Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nathalie Sarraute. Du tropisme à la phrase

 | 
Yannick Cheval
, 
Philippe Wahl

Du mot à la série

La nomination multiple : un compromis à la non-coïncidence des mots et de la sensation

Stéphane Bikialo

Texte intégral

Prenez un mot, prenez en deux
Faites les cuir’ comme des œufs
Raymond Queneau

1Lorsque Nathalie Sarraute évoque « cette lutte effroyable et mortelle entre la sensation pure, le “ressenti" et le mot à travers lequel il va devenir visible », elle pose une alternative (marquée dans l’exemple suivant par « tantôt… tantôt ») apparemment sans issue entre la victoire du mot – mais plat, vide, mort – et la victoire de la sensation se soldant par une impossibilité de mettre en mots :

  • 1 Nathalie Sarraute, Nathalie Sarraute. Qui êtes-vous ? Conversations avec Simone Benmussa, Lyon, La (...)

Tantôt le mot l’emporte, le plaisir de travailler le mot en lui-même fait qu’on oublie la sensation qui lui a donné naissance et on arrive à du beau langage, à l’harmonie, à la beauté vide, tantôt le mot fouille la sensation, il est happé par elle, il s’intègre à elle, à un tel degré qu’il ne peut plus remonter à la surface. La sensation n’est plus communicable, on reste dans quelque chose d’informe comme est la sensation elle-même à l’état pur. C’est cette lutte continuelle entre la sensation qu’il faut conserver telle qu’elle est, qu’il faut faire entrer dans les mots, des mots qui la figent, des mots qui la déforment, des mots qui la grossissent, c’est cette lutte continuelle entre la force du langage qui entraîne et détruit la sensation, et la sensation qui, elle aussi, détruit le langage. […] Le langage doit survivre malgré la sensation qui passe à travers lui et qui le déforme, comme la sensation doit survivre malgré le langage qui la rend extérieure, belle, etc. Toute la littérature est impliquée là1.

2Nathalie Sarraute commente ici Entre la vie et la mort, dont le titre est emblématique de cette alternative. Ou plutôt ce titre pose ou sous-entend un compromis possible, la possibilité d’une écriture, d’un style « entre » la sensation et les mots, consistant en une « interpénétration de la sensation et du langage en laquelle consiste le travail de tout écrivain » :

Cette sensation non encore exprimée a acquis maintenant une qualité particulière : elle a été rendue par le langage. Elle s’est fondue avec le langage. Elle s’est faite langage.
Et cette fusion du langage et de la sensation intacte crée quelque chose de particulier, qui a une existence propre ; quelque chose qui procure une jouissance d’ordre esthétique (« Le langage dans l’art du roman », CT, 1684, 1688 et 1691).

3Il n’y a donc pas seulement opposition entre le langage et la sensation, mais la littérature telle que la conçoit Sarraute procède, et est en quête, de leur « interpénétration », d’un langage nouveau qui soit adapté à la sensation nouvelle qu’il exprime :

Entre ce non-nommé et le langage qui n’est qu’un système de conventions, extrêmement simplifié […], il faudra qu’une fusion se fasse pour que, patinant l’un contre l’autre, se confondant et s’étreignant dans une union toujours menacée, ils produisent un texte (CT, 1700).

  • 2 J. Authier-Revuz évoque l’écriture de l’entre-deux, de l’écart chez Nathalie Sarraute (Ces mots qu (...)
  • 3 Pour la définition de, et la différence entre, hétérogénéité constitutive et hétérogénéité montrée (...)

4Cet « entre-deux » m’a semblé pouvoir être appréhendé à travers la figure énonciative de la nomination multiple, définie par J. Authier-Revuz dans Ces mots qui ne vont pas de soiBoucles réflexives et non-coïncidences du dire2. Cette figure est le signe d’une hétérogénéité, d’une non-coïncidence représentée, entre deux ordres distincts, l’ordre de la langue et l’ordre du réel – en l’occurrence la pensée, la sensation –, entre les mots et les choses. De « l’hétérogénéité constitutive3 » entre ces deux ordres dont témoigne la citation initiale de Nathalie Sarraute, ces formes sont une représentation, une exhibition. Ce passage de la sensation aux mots, du tropisme à la phrase met également en jeu le rapport à autrui, dans la mesure où les tropismes « ne peuvent se passer de partenaire », « ce catalyseur par excellence, l’excitant grâce auxquels ces mouvements se déclenchent » (ES, 1595-6, 99-100). Je me suis donc intéressé à ces formes de nomination complexe, de couplages où le dire est partagé en deux ou plusieurs nominations sans hiérarchie. J’étudierai cette configuration dans Portrait d’un inconnu (1956), Le Planétarium (1959) et Entre la vie et la mort (1968). Cette mise en relation permet d’envisager un mouvement de rapprochement de plus en plus net vers l’écriture, puisqu’il s’agit dans Portrait d’un inconnu d’un chercheur de tropismes cherchant à mettre en mots mais non d’un écrivain, Le Planétarium évoque des écrivains, confirmé (Germaine Lemaire) ou potentiel (Alain Guimier), et Entre la vie et la mort rend compte des affres de l’écriture et de la réception d’une œuvre.

Le mot juste ou la mort du langage et de la sensation

Lu condamnation de la nomination unique

  • 4 Voir l’évocation à propos du mot « amour » de « ces mots brutaux qui assomment comme des coups de (...)

5Dans ses textes comme dans son péritexte, Nathalie Sarraute a souvent exprimé son refus du mot unique, du UN du dire, annonçant en creux cette écriture de l’écart. La nomination UNE a quelque chose de brutal dans son mouvement direct vers le référent, elle relève d’« un de ces mots-réflexes qui jaillit d’eux tout droit et s’abat juste au bon endroit comme un coup de poing de boxeur » (PI, 42, 18)4. Dans « Le langage dans l’art du roman », Sarraute analyse elle-même le tropisme IX :

  • 5 Nathalie Sarraute reprochera à M. Tison-Braun d’avoir commenté ses œuvres à partir de ces catégori (...)

De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que cela signifie ? Je ne me suis pas posé cette question dangereuse. Si je l’avais fait, j’aurais renoncer à chercher. Une notion toute prête serait venue se plaquer aussitôt sur ce que je voulais décrire. J’aurais pensé : il s’agit ici de la timidité. Une signification connue, rassurante et banale […]. Dès qu’on prononce ce mot : « timidité », tout se fige. Une notion épaisse, patinée par l’usage, recouvre cette palpitation de quelque chose d’indéfinissable, comme une couverture qu’on jette sur le feu : c’est de la timidité (CT, 1689)5.

6La rigidité de la nomination unique s’avère inapte à rendre compte de ce « quelque chose d’indéfinissable » qu’est le tropisme. Non seulement en effet le nom, précisément parce qu’il est commun, partagé par tous conventionnellement – ce qui entre en résonance avec l’aspect social de la langue et l’arbitraire du signe posés par Saussure –, étouffe la spécificité de l’état en question, mais son unicité même empêche de rendre compte de l’aspect vivant, dynamique. Le nom commun est un « désignateur rigide » (Kripke) au même titre que les noms propres. Ceux-ci sont rares et correspondent souvent à un échec dans la perception des tropismes, comme l’emblématise la fin de Portrait d’un inconnu. L’apparition de Dumontet, ce « bloc compact. Tout lisse et dur » (PI, 165, 199), entraîne celle de références absolues et notamment de majuscules aux noms :

Longtemps encore nous continuons. Dumontet : La Fille : Le Père : Moi : Dumontet : Le Père : La Fille : Les pommes à cidre. […] Plus un crépitement. Pas la plus brève étincelle entre eux, ni d’eux à moi. Pas le plus léger courant (PI, 171, 207).

  • 6 J. Authier-Revuz, op. cit., p. 550. Le marqueur d’approximation « à peu près » révèle toutefois un (...)

7Même le « chercheur de tropismes » est atteint et renonce. À Dumontet répond G. Lemaire dans Le Planétarium, qualifiée de « Mme Tussaud ». Et de fait cette écrivaine peut « oser dire » : « je suis arrivée à faire à peu près ce que je veux avec les mots », cherche et trouve « juste le mot qu’il lui faut. Fait tout exprès. Sur mesure » (Pl, 449-50, 156.) Ce commentaire métadiscursif pose les écrits de « Maine » comme une écriture de la coïncidence, de « l’annulation emphatique de la distance »6, de la non-coïncidence, entre elle et son dire. Mais dans ses œuvres :

Pas un frémissement. Nulle part. Pas un soupçon de vie. Rien. Tout est figé. Figé. Figé. Figé. Figé. Complètement figé. Glacé. Un enduit cireux, un peu luisant, recouvre tout cela. Une mince couche de vernis luisant sur du carton. Des masques en cire peinte […] rien ne vibre… Rien… […] Tout est mort. Mort. Mort. Mort. Un astre mort. […] La vie est ailleurs… (Pl, 450, 157).

  • 7 Je ne crois donc pas, comme A. Rykner, que « toute l’œuvre de Nathalie Sarraute est une façon d’af (...)

8Mme Tussaud, la Grévin londonienne, s’oppose au projet des tropismes. La répétition mot pour mot signale cette absence de recherche, de mouvement, de vie : à la différence de la nomination multiple ou de la reformulation, la répétition à l’identique signale la mort du langage, de la recherche7. Au début du roman, A. Guimier résiste à cette nomination unique au sujet de sa tante Berthe :

« Eh bien quoi ? Qu’est-ce que vous avez à vous exciter ? C’est une maniaque, voilà tout… » Une maniaque. Voilà tout… La forêt luxuriante où il les conduisait, la forêt vierge où ils s’avançaient, étonnés, vers il ne sait quelles contrées, quelles faunes inconnues, quels rites secrets, va se changer en un instant en une route sillonnée d’autos, bordée de postes d’essence, de poteaux indicateurs et de panneaux-réclame… (Pl, 356, 27).

9La « forêt luxuriante » de la nomination multiple s’oppose à la contrée balisée du mot juste, de la nomination UNE. Mais Guimier, peu sûr de lui, et admirateur de G. Lemaire, n’ose pas toujours en rester aux tropismes, souffrant d’une non-coïncidence interlocutive – relative à l’écart entre ses mots et ceux des autres –, et recherche donc cette coïncidence en s’adaptant au vocabulaire des autres.

La tentation du mot juste comme recherche de la coïncidence avec autrui

  • 8 C’est aussi le terme qu’elle imagine que son frère Pierre utilisera pour la qualifier (Pl, 466,178 (...)
  • 9 Nouveau roman : hier ; aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, p. 35.

10Ce terme a en effet été prononcé par la tante elle-même – « une maniaque, une vieille enfant gâtée, insupportable, elle sait bien que c’est ce qu’elle est pour eux » (Pl, 345, 13)8 –, puis par un invité – « C’est une vieille maniaque, voilà tout » (Pl, 352, 22). En l’acceptant, c’est bien un compromis ou plutôt une compromission que réalise Guimier s’adaptant pour ne pas être rejeté ; et c’est de nouveau dans un moment de compromission avec l’entourage (chez G. Lemaire) qu’il va utiliser ce terme : « Prenez, par exemple, ma tante, une vieille maniaque… elle vous amuserait bien si vous la connaissiez » (Pl, 400, 87.) Cette lexie apparaît donc comme le symbole du regard figeant d’autrui sur la tante, mais elle renvoie aussi plus généralement à la notion d’idée fixe, et de soin, de rigueur précautionneuse, que l’on peut lier à la précision de G. Lemaire dans son écriture. Il prend donc une connotation esthétique plus générale justifiant son rejet. Reste que ces « support[s] de hasard9 » (CT, 1703) que sont les personnages chez Sarraute sont rarement univoques, et qu’A. Guimier aussi peut représenter cette maniaquerie, liée à la fermeté, la loi – quand il menace de faire expulser sa tante (Pl, 473, 188) –, alors que sa tante comme G. Lemaire ont des moments de doute. La maniaquerie dans la recherche du mot juste est ainsi sensible lorsque A. Guimier affirme :

Adrien Lebat […]. Il a quelque chose de si lourd, c’est comme si on essayait de déplacer l’Arc de Triomphe. Non, mieux que ça, le mont Blanc (Pl, 516, 247).

  • 10 J. Authier-Revuz, op. cit., p. 621. Ce terme de « rature » est d’autant plus pertinent qu’il renvo (...)

11Il cherche ici à en imposer à G. Lemaire, cette virtuose du mot juste, et cela passe par une reformulation corrective, une nomination par remplacement introduite par « non, mieux que ça ». On a là le parcours accidenté d’un dire effectué puis remplacé par un autre dire qui annule le premier, que J. Authier-Revuz nomme joliment « la rature représentée »10. Mais ce dire second n’en est pas moins affecté par le dire qui l’a précédé. Il permet de créer un effet d’emphatisation. Le mont Blanc est une intensification mais surtout une adaptation à une métaphore que va filer A. Guimier sur les « hauteurs » :

Avec lui j’ai toujours envie de lever la tête tant il a l’air de trôner quelque part très haut… de vous considérer avec condescendance […], il me bouche l’horizon, je ne vois plus clair […], il plane sur les hauteurs (Pl, 517, 247).

La nomination multiple comme compromis

12À cette nomination unique rejetée comme stéréotypée, conventionnelle, et signifiant la mort du langage ou la présence d’un langage mort, s’oppose la nomination multiple, plurielle : la mise en relation, « l’assemblage » de deux mots suffit à produire un frottement, une vibration en accord avec les tropismes :

ce mot propulsé hâtivement, venu trop vite, bousculant, écrasant les autres, lui, il me semble est un peu lourd, grossier… un poids mort… prenons pour le remplacer ces deux mots-là, tenez… […] et regardez comme ici ces deux mots assemblés vibrent (VM, 668, 75).

  • 11 F. Neveu, Études sur l’apposition, Champion, 1998, définit l’apposition comme une relation de dépe (...)
  • 12 B. Dammame-Gilbert, Les Séries énumératives, Droz, 1989, ne fait intervenir le sémantisme que de m (...)
  • 13 J’ai esquissé des remarques sur ce point et le statut de la virgule dans ce cadre d’analyse, dans (...)

13Elle se caractérise par la mise en relation immédiate de plusieurs termes équivalents au niveau à la fois syntaxique, sémantico-référentiel et énonciatif. Elle se distingue donc de l’apposition par le statut syntaxique égalitaire11, et de l’énumération par la prise en compte du lien sémantique12. La précision linguistique est ici – comme toujours en stylistique – essentielle puisque derrière ces formes syntaxiques proches se lit un parcours vers le référent différent, fondamental dans ce rapport entre sensation et langage : s’il y a dépendance et donc relation appositive, on reste dans la nomination UNE qui est simplement prédiquée secondairement, tandis que si l’on pose une interdépendance, une égalité, on se place dans le cadre d’une sorte de prédication parallèle qui postule donc la pluralité de nomination13. En tant que mode du dire démultiplié, clivé, la multinomination restitue un mouvement d’appropriation du monde par le langage sur le mode du mouvement, du parcours. Elle est donc la trace d’un sujet aux prises avec la langue et avec la réalité. La nomination multiple est donc une figure énonciative recevant une définition en langue, et dont les valeurs interprétatives, discursives sont variées.

L’esquive de la dénomination

  • 14 Cf. le « malaise étrange » que « personne n’a su définir exactement » intervenant à l’approche de (...)
  • 15 La plupart de ces formes ont été évoquées lors du colloque, le « ça » par Ph. Wahl, les points de (...)

14L’écriture de Nathalie Sarraute se caractérise par la présence d’un certain nombre de formes de détour de la dénomination soulignant le caractère informe, indéfinissable du référent14. Il y a désignation plus que dénomination, cette désignation s’effectuant au moyen d’approximations, de pronoms ou de noms à référent indistinct (« cela », « quelque chose »), de métaphores ou de comparaisons voire de formes du manque, du creux comme les points de suspension15.

C’est cela, il le sent maintenant, qui le paralyse, l’empêche de se lancer, cette masse lourde près de lui, une énorme poche enflée, tendue à craquer, qui pèse sur lui, qui appuie (Pl, 352, 22).

  • 16 F. Corblin, Les Formes de reprise dans Je discours Anaphores et chaînes de référence, P.U. Rennes, (...)

15« Cela » a été défini par F. Corblin comme une « forme à contenu nominal indistinct », impliquant « un référent non délimité, à contours flous, qui se confond avec la situation d’énonciation »16. Cette forme est ici reprise par le pronom « qui », puis par des métaphores – le déterminant démonstratif et l’article indéfini qui les introduisent en font des appositions qui apportent une précision descriptive inutile à l’identification –, cette « poche » renvoyant vaguement au commérage, à la pression de la prise de parole devant autrui. Le démonstratif « cette » reclassifie habituellement quelque chose de déjà identifié ; or l’identification n’a été faite que par « cela ».

16Cet exemple témoigne en outre de la récursivité des formes de nomination multiple puisqu’elles concernent les SN mais aussi les SV et enfin les expansions du N « poche ». Par cette récursivité apparaît le mode de progression propre à cette écriture. La nomination multiple est donc le signe d’une surenchère, de la nécessité de dire en plus pour pallier le décalage constant entre les mots et les choses. Au-delà de la désignation métaphorique et pronominale peut apparaître une dénomination vague passant par la locution lexicalisée « quelque chose » récurrente dans l’écriture sarrautienne :

Je leur ai demandé s’ils ne sentaient pas comme moi, s’ils n’avaient pas senti, parfois, quelque chose de bizarre, une vague émanation, quelque chose qui sortait d’elle et se collait à eux […]. Ne trouvaient-ils pas, n’avaient-ils pas senti, parfois, quelque chose qui sortait d’elle, quelque chose de mou, de gluant qui adhérait et aspirait sans qu’on sache comment […] quelque chose qui colle à vous, s’infiltre, vous tire à soi, s’insinue (Pl, 41-2, 17-8).

  • 17 G. Kleiber, Nominales. Essai de sémantique référentielle, Armand Colin, 1994, pp. 17-18.
  • 18 Ibid., pp. 20 et 23.
  • 19 G. Kleiber, « Dénomination et relations dénominatives », Langages, no 76, 1984, pp. 79-80.

17Le mot « chose » engage, selon G. Kleiber, « une vision discontinue de l’univers, une appréhension de la réalité comme constituée de parties discriminables », sans offrir « par lui-même les moyens d’une telle discrimination. Il présuppose uniquement une multiplicité, une pluralité d’existants. […] il implique l’existence, mais sans fournir d’indication sur ce que sont les existants »17. Aussi ce terme est-il parfaitement adapté au statut à la fois multiple et indéfinissable des tropismes. Dans la mesure où « chose » n’appartient pas en propre à un référent, il est une « dénomination postiche (ou signifiant zéro selon Lacan) », qui convient donc parfaitement à « une unité non (encore) dénommée ou classifiée »18. On a donc une description métaphorique des tropismes ou de la manifestation des tropismes qui ne passe par aucune nomination mais par des prédications adjectivales ou verbales. Il y a davantage dans ces cas relation de désignation que relation de dénomination. G. Kleiber les oppose en indiquant que la « relation de dénomination » nécessite un « acte de dénomination préalable », consistant en l’institution entre un objet et un signe X d’une association référentielle durable, d’« un lien référentiel constant »19. Or l’intérêt des tropismes et le respect de la « sensation pure » repose précisément sur l’absence d’instauration de ce lien, pour préserver, non seulement la fugitivité des sensations (ce qui est lié au fait que la référence se construit au fil du discours, chaque nouveau mot la modifiant), mais aussi leur primitivité, leur dynamisme, et enfin la subjectivité qui leur est associée autant au niveau de leur émergence que de leur perception par autrui.

18Les tropismes sont souvent décrits métaphoriquement comme une substance molle, informe : cette eau stagnante où ils s’étirent doucement, par faibles déroulements mous (PI, 123, 136).

Cela s’insinue en lui, quelque chose d’informe, de gluant […]. Attendre que s’ébauchent dans l’épaisseur de la vase ces déroulements tâtonnants, ces repliements (VM, 658 et 661, 61 et 65).

  • 20 Claude Simon, L’Acacia, Paris, Minuit, 1989, p. 287.
  • 21 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, 1916, édition critique de T. de Mauro, Payot, 1472 (...)
  • 22 Voir toutefois l’intéressante « Journée CONSCILA » du 26 mai 2000 sur « La Parole intérieure » (co (...)

19Ces formules peuvent être rapprochées de celles de Claude Simon sur la matière qu’il cherche à reconstituer comme n’ayant « ni sens, ni consistance, sinon celle visqueuse, trouble, molle, indécise, de ce qui lui parvenait à travers cette cloche de verre »20. Dans les deux cas se lit un rapport médiatisé, au monde pour Simon, à la pensée pour Sarrau te, pensée décrite par Saussure comme « une masse amorphe et indistincte », « une nébuleuse », « un royaume flottant »21. Pour arriver à cette « interpénétration du langage et de la sensation », à rendre ce « pré-langage » qu’elle recherche, Sarraute doit en effet remonter à l’origine psychique du langage peu étudiée par la linguistique22.

  • 23 G. Kleiber, op. cit., 1984, p. 83.

20Face à cette impossible nomination, la langue (ou « lalangue » de Lacan) trouve le moyen de la surenchère, de l’approximation par désignations successives par le biais de la nomination multiple. On est dans la définition ou la signification qui relève selon G. Kleiber23 de l’expansion, plus que de la nomination ressortissant de la condensation. Le rendu de la sensation passe donc par un effet de prolifération textuelle, qui produit un grossissement du texte – et non un silence, une aphasie comme on le dit parfois du Nouveau Roman. On peut relier cela à la formule de Sarraute :

  • 24 Nathalie Sarraute. Qui êtes-vous ? Conversations avec Simone Benmussa, op. cit., 1987, p. 59.

C’est comme si je plaçais à l’intérieur des consciences des personnages un appareil qui grossirait et ralentirait tous ces mouvements. En réalité, ces mouvements passent en eux très vite24.

21Par un dire multiple et l’atermoiement de la référence, l’écriture mime à la fois ce grossissement, ce ralentissement, cette dilatation temporelle.

22Mais cet effet de surenchère peut aussi être lié à la volonté de conserver la parole devant l’autre ou pour soi. Ainsi la tante Berthe du Planétarium, qui trouve que « c’est si délectable de ressasser », témoigne-t-elle, dans l’incipit, d’une complaisance dans les formules stéréotypées enthousiastes : « on ne pourrait rien trouver à redire, c’est parfait » (Pl, 341-2, 7-8). Dans cette nomination multiple asyndétique de deux expressions prédicatives, la figure ne dit pas le manque mais le trop-plein, dans une sorte de mimétisme de l’exaltation excessive du personnage soulignant son ridicule : « cet éclat, ce chatoiement, cette luminosité, cette exquise fraîcheur » (Pl, 341, 7). L’excès langagier marqué par la nomination multiple prend ici une valeur ironique mettant en avant la futilité de Tante Berthe et son obsession de la perfection, en lien avec une philosophie de la vie qui acquiert dans notre cadre d’analyse une valeur métadiscursive : « C’est un fait que les choses bonnes ou mauvaises vous viennent toujours par séries… » (Pl, 343, 9). Cela est confirmé par les nominations multiples soulignant la difficulté, l’ampleur de la tâche – dérisoire car il s’agit de la pause d’un rideau :

Mais quel danger, quelle folie de choisir sur des échantillons […]. Que d’inquiétudes, que d’hésitations […], après tous ces efforts, ces recherches – c’était une vraie obsession, elle ne pensait qu’à cela […] maintenant que tout a si bien réussi, que tous les obstacles ont été franchis (Pl, 341-2, 7-8).

23La nomination multiple peut aussi témoigner du caractère purement phatique de la parole, qui tourne à vide.

La nomination différée, retardée

24Dans L’Ère du soupçon, Nathalie Sarraute parle

des mouvements indéfinissables, qui glissent très rapidement aux limites de notre conscience […]. Tandis que nous accomplissons ces mouvements, aucun mot – pas même les mots du monologue intérieur – ne les exprime, car ils se développent en nous et s’évanouissent avec une rapidité extrême, […] produisant en nous des sensations souvent très intenses, mais brèves,

25d’où la nécessité, pour « les communiquer au lecteur »,

d’images qui en donnent des équivalents, et lui fassent éprouver des sensations analogues. Il fallait aussi décomposer ces mouvements et les faire se déployer dans la conscience du lecteur à la manière d’un film au ralenti. le temps n’était plus celui de la vie réelle, mais celui d’un présent démesurément agrandi (ES, 1553-4, 8-9 ; je souligne).

  • 25 Ibid., p. 130.

26Pour lutter contre la fugitivité des tropismes, deux formes stylistiques sont ainsi pointées : les images (souvent présentes dans les nominations multiples) et la dilatation temporelle. Or cette dilatation temporelle passe forcément par une négociation avec la linéarité, la successivité, « le malheur de l’écriture » selon Sarraute25.

il m’était impossible […] de ne pas remarquer, cette fois, chez d’autres, parmi ceux qui étaient présents, des mouvements analogues aux siens et décelant une sorte d’inquiétude vague, d’agitation, un désarroi silencieux rappelant celui qu’on observe chez les animaux à l’approche de l’orage (PI, 118, 131).

  • 26 H. Meschonnic, Pour la poétique I, Gallimard, 1970, p. 122.
  • 27 Jakobson définit la fonction poétique par la projection du paradigmatique sur le syntagmatique (Es (...)

27Le référent est situé entre les nominations, le même déterminant – indéfini, non notoire, ce qui témoigne du caractère inédit de la sensation – impliquant une mise sur le même plan syntaxique. L’approximation (« une sorte de »), qui fonctionne souvent comme un signal de nomination multiple, la triple nomination et l’expansion de la troisième par une comparaison favorisent ce mouvement de dilatation temporelle. La comparaison entre en effet en relation avec la nomination multiple dans la création de cette configuration stylistique eu égard à son « pouvoir de retardement »26. La nomination multiple asyndétique (reliée par une simple virgule) semble toutefois plus proche du tropisme que la comparaison en ce qu’elle est à la fois procédé de ralentissement du texte et de condensation par le mode elliptique de la relation. Cette valeur paradoxale respecte la fugitivité des tropismes tout en rendant possible leur perception. On a affaire avec ces formes de nomination multiple à une sorte de négociation, de compromis avec la linéarité qui se traduit par un mode de progression textuelle tout à fait spécifique à la fois paradigmatique et syntagmatique27. La nomination multiple est bien un remède, un compromis à ce décalage en ce qu’elle introduit une temporalité, une dilution du temps de la nomination, donc permet de créer ce mouvement de ralenti, de microscope, évitant de rater les tropismes fugitifs.

28De plus c’est un moyen de retarder l’achèvement de la phrase (avec ou en plus des points de suspension), et donc le figement de la nomination et de la sensation :

C’est encore cette crainte maniaque… ce perfectionnisme… Qui a dit qu’achever quelque chose, c’est « l’achever » ? Souvenez-vous de cela. Laissez donc. Ces creux sont excellents (VM, 732, 171).

29C’est entre les deux ou trois mots que peut apparaître une image du référent, pas dans le remplacement de l’un par l’autre, avec l’idée d’une adéquation de plus en plus nette. C’est pourquoi la nomination multiple, même si elle met en relation des termes souvent équivalents en langue – de l’ordre de la parasynonymie –, opère un mouvement de différenciation tendant à signifier le manque, à conserver les « creux » plus qu’à opérer une convergence. Ceci explique la rareté – par rapport à Claude Simon par exemple, dont l’écriture s’inscrit également dans cette représentation de la non-coïncidence – des marqueurs explicites de reformulation paraphrastique comme « ou plutôt », « c’est-à-dire », « ou »… et un mode de liaison asyndétique entre les nominations, avec parfois des nominations multiples répétées avec d’infimes variantes qui fondent comme un groupe lexicalisé complexe :

elle le pompe, elle le gruge, […], elle le gruge, elle le ronge […], elle le ronge, elle le gruge (PI, 111-2, 121-2).

  • 28 M. Aquien, L’Autre versant du langage, Corti, 1997.

30La variation dans l’ordre montre bien qu’il n’y a pas de dépendance unilatérale d’une Nomination X par rapport à Y puisque l’inversion est possible. Ces formules illustrent en outre l’importance des signifiants, du rythme chez Nathalie Sarraute et chez ses personnages. Par cette prééminence du signifiant, l’écriture de Sarraute se situe sur cet « autre versant du langage » qu’a bien décrit M. Aquien28 et qui met en avant un langage débarrassé des conventions et purement subjectif. Si la mise en avant du signifiant est une manière d’échapper au leurre de la transparence du langage, il ne doit jamais toutefois fonctionner en autonomie sous peine d’aboutir à un pur jeu verbal comme celui que pratique le garçon de Entre le vie et la mort sur « Hérault, héraut, héros, aire, haut, erre haut, R.O… », qui s’achève significativement sur « zéro » (VM, 22 et 28, 636 et 638).

  • 29 Ce qui renvoie au bel et pertinent intitulé choisi pour ce colloque : « Du tropisme à la phrase ».
  • 30 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale I, Gallimard, 1966, p. 129.

31La nomination multiple, par la pluralité de mots qu’elle fait intervenir ainsi que par son statut de forme énonciative fait passer du mot à la phrase29 : si le mot dans la mesure où il relève du système de la langue, du niveau du signe, peut paraître figé, « la phrase, création indéfinie, variété sans limite, est la vie même du langage en action »30. Certes les phrases peuvent être mortes, figées :

Voici l’image bien mise au point, la voici, parfaitement modelée, ses formes bien prises, moulées dans les contours souples et fermes des phrases […] elle sent que quelque chose lui manque… quelque chose d’essentiel… de vital… il a, elle ne peut pas s’y tromper… cet enfant resplendissant de santé a comme un air un peu inerte… […] cela a été étouffé, pris dans l’emploi de ces phrases glacées…[…] les belles phrases vont s’assembler en une forme qui aura un jour l’aspect lugubre d’un champ jonché de cadavres (VM, 729, 167-8).

  • 31 Pour une réflexion sur la phrase et ses différentes mises en œuvre stylistiques à travers les sièc (...)

32Mais il s’agit ici précisément des « belles phrases », classiques, définies comme une hiérarchie de connexions, un sens complet et des critères typographiques31. C’est ce type de phrase que tente d’écrire G. Lemaire, « cette phrase ferme et lisse, sans un faux pli » (Pl, 449, 155), ce qui en fait un auteur académique. La phrase de Sarraute n’a pas cette rigidité mortifère, et cet extrait en est un parfait exemple : les interruptions marquées par les points de suspension, les redoublements de postes paradigmatiques, les incidentes concourent à faire de la phrase une « dramaturgie du sens » selon L. Jenny :

Mais rien n’est encore perdu, c’est encore là, encore tiède, vivant, il faut le dégager, l’arracher d’ici, faire éclater ces phrases rigides, briser ces formes parfaitement modelées… le ranimer (VM, 729, 168).

  • 32 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale II, Gallimard, 1974, p. 227.
  • 33 L. Jenny, « La phrase et l’expérience du temps », Poétique, no 79, 1989, repris dans La Parole sin (...)
  • 34 D’où peut-être l’évocation de la « fine buée », à valeur métadiscursive, qui clôt Entre la vie et (...)

33La phrase est d’abord, dans la perspective de Benveniste, cette réalisation singulière qui permet de passer de la langue au discours, ou du mode sémiotique au mode sémantique de la langue, elle est « à chaque fois un événement différent ; elle n’existe que dans l’instant où elle est proférée et s’efface aussitôt ; c’est un événement évanouissant »32. En cela elle est le lieu idéal d’émergence et d’expansion du tropisme, ce « mouvement fugitif, à peine perceptible ». Cette écriture cinétique paraît ainsi constamment liée à son mode et moment de création. La phrase est aussi « la modulation indéfiniment recommencée d’un divorce illocutoire (d’où seul peut émerger du représentable) et d’une réconciliation ponctuelle »33. C’est dans la phrase que peut émerger une représentation même (ou forcément) floue des tropismes34, des sensations, afin de les faire partager.

34La nomination multiple, en ce qu’elle exhibe une non-coïncidence entre les mots et la sensation, s’avère particulièrement apte à rendre compte, sur l’inévitable mode du compromis, des tropismes. Et de fait l’abondance de nominations multiples dans l’œuvre de Sarraute s’accorde avec le fait que les tropismes sont demeurés « la substance vivante de tout [s]es livres » comme elle le souligne en préface à L’Ère du soupçon. L’intérêt de la nomination multiple est qu’elle est une trace formelle de cette non-coïncidence, et que son absence révèle souvent au contraire une transparence ou une illusion de transparence, montrant le dire comme coïncidant avec la sensation. C’est ainsi qu’elle se raréfie à la fin de Portrait d’un inconnu, avec l’arrivée de Dumontet, et qu’elle est plus présente dans ce premier roman, dont le « narrateur » guette l’émergence des tropismes chez autrui, que dans Le Planétarium, livre du factice comme l’indique le titre commenté ainsi par Nathalie Sarraute :

  • 35 « Entretien avec A. Rykner », Nathalie Sarraute, Seuil, « Les Contemporains », op. cit., p. 181.

les personnages se voient sans arrêt de cette façon, du dehors. Et si le livre s’appelle Le Planétarium, c’est précisément parce qu’ils ne peuvent être que de faux astres, des apparences, des copies35.

35Ainsi Le Planétarium se présente-t-il comme le règne des noms propres contre la nomination multiple, hormis les moments de doute auxquels est sensible A. Guimier. Dans Entre la vie et la mort, les passages relatifs aux affres de l’écriture sont saturés de nomination multiple, et s’opposent aux passages mettant en scène des lecteurs en quête d’une signification univoque. La nomination multiple s’accorde enfin aux tropismes par son caractère dynamique, et par la création d’un syntagme complexe qui lui permet de renouveler la langue normée, en jouant des potentialités du système. Ce problème du passage « du tropisme à la phrase » ne fait pas qu’impliquer la « littérature elle-même » selon la formule de Sarraute rappelée au début de cet article. Il engage aussi le passage de la pensée à la langue, puis de la langue à la parole. La nomination multiple participe de, ou engage, cette exploration de la langue par l’écriture. C’est donc une réflexion à la fois littéraire et linguistique, donc stylistique, qu’impose l’écriture de Nathalie Sarraute, une écriture qui cherche à être selon une jolie formule d’Entre la vie et la mort – qui est aussi le titre d’un roman de Claude Simon – un « corps conducteur » entre la sensation et le langage.

Notes

1 Nathalie Sarraute, Nathalie Sarraute. Qui êtes-vous ? Conversations avec Simone Benmussa, Lyon, La Manufacture, 1987, p. 129.

2 J. Authier-Revuz évoque l’écriture de l’entre-deux, de l’écart chez Nathalie Sarraute (Ces mots qui ne vont pus de soi - Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Larousse, 1995, pp. 608-630).

3 Pour la définition de, et la différence entre, hétérogénéité constitutive et hétérogénéité montrée, voir J. Authier-Revuz, « Hétérogénéités et ruptures. Quelques repères dans le champ énonciatif », dans Le Sens et ses hétérogénéités (H. Parret éd.), Éditions du CNRS, 1991, pp. 139-151.

4 Voir l’évocation à propos du mot « amour » de « ces mots brutaux qui assomment comme des coups de matraque » (PI, 74, 64).

5 Nathalie Sarraute reprochera à M. Tison-Braun d’avoir commenté ses œuvres à partir de ces catégories morales ou psychologiques asphyxiantes (Nouveau roman : hier, aujourd’hui. Tome II : Pratiquer, UGE, coll. « 10/18 », 1972, pp. 39 et 45).

6 J. Authier-Revuz, op. cit., p. 550. Le marqueur d’approximation « à peu près » révèle toutefois une nuance à cette maîtrise de G. Lemaire sur son écriture, ce que confirmera la scène suivante. C’est bien une posture qu’elle se donne plus qu’une relation effective aux mots.

7 Je ne crois donc pas, comme A. Rykner, que « toute l’œuvre de Nathalie Sarraute est une façon d’affirmer que la tautologie est la forme la plus honnête du langage » (Nathalie Sarraute, Seuil, « Les Contemporains », 1991, p. 30).

8 C’est aussi le terme qu’elle imagine que son frère Pierre utilisera pour la qualifier (Pl, 466,178).

9 Nouveau roman : hier ; aujourd’hui. Tome II : Pratiques, UGE, coll. « 10/18 », 1972, p. 35.

10 J. Authier-Revuz, op. cit., p. 621. Ce terme de « rature » est d’autant plus pertinent qu’il renvoie à la génétique textuelle qui étudie le « cheminement complexe qui conduit de l’informe et de l’indistinct à des formes organisées », « la trace d’une dynamique, celle du texte en devenir » (A. Grésillon, Éléments de critique génétique, PUF, 1994, pp. 1 et 7). A. Grésillon précise en outre que « la rature est un des éléments capables de témoigner de la dimension temporelle propre à tout processus d’écriture » (p. 67), dimension temporelle essentielle dans la nomination multiple et sur laquelle je reviendrai.

11 F. Neveu, Études sur l’apposition, Champion, 1998, définit l’apposition comme une relation de dépendance unilatérale d’un segment apport à un segment support (p. 67).

12 B. Dammame-Gilbert, Les Séries énumératives, Droz, 1989, ne fait intervenir le sémantisme que de manière secondaire dans l’énumération, donc ne rencontre la nomination multiple que dans ses cas de « convergence ».

13 J’ai esquissé des remarques sur ce point et le statut de la virgule dans ce cadre d’analyse, dans « Les virgules de Claude Simon », La Licorne, no 52, UFR Langues et Littératures de Poitiers, 2000.

14 Cf. le « malaise étrange » que « personne n’a su définir exactement » intervenant à l’approche de la nuit (PI, 106-107, 114).

15 La plupart de ces formes ont été évoquées lors du colloque, le « ça » par Ph. Wahl, les points de suspension par M.-C. Lala et M. Favriaud, et les images par Y. Chevalier. Voir aussi R. Boué, « Lieux et figures de la sensation dans l’œuvre de Nathalie Sarraute », Littérature, no 89, 1993.

16 F. Corblin, Les Formes de reprise dans Je discours Anaphores et chaînes de référence, P.U. Rennes, 1995, p. 96.

17 G. Kleiber, Nominales. Essai de sémantique référentielle, Armand Colin, 1994, pp. 17-18.

18 Ibid., pp. 20 et 23.

19 G. Kleiber, « Dénomination et relations dénominatives », Langages, no 76, 1984, pp. 79-80.

20 Claude Simon, L’Acacia, Paris, Minuit, 1989, p. 287.

21 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, 1916, édition critique de T. de Mauro, Payot, 1472, p. 155.

22 Voir toutefois l’intéressante « Journée CONSCILA » du 26 mai 2000 sur « La Parole intérieure » (coord. Ci. Bergougnioux).

23 G. Kleiber, op. cit., 1984, p. 83.

24 Nathalie Sarraute. Qui êtes-vous ? Conversations avec Simone Benmussa, op. cit., 1987, p. 59.

25 Ibid., p. 130.

26 H. Meschonnic, Pour la poétique I, Gallimard, 1970, p. 122.

27 Jakobson définit la fonction poétique par la projection du paradigmatique sur le syntagmatique (Essais de linguistique générale, Minuit, 1963, repris en « Points », p. 220). À cet égard, les travaux sur les modes de production du français parlé apportent beaucoup, et notamment l’effet de « piétinement » bien mis en avant par C. Blanche-Benveniste, « La dénomination dans le français parlé », Recherches sur le français parlé, no 6,1984. Si les phénomènes décrits ne recoupent pas exactement la nomination multiple, tous deux notent un « trop-plein de lexique » (p. 121).

28 M. Aquien, L’Autre versant du langage, Corti, 1997.

29 Ce qui renvoie au bel et pertinent intitulé choisi pour ce colloque : « Du tropisme à la phrase ».

30 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale I, Gallimard, 1966, p. 129.

31 Pour une réflexion sur la phrase et ses différentes mises en œuvre stylistiques à travers les siècles, voir La Phrase. Mélanges offerts à J.-P. Seguin (dir. C. Rannoux et J. Dürrenmatt), La Licorne, no 42, UFR Langues et Littératures de Poitiers, 1997.

32 É. Benveniste, Problèmes de linguistique générale II, Gallimard, 1974, p. 227.

33 L. Jenny, « La phrase et l’expérience du temps », Poétique, no 79, 1989, repris dans La Parole singulière, Belin, 1990.

34 D’où peut-être l’évocation de la « fine buée », à valeur métadiscursive, qui clôt Entre la vie et la mort.

35 « Entretien avec A. Rykner », Nathalie Sarraute, Seuil, « Les Contemporains », op. cit., p. 181.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site