Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

La condensation sémantique comme principe poétique

Syllepse et nom propreÀ partir de quelques poèmes de René Char

Stéphanie Thonnerieux

Texte intégral

1« La Passe de Lyon » est le titre d’un poème de La Parole en archipel de René Char. Mais comment lire le nom « passe » ? Sa lecture prospective, et c’est là tout l’enjeu d’un titre, fait jaillir la polysémie du mot, tandis que sa lecture rétrospective restreint cette même polysémie, sans toutefois la rendre univoque, nous le verrons. Plusieurs possibles sémantiques demeurant, la lecture de ce qui apparaît comme une syllepse se fonde alors sur une représentation instable mais plurielle, accroissant l’intérêt poétique.

2L’emploi de la syllepse est Tune des richesses de la poésie de René Char, d’autant mieux qu’elle accompagne fréquemment une écriture métaphorique déjà souvent commentée. Dans les poèmes de René Char, la syllepse porte surtout sur des noms, parfois sur des adjectifs. Mais, et on le précise rarement, il s’agit bien de noms communs, et Ton envisage mal une syllepse sur un nom propre. Or la fréquence des noms propres dans l’œuvre de René Char et surtout leur lecture souvent délicate nous incitent à réexaminer leur emploi, en envisageant un second fonctionnement, non plus référentiel mais bien sémantique des noms propres. Il apparaît ainsi que certains d’entre eux pourraient bien fonctionner en syllepse, ou du moins selon une certaine forme de syllepse.

  • 1 Voir Jean Molino, « Le nom propre dans la langue », Langages, no 66, juin 1982, pp. 5-20.

3Comment le nom propre peut-il être employé en syllepse alors qu’il ne présente pas, selon sa définition traditionnelle, de sens, avant même de parler de polysémie ? Placé à la limite de la langue par des linguistes qui ne lui reconnaissent ni la syntaxe ni la sémantique du nom commun1, son rôle se résume souvent à la désignation de la réalité. Passeur entre le monde et le texte, il fait néanmoins l’objet de recherches concernant un fonctionnement sémantique spécifique qu’on lui attribue désormais volontiers. On ne peut en tout cas le définir en prenant pour modèle les noms communs.

  • 2 Marie-Noëlle Gary-Prieur, Grammaire du nom propre, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », 199 (...)

[... ] sur le plan sémantique, le nom propre dévie doublement du modèle saussurien du signe : d’une part, son signifié ne correspond pas à un concept, ou « image mentale » stable dans la langue et d’autre part, on ne peut pas définir sa valeur dans un système de signes. [... ] Sur le plan syntaxique, la mise au premier plan de critères distributionnels conduit à faire de la distribution N l’unique propriété typique des noms propres, ce qui réduit considérablement son étude en n’examinant que cette distribution.2

  • 3 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., p. 4. Avec la précision « étiquette-à-un-individu », cette défi (...)

4Les noms propres ont ainsi un autre type de sens, au-delà de « l’image un peu simpliste, héritée de la tradition grammaticale et confortée par la logique, d’un nom-propre-sans-déterminant-servant-d’étiquette-à-un-individu »3. Nous réévaluerons ainsi sa définition linguistique en montrant qu’un nom propre a du sens, un certain type de signification, tout en essayant de le préciser. Et c’est en explorant son emploi dans quelques poèmes de René Char que nous déterminerons quelle forme de syllepse peut être en jeu, et quel en est l’effet poétique.

Le nom propre en contexte : de sa valeur référentielle à son fonctionnement sémantique

5La lecture d’un nom commun dans le langage courant, dit transitif, s’accompagne d’une réduction sémantique imposée à la fois par le contexte linguistique et la situation : le nom commun en discours apparaît dans un groupe nominal où il se combine avec un déterminant et une éventuelle expansion, permettant ainsi le repérage du référent par ailleurs cohérent dans une situation énonciative précise. En revanche, la lecture d’un nom commun en poésie active parfois sa polysémie : le cas en est exemplaire lorsque cette polysémie demeure, et l’on parle alors de syllepse. L’unicité du sens est remise en question. La lecture en contexte et en situation ne permettant pas de décider, deux univers se superposent.

6Le poème « La Passe de Lyon » présente plusieurs syllepses sur des noms communs. Mais son intérêt réside surtout, dans notre perspective d’étude de la figure, dans l’activation des syllepses par le nom propre, et en retour, dans la possibilité d’une mise en évidence, grâce à ces syllepses sur des noms communs, d’un fonctionnement sémantique du nom propre.

Le nom propre active des syllepses sur les noms communs

Je viendrai par le pont le plus distant de Bellecour, afin de vous laisser le loisir d’arriver la première. Vous me conduirez à la fenêtre où vos yeux voyagent, d’où vos faveurs plongent quand votre liberté échange sa lumière avec celle des météores, la vôtre demeurant et la leur se perdant. Avec mes songes, avec ma guerre, avec mon baiser, sous le mûrier ressuscité, dans le répit des filatures, je m’efforcerai d’isoler votre conquête d’un savoir antérieur, autre que le mien. Que l’avenir vous entraîne avec des convoiteurs différents, j’y céderai, mais pour le seul chef-d’œuvre !

  • 4 « La Passe de Lyon », La Parole en archipel, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèq (...)

Flamme à l’excès de son destin, qui tantôt m’amoindrit et tantôt me complète, vous émergez à l’instant près de moi, dauphine, salamandre, et je ne vous suis rien.4

7Le poème « La Passe de Lyon » évoque un rendez-vous amoureux dans la réalité d’une ville, Lyon, dont le poids référentiel est renforcé par la mention de l’une de ses places, « Bellecour ». Pourtant la cohérence de l’évocation se heurte, au cœur du texte, à l’expression « sous le mûrier ressuscité » qui amène une discordance dans l’univers urbain constituant le cadre de la rencontre amoureuse. Quel peut être la valeur de cet arbre, si ce n’est celle de ressusciter précisément, en contexte, une représentation latente de la ville ? En effet, le mûrier est l’arbre sur lequel se développe le bombyx, ou ver à soie, l’une des industries lyonnaises traditionnelles. Son occurrence, assez incongrue, active ainsi le sémantisme d’autres termes qui mettent alors en jeu leur polysémie : l’une de leurs acceptions correspond au récit, mais leur emploi s’enrichit d’une autre signification en rapport avec l’industrie textile : c’est le cas de « faveurs », « filatures », « salamandre » et « dauphine ».

  • 5 Peut jouer, également, la polysémie du mot pont, moins disponible cependant. Le « pont » désigne sa (...)
  • 6 Walter von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Tübingen-Basel, Mohr-Helbing und Lich (...)
  • 7 Successivement selon le Dictionnaire historique de la langue française (Alain Rey (dir.), Paris, Le (...)

8Outre les bonnes grâces d’une femme qui, au pluriel, peuvent aller jusqu’au don de sa personne physique, les faveurs sont des rubans5. Si les « filatures » renvoient, en temps de guerre, à des pratiques de surveillance dont le rendez-vous amoureux signale justement l’interruption, le « répit », elles désignent également l’industrie de transformation du fil. L’énigmatique salamandre finale est l’emblème de l’ardeur amoureuse. Mais cet animal rappelle l’image d’une réalisation plus énigmatique : elle est le composant symbolique d’une phase du processus alchimique qui vise la réalisation du grand œuvre, faisant de la recherche du « chef-d’œuvre » le but de la rencontre érotique mais peut-être aussi d’une rencontre poétique. Enfin le terme salamandre a désigné, selon le dictionnaire de Wartburg6, une « femme allemande mobilisée et vêtue d’un uniforme gris ». Quant au second terme tout aussi énigmatique, dauphine, il désigne la femme en la décrivant comme un être en attente d’une position. Son identité intègre ce statut de prétendante : la rencontre, qu’elle soit érotique ou poétique, ne révèle l’essence de l’être qu’au futur, temporalité dominante du poème. Or le terme dauphine désigne également une « riche étoffe de soie à semis de fleurs », « qu’on fabriquait à Lyon »7.

  • 8 La dynamique spatiale, actualisée par la multiplicité des verbes de mouvement et la projection temp (...)
  • 9 L’amante n’est jamais décrite, seule sa féminité est formulée dans l’accord de « la première ». Mai (...)

9Le titre et son nom commun fortement polysémique « passe », reste certes, pour sa part, en dehors de l’univers textile, mais il donne en quelque sorte un protocole de lecture sylleptique. La rencontre est bien une passe, au sens de passage, et l’évolution spatiale que relate le poème en est la préparation et la représentation8. Mais le mot passe désigne aussi une relation sexuelle généralement vénale (« rapport sexuel rapide d’une prostituée avec son client », selon le TLF), qui est le but de la convergence spatiale du couple9.

10Un phénomène de superposition se crée, qui est rendue visible par la lecture nette de certains mots en syllepse (« filatures », « faveurs »), lecture en syllepse qui appelle l’attention sur d’autres mots dont la polysémie est moins connue (« salamandre » et « dauphine »). Le texte fait ainsi miroiter plusieurs termes par leur emploi en syllepse : ils ont un sens contextuel et référentiel clair, mais aussi un autre sens, plutôt indexé sur la situation identifiée ici par les noms propres, qui vient résonner comme un clin d’œil culturel au cadre géographique.

Ces syllepses informent sur le contenu sémantique du nom propre

11Dans « La Passe de Lyon », la lecture en syllepse de plusieurs termes nous intéresse avant tout pour sa relation contextuelle avec le nom propre. Elle rend en effet plus facile l’émergence d’un univers, lié au nom propre, et nous fait approcher ce que peut être le « fonctionnement sémantique » d’un nom propre. En prenant part à la narration, la polysémie de certains termes fait surgir, comme en arrière-fond, le décor même de l’événement ou du moins des caractéristiques de la ville de Lyon. C’est par la présence plus ou moins masquée du vocabulaire textile que s’impose, on pourrait dire justement en surimpression, la ville comme centre de l’industrie du textile et notamment de la soierie. Malgré le nom de « Bellecour » qui désigne un lieu célèbre de la ville, l’évocation ne cède pas au pittoresque, si ce n’est d’une façon originale. La ville de Lyon n’est pas décrite de façon encyclopédique, mais certaines de ses propriétés apparaissent, constituant un certain sens en plus de la référence.

  • 10 Cette perspective linguistique, plus récente, rend mieux compte du fait qu’un nom propre n’identifi (...)
  • 11 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., pp. 77 et 79.

12On reconnaît depuis peu au nom propre un « fonctionnement sémantique » : en effet, que le nom propre n’ait pas le même type de sens qu’un nom commun n’implique pas qu’il n’ait aucun sens. Si le nom propre a un sens, il se réduit au sens de désignation, à ce que Georges Kleiber et après lui, Marie-Noëlle Gary-Prieur, appellent le « prédicat de dénomination », ce qui correspond à la valeur référentielle dans la perspective logique qui a été la perspective dominante dans la définition traditionnelle du nom propre10. Mais il semble que « le prédicat de dénomination » ne permette pas de rendre compte de tous les emplois du nom propre. Il est suffisant pour décrire les cas où le nom propre n’est que référentiel, où la référence est déterminée par le sens, comme dans le cas du nom commun, avec cette seule différence qu’il s’agit d’un sens de désignation. Mais dans d’autres cas, la lecture de noms propres cherche à s’appuyer sur ce que Marie-Noëlle Gary-Prieur appelle le « contenu sémantique » et qui correspond à une signification culturelle : dans les exemples « Comment Sempé est-il devenu Sempé ? » et « Paris, c’est Beyrouth », on voit bien que la première occurrence se comprend avec le sens de désignation du nom propre, alors que seule une connaissance de certaines propriétés du référent de la seconde occurrence de nom propre permet à l’énoncé d’échapper à l’absurdité d’une tautologie ou d’un non-sens11.

13L’intérêt des syllepses dans « La Passe de Lyon » est de donner une image de ce que peut être ce contenu sémantique. En poétisant la référence, la syllepse sur des noms communs permet de donner le contenu, ou plutôt un contenu du toponyme « Lyon ». Le nom propre est ici l’activateur de syllepses sur des noms communs, mais, bien plus, ces syllepses nous informent en retour sur le sens du nom propre qu’elles font émerger. « Lyon » a bien un sens, mais il se réduit au prédicat de dénomination (Lyon est une ville qui s’appelle Lyon). Il a aussi, plus spécifiquement, un contenu, des propriétés qui peuvent apparaître, comme ici le fait que Lyon soit historiquement une ville d’industrie textile et notamment de la soierie.

  • 12 Ibid., p. 51 passim.
  • 13 Ibid., p. 77.

14Peut-on préciser linguistiquement le contenu sémantique d’un nom propre ? C’est un « ensemble de propriétés attribuées au référent initial de ce nom propre dans un univers de croyance ». Il ne s’agit donc pas d’une connaissance exhaustive du référent initial, d’une « connaissance encyclopédique », mais d’une « connaissance discursive »12. La connaissance encyclopédique du référent correspond à un consensus de connaissance, l’ensemble du savoir partagé, représenté dans les dictionnaires de noms propres. Mais ces connaissances ne sont pas toujours très utiles pour comprendre une occurrence de nom propre dans un énoncé. En fait, le lecteur n’a besoin que de certaines propriétés qui sont en relation directe avec le contexte. Ces propriétés sont définies dans un univers de croyance, en général celui que partagent des interlocuteurs, mais parfois celui du seul locuteur, les propriétés du nom propre étant alors uniquement valables dans son univers. La notoriété repose ainsi sur des propriétés variables, qui ne sont pas les mêmes pour les lecteurs. Le contenu d’un nom propre est « par nature vague, puisque rien ne délimite ses contours ni dans le monde réel (les propriétés d’un individu sont infinies) ni dans le monde du discours (les univers de croyance sont par nature variables)13. Ainsi, soit le contexte est inutile car les propriétés identifiables du référent sont largement connues, soit il est éclairant et vient seul justifier l’emploi du nom propre. Il y a en fait plusieurs degrés de saisie d’un nom propre, et tous les niveaux de lecture existent depuis la connaissance partagée jusqu’à l’emploi absolument personnel.

15La lecture d’un nom propre repose donc sur un fonctionnement sémantique parfois délicat, surtout dans le texte poétique, entre différents niveaux de sens inégalement accessibles : comment lire un nom propre employé dans un poème, surtout si son référent est inconnu, et à quels niveaux du « fonctionnement sémantique » la syllepse peut-elle être envisagée ? On pressent que la figure peut jouer, bien évidemment, sur le double sens d’un nom propre dont on pensait qu’il n’en avait aucun : le sens de désignation (ou prédicat de dénomination) et la signification, liée à la connaissance du référent initial.

Le nom propre en syllepse : facilités et défis

16La lecture des noms propres dans les poèmes de René Char présente une réelle difficulté et peut constituer un défi. Dès lors qu’ils sont inconnus ou peu connus, comment envisager aussi bien leur valeur référentielle que leur possible contenu sémantique ? On remarque cependant assez souvent que, si le nom propre inconnu, non identifiable, sonne creux dans le langage courant, son emploi poétique peut lui redonner une résonance intéressante.

Une homonymie/homographie du nom propre avec un nom commun

17Cette résonance du sens est évidente quand le nom propre est proche d’un nom commun, ce qui est souvent le cas pour la toponymie des lieux-dits, dont le nom donne une caractéristique : le nom propre, qui a pour rôle de désigner, prend alors une valeur de description. C’est aussi le cas lorsque le nom propre a un nom commun pour homonyme, ou plutôt pour homographe dans la mesure où on considère que le nom propre ne fait pas partie du système de la langue. Deux poèmes donnent deux exemples un peu différents de toponymes. Pour le premier, le nom est précédé d’un article qui n’est pas lexicalisé : on dit qu’il est prévu et présent syntaxiquement, comme pour le nom propre Rhône, actualisé sous la forme « le Rhône » (Le Rhône a débordé). C’est le cas de « la Folie » dans le poème « Septentrion » :

— Je me suis promenée au bord de la Folie. —

Aux questions de mon cœur,
S’il ne les posait point,
Ma compagne cédait,
Tant est inventive l’absence.
Et ses yeux en décrue comme le Nil violet
Semblaient compter sans fin leurs gages s’allongeant
Dessous les pierres fraîches.

  • 14 « Septentrion », Le Nu perdu, O. C., p. 432.

La Folie se coiffait de longs roseaux coupants.
Quelque part ce ruisseau vivait sa double vie.
L’or cruel de son nom soudain envahisseur
Venait livrer bataille à la fortune adverse.14

  • 15 Voir Variantes, O. C., p. 1192.

18Le groupe nominal « la Folie » n’actualise pas le contenu notionnel du nom folie, il renvoie à un objet du monde. Le premier titre de ce poème, « Le Ruisseau transposé », révélait trop rapidement l’identité de cette « Folie »15 en explicitant à la fois le sujet du poème et la démarche poétique. La Folie est un cours d’eau près d’un village du Vaucluse nommé Lagnes, localisation géographique que la locution prépositionnelle « au bord de » renforce initialement, et qui se voit confirmée par la reprise anaphorique « ce ruisseau » et la présence des « roseaux » dans la dernière strophe. La majuscule est donc légitime pour un nom propre et l’article devant un nom géographique est un signe de sa stabilité ontologique. Le premier vers fait apparaître un énonciateur féminin, à travers l’accord au féminin de « promenée », qui se déplace réellement au bord d’un ruisseau portant le nom de « Folie ». La seconde occurrence de « Folie » peut en revanche être considérée comme la transposition féminine du ruisseau, la personnification se fondant alors sur le verbe se coiffer, les « longs roseaux coupants » restant référentiels.

19Mais la présence d’une majuscule et l’homographie du nom propre de ce ruisseau avec le nom commun qui signifie un dérèglement mental peuvent faire passer l’emploi de cette notion pour une allégorie. Par une lecture métaphorique du verbe de mouvement se promener et en considérant « Folie » comme un nom commun, le premier vers peut exprimer la démence d’une femme (l’amalgame entre le ruisseau et le concept étant en soi un signe de dérèglement mental).

20La « Folie » bénéficie en tous cas d’une « double vie », celle du toponyme désignant un ruisseau, et celle du nom commun homographe, les deux étant étroitement liés dans l’évocation du parcours d’une femme, où le premier est à la fois référentiel et métaphorique du second : il y là sans doute une figure d’Ophélie dans laquelle s’unissent le cours d’eau, la démence et la femme noyée, et le « septentrion » du titre pourrait bien évoquer un royaume du nord...

  • 16 C’est un article syntaxique et non lexical. Il ne fait pas partie du nom propre mais il apparaît lo (...)

21« Septentrion » associe un jeu sur le signifié et un jeu sur le signifiant avec la majuscule. C’est le nom commun qu’on lit en premier, selon une lecture allégorique et métaphorique. Mais la lecture proposée par le poème est une lecture référentielle et littérale. Ce qui semble le plus abstrait masque ici le plus concret. Mais à quel niveau sémantique du nom propre la figure intervient-elle ? La syllepse repose ici sur une relation d’homographie, favorisée par la présence de l’article défini, fréquent devant les noms propres de cours d’eau16. Cette homographie ressortit au mécanisme de la figure dans la mesure où elle maintient deux sens, le seul véritable sens d’un nom propre qu’est le prédicat de dénomination et la signification d’un nom commun.

22La figure joue en fait sur la ressemblance entre le signifiant d’un nom propre et celui d’un nom commun. On pense au processus de l’antonomase, qui fait le lien entre ces deux types de noms, mais le rapport qu’ils entretiennent n’est pas motivé ici d’un point de vue linguistique, il n’est pas reconnu et répertorié comme tel. Si un rapport peut exister entre le nom commun folie et le nom propre Folie, il n’est sans doute que contextuel... et poétique. C’est le poème lui-même qui suscite cette motivation : la Folie n’est le lieu de la folie que dans « Septentrion ». Mais au-delà d’une homographie facile entre deux signifiants, celui d’un nom propre et celui d’un nom commun, peut-on envisager un véritable type de « polysémie » du seul nom propre susceptible de donner lieu à une syllepse ?

Une polysémie du nom propre ?

  • 17 Nous reprenons cet exemple à Marie-Noëlle Gary-Prieur, d’après une chanson sentimentale bien connue (...)

23S’il existe une « polysémie » du nom propre, elle doit jouer entre les deux niveaux de sens mis en évidence : le sens de désignation ou prédicat de dénomination, et les significations ou connaissances associées au référent. Dans l’énoncé « Capri, c’est fini », on peut comprendre qu’il est question à la fois de la fin d’un séjour, au sens spatial et bien concret de départ d’un lieu, le référent initial, et de la fin d’une expérience personnelle vécue dans ce lieu, expérience non précisée qui peut être professionnelle, amoureuse... Capri est le nom d’un lieu et le mot qui résume un contenu sémantique17. On est encore proche du processus de l’antonomase, mais ce contenu sémantique n’est pas reconnu, l’emploi du nom propre avec ce sens n’étant pas lexicalisé.

24Dans le poème « Le dos tourné, la Balandrane », le nom propre « Balandrane » fonctionne comme le Capri de l’exemple précédent. Mais si le poème joue de l’homographie entre un nom propre et plusieurs noms communs (la majuscule permet de distinguer les deux), c’est pour mieux rejeter, semble-t-il, la facilité de ce jeu : la syllepse fonctionne en fait sur le seul nom propre, entre son sens et un contenu sémantique.

À l’horizon de l’écriture : l’incertitude, et la poussée d’une énergie gagnante. Le dardillon autour duquel va s’enrouler la concrète nébuleuse se précise. Une bouche pourra bientôt proférer. Quoi ? Rien de moins dessiné qu’un mot venu de l’écart et du lointain, qui ne devra son salut qu’à la vélocité de sa course. Le hasard, l’usage, une ouïe aiguisée, l’imprévisible, le non-sens, la fourchure, le limité, aussi la flexible logique ancestrale, a travers le sable soulevé, désignent ce mot à de larges et hostiles tourbillons autant qu’a de plaisantes adoptions. Mais quelle allonge ! Il a passé... La mansuétude.
Plissons les yeux, tendons l’oreille, assouplissons nos sens, il semble que là-bas, la somme des épreuves soit complète.

*

Au risque de renaître sous les traits d’un balandran, répétons ici la scène de l’arroseur arrosé.

balandran : a) Manteau de campagne, manteau de pluie, cape de berger en étoffe grossière fendue sur les côtés. Peut-être du celtique bal, signifiant enveloppe, et anidro qui signifie autour. Plutôt du latin palla, robe, ou encore pallium, manteau de cérémonie. Les Italiens en ont fait palandrano. Le balandran est aussi le mois d’avril, et encore un vieux meuble qui embarrasse.
b) Bascule d’un puits de campagne pour tirer les eaux vierges.
c) Plateau d’une grande romaine pour peser les objets d’un fort volume. Du latin balança ?
d) Balandra, sorte de bateau à fond plat, du hollandais bylander.

balandron : conducteur des chevaux de bât en montagne. Du francique balla, qui a fait aussi ballot de marchandises.
Balandrin : colporteur.
Se balandriner : se promener lentement. Peut-être de ballare qui signifie danser.

balandran : branle d’une cloche. Glas pour un enfant. Le train d’une maison. Un lourdaud qui va les bras ballants. Le cahotement d’une charrette. En Rouergue, un entremetteur de mariage.

Mais ces projectiles futurs, à ce stade, ne sont pas encore accrédités.

chants de la balandrane : du lieu-dit La Balandrane, une ferme sur un plateau boisé où subsistent les ruines de nombreux puits abandonnés.

*

  • 18 « Le dos tourné, la Balandrane... », Chants de la Balandrane, O. C., pp. 571-572.

À cette minute le mot Balandrane, avec le cortège de sa poursuite. Parmi des centaines d’autres, indifférents, un papillon qui se déroute, vole autour de nos tempes et foisonne.
Lorsque tu te sentais refroidir, au petit jour des hivers récents,
Genestière, Balandrane, comme le poêle bien tisonné qui accueillait à l’école communale les enfants que nous étions, le mot appelle un essaim de sens hors du puits de notre cœur gourd. Peu de chose, cette affaire énumérée ! Le train d’un mot. Une pincée consentie par le réel dont nous explorons les formes en fonction d’un devoir d’assistance indéfiniment prolongé et ironique, comme le ciel, ce monte-sac, et le vieil enfer cousu d’espoir de la cellule humaine. Il me faut la voix et l’écho. Le sel de la terre galope avec mes bœufs.18

  • 19 Certaines acceptions ont été retrouvées dans le Littré, le Grand Robert de la langue française, le (...)
  • 20 Il s’agit du premier tome du FEW, non seulement pour certaines étymologies, mais aussi pour certain (...)
  • 21 René Char a sans aucun doute consulté, et semble-t-il recopié, le Dictionnaire provençal-français d (...)

25Dans ce long et curieux texte, non seulement René Char présente le terme Balandrane sous la double forme d’un nom propre et d’un nom commun, mais il déploie la polysémie du second en explorant des graphies voisines. Le poème rassemble en effet dans sa partie centrale les définitions linguistiques et encyclopédiques d’homographes ou presque. Cette liste de signifiants et de signifiés apparaît même suspecte. Aucune source n’est citée : est-elle partiellement imaginée ou empruntée ? René Char n’invente cependant ni les définitions ni les graphies qu’il donne et crée le texte à partir d’une véritable recherche lexicologique et dialectologique. Les définitions sont une compilation de différents dictionnaires : dictionnaires de langue19, dictionnaires étymologiques20 et, surtout, dictionnaires dialectaux21. Chacun des trois premiers articles s’inspire d’un dictionnaire précis : celui d’Honnorat pour le premier, celui de Wartburg pour le deuxième et celui de Mistral pour le troisième.

  • 22 Les notes de l’édition de la Pléiade donnent l’indication suivante : « La Genestière : un plateau b (...)

26Mais René Char privilégie finalement le terme « Balandrane » comme nom propre. Or le recueil, qui s’achève sur « Le dos tourné, la Balandrane », commence avec « Pacage de la Genestière » : il dessine en fait un territoire dans le Vaucluse, puisque chacun des deux toponymes désigne un lieu de ce département. Si la Genestière n’est pas décrite dans le poème22, la Balandrane l’est dans la dernière entrée de la partie lexicologique : « du lieu-dit La Balandrane, une ferme sur un plateau boisé où subsistent les ruines de nombreux puits abandonnés ». La Balandrane n’a pas de signifié mais un référent, que le poète précise en donnant une description... tout en nous glissant au passage quelques éléments du contenu sémantique de ce nom propre, de sa signification personnelle pour le poète. Les noms propres Balandrane et Genestière, tous deux présents au début du recueil, apparaissent dans le dernier volet du poème final où ils sont mis en valeur typographiquement. Ces deux bornes prennent ainsi une valeur symbolique dans l’œuvre elle-même qui est un cheminement vers une fertilité poétique retrouvée. L’image de l’hiver est celle d’une apparente paralysie du monde qui prépare en profondeur la germination à venir. Les deux toponymes symbolisent le retour effectif de l’écriture : ils ont une valeur personnelle, un contenu émotionnel lié à l’expérience qui s’y rattache. À partir d’une expérience personnelle et singulière qui s’est cristallisée autour du mot Balandrane, le poème, et partant le recueil, élabore son territoire qui n’est pas une zone réelle du Vaucluse qui s’étend entre deux lieux-dits nommés La Genestière et La Balandrane, mais le lieu poétique où s’enracine l’écriture de René Char, comme si le poète, qui a vécu une période de difficultés poétiques, reprenait assise sur la réalité et traversait volontairement un territoire mental de sa poésie, borné au moins symboliquement par La Genestière et La Balandrane. C’est le territoire du recueil Chants de la Balandrane, mais surtout un lieu de la poésie de René Char, fait de ces deux signifiants et d’expériences vécues que l’on échouerait à tenter de retrouver.

27C’est bien dans l’énoncé poétique que le nom propre acquiert du sens, son contenu sémantique, à la fois dans le poème, dans le recueil qui le contient, voire dans l’œuvre tout entière. On voit bien que c’est par rapport à une situation et dans un contexte que le nom propre fait sens, contrairement au nom commun dont le sens, qui donne accès au référent, dépend de la signification, en langue. L’univers poétique construit la référence et lui donne un sens. Le contexte précise parfois plus ou moins les propriétés du référent, qui ne recoupent pas toujours les informations données par les dictionnaires. Il n’est donc pas indispensable, comme avec Balandrane, de connaître à tout prix le référent d’un nom propre pour accéder à son contenu sémantique ou seulement l’approcher.

28Le cas du nom propre « La Balandrane » est plus complexe et plus intéressant que celui de « la Folie » car la syllepse rejette volontairement l’homographie avec laquelle elle joue, pour intervenir au niveau du seul nom propre, entre le sens de désignation (prédicat de dénomination) donné dans le texte, et le contenu sémantique, également accessible dans le texte. On note que ces deux sens étaient parfaitement inconnus avant la lecture du texte, d’où une syllepse proprement poétique.

La syllepse sur un nom propre : une référence dédoublée ?

29On peut s’interroger sur l’existence, finalement, d’une syllepse sur un nom propre, puisque les cas envisagés jusqu’à présent fonctionnent soit sur une homographie avec un nom commun, facilitée par la présence d’un déterminant lexicalisé ou non devant le nom propre, soit sur la valeur référentielle du nom propre à laquelle s’ajoute un contenu sémantique identifiable au moins en contexte. Qu’en est-il des noms propres au sens courant, sans déterminant, considérés comme les noms propres typiques, et où aucune homographie ne peut intervenir ? La syllepse est peut-être à envisager à partir d’une « polyréférence ».

30Le poème « Lysanxia » présente un cas où on peut envisager que la syllepse fonctionne sur deux valeurs référentielles, l’une réelle et l’autre fictive ou poétique. Le nom propre est cette fois un nom propre de personne, sans déterminant, et sans homographe connu.

La liberté ne s’attarde, heureuse, qu’au murmure
Du vrai baiser.
Le visage qui apparaît
Est celui de la primevère,
Sœur de la Belle Ferronnière,
De Louise la Lyonnaise
Et de Lysanxia.

31Le poème « Lysanxia » est une curiosité fondée sur un véritable jeu de la part du poète sur le signifiant et le référent. Tel qu’apparaît le signifiant « Lysanxia » dans le texte, il fait figure de troisième personnage dans une série féminine. Les deux premiers éléments de la série, « la Belle Ferronnière » et « Louise la Lyonnaise » sont deux surnoms de femmes : le premier renvoie à un tableau de Léonard de Vinci représentant une jeune fille portant au front une ferronnière (« ornement porté sur le front, chaînette ou bandeau garni d’un joyau en son milieu », selon le Petit Robert), sujet que Corot a repris plus tard (on peut y voir un premier dédoublement référentiel de la figure féminine) ; le second désigne Louise Labé. Ils motivent ainsi l’identification du troisième élément de deux façons différentes : comme nom de femme et comme désignation codée du référent dans une appellation plus ou moins énigmatique. « Lysanxia » est une femme mystérieuse car elle est inconnue, mais sa valeur, tout aussi mystérieuse, est au moins aussi grande que celle des deux femmes précédentes. Est-ce une figure de paix ou plutôt d’apaisement, si l’on en croit la construction du nom dans lequel on retrouve le préfixe grec lys- signifiant la dilution, et -anxia, l’angoisse. « Lysanxia » est une femme fictive, née du poème à travers une série de figures et de signifiants imposant les sons [1] et [i]. Présence sans doute lénifiante, elle est issue des insomnies auxquelles le poète a tenté d’échapper en absorbant un médicament, un anxiolytique du nom de... « Lysanxia ».

  • 23 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., p. 68 : « [...] cette propriété d’être autodéterminé tient à l’ (...)
  • 24 Ibid., pp. 103-104. On relève différents Paris (dont le célèbre Paris texan, sorti de l’ombre par W (...)

32Normalement le nom propre de personne, sans déterminant, qui est le nom propre par excellence, manifeste dans sa construction sa « propriété d’autodétermination »23, c’est-à-dire celle qui permet l’association directe de toute occurrence du nom propre avec son référent initial, qui est donc unique ! Mais l’expérience nous montre que, si un nom propre n’est pas polysémique, il peut présenter en revanche plusieurs référents24 : le nom propre de personne (comme le nom propre de ville), est sujet à ambiguïté référentielle. La relation entre le nom propre et son référent fait l’objet d’une convention liée à chaque acte d’énonciation, ce qui rend possible l’existence de plusieurs référents portant le même nom. Le nom propre de personne, s’il peut avoir plusieurs référents, peut être considéré comme ayant plusieurs sens (considéré comme le prédicat de dénomination), avant même d’envisager un contenu sémantique : la syllepse porte bien alors sur cette dimension sémantique du nom propre. Se croisent donc dans le titre et le dernier mot du poème un référent réel, lié à la vie de l’auteur puisque « Lysanxia » est un nom propre de médicament existant, et un référent imaginaire dans la mesure où « Lysanxia » résonne dans ces vers comme un nom propre de femme. Mais si la création du second référent, imaginaire, est bien seconde, elle semble motivée par l’existence du nom propre de médicament.

33Ce n’est qu’avec ce dernier cas que nous approchons vraiment de ce que peut être une syllepse sur un nom propre, question que nous nous étions posée sous forme de défi. Au terme de ce parcours, nous pouvons faire plusieurs remarques sur ce type de syllepse. C’est bien dans le cadre d’une redéfinition linguistique du nom propre, et non plus logique, en se fondant sur ce qui peut être son sens de désignation (ou prédicat de dénomination) et son contenu sémantique, qu’on peut envisager une syllepse sur un nom propre, soit entre deux sens possibles de désignation (cas de Lysanxia), soit entre son sens et son contenu sémantique (cas de La Balandrane). La syllepse sur un nom propre trouve en tout cas dans le poème un terrain d’élection car peuvent s’y développer des jeux à la fois sur le signifiant (homographie...), le signifié et le référent.

  • 25 Voir Gérald Antoine, « D’une poétique à une métaphysique du nom », Corps écrit, no 8, décembre 1983 (...)
  • 26 Jean-Michel Maulpoix, La Poésie comme l’amour. Essai sur la relation lyrique, Paris, Mercure de Fra (...)

34L’emploi du nom propre en littérature donne lieu à des lectures très diverses25, depuis les recherches onomastiques les plus poussées jusqu’aux rêveries sur le nom fondées sur un pouvoir de suggestion et d’évocation parfois mal défini. Plus rare dans les poèmes que dans les romans, ce type de nom occupe toutefois en poésie un statut bien particulier. La fréquence des noms propres dans l’œuvre de René Char, malgré l’absence de toute information concernant l’existence des référents désignés, pose la question de leur valeur poétique. Si leur utilisation crée une forte charge référentielle, le contexte et la situation ne les éclairent que très rarement, faisant de ces indices de réel des signes déceptifs. Mais le nom propre a sans aucun doute plus qu’une simple fonction référentielle dans la poésie, et la lecture en syllepse de ce type de nom montre de façon exemplaire une voie d’élargissement du sens dans le poème, à partir de la référence. Cette figure est bien l’une de ces articulations majeures de la poésie, définie par Jean-Michel Maulpoix comme la « langue des jointures »26.

Notes

1 Voir Jean Molino, « Le nom propre dans la langue », Langages, no 66, juin 1982, pp. 5-20.

2 Marie-Noëlle Gary-Prieur, Grammaire du nom propre, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », 1994, p. 3. Nous nous appuierons essentiellement sur les thèses de Marie-Noëlle Gary-Prieur car elle fait l’hypothèse du sens d’un nom propre, d’un fonctionnement sémantique, contrairement à d’autres linguistes.

3 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., p. 4. Avec la précision « étiquette-à-un-individu », cette définition courante prend le patronyme comme type exemplaire du nom propre.

4 « La Passe de Lyon », La Parole en archipel, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1985 (1re éd. 1983), p. 366. Les Œuvres complètes seront désormais désignées par l’abréviation O. C.

5 Peut jouer, également, la polysémie du mot pont, moins disponible cependant. Le « pont » désigne sans aucun doute l’ouvrage d’architecture bien connu, mais son emploi dans ce poème peut rappeler une autre signification, celle de pièce d’étoffe qui sert de rabat.

6 Walter von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Tübingen-Basel, Mohr-Helbing und Lichtenhahn et R. G. Zbinden & Co, depuis 1922 (abrégé en FEW).

7 Successivement selon le Dictionnaire historique de la langue française (Alain Rey (dir.), Paris, Le Robert, 3 vol., 1992) et le Trésor de la langue française (Paris, Klincksieck, 1968-1994), désormais abrégé en TLF.

8 La dynamique spatiale, actualisée par la multiplicité des verbes de mouvement et la projection temporelle reposant sur l’emploi du futur sont l’expression même du rendez-vous amoureux puisque les verbes signifient la succession d’un mouvement centripète, d’une rencontre, et d’un mouvement centrifuge.

9 L’amante n’est jamais décrite, seule sa féminité est formulée dans l’accord de « la première ». Mais la relation érotique est signifiée par « yeux », « faveurs », « baiser », « conquête », « convoiteurs », termes auxquels on peut rattacher « flamme » par sa relation de paronymie avec femme.

10 Cette perspective linguistique, plus récente, rend mieux compte du fait qu’un nom propre n’identifie pas, comme le pensent les logiciens, mais présuppose l’identification.

11 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., pp. 77 et 79.

12 Ibid., p. 51 passim.

13 Ibid., p. 77.

14 « Septentrion », Le Nu perdu, O. C., p. 432.

15 Voir Variantes, O. C., p. 1192.

16 C’est un article syntaxique et non lexical. Il ne fait pas partie du nom propre mais il apparaît lors de son emploi en discours. Mais pourquoi un nom géographique (pays, provinces, cours d’eau) impose-t-il, contrairement à un nom de personne, l’usage de l’article défini ? Pourquoi, parmi les noms géographiques, prononce-t-on seulement « Paris » tandis qu’on dit « la France » ? Le déterminant relèverait du mécanisme de l’anaphore : « Les noms de villes, comme les noms de personne, sont sujets à ambiguïté référentielle [...]. Au contraire, les noms de pays correspondent chacun, par définition, à un référent unique » (Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., pp. 103-104). L’article marque la référence à une entité connue en dehors de l’énoncé et d’un acte singulier d’énonciation. La construction avec article pour les noms de pays est simplement devenue obligatoire et l’article ne se charge pas des différentes valeurs stylistiques relevées dans les autres cas.

17 Nous reprenons cet exemple à Marie-Noëlle Gary-Prieur, d’après une chanson sentimentale bien connue (« Le nom propre constitue-t-il une catégorie linguistique ? », Langue française, no 92, décembre 1991, pp. 4-25). Elle donne deux exemples de lecture, l’un à partir d’un référent totalement inconnu, Hazara, l’autre concernant un référent connu mais dont le contenu, spécifique au locuteur, n’est pas explicite, Capri : « [...] la seule présence du nom propre et les contraintes contextuelles fournissent presque toujours une compréhension minimale. Par exemple, quelles que soient mes connaissances sur Hazara, je comprends l’énoncé Je suis allé à Hazara comme "je suis allé dans un lieu nommé Hazara" » (p. 10, n. 19). En revanche, dans la phrase Capri, c’est fini, « plus qu’un référent, le Nom Propre fixe ici le thème du discours, avec une signification beaucoup plus large que le simple prédicat de dénomination : Capri [...] ce n’est pas seulement la ville qui porte ce nom (sinon, la proposition véhiculée par l’énoncé serait fausse), mais tout ce qui s’est vécu dans cette ville » (p. 20). Le nom propre est bien lourd d’un sens personnel, et la connaissance du référent initial ne se confond pas strictement avec les connaissances que donnent encyclopédies et dictionnaires des noms propres. C’est bien l’énoncé tout entier qui permet de la définir : la chanson sentimentale précise que Capri est « la ville de mon premier amour ».

18 « Le dos tourné, la Balandrane... », Chants de la Balandrane, O. C., pp. 571-572.

19 Certaines acceptions ont été retrouvées dans le Littré, le Grand Robert de la langue française, le Grand Larousse de la langue française et le TLF qui renvoie le lecteur au premier tome du FEW.

20 Il s’agit du premier tome du FEW, non seulement pour certaines étymologies, mais aussi pour certaines acceptions, à la fois dans leur contenu et dans leur formulation. La seconde entrée du poème est directement inspirée de l’article *balla du FEW.

21 René Char a sans aucun doute consulté, et semble-t-il recopié, le Dictionnaire provençal-français de Frédéric Mistral (Paris, Delagrave, 1932). Les emprunts à l’article « balandran, barandran » sont indéniables pour la troisième entrée du poème : « branle d’une cloche », « glas pour un enfant », « train d’une maison », « lourdaud, qui va les bras ballants », « entremetteur de mariages, en Rouergue », « le cahotement d’une charrette ». Char reprend à la fois les formulations et l’ordre des définitions de Mistral, avec quelques modifications parfois. Quant à la première entrée du poème, c’est un dictionnaire plus ancien, du xixe siècle, le Dictionnaire provençal-français d’Honnorat (Digne, Repos, 1846), qui l’a inspirée. Il présente trois articles balandran que l’on retrouve dans le poème, avec un ordre inversé, mais presque cités.

22 Les notes de l’édition de la Pléiade donnent l’indication suivante : « La Genestière : un plateau boisé et une clairière jadis semée de genêts, dans les monts du Vaucluse. En lisière de l’herbe rase, des buis, de petits chênes, des cades, de hauts cèdres libres et bien dans leur sol. En proue : la vaste habitation carrée, l’hiver déserte » (Notes, O. C., p. 1262). Dans Faire du chemin avec..., Marie-Claude Char présente une photographie de l’entrée d’une ferme dont une pancarte donne le nom : « La Balandrane » (Faire du Chemin avec..., Paris, Gallimard, 1992, p. 259).

23 Marie-Noëlle Gary-Prieur, op. cit., p. 68 : « [...] cette propriété d’être autodéterminé tient à l’acte de baptême qui associe à toute occurrence du nom propre son référent initial. »

24 Ibid., pp. 103-104. On relève différents Paris (dont le célèbre Paris texan, sorti de l’ombre par Wim Wenders dans le film au titre au premier abord curieux, Paris, Texas), différents Montpellier... Cette « polyréférence », fréquente pour les noms propres de ville, l’est encore davantage pour les noms propres de personne : chacun devrait avoir son nom en propriété, selon un principe d’identité individuelle et unique, mais tel n’est pas le cas, évidemment, selon un principe cette fois d’économie et de limites de la mémoire.

25 Voir Gérald Antoine, « D’une poétique à une métaphysique du nom », Corps écrit, no 8, décembre 1983, pp. 111-121.

26 Jean-Michel Maulpoix, La Poésie comme l’amour. Essai sur la relation lyrique, Paris, Mercure de France, 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540