Version classiqueVersion mobile

Nathalie Sarraute. Du tropisme à la phrase

 | 
Yannick Cheval
, 
Philippe Wahl

Ruptures et continuité syntaxiques

La reformulation chez Nathalie Sarraute dans Le Planétarium et Les Fruits d’or

Olivier Bravard

Texte intégral

1Rendre compte du style de Nathalie Sarraute conduit à faire cœxister deux caractéristiques apparemment contradictoires : d’une part l’éclatement textuel (énonciatif, syntaxique, etc.) qui relève de la discontinuité, et d’autre part l’avancée dynamique de cette écriture, sans cesse en mouvement, sans cesse en métamorphose. En d’autres termes, le lecteur est tiré de l’avant, maintenu en haleine, alors même qu’il a souvent le sentiment de passer d’un élément autonome à un autre : en effet, la parataxe asyndétique, l’apposition et la juxtaposition font que les propositions ou les syntagmes se succèdent sans connecteur ; de plus, la phrase est souvent interrompue ; les propositions restent inachevées ; et des points de suspension marquent l’ellipse et le passage à un autre schéma phrastique.

2La reformulation est l’une des figures qui permettent de rendre compte au mieux de cette discontinuité apparente au sein d’une cohérence globale. En effet, la reformulation implique reprise mais aussi différence, elle qui présente comme équivalents des énoncés qui diffèrent par leur statut énonciatif, par leur structure syntaxique ou par leurs variations paradigmatiques. En fait, étudier la reformulation chez Nathalie Sarraute nous conduit à faire le pari de la cohérence face à la discontinuité apparente, c’est-à-dire face à l’éclatement polyphonique, face à la dislocation de la structure phrastique, et face à l’émiettement du texte qui conduit en apparence à la simple juxtaposition de lexèmes.

La reformulation par une énonciation polyphonique

3L’un des facteurs essentiels de l’éclatement du texte sarrautien est le changement incessant et inattendu de la voix. À telle enseigne que la question « qui parle ? et à qui ? » est récurrente pour le lecteur. Bien souvent s’entremêlent, dans une indécision volontairement entretenue, la voix du narrateur et celles d’un ou plusieurs locuteurs, qui s’adressent à un ou plusieurs allocutaires différents. Mais cette énonciation changeante, cette polyphonie quelque peu déroutante relève tout à fait de la reformulation, dans la mesure où les différents énoncés expriment, tous, le même objet de discours. En effet ils rendent tous compte de la même sensation (pour reprendre le terme cher à Nathalie Sarraute), c’est-à-dire du même malaise issu d’une situation donnée. La même sensation est rendue par des énoncés différents ; et chacun de ces énoncés apporte, à sa manière, un éclairage particulier sur la même scène.

4Ainsi, dans Les Fruits d’or, la voix d’un narrateur et celle de l’épouse de l’homme qui refuse de céder à la « mode Courbet » se mêlent, se coupent mutuellement, et participent d’une certaine confusion énonciative :

« Et Les Fruits d’or, est-ce que vous aimez ça ? » La face lisse et plate au bout du long cou maigre se tend… une face vieillotte de petite fille trop sage… une face confite de dévote sans âge… « Et Les Fruits d’or, vous aimez ça ? »… Voix comme une fine sonde flexible qui s’introduit doucement, là, très délicatement… Pour un peu elle zozoterait comme on fait quand on parle à un enfant… Tu vois, je sais comment il faut le prendre… Elle a fureté, flairé partout… Ah moi, vous savez, je vois tout… elle sait ce qui convient à chacun. Voilà ce qu’il faut lui offrir. Regarde, je lui tends cela, tu verras, il ne pourra pas résister. Tu l’as brusqué, tout à l’heure, il ne fallait pas, mais je vais rattraper cela. Les Fruits d’or, c’est exactement ce qu’il lui faut (FO, 532, 20).

5Nous le voyons, loin de se contrarier, les énoncés produits par le narrateur et ceux produits par la femme (qui relèvent soit d’un discours adressé à l’amateur des Courbet, soit d’un « sous-discours » adressé au mari trop honnête) reformulent à leur manière le même thème : c’est-à-dire le snobisme, le conformisme lâche et hypocrite, qui seul permet de surnager au sein de cette petite société mondaine. Il y a reformulation polyphonique dans la mesure où chaque énoncé exprime la même sensation ; et c’est là qu’il faut chercher l’unité textuelle. Peu importe finalement le locuteur : chaque énoncé est au service du même thème.

6Il en va de même quelques pages plus loin, alors que les personnages soupçonnent un certain Jean Laborit de ne pas apprécier Les Fruits d’or :

Voilà… ils le voient, je l’ai, je le tiens, c’est cela… […] Entre eux un courant invisible circule, de sympathie, de solidarité, de délicieuse complicité… Oui, n’est-ce pas, c’est bien cela ? Vous êtes de mon avis ? Moi, figurez-vous, je l’avais oublié, je n’y pensais plus, et voilà que cela me revient… c’est de là, sûrement, vous le sentez aussi, c’est de là que tout provient… Oui, impossible malheureusement d’en douter… c’est cela le corps du délit… ce petit livre, oui, cette plaquette, il me l’avait envoyée… vous l’avez sûrement reçue aussi… Vous la voyez ?… Je la vois… (FO, 553-4, 53).

7Nous distinguons, dans cet extrait, la voix du narrateur, et celles d’au moins deux autres locuteurs. Tous ces énoncés reformulent la joie de l’hallali, cette joie que les mondains ressentent à traquer et à abattre – symboliquement – celui qui ne partage pas le même avis qu’eux. La polyphonie sarrautienne est bien mise au service de l’expression d’une sensation ; et elle n’affaiblit pas la cohérence du texte, bien au contraire.

8Beaucoup plus troublante encore pour le lecteur est la fréquence des phrases interrompues et inachevées chez Nathalie Sarraute. C’est là un facteur important de la reformulation, qui s’effectue alors par abandon d’une structure phrastique au profit d’une autre, avant même que la première structure phrastique ne soit parvenue à son terme.

La reformulation phrastique

9Tout se passe en effet comme si le narrateur hésitait et donnait un nouveau départ à sa phrase, ce qui provoque de continuelles ruptures de construction. Prenons un exemple tiré des Fruits d’or :

  • 1 Pour les citations, c’est nous qui soulignons.

Vous savez qu’il avait chez lui… Allons, venez, entrez… le palais est vide, le roi détrôné est en fuite… répandons-nous partout, fouillons… ouvrons les tiroirs, défaisons les lits, regardez ces albums, ces photographies, ces cartes postales… ah c’est du joli… voilà à quoi ils s’occupent, les grands de ce monde… il avait fait relier… mais oui, je vous le jure, regardez ces gros recueils… il collectionnait les comics, Pim Pam Poum… […] (FO, 609, 140)1.

10À première vue, il y a interruption à plusieurs reprises de la phrase (essentiellement après « qu’il avait chez lui » et « il avait fait relier », deux formes verbales privées de COD). Or, en fait, les trois formes verbales « il avait chez lui », « il avait fait relier » et « il collectionnait » sont dans un rapport de reformulation ; elles sont sur le même plan syntaxique ; et l’on peut estimer que le groupe nominal « les comics » est un COD en facteur commun. Ainsi la reformulation permet de passer outre aux décrochements énonciatifs qui sont autant de parenthèses. C’est elle qui, ici, assure la continuité textuelle et même la lisibilité.

11En fait, même lorsque la phrase est définitivement laissée inachevée, même lorsque les structures phrastiques qui se succèdent avant leur terme sont syntaxiquement inconciliables, force est de constater que chaque formulation continue l’autre, à sa manière : elle la précise, elle la complète. Certes, il y a rupture de construction, mais la signification continue à se construire de formulation en formulation, malgré l’inachèvement. Prenons un exemple tiré des Fruits d’or. L’épouse de l’homme trop sincère s’imagine allant s’excuser auprès de l’amateur des Courbet :

Sûrement vous avez cru comme moi… Répondez, il le faut. Vous ne dites rien. Ah qui ne dit mot consent… voyez, je le sais déjà… Vous avez pensé qu’on vous trouvait… Tout brûle autour de moi, tout mon corps, mon visage sont brûlants. Mais je dois saisir, retirer du brasier, je dois sauver… c’est là… laissez-moi approcher… […] (FO, 530, 16).

  • 2 Nous renvoyons sur ce point à l’analyse de Michel Favriaud développée dans ce même recueil sous le (...)

12Certes, trois phrases sont inachevées, à la suite de l’abandon du schéma phrastique. Mais le sens (c’est-à-dire la vexation, l’humiliante tentative de conciliation), lui, s’élabore à chaque essai de formulation. En fait, la reformulation chez Sarraute est stratification, amoncellement : chaque amorce phrastique s’ajoute à la précédente sans l’effacer ni se substituer à elle. La reformulation fait cœxister les différentes étapes de l’élaboration du sens. En réalité, il n’y a pas succession sur l’axe syntagmatique, mais cœxistence sur l’axe paradigmatique. En cela, à notre sens, l’écriture de Nathalie Sarraute est une écriture verticale, bien plus qu’horizontale. Chaque strate de la formulation est en effet nécessaire à l’émergence du sens. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’absence de connecteur de reformulation chez Sarraute : elle ne répète pas ; elle complète et précise l’évocation. Il nous semble également pouvoir rendre compte par ce biais de l’utilisation récurrente des points de suspension, qui font cœxister les différents segments, sans les hiérarchiser. La disparition des tirets et des parenthèses est également un indice fort de cette écriture verticale2.

13Cette volonté de reformuler par addition va jusqu’à la destruction progressive de la syntaxe : la simple juxtaposition de lexèmes prend le pas sur la phrase construite et élaborée ; et l’on peut parler, semble-t-il à bon droit, d’une reformulation qui tend à la substantivation.

La reformulation par la substantivation

14En effet, progressivement, la phrase a tendance à se déliter au profit du mot, et plus précisément au profit du substantif, porteur ultime de la prédication. Il y a, par là même, dilution du discours englobant, et effacement partiel du locuteur au profit du seul substantif, qui se trouve alors tout simplement juxtaposé à d’autres substantifs, dans un rapport de reformulation simplifiée à l’extrême. En d’autres termes, la reformulation tend à conduire à la simple juxtaposition de substantifs, qui se complètent, s’enrichissent et se corrigent mutuellement, hors de toute structure syntaxique rigide et asséchante, et sans qu’aucun connecteur logique intervienne. Prenons quelques exemples tirés du Planétarium :

[…] ah, c’est beau, leur égalité… juchées sur des échafaudages, trimbalant des rails… tous les voyageurs sont indignés… faisant, déguisées en homme, le coup de feu… Mme Curie… ah, laissez-moi rire… balivernes… folie… vieilles femmes à quarante ans… éteintes, ridées, monstres, bas-bleus, objets de risée, de répulsion… (Pl, 410-1, 101).

15L’évocation de la femme en tant qu’égale de l’homme se termine par une juxtaposition de substantifs (« balivernes », « folie », « vieilles femmes », « monstres », « bas-bleus », « objets de risée ») qui enrichissent chacun de leur dénotation et de leur connotation, la signification globale de cet extrait. Il est important de souligner que la juxtaposition par substantivation ne se réduit pas, nous le constatons, au simple procédé de l’apposition, tant le groupe de rattachement est souvent flou, voire implicite. Quelques sondages textuels suffisent à montrer la récurrence de ce phénomène. Ainsi, quelques pages plus loin dans Le Planétarium :

Il flotte, délivré de la gravitation. Seul. Libre. Vertige léger. Nausée… (Pl, 417, 111).

16Les deux derniers groupes nominaux échappent à tout support syntaxique, comme si les mots eux-mêmes se mettaient à flotter, libres de toute « gravitation syntaxique ». Il en va de même lors du face à face entre Gisèle et son beau-père :

Mais il la fixe des yeux sans pitié : allons, pas d’histoires, assez de simagrées… elles sont toutes pareilles, chères petites madames, il les connaît, c’est pour ça qu’elles se marient, réceptions, invitations, rêveries stupides, petits plats, elle va en faire un crétin, un mannequin mondain, il est déjà assez abêti, avili, humilié par ces gens, passant trop de temps chez eux, se faisant installer, meubler, se détériorant, vie facile, délices de Capoue… (Pl, 420, 115).

17Si les quatre premiers syntagmes nominaux soulignés peuvent à bon droit être considérés comme apposés au « ça » de la deuxième ligne, ce n’est pas le cas des deux derniers. En tout cas, nous en avons là encore la confirmation, il n’y a pas substitution d’une meilleure formulation à une autre, qui serait moins pertinente. Ce qui fait sens, c’est ce heurt entre les substantifs. Il faut en fait cette constellation de mots pour rendre au mieux la sensation qui toujours échappe à un énoncé trop rigide et donc réducteur. Nous dirions volontiers qu’il y a reformulation parce qu’aucune formulation n’est vraiment satisfaisante.

18Quant à l’intention prosodique, elle est naturellement essentielle. Néanmoins cette succession de séquences brèves, accentuées, ne marque pas, dans la majorité des occurrences, un ralentissement ou un effet de clausule ; mais il s’agit bien plutôt d’un phénomène d’accentuation phonique et sémantique, qui autorise tout à fait la poursuite de la phrase. Ainsi, la substantivation n’est qu’un moment de la structure phrastique dans l’exemple qui suit :

Ah, on n’est pas content, on voudrait aussi penser, agir… on s’ennuie, calfeutrées ainsi, ornements, objets de prix, plantes de serre, luxe que s’offrent les hommes arrivés… est-ce que vous pouvez vous plaindre de quelque chose, ta mère et toi ? (Pl, 410, 101).

19En conclusion, nous dirions que la reformulation est au cœur de la problématique sarrautienne. Elle assure à l’écriture la souplesse protéiforme nécessaire pour traduire au mieux la sensation, qui est, par nature, vivante et changeante. C’est ce qu’exprime parfaitement Nathalie Sarraute elle-même, dans sa conférence sur « le langage dans l’art du roman » :

C’est cette découverte de sensations inconnues, cette vision (pour employer un mot si galvaudé qu’on hésite à s’en servir), cette vision neuve du monde ou d’une parcelle du monde, qui préserve le langage de l’académisme, de la sclérose dont il est constamment menacé.
Elle oblige le romancier à le rendre percutant, à écarter le rideau des conventions, à arracher la gangue des formes mortes qui écrasent la sensation neuve, à s’attaquer à quelque chose d’encore inexprimé qui résiste, et à créer un langage à lui, bien vivant (CT, 1687).

20La reformulation par une énonciation polyphonique, l’écriture verticale et l’affranchissement de la syntaxe par substantivation participent de cet effort de création d’un langage neuf, apte à ne pas assécher l’objet du discours. Nous n’en doutons pas, Nathalie Sarraute n’est pas un écrivain qui cherche ses mots, et encore moins un écrivain qui cherche le mot juste ; mais, bien au contraire, elle laisse le mot vivre sans entrave. La reformulation n’est donc pas, chez elle, un acte contraint : c’est une démonstration de plénitude et de liberté.

Notes

1 Pour les citations, c’est nous qui soulignons.

2 Nous renvoyons sur ce point à l’analyse de Michel Favriaud développée dans ce même recueil sous le titre « La ponctuation de Nathalie Sarraute ou le théâtre de la phrase ».

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search