Version classiqueVersion mobile

Nathalie Sarraute. Du tropisme à la phrase

 | 
Yannick Cheval
, 
Philippe Wahl

Effets de suspension

La ponctuation de Nathalie Sarraute ou le théâtre de la phrase

Michel Favriaud

Texte intégral

1Toute écriture développe un système de ponctuation qui lui est propre, constituant une véritable signature. Il est à la fois idiosyncrasique et conforme, sinon à un usage passé-présent de la langue, du moins à une attente et une entente de la langue. En retour l’usage fait par tel écrivain de la ponctuation peut nous éclairer sur la ponctuation générale et la phrase. Nous entendons par « ponctuation » la ponctuation noire et la ponctuation blanche. Celle-ci ne semble pas jouer un rôle primordial dans le système de Nathalie Sarraute. Pourtant nous le verrons, il existe un rapport entre le blanc et les points de suspension… Outre son faire poétique, Nathalie Sarraute envisage deux fois dans son dit narratif la ponctuation au cours du dialogue entre H.1 et H.2 dans Pour un oui ou pour un non. D’abord les guillemets :

Mon Dieu ! comme d’un seul coup tout resurgit… juste avec ça, ces guillemets… […] (ON, 1510, 42).

2qui ont une valeur déclarée :

Cette distance, cette ironie… ce mépris… (ON, 1510, 42).

3Dans le second cas, c’est la ponctuation médiane :

C’est bien… ça… (ON, 1499, 26).

4qui sera l’objet du différend entre les deux protagonistes. La ponctuation médiane qui est marquée contrastivement soit par les points de suspension, soit par la virgule, sans compter une modification orthographique, est assumée dans la diégèse même comme la traduction d’une intonation, d’une accentuation, c’est-à-dire d’une oralité et d’une subtilité sémantique largement paraverbale. La ponctuation est ainsi désignée par Nathalie Sarraute comme un élément central du parcours interprétatif et de la sémantèse, dans le champ du dit et du dire scriptural.

5Le signe noir le plus caractéristique, sinon le plus fréquent, dans la prose de Nathalie Sarraute est les points de suspension. Son importance s’accroît des premières œuvres, comme Martereau, aux dernières, tant théâtrales comme Pour un oui ou pour un non, que narratives comme Enfance. Notre but ici est d’éclairer l’emploi et la valeur de ce signe comme marque de fin de phrase puis comme marque médiane. Nous en tirerons enfin quelques conclusions, énonciatives et rythmiques, pour la phrase.

Les points de suspension et la ponctuation finale

6Si la ponctuation a rarement droit de cité dans les traités grammaticaux des années 60 ou des années 90, les points de suspension semblent être de surcroît des parias. Ils ont mauvais genre, seraient le signe d’un inachèvement, voire d’une négligence. Dans les textes de Sarraute, ils sont caractéristiques d’une écriture. On peut envisager, dans les trois ouvrages de Sarraute, tour à tour leur emploi, leur valeur et la mise en jeu de l’unité phrastique.

Incompatibilité ou faible compatibilité avec les autres marques finales

7Il y a incompatibilité entre points de suspension et point simple final : se manifeste alors le phénomène d’absorption entre deux signes graphiquement voisins. On peut affirmer cette opération quand les « trois points » sont suivis par une majuscule de phrase. Les points de suspension correspondent donc bien à une valeur de clôture phrastique. L’incompatibilité est-elle aussi tranchée avec les points d’interrogation et d’exclamation ? La Grammaire Larousse du français contemporain, analysant les points de suspension, déclare :

  • 1 J.-C. Chevalier, C. Blanche-Benveniste, M. Arrivé, J. Peytard, Grammaire Larousse du français cont (...)

Ils prolongent très souvent la portée expressive d’un point d’interrogation ou d’exclamation1.

8La mise en relation des trois signes est fructueuse, mais leur compatibilité affichée comme très fréquente est au contraire rare dans les ouvrages visités. Ainsi dans Pour un oui ou pour un non :

H.1 : Mais non, voyons. Tu sais bien qu’entre nous… Tu te rappelles ces plongées ? Quand tu m’entraînais… j’aimais bien ça, c’était très excitant… Est-ce que je t’ai jamais traité de cinglé ? Écorché, peut-être, c’est vrai. Un peu persécuté… Mais ça fait partie de ton charme… Allons, dis-moi, vraiment, tu le crois ? Tu penses que je t’ai tendu un piège ? (ON, 1505, 35).

9on relève l’un ou l’autre signe exclusivement. Dans d’autres cas, le signe interrogatif ou exclamatif attendu n’apparaît pas :

H.1 : Non, ne riez pas. Il parle sérieusement, je vous assure… Quelle souricière, dis-nous…
[…]
F., H.3 : Eh bien, je trouve ça gentil…
H.2, gémit : Oh !
F., H.3 : Vous ne trouvez pas ça gentil ? Moi, on me proposerait… (ON, 1504, 33).

10Il apparaît ici que les points de suspension « absorbent » le point d’interrogation (Quelle souricière, dis-nous…) et le point d’exclamation, plus facultatif (Eh bien, je trouve ça gentil…). Notre conclusion est que ces trois signes sont faiblement compatibles parce qu’ils ont une valeur proche, que nous appelons globalement « suspensive ». La suspension et la modalité suspensive comportent deux signes marqués : [ ?], [ !], deux non marqués : [.] et blanc, et un signe vraisemblablement intermédiaire : […].

11Pourtant, comment expliquer la co-occurrence des signes, rare chez Sarraute, mais d’autant plus remarquable ?

H.1 : Qui « vous » ? Pourquoi veux-tu absolument me mêler ?… Si c’est comme ça que tu me vois… Si c’était pour entendre ça… J’aurais mieux fait de ne pas venir (ON, 1508, 39)

12Alors que les points de suspension suivants semblent absorber la marque suspensive marquée, nous notons une co-occurrence en premier. On peut faire la double hypothèse suivante : le point d’interrogation est une marque plus distinctive d’interrogation et de suspension. Mais le point d’interrogation, proche en ceci du point simple, apparaît aussi comme une marque de clôture de phrase, alors que les points de suspension sont une marque d’interruption et d’ouverture sur autre chose. Le climat de continuité dans la suspension, attesté par deux autres occurrences des points de suspension, a contaminé la deuxième phrase interrogative.

13Points d’interrogation et d’exclamation d’une part, et points de suspension d’autre part, sont généralement exclusifs, non à cause d’une opposition irréductible, mais plutôt à cause de leur proximité et partiel chevauchement à l’intérieur d’un champ plus vaste que nous avons appelé la « suspension ». L’incompatibilité avec le point, outre l’assimilation graphique, tient moins au modus (le point simple ne marque pas spécifiquement l’assertion) qu’à la valeur radicale de clôture du point, à laquelle s’oppose la valeur de non-clôture des points de suspension et du blanc.

La ou les valeur(s) de […] en position finale

14La valeur reconnue des points de suspension est, selon la Grammaire Larousse déjà citée, une interruption réelle dans un propos ou une interruption artificielle, un prolongement flou. Cela devrait se traduire par un manque syntaxique ou sémantique. Plutôt que de faire une analyse qui tendrait à minorer cette valeur, nous voudrions insister maintenant sur le climat dialogique inhérent à l’emploi des points de suspension par Nathalie Sarraute. Examinons ce passage de Enfance :

Mais il n’y a rien à faire, la fourrure d’un singe aperçu dans la cage du jardin d’acclimatation est venue, je ne sais comment, se poser sur le cou, sur les bras de maman et voici l’idée… elle me fait mal…
J’appelle maman au secours, il faut qu’elle me soulage… « Tu sais maman j’ai maintenant une autre idée… Elle a l’air aussitôt agacée… […] » (En, 1044, 99).

15Notons deux faits : le discours direct (Tu sais maman […]), introduit par des verbes déclaratifs ou para-déclaratifs (appeler, soulager) s’insère dans le discours « narratif »-cadre par des guillemets… et des points de suspension au lieu du deux-points (préférence accordée à un signe plus conjonctif plutôt qu’à un signe plus disjonctif). Ce mode d’insertion du discours cohabite fréquemment avec le mode ordinaire par le deux-points. Second fait : le groupe inséré par les guillemets et les points de suspension (qui fonctionnent l’un et l’autre comme signes doubles) ne correspond pas strictement au discours dialogal. S’y insère une didascalie, elle-même isolée en amont et en aval par des points de suspension ; c’est la voix du narrateur-scripteur, placée dans un temps bien ultérieur à la diégèse :

« Tu sais maman j’ai maintenant une autre idée… Elle a l’air aussitôt agacée… — Qu’est-ce que c’est encore ? — Eh bien, je pense… que tu as… la peau d’un singe… » (En, 1044, 99).

16Donc les points de suspension participent au discours dialogal étendu ; ils créent un climat dialogal et marquent non seulement le passage d’une voix à une autre dans la diégèse, mais encore le passage des voix diégétiques à la voix narrative. C’est ce que nous appelons le climat « dialogique », qui met en scène le jeu des voix asynchrones.

17Finalement, les points de suspension apparaissent comme un signe de ponctuation finale ambigu. Certes ils se situent fréquemment à la fin des phrases de Sarraute, mais on n’est pas sûr que le rôle de clôture ne soit effectué principalement par la majuscule. Les points de suspension « infinissent » la phrase, la rendent instable. Ainsi reliée à l’amont et à l’aval, elle semble être prise dans le flux, ce qui pose la question de l’unité de discours supérieure à la phrase : paragraphe – mais lui-même « infini » – ou texte ? Et en même temps la phrase est arrêtée, suspendue, permettant un traitement lectoral de rétro-action, qui n’est pas sans rapport avec une ostension métadiscursive. Les points de suspension, à l’inverse du point simple, n’assurent pas la phrase, dénoncent son ordre monovalent, monologique et unidirectionnel, ils créent du manque, non au niveau du dit mais du dire. Le discours à forte modalité suspensive et subjective de Sarraute ne peut être que la mise en jeu théâtral du discours, son opération expérimentale. Avec les points de suspension s’insinue toujours le doute.

Les points de suspension et la ponctuation médiane

18Les points de suspension – qui sont la caractéristique du système ponctuationnel de Sarraute – ont cette particularité d’être quasiment les seuls signes à la fois finals et médians. Les points d’interrogation et plus encore d’exclamation – autres signes de la modalité suspensive – ont bien cette potentialité, mais elle est exercée avec une certaine parcimonie par la plupart des scripteurs, Sarraute comprise. Que ce signe graphiquement si visible, dont nous avons évoqué la valeur à la marge du dictum, soit encore plus médian que final, ne peut qu’augmenter le soupçon.

Que délimitent-ils ?

19Ils délimitent, outre la phrase et la phrase enclavée, en cas de discours direct inséré, des unités inférieures qui vont de la proposition (ou la « clause » de Berrendonner) au morphème. On aboutit même dans certains exemples de Sarraute à des unités cénémiques, ici syllabiques :

Elle roucoule en roulant les r et traîne sur chaque syllabe… é… va… po… rrés… […] (Ma, 181, 10)

20Même quand les points de suspension fonctionnent par couples, on peut se demander s’ils ont une portée aussi délimitée que la double parenthèse ou les guillemets. Soit la citation suivante extraite de Martereau :

Ce serait de me laisser aller complètement, de tout lâcher, tous les freins, de leur crier que je ne suis pas dupe, moi non plus, que je vois leurs lâches petites manœuvres… lâches, cruels… je ne la gagne pas, moi, ma vie, et j’en souffre, ils le savent bien… incapable de me délivrer d’eux, de m’évader… englué par eux, coincé, malade, et ils en profitent… je suis malade […] (Ma, 188-9, 21).

21Si l’on considère le segment : je ne la gagne pas, moi, ma vie, et j’en souffre, ils le savent bien, doit-on le considérer comme une unité délimitée par la double occurrence des points de suspension ? Du point de vue énonciatif, il est clair que s’y logent deux énonciations distinctes, la dernière étant commentative : ils le savent bien. La question est ainsi de savoir si les points de suspension ont une portée locale avec rétroaction limitée au signe de ponctuation précédent :

22, cruels…/, ils le savent bien…/, de m’évader…/, et ils en profitent… ou une portée parenthétique. Il n’est sans doute pas exclu d’envisager les deux solutions concomitamment avec une accentuation plus forte localement, ce que devrait confirmer l’approche rythmique de la question.

Les points de suspension : référence d’un système complexe ?

23Le signe médian ordinaire est la virgule ; il appartient à la série non marquée : [,], [;], [.]. Son usage recoupe celui, plus marqué, des points de suspension :

— Peut-être… et puis elle sentait auprès de moi la présence même lointaine, mais protectrice de mon père… Il me semble qu’a sa façon un peu sauvage, sans bien s’en rendre compte, elle le craignait…
— Oui, obscurément, elle voyait en lui son maître… (En, 1069, 146).

24Si l’on considère dans cet extrait la part plus explicitement subjective du narrateur qui commente, évalue, modalise, on peut relever les expressions suivantes : Peut-être / et puis / même lointaine / mais protectrice / Il me semble qu’ / à sa façon un peu sauvage / sans bien s’en rendre compte.

25Le signe le plus marqué […] n’intervient qu’après peut-être, qui d’une certaine manière modalise toute la réplique, malgré le et puis qui semble ouvrir un autre champ explicatif. La virgule n’apparaît qu’à trois reprises, dont deux couplées à valeur parenthétique (sans bien s’en rendre compte), dans un environnement sémantique d’opposition et de négation (mais/, sans bien/). L’opposition moindre, même lointaine, ne suscite pas de marque noire, mais seulement un accent (accent et contre-accent). On peut établir la hiérarchie suivante : accent (et ponctuation noire zéro), virgule, points de suspension. Ces derniers semblent avoir la valeur énonciative et accentuelle la plus forte des trois.

26Les parenthèses sont rares dans ces trois ouvrages. Dans Martereau, roman à l’influence proustienne notable, on peut relever cette double insertion :

Cela m’amuse quand je vois ma tante qui s’efforce (comme je l’ai fait moi-même autrefois) de franchir le rempart et de parvenir jusqu’à lui, à ma grande peur, à ma joie. Pas sur le moment bien sûr, ce serait trop imprudent, voué à un échec certain, mais après, en douceur (c’est cette manie qu’elles ont d’inspecter tous les recoins pour enlever toutes les impuretés, essayer d’enlever les taches ; elle braverait tous les horions, poussée qu’elle est par cet instinct – leur devoir, elles l’appellent ainsi)… je m’amuse, bien que j’aie un peu peur, quand, avec son obstination de fourmi qui refait sans fin le travail détruit, elle l’entreprend – insidieusement d’abord, l’air même tendre pour l’occasion… (Ma, 248, 111-2).

27Il s’agit de deux insertions additives, à valeur commentative, a-diégétique. Nous savons que dans le système de Sarraute, surtout plus tardivement, les points de suspension peuvent entrer en concurrence avec les parenthèses. Ce que nous remarquons ici, c’est que la seconde insertion, longue, est suivie de points de suspension, avant la récupération du flux syntaxique principal, hors parenthèses. Les deux signes semblent ici complémentaires et voisins. On peut confronter cet usage de 1953 à celui de 1982 :

je reconnais que j’ai beaucoup de fièvre à la présence… ils ne manquent jamais d’être là quand mon corps, ma tête brûlent… des petits bonshommes déversant sans fin des sacs de sable […] (En, 1007, 38).

28Il en va de même du tiret, très présent dans Martereau, quasi absent dans Enfance et Pour un oui ou pour un non en position intraphrastique. Dans Martereau, le tiret, à l’intérieur de l’insertion parenthétique, ouvre une deuxième insertion, hiérarchiquement secondaire. Le tiret apparaît ainsi comme un moyen de graduer les informations venant des flux collatéraux. On peut faire l’hypothèse qu’en utilisant un seul signe d’insertion marqué, ou semi-marqué (les virgules étant « non-marquées »), Sarraute met en scène les différentes voix du discours, sans les hiérarchiser. Il n’y a plus une voix dominante, rationalisée, « diégétisée », mais un flux polyphonique dont les points de suspension représentent des passages à niveau, à la fois marqués et amortis. Ce qui n’est pas le cas du deux-points.

29Le deux-points est par excellence ce passage énonciatif à l’intérieur de la phrase. Il a chez Sarraute les valeurs répertoriées généralement, du récit au discours direct, de la cause à la conséquence ou vice versa, de l’hyperonyme aux éléments énumérés, etc. Mais il apparaît en plus, dans Martereau seulement, dans un emploi en cascade étonnant :

« Oui… Tout ça c’était très joli… Mais voyez-vous… » elle me regarde gravement : il me semble qu’elle se ramasse en elle-même, se décide : « Voyez-vous, un beau jour […] » (Ma, 183, 13).

30C’est une insertion parenthétique qui est délimitée en amont et en aval par le deux-points ; alors que le second ouvre traditionnellement la voie du discours direct, le premier signale le passage de la description au commentaire modalisé. Ainsi le deux-points marque avant tout une différenciation énonciative. La cascade rend toutefois la lecture de l’énoncé malaisée, sans qu’une hiérarchie des « clauses » apparaisse clairement. Là encore on peut se demander si dans les œuvres tardives les points de suspension ne correspondront pas à la solution recherchée d’« un flux continu avec ruptures ». Alors le deux-points retrouvera sa valeur prototypique de passage à niveau brusque, avec accentuation rythmique vive :

Il y avait d’autres cas du même ordre : entre parents et enfants, entre frères et sœurs […]
Et il n’y a rien eu à faire : tous déboutés (ON, 1500, 27).

31On pourrait enfin opposer les valeurs contrastives du deux-points et du tiret simple :

H.2 : Ça te fait peur : quelque chose d’inconnu, peut-être de menaçant, qui se tient là, quelque part, à l’écart, dans le noir… […]
H.1 : La vie ne vaut plus la peine d’être vécue – c’est ça (ON, 1512-3, 46).

32Valeur d’ouverture et de lancement dans le premier cas, valeur résolutive dans le second.

La ou les valeur(s) contrastive(s) des […]

33L’une des valeurs essentielles des points de suspension est reliée à la polyphonie énonciative, que l’on peut considérer au sens étroit ou au sens élargi. Nous avons déjà fortement noté le lien entre les points de suspension et le climat dialogique. En nous appuyant sur la thèse de Jacqueline Authier-Revuz, on pourrait élargir l’énonciation à tout commentaire du scripteur, qui peut être à la limite, métadiscursif :

« Quel malheur ! »… le mot frappe, c’est bien le cas de le dire, de plein fouet (En, 121, 1055).

34L’expression citée, mise en ostension, fait l’objet d’un commentaire métadiscursif à deux niveaux ; commentaire de la citation : « Le mot frappe […] de plein fouet ». Commentaire interne du mot frappe : C’est bien le cas de le dire qui forme une seconde « boucle réflexive ». Comme la ponctuation d’insertion parenthétique, les points de suspension conviennent au passage de la cause à la conséquence, et vice versa, au déroulement de l’action dans ses phases contradictoires.

35Cette première valeur énonciative prise au sens large, où les points de suspension accompagnent la disjonction des voix et des éléments du discours, peut être complétée par une seconde, le nondire. Les points de suspension sont ainsi aptes à accueillir le paraverbal :

« […] Et alors je n’ai pas hésité un instant… » son mouvement me fait penser à ce coup de reins, d’épaules adroit grâce auquel les skieurs bien exercés exécutent leurs slaloms… elle tourne… elle vire… « pas une seconde, vous m’entendez, pour envoyer tout ça promener »… Elle a senti quelque chose, c’est certain… elle s’est méfiée… elle m’observe… (Ma, 183, 13-4).

36Les points de suspension paraissent en suggérer plus que ne disent les mots, ou à tout le moins permettent à l’image mentale de se fortifier, de durer, et donc, facilement, de se charger d’affectivité :

« […] J’ai senti tout à coup que je n’avais pas encore vraiment vécu, je voulais me jeter dans la vie à corps perdu, lutter, souffrir pour de bon… » elle hésite une seconde… « aimer… […] » (Ma, 185, 16).

37Le « non-dire » ou le « non-dire tout de suite » introduit le temps et l’oralité dans le discours. Ce n’est pas par hasard si les points de suspension foisonnent au théâtre et dans le discours direct : ils marquent le temps du dire, le corps du dire et tout ce qu’on ne peut dire. On pourrait avancer l’idée que les points de suspension, à l’égal du blanc et plus explicitement même, correspondent à l’extérieur du dit, à la trace distanciée ou lyrique, critique ou empathique, du dire et de l’énonciateur disant-pensant. Les points de suspension sont la trace d’un infra-supra-langage, partiellement inorganisé-indicible, ouvrant sur une béance ou un au-delà, remettant en cause l’idéologie rationaliste et communicationnelle.

38Ce creusement du langage selon un mode peu syntaxique (ou plutôt peu hypotaxique) et peu rationnel n’est pas, ou n’est pas seulement, une opération négative. Plus qu’une valeur précise, énonciative, polyphonique, métadiscursive ou paraverbale, les points de suspension donnent le rythme de la phrase, de la page, du discours. Participant ainsi à la signifiance.

…un élément capital du rythme de Sarraute

39On pourrait parler du rythme du texte, de celui de la page. Ce serait une longue et difficile étude, où l’aspect phonique et l’aspect visuel devraient être pris en compte, qu’ils soient concordants ou discordants. Nous nous contenterons pour l’heure du rythme phonique de la phrase, sans être sûr de couvrir ce domaine restreint. Qu’est-ce qui est accentué par les points de suspension, et avec quelle intensité ? Nous avons déjà avancé une première échelle d’accentuation phonique, de l’accent à marque graphique zéro, à la virgule, aux points de suspension. Le tiret pourrait avoir une force proche, inférieure au deux-points, lequel semble plus tonique.

40Nous avons la chance, déjà mentionnée en incipit, de bénéficier d’une superbe analyse menée par les personnages et le narrateur de Pour un oui ou pour un non. La dispute entre H.1 et H.2 porte sur la phrase prononcée quelque temps auparavant par H.1 :

« C’est bien… ça… » (ON, 1499, 26).

41Il s’agit pour les protagonistes de retrouver le ton et le sens de la phrase antérieurement prononcée, et pour l’écrivain de transcrire par la ponctuation le para-verbal. La ponctuation est ainsi directement reliée à l’oralité. Sarraute par ses personnages opère d’abord une distinction entre : C’est bien… ça… et : C’est bien, ça ? Les […] se distinguent de la virgule et du point d’interrogation, ce qui laisse entendre a contrario qu’ils pourraient se confondre. À la deuxième interprétation la « victime » oppose ce jugement : Pas tout à fait ainsi. H.2, en fait, ne va commenter que le premier signe : points de suspension au lieu de virgule, avec les caractéristiques suivantes : suspens ; il y avait entre « C’est bien » et « ça » un intervalle plus grand. Ainsi est signifiée l’intrusion du temps et de l’oralité. Ce suspens a un effet : cet accent, un étirement.

42Donc, pour Sarraute, l’accent transcrit par l’idéogramme postposé se traduit par un allongement de la voyelle antérieure ainsi orthographiée par Sarraute : biiien, tandis que ça est laissé hors analyse et hors accentuation. Les points de suspension, la virgule, amènent bien une accentuation phonique forte sur le mot et sur la syllabe antérieurs et une accentuation moindre – le contre-accent, sur le mot et la syllabe situés après le ponctème. Ce qui confirme notre théorie.

43Cette valeur ante et post-ponctème rapproche les points de suspension du tiret et… du blanc. Elle les distingue partiellement du deux-points qui accentue à l’identique, et fortement, les deux bords. La prédominance des points de suspension correspond bien à une rythmique phonique et polyphonique du flux et du suspens, plus que de la rupture ou de la hiérarchisation. Ce rythme phonique se superpose à celui de la phrase, mais entre en concurrence avec le rythme visuel, largement a-phrastique – par les points de suspension justement. Le rythme épouse alors au moins deux grandeurs, deux modèles énonciatifs.

44Nous avons dit que l’accent marqué par les points de suspension équivaudrait à celui marqué par le blanc. Il faudrait ici encore étudier similitudes et différences. Les points de suspension ne sont-ils pas au discours dialogal et narratif, ce que le blanc est à la poésie : un principe de délinéarisation et d’incertitude ?

45Donc, Nathalie Sarraute a bien un usage (des usages plutôt) particulier de la phrase et de la ponctuation, et, pourrait-on dire, une réflexion concomitante sur la ponctuation et le discours. La ponctuation de Sarraute a pour trait particulier et central l’usage abondant des points de suspension, qui n’éliminent pas points simples, points d’interrogation et d’exclamation, ponctuation marquée ou non, mais qui s’avèrent aptes à investir tous les emplois et toutes les valeurs de ceux-ci. Les points de suspension sont une bonne à tout faire, ayant une valeur générale, déclarable a priori, très réduite, tendant cependant à brouiller l’image de la phrase et de ses limites… Comme le blanc.

46Comme signe de ponctuation situé en fin de phrase, les points de suspension infinissent la phrase, la mettent en contradiction avec elle-même : finie-pas finie ; et la rattachent au continu du discours et à une posture métadiscursive de Nathalie Sarraute sur sa propre écriture. Comme signe médian de phrase, relié aux autres signes marqués – phoniquement et visuellement – les points de suspension tels qu’utilisés par Sarraute appartiennent à deux maîtres, deux dimensions : la phrase et le texte, déterminant deux orientations lectorales – linéaire et oblique.

47La sémantique – de l’écriture et de la réception du texte de Sarraute – ne peut être que plurielle, complexe, infinie : par la ponctuation notamment, qu’il faut rapporter au blanc de la poésie. Les points de suspension, par leur ambivalence même, sont l’idéogramme de cette écriture du tropisme à la phrase, du corps à la signification partagée, du décodage idiosyncrasique à la langue et vice versa. Le signe vertical, le lieu sublime, le point critique. Mais le génie de tout écrivain dans la langue – et l’ambition retrouvée de la stylistique ! – est de nous faire mieux appréhender la langue – en la menant plus loin dans ses possibles. La phrase existe : par la ponctuation. La ponctuation médiane marquée est « mésophrastique » et paginale. L’écriture – celle du tropisme ici – se fait dans le rapport de la phrase au texte, dans cette économie de l’échange, de l’écoute et de la contradiction de soi à l’autre…

Notes

1 J.-C. Chevalier, C. Blanche-Benveniste, M. Arrivé, J. Peytard, Grammaire Larousse du français contemporain, Paris, Larousse, 1964, p. 37.

Auteur

IUFM de Toulouse

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search