Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Sémiologie de la syllepse : dispositifs formels et conditionnement contextuel

Syllepse et co(n)texte1

Catherine Rouayrenc

Texte intégral

  • 1 Je remercie M. Ballabriga (Université de Toulouse-Le Mirail) de m’avoir fourni plusieurs exemples (...)
  • 2 Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1968, p. 349.
  • 3 Ibid., pp. 105 et 107.
  • 4 Des Tropes ou des différents sens, Paris, Flammarion, coll. « Critiques », 1988, p. 145.
  • 5 Comme exemples d’antanaclase, on peut citer Boris Vian, L’Automne à Pékin, Romans, Nouvelles, Œuvr (...)
  • 6 Dictionnaire de rhétorique, Le Livre de Poche, Paris, Librairie Générale Française, 1992.

1Il est difficile de parler de la syllepse sans parler de l’antanaclase. Cette association est déjà faite par Fontanier qui distingue à côté d’une antanaclase, simple reprise d’un même signifiant pourvu qu’il diffère de sens (comte, compte), « une espèce d’Antanaclase assez noble » par laquelle « le mot répété présente, à côté du sens propre, un sens tropologique et figuré. C’est donc plus qu’une simple Antanaclase ; c’est une Antanaclase du genre de ces tropes dont nous avons traité sous le nom de Syllepse [...] »2. Il en donne comme exemple : « Un père est toujours père ». Le même Fontanier définit la syllepse comme consistant « à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différents, l’un primitif ou censé tel, mais toujours du moins propre ; et l’autre figuré ou censé tel, s’il ne l’est pas toujours en effet »3 ; et le vers de Racine « Un père en punissant, madame, est toujours père », donné comme exemple d’antanaclase est donné d’abord comme exemple de « syllepse de synecdoque ». Cette interprétation ambivalente tient à l’ambivalence de la formule « un même mot ». Un même mot peut en effet être un mot unique ou un même mot répété, c’est-à-dire deux occurrences (tokens) d’un mot (type). Du Marsais qui définissait antérieurement la syllepse oratoire comme « une espèce de métaphore ou de comparaison, par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase, l’un au propre, l’autre au figuré »4 ne laisse aucun doute, à travers les exemples qu’il examine, sur l’interprétation qu’il donne à l’expression « un même mot » : « un même mot » est un mot unique et c’est par là que la rhétorique contemporaine différencie la syllepse de l’antanaclase 5. G. Molinié dit ainsi nettement, définissant la syllepse : « Elle consiste en ce qu’un terme, dans un discours, apparaissant dans le segment une seule fois est pris en plusieurs sens, deux au moins [...]. La syllepse diffère donc de l’antanaclase en ceci que le terme figuré n’est pas répété [...] »6. La syllepse apparaît donc comme une variante synthétique de l’antanaclase : un mot unique permet que soient actualisés plusieurs signifiés, l’un de nature tropologique, l’autre de nature non tropologique, signifiés qui dans l’antanaclase sont actualisés par un même mot, mais répété. La première est donc de réalisation plus délicate que la seconde.

  • 7 Andromaque, Acte I, scène 4, cité par Fontanier, op. cit., p. 107 et par H. Morier, Dictionnaire d (...)

2Cette distinction paraît plus simple en théorie que dans les faits : par exemple, faut-il voir une syllepse ou une antanaclase dans le vers de Racine souvent pris pour exemple de syllepse : « Brûlé de plus de feux que je n’en allumai »7 ? En effet, à strictement parler « feux » n’apparaît qu’une fois, ce qui incite à parler de syllepse, mais en fait il est présent une deuxième fois sous la forme du pronom « en », ce qui autorise à voir là une antanaclase.

3La syllepse est une figure très en vogue dans le journalisme et la publicité. Qu’est-ce qui la conditionne, comment se fabrique-telle ? C’est à ce propos que nous ferons part de quelques réflexions suscitées par l’examen d’exemples tirés de textes de nature diverse. Nous occupant non de la syllepse elle-même, mais de ce qui la détermine et notamment de sa relation avec le co(n)texte, nous avons gardé les expressions traditionnelles de « sens propre » et de « sens figuré », bien qu’elles aient pu et puissent être discutées. L’important, comme on le verra, est plutôt de savoir quel est le sens le plus habituellement donné à un mot ou à une expression, le sens dit « propre » n’étant pas toujours le premier.

  • 8 Cf. F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, glossaire.

4Il semble que l’examen des co(n)textes qui déterminent la syllepse permette de distinguer plusieurs types de syllepse, dont les effets, de ce fait, diffèrent. La syllepse est en effet un carrefour d’isotopies (je parlerai de « point nodal »), le lieu de convergence de plusieurs parcours interprétatifs, mais cette convergence, qui se traduit par l’actualisation de deux signifiés pour un même signifiant, peut être réalisée de manière différente, selon la place des termes qui génèrent l’isotopie dans laquelle vient s’insérer la syllepse, c’est-à-dire selon la place de « l’interprétant »8, lequel peut se situer à la gauche ou à la droite de celle-ci, ce qui n’est pas équivalent.

La syllepse à cotexte unilatéral gauche

5Ce type de syllepse se constitue uniquement à partir du cotexte gauche. Cette syllepse, que j’appelle pour cette raison « à cotexte unilatéral », peut se constituer selon deux modalités.

6Ou bien le cotexte gauche détermine deux parcours interprétatifs qui convergent dans la syllepse. Par la syllepse sont actualisés deux signifiés qui développent ou créent deux isotopies amorcées par le cotexte gauche. C’est le cas dans maint texte de Devos, par exemple dans « À-propos » :

  • 9 La barre oblique dans une citation indique un passage à la ligne.
  • 10 Sens dessus dessous, Paris, Stock, 1976, p. 120 ; Cf. « En coup de vent », ibid., p. 70 : « Je lui (...)

Je demande aux militaires qui étaient là :/9 — Hé ! les gars... ! qu’est-ce qui se passe ? Vous n’êtes pas en grève ?/— Non !... On n’a pas le temps !/— Le cas échéant... Vous pourriez éteindre un incendie ?/— Ça tombe mal... On est venus ici pour ranimer la flamme10 !

7« Ranimer la flamme » a son sens propre déterminé par « éteindre un incendie », mais également un sens métaphorique, déterminé par « militaires ».

  • 11 Corpus constitué par M. Ballabriga.

8Ou bien le cotexte gauche est ambivalent, permettant ainsi l’actualisation dans la syllepse de deux signifiés relevant d’isotopies différentes. Par exemple dans la publicité pour la crème de soins pour les mains Neutrogena : « En Norvège, plus il fait froid, plus on se frotte les mains »11, « Norvège », qui a ici pour signifié « pays où il fait habituellement froid », ainsi que la structure corrélative « plus... plus », qui indique la variation proportionnelle, déterminent une interprétation figurée de l’expression « se frotter les mains » qui par métonymie désigne la satisfaction. Et ce même cotexte permet le sens propre que confirme l’image du tube.

9Cette syllepse lexicale peut être liée à une syllepse syntaxique, c’est-à-dire à une structure syntaxique ambivalente. La syllepse contenue dans l’extrait suivant :

  • 12 B. Vian, L’Automne à Pékin, op. cit., p. 292.

— Vous croyez ? dit Amadis anxieux. / — Broutt ! dit le professeur, en soufflant brusquement au nez d’Amadis, qui eut très peur et se sauva en courant. /Amadis revenait, l’air empoisonné. /Est-ce que je peux vous aider, professeur ? proposa-t-il.12

  • 13 Cf. M. Riegel, J.-C. Pellat, R. Rioul, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, p. 192.

10est liée à une syllepse syntaxique, « l’air empoisonné » pouvant être interprété comme une construction absolue détachée13 ou comme une participiale adjointe. « L’air empoisonné » peut en effet signifier aussi bien « avec l’air empoisonné », c’est-à-dire avec la mine de quelqu’un qui est ennuyé, « empoisonné » ayant une valeur métaphorique, ou bien « l’air ayant été empoisonné ». Dans ce cas, nom et participe ont leur sens concret induit par le cotexte précédent, « air » signifiant « atmosphère » et « empoisonné », « empuanti ».

11La syllepse ainsi constituée est en quelque sorte obligée, dans la mesure où elle est la résultante de deux « interprétants » qui la précèdent. Elle ne fait que confirmer ou créer une isotopie annoncée. Toutefois, si elle est sans nul doute évidente quand en elle convergent deux isotopies distinctes, elle peut en revanche passer inaperçue quand un seul et même cotexte permet l’actualisation de deux signifiés. En effet, l’un des deux peut alors échapper.

La syllepse à cotexte bilatéral

12Dans ce cas, les deux isotopies actualisées dans le point nodal que constitue la syllepse sont définies, l’une par le cotexte gauche, l’autre par le cotexte droit. Le cotexte gauche détermine un parcours interprétatif qui induit l’actualisation d’un signifié, alors que le cotexte droit induit pour la même lexie l’actualisation d’un autre signifié. Dans ce cas, le cotexte droit, ne continuant pas l’isotopie précédente, actualisée dans le point nodal par un premier signifié, détermine une nouvelle isotopie dont l’existence est liée ou amène à une réinterprétation du signifié de la lexie précédente, qui se charge alors d’un nouveau signifié. Il y a alors syllepse. Celle-ci, à la différence de la syllepse à cotexte unilatéral, résulte d’un double mouvement, mais qui n’est pas le même à droite et à gauche : d’une convergence directe du fait du cotexte gauche et d’une convergence indirecte du fait du cotexte droit puisqu’il y a retour au point nodal par un mouvement rétroactif imposé par le cotexte droit. C’est parce qu’il y a divergence sémantique à partir du point nodal qu’il y a ensuite convergence, par un processus de rétroaction, entre cotexte droit et lexie précédente, susceptible d’actualiser deux signifiés.

  • 14 Racine, Britannicus, acte IV, scène 4, v. 1378.
  • 15 Racine, Andromaque, acte I, scène 4, cité par Du Marsais, op. cit., p. 145 et par P. Fontanier, op (...)
  • 16 Corpus constitué par M. Ballabriga. Cf. dans un texte humoristique : « San-Antonio, le tyranneau d (...)

13C’est à cette structure que se rattachent bon nombre de syllepses, aussi bien littéraires : « Faites percer ce cœur qui n’y peut consentir »14 ; « Je souffre tous les maux que j’ai faits devant Troie »15 que publicitaires : « Vos enfants méritent une bonne tarte. Vous aussi – Bref, mangez des pommes »16.

14Dans le premier vers tiré de Britannicus, « percer » détermine un parcours interprétatif dans lequel « cœur » est actualisé dans son sens premier concret d’organe vital, signifié qui ne peut être actualisé avec « consentir », qui désigne un acte d’ordre intellectuel et affectif et non plus physique comme « percer ». « Cœur », au carrefour de deux isotopies, est donc actualisé du fait du cotexte gauche avec le signifié « organe vital » et du fait du cotexte droit avec le signifié « siège de l’affectivité ». Dans le second vers tiré d’Andromaque, du fait de « souffrir » et de son sujet « je » qui réfère à Pyrrhus dont les souffrances ne sont pas physiques, « maux » a pour signifié « souffrances morales » ; mais, du fait du cotexte droit : « faire » et « Troie », « maux » acquiert aussi le signifié concret de « dommages ». Ces deux exemples le montrent, ce type de syllepse n’entraîne aucune contrainte d’ordre : cotexte gauche et cotexte droit peuvent indifféremment entraîner l’actualisation d’un signifié tropique ou non tropique.

15Sur l’affiche publicitaire, « enfants » et « méritent » déterminent un parcours interprétatif dans lequel « bonne tarte » est chargé de son sens métaphorique courant de « gifle ». En revanche, dans le co-texte droit, « Vous aussi » rend cette interprétation impossible et « pommes » oblige à donner à « bonne tarte » son sens propre de « pâtisserie comportant une garniture de fruits », en l’occurrence des pommes. « Mériter », chargé d’une valeur négative dans l’interprétation première, prend ensuite une valeur positive. Il faut tout de même noter que si la syllepse peut dans cet exemple reposer ainsi sur une interprétation figurée de la première partie de l’énoncé alors qu’une interprétation par le sens propre eût été parfaitement possible, c’est en vertu d’un topos selon lequel par définition les enfants seraient insupportables.

  • 17 Phèdre, Acte IV, scène 2, cité par H. Morier, op. cit., p. 1034.
  • 18 Virgile, Bucoliques VII, 37, cité par Du Marsais, op. cit., p. 145. Cf. San-Antonio : « Elles s’in (...)
  • 19 La syllepse paraît beaucoup moins dense dès lors que le cotexte se répartit de manière diffuse dan (...)
  • 20 Cf. F. Rastier, op. cit., p. 49.
  • 21 Britannicus, acte IV, scène 4, v. 1378.
  • 22 B. Péret (A. Breton, Anthologie de l’humour noir, J.-J. Pauvert, Le Livre de Poche, 1966, p. 393).
  • 23 San-Antonio, 1978, op. cit., p. 153.
  • 24 P. Desproges, corpus Ballabriga.

16Il est à remarquer qu’une syllepse ainsi formée, quand elle figure à l’intérieur d’une phrase, est souvent associée à la structure comparative fondée sur un système corrélatif, où figurent comparant et comparé et qui permet la constitution de deux isotopies différentes, par le cotexte gauche et par le cotexte droit de la syllepse : « Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon cœur »17 ; « Galatée m’est plus douce que le miel du mont Hybla »18. C’est là la forme la plus concise19 que peut prendre la syllepse, l’adjectif jouant le rôle de pivot entre deux « domaines »20 différents. Cette même forme de syllepse à cotexte bilatéral est également réalisée grâce à une structure relative : « Faites percer ce cœur qui n’y peut consentir »21. La structure comparative avec « comme », à condition qu’elle soit postposée au point nodal, permet aussi ce type de syllepse : « une coquille de noix amère comme un coup de pied au cul »22 ; « Juste Le Guennec qui reste à faire la gueule de raie. [...] Nos rapports qui paraissaient se stabiliser, retombent comme un soufflé »23. Dès lors que la comparative appartient à une autre phrase et/ou fait partie du cotexte gauche de la syllepse, on a affaire à la syllepse à cotexte unilatéral : « l’intelligence, c’est comme un parachute : quand on n’en a pas, on s’écrase »24.

  • 25 Cf. encore Devos : « Et puis je me laisserais pousser la moustache. / — Vous croyez que cela sauve (...)

17Les syllepses de ce type sont fréquentes chez les humoristes25 à qui elles permettent des effets fondés sur le défigement de lexies figées, par exemple dans « Les langues étrangères » de Devos :

  • 26 Op. cit., p. 128.

Z : Je vous parle italien, mais vous n’êtes pas obligé de me répondre. / X : Alors, parlez tout seul, mon vieux ! / Z : Quand je parle tout seul, je parle en suisse ! / X : Eh bien, parlons suisse !26

18Dans cet exemple, « tout seul » détermine l’interprétation de « en suisse » par le sens figuré de « tout seul, en cachette », qui est le seul puisque le suisse n’existe pas en tant que langue. Toutefois, la structure syntaxique « parlons suisse » comparable à « parlons espagnol, italien, etc. » montre que le syntagme prépositionnel de valeur adverbiale « en suisse » a été interprété avec le sens de « en langue suisse ».

19La syllepse permet souvent l’actualisation d’un signifié tropique et d’un signifié non tropique, mais cela n’a rien de systématique. Dans cet exemple de Devos :

  • 27 « Fugue et variations », op. cit., p. 112.

Ami : [...] 28 fugues !/Pierre : Eh oui ! j’approche de la trentaine ! / Ami : On ne vous les donnerait pas, dites donc !27

20sont actualisés d’abord le signifié le moins fréquent, qui n’indique qu’un nombre et peut s’appliquer à tout objet comptable, et ensuite le signifié le plus courant qui fige l’expression en la réservant à l’expression implicite du nombre d’années. Il serait donc plus exact de voir simplement dans la syllepse l’actualisation de deux signifiés relevant d’isotopies différentes.

21La syllepse peut être liée à des jeux divers sur la syntaxe.

22— Jeux sur les propriétés lexicales. Ainsi dans cet extrait de L’Automne à Pékin :

  • 28 B. Vian, op. cit., p. 290.

— Bon, dit Athanagore. Eh bien, foutez-moi la paix, moi je m’en vais. / Il planta là Amadis interloqué dont les pieds se mirent à prendre racine, car, sous la couche superficielle de sable, ça poussait bien.28

23la syllepse sur « planta » n’est possible que par l’actualisation de plusieurs propriétés lexicales du verbe, le complément/+humain/qui détermine le sens figuré de « planter » étant aussi affecté du trait/-humain/du fait de la subordonnée relative qui suit. Tout en niant la syllepse, Devos procède de la même manière dans « Dernière heure » :

  • 29 À plus d’un titre, Olivier Orban, 1989, p. 148.

Pauvre belle-maman ! / Je dois dire que j’aurais passé / une partie de ma vie/à la semer ! / Je l’ai semée partout ! je l’ai semée sur un quai de gare... / dans la foule... Je l’ai même semée dans un champ ! // (Sans jeu de mot !).29

24En revanche, dans ce passage de L’Écume des jours :

  • 30 B. Vian, op. cit., p. 137.

Messieurs, que puis-je pour vous ? / — Exécuter cette ordonnance... suggéra Colin. / Le pharmacien saisit le papier, le plia en deux, en fit une bande longue et serrée et l’introduisit dans une petite guillotine de bureau. / Voilà qui est fait, dit-il en pressant un bouton rouge. / Le couperet s’abattit et l’ordonnance se détendit et s’affaissa.30

25« Exécuter une ordonnance », étant donné qu’il a été précédemment question d’un « marchand de remèdes », ne peut être compris qu’au sens de « réaliser » les produits prescrits sur l’ordonnance, sens qui est celui de ce verbe lorsqu’il a pour complément d’objet un non animé. Dans le cotexte droit, « guillotine », « voilà qui est fait », « pressant un bouton rouge », « le couperet s’abattit » constituent une isotopie dans laquelle « exécuter » ne peut s’insérer qu’à condition d’être réinterprété avec le signifié de « mettre à mort » qui est celui d’« exécuter » lorsque ce verbe a pour complément un nom désignant un/+humain/. Toutefois, le cotexte droit confirme d’abord le premier signifié d’« ordonnance » : prescription d’un médecin (« papier », « le plia en deux », « bande longue et serrée », « l’introduisit »), mais la suite du cotexte, du fait des verbes « se détendit » et « s’affaissa », affecte ce complément du trait/+humain/normalement attendu lorsque « exécuter » a le sens de « mettre à mort ». Le cotexte droit oblige donc à actualiser par rétroaction un autre signifié d’« exécuter », mais B. Vian, ne voulant pas attenter aux propriétés lexicales du verbe, personnifie le complément, créant ainsi une sorte de syllepse double, non seulement sur « exécuter », mais aussi sur « ordonnance » affecté à la fois du trait/+humain/et/-humain/.

26— Jeux sur les propriétés contextuelles. Dans cet autre extrait de B. Vian :

  • 31 Ibid., p. 288.

Peiné, Athanagore secoua sa tête grisonnante. Tant de méchanceté le confondait avec le mur et Amadis crut le voir disparaître, s’il est permis de s’exprimer ainsi.31

  • 32 Ibid., p. 279.
  • 33 En fait, l’indépendance de l’adjectif, qui fait acquérir à celui-ci un sens physique, devrait entr (...)

27« confondait », étant donné le cotexte gauche, signifie « déconcerter » et, du fait du cotexte droit, « mêler au point de rendre indistinct ». Sont ainsi actualisées deux constructions de « confondre » : « confondre quelqu’un », construction qui est celle du verbe dont le signifié est induit du cotexte gauche (« secoua sa tête », « tant de méchanceté ») et « confondre quelqu’un (ou quelque chose) avec », construction qui est celle du verbe, mais employé en principe avec un sujet animé et avec le sens de « prendre une chose pour une autre. » — Jeux sur les contraintes syntaxiques propres aux lexies complexes figées. Ainsi dans le passage suivant : « Il se remit debout et jura sans ostentation ; un assez gros mot, mais bien proportionné »32, la syllepse sur « gros mot », d’abord lexie figée au sens de « mot grossier » du fait de « jura », entraîne l’indépendance de fonctionnement de l’adjectif « gros ». Cette indépendance est amorcée par l’emploi de l’adverbe « assez », emploi impossible devant la lexie « gros mot » qui fonctionne comme une seule unité lexicale dans laquelle l’adjectif est privé d’autonomie33.

  • 34 Grammairien latin du viesiècle, auteur de Institutiones grammaticae.

28Ce type de syllepse crée évidemment un effet de surprise puisque le parcours interprétatif amorcé du fait du cotexte gauche est interrompu et remis en question par le cotexte droit, qui oblige à donner un autre signifié à un signifiant dont le signifié du fait du cotexte gauche relevait d’une isotopie autre. Cette syllepse, qui exige réinterprétation, est déception, alors que la syllepse à cotexte unilatéral était conjonction de deux parcours interprétatifs, donc « conceptio », terme qui en latin désigne l’action de renfermer et qui chez Priscien de Césarée34 désignait précisément la syllepse.

La syllepse boiteuse

29Une syllepse à cotexte unilatéral peut être fragilisée dans la mesure où le cotexte droit ne continue qu’une des isotopies du cotexte gauche. Du fait du cotexte gauche, sont actualisés par la syllepse les signifiés relevant de deux isotopies. Le cotexte droit ne continue qu’une seule des deux isotopies, ce qui crée un déséquilibre. Un des signifiés de la syllepse est en quelque sorte mis à l’écart par le cotexte droit. Il n’y a syllepse que du fait du cotexte gauche. C’est le cas dans « Le beau voyage » de B. Lapointe :

  • 35 J. Donzel, op. cit., p. 89.

j’enrage / J’vous rapportais d’Montélimar / Devinez quoi ? / Oui, des nougats d’Montélimar / Seul’ment voilà / J’les ai posés / Sur la banquette dans l’train / Un importun est v’nu m’causer / Il s’est assis et m’a cassé / Les nougats / Petit dégât / Mais c’qui est plus triste / C’est qu’mon beau-frère qui est un artiste / Les a r’collés puis revendus / Au prix d’la colle on y a perdu.35

30Du fait d’« importun », il est évident que « casser les nougats », alors synonyme de « casser les pieds », a le sens argotique métonymique d’« ennuyer », qui est le signifié le plus habituel de l’expression. Toutefois, le cotexte, du fait de « nougats d’Montélimar » et de « poser », détermine également l’interprétation de « casser » par le sens propre, signifié que confirme « dégât », qui désigne d’abord des dommages matériels.

La syllepse à cotexte droit (« rétroflexe »)

31On peut parler de syllepse « rétroflexe » quand la syllepse, homologue de la syllepse à cotexte unilatéral gauche, n’est déterminée cette fois que par le cotexte droit. La lexie sur laquelle il y a syllepse relève alors des deux isotopies que permet de constituer le cotexte droit. La syllepse se constitue grâce à un double mouvement rétroflexe, le premier du même type que dans la syllepse à cotexte bilatéral. C’est en effet la première partie du cotexte droit qui permet l’actualisation d’un premier signifié de la lexie qui constitue le point nodal. C’est ensuite la rupture de cette première isotopie qui oblige à actualiser un autre signifié de cette même lexie. C’est donc l’incompatibilité entre les cotextes droits 1 et 2 qui oblige à attribuer à une lexie précédente un signifié autre que le signifié compatible avec le cotexte 1. Ainsi se constitue une nouvelle isotopie de laquelle relèvent cotexte 2 et signifié 2 de la lexie sur laquelle il y a syllepse.

32Dans ce cas, les isotopies, à la différence de ce que Ton a pu observer quand la syllepse était déterminée par le cotexte gauche, ne peuvent se présenter dans n’importe quel ordre. Sauf structure syntaxique particulière, la première isotopie correspond au signifié le plus habituel de la lexie ; la seconde, qui correspond à son signifié le moins habituel, interrompt le premier parcours interprétatif et détermine la syllepse.

  • 36 Ibid., « Sentimental bourreau », p. 157. Cf. également : « Elle dépose sur moi l’éclat de ses prun (...)

33Les syllepses de ce type paraissent moins fréquentes que les précédentes. C’est en effet le type de syllepse qui oblige à la plus importante rétroaction, puisque le changement d’isotopie se produit non pas immédiatement après le point nodal, mais à l’intérieur du cotexte droit, après un segment qui développe Tisotopie de laquelle relève le premier signifié. On en trouve néanmoins des exemples : « À partager sa couche / La belle l’invita / En quelques coups de hache / Il la lui débita »36. Bien sûr, la place, en tête de phrase, de la construction à l’infinitif est commandée par l’écriture archaïsante qui parodie la ballade, mais elle permet à Boby Lapointe des effets que n’aurait pas permis la syllepse, alors à cotexte bilatéral, dans une construction sans inversion : *La belle l’invita à partager sa couche  ; en quelques coups de hache il la lui débita. R. Devos en offre également un exemple dans « Le petit poussin » :

  • 37 À plus d’un titre, op. cit., p. 64.

Vous avez déjà vu un petit poussin ? / C’est mignon à croquer !/C’est une petite boule jaune... / Ça fait : cui-cui... [...] / Et je n’en ai fait qu’une bouchée / dans mon gros ventre !37

34Là encore, la première partie du cotexte droit développe la valeur superlative la plus habituelle de l’expression « à croquer » c’est-à-dire « c’est très mignon », tandis que la deuxième partie (« je n’en ai fait qu’une bouchée », « gros ventre »), en créant une nouvelle isotopie, oblige à réinterpréter « croquer » avec son signifié concret de « broyer avec les dents ». D’une ligne à l’autre, le gentil admiratif se mue en ogre ! Par la syllepse rétroflexe, l’effet de surprise est différé, et d’autant plus fort que le signifié habituel de la lexie a été immédiatement confirmé par la première partie du cotexte droit.

  • 38 La Belle Lurette, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1979, p. 74.
  • 39 Portet sur Garonne, mai 2003.

35Dans le cas d’une lexie complexe de sens figé, point n’est besoin que la première partie du cotexte droit confirme un signifié qui de toute manière s’impose ; le cotexte droit ne fait alors que créer une isotopie dans laquelle ne peut s’insérer tout ou partie de la lexie complexe qu’à condition que soit actualisé un autre signifié, ce qui détermine la syllepse. Ainsi Calet écrit-il : « À quarante ans, elle avait faim de vie. De potelée, elle devenait pansue »38. L’expression « avoir faim de », dans laquelle la préposition « de » est suivie d’un nom abstrait, a toujours un sens métaphorique, qu’il est donc inutile de confirmer par une isotopie. Le cotexte droit détermine la syllepse en créant une isotopie dans laquelle « faim », qui doit être réinterprété, se charge d’un signifié concret. C’est aussi sur une expression figée que joue cette annonce par laquelle un magasin IKEA fait excuser les travaux en cours39 : « Vous aimez les grands restaurants. Nous agrandissons le nôtre ». « Grands restaurants » est une lexie complexe, toujours interprétée avec le sens de « restaurant de qualité » ; le cotexte droit (« nous agrandissons ») ne fait qu’actualiser le sens physique de « grand », au prix d’ailleurs d’une inexactitude syntaxique : l’adjectif « grand » ne peut en principe avoir ce signifié que postposé : un grand restaurant n’est pas forcément un restaurant grand.

  • 40 Boris Vian, op. cit., p. 288.

36En dépit des apparences, la phrase suivante n’offre qu’un exemple de fausse syllepse rétroflexe : « Un effort d’accommodation le fit émerger à nouveau au milieu de son champ visuel en friche »40. « Champ » est actualisé, du fait de l’adjectif épithète « visuel », avec un signifié figuré. La deuxième caractérisation « en friche » actualise en principe le sens propre de « champ », mais ce syntagme prépositionnel ne peut avoir ce sens propre du fait qu’il porte syntaxiquement sur le syntagme « son champ visuel », dans lequel « champ » a un emploi figuré. Tous les éléments permettant la syllepse sont là (« champ visuel », « champ en friche »). Néanmoins il y a non pas syllepse, mais une expression-valise, permettant simplement le défigement de « champ visuel ».

La syllepse contextuelle

37Une syllepse de ce type repose sur une double interprétation qui n’est possible qu’en vertu d’un savoir concernant un élément du cotexte, savoir que le scripteur suppose partagé par le lecteur. Faute de ce savoir, la syllepse n’existe pas. C’est une forme de syllepse fréquente dans les titres de journaux.

  • 41 Télérama, 16-22 novembre 2002 (page de couverture) : corpus constitué par M. Ballabriga.

38On peut en citer comme exemple ce titre paru sur la couverture de Télérama à propos de l’acteur Caubère : « Depuis 20 ans, il joue sa vie sur scène »41. « Jouer sa vie » habituellement entendu au sens figuré de « risquer sa vie » pourrait n’exprimer que la passion d’un comédien pour un métier auquel il sacrifie tout. Dès que l’on connaît le contenu autobiographique des spectacles de Caubère, « jouer sa vie » se charge d’un autre signifié, « jouer » devant alors être pris au sens de « représenter ». Le cotexte droit « sur scène » s’insère aussi bien dans l’une ou l’autre isotopie. La syllepse peut donc passer inaperçue, alors que le message, qui est fondé sur l’emploi le moins habituel de « jouer sa vie », ne prend son sens que si l’on perçoit la syllepse.

  • 42 La Dépêche du Midi, 18-10-1998.

39Le titre « Marilyn : tous voulaient sa peau »42 est quelque peu différent. En effet ici le signifié qui s’impose immédiatement est le signifié le plus habituel de l’expression, c’est-à-dire « vouloir tuer quelqu’un ». « Peau », désignant en fait la vie, peut être considéré comme relevant d’un emploi métonymique. Cette première interprétation est précisément celle que veut imposer le journaliste. Mais en fait, le choix de ce titre est commandé par le désir de créer une syllepse qui se fonde sur le savoir supposé aux lecteurs concernant « Marilyn ». L’expression prend alors un autre sens figuré, dans lequel « peau » est à interpréter comme une synecdoque et non plus comme une métonymie. « Vouloir sa peau » prend alors une valeur sexuelle, qui n’est que secondaire dans le message.

40Donc dans ce type de syllepse, la figure est exposée au risque de ne pas être comprise, mais cela peut ou non nuire à la communication selon que le message passe par la syllepse ou que la syllepse vient simplement donner de l’épaisseur à l’expression en y ajoutant un signifié secondaire.

La syllepse phonique

41Je désignerai ainsi une syllepse par laquelle deux signifiés différents sont actualisés par un seul signifiant, mais phonique et non graphique. Il est des cas en effet où il y a bien syllepse dans la mesure où une même lexie constitue le point de convergence de deux parcours interprétatifs différents, mais la syllepse repose sur un signifiant qui n’est unique que phoniquement. Il n’y en a pas moins syllepse dans la mesure où cotexte et habitudes linguistiques imposent en même temps un autre signifié correspondant à un signifiant homophone, mais non homographe. On ne trouve cette forme de syllepse que dans les textes qui se veulent d’abord oraux. Dès lors que le texte est écrit, la syllepse n’a plus le même caractère évident : les deux signifiés sont bien là, mais le signifiant ne correspond qu’à l’un d’eux. Cette syllepse peut se faire selon des modalités diverses qui déterminent certaines contraintes.

  • 43 Op. cit., p. 98.

42Ou bien, il y a en tous points syllepse selon les modalités définies précédemment, la seule différence étant que la syllepse est seulement phonique, l’écrit obligeant à un choix orthographique qui ne permet l’actualisation effective que d’un signifié. Toutefois, le choix du signifiant peut être plus ou moins contraint. Dans cet extrait de « La fleur bleue contondante » de Boby Lapointe : « Un jour un éditeur affable / Comme il y en a depuis Esope »43, « affable » étant donné le cotexte droit (« Esope ») doit se lire aussi « à fables ». La syllepse est créée précisément par « affable », qui désigne une qualité qui peut effectivement être attribuée à un éditeur et qui, adjectif, est le modificateur syntaxiquement obligé après « éditeur ». Une syllepse à cotexte bilatéral impose donc la graphie liée à l’isotopie gauche. En revanche, dans le texte de Devos qui suit, la syllepse convergente unilatérale déterminée par les interprétants de gauche autorise l’un ou l’autre signifiant, ce que prouve la mise entre parenthèses du second signifiant :

  • 44 « Jésus revient », Sens dessus dessous, op. cit., p. 170 ; Cf. « Le flux et le reflux », ibid., p. (...)

Vous me voyez devant la porte / de ma demeure, / annonçant la nouvelle / à travers le judas ? / — Devinez qui vient dîner ce soir ? / — Je vous le donne en mille : Jésus ! / — Mais non ! / — Mais si ! / Vous voyez d’ici la scène (Cène).44

  • 45 Cf. F. Rastier, Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989, p. 178.

43Fait partie du texte le signifiant qui est celui de l’expression exclamative courante : « Vous voyez d’ici la scène (ou le tableau) ». De manière apparemment paradoxale, a été mis entre parenthèses le signifiant dont le signifié est le plus évident étant donné la densité de l’isotopie qu’il continue (« dîner », « Judas », « Jésus »). Est ainsi imposé prioritairement le signifiant dont le signifié est le moins évident du fait de la rareté45 de l’isotopie (« vous me voyez ») et sans lequel il n’y a plus syllepse. En fait ce type de syllepse, par le choix graphique qu’il impose dans le cas où les deux interprétants sont situés à gauche, peut créer, à l’écrit du moins, un double effet de surprise : effet de surprise propre à la syllepse proprement dite du fait qu’elle permet l’actualisation d’un signifié inattendu ; effet de surprise supplémentaire, du fait qu’imposant un choix graphique, elle privilégie en principe, pour que la syllepse soit perçue, le signifiant dont le signifié s’insère dans l’isotopie la moins riche et/ou la plus éloignée.

  • 46 Sens dessus dessous, op. cit., p. 33.

44Ou bien la syllepse concerne une expression figée ; dans ce cas, celle-ci est tellement ancrée dans la langue, preuve de son figement, que la syllepse est possible sans que le signifié en soit pleinement actualisé par une isotopie. C’est ce que fait apparaître le texte de Devos « L’étrange comportement de mes plantes »46 :

Dans mon jardin, j’ai un chêne. [...] La nuit dernière, il y avait de l’orage / et à chaque éclair, je voyais ses branches / se hérisser sur son tronc ! / Hah !... Hah !... / Tout ça dans un bruit de chêne !

45Sous « bruit de chêne » qui continue les isotopies / arbre / (« jardin », « chêne », « branches », « tronc ») et / bruit / (« orage ») est présent « bruit de chaînes », évocation conventionnelle métonymique de « fantôme » suggérée essentiellement par « nuit ».

  • 47 Ibid., p. 115.
  • 48 On peut tout de même voir sous ce calembour le topos qui attribue aux Juifs le sens des affaires.

46Si le cotexte n’autorise que l’actualisation d’un seul signifié alors que le signifiant peut avoir plusieurs signifiés, on n’a affaire qu’à un calembour, comme dans le texte de Devos « Les antipodes » : « Les Arabes du Caire sont antisémites, et les sémites sont anti-Caire »47. Aucun sème cotextuel ne permet d’actualiser le terme homophone « antiquaires »48.

47Les expressions figées ont une telle force que la frontière est fragile entre syllepse et simple défigement d’une expression figée. On ne peut véritablement parler de syllepse que si le cotexte offre deux isotopies permettant l’actualisation de deux signifiés. En re-vanche il y aura simple défigement ou jeu de langage s’il n’y a actualisation que d’une seule isotopie et ce même si l’expression figée ne peut être effacée totalement, puisqu’en fait ce n’est que parce qu’elle reste sous-jacente qu’est perçu le défigement. Il y a ainsi simple jeu de langage sur la lexie d’emploi courant « crise de foie » dans cet extrait où la plupart des termes relèvent du domaine de la religion (« Thérèse », « extase », « confesseur »), aucun ne faisant explicitement référence au domaine du corps :

  • 49 « Je zappe », À plus d’un titre, op. cit., p. 142.

Je zappe sur Thérèse. / En extase... ! / Elle était chez son confesseur qui lui dit : / « Qu’est-ce qui vous arrive ? » / Elle lui dit : « j’ai une crise de foi ! ».49

48Une syllepse qui ne repose que sur une identité phonique peut passer inaperçue. Aussi l’écrit l’explicite-t-il souvent par l’adjonction artificielle entre parenthèses du signifiant non homographe.

La fausse syllepse

49Avec le slogan suivant de FO, semble avoir été inaugurée une nouvelle forme de syllepse : « C’est maintenant qu’il FO anticiper ». Il y a syllepse dans la mesure où un même signifiant permet l’actualisation de deux signifiés : la forme du présent de l’indicatif de « falloir », indispensable syntaxiquement, et le sigle d’une centrale ouvrière. On ne peut toutefois voir là une véritable syllepse. Syntaxiquement, ne peut être actualisé qu’un verbe ; un signifiant a donc simplement été remplacé par un autre qui en diffère non seulement graphiquement, mais encore phoniquement. Entre les deux signifiants n’existe en effet qu’une homophonie théorique puisque ce sigle monosyllabique s’épelle et se prononce non pas [fo] mais [εfo]. Ce n’est là qu’une fausse syllepse puisqu’il n’y a pas interchangeabilité syntaxique des deux signes qui sont confondus dans la syllepse et qu’il n’y a ni homographie ni même homophonie ! Mais ce n’est sans doute là que méfait de l’écrit : la langue est perçue, à tort, comme écrite avant d’être perçue comme orale.

50La syllepse n’est plus qu’une variante langagière du deux en un vanté par les publicités à propos de toute sorte d’objets. Elle se fait au mépris de la syntaxe et même de l’homophonie qui en est le fondement même.

Conclusion

51La syllepse apparaît donc comme une figure moins simple qu’on ne le dit parfois, ne serait-ce que par la variété de ses modalités de constitution et par les formes différentes qu’elle peut prendre. C’est une figure remarquable à plusieurs titres, d’abord par sa densité : d’une part, elle fait communiquer intimement des domaines différents, puisque deux domaines au moins sont actualisés par un seul signifiant ; d’autre part, elle joue le plus souvent sur deux niveaux figurés. Figure par elle-même, elle se fonde en général sur une figure, puisqu’elle actualise fréquemment sens propre et sens figuré. Aussi est-ce sans doute la figure la plus dense, celle qui rend le mieux compte des possibilités d’épaisseur de la langue.

52La syllepse est également une figure remarquable par la variété des effets qu’elle est susceptible de produire et ce parce qu’elle met en jeu des mécanismes différents selon sa position par rapport à ses interprétants : « proactive » quand les interprétants sont placés à sa gauche, « proactive » puis rétroactive quand les interprétants sont répartis à gauche et à droite, rétroactive quand les interprétants sont placés à sa droite. Il y a une gradation dans l’effet de surprise qu’elle produit lorsqu’on passe de la syllepse unilatérale gauche à la syllepse bilatérale, puis à la syllepse unilatérale droite.

  • 50 « C’est un gars qui va se taper un apéritif à son bistrot habituel, et il ne tarde pas à se rendre (...)

53La syllepse est enfin une figure subtile dans la mesure où, pouvant jouer sur l’implicite et l’ambivalence, elle peut passer inaperçue. C’est en raison des jeux qu’elle permet que cette figure est employée dans des textes de nature très variée, littéraires ou non, notamment dans des textes humoristiques relevant de genres divers (devinette, histoire drôle)50 et surtout, actuellement, dans la publicité qui, en en étendant l’emploi, risque de la galvauder.

Notes

1 Je remercie M. Ballabriga (Université de Toulouse-Le Mirail) de m’avoir fourni plusieurs exemples de syllepse et d’avoir bien voulu relire cet article qui a pu ainsi bénéficier de ses remarques.

2 Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1968, p. 349.

3 Ibid., pp. 105 et 107.

4 Des Tropes ou des différents sens, Paris, Flammarion, coll. « Critiques », 1988, p. 145.

5 Comme exemples d’antanaclase, on peut citer Boris Vian, L’Automne à Pékin, Romans, Nouvelles, Œuvres diverses, « La Pochothèque », 1991, p. 284 : « Olive et Duduche [...] regardaient les drôles de gerbes d’écume qui collaient des moustaches blanches au menton de l’étrave, curieux endroit pour des moustaches » ; ou encore Boby Lapointe : « Ses petits l’aiment bien, elle est bien gentille/Et moi je l’aime bien avec du citron/La maman/Des poissons » (« La maman des poissons », J. Donzel, Boby Lapointe, Paris, Seghers, 1983, p. 155).

6 Dictionnaire de rhétorique, Le Livre de Poche, Paris, Librairie Générale Française, 1992.

7 Andromaque, Acte I, scène 4, cité par Fontanier, op. cit., p. 107 et par H. Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, 2e éd., Paris, PUF, [1961] 1975, p. 1033.

8 Cf. F. Rastier, Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987, glossaire.

9 La barre oblique dans une citation indique un passage à la ligne.

10 Sens dessus dessous, Paris, Stock, 1976, p. 120 ; Cf. « En coup de vent », ibid., p. 70 : « Je lui dis : / Les clients ne doivent pas rester ? / Il me dit : / — Non !... Un coup de vent et... pfuit... il y a un client qui s’en va ! Je perds en moyenne deux clients par nuit ! Je lui dis : / — Ils ne disent rien ?/Il me dit : / — Non ! Ils sont soufflés ! D’ailleurs, vous êtes le premier client à prendre la porte... Tous les autres sont sortis par la fenêtre !/Je lui dis : / Quand ils sortent par la fenêtre comme ça... ils ne vous paient pas ?/Il dit : / — Non ! C’est du vol ! »

11 Corpus constitué par M. Ballabriga.

12 B. Vian, L’Automne à Pékin, op. cit., p. 292.

13 Cf. M. Riegel, J.-C. Pellat, R. Rioul, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994, p. 192.

14 Racine, Britannicus, acte IV, scène 4, v. 1378.

15 Racine, Andromaque, acte I, scène 4, cité par Du Marsais, op. cit., p. 145 et par P. Fontanier, op. cit., p. 107.

16 Corpus constitué par M. Ballabriga. Cf. dans un texte humoristique : « San-Antonio, le tyranneau de Bergerac, celui qui toujours fait marcher les autres sans jamais avancer lui-même » (San-Antonio, Du bois dont on fait les pipes, Paris, Fleuve Noir, 1982, p. 101).

17 Phèdre, Acte IV, scène 2, cité par H. Morier, op. cit., p. 1034.

18 Virgile, Bucoliques VII, 37, cité par Du Marsais, op. cit., p. 145. Cf. San-Antonio : « Elles s’interrompent en m’apercevant. /S’empressent avec autant de flamme que trois glaçons dans un verre d’eau » (Si ma tante en avait, Paris, Fleuve Noir, 1978, p. 21) ; « J’ai une vue plongeante [...] sur sa langue plus chargée que le porte-bagages d’un campeur [...] » (Tango chinetoque, Fleuve Noir, 1966, p. 33).

19 La syllepse paraît beaucoup moins dense dès lors que le cotexte se répartit de manière diffuse dans plusieurs phrases comme le fait apparaître le passage de Voyage au bout de la nuit cité par G. Molinié (op. cit., p. 312) : « Figurez-vous qu’elle était debout leur ville, absolument droite. New York c’est une ville debout. [...]. Mais chez nous, n’est-ce pas, elles sont couchées les villes [...] elles s’allongent sur le paysage, elles attendent le voyageur, tandis que celle-là l’Américaine, elle ne se pâmait pas, non, elle se tenait bien raide, là, pas baisante du tout, raide à faire peur » (Céline, Romans I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 184).

20 Cf. F. Rastier, op. cit., p. 49.

21 Britannicus, acte IV, scène 4, v. 1378.

22 B. Péret (A. Breton, Anthologie de l’humour noir, J.-J. Pauvert, Le Livre de Poche, 1966, p. 393).

23 San-Antonio, 1978, op. cit., p. 153.

24 P. Desproges, corpus Ballabriga.

25 Cf. encore Devos : « Et puis je me laisserais pousser la moustache. / — Vous croyez que cela sauverait la face ? / — Non ! mais cela en sauverait une partie ! » (Sens dessus dessous, op. cit., « Sauver la face », p. 76) ; ou encore Boris Vian : « Athanagore le considéra avec stupéfaction. / — Mais, qu’est-ce que vous avez dans le ventre ? demanda-t-il ? / — Des tas de saloperies, comme tout le monde, dit Amadis » ; « un pot vert qui contenait une grande palme académique » (L’Automne à Pékin, op. cit. pp. 247 et 289).

26 Op. cit., p. 128.

27 « Fugue et variations », op. cit., p. 112.

28 B. Vian, op. cit., p. 290.

29 À plus d’un titre, Olivier Orban, 1989, p. 148.

30 B. Vian, op. cit., p. 137.

31 Ibid., p. 288.

32 Ibid., p. 279.

33 En fait, l’indépendance de l’adjectif, qui fait acquérir à celui-ci un sens physique, devrait entraîner sa postposition : un mot assez gros.

34 Grammairien latin du viesiècle, auteur de Institutiones grammaticae.

35 J. Donzel, op. cit., p. 89.

36 Ibid., « Sentimental bourreau », p. 157. Cf. également : « Elle dépose sur moi l’éclat de ses prunelles, lequel va chercher dans les mille watts » (San-Antonio, Si ma tante en avait, op. cit., p. 20).

37 À plus d’un titre, op. cit., p. 64.

38 La Belle Lurette, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1979, p. 74.

39 Portet sur Garonne, mai 2003.

40 Boris Vian, op. cit., p. 288.

41 Télérama, 16-22 novembre 2002 (page de couverture) : corpus constitué par M. Ballabriga.

42 La Dépêche du Midi, 18-10-1998.

43 Op. cit., p. 98.

44 « Jésus revient », Sens dessus dessous, op. cit., p. 170 ; Cf. « Le flux et le reflux », ibid., p. 77 : « Je lui dis : / — Pourquoi riez-vous ? / Il me dit : / — C’est le flux et le reflux... / Je lui dis : / — Eh bien, quoi, le flux et le reflux ? / Il me dit : / — Le flux et le reflux me font “marée” ! » ; cf. B. Lapointe : « Il dit quand elle lui fait la nique : / “Ah ! qu’est-ce que tu me fais, ma raie !” » (op. cit., p. 155).

45 Cf. F. Rastier, Sens et textualité, Paris, Hachette, 1989, p. 178.

46 Sens dessus dessous, op. cit., p. 33.

47 Ibid., p. 115.

48 On peut tout de même voir sous ce calembour le topos qui attribue aux Juifs le sens des affaires.

49 « Je zappe », À plus d’un titre, op. cit., p. 142.

50 « C’est un gars qui va se taper un apéritif à son bistrot habituel, et il ne tarde pas à se rendre compte que le garçon qui le sert est abominablement saoul. / “Dites donc, remarque-t-il, vous allez bien, vous... / — C’est que, explique le serveur, j’enterre ma vie de garçon. / — Ah ! bien sûr, c’est différent. Et vous vous mariez demain ? / — Pas exactement demain, je monte en grade, de garçon je passe maître d’hôtel” » (R. Nicolas, Baratinages, Éditions Paul Beuscher, 1958, cité par j. Mailhot et P. Saka, Un siècle de rire, Édition no 1, 1995, p. 70).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540