens linguistique du terme, n'a guère été suivie15. Néanmoins, les questions qu'il s'est posées sur la nature des rapports entre la langue et le style, et les difficultés aussi bien théoriques que méthodologiques que ceux-ci soulèvent, ont amorcé une réflexion qui se poursuit encore de nos jours, dans le champ de la stylistique littéraire16.

48Le présent ouvrage, De la langue au style, souhaite offrir au lecteur un aperçu sur ces débats contemporains, et regroupe des études de spécialistes, linguistiques et stylisticiens, autour de quatre thèmes fédérateurs – dont l'œuvre de Bally offrait déjà une première approche :

  1. Le problème que pose l'articulation entre la voix singulière de l'écrivain et les formes générales dont il dispose, qu'il s'agisse de la « langue commune », des genres littéraires ou encore des types discursifs (« Enseigner la stylistique », par Éric Bordas ; « Des styles au style : genres littéraires et création de valeur », par Anna Jaubert ; « Chanson populaire et chanson poétique : un même style ? Essai de versification comparée », par Brigitte Buffard-Moret).

  2. La détermination de la méthode à suivre pour cerner au mieux l'exploitation optimale, par un auteur, des propriétés expressives de sa langue, que ce soit en privilégiant :

  • les constantes grammaticales (« De la grammaire à la stylistique : à propos de l'ordre des mots », par Joëlle Gardes-Tamine ; « Figures d'apposition », par Agnès Fontvieille) ;

  • la linguistique textuelle (« Stylistique ou analyse textuelle ? L'exemple du fragment 128 des Caractères », par Jean-Michel Adam) ;

  • la linguistique énonciative (« Le style est-il une catégorie énonciative ? », par Gilles Philippe) ;

  • l'analyse du discours (« La sémantique des modalités et ses enjeux théoriques et épistémologiques dans l'analyse des textes », par Olga Galatanu) ;

  • la sémantique et la pragmatique cognitives (« Perspectives et vérités dans la narration : les propositions cachées », par Marc Dominicy et Fabienne Martin ; « Représentations et actualisation dans un texte de Francis Ponge : "La Chèvre" », par Joseph Sanchez) ; pour ne citer que les pistes suivies dans ce recueil, en guise d'illustration ;

  • La question de la définition linguistique de la « langue littéraire », sur la base de propriétés formelles spécifiques, distinctes de la langue parlée (« Les chaînes de la conversation et les autres », par Francis Corblin ; « La référence démonstrative comme élément d'un style », par Marie-Noëlle Gary-Pieur ; « Démonstratifs et pratique des textes littéraires », par Georges Kleiber ; « Liaison et enchaînement dans le vers aux xvie et xviie siècles », par Yves Charles Morin).

  • L'intégration de l'étude stylistique au sens strict du terme dans une démarche plus large, que ce soit dans une perspective sémiologique, poétique ou historique (« Les prédicats stylistiques », par Bernard Vouilloux ; « L'étrangeté de Saint-John Perse », par Michèle Aquien ; « Le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle de Pierre Larousse : les apports de son informatisation pour l'élucidation des valeurs culturelles du passé – littérature, arts, histoire – Le cas d'Alfred de Vigny », par Jacques-Philippe Saint-Gérand).

49L'ouvrage se clôt par une bibliographie sélective portant sur les années 1990-2003, ainsi que par deux index, l'un sur les noms, l'autre sur les notions.

50Sans prétendre à l'exhaustivité, nous espérons que le lecteur disposera ainsi d'un outil qui lui permettra de mieux comprendre les problèmes inhérents à la discipline, et, le cas échéant, de décider, en toute conscience, de ses préférences, aussi bien théoriques que méthodologiques.

Notes

1 On cite aussi parfois la date de 1905, armée de publication du Précis de stylistique française. Esquisse d'une méthodefondée sur l’étude du français moderne (Genève, Eggimann et Cie), du même auteur, et qui préfigure le Traité.

2 Poetik, Rhetorik und Stilistik, Halle, 1873 ; voir l'article « Stylistique » de J.-M. Schaeffer dans le Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Le Seuil, 1995, 153. Pour d'autres suggestions quant à l'influence des philologues et des philosophes allemands sur la stylistique française, on se référera à l'Histoire des stylistiques de E. S. Karabétian (Paris, Armand Colin, 2000) et à son article « Pour une archéologie de la stylistique » (Langue française, no 135, septembre 2002, 17-32). Pour la relation d'un épisode particulier des échanges entre les cultures allemande et française, autour du « style » de Flaubert, se reporter à Sujet, verbe, complément. Le Moment grammatical de la littérature française 1890-1940, de Gilles Philippe (Paris, Gallimard, 68-74). Pour une approche globale de la linguistique de langue allemande, consulter l'Histoire des idées linguistiques, édité par Sylvain Auroux (Sprimont, Mardaga) : Tome II : Le Développement de la grammaire comparée, 1992 ; Tome III : L'Hégémonie du comparatisme, 2002. Pour une synthèse complémentaire de la nôtre sur Bally, lire les chapitres 2 et 3 de Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique de Jean-Michel Adam (Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1997), ainsi que son article « Langue et style : une contre-lecture de Charles Bally », ELA, no 102, 1996, 237-256.

3 Dans cette citation, ainsi que dans celles qui suivent, les italiques ou les caractères gras sont toujours de Bally. Nous renvoyons systématiquement à la troisième édition du tome I du Traité de stylistique française, parue en 1951 (Genève et Paris, Georg & Cie et Klincksieck).

4 Cet aspect de la réflexion de Bally explique sans doute en partie pourquoi on redécouvre, aujourd'hui, la « modernité » de cet auteur, car son système touche à des aspects de la communication linguistique qui n'ont été vraiment étudiés que dans le dernier quart du vingtième siècle, dans le cadre de l'analyse du discours, de la pragmatique énonciative, ou encore des théories interactionnelles.

5 Pour des développements, consulter l'Introduction à la lecture de Saussure de Simon Bouquet, Paris, Payot & Rivages, 1997.

6 Voir p. 21 sq. Consulter aussi « De l'adjuvant expressif au "projet sémiologique" : Stylistique et rhétorique aux concours de l'agrégation et du CAPES », de Jacques Fontanille (Langue française, no 135, septembre 2002, 50-70) ; « Style, apories et impostures » de Jacques-Philippe Saint-Gérand (Langages, no 118, juin 1995, 8-30).

7 Voir « Léo Spitzer et la lecture stylistique » de Jean Starobinski, en tête de l'ouvrage susmentionné (7-39), et « Le style et la vision. L'héritage de Léo Spitzer » d'Anna Jaubert (L'Information grammaticale, no 70, juin 1996, 25-30). Pour une réanalyse de ce qu'ils appellent « l'intuition » de Léo Spitzer dans un cadre théorique contemporain, se reporter à l'étude de Marc Dominicy et Fabienne Martin, dans ce volume (p. 171 sq.).

8 Dans l'édition Gallimard de référence, le titre de cet article, originellement publié en anglais, est « Linguistics and Literary History ». Michel Foucault l'a très curieusement traduit par « Art du langage et linguistique », formule malheureuse qui ne rend pas compte de la très nette articulation, dans la pensée de Léo Spitzer, entre linguistique et littérature, comme nous le rappelons infra.

9 Comme l'ont souligné plusieurs commentateurs, cette méthodologie n'est pas sans point commun avec le structuralisme, et explique sans doute en partie le succès dont bénéficia Spitzer dans la seconde moitié du xxe siècle, alors que le structuralisme triomphait en France dans nombre de disciplines.

10 Voir note 2.

11 Cette posture, qui a été théorisée par Saussure dans son Cours, devait instituer progressivement un divorce entre linguistique et littérature qui a été entériné par nombre d'écoles ultérieures, et dont, malheureusement, l'une et l'autre discipline se ressentent encore de nos jours.

12 Sur ce point, voir le chapitre IV de mon Analyse de la poésie, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? ».

13 Voir « Chaire de stylistique », dans les Écrits de linguistique générale de F. de Saussure, édité par Simon Bouquet & Rudolph Engler, Paris, Gallimard, 2002, 272-273. Le linguiste poursuit en ces termes : « Le mot de style évoque l'idée d'une personne, d'un individu, de procédé individuel [...], justement au contraire la stylistique conçue de la manière dont l'ont illustrée les travaux de M. Bally entend étudier les moyens d'expression de la langue dans la mesure où ils ont la consécration de l'usage commun, dans la mesure où ils tombent dans la catégorie du fait social et sont par conséquent fixés hors de l'individu ».

14 Se reporter, pour plus de détails, au § 12 du Traité, qui débute par ces mots : « Le langage est encore un fait social au premier chef parce qu'il classe d'une manière ou d'une autre le sujet parlant ».

15 Le Précis de stylistique française de Jean Marouzeau (Paris, Masson, 1941) et Le Style et ses techniques : précis d'analyse stylistique de Michel Cressot (Paris, PUF, 1947) sont sans doute les ouvrages qui prolongent le mieux sa pensée.

16 Pour des compléments historiques sur les stylistiques françaises, on consultera l'article d'Éric Bordas dans le présent volume, les travaux de J.M. Adam, E. S. Karabétian et J.-M. Schaeffer cités en note 2, ainsi que les trois premiers chapitres de l’Introduction à la stylistique de Karl Cogard, Paris, Flammarion, 2001.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Professeur de linguistique française à l'Université de Bordeaux 3, et membre de l'UMR 5610. Il dirige avec Benoît de Cornulier la collection « Métrique française et comparée », aux éditions Champion. Ses recherches portent sur la poétique, la sémantique et la morphologie.
Principales publications : La Pragmatique, Paris, Armand Colin, 1998 ; La Versification, Paris, PUF, 1999 ; Critique du vers, Paris, Champion, 2000 ; L'Analyse de la poésie, Paris, PUF, 2001 ; Précis de conjugaison, Paris, Nathan, 2004. Édition, en collaboration, de plusieurs numéros de la revue Langue française (Paris, Larousse) : Métrique française et métrique accentuelle (no 99, septembre 1993) ; Linguistique et poétique : après Jakobson (no 110, mai 1996) ; Sémantique du stéréotype (no 123, septembre 1999).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search