Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Déterminations rhétoriques et composante argumentative

« Est-ce le cas de le dire ? »

La syllepse : de la figure construite au non intentionnel (quelques exemples dans Fendre l’air de Renaud Camus)

Catherine Rannoux

Texte intégral

1Figure consacrée du double sens pour la tradition rhétorique depuis Dumarsais, la syllepse oratoire semble circonscrire les lieux autorisés du déploiement de la polysémie, dans une logique qui assigne au discours un fonctionnement habituellement univoque. L’affirmation de Dumarsais selon laquelle « un mot est employé dans le discours ou dans le sens propre ou en général dans un sens figuré, quel que puisse être le nom que les rhéteurs donnent ensuite à ce sens figuré » (Dumarsais [1730] 1988 : 73), cette affirmation confirme un point de vue univocisant qui suppose une opération de réduction effectuée sur la polysémie virtuelle de la langue. Par son alliance entre un sens propre et un sens souvent figuré, la syllepse semble donc correspondre à une échappée du jeu du sens en discours, s’arrachant ponctuellement à la réduction sémantique à laquelle semble le contraindre le contexte. Pour autant, le gain polysémique ne paraît pas toujours assuré, comme l’illustre de façon exemplaire l’écart entre la définition de la syllepse oratoire et certains des exemples qu’en propose Fontanier dans le traité des Figures du discours. Si la définition pose l’existence de « tropes mixtes, qu’on appelle Syllepses » qui « consistent à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différens » (Fontanier [1830] 1977 : 105), les exemples, comme on peut le constater, relèvent de la catégorie de l’antanaclase : « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis », etc. Le jeu sémantique, loin de se concentrer sur une occurrence unique du mot, se manifeste alors dans le glissement d’une occurrence à une autre. Selon la distinction posée par Fontanier entre les différentes catégories de syllepse, seule la « syllepse de métaphore » fait jouer le double sens, en accord avec les définitions actuelles de la figure.

2Si le lien privilégié de la syllepse avec le double sens repose sur une tradition rhétorique, il ne peut pourtant légitimer une conception univocisante du discours, bien au contraire. Localisable dans un mot, le double sens à l’œuvre dans la syllepse révèle la nature de configuration énonciative qui est la sienne. C’est bien parce qu’elle procède d’une telle configuration que se déploie le double sens, pris dans l’articulation complexe avec les unités cotextuelles. I. Tamba-Mecz décrit le sens figuré comme étant « non pas une signification détournée, intrinsèque à un mot dans un emploi discursif, mais une signification relationnelle synthétique, engendrée par des opérations énonciatives régulières » (Tamba-Mecz 1981 : 188) : c’est dans un processus relationnel de ce type que s’inscrit le jeu de la syllepse. La question de la syllepse invite donc à son tour à prendre à rebours la conception traditionnelle du contexte comme filtre désambiguïsant, conception dont les travaux de C. Fuchs sur l’ambiguïté ont clairement montré les limites. Plus généralement, il apparaît que la syllepse offre une forme de réponse localisée à l’équivoque consubstantielle de la langue, sur laquelle l’énonciateur ne peut exercer de contrôle. Parce qu’elle est figure, la syllepse semble procéder d’une intentionnalité du discours, elle invite à la mise en évidence des relations qui la fondent, et ce d’autant plus qu’elle surgit dans un discours littéraire : figure stylistique dans la mesure où elle entre en écho avec d’autres faits langagiers pour poser un rapport singulier du sujet de l’énonciation au monde, quand bien même sa construction serait le fruit d’un hasard heureux, une découverte progressivement conduite à sa forme définitive, elle apparaît de fait comme le calcul d’un sens proliférant, qui double le fil du discours de l’épaisseur polysémique.

3Mais qu’en est-il alors de ces discours, qui, pour être sous une moins grande surveillance, n’en manifestent pas moins l’émergence du double sens ? Si l’on assigne implicitement à la syllepse oratoire l’idée d’une intentionnalité discursive, construite autour de l’occurrence en laquelle elle se localise grâce au processus relationnel évoqué, cette intentionnalité, qui n’est jamais dite dans les traités de rhétorique, est-elle une condition nécessaire pour que l’on puisse parler de syllepse ? La réponse négative que je donne à cette question conduit en fait à interroger les marges de la notion, dans une zone intermédiaire où le double sens s’affiche comme un surgissement non attendu, non calculé, une découverte faite par surprise par l’énonciateur au rythme de son discours. C’est donc au jeu de l’équivoque inattendue que s’apparente ici le double sens. Le discours y révèle sa capacité à déposséder le sujet de la maîtrise d’un sens qui lui est apporté par ses propres mots, au-delà de ses attentes. Renversant la perspective habituelle selon laquelle, comme le souligne C. Julia, « la question de l’ambiguïté effective, discursive, est [...] réduite à une figure sur laquelle repose la possibilité d’une double interprétation d’un même mot dans un même contexte » (Julia 2001 : 107), la configuration en jeu renvoie au contraire à une ambiguïté plus large, et au dernier stade à l’équivocité constitutive de la langue.

4C’est dans un corpus marginal au regard du champ littéraire que je me propose d’examiner quelques-unes des mises en œuvre de ces formes problématiques de la syllepse, pour autant qu’une même dénomination puisse réunir les configurations habituelles et celles-ci. Il s’agit du journal de 1989 de Renaud Camus, Fendre l’air. Si la publication du journal s’accompagne sans aucun doute d’un travail de retouches de l’état initial, la pratique de l’écriture y est moins tendue que dans les autres textes : le principe de composition, par exemple, y régit beaucoup moins l’écriture, même si une composition a posteriori n’est jamais exclue. Qu’il soit le fruit d’un travail concerté ou non, le dire s’y donne comme un work in progress, en prise avec l’actualité de l’énonciation, faisant ainsi de sa découverte l’objet de son discours. Il n’est guère étonnant, dès lors, que le journal offre ces jeux d’un double sens non intentionnel, que le dire surprend en lui, signalant le débordement du vouloir-dire.

5Lorsqu’il se donne comme non calculé, le jeu du double sens s’accompagne le plus souvent d’une glose qui souligne la découverte soudaine, glose absente des configurations traditionnelles de syllepses. Il est alors possible d’esquisser un parallèle entre d’une part la glose propre aux configurations non intentionnelles, et d’autre part la structure comparative fréquemment proposée en exemple dans les traités de rhétorique pour illustrer la figure : du « matin fleurissait comme un sureau » de Giono au racinien « Brûlé de plus de feux que je n’en allumai », la structure comparative permet de faire jouer la tension entre un sens propre et un sens figuré. On peut donc considérer que sa présence remplit également un rôle de signal, invitant au travail interprétatif. Mais le signal est ici intégré à la structure de l’énoncé et ne manifeste aucun décrochage énonciatif. La syllepse oratoire procède d’une construction, et c’est bien en tant que « construite » qu’on peut la juger « intentionnelle ».

6Si la syllepse non intentionnelle invite également au travail interprétatif, c’est cette fois sur le plan métadiscursif, en redoublant le jeu du sens d’un commentaire, du type « si j’ose dire », ou « c’est le cas de le dire ». La configuration fait ainsi appel à la réflexivité langagière, dont la présence active après coup le double sens. Il ne s’agit plus là d’une construction intégrée à l’énoncé, mais d’un décrochage énonciatif, manifestant le retour de l’énonciateur sur sa façon de dire. Au double sens produit par un agencement calculé se substitue l’image d’un double sens surgi (comme) par hasard, hasard du discours fondé sur un bonheur de la langue. D’un mode de fonctionnement à l’autre, se trouve franchie la frontière qui sépare l’intentionnel, le calculé, du non intentionnel ou du moins de ce qui s’affiche comme tel. Ces configurations discursives, où se manifestent les jeux d’un sens non contrôlé, relèvent de ce que J. Authier-Revuz a nommé les modalisations autonymiques, figures de non-coïncidence où s’altère momentanément la « transparence » illusoire du discours. Sur la trajectoire du discours vers le référent s’interpose soudain, pour un instant, le signe dans sa matérialité. L’altérité en cause dans le cas présent relève du jeu à l’intérieur des mots, les gloses d’accompagnement « mett[ant] en scène un énonciateur “comblé” par ce qui dans ses mots, lui échappe, disant mieux qu’il ne savait dire » (Authier-Revuz 1995 : 773). Au dédoublement sémantique auquel invite la syllepse s’ajoute ainsi un dédoublement momentané de l’énonciation, cumulant emploi standard et autonymie, rendant leur épaisseur aux mots.

7La syllepse « construite » n’est pas absente du corpus : le double sens surgit en un point du discours, préparé par les éléments cotextuels qui construisent une dynamique avec l’unité où se manifeste le dédoublement sémantique. Il semble en aller ainsi de la double interprétation que suggère l’emploi du verbe « impressionner » dans le premier exemple. Le contexte est celui d’une description de Paris, qui suit le constat d’un amour non partagé pour un « jeune homme adorable » :

Rien à espérer, rien à quoi prétendre : c’est cela qui donne au cœur un tel calme... Il est heureux, il est drôle, il est délicieusement beau : qu’aurait-il à faire de moi ? N’empêche : ma vie a touché quelques instants sa vie, et mon âme s’en est trouvée rafraîchie, ainsi qu’on doit dire à peu près dans Tagore. [...] D’ailleurs le jeune homme adorable, par miracle, s’offrirait-il à moi, je serais encore plus godiche, tant il m’intimide, qu’à tâcher seulement de lui parler : un Cosinus abasourdi... Dans le ciel pommelé couleur de tourterelle ne couraient à mon retour, par-dessus la passerelle Saint-Louis, que deux ou trois zeppelins de nuages roses. Et la Seine immobile, cirée, ressemblait aux rivières immuables des toutes premières photographies : on sentait bien qu’à la franchir, serait-ce d’un pas rêveur, nous n’impressionnerions pas, non plus, la pellicule (Fendre l’air, 152).

8La présence d’une comparaison implicite que suggère le « non plus » invite à faire jouer le sens à l’intérieur d’un verbe « impressionner » qu’il faut alors mettre en relation avec une double construction : « impressionner le jeune homme adorable » et « impressionner la pellicule ». Du domaine photographique au domaine psychologique, c’est finalement le même défaut qui se dit ironiquement, celui de l’image de soi. La syllepse discrète compense ainsi l’échec par la mise en scène d’une réussite autre, celle du jeu maîtrisé avec le jeu dans les mots.

9À cet intentionnel, ou ce calcul du sens (tel qu’il est du moins mis en scène) s’oppose le mouvement rétrospectif d’une écriture qui suspend son élan pour se commenter et inviter au retour sur un dit dont se découvre la pertinence inattendue. La pertinence ne se définit pas alors en termes d’efficacité dans la construction de l’image de soi. Il s’agit plus simplement de la découverte faite par l’énonciateur de l’adéquation inespérée de ses mots, mots banals, pris dans le flux d’un discours, avec ce qu’ils évoquent.

Mais une fois sous ces ombrages, ivre de liberté neuve, je vais où m’appelle mon désir, vers les hauteurs : wie die freundliche Heimat / Winkt es von oben herab... (« Il me semble / qu’une riante patrie m’appelle d’en haut. ») Voici le long poème An den Äther (« À l’Éther ») [...] Je savais quatre ou cinq mots, j’en connais à présent quinze ou vingt. Mais je ne m’en lasse pas, je les serre comme des trésors, je les savoure en bouche et en esprit : Heimat, la patrie ; die freundliche Heimat, la riante patrie, l’amicale patrie (qui nous appelle d’en haut, qui nous invite vers le haut) ; [...] die glücklichen Vögel, les heureux oiseaux [...] habitent et jouent gaiement dans le palais éternel de leur père [...].
Ce sont des plaisirs d’enfant. Mais cette poésie si haute, c’est le cas de le dire, elle m’accompagne dans des moments et des sensations qui ne relèvent pas forcément, loin de là, de la vie la plus éthérée de l’esprit. Quand donc m’appelle le plus fort « la riante patrie d’en haut » (Fendre l’air, 140) ?

10L’objet de l’enthousiasme du diariste est ici la poésie de Rilke et d’Hölderlin, dont les mots allemands sont goûtés aussi sous leur aspect de signifiants. Comme bien souvent chez Renaud Camus, la littérature est un point d’appui à une réflexion sur sa propre existence, les mots des autres (littéraires) servant aussi à se dire. La réorientation du discours vers soi dans le deuxième paragraphe cité est précisément le lieu du jeu de double sens, sous la forme d’une « syllepse non intentionnelle ». Le dédoublement sémantique est ponctué par la présence de la glose « c’est le cas de le dire », en laquelle J. Authier-Revuz identifie la « forme “attitrée” de l’adhésion au dire de X, fondée sur la reconnaissance d’une double pertinence du mot, à un sens et à un autre, relativement au contexte linguistique et situationnel » (Authier-Revuz 1995 : 773). Le dédoublement opacifiant du dire (cumulant usage et mention) ouvre ainsi rétrospectivement un autre plan de dédoublement : au double mode sémiotique dans lequel est pris l’adjectif « haute » s’ajoute un dépli sémantique, invitant à son interprétation abstraite (« haute du point de vue spirituel ») et concrète (« haute dans l’espace »). Or, s’il est bien manifeste que le retour sur le mot invite à faire jouer simultanément les deux sens, l’acception concrète ne surgit en réalité que dans un second temps, par un effet d’écho inattendu avec l’objet même de la poésie. La collocation « poésie haute » est en effet des moins vraisemblables dans une double interprétation. Autrement dit, si la double construction d’« impressionner » (un jeune homme/la pellicule) est possible, la construction de l’adjectif comme épithète du nom « poésie », au sens de « poésie des hauteurs » relève d’un coup de force. À la différence de l’exemple précédent, le jeu du sens ne relève donc de la construction que dans un second temps. Ce qui prévaut, c’est la rencontre faite par le discours avec le jeu à l’intérieur du mot, jeu dans la langue que les mots réveillent sans qu’il y ait eu décision ou calcul de l’énonciateur. La tension sémantique semble donc prioritairement émaner de la langue plutôt que du lien contextuel. Mais en réalité, cette rencontre faite par le discours avec le jeu de la polysémie de la langue ne s’impose que parce qu’elle suit une première rencontre, préparée par l’amont du texte. L’emploi forcé de « haute » ne fait que s’inscrire dans une continuité discursive ouverte par le jeu de citation des fragments de vers allemands et leur traduction ou leur commentaire en français : « vers les hauteurs », « la riante patrie m’appelle d’en haut », ces éléments lexicaux préparent déjà le surgissement non calculé de l’adjectif « haute » porteur de double sens. La poésie allemande participe également d’un double sens, mais c’est selon un point de vue différent, celui de l’exégèse qui superpose différents niveaux interprétatifs, par un principe d’étagement des lectures qui ne se confond pas avec le jeu de la syllepse construite. On peut donc constater un premier glissement, celui d’un fonctionnement allégorique du discours poétique vers un fonctionnement par syllepse non intentionnelle, glissement qui fait de ce dernier jeu de sens un point de convergence et de condensation du contexte qui précède. De ce fait, l’aboutissement de la continuité discursive instaurée se marque d’une hétérogénéité énonciative : c’est de l’écho des mots de l’autre poétique que résonne l’un des sens de l’adjectif « haute », précisément celui qui vient d’être décrit comme coup de force. Dès lors, réapparaît bien le travail nécessaire du contexte dans l’élaboration du double sens, contexte non pas tant situationnel que verbal : c’est d’ailleurs sur le constat d’une absence d’à propos avec la réalité propre que se prolonge le commentaire de l’entrée.

11Il convient donc d’ajouter un nouveau paramètre à la prévalence de la polysémie en langue évoquée précédemment : c’est le jeu discursif avec les mots de l’autre qui suscite l’éveil inattendu de la polysémie en langue, la non-coïncidence du mot à lui-même (écart dans la langue) se doublant d’une non-coïncidence du discours à lui-même (présence des mots de l’autre à l’intérieur de mes mots). Dès lors, la double appropriation du jeu sémantique au cotexte, que souligne la glose stéréotypée du « c’est le cas de le dire », se fait l’indice d’une double désappropriation de l’énonciateur : dépossédé de la maîtrise du sens par ce jeu inattendu qu’il découvre en « ses » mots, il est aussi dépossédé en partie de sa façon de dire dans laquelle se perçoivent les échos de voix autres. Mais la dépossession n’est pas ici perte, elle est au contraire abandon consenti qui fait du sujet le lieu d’aboutissement et de la langue et des discours autres admirés. Au moment où le discours infléchit son propos vers soi, où il abandonne la tension du discours littéraire, la forme même de la banalité, du tout venant du dire laisse paraître l’emprise d’un sens qui la déborde. Ainsi le mot banal à soi ne cesse de diffracter, renvoyant à l’autre de la langue et à l’autre du discours, et simultanément condense en lui ces extérieurs qu’il fait siens comme malgré lui. Le jeu de double sens, cumulant écho de voix et polysémie, instaure une circulation entre langue et interdiscursivité, invitant à décrire ici la syllepse non intentionnelle comme la figure de l’abandon à l’autre que je fais mien et à la langue, entrant ainsi en résonance avec la poétique mise en œuvre par R. Camus. Associant jeu dans la langue et hétérogénéité énonciative, la forme non intentionnelle – mais suscitée par le contexte – se fait ainsi la trace de la présence multiple, souterraine, non contrôlée, d’une prolifération du sens dont elle ne semble qu’une émergence inespérée.

12C’est bien parce que le lien s’établit avec les éléments cotextuels qu’est maintenue ici la dénomination de syllepse. Le cas semble différent dans l’exemple suivant :

Quel curieux personnage que Madame Claude Sarraute (« Apostrophes », hier) ! Elle est la fille d’un des plus grands écrivains français, elle est l’épouse d’un journaliste de renom, qu’on peut même appeler un publiciste, et qui est d’autre part un digne amateur de poésie. Or, qu’est-ce qui la consume ? Le désir passionné d’être ordinaire (y compris dans le sens où l’on disait à Clermont-Ferrand, dans mon enfance : « Il a épousé une femme terriblement ordinaire »). Seulement elle, elle veut être plus ordinaire que n’importe qui, d’une ordinarité indépassable. C’est ainsi qu’elle est devenue fameuse (Fendre l’air, 244-245).

13La première occurrence de « ordinaire » relève d’une configuration énonciative de modalisation autonymique, la glose qui accompagne le mot pris en mention et en usage explicite la présence d’un sens pluriel dont un aspect est précisé par le commentaire. Au sens que l’absence de tout commentaire impose comme usuel s’ajoute un sens défini par la contextualisation d’un emploi spécifique. Si le commentaire implique l’existence d’un double sens dans l’emploi du mot, la notion de syllepse paraît ici plus discutable dans la mesure où ce double sens n’est pas en prise avec les réseaux sémantiques qui organisent l’extrait. C’est à un affinement du sens que travaille la glose, par une forme d’enrichissement du signifié, et non pas à une tension de jeu du sens à l’intérieur du mot, tension qui serait créée par le lien avec les autres éléments du cotexte. Si le mot aux prises avec le double sens fait bien appel à des discours autres, comme dans l’exemple précédent, c’est sur un mode où semble s’atténuer la distinction entre non-coïncidences en langue et non-coïncidences en discours, les unes prenant le relais des autres selon un principe de continuum.

14De même, un double sens nourri de sa seule mise en relation avec le contexte situationnel ne pourra pas justifier l’existence d’une syllepse. On glisse alors dans le domaine de l’allusion verbale que Fontanier illustre par cet exemple emprunté à Marmontel :

Un grand seigneur, qui avait été le favori de son prince, commençait à ne plus être si fort en crédit. Comme il descendait un jour de chez le roi, il trouva sur les degrés son nouveau concurrent qui montait : il lui demanda si, chez le roi, il y avait quelque chose de nouveau : Rien du tout, répondit-il, sinon que je descends, et que vous montez. Le sens propre de descendre et de monter marquait la situation physique des deux acteurs. Le sens figuré désignait leur situation morale à l’égard du prince (Fontanier [1830] 1977 : 127).

15Cumul de sens propre et de sens figuré, la configuration rappelle fort la syllepse. Mais la différence réside dans la place accordée au contexte verbal, nécessaire au jeu de la syllepse, remplacé par le renvoi à la situation contextuelle pour l’allusion : au jeu des courtisans, il faut un escalier.

16La réticence à parler de syllepse ne paraît plus de mise en revanche dans le cas où le jeu du sens renvoyant à la polysémie en langue entre en résonance avec la dynamique textuelle. L’exemple suivant semble bien correspondre à une de ces formes de syllepse non intentionnelle :

Il semblerait, donc, que la grâce très contestée, et combien contestable, accordée jadis par Georges Pompidou à Touvier, aurait été arrachée au président de la République grâce à la communication d’une version très allégée du dossier, soigneusement expurgée de tous les éléments les plus sérieux, les plus accablants pour l’accusé. Or qui était alors directeur des Grâces au ministère de la Justice, c’est-à-dire directement responsable de l’état délibérément trompeur du dossier soumis à Pompidou ? Pierre Arpaillange... Il paraîtrait même que, sortant sans précaution de son rôle, il aurait proposé aux avocats de Touvier, et aux hommes d’Église qui tâchaient de le soustraire au châtiment, ses conseils juridiques gracieux, c’est le cas de le dire, sur la meilleure façon d’abuser la justice (Fendre l’air, 352)...

17On retrouve là la forme stéréotypique de la glose saluant la rencontre heureuse faite par le discours avec un excès de sens qui vient en renforcer l’ironie, sans que l’énonciateur semble avoir prémédité la rencontre. Curieuse situation où l’énonciateur se présente comme le spectateur du discours qu’il est en train de tenir. Le jeu du sens est pourtant bien préparé par l’amont du texte où s’affiche la présence répétée du mot « grâce ». Le surgissement mécanique de la forme dérivée, initialement liée à un autre sens du substantif, paraît donc témoigner d’une forme de logique inhérente au discours rejoignant une logique de la langue par le télescopage sémantique qu’il provoque. Le « hasard » heureux qu’invite à lire la glose relève en fait davantage de la fulgurance et fait soupçonner un travail de l’inconscient dans la mise en œuvre du discours : la « grâce » hante le discours, au point de se décliner sous ses variantes lexicales et sémantiques (on note aussi la présence d’un « grâce à » dont le figement et la désémantisation établissent, comme en sourdine, une discrète continuité). La découverte est donc livrée tout entière par le jeu de la langue, dont la logique préside au surgissement inattendu du sens, et par son écho en discours, sur le mode de ce qui tient d’une évidence mise à nu. Le principe n’est pas sans rappeler le fonctionnement du lapsus. À la différence de celui-ci, cependant, c’est à l’intérieur d’une forme unique que se joue le télescopage entre ce qui était prévu par l’énonciateur et ce qu’il dit en réalité, ou plutôt ce qui se dit dans ses mots malgré lui. À la place d’un autre mot, c’est un autre sens qui surgit, non pas se substituant à celui qui était intentionnellement prévu mais se rajoutant à lui dans un accord parfait avec la langue. Si les formules auxquelles Freud recourt pour décrire les effets du mot d’esprit, « stupéfaction et illumination », « sens caché », trouvent ici un écho, c’est que la frontière entre jeu dans le mot et jeu de mots s’avère ici poreuse. Un dernier exemple permettra de le vérifier :

Je n’arrive pas à découvrir d’époque où l’Histoire se soit montrée, globalement, c’est le cas de le dire, plus généreuse. Il ne se passe pas de jour, depuis des semaines, où nous ne recevions du monde, les plus exaltantes nouvelles. Cette année qui a vu le plus total échec idéologique, et le plein succès touristique, de la célébration du bicentenaire, s’est montrée l’une des plus fastes des annales de l’humanité (Fendre l’air, 410).

18Si la rencontre de l’adverbe « globalement » est saluée par le discours comme une heureuse trouvaille, c’est bien parce que ce même discours, au moment où il recourt au mot, en défait l’unité morphologique, réinventant alors un lien sémantique qui en langue s’est rompu. Le discours sur le « globe » semble donc avoir appelé de façon naturelle ce qui dormait dans la langue et que le jeu cotextuel réveille. On n’est pas loin du mot-valise, tel celui-ci qu’invente Camus : « Le sourire est absolument incompatible, en Italie, avec les situations de s’ex abrupto, si j’ose dire, qui pourtant me paraissent facilement l’appeler » (Fendre l’air : 285). Mais là où le mot-valise procède à une co-prédication inscrite dans la linéarité (au moins partielle) de la nouvelle unité, c’est en quelque sorte par emboîtement d’une unité dans l’autre que le double sens joue pour une forme telle que « globalement » qui subit une remotivation. Le mot tient alors davantage d’un mot-gigogne, évoquant aussi le principe du calembour.

19Au terme de ce parcours, où il est apparu que toute glose en « c’est le cas de le dire » n’accompagne pas systématiquement un jeu de syllepse, un certain nombre d’entre elles semblent bien vérifier une communauté de fonctionnement avec la figure sémantique. Si nommer la syllepse « figure stylistique », c’est supposer que, prise dans une configuration dynamique plus large, elle dit quelque chose du rapport du sujet à la langue, au monde, l’ouverture de la syllepse au non intentionnel, à la découverte faite dans la langue, à une cohérence qui déborde un vouloir-dire, nous rappelle qu’elle peut alors de plein droit être figure d’un style.

Bibliographie

Références bibliographiques

Authier-Revuz J., Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, coll. « Sciences du langage », 1995.

Camus R., Fendre l’air. Journal 1989, Paris, P.O.L, 1991.

Dumarsais C. C., Des Tropes ou des différents sens, Paris, Flammarion, [1730] 1988.

Fontanier P., Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », [1830] 1977.

Freud S., Le Mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », [1905] 1988.

Julia C., Fixer le Sens ? La sémantique spontanée des gloses de spécification du sens, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001.

Tamba-Mecz I., Le Sens figuré, Paris, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », 1981.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540