Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nathalie Sarraute. Du tropisme à la phrase

 | 
Yannick Cheval
, 
Philippe Wahl

Du mot à la série

Les séries chez Nathalie Sarraute ou la vibration sensible des mots

Stéphanie Thonnerieux

Texte intégral

1La question de la référence est immédiate lorsqu’on entre dans l’univers des romans de Nathalie Sarraute. « De quoi est-ce que ça parle ? », se demande-t-on le plus souvent, en employant ce ça si caractéristique de certaines de ses œuvres, et souvent si énigmatique. L’emploi des pronoms en général est exemplaire d’un flottement de la référence. La rareté des noms propres est également significative mais, s’il n’y a pas de noms propres, c’est que l’identification du référent par rapport auquel on cherche à établir la « propriété » du nom reste problématique : le référent manque souvent à l’appel. Toutefois, au-delà du nom propre, ce sont les mots en général qui semblent ne pas pouvoir assurer leur rôle de désignation : la sous-conversation paraît liée à un en-deçà de la référence qui laisse le champ libre à un fonctionnement avant tout sémantique des mots.

2Entre le lexique et la référence, c’est le sens qui prédomine, qui fait agir et réagir les mots les uns par rapport aux autres dans la contiguïté syntagmatique. C’est au niveau des mots eux-mêmes que joue la notion de tropisme, dans les mouvements d’attirance mais aussi de répulsion qu’ils entretiennent. Il paraît donc plus intéressant de modifier légèrement l’angle d’approche, et de décaler la question « De quoi ça parle ? », question de la référence introuvable, vers celle du sens, qui se trouve formulée dans Les Fruits d’or, à propos du roman qui donne son titre au livre de Nathalie Sarraute : « […] mais bon sang, avec quoi c’est fait, en fin de compte, ce machin-là ? » (FO, 546, 42). À cette question, les séries de ce même roman donnent une réponse possible.

La loi des séries : identifications syntaxiques

3Seront appelées séries des enchaînements de type nominal, adjectival ou verbal. Cependant, dès lors qu’on prend en compte précisément Les Fruits d’or de Nathalie Sarraute, l’identification syntaxique des constructions qui sont en jeu reflète à la fois leur diversité et leur intrication dans le texte. Le passage sur l’imparfait du subjonctif nous servira de corpus principal :

Lourdes formes un peu ridicules des modes d’autrefois qu’un couturier de génie reprend et qui, épurées par lui, réduites à leur pure substance, à leur quintessence, savamment dosées, donnent à la mode actuelle un charme nostalgique, à la fois juvénile et suranné.
Dans cet imparfait du subjonctif, appendice caudal un peu ridicule et encombrant, les plus fines ramifications de notre esprit viennent aboutir, comme les filets nerveux au bout de la queue redoutable du scorpion : sa pointe sensible s’étire, se détend et pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable – une virtualité à peine discernable, une imperceptible intention.

Aucun critique ne vantera jamais assez, n’imposera jamais avec assez de rigueur cette langue écrite qui tamise, raffine, épure, resserre entre ses contours fermes, un peu rigides, ordonne, structure, durcit ce qui doit durer.
Elle rejette tout naturellement, elle ne laisse jamais passer ce qui est mou, flou, baveux, gluant. Tout ce que le langage vulgaire charrie et répand dans ses flots bourbeux (FO, 539, 30-1).

Limites de la construction détachée

4La construction détachée, appelée aussi apposition, met directement en relation deux constituants, sans marque de coordination ou de subordination. Si le support est un nom, ce qui limite déjà les cas, nous considérons que l’apport peut être nominal ou adjectival.

5Lorsqu’un nom est mis en relation avec un support nominal par l’intermédiaire d’un détachement, son absence d’actualisation en fait nettement une apposition : « Dans cet imparfait du subjonctif, appendice caudal un peu ridicule et encombrant […] » (FO, 539, 31). En revanche, la présence d’une actualisation identique à celle du support pose un problème d’interprétation : « […] sa pointe sensible s’étire, se détend et pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable – une virtualité à peine discernable, une imperceptible intention » (FO, 539, 31). Doit-on voir dans « intention » une apposition à « virtualité », ou une juxtaposition par rapport à ce même terme, ce qui nous autoriserait à rétablir un et de coordination explicite ? La juxtaposition est cependant parfois plus nette : « Lourdes formes un peu ridicules des modes d’autrefois qu’un couturier de génie reprend et qui, épurées par lui, réduites à leur pure substance, à leur quintessence, savamment dosées, donnent à la mode actuelle un charme nostalgique, à la fois juvénile et suranné » (FO, 539, 30-1). La répétition de la préposition devant un déterminant identique incite à placer les deux groupes nominaux sur le même niveau syntaxique.

6Lorsque plusieurs adjectifs sont en relation référentielle avec un nom, l’apposition n’est acceptable que par rapport au substantif, et ne peut définir le type de relation qui unit les adjectifs entre eux : « Lourdes formes un peu ridicules des modes d’autrefois qu’un couturier de génie reprend et qui, épurées par lui, réduites à leur pure substance, à leur quintessence, savamment dosées, donnent à la mode actuelle un charme nostalgique, à la fois juvénile et suranné » (FO, 539, 30-1). Si « épurées », le premier élément adjectival, est bien en apposition par rapport à un support de type nominal, le pronom relatif « qui », en revanche « réduites » et « dosées » ne peuvent être apposées à « épurées », et sont au même niveau syntaxique que ce terme, en seconde et troisième position, juxtaposées à l’intérieur d’une série (qui, quant à elle, est tout entière apposée à « qui »). Si la fonction de la série ne pose pas de problème, la relation des termes à l’intérieur de la série est plus délicate. Seul un constituant nominal peut avoir le rôle de support dans une construction détachée du type de l’apposition, ce qui n’est le cas ni de l’adjectif, ni du verbe.

7Dans les séries, l’enchaînement des mots obéit donc plus souvent à un principe de juxtaposition qu’à un détachement du type de l’apposition. La fréquence des séries verbales, dont les éléments ne peuvent être apposés, en témoigne.

Juxtaposition et coordination

8C’est la coordination, surtout sous la forme de la juxtaposition, qui prédomine comme principe de constitution des séries. La présence de certains éléments lève toute ambiguïté : « Observer, impuissant, tous les dérèglements, foisonnements, grouillements, magmas informes, sombres fouillis, nuits traversées de sinistres lueurs » (FO, 541, 34). La mise en facteur commun de la série nominale par rapport à l’expression de l’actualisation, assurée par une seule occurrence de l’article défini pluriel, est en outre renforcée par la présence du déterminant secondaire à valeur totalisante « tous ». La coordination finale assurée par la conjonction et vient parfois clore la série qui prend alors nettement la valeur d’une énumération : « […] sa pointe sensible s’étire, se détend et pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable – une virtualité à peine discernable, une imperceptible intention » (FO, 539, 31). La présence d’un tel coordonnant permet de fermer une série qui demeure cependant souvent ouverte chez Nathalie Sarraute, ce qui perturbe son identification syntaxique et sa valeur référentielle.

  • 1 D’autres exemples établissant la coordination entre des propositions entières apparaissent très ne (...)

9Avec la juxtaposition apparaît ainsi le mode principal de formation des séries qui s’avère être en même temps un mode de progression du texte aussi productif que complexe. Les séries ouvertes sont non seulement marquées par la seule ponctuation, mais elles enchaînent des séries à la fois nominales, adjectivales et verbales : « […] sa pointe sensible s’étire, se détend et pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable – une virtualité à peine discernable, une imperceptible intention » (FO, 539, 31). L’extrême dynamisme textuel de ces séries s’explique par la nature même de la coordination qui intervient aux différents niveaux de la phrase, que ce soit dans le groupe nominal, le groupe verbal, ou entre des propositions tout entières : « Elle rejette tout naturellement, elle ne laisse jamais passer ce qui est mou, flou, baveux, gluant. Tout ce que le langage vulgaire charrie et répand dans ses flots bourbeux » (FO, 539, 31). Une première série associe deux éléments propositionnels, « Elle rejette tout naturellement » et « elle ne laisse jamais passer », à un seul COD. Une seconde série met sur le même plan la proposition relative substantive COD « ce qui est mou, flou, baveux, gluant » et la proposition relative isolée « tout ce que le langage vulgaire charrie et répand dans ses flots bourbeux »1.

10Le terme série est donc un terme général qui englobe des relations syntaxiques diverses dont la juxtaposition est la principale. Mais son identification permet avant tout de mesurer l’intérêt du double emploi qui en est fait : une série peut en effet masquer aussi bien une répétition qu’une énumération. L’enjeu de la série réside donc sans doute davantage au niveau sémantique, entre un effet de répétition et une variation d’amplitude plus ou moins grande.

Équivalences et décalages sémantiques

11La répétition et la variation sont au niveau des séries une façon de ressasser ou bien une forme d’accumulation. La série s’établit entre l’insistance sémantique, dont la figure dans la progression du texte pourrait être celle du piétinement, et le déploiement lexical, dont l’équivalent dynamique serait, à l’inverse, l’enjambée.

La synonymie

  • 2 Les définitions sont empruntées au Petit Robert 1 – Dictionnaire alphabétique et analogique de la (...)

12Si on considère la série « tamise, raffine, épure, resserre », présente dans l’évocation de l’imparfait du subjonctif, « raffine » et « épure » sont des synonymes que le dictionnaire renvoie l’un à l’autre. Raffiner signifie « procéder au raffinage de (une substance, un corps brut) »2, le raffinage étant l’« ensemble des opérations par lesquelles on sépare un mélange de certaines substances, de manière à obtenir un corps pur ou un mélange doué de propriétés déterminées ». Épurer a le sens de « rendre pur, plus pur, en éliminant les éléments étrangers ». Quant à tamiser, ou « trier au tamis », ce verbe est plus spécialisé : c’est un hyponyme d’épurer. Resserrer, en revanche, n’entretient pas de relation de synonymie avec les trois premiers verbes, et il ajoute plutôt un procès à l’opération décrite. Dans le même passage, le même type de relations lie « ordonne » et « structure », en les distinguant de « durcit » ; sépare « baveux » et « gluant » de « flou », mais aussi de « mou ». La synonymie n’est bien qu’un type de relation au sein d’une série. Souvent partielle, sa dimension approximative peut être soulignée par des modalisateurs.

L’approximation : la modalisation

13La modalisation reflète de façon explicite le décalage du rapport sémantique, car elle réajuste en quelque sorte le sens du mot par rapport à la situation. L’adverbe est le modalisateur le plus courant : « […] sa pointe sensible s’étire, se détend et pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable – une virtualité à peine discernable, une imperceptible intention » (FO, 539, 31). Les adverbes « extrêmement » et « presque », ainsi que la locution adverbiale « à peine », tendent à rapprocher le sens des expressions épithètes du pronom indéfini « quelque chose », expressions au sein desquelles ils sont incidents à l’adjectif. La modalisation affecte également les noms : « “Chaque mouvement de ses joues révèle le dédain, presque un léger dégoût… Je ne sais pas, moi… — Oh si, si, vous savez…” Il a un sourire condescendant, il paraît apaisé, presque attendri… » (FO, 543, 37.) L’adverbe « presque » modifie tout d’abord un substantif, puis un participe passé adjectivé. On constate que la modalisation traduit souvent une gradation sémantique. Si elle réajuste le sens par rapport à l’emploi dans la situation représentée, elle permet également de faire évoluer le sens dans la série elle-même.

La gradation

  • 3 La même progression apparaît dans d’autres exemples : « Allons, mes camarades, mes frères timides, (...)

14Les termes juxtaposés constituent souvent une progression sémantique que la modalisation peut prendre en charge lorsqu’elle nuance un signifié : « […] il est complètement désintéressé, pur, très pur, comme vidé de lui-même […] » (FO, 554, 54). L’adjonction de l’adverbe intensif « très » à l’adjectif « pur », répété, montre bien que la synonymie est dépassée dans le sens d’une surenchère. Le concept de pureté n’est pas totalement adéquat et, en l’absence du terme requis, c’est le même mot qui devient l’autre mot, par un renforcement de son contenu notionnel3. La détermination peut également prendre en charge la recherche de nuance sémantique : « [Ils] ont bouché toutes les issues, la plus fine fissure, pour empêcher de pénétrer en eux, de s’insinuer en eux douloureusement ce qui filtrait de chaque regard posé sur eux […] » (FO, 563-4, 68). La variation sémantique repose ici sur un passage de la quantité, la totalité exprimée par le déterminant secondaire « toutes », à la qualité assurée par la gradation de l’adjectif qualificatif exprimé dans son plus haut degré par le superlatif de supériorité : on passe de l’exhaustivité dans le nombre à l’excès dans la qualité.

15Mais la gradation sémantique est aussi assurée par l’évolution lexicale entre les éléments mêmes des séries. On passe, par exemple dans « […] ils jettent, puisant à pleines mains, à pleines pelletées » […] (FO, 528, 13), de « mains » à « pelletées », substantif qui exprime littéralement une quantité plus importante et prend une valeur hyperbolique. Dans « […] un sursaut, un effort et elle est ranimée […] » (FO, 529, 14), le passage s’effectue, de même, de « sursaut » à « effort ». La progression sémantique est généralement peu importante. Un exemple pourtant appelle l’attention sur l’ampleur de la variation sémantique, car, jouant sur les mots, il fait littéralement le grand écart :

Devant elle s’étend quelque chose de gris, de froid… cryptes, voûtes, sépulcres, musées où un jour blafard tombe sur les dalles, les colonnes brisées, les sarcophages de marbre, les statues aux poses hiératiques, aux yeux opaques, aux visages figés. Elle a envie de s’écarter, de s’enfuir, de retourner là-bas, vers les molles tiédeurs, avec les autres, ses proches, ses semblables, ils la tirent… (FO, 544-5, 39).

16Cet exemple est en effet emblématique de l’évolution sémantique poussée à son extrême parce qu’elle masque l’expression littérale de la plus grande évolution qui soit, celle de l’inversion. En effet, passer des « autres » aux « semblables », c’est passer de l’autre au même : la succession se fait inversion. Elle reflète la possibilité de voir dans ces séries aussi bien la recherche d’une proximité sémantique plus ou moins grande, qu’une véritable progression du sens.

Un véritable enchaînement

17Lorsque le même devient l’autre, syntaxiquement placé à côté, sur le même plan grammatical, l’écart sémantique est trop grand pour être une forme de répétition, et il assure plutôt une progression : l’élément juxtaposé devient un élément ajouté. La série se fait énumération : « […] sa pointe sensible s’étire, se détend et /pique vivement quelque chose d’extrêmement ténu, de presque impalpable […] » (FO, 539, 31). La série est une succession chronologique de procès : la décomposition du mouvement de ce scorpion-imparfait du subjonctif suscite un déploiement lexical. Il y a progression narrative plus que sémantique, ou plus précisément, la progression narrative vient relayer une progression sémantique :

Aucun critique ne vantera jamais assez, n’imposera jamais avec assez de rigueur cette langue écrite qui tamise, raffine, épure, / resserre entre ses contours fermes, un peu rigides, ordonne, structure, / durcit ce qui doit durer.
Elle rejette tout naturellement, elle ne laisse jamais passer ce qui est mou, / flou, / baveux, gluant. Tout ce que le langage vulgaire charrie et répand dans ses flots bourbeux (FO, 539, 31).

18La progression peut être chronologique, comme dans le passage des trois premiers verbes, « tamise », « raffine » et « épure », au quatrième, « resserre ». Ou bien la linéarité du texte n’est que la formulation successive de perceptions semble-t-il concomitantes : « mou », « flou » et « baveux » ou « gluant ». Elle peut également être d’ordre logique : « Ce geste, comme un fil électrique jusqu’ici toujours bien isolé, débranché, parfaitement inoffensif […] » (FO, 549, 45). Si « bien isolé » et « débranché » fonctionnent dans un rapport de synonymie, « parfaitement inoffensif » est dans un rapport logique avec les deux mots précédents de sa série : il en exprime la conséquence. Dans ce dernier exemple, on voit bien comment la modalisation concourt aussi bien à la progression sémantique qu’à l’enchaînement narratif. Entre la répétition et la progression, le texte s’écrit. Il y a un jeu complexe qui conjugue la synonymie et l’énumération, le déploiement d’un univers qui, à défaut d’être toujours nettement référentiel, demeure sémantique.

La dynamique du sens

19Les séries sont avant tout une figure de sens dans laquelle on risque de perdre le référent. Si en deçà de la production du sens, la mise en œuvre des séries, leur constitution même produit du texte, au-delà du sens le référent reste souvent inaccessible.

La production du signifiant : l’en-deçà du sens

20Certaines séries semblent se constituer selon une motivation interne au niveau du signifiant des éléments de la série. La motivation peut jouer sur la paronymie des termes : « C’est obscur, c’est abscons » (FO, 558, 59). Partageant les phonèmes [b] et [s], les deux adjectifs sont de surcroît tous les deux dissyllabiques.

21C’est plus simplement une dérivation par adjonction d’un préfixe qui peut également rapprocher des termes :

On est tout incrédule, tout surpris lorsque quelqu’un – mais comme il est indélicat, indiscret – insiste, veut à tout prix vous les montrer […] On veut tant, n’est-ce pas ? préserver sa tranquillité, se blottir, comme tout le monde, serrés les uns contre les autres dans la bonne, l’apaisante douceur de l’innocence, de l’ignorance… (FO, 563, 67).

  • 4 Le préfixe est étymologique pour incrédule et indiscret.

22Le préfixe négatif in- peut former aussi bien des adjectifs, comme « incrédule », « indélicat », et « indiscret »4, que des noms : innocence vient d’in-nocens, participe présent de nocere ; quant à ignorance, il vient d’in-gnarus, par l’intermédiaire du verbe ignorer puis du participe ignorant. Le verbe insister, dans lequel le préfixe n’est pas négatif mais locatif (in-sistere, « s’arrêter »), vient renforcer la motivation phonique.

23La dérivation peut être également suffixale : « Son ouïe aiguë, aiguisée depuis longtemps, les perçoit comme un bruissement imperceptible […] » (FO, 554, 54). La dérivation est ici étymologique puisque c’est d’acutus, l’étymon d’aigu, que provient l’étymon d’aiguisé. Mais la succession se passe souvent d’une telle motivation :

Et soudain, c’est comme un effluve, un rayonnement, une lumière […] Quelque chose me parcourt… c’est comme une vibration, une modulation, un rythme… […] Ce qui passe là des Fruits d’or à moi, cette ondulation, cette modulation… un tintement léger […] (FO, 606, 136).

24Les substantifs « vibration » (de vibratio, dérivé du supin de vibrare, « secouer, agiter »), « modulation » (qui vient du dérivé latin modulatio, « action de mesurer », de modulari), « ondulation » (dérivé savant au moyen du suffixe -tion du latin tardif, undula, « petite onde »), forment une série prolongée qui correspond à la figure de l’homéotéleute. Mais c’est bien le sens qui prédomine dans les séries, puisque le rapprochement entre ces signifiants vient ajouter une motivation phonétique et graphique à une succession dont le fondement reste sémantique.

La production du signifié

25L’association de signifiés dans une série constitue un facteur de cohérence sémantique favorable à la constitution d’un univers. Mais cet univers constitué n’est pas toujours la réalité attendue, et il paraît souvent plus en pleine formation que totalement achevé. L’énumération, dans la succession même des signifiés et dans son inachèvement, perd le référent au sein d’une représentation soit figée, soit libre.

26La série sollicite une représentation figée lorsque le déploiement lexical est fondé sur des associations d’idées. La progression repose sur des associations culturelles, encyclopédiques ou sociologiques :

Dans la salle commune des femmes échevelées aux longues mèches rêches se frappent la poitrine, grimacent, rient, soulèvent leurs jupes, montrent leurs cuisses grises, agitent leur arrière-train, des femmes, le bras tendu, au milieu du tintamarre, restent immobiles, figées comme au jeu des statues, catatonie, épilepsie, hystérie, camisole de force, douches, coups, féroces gardiens… (FO, 530, 15).

Provoquer quoi ? Fantasmagories. Folies. Tentations. Arrière, Satan. Bure, cilice, signes de croix, génuflexions, délivrez-moi du Malin… Voilà. Il est exaucé (FO, 534, 23).

Voilà ces merveilles, ces abîmes qui vous fascinent… Ces sentiments si « vrais » qui font se contracter voluptueusement votre cœur… De pauvres fadaises, de misérables faux-semblants. Musée Grévin. Vulgarité. Poésie de pacotille… (FO, 581, 96).

27L’énumération s’emballe et produit un débridement lexical fondé sur des associations d’idées qui convoquent un ou plusieurs mondes. La série commence par des termes plus ou moins proches sur le plan sémantique : « immobiles, figées comme au jeu des statues », « Fantasmagories. Folies. Tentations » ou encore, « De pauvres fadaises, de misérables faux-semblants ». Puis elle déploie des termes suscités par certains emplois des premiers signifiants qui infléchissent le sens de la série. Elle convoque alors une représentation particulière plus ou moins inattendue, l’asile psychiatrique, la dévotion religieuse ou la culture populaire, représentations saisies dans leur violence, leur excès ou leur dimension artificielle.

28La série crée souvent une représentation libre, de type métaphorique : l’analogie perd alors le comparé et seul reste le comparant qui déploie son univers.

Ah bien sûr, on n’y trouve pas de « profondeurs ». Pas de grouillements de larves, de pataugeages dans je ne sais quels fonds bourbeux qui dégagent des miasmes asphyxiants, dans je ne sais quelles vases putrides où l’on s’enlise. Non. Cela, dans Les Fruits d’or, on ne le trouve pas. Mais, ce qu’on y trouve, c’est ce qui fait les grands romans. Tout l’art, je crois, pour un romancier, consiste en cela, de s’élever au-dessus de ces grouillements nauséabonds, au-dessus de ces décompositions, de ces – processus obscurs », comme on les nomme… […] Un grand roman, pour moi, c’est comme Saint-Pétersbourg bâtie sur des marais, comme Venise gagnée, au prix de quels efforts, sur les eaux troubles de la lagune (FO, 546-7, 42).

29Ce type de développement crée un univers vaseux et malsain, souvent relevé car il est récurrent dans l’œuvre de Nathalie Sarraute. Il est ici motivé par le double sens du substantif profondeur : le terme désigne aussi bien, sur le plan intellectuel, la qualité d’une œuvre d’art dense qui suscite l’interprétation et la réflexion que, sur le plan concret, un endroit situé verticalement sous une surface. La métaphore est filée mais, dans le développement narratif, l’univers référentiel intellectuel, qui est celui de la critique littéraire, passe au second plan, et c’est tout l’univers des cités lacustres qui surgit finalement au terme d’ébauches de description d’un milieu marécageux : l’évocation s’achève en effet sur les deux comparaisons qui convoquent chacune un parangon de la ville gagnée sur les eaux, Saint-Pétersbourg et Venise. Les différentes séries essentiellement nominales ici nourrissent le développement métaphorique.

30De la répétition à l’énumération, les séries sont, autant que les pronoms, un lieu du texte où se perd la référence, et où elle se perd devant nos yeux, dans le passage effectif d’un mot à l’autre. Parler de tropisme des mots, c’est comprendre que l’attirance sémantique ne va pas sans la répulsion référentielle, même si au niveau du discours, les décalages sont parfois infimes. Il s’agit bien d’une vibration où le mouvement sémantique, parfois de faible amplitude, est peu perceptible du fait de sa rapidité qui est celle de la succession linéaire des mots.

31En passant de la question « De quoi ça parle ? » à la question « avec quoi c’est fait ? », on passe de l’enjeu de la référence, souvent problématique, à celui du sens. Mais si l’examen des séries donne une réponse à cette seconde question, il permet de donner des éléments de réflexion pour résoudre la première. Nathalie Sarraute donne d’ailleurs une réponse possible, certes oblique puisqu’elle correspond en contexte à un jugement ironique sur Les Fruits d’or : c’est fait « […] avec rien… du silence… des impondérables… des nuances, des diaprures… les plus fines irisations rendues par le rapport subtil des mots… Il n’y a aucune analyse. C’est fait avec rien » (FO, 547, 44). Passer de la référence au sens, c’est bien passer de ce « rien » ou si peu de réalité, à ce « rapport subtil des mots ».

Notes

1 D’autres exemples établissant la coordination entre des propositions entières apparaissent très nettement au début de la septième séquence du Planétarium : « Il est parti, il n’y a plus personne » et « Il a bafoué sa mère, il l’a humiliée, cela lui fait honte à elle, cela lui fait mal de voir ce petit sourire préfabriqué que sa mère – comme elle sait se dominer – pose sur son visage et retire aussitôt, tandis que marquant que le désastre est consommé, qu’il faut savoir courber la tête devant son destin, elle remet à sa place le ravier » (Pl, 409, 99).

2 Les définitions sont empruntées au Petit Robert 1 – Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert, 1985.

3 La même progression apparaît dans d’autres exemples : « Allons, mes camarades, mes frères timides, si fragiles, trop humbles, ne vous laissez pas impressionner, courage, aidez-moi… » (FO, 567, 73). Le décalage qui enchaîne « timides », « fragiles » et « humbles » est modulé par l’adjonction des adverbes intensifs « si » et « trop ».

4 Le préfixe est étymologique pour incrédule et indiscret.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540