Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nathalie Sarraute. Du tropisme à la phrase

 | 
Yannick Cheval
, 
Philippe Wahl

Une rhétorique du soupçon

Le rôle de l’analogie dans l’institution du tropisme comme objet de discours

Yannick Chevalier

Texte intégral

1La question du tropisme, réalité psychologique à laquelle Nathalie Sarraute aura consacré l’ensemble de son œuvre, pose avec acuité le problème de la dénomination, et de la mise en mots. Qu’est-ce qu’un tropisme ? Nombreuses ont été les définitions qu’en a proposé celle qui a employé ce nom, emprunté à la biologie, dans son premier ouvrage, en 1939. Quelque quarante ans plus tard, Sarraute offre une analyse, à la fois du terme et de la réalité qu’il désigne :

  • 1 Nouveau roman : hier, aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, pp. 34-5. Sauf (...)

La désignation globale, très vague et grossière de Tropismes que j’ai donnée à mon premier livre ne peut définir chacun de ces mouvements dont tout l’attrait à mes yeux résidait dans le fait qu’ils ne portaient et ne pouvaient porter aucun nom […]. C’est par leur aspect mouvant, trouble, insaisissable, que ces mouvements, ces états (mais ce sont des termes bien impropres) m’attiraient1.

  • 2 Voir Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », La Métaphore entre philosophie et rhétori (...)

2Les qualificatifs employés pour caractériser le mot « tropisme » sont dépréciatifs : « tropisme » n’est au mieux qu’un pis-aller, un terme « bien impropre » qu’on emploiera faute d’un terme plus apte à rendre compte de cette réalité. Quant à celle-ci, deux sèmes définitoires doivent être relevés : le tropisme est une réalité a-langagière et a-conceptuelle. A-langagière car le tropisme ne peut être nommé, il relève d’un phénomène antérieur à la nomination ; a-conceptuelle car le tropisme est d’abord phénomène dynamique en perpétuel changement (du coup, jamais figé dans un état x où il serait possible de le définir). Dès lors, comment donner à voir le tropisme, sans employer un substantif (dont le signifié, doté d’un contenu sémantique précodé, est apte à référer à une entité extralinguistique stable) ou un adjectif ou un verbe (expressions prédicatives qui assignent une caractéristique à leur support et permettent son classement dans les catégories préexistantes du code encyclopédique commun)2 ?

3Or, il semble que le tropisme ne résiste pas, en tant que réalité psychologique, à une telle classification, ou du moins, son classement dans des ensembles finis tels qu’en présentent les mots de la langue dénaturerait sa spécificité de réalité dynamique et labile. Dans la deuxième séquence de Portrait d’un inconnu, le narrateur essaie de rendre compte de ce qu’est le tropisme ou plutôt, parce que ce terme métaphorique n’apparaît jamais dans l’écriture fictionnelle, il tente de désigner ce phénomène psychologique dont il a une perception vive : « impression », « sortes d’impressions », « sensations personnelles » (PI, 47-8, 27-8) sont les termes qu’il emploie pour nommer ces mouvements qu’il est seul, avec quelques « initiés » (PI, 44, 21), à percevoir. On notera que les sémèmes sont des hyperonymes en langue, et que leur détermination en contexte ne réduit guère leur extension : « sortes de » indique une approximation dans la dénomination ; quant à l’adjectif « personnelles », il ne permet pas de caractériser de manière précise le substantif « sensations », puisque la personne même du narrateur est largement inconnue du lecteur. À cette dénomination du tropisme par les hyperonymes, le narrateur oppose la terminologie de la psychiatrie : « Je sais bien que ces sortes d’impressions ont dû depuis longtemps avoir été analysées, cataloguées avec d’autres symptômes morbides : je vois très bien cela dans un traité de psychiatrie » (PI, 47-8, 27). Une telle approche, dont Sarraute nie la pertinence pour son propos dans de nombreux articles et entretiens, est très largement insatisfaisante pour celui qui, loin de s’abandonner aux investigations étiologiques d’un comportement déviant, cherche seulement à rendre compte d’une réalité psychologique à l’œuvre dans toute relation intersubjective, réalité dynamique que le figement en catégories ne sert qu’à circonscrire dans le domaine de la pathologie.

4Ayant ainsi rejeté toute terminologie catégorisante pour dénommer cette réalité tropismale, le narrateur, plutôt que proposer une définition de l’objet qui retient son attention, propose un discours sur un « double aspect » de la réalité : cette dualité de la réalité est exposée dans la deuxième séquence du Portrait d’un inconnu, lorsque le narrateur témoigne de sa difficulté à percevoir « “l’autre aspect” ; celui dont on ne parle pas dans les livres de médecine tant il est naturel, anodin, tant il est familier » (PI, 48, 28). Dans cette séquence, le narrateur expose sous une forme discursive (emploi du présent, de la première personne en tant qu’elle désigne le je-narrant) le « truc » qui lui permet d’accéder à la perception de cet « autre aspect ». Cette exposition se fait en plusieurs temps : tout d’abord le « truc » est comparé à

ces exercices auxquels invitent certains dessins-devinettes, ou ces images composées de losanges noirs et blancs, habilement combinés, qui forment deux dessins géométriques superposés ; le jeu consiste à faire une sorte de gymnastique visuelle : on repousse très légèrement l’une des deux images, on la déplace un peu, on la fait reculer et on ramène l’autre en avant. On peut parvenir, en s’exerçant un peu, à une certaine dextérité, à opérer très vite le déplacement d’une image à l’autre, à voir à volonté tantôt l’un, tantôt l’autre dessin (PI, 48, 28).

5Cette comparaison nous intéresse à plus d’un titre, en ce qu’elle met l’accent sur la vision simultanée de deux formes « combinées » l’une à l’autre, vision globale mais qui ne parvient à circonscrire une image nette qu’au prix d’une gymnastique et d’un choix à opérer entre les deux formes : la perception nette et cohérente de l’une ne peut se faire qu’au prix de l’abandon de la perception de l’autre.

6Cependant l’analogie ne vaut pas exactement pour ce dont il s’agit, ce que souligne le terme comparant « semblable à » caractérisé par l’adverbe « assez », et surtout par les lexies qui insistent sur le caractère simplificateur du comparant : s’il s’agit là en effet de « losanges noirs et blancs », clairement contrastés, de « dessins géométriques », la réalité présente de plus amples difficultés, les deux aspects n’étant pas nécessairement aussi clairement contrastés, ni même géométrisés. Aussi le narrateur poursuit-il son exposé sur le « truc », sur cette « sorte de tour d’adresse », en faisant l’économie du comparant des « dessins-devinettes » :

Je ne dois pas pour cela [pour faire apparaître l’« autre aspect »], comme on pourrait le croire, chercher à me rapprocher des choses, essayer de les amadouer pour les rendre anodines, familières – cela ne me réussit jamais – mais au contraire m’en écarter le plus possible, les tenir à distance, les prendre un peu de loin, de haut, et les traiter en étranger. Un étranger qui marche dans une ville inconnue. Et, comme on fait souvent dans les villes inconnues, appliquer sur les choses et maintenir en avant des images puisées dans des réminiscences, littéraires ou autres, des souvenirs de tableaux ou même de cartes postales dans le genre de celles où l’on peut voir écrit au verso : Paris. Bords de Seine. Un square (PI, 48-9, 28-9).

  • 3 Voir Max Black, Models and Metaphors, Ithaca, Cornell University Press, 1962, en particulier le ch (...)
  • 4 Pour l’articulation entre cliché visuel et stéréotype, voir Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot (...)

7Ce paragraphe est intéressant à deux titres. Tout d’abord, on remarque que certains verbes employés pour décrire la « gymnastique visuelle » que requièrent les « dessins-devinettes » sont à nouveau convoqués : il s’agit d’« écarter », de « tenir à distance », d’« appliquer », de « maintenir en avant ». Le comparant des « dessins-devinettes » est à lire comme une sorte de « modèle scientifique »3, c’est-à-dire comme modèle réduit sur lequel on peut clairement analyser des rapports simples qui sont posés comme isomorphes de rapports plus complexes (les lexies qui sont réemployées sont toutes des verbes d’action dénotant le maniement de tels rapports). En outre, la nature des images convoquées est explicitée et diffère nettement des simples formes géométriques que le comparant-modèle proposait : il s’agit de « réminiscences littéraires », de « souvenirs de tableaux », voire de clichés photographiques (qui sont aussi des « stéréotypes »4, des lieux communs partagés par une communauté). En recourant au cliché, à l’intertexte, une autre dimension est donnée à la réalité, dimension qui est celle du « relief » dont le narrateur parle dans le paragraphe suivant.

8L’image, telle que définie, semble donc être la solution adoptée par le narrateur homodiégétique du premier roman pour pallier la défaillance pathologique de ses sens. Cependant pareil « truc » vaut aussi pour rendre compte de cette expérience particulière de phénomènes antérieurs à l’articulation logique et linguistique de la perception : parce que cette entité est indéfinissable et ne peut donc être dénommée par un substantif, parce que les qualités qui la composent sont fluctuantes et n’ont d’autre valeur que démarcative, alors le processus de mise en mots doit se faire par le truchement d’autre chose, qui en circonscrivant l’entité, en évoquant des propriétés isomorphes, permet de définir en creux ce qu’est le tropisme.

  • 5 Michèle Aquien, Dictionnaire de Poétique, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque », 1996 (...)

9Cependant, le terme d’« image » est très largement insatisfaisant, car il s’agit là d’un concept flou. M. Aquien5 définit l’« image » comme un mot qui

désigne en général des figures fondées sur la mise en rapport de deux réalités différentes, l’une – thème, comparé, imagé – qui désigne proprement ce dont il s’agit, l’autre – phore, comparant, imageant – mettant à profit une relation d’analogie ou de proximité avec la première.

10En outre, le flou du terme « image » est aussi un effet du texte, puisque le narrateur l’emploie dans le sens courant de « représentation », « apparence », « illustration » ainsi que l’indiquent les lexies « tableaux », « cartes postales » ou encore « photographies ».

  • 6 Noire étude ne portera que sur l’outil « comme », qui présente une pluralité d’emplois, en tant qu (...)

11Si Portrait d’un inconnu offre bien la possibilité d’une lecture de l’image comme « illustration », du moins ce n’est pas l’option que nous retiendrons. De toutes les « figures fondées sur la mise en rapport de deux réalités différentes », nous nous attacherons à l’étude de la comparaison figurative et de la métaphore, en particulier verbale ou adjectivale. Ce choix doit être justifié : la comparaison présente cet avantage sur la métaphore d’être aisément repérable grâce à la présence dans le texte des outils comparatifs « comme », « semblable à », « tels », « pareils à »6 et de présenter des formulations syntaxiques qui ne nécessitent pas, au moins dans un premier temps, lors de la procédure de repérage de la figure, d’analyses sémantiques toujours plus sujettes à caution. L’étude des métaphores n’interviendra que dans un second temps, puisque leur emploi est étroitement lié à celui des comparaisons figuratives.

La recatégorisation par la comparaison

12La très grande fréquence de « comme » dans Portrait d’un inconnu rendant impossible la présentation exhaustive de tous ses emplois, ne seront analysées que les deux formulations syntaxiques les plus courantes dans le roman : « comme » adverbe modifiant un GN ou un GA, « comme » préposition introduisant un syntagme comparatif.

« comme » adverbe

13« Comme » se rapporte à des adjectifs ou à des substantifs, sans que l’on puisse déterminer un terme qui ferait office de comparé. Ainsi dans les occurrences suivantes :

je courais comme porté, poussé hors du musée (PI, 84, 81).

Ils avançaient lentement, appuyés l’un sur l’autre, comme portés par l’air douceâtre et mou du soir (PI, 105, 112).

son cerveau est comme durci, vidé (PI, 112, 122).

Il sent comme un poids, une boule brûlante dans la poitrine (PI, 109, 118).

peut-être sent-elle vaguement, au cœur de cette torpeur, comme l’appel étouffé d’une sorte de lourde et louche volupté (PI, 123, 138).

un drôle de sourire un peu moqueur où pointe en même temps comme une sorte d’appréhension dégoûtée (PI, 131, 150).

Il sentait, sortant d’elle, comme de faibles et mous tentacules qui s’accrochaient à lui timidement, le palpaient (PI, 137, 158-159).

il lui semblait entendre, adressé à elle seule, comme un avertissement, un défi (PI, 146, 171).

  • 7 François Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1996, p. 16 (...)

14Dans ces occurrences, il est impossible d’analyser « comme » comme conjonction ou préposition : en effet, il n’introduit pas un syntagme qui se trouve sous la dépendance d’un autre syntagme. « comme » est alors adverbe qui modifie l’adjectif ou le substantif dans la dépendance syntaxique duquel il se trouve. Dans chaque occurrence, le « comme » suspend l’identification péremptoire (en d’autres termes, il neutralise la catégorisation, l’inscription du thème dans la classe définie par le prédicat), il introduit un flottement terminologique, et surtout il modifie le degré de vérité des propositions : cet emploi de « comme » adverbe définit ce que Rastier7 nomme l’enclosure : « comme » fonctionne comme un « opérateur qui modifie le degré d’isotopie et d’allotopie des énoncés ».

  • 8 Voir sur ce point l’article de Françoise Rullier-Theuret, « L’emploi des mots “comparé” et “compar (...)

15Cette fonction d’enclosure est à l’œuvre dans toutes les formulations syntaxiques de la comparaison, et pas seulement dans les occurrences qui retiennent ici notre attention. Simplement, les occurrences présentent ici une difficulté d’analyse en termes de comparé et de comparant, en particulier lorsque « comme » porte sur un substantif : faut-il sous-entendre un pronom indéfini tel que « quelque chose », qui serait le comparé elliptique indéfini8 ? Dans tous les cas, l’incidence de ce phénomène sur la catégorisation est manifeste : « comme » indique une approximation dans la dénomination, et la prédication ainsi modalisée perd de son caractère péremptoire et son pouvoir de classification cognitive est sinon neutralisé, du moins narcotisé.

« comme » préposition introduisant un syntagme comparatif

16Il est ici nécessaire de distinguer deux types de construction, selon que le prédicat commun au comparant et au comparé est implicite (« j’étais comme ces voiliers que je voyais sortir du port, leurs coques brillant aux premiers rayons du soleil, toutes leurs voiles blanches dehors, tendues, gonflées par un vent propice », PI, 82, 78) ou qu’il est explicite : dans ce cas-là, le prédicat commun apparaît tantôt sous la forme d’un verbe (« Comme les fourmis inlassablement occupées à consolider la fourmilière qui s’effrite de toutes parts, comme les femmes réparant à tout moment sur leur visage la couche fragile des fards, ils s’agitent, rebouchant, replâtrant… », PI, 128,145), tantôt sous la forme d’un adjectif (« elle s’est tortillée sous mon regard/fragile et nue comme un bernard-l’ermite qu’on a tiré hors de sa coquille », PI, 56, 38).

  • 9 On distinguera de telles occurrences la comparaison introduite sous la forme d’une subordonnée cir (...)

17Une telle distinction entre comparaisons motivées et comparaisons non motivées a son importance pour la lisibilité de la figure, car dans un cas, seuls deux termes de l’analogie sont explicités (« je » et « les voiliers »), dans l’autre, trois termes sont co-présents (« elle » « fragile et nue », « le bernard-l’ermite qu’on a tiré hors de sa coquille »). On trouve même dans ce second cas des occurrences qui explicitent la relation prédicative (« il la regarde, en souriant et en clignant d’un œil, comme on regarde un enfant à qui on se prépare à offrir une petite gâterie… », PI, 168, 2029).

18Dans la grande majorité des occurrences, le prédicat commun au comparé et au comparant est explicite : il convient ici de lire cette préférence accordée à la formulation syntaxique la plus proche de l’analogie complète à quatre termes, comme le signe d’une volonté analytique, qui semble à première vue contredire la réticence affichée à catégoriser. Mettre en relation deux termes qui partagent le même prédicat, c’est bien en effet inscrire les deux référents dans une classe commune. Mais ou bien la prédication commune est impertinente lorsqu’elle catégorise le comparé (dans l’exemple du bernard-l’ermite, l’adjectif « nue » ne peut être lu littéralement, la scène se passant dans la rue !) : dans ce cas-là, l’adjonction du comparant vient expliciter l’analogie, et réduire l’allotopie (si la jeune fille est « nue », c’est qu’elle est comparée à un « bernard-l’ermite qu’on a tiré hors de sa coquille ») ; ou bien la prédication commune est tout à fait recevable pour catégoriser le comparé (ainsi de l’adjectif « fragile », prédicat recevable pour décrire la jeune fille) : dans ce cas-là, l’adjonction du comparant, souvent longuement développé, fonctionne comme description analogique du comparé, inscrit comme élément paradigmatique de la proportion analogique (l’adjectif « fragile » n’est à interpréter qu’en tant que qualité partagée par la jeune fille et « un bernard-l’ermite qu’on a tiré hors de sa coquille »). Dans les deux cas, il y a recatégorisation, soit parce que le prédicat est impertinent (impertinence que le comparant relativise), soit parce que le comparant et le comparé étant inscrits dans un même paradigme, la définition de l’un (le comparant) vient bouleverser la définition de l’autre (le comparé).

19L’analyse précise de cet exemple vaut pour nombre d’occurrences du texte, où ces procédures interprétatives sont convoquées, et ce quelle que soit la formulation syntaxique de la comparaison figurative. Quatre termes du rapport analogique peuvent être explicités (dans les cas, non étudiés ici, où « comme » fonctionne comme conjonction de subordination introduisant une subordonnée comparative), ou bien trois termes seulement, ou bien deux termes, ou bien un seul (dans le cas du « comme » adverbial). Remarquons cependant qu’un rapide relevé statistique montre que c’est une actualisation intermédiaire, à trois termes explicites, qui domine. Nous allons voir que cette configuration joue un rôle tout à fait particulier dans l’écriture de Sarraute.

20Mais il nous faut d’abord revenir sur l’incidence des divers rapports analogiques sur la catégorisation :

  1. la catégorisation porte sur un seul terme, catégorisation floue puisqu’il est simplement dénommé par approximation dans le cas du substantif, ou puisqu’un adjectif est prédiqué de manière non péremptoire ;
  2. l’analogie porte sur deux termes mis en rapport par « comme » préposition. On remarque alors que dans la plupart des cas, le comparé est sommairement défini tandis que le comparant est précisément décrit par des déterminations restrictives (en particulier les relatives déterminatives) : le comparé est donc défini contextuellement par le rapport paradigmatique avec un comparant surdéterminé qui délimite une classe contextuelle fermée. Cette surdétermination des syntagmes comparants pallie l’absence de description ou de définition du syntagme comparé.

La redescription par la métaphore

21Une étude précise des contextes de la comparaison révèle que la comparaison introduit dans le texte une allotopie que neutralise le « comme » en fonction d’enclosure : deux isotopies, celle qui assure l’unité de la proposition principale (dans laquelle s’inscrit le comparé), et celle qui assure l’unité du syntagme comparatif (dans laquelle s’inscrit le comparant). Dans de très nombreux cas, l’allotopie métaphorique se dissémine dans le texte, et se déplace hors des limites du syntagme qu’introduisait le « comme ». Ainsi, dans l’exemple déjà étudié, on remarque que l’équivalent analogique de la « coquille » apparaît dans les phrases qui suivent la comparaison :

[…] elle s’est tortillée sous mon regard, fragile et nue comme un bernard-l’ermite qu’on a tiré hors de sa coquille. Mais cela n’a pas été long, elle s’est ressaisie très vite, dès qu’elle a eu tourné l’angle de la rue ; elle a retrouvé sa coquille bien vite, sa carapace où elle se tient à l’abri (PI, 56, 38).

22La prédication du sujet « elle » par des lexies inscrites dans l’isotopie métaphorique rend compte du fonctionnement particulier de la métaphore verbale : celle-ci se définit par une prédication autocontradictoire pertinente : auto-contradictoire, car la jeune fille ne possède pas en propre une « coquille », et pertinente, car la prédication est motivée par le contexte, et plus précisément par la comparaison initiale.

23Ce phénomène de contamination des énoncés isotopes par l’allotopie métaphorique est constant dans le roman, et se donne à lire dans un contexte plus ou moins large : il advient dans une suite de phrases, comme nous venons de le voir, mais il peut aussi se trouver dans une même phrase (« comme les chiens flairant toujours le long des murs des odeurs louches, connues d’eux seuls, le nez collé à terre, elle flaire, sans pouvoir se détacher, les hontes ; renifle les sous-entendus ; suit à la trace les hontes cachées », PI, 116, 128) ou dans des portions textuelles assez éloignées :

Personne ne les reconnaît, sauf lui, quand elles se tiennent sur les seuils, lourdes comme ces poussahs lestés de plomb à leur base qui se redressent toujours quand on les couche par terre, quand on les jette par terre, les renverse. Elles se redressent toujours. On a beau les griffer, les mordre, les jeter dehors en hurlant, les secouer, les lancer en bas de l’escalier – elles se relèvent, légèrement endolories, tapotent les plis de leur jupe, et reviennent (PI, 56, 39-40).

elles […] appuyaient de tout leur poids sur les portes comme de lourdes catapultes (PI, 58, 42).

24Ces deux comparaisons sont d’abord utilisées par le narrateur pour décrire les vieilles filles. Or, on retrouve les comparants dans la seconde partie de cette séquence, lorsque le narrateur raconte ses expériences à son « alter », un ami d’enfance :

Je lui raconte tout : les goules tapissées de ventouses qui attendent derrière les portes, les catapultes, les poussahs, les vierges à l’ancienne mode (PI, 61, 45-6).

25Deux remarques doivent être faites :

  1. la redescription des comparés par les comparants n’est pas le seul résultat de la mise en paradigme qu’opère la comparaison : c’est en particulier par la reprise des isotopies métaphoriques que se produit une recatégorisation, sans que l’opérateur d’enclosure soit présent ;
  2. dans les reprises des images introduites par les comparants dans le texte, le narrateur fait l’économie du rappel de leur caractère analogique : ils apparaissent dans le texte sous la seule dénomination du comparant. À la visée comparative analytique à l’œuvre dans la description succède une prédication métaphorique employée dans le discours.

26La description de la réalité diégétique par des isotopies introduites par les comparaisons et disséminées ensuite hors du syntagme comparatif par le truchement des métaphores semble être une technique descriptive propre à Nathalie Sarraute qui s’opère en deux temps : d’abord une comparaison qui introduit la nouvelle isotopie et qui tend à recatégoriser contextuellement le terme comparé, puis le réseau des métaphores qui filent l’isotopie initialement posée comme analogique, et qui marquent l’achèvement de la tension recatégorisante, par le biais d’une anaphore lexicale fidèle du syntagme comparant.

La restructuration des codes communs par l’idiolecte analogique

27La bonne interprétation des analogies, c’est-à-dire précisément la nécessité de comprendre le mécanisme de recatégorisation métaphorique qu’implique la désignation toujours problématique du tropisme, est un enjeu majeur du texte : c’est en effet l’étalon qui décide de la qualité de la communication. Or, même si l’écriture multiplie les adjuvants à la lecture de l’analogie, que celle-ci soit actualisée par une comparaison ou par une métaphore, le risque est grand de l’obscurité.

  • 10 Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », ouvr. cité, p. 152.

28L’analogie, en tant qu’outil de recatégorisation contextuelle, constitue un écart par rapport au code encyclopédique commun qui propose à chaque locuteur une appréhension cohérente et partagée du monde. Or, que ce soit les dénominations approximatives ou les prédications non péremptoires qu’introduit l’enclosure « comme », que ce soit la tension vers la recatégorisation contextuelle que suggère la comparaison figurative, ou son accomplissement par le biais d’anaphores lexicales fidèles empruntées à l’allotopie métaphorique, l’analogie constitue un « écart par rapport au code encyclopédique commun fondant la communication »10 et requiert de l’interlocuteur une décision : décision de réorganiser le code commun selon de nouvelles catégories.

29Dans la première séquence, le narrateur relate deux expériences au cours desquelles l’enjeu interprétatif repose tout particulièrement sur la lecture de l’analogie : le roman débute par la description d’une première conversation avec les « inconscients », ceux qui n’ont pas accès à la réalité tropismale.

  • 11 L’auteur souligne.

J’ai commencé d’un petit air matter of fact11 et naturel, pour ne pas les effaroucher. Je leur ai demandé s’ils ne sentaient pas comme moi, s’ils n’avaient pas senti, parfois, quelque chose de bizarre, une vague émanation, quelque chose qui sortait d’elle et se collait à eux… Et ils m’ont rabroué tout de suite, d’un petit coup sec, comme toujours, faisant celui qui ne comprend pas : « Je la trouve un peu ennuyeuse, m’ont-ils dit. Je la trouve un peu assommante… » Je me suis accroché : « Ne trouvezvous pas… », ma voix déjà commençait à flancher, elle sonnait faux – […] – j’ai essayé, d’une voix trop neutre, atone et qui devait me trahir, d’insister : « ne trouvaient-ils pas, n’avaient-ils senti parfois, quelque chose qui sortait d’elle, quelque chose de mou, de gluant, qui adhérait et aspirait sans qu’on sache comment et qu’il fallait soulever et arracher de sa peau comme une compresse humide à l’odeur fade, douceâtre… » C’était dangereux, trop fort, et ils avaient horreur de cela mais je ne pouvais plus me retenir… « quelque chose qui colle à vous, s’infiltre, vous tire à soi, s’insinue, peut-être qui quémande par en dessous, exige… » Je me perdais. Mais ils faisaient semblant de ne pas voir. Ils étaient décidés à ce qu’on restât normal, décent : « Oui, elle semble tenir beaucoup à l’affection des gens », ils me répondaient cela pour me calmer, pour en finir, ils voulaient me rappeler à l’ordre. Ou bien – je ne peux jamais, avec eux, m’empêcher de me poser la question – ou bien étaient-ils vraiment, comme ils le paraissaient, entièrement inconscients ? (PI, 41, 17-8).

  • 12 Les isotopies métaphoriques introduisent à l’envi les champs lexicaux du mou, du gluant, du maladi (...)
  • 13 Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », ouvr. cité, p. 154.

30Dans ce premier cas, aux paroles du narrateur enquêtant sur les sentiments, les sensations que la jeune fille produit chez ses interlocuteurs, la réaction est un échec : les interlocuteurs ne comprennent pas ce que le narrateur veut dire, lorsqu’il emploie les prédications métaphoriques qui qualifient le « quelque chose », ni la comparaison avec la « compresse humide ». Plus encore, ils sont « décidés à ce qu’on restât normal, décent ». Ces deux adjectifs, « normal, décent », vont qualifier plusieurs fois le désir des interlocuteurs d’écarter le narrateur qui emploie ces comparaisons obscènes et vaguement pathologiques12. Une telle réaction est celle que Klinkenberg qualifie d’« erreur » : « l’écart est attribué à un dysfonctionnement accidentel survenu au cours de la transmission, et est simplement corrigé. L’interaction dialectique qui définit la figure ne se produit donc pas »13. Les interlocuteurs ne répondent pas à la question du narrateur de manière satisfaisante en refusant d’interpréter les métaphores verbales et adjectivales, et en ne proposant qu’une simple banalité sur le caractère de la jeune fille.

31Dans le second cas, la communication est d’emblée un succès, les interlocuteurs du narrateur ne s’effarouchent pas du langage métaphorique qu’il emploie, langage qui est à peine nécessaire pour signifier ce qu’il attend d’eux :

Je peux m’approcher d’eux et, sans coups de sonde subtils, franchissant d’un seul bond toutes les étapes préliminaires, toutes les comparaisons avec les compresses humides et les odeurs douceâtres, avec tout ce qui s’accroche, adhère à vous, s’infiltre, vous tire à votre insu (ils sentent cela tout de suite, ils connaissent cela très bien : toutes ces expressions qui aux autres paraissent obscures, vaguement indécentes, sont entre eux et moi le langage courant, les termes techniques familiers aux initiés), je peux […] (PI, 43-4, 20-1).

32Ici, la réaction à l’écart que constitue l’analogie (comparaison et métaphore sont confondus par le narrateur) n’est pas seulement proprement la réaction interprétative normale, mais rend compte d’un processus de conventionnalisation : l’emploi de comparaisons et de métaphores ne surprend pas les « initiés », ceux qui « connaissent cela très bien ». Pour qui a une expérience et une conscience de la réalité tropismale, le recours à l’analogie pour désigner ce qui ne se laisse pas autrement désigner est nécessaire (« termes techniques familiers »). Qu’est-ce à dire, sinon que le narrateur, en compagnie des « initiés », emploie un idiolecte où l’analogie constitue la norme, où la nécessité de recourir à la comparaison et à la métaphore pour instaurer le tropisme comme objet de discours est au fondement de toute communication satisfaisante ?

33Mais une telle réaction au discours du narrateur vaut bien plus que la simple représentation en abyme de la figure du lecteur qui, à l’instar des « initiés », interprète correctement les analogies ; elle décrit aussi l’emboîtement de deux normes qui régissent l’emploi de la figure analogique :

  1. la figure analogique est violation du type de classement habituellement enregistré par le code encyclopédique commun : ce classement permet au lecteur de repérer la prédication impertinente que constitue la métaphore, de relever le caractère atypique de la mise en relation des deux termes par la comparaison, mise en relation qui modifie les traits définitoires du comparé lorsque le comparant est plus précisément décrit, ou encore la prédication auto-contradictoire dans le cas de la métaphore verbale. Un tel écart par rapport aux catégorisations de l’encyclopédie commune peut constituer un bruit, ce dont rend compte la discussion ratée avec les « inconscients » ;
  2. la figure analogique est l’application des règles d’un second système, que vise à établir le texte lui-même : pour rendre compte du tropisme, le narrateur et les « initiés » ne peuvent faire autrement que de recourir à un langage métaphorique, seul propre à rendre floues les catégories du langage, à atténuer le caractère péremptoire des prédications. Cet idiolecte, que fonde le discours du narrateur, est cette langue que le lecteur fait sienne, peu à peu, tant les injonctions à procéder à une réévaluation des codes habituels sont lisibles.
  • 14 Nouveau roman : hier, aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, p. 32.
  • 15 Voir Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1972, p. 272.

34Portrait d’un inconnu marque l’avènement du tropisme comme objet de discours romanesque, et souligne l’intérêt que constitue l’expression analogique pour rendre compte de cette réalité inédite que le narrateur s’attache à étudier. La métaphore s’avère donc ce « transport » nécessaire qui permet de contourner ce que Nathalie Sarraute dénonce comme étant « l’action asséchante et pétrifiante du langage »14, c’est-à-dire les catégorisations pré-codées de la langue, en instaurant des recatégorisations contextuelles plus à même de dénommer ce qui ne peut l’être autrement. À ce titre, le premier roman de Nathalie Sarraute se caractérise par l’explicitation, dans un texte où le narrateur exerce souvent sa « fonction de régie »15, des procédés interprétatifs que le lecteur doit faire siens, procédés auxquels recourt le narrateur pour exprimer l’expérience tropismale. Le recours aux figures d’analogie pour rendre compte du tropisme n’est pas propre au seul premier roman, mais s’avère systématique dans l’ensemble du corpus romanesque : lors même que le dispositif narratorial du locuteur unique racontant et commentant dans le même temps sa narration sera abandonné (à partir de Martereau), perdureront les comparaisons dont l’emploi est de plus en plus rare, et prolifèreront les métaphores verbales et adjectivales dont l’usage, par des voix anonymes, sera systématisé.

Notes

1 Nouveau roman : hier, aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, pp. 34-5. Sauf indication contraire, c’est nous qui soulignons : en l’occurrence, seul le mot « Tropismes » est souligné par l’auteur.

2 Voir Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », 1999, en particulier la partie « Perception et connaissance », pp. 139-148.

3 Voir Max Black, Models and Metaphors, Ithaca, Cornell University Press, 1962, en particulier le chapitre XIII, « Models and Archetypes ».

4 Pour l’articulation entre cliché visuel et stéréotype, voir Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés, Paris, Nathan, coll. « 128 », 1997, en particulier le chapitre « Sémantique du stéréotype et du prototype », pp. 89-96.

5 Michèle Aquien, Dictionnaire de Poétique, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque », 1996, p. 563. C’est l’auteur qui souligne.

6 Noire étude ne portera que sur l’outil « comme », qui présente une pluralité d’emplois, en tant que conjonction de subordination, préposition et adverbe, ce à quoi ne peuvent prétendre les autres outils comparatifs.

7 François Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1996, p. 161.

8 Voir sur ce point l’article de Françoise Rullier-Theuret, « L’emploi des mots “comparé” et “comparant” dans la description de la comparaison et de la métaphore », Faits de langue, no 5, 1995, pp. 209-216.

9 On distinguera de telles occurrences la comparaison introduite sous la forme d’une subordonnée circonstancielle : la distinction que nous faisons entre ces deux formulations syntaxiques réside dans le fait que dans un premier cas, le prédicat est différent, dans le second, il est identique, ou simplement modalisé : « la métamorphose s’opère, soulageante et un peu douloureuse, comme doit l’être la mue des insectes » (PI, 139-140, 162).

10 Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », ouvr. cité, p. 152.

11 L’auteur souligne.

12 Les isotopies métaphoriques introduisent à l’envi les champs lexicaux du mou, du gluant, du maladif : or les normes conversationnelles exigent que de tels sujets soient traités sur un mode euphémisant. Le rejet des analogies par les interlocuteurs du narrateur est surmotivé par cette norme de « bon goût ».

13 Jean-Marie Klinkenberg, « Métaphore et cognition », ouvr. cité, p. 154.

14 Nouveau roman : hier, aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, p. 32.

15 Voir Gérard Genette, Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1972, p. 272.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site