Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Sémiologie de la syllepse : dispositifs formels et conditionnement contextuel

Les interprétants de la syllepse : essai de typologie

Yannick Chevalier

Texte intégral

  • 1 « L’interprétation extrinsèque met en évidence des contenus qui ne sont pas actualisés dans le tex (...)
  • 2 « L’interprétation intrinsèque met en évidence les sèmes (inhérents ou afférents) qui sont actuali (...)
  • 3 Sur ce mode particulier de lecture, voir les propositions de Rastier (2001 : 284).

1La démarche que nous nous proposons d’adopter ici procède d’une orientation particulière qui vise moins à une instrumentalisation de la figure au service d’un commentaire (lequel relève pour partie d’une « interprétation extrinsèque »1), qu’au repérage des modes de perception de ce phénomène sémantique à l’œuvre dans les textes, phénomène que doit circonscrire et mettre en évidence une « interprétation intrinsèque »2. Le distinguo s’avère nécessaire pour qui veut, en étudiant ce cas particulier d’assignation de deux sens discriminés à une unique unité lexicale, se garder du risque de lecture projective et s’en tenir, dans le cadre d’une herméneutique matérielle3, au plus près de la lettre.

Position du problème

2À rebours de la perspective stylistique centrée sur la réception, la tradition rhétorique, même restreinte à la seule ambition typologique, n’envisage le trope que du seul point de vue de l’énonciation. Ainsi, selon Fontanier,

Les Tropes mixtes, qu’on appelle Syllepses, consistent à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différents, l’un primitif ou censé tel, mais toujours du moins propre ; et l’autre figuré ou censé tel, s’il ne l’est pas toujours en effet ; ce qui a lieu par métonymie, par synecdoque, ou par métaphore (Fontanier [1830] 1977 : 105).

  • 4 Ce silence de la rhétorique sur la réception du trope s’explique en partie par son orientation ini (...)

3Le verbe « prendre » peut ici être entendu au sens de « choisir d’utiliser un mot dans deux sens différents » ou, et c’est là notre parti pris, au sens de « reconnaître les deux sens co-présents dans un même mot ». Or, dans le manuel de Fontanier, rien n’est dit4 sur la manière de procéder à cette reconnaissance, sinon la seule lecture attentive (Fontanier [1830] 1977 : 234).

4Or, le mode de donation du trope n’a pas le caractère d’évidence de celui des unités fonctionnelles de la langue, mais est le résultat, temporaire et toujours discutable, d’une activité sémiotique. En d’autres termes, le trope n’est jamais un donné (du texte), mais un construit (de la lecture) :

Toute figure – particulièrement le trope – est tributaire d’une lecture qui la reconnaît. Le problème est en effet souvent de repérer les figures et de les identifier. Question de compétence rhétorique, dira-t-on. Pas seulement. C’est aussi et fondamentalement une affaire d’interprétation, de rhétorique de la lecture (Herschberg Pierrot 1993 : 191).

5Avant même l’étiquetage du phénomène de sens multiple à convoquer dans une même séquence, qui relève de la compétence rhétorique et participe d’une étape initiale du commentaire de texte, se pose le problème du repérage, c’est-à-dire de la perception d’un sens multiple dans un même mot.

  • 5 Rastier, refusant la notion d’écart, préfère le terme de « problème que [le parcours interprétatif (...)

6À la différence d’autres tropes, où la perception initiale est souvent déclenchée par un « écart » constitutif5, la syllepse se singularise par le caractère problématique de sa saillance : repérer une syllepse reviendrait-il à repérer une métaphore, une métonymie ou une synecdoque ? Si tel était le cas, la figure ainsi repérée serait la seule métaphore / métonymie / synecdoque, et non ce cas particulier de polysémie dans le discours.

7L’expression de « polysémie dans le discours » pose en outre un bien étrange paradoxe, puisque Bréal, l’inventeur du terme « polysémie », s’est toujours refusé à envisager pareil phénomène : dans le discours,

[...] on n’a même pas la peine de supprimer les autres sens du mot : ces sens n’existent pas pour nous, ils ne franchissent pas le seuil de notre conscience [...]. Il doit en être ainsi, l’associations des idées se faisant heureusement chez la plupart des hommes d’après le fond des choses, et non d’après le son.
Ce que nous disons de celui qui parle n’est pas moins vrai de celui qui écoute. Il est dans la même situation [...] il n’est donc pas plus exposé que nous à se laisser troubler par des significations collatérales qui dorment au plus profond de son esprit (Bréal 1921 :146, cité par Authier-Revuz 1995 : 715).

  • 6 À l’encontre de la certitude affichée par Dumarsais ([1730] 1988 : 62-63) : « Je suis persuadé qu’ (...)

8Cette position est aussi celle de Vendryès et de Bourdieu, lesquels introduisent pourtant deux nuances : la « métaphorisation voulue » demande « pour être appréciée » « un effort qu’on peut accorder à un auteur qu’on lit [...] mais qu’on n’a pas le temps de faire dans la conversation » (Vendryès 1968 : 209, cité par Authier-Revuz 1995 : 715). En outre, l’aptitude à saisir et manipuler « les différents sens d’un mot » est « typiquement savante » et manifeste un « rapport au langage socialement déterminé » (Bourdieu 1977 :17, cité par Authier-Revuz 1995 : 715). La perception du double sens d’un mot irait donc à l’encontre de la règle générale selon laquelle « l’association des idées [se fait] [...] d’après le fond des choses » : seul serait susceptible de « se laisser troubler par des significations collatérales » un lecteur au statut social déterminé. La syllepse serait le seul trope à ne pas être produit et entendu dans les échanges quotidiens aux Halles et serait réservée aux assemblées académiques6.

9Si, à l’origine de la perception du double sens, nul problème, nul écart constitutif ne permet d’emblée de repérer cette forme discursive, et selon que l’on considère que c’est le sens propre ou le sens figuré qui est saillant dans le terme employé en syllepse, une alternative peut être posée : si le sens figuré se signale d’emblée par un « écart » constitutif, quelles sont les injonctions interprétatives qui obligent le lecteur à faire retour sur l’interprétation figurative pour lui conjoindre une interprétation littérale ? À l’inverse, si le sens littéral s’impose à première lecture, quels signaux le texte fournit-il au lecteur pour l’amener à ne pas se contenter d’une interprétation littérale et à adjoindre à celle-ci une interprétation figurative ?

  • 7 Victorri et Fuchs emploient l’expression « élément déclencheur » pour désigner ces termes qui « in (...)

10Ces injonctions interprétatives, ces signaux d’appel sont ce que nous nommerons les interprétants de la figure7 : le mot n’est donc pas entendu aux sens où l’emploient Peirce ou Rastier, mais est posé comme terme générique englobant tout phénomène qui oblige à faire retour sur la première interprétation pour lui adjoindre une autre interprétation. En outre, l’aspect tensif, saillant dans « interprétant » alors qu’« interprétation » est envisagé surtout comme extensif, accompli, permet d’introduire la notion de « parcours interprétatif », que Rastier définit comme « suite d’opérations cognitives permettant d’assigner une signification à une séquence linguistique » (1987 : 277). Le trope n’est alors plus envisagé comme résultat réifié d’une interprétation, aboutissement d’un parcours de lecture, mais dans la dynamique propre de son avènement : l’essai de typologie que nous nous proposons de dresser vise à définir les différents facteurs qui déclenchent et favorisent le double parcours interprétatif.

Essai de typologie des interprétants

11Deux grandes orientations permettrent de faire le départ entre deux séries d’interprétants :

12— la première, s’inscrivant dans le courant herméneutique, se réclame de l’axiome selon lequel le global détermine le local :

[...] les conditions herméneutiques, qui se rapportent au discours, au genre du texte et à la situation de communication, qu’elle soit directe ou différée [...] restent prééminentes (Rastier 2001 : 159) ;

13— la seconde, qui relève de la tradition rhétorique, se concentre, au niveau phrastique et infra-phrastique, sur les conditions d’accueil morpho-syntaxiques de la figure :

[...] ce qui fait exactement la syllepse, c’est qu’il est possible (et nécessaire) de parcourir matériellement le circuit des dépendances lexico-syntaxiques sur lesquelles s’organise chacun des deux sens de la même lexie considérée (Molinié 2001 : 142).

Herméneutique de la syllepse : le global

14Nous regroupons sous cette première série des interprétants qui relèvent pour partie des normes socialisées à l’œuvre dans un texte (les discours, les genres), pour partie des connaissances de la situation de communication (actuelle ou représentée).

  • Le genre textuel fonctionne comme interprétant global de la syllepse : ainsi que le déclare plaisamment Rastier (2001 :159) : « Si [...] je vous annonçais une histoire drôle, vous seriez prêt à toutes les syllepses. » La figure est d’autant plus visible que le texte relève des normes génériques du bon mot (Audiard : « La Souterraine, c’est un trou en surface dans la Creuse ») ou du roman fantaisiste (« La silhouette d’un homme se profila » est la première phrase du Chiendent de Queneau : le ton est donné d’emblée). Si ces interprétants, généralement, « ne doivent pas être confondus avec des instructions, et ne sont reconnus comme indices qu’a posteriori » (Rastier 2001 : 159), du moins ne faut-il pas négliger cette prégnance globale qui oriente a priori l’activité interprétative.
  • Les présomptions d’isotopie, qui sont le fait du lecteur, sont étroitement corrélées au genre du texte, mais aussi aux discours propres à ces genres : ainsi du terme « amour » dont la polysémie est nettement attestée par l’opposition lexicalisée entre « amour physique » et « amour spirituel ». Les présomptions d’isotopie, c’est-à-dire les interprétants qui permettent de sélectionner l’inférence pertinente à effectuer pour le choix de l’acception, ne seront pas les mêmes selon qu’il s’agit d’un roman libertin ou d’un roman Arlequin.
  • La connaissance de la situation d’énonciation : il s’agit là aussi d’un paramètre qui profile le terme en syllepse et assure la saillance du sens multiple. Dans le cas de l’énonciation représentée, c’est le contexte qui pallie une connaissance directe de la situation, et qui construit cette compétence.

15Un exemple particulièrement révélateur de l’importance de ces trois paramètres dans l’activité interprétative est celui de la lettre 48 de Valmont à la Présidente de Tourvel, insérée dans la lettre 47 du même à Mme de Merteuil. Dans la lettre encadrante à Merteuil, Valmont explicite les conditions qui ont présidé à la rédaction de la lettre à Tourvel :

[Émilie] vient de me servir de pupitre pour écrire à ma belle dévote, à qui j’ai trouvé plaisant d’envoyer une lettre écrite du lit et presque d’entre les bras d’une fille, interrompu même pour une infidélité complète, et dans laquelle je lui rends un compte exact de ma situation et de ma conduite. Émilie, qui a lu l’épître, en a ri comme une folle, et j’espère que vous en rirez aussi (Laclos [1782] 1981 : 102).

16L’injonction interprétative (« j’espère que vous en rirez aussi ») est de lire la lettre comme un compte rendu « exact » de la « situation » et de la « conduite » de Valmont en explicitant les conditions d’énonciation qui invitent donc à indexer a priori les lexèmes sur le discours érotique. Dans le même temps, le lecteur est aussi obligé de prendre en compte les présomptions d’isotopie qui seront celles de la lecture de Tourvel, s’articulant autour du genre de la lettre d’amour en relation avec le discours sentimental. La lettre 48 est donc, avant d’être donnée à lire, posée à la fois comme le récit circonstancié des frasques sexuelles de Valmont et comme une confession des tourments de l’amour éprouvé pour la Présidente. De cette lettre, qui vaudrait d’être étudiée dans son ensemble, nous ne citerons que quelques lignes :

C’est après une nuit orageuse, et pendant laquelle je n’ai pas fermé l’œil ; c’est après avoir été sans cesse ou dans l’agitation d’une ardeur dévorante, ou dans l’entier anéantissement de toutes les facultés de mon âme, que je viens chercher auprès de vous, Madame, un calme dont j’ai besoin, et dont pourtant je n’espère pas jouir encore. En effet, la situation où je suis en vous écrivant me fait connaître plus que jamais la puissance irrésistible de l’amour ; j’ai peine à conserver assez d’empire sur moi pour mettre quelque ordre dans mes idées ; et déjà je prévois que je ne finirai pas cette lettre, sans être obligé de l’interrompre. Quoi ! ne puis-je donc espérer que vous partagerez quelque jour le trouble que j’éprouve en ce moment ? [...] Tout semble augmenter mes transports : l’air que je respire est plein de volupté ; la table même sur laquelle je vous écris, consacré pour la première fois à cet usage, devient pour moi l’autel sacré de l’amour [...] (Laclos [1782] 1981 : 101-104).

  • 8 Sur ce régime énonciatif du double sens, étroitement corrélé à une pratique sociale temporellement (...)

17Les termes en syllepse ne le sont que pour le lecteur (fictif : Émilie, Mme de Merteuil ; ou actuel : le lecteur des Liaisons dangereuses) au fait des conditions d’énonciation et des présomptions d’isotopie qu’il infère de cette connaissance préalable. Pour la Présidente de Tourvel, lecteur ignorant, le persiflage8 n’est pas perceptible. Cet exemple souligne le caractère électif, voire élitiste, de la figure, seule repérée par des lecteurs qui possèdent un savoir précis pour la détecter et goûter les effets qu’elle produit dans le texte.

18— Les « gloses méta-énonciatives », terme que nous empruntons à Authier-Revuz (1995), participent du même principe de décrochage énonciatif dont l’exemple des Liaisons est sans doute un des dispositifs les plus virtuoses et sophistiqués. Dans ces contextes plus réduits, l’énonciateur (narrateur, personnage, ou personne réelle) insère un commentaire qui pointe la nécessité pour le lecteur (actuel ou fictif) d’opérer une double lecture du terme commenté.

19Ces gloses se caractérisent par la variété des parcours interprétatifs qu’elles stipulent. L’on peut relever la glose qui souligne le choix heureux du terme sans préciser les différentes actualisations sémantiques possibles :

Le père, en bas, fait semblant de s’intéresser à l’haricot vert, mais sans conviction. Il se redresse et baille, va plus loin ; vraiment il ne fait rien, le père. La mère rentre avec des provisions. Remue-ménage (c’est le cas de le dire) dans la cuisine. Le père moud le café. Midi approche. On va déjeuner dans le jardin. Son père va l’appeler pour transporter la table. Ça ne rate pas (Queneau [1933] 2002a : 28, nous soulignons).

20Ou bien la glose, pointant le terme en syllepse, peut consister à préciser les sens possibles :

[...] alors capable d’attendre que je passe en revenant de la banque et me sauter de nouveau dessus pour me raconter ses romantiques souvenirs avec maman ou me faire part à grands renforts de sous-entendus et en m’épiant par-dessous de ses considérations sur l’infortune ou plutôt les infortunes vous me comprenez d’oncle Charles condamné vous me comprenez à perdre toutes les femmes c’est-à-dire à les perdre vous me comprenez dans les deux sens du mot actif et passif et à se perdre lui-même vous me comprenez et le malheur que ç’avait été pour Corinne de n’avoir pas eu de mère oui je sais merci (Claude Simon 1973 : 125, nous soulignons).

21Ou encore la glose qui, dans le même mouvement, souligne la possibilité d’une double interprétation et repousse une des interprétations :

V’la que j’meurs, qu’est-ce que j’aurai foutu ici ? j’aurai lavé des verres et rincé dla vaisselle, ça oui ; j’aurai couché avec des types en général pas propres, j’dis ça au moral ; j’aurai eu un enfant qui aura tout d’suite été supprimé (Queneau [1933] 2002a : 172-173, nous soulignons).

22Ces quelques exemples ne prétendent pas épuiser les possibilités d’injonction que constituent les gloses méta-énonciatives, mais suffisent à montrer la productivité du procédé, lequel assure la double lecture.

  • 9 Voir par exemple l’étude de Dubois (1977).
  • 10 Voir par exemple la note sur « scrupuleuse » dans Tournier (1993).

23Ce caractère didactique du dispositif de décrochage énonciatif se retrouve dans d’autres configurations discursives, où la glose appartient à d’autres systèmes sémiotiques que la langue fonctionnelle et les normes textuelles. L’injonction peut être en effet d’ordre visuel (par la mise en italique du terme en syllepse9), d’ordre prosodique (par l’accentuation et une courbe intonative de mise en relief, par exemple) ou d’ordre mimo-gestuel (ainsi du clin d’œil, signe de connivence congruent avec le caractère électif de la figure), sans oublier les pratiques éditoriales qui consistent à indiquer, dans une note de bas de page, la double interprétation possible du terme en syllepse (dispositif qui peut être le fait de l’auteur lui-même)10.

24Par delà la variété de ses interprétants, lexicalisés (gloses) ou non (genre), cette première série trouve son unité dans le fait que l’interprétant et la séquence en syllepse ne sont jamais situés à un même niveau textuel : déterminations génériques, décrochages énonciatifs ne relèvent pas du système fonctionnel de la langue, où apparaît le syntagme en syllepse. C’est pourquoi Molinié préfère parler, dans ces cas de double sens, d’« allusion » :

Dans l’allusion, si fréquente pour les jeux de mots et pour la publicité, certaines lexies présentent deux sens à la fois : l’un, par rapport à une autre lexie (ou groupe syntagmatique) occurrente dans le texte (c’est microstructural), l’autre par rapport à un macrocontexte pas forcément verbal (c’est macrostructural) (2001 :148).

25Il poursuit en soulignant les différences entre l’allusion et la syllepse :

La différence [de l’allusion] avec la syllepse, qui est un trope, c’est que, dans la syllepse, on peut suivre précisément les deux circuits isotopiques sur des expressions verbales occurrentes dans le segment (2001 : 148).

26Discriminer ces deux phénomènes sur la seule différence de nature des interprétants laisserait entendre que l’allusion n’est pas un trope, et que la parenté entre les deux figures ainsi étiquetées est négligeable : or, dans les deux cas, le phénomène sémantique est le même.

La syllepse rhétorique : le local

  • 11 Cette restriction de la syllepse aux seuls microcontextes résulte de l’éviction dans la rhétorique (...)

27Ce distinguo entre allusion et syllepse circonscrit très précisément le champ d’investigation de la rhétorique qui s’attache aux seules conditions d’accueil syntaxico-sémantiques de la figure11. Deux grands types de configurations phrastiques sont régulièrement repérables dans l’entour du terme en syllepse : les cas de double dépendance syntaxique et le traitement particulier des syntagmes figés.

  • 12 Sur la distinction entre attelage et zeugme, voir Bordas (2003).

28Dans le cas de l’attelage12, deux constituants sont placés sous un unique nœud syntaxique, et entretiennent avec lui deux relations sémantiques exclusives. Fontanier (1978 : 314) fournit un exemple de J.-B. Rousseau :

  • 13 L’on reconnaît ici une réécriture d’un vers de la Phèdre de Racine : « Il veut avec leur sœur ense (...)

Un sépulcre funèbre où vos noms, où vous-mêmes
Dans l’éternelle nuit serez ensevelis (Fontanier 1978 : 314).13

  • 14 L’hypothèse rhétorique d’une ellipse du nœud syntaxique non dupliqué s’explique en partie par l’im (...)

29Le double parcours interprétatif stipulé par les réglages syntaxiques oblige le lecteur à une double interprétation du verbe, élément régisseur : le rapport entre le verbe et « vous-mêmes » induit la réécriture « être enseveli » → » « être enterré », tandis que celui entre le verbe et « vos noms » conduit à une réécriture tropique « être enseveli » → « disparaître, ne plus exister ». La tradition rhétorique pose, pour résoudre la disjonction entre rapports syntaxiques homologiques et rapports sémantiques exclusifs, l’ellipse du terme sur lequel se conjoignent deux interprétations irréconciliables14. Si le lecteur obéissait à ce principe de rétablissement de l’ellipse, l’énoncé produit serait une antanaclase (du type : « ce sépulcre funèbre où vous-mêmes serez ensevelis [= enterrés] et où votre nom sera enseveli [= disparaîtra] »).

  • 15 Il a déjà été étudié par Tamba-Mecz (1979) sous le nom de « comparaison sylleptique ».

30Dans le cas de certaines comparaisons motivées, le même phénomène se produit15. Soit l’exemple suivant, extrait du Chiendent :

Certes, je suis ivre. Je dirai même que l’alcool m’a rendu plus noir qu’une nuit obscure (Queneau 2002a : 234).

  • 16 Quelle que soit l’analyse syntaxique que l’on fait de la proposition, l’on obtient aisément une an (...)

31Pour conjurer l’incohérence entre les deux parcours interprétatifs induits par les rapports syntaxiques, entre « alcool » et « noir » (→ « ivre ») d’une part, entre « nuit obscure » et « noir » (→ « sombre ») de l’autre, la tradition rhétorique pose l’ellipse du verbe dans la « proposition » comparative16.

  • 17 Il en existe d’autres : voir en particulier les configurations du type « Ma femme aux pieds d’init (...)
  • 18 L’effet n’est en effet pas garanti : encore faut-il que le double sens obtenu fasse sens, c’est-à- (...)

32Dans chaque configuration, un même phénomène est à l’œuvre : l’incompatibilité des parcours interprétatifs induits par les relations syntaxiques et de ceux induits par les relations sémantiques entre sémèmes. Au-delà des différences de structures de surface17, il faut reconnaître là une « zone structurelle de localité » (Rastier 1994 : 73) d’où l’effet sylleptique peut ou non saillir18.

33L’autre configuration phrastique propre à l’émergence de la syllepse est le traitement réservé à l’interprétation des syntagmes figés, déjà étudié par Rastier (1997). Soit l’exemple suivant :

C’est seulement maintenant que les langues que nouait la faim vont se délier (Queneau 2002a : 153).

34Un premier parcours interprétatif se fonde sur le repérage de deux lexies : « noué par la faim » et « les langues se délient ». Le résultat est une interprétation synthétique des deux expressions. Un second parcours, induit par la récurrence du sème générique//nœud//dans « nouer » et « délier », conduit à dissocier les constituants de la lexie, et à opérer une interprétation analytique. La syllepse s’apparente, dans cette alternance entre interprétations synthétique et analytique des lexies, au procédé à l’œuvre dans le calembour, où sont possibles deux discriminations de la séquence syntagmatique, lesquelles correspondent à deux structures syntaxiques qui stipulent deux parcours interprétatifs.

35Dans chacune de ces deux configurations, le repérage de la syllepse ne fait pas problème, car il résulte de la perception de l’écart entre les structures syntaxiques et les structures sémantiques. L’interprétant réside précisément dans cette disjonction entre syntaxe et sémantique.

36Deux conceptions de la syllepse sont donc possibles : la première, fondée sur des postulats herméneutiques textuels, englobe sous ce terme tout type de polysémie discursive ; la seconde, héritière de l’approche logico-grammaticale de la rhétorique, réserve le terme de syllepse aux seuls phénomènes de polysémie discursive induite par le contexte linguistique immédiat de la figure.

37Sans nier cette bipartition entre syllepse-allusion et syllepse rhétorique, force est de constater que les faits linguistiques ainsi décrits, loin de s’opposer, s’organisent selon un continuum, du phénomène sémantique profilé par le texte et son entour pragmatique au phénomène ponctuel dont la saillance est assurée par un contexte lexico-syntaxique réduit. Cependant, si le niveau de repérage stipulé par les relations syntaxiques est suffisant, ce sont en dernier ressort des « conditions herméneutiques qui permettent de favoriser ou d’exclure tel ou tel rattachement » (Rastier 1994 : 117) :

L’interprétation peut alors être décrite comme une optimisation de contraintes, morphosyntaxiques et sémantiques [...]. Les secondes l’emportent généralement sur les premières, comme le montre la compréhension de phrases peu grammaticales, aussi bien que celle des ellipses ou des hypallages (Rastier 1994 : 118).

38Si, dans le cas de la syllepse, ce n’est pas l’acceptabilité de l’énoncé qui est en jeu, mais le seul repérage de la figure, du moins faut-il reconnaître le primat des déterminations globales (genre textuel, conditions d’énonciation), sur les déterminations locales (contextes d’ellipse, défigement de lexies) dans le premier temps de l’interprétation intrinsèque.

Les limites de l’interprétation

39Nous avons posé en introduction que l’interprétation intrinsèque définit des conditions d’accès au sens à partir duquel l’interprétation extrinsèque peut s’initier. Mais, selon que l’interprétation intrinsèque recourt à la figure entendue dans son sens large de syllepse-allusion, ou qu’elle n’admet comme syllepse que les seuls phénomènes morpho-syntaxiques, deux dangers apparaissent, qui mettent à mal la pertinence et la validité de l’interprétation extrinsèque. La syllepse est très souvent l’objet de commentaires qui n’explicitent pas toujours les justifications de leur repérage, et conséquemment leur interprétation de la figure. Faute de telles précautions, l’interprétation extrinsèque encourt le risque d’effectuer une opération de substitution injustifiée.

40Nous voudrions illustrer ce point par un épisode extrait de L’Assommoir. On se souvient que Nana, mise en apprentissage chez sa tante, Mme Lerat, profite des trajets pour « lever les hommes », lesquels la suivent jusqu’à l’atelier où les ouvrières en font le sujet implicite de leur conversation :

Une d’elles ne pouvait lâcher un mot, le mot le plus innocent, à propos de son ouvrage par exemple, sans qu’aussitôt les autres y entendissent malice ; elles détournaient le mot de son sens, lui donnaient une signification cochonne, mettaient des allusions extraordinaires sous des paroles simples comme celles-ci : « Ma pince est fendue », ou bien : « Qui est-ce qui a fouillé dans mon petit pot ? » Et elles rapportaient tout au monsieur qui faisait le pied de grue en face, c’était le monsieur qui arrivait quand même au bout des allusions. Ah ! les oreilles devaient lui corner ! Elles finissaient par dire des choses très bêtes, tant elles voulaient être malignes. Mais ça ne les empêchait pas de trouver ce jeu-là bien amusant, excitées, les yeux fous, allant de plus en plus fort. Mme Lerat n’avait pas à se fâcher, on ne disait rien de cru. Elle-même les fit toutes se rouler, en demandant :
« Mademoiselle Lisa, mon feu est éteint, passez-moi le vôtre.
— Ah ! le feu de Mme Lerat qui est éteint ! » cria l’atelier.
Elle voulut commencer une explication.
« Quand vous aurez mon âge, mesdemoiselles... »
Mais on ne l’écoutait pas, on parlait d’appeler le monsieur pour rallumer le feu de Mme Lerat (1978 : 426-427).

  • 19 Encore faut-il être très prudent sur les intentions de Mme Lerat : celle-ci est en effet présentée (...)

41La double interprétation de « feu » est, on le voit, le fait des seules ouvrières, et ce en dépit des dénégations de l’auteur de la phrase malheureuse19. L’activité herméneutique n’est donc pas sans risque : l’« intention du lecteur » (Eco 1992 : 19) peut être maligne, et conduire à sur-interpréter en actualisant un sens là où le contexte ne l’autorise pas. C’est là le danger encouru par une conception trop large de la syllepse ; à l’inverse, la conception restreinte de la syllepse rhétorique ne peut rendre compte du double sens avéré de « feu » dans ce contexte, en l’absence de toute contrainte syntaxico-sémantique : sur-interprétation dans le premier cas, sous-interprétation dans le second.

42Si, à l’instar des demoiselles vicieuses, on considère que l’interprétation n’est qu’un « jeu bien amusant », l’on peut envisager tout mot en syllepse : le risque alors est de ne pas « écouter » le texte et de continuer à « parler » du texte sans plus le lire. Le commentaire doit donc se fonder sur une interprétation intrinsèque et/ou extrinsèque, laquelle est déterminée par des stratégies de lecture qui infléchissent singulièrement la perception de la figure.

« littéralement et dans tous les sens »

43La formule rimbaldienne est le précepte dont s’autorisent nombre de lectures critiques du xxe siècle :

Le registre théorique contemporain présente, appuyées aux diverses élaborations théoriques qui dans le champ de la psychanalyse, de la philosophie, de la critique littéraire – signifiance, dissémination, dispersion, miroitement, duplicité... – se rejoignent dans la mise en cause du « un » d’un sens fixe, achevé, de vastes zones discursives énoncées comme signifiance, dissémination, etc. (Authier-Revuz 1995 : 797).

44S’inscrivant en cela dans le prolongement des modes de lecture allégorique, cabalistique, ésotérique, ces principes herméneutiques de lecture se sont vus légitimés par la découverte freudienne :

Cette présence dans le dire d’un réel qui excède la successivité linéaire d’unités de langue associant un signifiant et un signifié, et dont localement les gloses témoignent, n’a pas le caractère accidentel que ces gloses lui confèrent, mais celui, permanent, affectant constitutivement le dire, d’une non-coïncidence à soi, inscrite dans la non-coïncidence de la langue à la langue (Authier-Revuz 1995 : 717).

45La syllepse est dès lors un enjeu majeur de ce type de lecture du sens caché, puisqu’elle est la trace d’un sens autre que l’interprétation du texte veut entendre (aux deux sens du mot). Dès lors, la mécanique de l’interprétation extrinsèque s’enclenche et recherche dans le tissu textuel ces « nœuds de signification » qui articulent le discours sous-jacent. Cette stratégie de lecture fait fi des contraintes qui pèsent sur l’activité interprétative dont nous avons explicité quelques formes, puisque celles-ci sont alors envisagées comme refoulement, imaginaire de maîtrise du sens. Pareille démarche encourt le risque de glisser de l’interprétation à l’« utilisation des textes » (Eco 1992 : 39) et ne relève plus qu’en tangente de l’herméneutique littéraire.

Déontologie de l’interprétation

  • 20 La déontologie est, chez Rastier, « entendue non comme une morale normative, mais comme une réflex (...)

46L’herméneutique matérielle, quant à elle, a pour projet de prendre en compte la multiplicité des déterminations qui paramétrent les parcours interprétatifs. Dès lors, pour justifier un commentaire, Rastier (1997 : 328-329) explicite deux « recommandations déontologiques »20 qui doivent commander l’activité herméneutique.

47Le premier principe est celui de la prise en compte de « la partie du texte où se trouve [la syllepse] et sa fonction dans l’économie du texte », le second celui du « genre du texte, qui détermine la position de l’énonciateur, et la prévisibilité de son propos ». Faute de tels principes, le commentateur se voit obligé de relever tous les phénomènes de syllepse sans les articuler à d’autres phénomènes textuels ou risque d’actualiser un double sens absent du texte-source. Soit l’extrait suivant des Enfants du limon de Queneau :

Il se mit à pleuvoir inopinément, avec violence.
« Voilà la pluie », dit le patron.
On approuva.
Et là-dessus entra brusquement un monsieur assez âgé, vêtu avec négligence et pointillé de gouttes d’eau. Il sortit de dessous son pardessus quelque chose d’environ 21 centimètres de largeur sur 27 centimètres de longueur, le format commercial. Puis il s’assit en posant soigneusement son faix (2002b : 819-820).

48Le personnage qui fait son entrée dans le café est le vieux Chambernac, auteur d’une anthologie des fous littéraires dont il propose en vain le manuscrit aux maisons d’édition parisiennes. Le commentateur de la Pléiade insère la note suivante après le mot « faix » :

Note 24. Au double sens de « charge » et de « fœtus », à rapprocher de la notation du 19 octobre 1931 dans le journal de Queneau : « Mes fils à moi, ce sont les fous littéraires » (Journaux, p. 273) (2002 : 1627).

49Le commentateur explicite une lecture sylleptique de « faix » en la justifiant par un rapprochement intertextuel. Or, de nombreuses objections peuvent être faites à cette interprétation :

  • les injonctions interprétatives en contexte sont la seule poly-isotopie, diffuse. En aval, on peut lire : « le monsieur assez âgé avait déplacé son paquet et croisé ses bras dessus, comme pour le couver », ou en contexte étroit, l’incidence de l’adverbe « soigneusement ». Le classème//filiation//, afférent dans « soigneusement » et générique dans « couver », serait donc rétroactivement à afférer dans « faix », et sélectionnerait l’acception spécialisée vieillie de « fœtus »21. Outre le problème de récence créé par la distance entre les occurrences de « faix » et de « couver », se pose celui de la compétence lexicale du lecteur. De plus, « fœtus » implique l’antériorité par rapport à la délivrance (symétriquement, « enfant » implique la postériorité) : l’analogie avec le manuscrit devient incohérente, puisque la gestation de l’ouvrage sur les fous littéraires est achevée22. La chaîne anaphorique des désignations du manuscrit relève d’ailleurs de l’isotopie dominante qui assure l’impression référentielle : outre la description minutieuse du manuscrit dans le passage cité, on peut relever « paquet », « ouvrage extraordinaire contenu dans ce paquet » et « manuscrit de l’Encyclopédie », lesquels ne possèdent aucun sème susceptible d’être indexé sur l’isotopie/filiation/et aucun d’eux ne présente l’objet comme inachevé ;
  • le rapport intertextuel entre le roman et le journal est un interprétant peu saillant : on peut évoquer la disparité générique des deux textes (le journal n’est pas destiné à publication) et la date éloignée de composition des deux fragments (sept ans séparent les deux rédactions).

50Sauf à vouloir absolument lire dans cet extrait un écho de l’amertume de Queneau, lui aussi en butte aux refus des éditeurs de son projet sur les fous littéraires, on ne peut que constater que la syllepse alléguée sur « faix » dans ce contexte ne fait pas grand sens. Rien ne peut contredire catégoriquement cette lecture, rien non plus ne la justifie de manière satisfaisante. Le commentaire ne dit guère sur le texte. Le résultat obtenu est celui d’un « gaspillage interprétatif » (Eco 1992 : 106).

51Au terme de cette tentative de typologie, nous voulons pointer les caractéristiques de la figure, caractéristiques qui doivent être prises en compte par le commentaire de texte.

52D’un point de vue thématique, la syllepse est ce moment textuel qui conjoint momentanément ce qui appert d’une disjonction globale d’isotopies. Participant de l’une et de l’autre, le terme en syllepse oblige à une lecture du texte qui s’apparente à la lecture des images ambiguës dans la perception visuelle.

53D’un point de vue tactique, où est prise en compte la disposition linéaire des unités sémantiques, on ne peut que souligner l’importance de la place des interprétants par rapport au terme actualisé en plusieurs sens, en ce qu’elle détermine les temps de la double interprétation. Si les interprétants sont postposés au terme en syllepse ou ne sont reconnus comme indices qu’a posteriori, le mouvement de lecture sera celui d’une rétroaction, laquelle n’est effectivement possible que lorsque le texte est écrit : aucun effet de surprise alors, mais la reconnaissance retardée d’une virtualité/virtuosité de l’écriture. Si, à l’inverse, les interprétants sont antéposés ou sont a priori prégnants, la double lecture est préparée et, lorsque le terme en syllepse est atteint, la double interprétation, quasi simultanée, marque un punctum, l’acmé du parcours interprétatif : là aussi virtuosité et « formule » qui vient clore nettement une scansion textuelle ou encore marquer l’apparition d’une nouvelle isotopie.

54D’un point de vue dialogique, la syllepse peut aussi signaler un discours autre, escamoté dans le discours explicite : remarquons que ce discours sous-jacent traite souvent de thèmes (sexualité en particulier) qui enfreignent les règles de bienséance (lesquelles déterminent aussi le discours littéraire). Par la syllepse, le locuteur se défausse de la prise en charge d’un sens que perçoit le lecteur, sens pourtant manifesté ne serait-ce qu’obliquement.

55C’est sur cette idée du sens oblique de la syllepse que nous voudrions conclure. Figure paradoxale, la syllepse est un enjeu majeur de cette « rhétorique de la lecture » dont parle Herschberg Pierrot. Figure délicate en ce que sa perception n’a aucun caractère d’évidence, elle exige du lecteur une attention constante aux relations entre les mots dans le texte, attention elle-même déterminée par des présupposés herméneutiques qui invitent ou contreviennent à la perception de la syllepse. Figure dangereuse, enfin, car si l’on accorde quelque exigence à l’activité interprétative, la syllepse peut être le résultat réifié d’un parcours de lecture non autorisé par le texte : à qui proclame : « Voilà une syllepse », on est en droit de dire : « C’est vous qui le dites ». Ce n’est sans doute pas là le moindre mérite de cette figure que de contraindre le commentateur à expliciter les présupposés (partis pris théoriques, présomptions d’isotopie) qui guident sa démarche, et situent son propos.

Bibliographie

Références bibliographiques

Corpus d’étude

Choderlos de Laclos P., Les Liaisons dangereuses, Paris, Flammarion, coll. « GF », [1782] 1981.

Queneau R., Le Chiendent, Œuvres complètes, tome 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », [1933] 2002a ;
—·, Les Enfants du limon, Œuvres complètes, tome 2, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », [1938] 2002b.

Simon C., Histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1967] 1973.

Tournier M., Le Vent Paraclet, Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1977] 1993.

Zola É., L’Assommoir, Paris, Gallimard, coll. « Folio », [1876-1877] 1978.

Ouvrages critiques

Authier-Revuz J., Ces Mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, tome 2, Paris, Larousse, 1995.

Bordas É., « Note sur les zeugmes et attelages dans Histoire de Gil Blas de Santillane de Lesage », L’Information grammaticale, no 97, 2003, pp. 9-11.

Bourguinat É., Le Siècle du persiflage 1734-1789, Paris, PUF, coll. « Perspectives littéraires », 1998.

Bréal M., Essai de sémantique, science des significations, Paris, Hachette, 1921.

Cadiot P. et Visetti Y.-M., Pour une théorie des formes sémantiques. Motifs, profils, thèmes, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2001.

Dubois P, « L’italique et la ruse de l’oblique », L’Espace et la Lettre, Cahiers Jussieu, no 3, 1977, pp. 243-256.

Dumarsais C. C., Des Tropes ou des différents sens, Paris, Flammarion, coll. « Champs », [1730] 1988.

Eco U., Les Limites de l’interprétation, Paris, Grasset et Fasquelle, Le Livre de Poche, coll. « Biblio Essais », [1990] 1992.

Fontanier P., Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », [1830] 1977.

Herschberg Pierrot A., Stylistique de la prose, Paris, Belin, coll. « Lettres Belin Sup », 1993.

Molinié G., La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Premier cycle », 2001.

Rastier F., Cavazza M. et Abeillé A., Sémantique pour l’analyse, Paris, Masson, coll. « Sciences cognitives », 1994.

Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 1987 ;
—, « Pour une sémantique des textes. Questions d’épistémologie », in F. Rastier (éd.), Textes et sens, Paris, Didier Érudition, 1996, pp. 9-35 ;
—, « Défigements sémantiques en contexte », in M. Martins-Baltar (éd.), La Locution, entre langues et usages, Paris, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, coll. « Signes », 1997, pp. 305-329 ;
—, « Rhétorique et interprétation ou le Miroir et les Larmes », in M. Ballabriga (éd.), Sémantique et rhétorique, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 1998, pp. 33-57 ;
—, Arts et sciences du texte, Paris, PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2001.

Trésor de la Langue française, Paris, CNRS, 1980.

Tamba-Mecz I., « À propos de la signification des figures de comparaison », L’Information Grammaticale, no 1, 1979, pp. 16-20.

Victorri B. et Fuchs C., La Polysémie. Construction dynamique du sens, Paris, Hermès, coll. « Langue, Raisonnement, Calcul », 1996.

Notes

1 « L’interprétation extrinsèque met en évidence des contenus qui ne sont pas actualisés dans le texte interprété. » Elle se caractérise par les opérations suivantes : transposition (le sémème-but contient au moins un sème commun avec le sémème-source, et au moins un sème que celui-ci ne possède pas), substitution (le sémème-but ne contient aucun des sèmes de sa source), délétion (un sémème du texte-source n’est pas transformé dans le texte-but) et insertion (un sémème du texte-but ne transforme aucun sémème du texte-source) (Rastier 1987 : 221).

2 « L’interprétation intrinsèque met en évidence les sèmes (inhérents ou afférents) qui sont actualisés dans le texte. Le mot intrinsèque ne doit pas cependant faire oublier que l’actualisation de certains sèmes et l’identification de leur interprétation dépend de normes sociales autres que le système fonctionnel de la langue, ainsi que de conditions pragmatiques. » (Rastier 1987 :221)

3 Sur ce mode particulier de lecture, voir les propositions de Rastier (2001 : 284).

4 Ce silence de la rhétorique sur la réception du trope s’explique en partie par son orientation initiale de technique de production du discours, et par sa progressive grammaticalisation : voir sur ce point Rastier (1998 et 2001 :133-166).

5 Rastier, refusant la notion d’écart, préfère le terme de « problème que [le parcours interprétatif] a pour effet de résoudre » (1994 : 71).

6 À l’encontre de la certitude affichée par Dumarsais ([1730] 1988 : 62-63) : « Je suis persuadé qu’il se fait plus de figures en un seul jour de marché à la halle qu’il ne s’en fait en plusieurs jours d’assemblées académiques. »

7 Victorri et Fuchs emploient l’expression « élément déclencheur » pour désigner ces termes qui « induisent à eux seuls pratiquement le sens » d’un polysème (1996 :180) : leur proposition d’un modèle gestaltiste de construction dynamique du sens est affine à celles de la Sémantique Interprétative. Sur les rapprochements entre la Sémantique Interprétative et la Gestalt, voir aussi Cadiot et Visetti (2001 : 5).

8 Sur ce régime énonciatif du double sens, étroitement corrélé à une pratique sociale temporellement circonscrite, voir Bourguinat 1998, en particulier pp. 86-87.

9 Voir par exemple l’étude de Dubois (1977).

10 Voir par exemple la note sur « scrupuleuse » dans Tournier (1993).

11 Cette restriction de la syllepse aux seuls microcontextes résulte de l’éviction dans la rhétorique de la dimension textuelle de la figure pour circonscrire son champ à l’énoncé et aux irrégularités de l’usage par rapport au système fonctionnel de la langue : sur ce point, voir Rastier (2001 : 134-138).

12 Sur la distinction entre attelage et zeugme, voir Bordas (2003).

13 L’on reconnaît ici une réécriture d’un vers de la Phèdre de Racine : « Il veut avec leur sœur ensevelir leur nom » (I, 1, v. 108).

14 L’hypothèse rhétorique d’une ellipse du nœud syntaxique non dupliqué s’explique en partie par l’impossibilité, pour la tradition logico-grammaticale, de penser une double dépendance syntaxique, et par l’idéal, maintes fois rêvé, d’une homologie entre rapports syntaxiques et relations sémantiques, propre à conjurer le phénomène polysémique.

15 Il a déjà été étudié par Tamba-Mecz (1979) sous le nom de « comparaison sylleptique ».

16 Quelle que soit l’analyse syntaxique que l’on fait de la proposition, l’on obtient aisément une antanaclase : « l’alcool m’a rendu plus noir [= ivre] que ne m’a rendu noir [= sombre] une nuit obscure » ou « L’alcool m’a rendu plus noir [= ivre] qu’une nuit obscure n’est noire [= sombre] ». L’énoncé se laisse aussi facilement transformer en attelage : « rendu noir par l’alcool et une nuit obscure » ou : « j’étais noir, la nuit aussi ».

17 Il en existe d’autres : voir en particulier les configurations du type « Ma femme aux pieds d’initiales » étudiées par Rastier (1998), où le lexème « pieds » entretient des relations sémantiques incompatibles avec le nom qu’il qualifie (« ma femme ») et celui par lequel il est qualifié (« d’initiales »).

18 L’effet n’est en effet pas garanti : encore faut-il que le double sens obtenu fasse sens, c’est-à-dire participe de la visée esthétique globale du texte où il surgit. Sur ce caractère contingent du repérage de la figure et son importance dans l’économie générale du commentaire, voir notre troisième partie.

19 Encore faut-il être très prudent sur les intentions de Mme Lerat : celle-ci est en effet présentée dans le roman comme grande amatrice de sous-entendus et allusions polissonnes. Il n’y aurait donc pas là de kakemphaton.

20 La déontologie est, chez Rastier, « entendue non comme une morale normative, mais comme une réflexion critique sur les rapports d’adaptation réciproque entre les moyens et les fins de l’activité descriptive » (2001 : 229).

21 « Faix – En partie. Vieux. Le fœtus. Que Pan d’un double faix dote chaque brebis du troupeau ! (Claudel, Euménides, 1920, III, p. 978). Qu’est-ce que tu ferais donc, à sa place ? (...) Ce que je ferais ? Je dirais à ma fille : « emporte ton faix, ma fille, non pas loin de moi, mais loin de cet homme » (Colette, Mais. Cl, 1922, p. 193). » (Trésor de la Langue française, t. 8,1980 : 622a).

22 Sauf à considérer que la délivrance advient avec la publication du manuscrit.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540