Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Déterminations rhétoriques et composante argumentative

Lecture de la polysémie chez Villon

Guillaume Kichenin

Texte intégral

  • 1 Italo Siciliano, Mésaventures posthumes de Maître François Villon, Paris, Picard, 1973, chapitre IV (...)

Maintenant le vice nouveau caresse de préférence et bouscule le vocabulaire qui est fertile en synonymes comportant plusieurs acceptions, sonde ou morcèle le nom commun pour en extraire l’étyme obscène, presse les noms propres pour qu’ils avouent les tares des Pierres ou des Proserpines. Enfin ce sont l’acrostiche latent, l’anagramme romanesque et surtout le jargon polyglotte qui révèlent les mystères de la poésie et l’authentique pensée du poète.
Italo Siciliano1

  • 2 Héritier d’un Pierre Champion, Siciliano reproche à cette « nouvelle philologie » sa méthodologie « (...)
  • 3 Nous nous intéresserons seulement ici à la pluralité de sens d’un point de vue sémantique et nous l (...)
  • 4 Aristote, Peri Hermeneias, c316b20. Irène Rosier rapproche ces propos de la théorie de la generatio (...)

1La philologie pourrait-elle être extravagante ? C’est ce qu’a laissé supposer le médiéviste Italo Siciliano en 1973 à propos de la jeune génération spécialiste de Villon, lui-même partisan d’une critique thématique à coloration biographique contre les chantres de la lettre2, comme une autre querelle des Anciens et des Modernes. Si la pointe fait entendre les accents de la mauvaise foi, elle pose néanmoins le problème de la lecture de la polysémie chez un auteur, dans un siècle, dans une culture médiévale qui considèrent la pluralité des sens comme principe de toute écriture3. Aristote a sans doute le mieux défini la polysémie comme un trajet ternaire associant les ressources d’une langue, l’ambiguïté d’une écriture et la finesse d’une lecture. La polysémie s’arrête pour lui lorsque le lecteur peut se tenir au repos4. Mais la poésie de Villon repose-t-elle, et d’ailleurs, s’en préoccupe-t-elle ?

  • 5 Les citations sont prises dans l’édition de Claude Thiry, François Villon, Poésies complètes, Paris (...)
  • 6 À partir du xive siècle, il désigne un poème à la fois lyrique et narratif, marqué par l’hétérogéné (...)

2L’auteur lui-même crée une distinction entre parole et écriture. La parole est souple, linéaire, sujette à de multiples digressions, maintenant toujours une relation consubstantielle entre celui qui dit et ce qui est dit. Autre Protée qui prête bouche aux autres, le poète en réalité garde la voix comme on garde la main, sans discontinuer, capable de dire successivement une chose et son contraire, parce qu’il existe une temporalité du discours qui, à l’image du monde, s’évanouit. Verba volant... « Tant par l’on qu’on se contredit » (« Ballade des proverbes », 9)5. À l’inverse, l’écriture semble stable, a valeur juridique dans le Lais comme le Testament. Tel Pilate, « Ce que j’ai escrit est escrit » (T, 264). Cet effet de voix est en réalité pesé même dans ses non-dits : « Toujours, despiteuse et rebelle, / Dit quelque parole cuisante ;/S’elle n’ose, si le pense elle » (T, 270-2). Un mot enferme cette ambivalence, le dit, forme esthétique que Villon reprend à son compte pour définir sa poétique6. Mais à son tour, l’écriture semble mise en cause dans ses fondements mêmes : l’auteur invite l’exécuteur testamentaire (et pourquoi pas nous ?) à l’annuler, l’« ôter jusqu’au res d’une pomme » (T, 1850) puis lui permet :

De le gloser et commanter,
De le diffinir et descripre,
Diminuer ou augmenter,
De le canceller et prescrire
De sa main – et ne sceut escripre –,
Interpréter et donner sens
À son plaisir, meilleur ou pire (T, 1852-58).

  • 7 Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1955, p. 254.
  • 8 François Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », [1987] 1996, (...)

3Malgré les apparences, l’écrivain renonce à cette transcendance de mauvaise grâce au moment où il se rend compte que certains ont rebaptisé son Lais en Testament : « Leur plaisir fut, non pas le mien / Mais quoy ? on dit communement : / Ung chacun n’est maistre du scien » (T, 758-60). La polysémie pourrait dès lors être l’un des signes du refus d’abandon de l’œuvre, de cet « allégement de tout auteur » dont parlait si bien Blanchot7. Certes, la lecture doit avoir son éthique et approcher le texte avec philologie, parmi d’autres nombreux jeux de langage. Reste à savoir si le texte nous permet d’identifier des filières sémiques parce que nous en avons eu la présomption8 ou s’il ne bâtit pas plutôt un mode de signifier qui exalte une intention créatrice. En effet, Guillaume de Machaut a mené jusqu’à son point de rupture une certaine définition du poète, musicien et littérateur tout à la fois. La poésie est moins un chant véritable depuis, que la trace écrite d’un sujet qui affirme une certaine qualité personnelle par le langage. D’autant que la forme mixte du dit, intégrative, fait du poème court lyrique un morceau d’écriture, le transfère de la voix à la lettre, au milieu d’autres propos narratifs, où l’écriture mime la parole sans passer par la musique. Le travail de la polysémie doit trouver sa place au sein de cette dualité, tendu entre un surgissement immédiat, dans une formulation inaugurale et évanescente et une lecture attentive, médiate, qui fait du poème (lu à haute ou basse voix) un espace vertical, visuel peut-être et, dans tous les cas, mémoriel. Une étude de la polysémie ne peut se passer de définir ce qu’est un mot, notion problématique au xve siècle dans la mesure où elle participe d’un pacte synallagmatique entre écriture et lecture. La diversité des moules poétiques utilisés par Villon implique un rapport à la pluralité des sens différent suivant les cas, puisque la forme n’est pas un simple réceptacle qu’il faudrait remplir mais constitue le mode de production nécessaire du (ou des) sens.

La valeur du mot

4Pour que la polysémie soit possible, il faut qu’auteur et lecteur portent une attention particulière au mot, tout autant qu’à l’énoncé. Intermédiaire entre le morphème et le syntagme, il est avant tout une unité graphique, délimitée par deux vides. La culture livresque devant être vocalisée au Moyen Âge, l’écriture ne disposant pas d’un système régulier de signes diacritiques qui permettraient d’isoler les constituants d’une phrase et les phrases entre elles, la culture savante qui met en concurrence la définition étymologique et l’expositio (analyse par décomposition), tout cela tend à dissoudre le mot dans un flux verbal, ce qui le rend poreux aux deux unités qui l’abouchent, la syllabe et la locution.

Des éclats de mot

5Par essence sonore, la poésie est le lieu de révélation de la syllabe. Parce qu’elle dépasse l’accident que constitue le phonème, qu’elle témoigne d’un travail sur le langage, la rime est son espace de prédilection. Les manuels de seconde rhétorique s’accordent pour faire de la rime équivoquée un sommet, Eustache Deschamps par exemple dans son Art de dictier, se consacrant au cas particulier des ballades équivoques et rétrogrades :

  • 9 Eustache Deschamps, Art de dictier, ed. and transl., by Deborah M. Simmreich-Levi, East Lansing, Co (...)

Et sont les plus fors balades qui se puissent faire, car il couvient que la derrenier sillabe de chascun ver soit reprinse au commencement du ver ensuient en autre significacion et en autre sens que la fin du ver precedent. Et pour ce sont telz mos appeliez equivoques et retrogrades, car en une meisme semblance de parler et d’escripture ilz huchent et baillent significacion et entendement contraire des mos derreniers mis en la rime, si comme il appaira en ceste couple de balade mise cy apres [...].9

  • 10 La véritable rime équivoque pose le même problème de segmentation en opposant groupe de mots et mot
  • 11 Jacqueline Cerquiglini parle de l’équivoque comme d’un « outil métaphysique qui ne dissout pas la l (...)
  • 12 F. Lo Piparo, « Aristote : la syllabe comme modèle de la signification et de la définition », La Dé (...)
  • 13 L’équivoque serait pour Jacqueline Cerquiglini le moyen de « neutraliser grâce aux convergences pho (...)
  • 14 D’après Jean-Charles Monferran, « la rime pour l’œil se serait imposée avec Malherbes » : voir « Ri (...)
  • 15 Deux éléments peuvent nous permettre de décider. La versification qui, si elle oblige à prononcer l (...)
  • 16 Jean Stefanini, « Pierre Guiraud et la psychomécanique », Hommage à Pierre Guiraud, Annales de la f (...)

6Deschamps insiste sur la dimension sémantique du procédé. La syllabe fait figure de morphème distribué entre deux vers dont la réalisation diffère. Mais plusieurs cas sont confondus. Soit il s’agit d’une véritable homonymie, soit on oppose la syllabe au mot – ainsi dolente/lente10 qui porte sens et signification – non qu’elle soit le mot lui-même mais elle en est un « éclat »11 orienté dans le programme sémantique du mot tout entier, en un rapport synecdochique : « la signification est toujours déjà composée12. » Ces signes appellent des sémantismes contraires. L’équivocité ne se conçoit que dans le double mouvement d’un rapprochement et d’une disjonction radicale13. Le sens a quelque chose à voir avec l’idée de direction – à-rebours du poème qui hoquette, l’activité de compréhension fait retour sur le vers qui précède. La poésie est d’abord voix puis lettre14 ; immanent, le sens préexiste à l’activité interprétative. De vieux mots (semblance et senefiance) sont récupérés pour parler d’un procédé à la mode. L’allégorie, cette « signification de choses » selon Thomas d’Aquin, produisait des sens multiples, mais toujours dans un rapport de contiguïté, d’approfondissement et de spiritualisation à l’inverse de l’automne du Moyen Âge. La lecture reçoit cette distorsion de l’apparence et de son essence, tente de dépasser les accidents de la langue, créateurs de ressemblances trompeuses. Dans la strophe exemplaire de Deschamps, la rime est amenée par une fausse répétition inaugurale, sur le même principe de ressemblance / dissemblance. Il faut tantôt y lire l’adjectif lasse participant d’une triade mélancolique, tantôt l’interjection lyrique féminisée – l’indécision de leur position respective créant l’ambiguïté15. Le signifiant étant une « amorce de structure »16, jouer avec lui remet en ordre le monde, ôte de la contingence au langage, fait des ressemblances « cénémiques » selon Hjelmslev des proximités textuelles et donc d’une certaine manière aussi conceptuelles. Mais répétition phonique et répétition sémantique sont proportionnellement inversées car il existe une loi tacite, une exigence de créativité qui considère l’exact retour du même mot comme une facilité. Ce principe devrait permettre de lire certaines des équivoques ou des calembours prétendus du texte de Villon. Rares sont les cas où un mot à la rime porte un sens 1 qui serait le sien (de manière attendue) et lui associe un sens 2 emprunté à l’autre mot rimant avec lui. On comprend également pourquoi le recours à l’annominatio semble aussi pertinent. Le nom entier ou l’une de ses syllabes sont interprétés comme des morphèmes.

7Dans cette logique, l’éclat du mot villonesque peut aussi être une lettre. Le graphème/phonème /r/ équivoque avec « erre » (T, 935, 938) et se dissémine même dans les noms propres et certains mots de la « Ballade à s’amie ». Cet ensemble fait suite à la « Ballade pour prier notre dame » où Villon signale l’acrostiche appelace (suivie de villon(e) dans l’envoi) par la formule « oncques lettres ne leuz » (T, 894) tout à la fois complément d’objet interne et mot-plein, interprétant de la figure. À cette mère illettrée s’oppose le lecteur éveillé qui doit détacher la lettre du mot verticalement. L’acrostiche se déroule en deux moments de lecture dissymétriques. Le mouvement de haut en bas réduit le nombre de points d’appui oculaires par rapport à l’horizontale (facilité peut-être par la présence de majuscules initiales plus lisibles que la minuscule gothique) et rend la lecture synthétique, quasi picturale, appréhendée sur le même mode que les peintures de l’église que cette pauvre mère se contente de voir au même moment (T, 895-901). Villon ne propose-t-il pas là, en quelque sorte, une théorie de la double lecture ?

Au-delà du mot

  • 17 La locution est un syntagme appelé à être intégré dans une phrase. Le proverbe est un énoncé à lui (...)
  • 18 Fort bien étudiée par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Un engin si soutil », Guillaume de Machaut e (...)

8Dans l’autre direction, la locution figée voire le proverbe17 sont aussi des mots. Dans l’exemplum liminaire, Diomède dit à Alexandre qu’« en grant poverté [...] / Ne gist pas grande loyauté » (T, 150-2) et commente la formule, comme étant un « mot » qui se dit « communément », dépassant la parole singulière dont on aurait pu croire qu’elle était issue et convoquant l’autorité d’une culture aphoristique commune. La prosopopée moralisatrice qui s’insurge contre l’éloge des filles de joie et s’étend sur une strophe et demie est appelée de même (T, 572). L’évolution de la notion de subtilité illustre également cette tension entre le terme et une unité plus vaste, intertextuelle. Désignant à l’origine le sorplus de sens moral qu’apporte la jeune littérature héritière de la translatio, il gagne deux siècles plus tard une acception linguistique. Subtile rime dans les manuels de versification avec style parce qu’il est devenu un mot de poétique, témoignant d’un travail de tissage18. Il dit le réseau. Ce terme apparaît deux fois dans l’œuvre de Villon (T, 496), la seconde dans « Épitaphe et rondeau » où il désigne un énoncé tout entier :

Rigueur le transmit en exil
Et lui frappa au cul la pelle
Nonobstant qu’il dit : « J’en appelle ! »
Qui n’est pas terme trop subtil
Repos éternel donne a cil (T, 1899-1903).

  • 19 François Rastier, op. cit., p. 247.
  • 20 François Rigolot, « Perspectives rhétoriques et sémiotiques sur la locution : locutio/ locatio », L (...)
  • 21 Claude Buridant, « Définition et étymologie dans la lexicographie et la lexicologie médiévales », L (...)

9La formule J’en appelle évoque la « Ballade de l’appel » des Poésies diverses, où le mot, subtil, donne l’occasion de plusieurs jeux verbaux assumés (Vous entendez bien joncherie ! v. 13), noue une isotopie des verbes de parole, tandis que la forme chantée transforme l’appel-substance que l’on commente (Que dictes vous de mon appel ? v. 1) en appel que l’on rappelle comme acte – le tour performatif servant de complétive au verbe (Comme de dire : « j’en appel » ? v. 19). Il constitue l’hypotexte affiché du rondeau : retour de la même structure syntaxique, parallélisme des commentaires énonciatifs (Qui n’est pas trop subtil fait référence aux vers 17 et 18 : Cuidiés-vous que soubz mon capel / N’eust autant de philosophie). Reprendre ce terme à l’occasion d’une écriture funèbre, c’est tout à la fois être déjà mort et s’extirper de la tombe de deux manières : dans la chronologie personnelle du poète, l’appel a été entendu ; poétiquement, la formule possède une efficace vivifiante. Véritable enclosure, « instruction interprétative obligatoire » du double sens19, subtil signale la superposition de deux énoncés créant un effet de dénégation. Se trouve enfermée en un seul mot la tension entre la lettre et la voix, chère à Zumthor. Un double mouvement s’opère ainsi : la ballade est insérée allusivement dans une parole stable mais l’écrit ne peut s’empêcher de redevenir diction. Au demeurant, subtil appartient à l’espace du verset en rondeau, forme lyrique inscrite dans et en marge de l’épitaphe qui invite celui qui se contentait de lire à faire voix (T, 1891). La fin du Moyen Âge a conscience que le mot est organisé culturellement en séquences plus vastes, préconstruites, qui le font oublier en tant que tel, accélèrent la lecture de cet espace sémiotique familier20, atténuent son sens intrinsèque au profit d’une signification synthétique et expressive. La constitution du langage comme patrimoine fait aussi des mots du poète un champ sémiotique et sémantique unifié qui permet des jeux d’appels et de renvois. Ils sont l’œuvre. La polysémie ne peut se loger que dans ce rapport de la langue des autres à la sienne (lettre et voix), une forme de langage contre une autre forme de langage et son ressort le plus particulier réside dans la fragmentation, cette « espèce de dérivation »21 de ce qui fige le sens – la locution au profit des mots qui la composent, le mot en morphèmes, la syllabe en lettres – et la superposition en d’autres occasions de ce qui, selon la loi de la rime, doit être disjoint.

La polysémie en acte

10Mais cette virtuosité est-elle surtout sémiotique ou bien témoigne-t-elle aussi d’une compétence sémantique ? Doit-on distinguer deux modes d’expression de la polysémie, suivant que l’on a affaire à une pièce lyrique ou à une strophe narrative ?

La polysémie malgré le rythme

  • 22 Les menus propos (titre donné par un éditeur du xixe siècle) sont la forme primitive de la sottie, (...)

11La « Ballade (balladante) des menus propos » fait partie de ces morceaux de bravoure rhétorique où sont attendues les équivoques22.

Je congnois bien mousches en laict,
Je congnois à la robe l’homme,
Je congnois le beau temps du lait,
Je congnois au pommier la pomme,
Je congnois l’arbre à veoir la gomme,
Je congnois quand tout est de mesmes,
Je congnois qui besoigne ou chomme,
Je congnois tout, fors que moy mesmes.

Je congnois pourpoint au collet,
Je congnois le moine à la gonne,
Je congnois le maistre au valet,
Je congnois au voile la nonne,
Je congnois quand pipeur gergonne,
Je congnois fous nourris de cresmes,
Je congnois le vin à la tonne,
Je congnois tout fors, que moy mêmes.

Je congnois cheval et mulet,
Je congnois leur charge et leur somme,
Je congnois Bietrix et Belet,
Je congnois gect qui nombre assomme,
Je congnois vision et somme,
Je congnois la faute des Boesmes,
Je congnois le pouoir de Romme,
Je congnois tout, fors que moy mesmes.

Prince, je congnois tout en somme,
Je congnois colorez et blesmes,
Je congnois Mort qui tout consomme,
Je congnois tout, fors que moy mesmes !
(Œuvres diverses)

  • 23 Henri Meschonnic s’est insurgé contre l’idée que le rythme serait une forme accessoire à la langue. (...)
  • 24 On reprend ici les analyses de Jacqueline Picoche, « Un essai de lexicologie guillaumienne : la loc (...)

12Pourtant elle met en œuvre un dispositif qui nous semble récurrent dans plusieurs autres pièces et dont elle semble un des exemples les plus aboutis. Retour du refrain, découpage strophique et structure des rimes contribuent à sa régularité, immédiatement perçue ici comme une forme narcotique : les vers expriment des vérités tenant de l’évidence enchaînées en coq-à-l’âne et cette sottie poétique est structurée, verticalement, par l’anaphore Je congnois créant une accoutumance visuelle et sonore, aux vertus « anti-sémiotiques »23. Or l’effet litanique, homogénéisant, masque différents emplois du verbe. Soit l’axe du cinétisme du verbe connaître24 sur lequel on peut distinguer trois sens :

(1) → (2) → (3)

13Connaître = savoir que quelqu’un, quelque chose existe (1). Le verbe implique la fréquentation, l’expérience de l’objet, une attitude contemplative. On trouve parfois la construction connaître que (T, 305 et 1481) ; d’où le sens (2) : connaître = reconnaître. C’est un approfondissement de l’objet de l’intérieur, de type synecdochique. Le verbe implique un processus en deux temps, la connaissance de signes internes permettant de l’identifier en faisant l’économie de cette démarche inaugurale d’appropriation. En leur absence, on passe au sens 3 comme devant les ossuaires des Saints Innocents : Car d’évêques ou lanterniers / Je n’y cognois riens à reddire (T, 1750-51). Connaître = distinguer (3). C’est un approfondissement de l’objet par son environnement extérieur, particulièrement un objet proche ou opposé. Le verbe implique une structure duelle. Les sens 2 et 3 sont les plus représentés dans le poème. Parmi les emplois stables, le sens 2 utilise toujours la même structure, connaître à A, B, que A et B soient inanimés (v. 4, 5 et 9), que A soit un inanimé et B un animé (v. 2 et 10) ou qu’ils représentent tous deux des animés (v. 11). Le sens 3 se construit de plusieurs façons : connaître A de B (v. 3) ou connaître A ou B (v. 7). La plupart de ces vers sont des proverbes ou des locutions existant déjà ou quelque peu modifiés pour les besoins de la rime.

  • 25 Voir Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou, Paris, PUF, coll. « Perspectives littéraires », 1992, pp (...)
  • 26 Villon semble en effet expert, évoque le « vin de buffet » (T, 1131) et boit avant de mourir au mon (...)

14D’autres emplois sont en revanche plus délicats. La spécialisation juridico-religieuse (v. 22 et 23) implique un jugement moral fondé sur un contenu de savoir, mais la situation d’énonciation s’en trouve modifiée. La sottie vire à la profession de foi, l’implique en réalité, car le discours du fou embrasse les paroles du monde. On hésite entre les acceptions 1 et 2 lorsque Villon affirme connaître fous nourris de cresmes (v. 14), où référence est faite au fromage, emblème théâtral du sot25. Mais la construction N+p.p. expansé laisse totalement possible l’activation du sens 1, glose méta-poétique dans la mesure où Villon s’assimile à eux en leur empruntant un mode d’énonciation spécifique. On peut aussi s’interroger sur le vers suivant qui admet soit l’existence d’une signalétique rendant le vin reconnaissable à son tonneau26, soit une expérience de la boisson dans un tour hyperbolique.

  • 27 Voir la note du vers 17.
  • 28 Macrobe, Commentarri in Somnium Scipionis, I, 3, 3, pp. 8 et 9, éd. Willis, cité par Jacqueline Cer (...)

15Les sens 2 et 3 impliquent des structures duelles, la partie contre le tout, un objet contre un autre objet. Or, ce second élément est parfois simplement sous-entendu, ce qui rend ces différentes étapes d’une chronologie mentale poreuse l’une à l’autre. Il en est ainsi pour les vers 18 et 13. Dans ce dernier cas, jargonner est peut-être aussi à prendre au sens propre, « parler l’argot », compétence de Villon. Connaître signifie donc aussi « comprendre », au sens linguistique. Discrimination et savoir par accumulation se retrouvent dans une autre construction ambiguë : connaître A et B. Au vers 19, le poète congnois Bietrix et Belet qui, sous couvert de les distinguer alors que leur nom les rapproche phonétiquement, les réunit sous l’acception sexuelle du sens 1. Villon joue avec de prétendues paires synonymiques tout comme au vers 17, où il s’agit de cheval et de mulet qui ont des valeurs différentes et que le poète se targue de distinguer : Je congnois leur charge et leur somme. Au sens 1, ils sont synonymes, à moins qu’avec Claude Thiry, Villon oppose « l’ampleur des frais d’entretien » au « chargement » que chacun d’eux peut transporter27. De même, au vers 21, vision et somme sont antithétiques si l’on traduit vision par « veille » qui s’opposerait au sommeil, métonymiques si le somme représente les premières heures de sommeil et le songe l’état de rêve ou encore quasi synonymes (si l’on songe à leurs étymologies). À moins que l’on n’entre dans les catégorisations de Macrobe auxquelles est rompu tout clerc médiéval pour qui il existe cinq types de rêves : le songe, la vision, l’oracle, le rêve et le fantasme28. La compétence critique du poète serait aussi un savoir d’école.

  • 29 Michel Pastoureau, Histoire de la symbolique médiévale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Librairie (...)
  • 30 En effet, le trait /concret/ présent dans ces choses du monde que sont la mouche et le lait appelle (...)

16Une autre difficulté de lecture vient des niveaux de lexicalisation plus ou moins avancés des locutions. S’agit-il de prendre le vers 12 dans son sens analytique qui souligne une compétence critique sur le modèle connaître à A, B, qui activerait le sens 2, pendant féminin du vers 10 (Je congnois le moine à la gonne) ou faut-il le considérer dans son emploi synthétique : connaître la nonne au voile pour « connaître les choses évidentes » ? Il y aurait là reconnaissance méta-poétique des poncifs affichés par la ballade. De même, connaître mouches en lait (vers 1) procède par subduction du sens 3. Opposant l’objet à son environnement, le noir dans du blanc – couleurs les plus opposées du « spectre » au Moyen Âge29 – la subduction neutralise le trait /concret/ pour signifier au figuré, « entendre bien la différence des choses », puis « ne pas être niais ». La sottie s’ouvre sur sa propre dénégation. Pourtant le contexte proche permet d’activer un emploi beaucoup plus proche de son sens plénier30.

  • 31 Stéphane Marcotte, dans La Coordination des propositions subordonnées en Moyen français, Genève, Dr (...)
  • 32 Michel Foucault écrivait d’ailleurs que « la folie c’est le déjà-là de la mort », Histoire de la fo (...)
  • 33 Ces remarques peuvent être étendues à d’autres ballades, celle « du concours de Blois », des « cont (...)

17C’est parce que le verbe connaître a une signification flottante, nécessairement variable, que l’anaphore est le signal d’une lecture subtile, que sa complémentation l’est aussi, c’est parce que le rapport syntaxique noté par la conjonction et est lâche que la définition sémantique est mise en suspens31. Enfin, l’antithèse apparente, colorez et blesmes (le bien portant du presque mort) se réduit à une nouvelle paire quasi synonymique quand on sait que les pendus étaient des noircis (T, 1722-3), eux dont parlent la Ballade des pendus et le Lais, et elle peut aussi se lire dans la succession chronologique de divers états du corps mort, noir et blanc macabre qui confère à la ballade sa clôture (par rapport au vers 1). Cette interprétation est confirmée par le vers suivant : Je congnois Mort qui tout consomme (sens 1). Le poète parle d’expérience (tantôt spectateur, tantôt acteur) et sa voix est devenue progressivement une parole de l’au-delà32 dans ce seul vers actualisant véritablement le sens 1, comme si le texte mettait en attente le surgissement de ce sens archétypal proche du signifié de puissance dont les autres acceptions ne font que dérouler le cinétisme. Connaître, par sa prédisposition à l’encyclopédisme, englobe les sens 2 et 3 des autres vers grâce au pronom tout qui resémantise la formule delphique devenue cliché de poésie morale tout à la fois anaphore résomptive, enrichie au fil des strophes, et quantifiant indéfini à valeur universelle. La polysémie de la langue est savamment orchestrée33 car cette complexification de l’énoncé par la valence verbale n’apparaît qu’à partir du vers 13, comme si le poème mettait en scène un défigement progressif des dictiones qui sont le matériel obligatoire de cette facture poétique. Or, ces deux moments coïncident avec deux locutions dont le sens lexicalisé est radicalement différent de son sens synthétique, ce que ne réalisent pas les autres vers. On aboutit à la structure suivante :

I. Connaître mouche en lait = « Bien entendre la différence des choses. Ne pas être sot ».

> acceptions stables

II. Connaître au voile la nonne = « Connaître les choses évidentes ».

> acceptions plus instables

18À cette organisation où deux proverbes d’un niveau de lexicalisation supérieure fonctionnent comme des commentaires méta poétiques et antiphrastiques de la sottie en train de se dérouler à nos oreilles et sous nos yeux, s’adjoint la construction progressive d’une expérience subjective, pseudo-autobiographique (je suis un fou, pilier de taverne, ami des femmes, puis pendu, déjà mort) reniée par la réécriture de la sentence de Chilon. Le coq-à-l’âne, signal de la parole du fou, permet en fait d’utiliser sagement (en virtuose même) les potentialités de la langue pour raviver le poncif de l’incompréhension du moi, dissocier la voix de son corps, comme dans l’« Épitaphe Villon », et faire vaciller le propos de la ballade alors que l’intégrité de son sujet grammatical est révoquée en doute.

Un déploiement syntaxique et strophique

19La strophe narrative nous invite à lire la polysémie de manière différente. Le jeu porte souvent sur des mots connus pour être polysémiques comme dans le Lais, qui se clôt sur un calembour étymologique topique mêlant économie et sexualité :

1 Et se j’ai pris à ma faveur
Ces doux regards et beaux semblants
De très décevante saveur,
Me tréperçant jusques au flancs,
Bien ils ont vers moi les pieds blancs
Et me taillent au grand besoin.
Planter me faut autres complants.
Et frapper en autre coin (L, 25-32).

  • 34 Cf. Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », La Polysémie, (...)
  • 35 Maurice Merleau-Ponty, Signes, Paris, Gallimard, coll. « Folio-essais », 1960, p. 75.
  • 36 François Rigolot, op. cit.

20Généralement, l’un des sens au moins du polysème est spécialisé. Érotique, technique (économique, judiciaire, militaire, religieux, scolastique) ou argotique, l’usage lui applique une réalité du monde différente, c’est-à-dire change au moins de classème et ne se contente pas de modifier sa structure sémique spécifique, qui modifierait plus le mode de donation du référent à l’esprit que le référent lui-même34. Il y a donc tension entre l’appel à un fond sémiotique et sémantique commun qui permet de reconnaître le jeu et l’exigence de création qui invite à « secouer l’appareil du langage [...] pour lui arracher un son neuf »35. L’effet de clausule de l’exemple 1 est rare dans la poésie narrative de Villon, dans la mesure où, préparé en amont, il ne sert pas une esthétique du brouillage mais fait converger la parole poétique vers cette pré-langue, culturelle et commune. La structure strophique de l’exemple 1 utilise d’ailleurs l’un des moules privilégiés par le Lais et le Testament. La plupart isolent le ou les deux derniers vers, l’effet conclusif étant apporté par deux éléments : un outil de liaison (conjonctifs et et car – c’est le cas le plus représenté –, adverbiaux ou relatifs) et un effet de décrochement énonciatif tout à la fois apporté par la nature du propos (un proverbe, un segment travaillé comme une formule) et/ou le lien logique qu’il entretient avec ce qui précède, souvent une antériorité causale ou concessive (ou au contraire une postériorité). C’est dans cet espace privilégié qu’apparaissent la locution ou le proverbe, « pointes parémiologiques »36, en tant qu’elles préexistent à la parole poétique et qu’elles la garantissent. En revanche, dans les strophes à jeux, ce moule syntaxique, énonciatif et logique demeure mais se dépeuple de ces morceaux de langage stéréotypés au profit du reste de l’octomètre (ou bien ils ne portent pas le jeu principal, ils n’en sont que l’effet). L’effet de clôture perdure mais la strophe se donne le temps phrastique de se réapproprier ces éclats de langage.

21Ce « sens latéral ou oblique » à créer, apparaît grâce à la construction syntaxique des polysèmes, notamment des locutions figées dans le vers, la phrase voire la strophe, qui invite à une lecture les défigeant. La reprise anaphorique en est un des premiers moyens.

2 Item, et je adjoinct à la crosse
Celle de la rue Saint Anthoine,
Ou ung billart de quoy on crosse
Et tous les jours plain pot de Seine (L, 225-8).

  • 37 On remarque comment la polysémie de crosse (substantif) est contrecarrée par la rime équivoque qui (...)

22L’étalement du legs sur deux strophes appelle une lecture attentive dès le vers 1, qui n’est pas habituellement le lieu du jeu. La locution adjoindre à la crosse (« ajouter pour couronner le tout ») marquant une continuité énonciative et une surenchère dans l’énoncé, est relue à cause de l’anaphore pronominale au vers suivant. L’antanaclase isole le deuxième constituant de la locution, active les sèmes /bâton/, / religieux / en raison des destinataires du don, deux chanoines, et réinterprète métonymiquement la lexie, « pouvoir épiscopal », saisie de manière concrète ainsi que nous invite à lire le pronom qui suit, à valeur réifiante, désignant l’enseigne d’une taverne de ladite rue. Au troisième vers, en rime équivoque, le substantif devient verbe technique, désignant un certain jeu de boules muni d’un bâton, le billart, exact synonyme de crosse dans une troisième acception37. Dans le Lais, ce déploiement sémique au sein de la strophe est rare, ce qui rend bon nombre de legs beaucoup plus obscurs dans la mesure où l’allusion extra-référentielle occasionne une carence sémique et crée des isotopies incomplètes et dénouées. Le procédé est en revanche plus systématique dans le Testament, avec quelques nuances.

23La souplesse de la syntaxe permet l’insertion d’un élément hétérogène disloquant la locution qui prépare au déplacement sémantique lors de la reprise pronominale avec effet d’antanaclase :

3 Si pri(e)ray pour luy de bon cueur,
Pour l’ame du bon feu Cotard.
Mais quoy ? ce sera donc par cueur,
Car de lire, je suis fetard.
Prière en feray de Picart !
S’il ne le scet, voise l’apprendre ;
S’il m’en croit, ains qu’il soit plus tart,
À Douay ou à L’Ysle en Flandre (T, 33-40).

24L’élasticité sémantique de la préposition de oriente deux saisies de la locution prière de Picart, métonymiques l’une de l’autre : en amont le sème /humain/ est activé, d’où le sens locutionnel « prière mentale », voire « prière d’hérétique », en aval elle désigne le dialecte du nord confirmé par les toponymes et le verbe apprendre. De même, l’inversion de l’ordre des constituants d’une locution appelle une écoute ou une lecture plus attentive.

4 Dieu mercy... et Tacque Thibault,
Qui tant d’eaue froide m’a fait boire
En ung bas — non pas en ung hault —
Menger d’angoisse mainte pore,
Enserré... Quant j’en ay memoire,
Je prie pour luy et relicqua
Que Dieu lui doint, et voire, voire !
Ce que je pense... et cetera (T, 737-44).

  • 38 Voir T, 12-14. Villon associe eau et pain sec à un calembour à allusions sodomites.
  • 39 Alors que la strophe est subordonnée à une exigence de densité, la redondance est à elle seule un i (...)

25Le premier terme est d’abord saisi dans sa pleine sémantèse avant que n’apparaisse le second. L’interprétation est d’abord analytique avant d’être dans un second temps synthétique. Dans un contexte sémantique dominé par le trait /concret/ avec les mots boire, eau froide, bas (la spatialisation renforcée par le déterminant indéfini à valeur particularisante) souligné par la parenthèse non pas en ung hault ainsi que manger, (antonyme de boire), la préposition construisant angoisse prend toute sa valeur spatiale : angoisse peut être le village où l’on récoltait une certaine variété de poires, qu’on retrouve actualisées juste après. Arrivé en bout de vers, le lecteur recompose l’expression consacrée manger poires d’angoisses, « subir des tortures ou de vifs tourments ». La métaphore euphémisante qui contraste finalement avec son actualisation à valeur hyperbolique rappelle rétroactivement l’eau froide bue. En raison du contexte énonciatif où Thibault est voué à la détestation et de l’utilisation de la détermination indéfinie à valeur hyperbolique elle-aussi, Villon parle donc, du supplice concret de l’eau38. Au vers suivant, une épithète détachée, dont la base d’incidence est le pronom m’ trois vers plus haut, appelle là aussi commentaire. Enserré comme le radical qu’il enferme va du plus concret au plus abstrait. Il signifie d’abord « fermé étroitement » (1), d’où « enfermé », « prisonnier » (2), avant de désigner un état moral (3). La redondance du vers 3, l’isotopie spatialisante appellent d’abord l’acception 2 mais sa proximité (dans le vers et non dans la construction syntaxique) avec la locution figée active le sens 1, car la poire d’angoisse désignait aussi un système de blocage des mâchoires des prisonniers39.

26Plusieurs locutions peuvent interférer. L’une à la morphologie imparfaite, est segmentée, l’autre complète mais avec l’un des constituants de la seconde en facteur commun.

5 Item, viengne Robin Turgis
A moy : je lui paieray son vin ;
Combien, s’il treuve mon logis,
Plus fort fera que le devin.
Le droit lui donne d’eschevin,
Que j’ay comme enffant de Paris :
Se je parle ung poy poictevin,
Ice m’ont deux dames apris (T, 1054-61).

  • 40 Giuseppe Di Stefano cite une sottie : « Je sçai, dict il, qu’avec ma femme / Vous besognez. Pour ce (...)
  • 41 François Rigolot, op. cit., p. 418.

27Le verbe de mouvement initial fonctionne comme l’amorce d’une locution in abstentia, qui se répartit sur deux vers, aller au vin, « éloigner le mari pour profiter de sa femme » (T, 1506), isotopie sexuelle présente dans la strophe suivante. Vin serait en facteur commun, mis au profit d’une seconde expression, payer son vin, « payer ses dettes » mais aussi à entendre au propre, le légataire étant propriétaire de taverne. Le second terme de la locution est donc isolé par la tension entre analyse et synthèse et disponible à une double récupération extra-syntaxique car existe aussi la locution les vins de la rue des poitevins désignant des coups40. Poitevin participe lui aussi d’une locution, dans laquelle un quantifiant un peu vient s’immiscer pour la défiger. L’expression est à prendre au sens littéral, ce que réalise la strophe suivante et au sens locutionnel de « nier » : l’analyse des noms propres comme rébus de dénégation à la strophe suivante confirme l’isotopie. Mais la strophe nous invite aussi à une lecture verticale, vin rimant avec poitevin. Dans le contexte du Testament, le legs est une absence ou un anti-don orienté dans les deux directions de la farce et du fabliau : le sexe et le bâton. L’allusion à l’échevinage se comprend alors comme paronyme du verbe eschever qui signifie « éviter », en particulier « éviter un coup ». La locution hypogrammatique trouve peut-être sa confirmation dans ce calembour approximatif : Villon est beau joueur, son ennemi peut esquiver. La polysémie rompt « les structures d’encerclement du déjà-dit »41 de deux manières combinables : ou bien une logique associative, par concaténation, où un jeu en entraîne un autre transformant les dictiones en voces jusqu’à libérer l’espace culturellement dévolu aux arguments ad memoriam ; ou bien le déploiement du potentiel sémantique d’une lexie moléculaire – un substantif ou plus souvent une locution matricielle affichée ou masquée – qui par la charge sémique créée dans la strophe, dépasse le signe-là de la langue au profit d’un concept à inventer.

  • 42 Michèle Aquien et Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Libraire générale fra (...)
  • 43 François Rastier, op. cit., p. 256. Il ajoute : « fonctionnant comme un interprétant textuel, elle (...)
  • 44 C’est bien la preuve que le monde réel participe au sens mais que l’œuvre n’en est pas tributaire. (...)
  • 45 Villon semble construire deux sortes de strophes dans le Lais et le Testament. Des octomètres où il (...)
  • 46 Il n’empêche que la richesse du texte ne se laisse pas appréhender en un passage. Mais la première (...)
  • 47 Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », [1962] 1965, p. 126.

28L’opacité de la poésie de Villon dépend pour certains d’un problème référentiel. C’est parce que l’auteur évoque l’actualité de son époque, le notoire, la fama urbaine, que le sens nous échappe, qu’il fait allusion et verse du côté de cette figure macrostructurale, que Georges Molinié distingue de la syllepse, où les connaissances encyclopédiques ne joueraient que dans le macrocontexte mais n’influeraient pas directement sur le sens phrastique42. Or, François Rastier a fait de cette figure un objet proprement sémantique, « l’actualisation dans le sémème d’un trait afférent »43. Elle constitue (ou devient au fil de l’œuvre) bien davantage un sorplus de sen que la condition nécessaire au sens44. Il n’y a pas de solution de continuité, pour ce qui est de la polysémie, entre forme fixe et narration versifiée. L’octomètre, au demeurant, constitue lors des legs une manière de forme fixe, le cadre contraignant du déploiement des chausse-trappes langagières45. Néanmoins, la ballade propose une lecture verticalisée en puissance tandis qu’une structure bien souvent stichomythique déploie le sens le plus apparent tendu vers le refrain, aimant strophique et textuel. La dimension supra-segmentale subsume la polysémie fine et l’effet d’écriture peut se faire oublier. À l’inverse, l’octomètre maintient davantage l’équilibre entre paradigme et syntagme, dans la mesure où la syntaxe est délinéarisée, facteur d’entropie dès la première diction46. Le jeu de mot est ainsi tributaire de la transcendance de la forme. L’une laisse le choix au lecteur, qui peut passer à côté de lui sans le voir et comprendre quelque chose malgré tout. L’autre fait naître l’insatisfaction, appelle une lecture attentive, seul moyen de procurer le repos. La polysémie occupe indéniablement une fonction esthétique. Elle témoigne d’une autre idée du langage, moins un surcroît d’information sémantique qui enrichirait notre connaissance des référents auxquels il renvoie qu’une « information esthétique »47 où un sujet se réapproprie la langue du monde. Il y a chez Villon une économie du jeu de mots. Ce qu’il ne donne pas dans son Lais ou son Testament est compensé par le contre-don d’une opération interprétative à laquelle le poète attribue une véritable valeur. Le repos (d’auteur et de lecteur) qu’implique une anaphore, un proverbe, est contrebalancé par les dispositifs de brouillage dans lesquels ils s’inscrivent. La pauvreté affichée du personnage est inversement proportionnelle à la richesse du don comme acte linguistique. En cela, la polysémie fait figure de style.

Notes

1 Italo Siciliano, Mésaventures posthumes de Maître François Villon, Paris, Picard, 1973, chapitre IV, « Extravagances philologiques », p. 54. Le chapitre III, « Ambiguïtés crépusculaires », donnait déjà le ton.

2 Héritier d’un Pierre Champion, Siciliano reproche à cette « nouvelle philologie » sa méthodologie « surréaliste » en pensant aux étude de Tristan Tzara, de David Kuhn et de Pierre Guiraud. Jean Dufournet a trouvé, avec raison, les grâces du maître. Ses différentes lectures sont bien résumées dans François Villon, Ambiguïté et carnaval, Paris, Champion, coll. « Unichamp », 1992, qui classe les différentes ambiguïtés du texte en quatre catégories : phonique, syntaxique, sémantique et symbolique. Les relectures de Villon se font rares depuis, comme si l’ambiguïté de sa poésie avait surtout servi des théories post-modernes, notamment une certaine mystique de l’œuvre ouverte et de l’indécidabilité du sens. Gert Pinkernell a d’ailleurs récemment renoué avec une approche biographique tout en renouvelant la lecture des Poésies diverses. François Villon et Charles d’Orléans, 1457 à 1461, d’après les Poésies diverses de Villon, Heidelberg, Winter, coll. « Studia Romanica », 1992.

3 Nous nous intéresserons seulement ici à la pluralité de sens d’un point de vue sémantique et nous laissons de côté l’analyse de l’antiphrase chez Villon, qui se situe au niveau supérieur de l’énonciation et celle du nom propre qui est un signe ouvert à toutes les sémantisations par afférence.

4 Aristote, Peri Hermeneias, c316b20. Irène Rosier rapproche ces propos de la théorie de la generatio sermonis de Roger Bacon associant locuteur et auditeur ou encore celle de Magister Johannes qui évoque les propriétés intrinsèques des énoncés (virtus sermonis), l’intention de l’auteur (intentio auctoris) et le jugement de l’auditeur (discretio auditoris) : La Parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, coll. « Sic et non », 1994, p. 241.

5 Les citations sont prises dans l’édition de Claude Thiry, François Villon, Poésies complètes, Paris, Libraire générale française, coll. « Lettres gothiques », 1991. T = Testament, L = Lais. Le chiffre qui suit correspond à la référence des vers.

6 À partir du xive siècle, il désigne un poème à la fois lyrique et narratif, marqué par l’hétérogénéité de la composition et l’affirmation d’une subjectivité. Voir Monique Léonard, Le Dit et sa technique littéraire : des origines à 1340, Paris, Champion, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 1996, en particulier l’introduction pour une définition développée.

7 Maurice Blanchot, L’Espace littéraire, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1955, p. 254.

8 François Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », [1987] 1996, p. 12.

9 Eustache Deschamps, Art de dictier, ed. and transl., by Deborah M. Simmreich-Levi, East Lansing, Colleagues Press, coll. « Medieval texts and studies », 1994, 1. 306-16. Deschamps n’en cite qu’une strophe : « Lasse, lasse, maleureuse et dolente ! / Lente me voy, fors de souspirs et plains. / Plains sont mes jours d’ennuy et de tourmente ; / Mente qui veult, car mes cuers est certains, / Tains jusq’a mort et pour celli que j’ains ; / Ains mais ne fut dame si fort atainte ; / Tainte me voy quant il m’ayme le mains. / Mains, entendez ma piteuse complainte. »

10 La véritable rime équivoque pose le même problème de segmentation en opposant groupe de mots et mot.

11 Jacqueline Cerquiglini parle de l’équivoque comme d’un « outil métaphysique qui ne dissout pas la langue, mais qui construit un monde d’éclats où les couleurs et les sons se répondent » : voir « L’éclat de la langue. Éléments d’une esthétique des grands rhétoriqueurs », Grands Rhétoriqueurs, Michel Zink (éd.), Paris, PÉNS, coll. « Cahiers V.-L. Saulnier », 1997, p. 82.

12 F. Lo Piparo, « Aristote : la syllabe comme modèle de la signification et de la définition », La Définition, Centre d’études du lexique, Paris, Larousse, coll. « Langue et langage », 1990, p. 26.

13 L’équivoque serait pour Jacqueline Cerquiglini le moyen de « neutraliser grâce aux convergences phonématiques les oppositions lexicales » : voir « Polysémie, ambiguïté et équivoque dans les théories et la pratique poétique du Moyen Âge français », L’Ambiguïté, cinq études historiques, Irène Rosier (éd.), Presses Universitaires de Lille, coll. « Histoire de la linguistique », p. 179. Mais cette convergence, tantôt mise en scène par le rapprochement d’acceptions différents d’un même polysème ou d’homonymes, tantôt construite par la dénaturation d’un énoncé ne prend tout son sens que si on la considère dans sa dimension dialectique. On peut de même modérer l’association que François Cornilliat fait de la rime équivoquée et du calembour dans « Or ne mens ». Couleurs de l’Éloge et du Blâme chez les « Grands Rhétoriqueurs », Paris, Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 1994, p. 28.

14 D’après Jean-Charles Monferran, « la rime pour l’œil se serait imposée avec Malherbes » : voir « Rime pour l’œil, rime pour l’oreille : réalité, mythe ou idéal ? Aperçus de la question en France aux xve et xviie siècles », Par la vue et par l’ouïe, Littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, Michèle Gally et Michel Jourde (éd.), Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, coll. « Signes », 1999, p. 80.

15 Deux éléments peuvent nous permettre de décider. La versification qui, si elle oblige à prononcer les deux e, hiérarchise césure et coupe lyrique. L’accent de césure, fixe, est le plus fort et conviendrait mieux à une diction d’interjection. La culture, l’habitude, qui font du las/hélas en tant qu’interjection un élément mobile dans le vers, lui donnent plus de raison de venir interrompre la triade d’adjectifs que d’en appeler le surgissement.

16 Jean Stefanini, « Pierre Guiraud et la psychomécanique », Hommage à Pierre Guiraud, Annales de la faculté des Lettres et sciences humaines de Nice, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 63. L’auteur fait référence ici à la conception guillaumienne dont Pierre Guiraud, stylisticien et spécialiste de Villon, se rapprochait sur certains points. Guiraud tentera, après Guillaume, d’établir l’existence d’un signifiant de puissance.

17 La locution est un syntagme appelé à être intégré dans une phrase. Le proverbe est un énoncé à lui seul. Y recourir marque donc un décrochement énonciatif.

18 Fort bien étudiée par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Un engin si soutil », Guillaume de Machaut et l’écriture au xive siècle, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque du xve siècle », [1985] 2001, pp. 7-10 notamment.

19 François Rastier, op. cit., p. 247.

20 François Rigolot, « Perspectives rhétoriques et sémiotiques sur la locution : locutio/ locatio », La locution, 14-15, Le Moyen Français, Giuseppe Di Stefano (dir.), actes du colloque de Montréal des 15 et 16 octobre 1984, Montréal, Cérès, 1984, p. 410.

21 Claude Buridant, « Définition et étymologie dans la lexicographie et la lexicologie médiévales », La Définition, op. cit., p. 45.

22 Les menus propos (titre donné par un éditeur du xixe siècle) sont la forme primitive de la sottie, discours du fou accumulant des répliques qui n’ont aucun lien logique entre elles. Cette forme détournerait le discours ratiocinant des dialecticiens du temps en tournant à vide grâce aux jeux de mots et équivoques. Cf. Jean-Charles Aubailly, Le Monologue, le dialogue et la sottie. Essai sur quelques œuvres dramatiques de la fin du Moyen Âge et du début du xvie siècle, Paris, Champion, [1976] 1984, coll. « Bibliothèque du xve siècle », p. 395 notamment, et Olga Anna Dull, Folie et rhétorique dans la sottie, Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1994, pp. 73 et 83.

23 Henri Meschonnic s’est insurgé contre l’idée que le rythme serait une forme accessoire à la langue. « Le rythme dans un discours peut avoir plus de sens que le sens des mots, ou un autre sens ». Il est « une organisation du sens dans le discours ». Voir Critique du rythme, Paris, Verdier, 1982, pp. 70-71.

24 On reprend ici les analyses de Jacqueline Picoche, « Un essai de lexicologie guillaumienne : la locution figée comme révélateur du signifié de puissance des polysèmes », La Locution, op. cit., pp. 103-118. La lexicologue étudie certaines locutions notamment construites avec les verbes connaître et savoir.

25 Voir Jean-Marie Fritz, Le Discours du fou, Paris, PUF, coll. « Perspectives littéraires », 1992, pp. 46-57. Cresme est néanmoins différent de fromage. D’ailleurs, Villon utilise ce groupe en le segmentant (participe/groupe prépositionnel) sur deux vers à propos du corps des nobles que la mort à fait pourrir (T, 1763-4). Il faut peut-être lui réinjecter les sèmes afférents de / riche / et / agréable/. Le vers proposerait dès lors une antithèse entre le fou et sa prospérité.

26 Villon semble en effet expert, évoque le « vin de buffet » (T, 1131) et boit avant de mourir au monde et au texte « ung traict [...] de vin morillon » (T, 2022).

27 Voir la note du vers 17.

28 Macrobe, Commentarri in Somnium Scipionis, I, 3, 3, pp. 8 et 9, éd. Willis, cité par Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Un engin... » op. cit., p. 172.

29 Michel Pastoureau, Histoire de la symbolique médiévale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Librairie du xxie siècle », 2004, en particulier l’introduction. Dans le « Débat du corps et du cœur », où l’on retrouve la même expression, cette dernière est glosée : « L’un est blanc, l’autre noir[e]. C’est distance. » Elle témoigne d’un degré d’abstraction moins fort. Chez Gautier de Coincy, on trouvait même connoistre noire mouche en blanc lait. Voir Olivier Collet, Glossaire et index critique des œuvres d’attribution certaine de Gautier de Coincy, Genève, Droz, 2000.

30 En effet, le trait /concret/ présent dans ces choses du monde que sont la mouche et le lait appelle d’autres concrets du poème, plus massivement dans la première partie et dans chacun des débuts de strophe, comme si la ballade progressait dans ses différents mouvements par abstraction. Par ailleurs, on retrouve le sème /lacté/ dans cresme. Dans le « Débat du corps et du cœur », la locution est segmentée, entre les deux énonciataires (v. 15).

31 Stéphane Marcotte, dans La Coordination des propositions subordonnées en Moyen français, Genève, Droz, coll. « Publications romanes et françaises », 1997, en fait le « coordonnant-étalon », par l’ouverture sémantique que propose ce lien syntaxique quasi incolore. Ici, il prend trois valeurs différentes : adjonction, disjonction et succession chronologique. On retrouve cette élasticité du coordonnant en un autre endroit permettant un zeugme sémantique avec effet d’antithèse : Regrecte huy sa mort et hier (T, 439). La position des termes crée un parallélisme entre deux temporels, l’un constituant nécessaire dans la valence verbale, l’autre circonstant déictique mis en facteur commun. Le verbe doit être pris dans deux étapes d’une chronologie psychologique : « regretter » et « appeler de ses vœux ». Le contexte en aval développe l’idée de suicide présenté ici dans une formule euphémisante.

32 Michel Foucault écrivait d’ailleurs que « la folie c’est le déjà-là de la mort », Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1972, p. 31.

33 Ces remarques peuvent être étendues à d’autres ballades, celle « du concours de Blois », des « contre-vérités » et « des proverbes » notamment. Je soupçonnerais même la « Ballade à Jean Cotard » de produire un calembour sur feu dans le refrain de l’envoi et une redistribution de l’élément syntaxique. Le bon feu Cotard doit échapper à l’enfer et l’on apprend qu’il ardoit de soif (T, 1262-65). On retrouve cette même association sémique en T, 817-24 à propos de Lazare.

34 Cf. Sylvianne Rémi-Giraud, « Structuration interne de la polysémie du verbe crier », La Polysémie, op. cit., p. 112 : « On parle de polysémie lexicale quand il est possible de faire correspondre à un mot lexical deux ou plusieurs significations, les significations renvoyant à autant de classes d’objets ou dénotés distincts ou considérés comme tels. La polysémie est donc inséparable de la fonction de désignation, c’est-à-dire du pouvoir qu’a le mot de se saisir d’objets mentaux figurant des entités qui appartiennent au monde non linguistique ».

35 Maurice Merleau-Ponty, Signes, Paris, Gallimard, coll. « Folio-essais », 1960, p. 75.

36 François Rigolot, op. cit.

37 On remarque comment la polysémie de crosse (substantif) est contrecarrée par la rime équivoque qui produit un mot-relais pour l’activer.

38 Voir T, 12-14. Villon associe eau et pain sec à un calembour à allusions sodomites.

39 Alors que la strophe est subordonnée à une exigence de densité, la redondance est à elle seule un interprétant de la polysémie. L’insistance sur l’actualisation des substantifs peut permettre d’en convoquer l’acception. Le haut c’est la tête, sème générique sous-entendu dans les verbes manger et boire. On relit alors métaphoriquement le bas, le syntagme boire son eau, cette lecture étant d’ailleurs appelée par le surnom Tacque Thibault, mignon du duc de Berry.

40 Giuseppe Di Stefano cite une sottie : « Je sçai, dict il, qu’avec ma femme / Vous besognez. Pour ce, au surplus, / Mon amy, n’y revenez plus / Si vous ne voulez gouster des vins / De la rue des Poictevins ». Voir Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Cérès, coll. « Bibliothèque du moyen français », 1991.

41 François Rigolot, op. cit., p. 418.

42 Michèle Aquien et Georges Molinié, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Libraire générale française, coll. « La Pochothèque », 1999, article « allusion », p. 50.

43 François Rastier, op. cit., p. 256. Il ajoute : « fonctionnant comme un interprétant textuel, elle permet d’actualiser au moins un composant sémantique du texte, et par là, d’en compléter l’interprétation intrinsèque. Quand ce composant est un sème inhérent, elle est nécessaire ; quand il est afférent, elle demeure utile ».

44 C’est bien la preuve que le monde réel participe au sens mais que l’œuvre n’en est pas tributaire. La connaissance des référents (noms de personnages, lieux-dits) est un même objet de culture que la locution. Ils sont de la langue. C’est ainsi qu’il faut interpréter le travail de l’annominatio et les jeux autonymiques sur les enseignes.

45 Villon semble construire deux sortes de strophes dans le Lais et le Testament. Des octomètres où il feint de discourir, d’autres où il feint d’écrire. La référence au clerc Firmin crée une fiction de l’écriture, redondante d’elle-même, qui oppose une parole juridique et sa promesse.

46 Il n’empêche que la richesse du texte ne se laisse pas appréhender en un passage. Mais la première lecture en donne l’intuition tandis que la prédominance du rythme l’hypnotise.

47 Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », [1962] 1965, p. 126.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540