Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Sémiologie de la syllepse : dispositifs formels et conditionnement contextuel

Du calembour à la création sémantique : en passant par la syllepse...

Sylvianne Rémi-Giraud

Texte intégral

1Trois exemples très différents, qui témoignent de la vitalité de la syllepse dans le temps, serviront d’introduction à cette étude : l’incontournable citation de Racine, un extrait d’un roman contemporain et le jeu de mots d’un humoriste. Soit :

  • 1 Phrase prononcée en 1980-1981 par Coluche, menant campagne pour sa candidature à l’élection présid (...)

Brûlé de plus de feux que je n’en allumai (Racine).
Cette femme emplissait ma tête, ma poitrine et mon ventre, elle m’accompagnait partout, me dictait mes émotions. En même temps, cette présence ininterrompue me faisait vivre intensément. Elle provoquait des mouvements intérieurs que je n’avais jamais connus, déployait en moi une énergie, des ressources d’invention dont je ne me croyais pas capable, me maintenait dans une fiévreuse et constante activité.
J’étais, au double sens du terme, occupée (Annie Ernaux, L’Occupation).
Avant moi, la France était coupée en deux. Elle va être pliée en quatre (Coluche).1

2Je traiterai de la syllepse lexicale (ou syllepse oratoire), à partir d’un échantillonnage d’exemples très diversifié et dans une perspective descriptive. Il s’agira moins d’étudier les effets produits par cette figure que d’essayer de mettre en lumière les mécanismes linguistiques et sémantiques qui la fondent.

3Il semble aisé, à première vue, de définir la syllepse comme « l’emploi d’un même mot dans deux sens différents » (Fromilhague et Sancier 1991 : 78). Mais une telle définition appelle deux précisions. D’une part, le mot concerné ne doit offrir qu’une seule occurrence porteuse du double sens : en cela, la syllepse se distingue de l’antanaclase qui se distribue sur deux occurrences distinctes d’un même mot. D’autre part, les deux sens différents sont, en principe, le sens propre et le sens figuré du mot (Littré). Selon Dumarsais (cité par Le Guern 1972 : 109), il s’agit du sens métaphorique alors que la définition de Fontanier (1977 : 105) ouvre plus largement l’éventail des figures :

Les Tropes mixtes, qu’on appelle Syllepses, consistent à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différents, l’un primitif ou censé tel, mais toujours du moins propre ; et l’autre figuré ou censé tel, s’il ne l’est pas toujours en effet ; ce qui a lieu par métonymie, par synecdoque, ou par métaphore.

4De plus, cette formulation n’exclut pas, à travers la restriction s’il ne l’est pas toujours en effet, d’autres sortes de différences de sens. Ce que Le Guern (1973 : 109) reformule en ces termes : « La simultanéité de deux significations distinctes du même mot n’implique pas nécessairement l’opposition entre sens propre et sens figuré ». Interprétée de cette façon, la syllepse nous oblige, au-delà de la simple distinction entre sens propre et sens métaphorique (ou figuré), à poser le problème plus large de la différenciation des significations au sein d’une unité lexicale, et donc à ouvrir la boîte de Pandore de la polysémie...

Problématique de la polysémie

Notion d’écart sémantique

5Si la polysémie nous est imposée par le fonctionnement de la langue, elle ne se présente pas pour autant comme un listage de significations pré-découpées dans le lexique, prêtes à l’emploi, pour ainsi dire ; mais elle est en grande partie construite par les lexicographes et les lexicologues à partir des emplois du mot en discours. Pour mieux la comprendre, il convient donc d’expliciter les critères qui président à cette construction.

6Dire qu’un mot a deux (ou plusieurs) significations, c’est à la fois reconnaître des différences entre ces significations et préserver l’unité du mot dans son entier. Autrement dit, la polysémie s’inscrit entre un seuil minimal à partir duquel deux significations peuvent être disjointes et un seuil maximal au-delà duquel cette différenciation pourrait conduire à l’éclatement du mot. Si le premier seuil n’est pas atteint, il y a rabattement monosémique (une seule signification au lieu de deux) et si le second est dépassé, il y a rupture homonymique (deux mots au lieu d’un). Entre ces deux seuils existent différents types de relations sémantiques, selon que les significations se différencient faiblement ou fortement les unes des autres. C’est donc bien dans une juste appréciation de l’écart entre les significations que réside l’essentiel du travail du linguiste.

  • 2 C’est la définition logique par inclusion que rappellent la plupart des manuels de lexicologie. On (...)

7Je me propose de mesurer cet écart à partir de la structuration sémique des définitions mises en jeu. Une définition pertinente linguistiquement se construit en principe selon le modèle logique du genre prochain et de la (ou des) différence(s) spécifique(s)2. Le genre prochain donne la catégorie générale à laquelle appartient le référent tandis que les différences spécifiques précisent les caractères propres à la catégorie concernée. Ce type de définition a une visée référentielle : elle permet d’indexer les mots sur les classes d’objets du monde non linguistique. C’est à travers les variations qui affectent ces deux types de traits (le trait générique d’une part, les traits spécifiques de l’autre) que l’on essaiera de prendre la mesure de l’écart qui sépare deux significations – le principe de base étant, dans la perspective référentielle qui a été posée, qu’une variation qui affecte un trait générique induit en principe un écart plus grand (polysémie forte) que celle qui touche seulement un trait spécifique (polysémie fine).

Établissement des seuils

  • 3 Certaines définitions seront empruntées au Nouveau Petit Robert ([1967] 1993), et suivies de la me (...)
  • 4 Dans le cadre de cette étude sur la syllepse, je serai amenée à apparier les significations sans p (...)

8Quelques exemples permettront d’illustrer cette démarche, depuis l’établissement des seuils jusqu’à la différenciation des significations à l’intérieur du polysème. Commençons par le seuil maximal, avec les deux définitions suivantes3 du verbe foncer4 :

1. Charger en couleur de manière à rendre plus sombre (une teinte sombre paraissant comme enfoncée) (P. R.).
2. Faire une charge à fond, se jeter impétueusement sur (P. R.).

9Ces définitions n’ont en commun ni le trait générique (« colorer » / « attaquer ») ni le trait spécifique (« de manière à rendre plus sombre » / « avec force »). Du point de vue synchronique, on peut donc se demander ce qui justifie ce traitement polysémique du lexème plutôt que la disjonction de ces significations en deux homonymes. Le P. R. est conscient de ce problème puisqu’il fait suivre la première définition d’une parenthèse explicative (ce qui est rare) qui rétablit le « chaînon manquant » de la relation avec le trait « enfoncement, fond ».

10À l’opposé, on peut se demander quel écart sémantique présentent les deux sous-entrées suivantes du verbe regarder :

1. Faire en sorte de voir, s’appliquer à voir (qqn, qqch.) [...] Regarder le paysage (P. R.).
2. regarder (et inf.). Regardez-moi faire. Regarder la pluie tomber, tomber la pluie (P. R.).

11La sévère discipline syntaxique que le P. R. impose à ses polysèmes verbaux le conduit ici à dissocier arbitrairement deux significations sur la base d’un changement de construction morphosyntaxique (SN/prop. infinitive). Or le seuil minimal de différenciation sémantique n’est pas atteint, ce dont témoigne d’ailleurs l’absence de définition de la seconde sous-entrée, qui ne propose que des exemples.

Deux types de polysémie

  • 5 Il s’agit toujours de mesurer l’écart entre deux significations données et non d’évaluer la polysé (...)

12Voyons maintenant les types d’écart que l’on peut rencontrer d’une signification à l’autre à l’intérieur d’un polysème. Comme il a été dit précédemment, on distinguera deux grands types de polysémie, la polysémie forte et la polysémie fine5, selon que la variation sémantique affecte le trait générique ou le(s) trait(s) spécifique(s).

Polysémie forte

13On commencera par des exemples de polysémie forte. Le verbe courir offre deux définitions qui contiennent, l’une un sens physique et l’autre un sens métaphorique qui en dérive :

1. Se mouvoir avec rapidité. « De grandes ombres noires [...] couraient sur les eaux vertes » (Maurois) (P. R.).
2. Être répandu, passer de l’un à l’autre [...] Le bruit court que... : on dit que... (P. R.).

14De l’une à l’autre, le trait générique change : « se mouvoir (dans l’espace) » / « se transmettre » (dans l’espace/temps).

15On connaît bien l’exemple du mot bureau, qui a donné lieu à toute une série de dérivations métonymiques, parmi lesquelles on retiendra celle-ci :

1. Table sur laquelle on écrit, on travaille (P. R.).
2 Pièce où est installée la table de travail, avec les meubles indispensables (bibliothèque, classeurs, etc.) (P. R.).

16qui présente un glissement de trait générique de « table » à « pièce ».

17Le mot plateau fournit un autre exemple, avec les définitions suivantes :

1. Support plat servant à poser et à transporter des objets (P. R.).
2 Étendue de pays assez plate et dominant les environs (P. R.).

18qui font passer le trait générique de « support matériel » à « étendue géographique ».

  • 6 Le P. R. ne mentionne pas ce trait dans la seconde définition, mais il n’en est pas moins présent.
  • 7 C’est l’exemple choisi par Martin ([1983] 1992) pour illustrer ce qu’il appelle la « polysémie lâc (...)

19Ces trois exemples montrent que la polysémie forte peut mettre en jeu aussi bien des significations figurées (courir, bureau) que non figurées (plateau). Les processus métaphoriques et métonymiques sont particulièrement représentatifs du phénomène en ce qu’ils s’accompagnent toujours d’un changement de trait générique. Toutefois, on peut noter que cette variation est plus régulièrement perceptible dans le cas de la métaphore, qui joue souvent sur des oppositions très générales telles que animé/non animé, humain/chose, concret/abstrait, espace/temps, etc., que dans le cas de la métonymie, qui présente un éventail de relations extrêmement diverses, dont certaines sont clairement différenciées (comme dans l’exemple de bureau ci-dessus) et d’autres beaucoup difficiles à distinguer (comme nous allons le voir). D’autre part, on peut distinguer les cas où le changement affecte le trait générique seulement de ceux qui présentent, en plus de ce changement, des variations de traits spécifiques. Ainsi, si le verbe courir conserve, du sens propre au sens figuré, le trait spécifique « avec rapidité »6, les deux autres lexèmes offrent des dérivations plus complexes. Avec bureau, la seconde signification contient deux traits spécifiques, l’un qui reprend la première signification (« table de travail ») et l’autre qui lui est propre (« avec les meubles indispensables »). Quant à plateau, il présente une double variation, du trait générique et du trait spécifique (« servant à poser et à transporter les objets » / « dominant les environs »), ne conservant d’une définition à l’autre que le trait minimal « plat »7. Il va de soi que la polysémie est d’autant plus forte que la variation gagne du terrain, allant du trait générique vers les traits spécifiques : de ce point de vue, on peut dire que l’amplitude de l’écart sémantique s’accroît de courir à bureau puis à plateau.

Polysémie fine

20Voyons maintenant les cas de polysémie fine. Si l’on reprend le verbe courir, on trouve cet autre appariement de significations :

1. Aller, se déplacer rapidement par une suite d’élans, en reposant alternativement le corps sur l’une puis l’autre jambe [...] (P. R.).
2. Aller vite, sans précisément courir [...] Ce n’est pas la peine de courir, nous avons le temps (P. R.).

  • 8 Deux exemples de polysémie fine du même type (concernant des verbes de mouvement) sont donnés dans (...)

21La seconde définition reprend le trait générique (« aller ») de la première ainsi, d’ailleurs, que le trait spécifique « rapidité ». En revanche, elle perd l’autre trait spécifique qui décrit de façon circonstanciée le mode de locomotion (‘par une suite d’élans, en reposant alternativement le corps sur l’une puis l’autre jambe »8).

22Le mot désir nous fournira un autre exemple :

1. Tendance vers un objet connu ou imaginé ; prise de conscience de cette tendance (P. R.).
2. spécialt Tendance consciente et suscitée par qqn aux plaisirs sexuels ; ses manifestations physiques (P. R.).

23Le trait générique « tendance consciente » reste le même d’une définition à l’autre. Mais le trait spécifique qui exprime l’objet du désir est indéterminé en 1 (« vers un objet connu ou imaginé ») et précisé en 2 (« aux plaisirs sexuels ») ; s’ajoute un trait relatif à la source du désir (« suscitée par qqn »).

24Le cas du nom déverbal regard est particulièrement intéressant. La première sous-entrée de l’article se présente ainsi :

Action, manière de diriger les yeux vers un objet, afin de le voir ; expression des yeux de la personne qui regarde [...] ◊ Le regard de qqn. Son regard se posa sur moi [...] – L’expression habituelle des yeux. Regard candide, malicieux, expressif, perçant (P. R.).

25On relève une première définition dont le trait générique est instable puisqu’il peut s’agir soit de l’« action » de regarder, soit de la « manière » de regarder. Ce qui explique que, contrairement à l’usage, le dictionnaire propose cette alternance de traits génériques au sein d’une même définition, c’est l’extrême difficulté qu’il y a à les distinguer nettement l’un de l’autre : s’il s’agit bien d’une métonymie, celle-ci opère par un glissement presque insensible de l’action à la manière. Si l’on admet malgré tout qu’il y a polysémie, en raison du changement de trait générique, ce ne peut être qu’un cas de polysémie fine. La subdivision qu’introduit ensuite le losange illustre la signification « action de regarder ». Quant à celle qui est précédée du tiret, elle reprend plutôt la signification « manière de regarder » (l’expression pouvant être définie comme telle), en lui adjoignant le trait spécifique « habituel » qui s’oppose au trait « ponctuel » impliqué par les définitions précédentes.

  • 9 Avec la signification « expression habituelle des yeux », on parlera plutôt de substitution de tra (...)

26Ces exemples montrent que la polysémie fine met en jeu les processus courants de dérivation sémantique par extension et par spécialisation, qui opèrent par suppression (courir) ou par addition (désir) de trait spécifique9, sans toucher au trait générique. Mais elle peut aussi concerner certaines métonymies quand celles-ci portent sur des traits génériques plus ou moins instables. On notera d’ailleurs, si l’on entend établir des degrés d’amplitude comme précédemment, que l’écart entre les significations est plus réduit avec une métonymie du type action/manière que dans le cas des dérivations non figurées.

Polysémie et syllepse

  • 10 Je remercie Hugues Constantin de Chanay de m’avoir communiqué les exemples tirés de de Foucault 19 (...)

27C’est dans ce cadre largement ouvert que se situe notre approche de la syllepse : celle-ci pourra prendre autant de formes qu’il y a de types de variations dans la polysémie des mots. On peut toutefois dégager, à partir de la distinction entre polysémie forte et polysémie fine, un principe simple. C’est que plus l’écart entre les significations est grand, moins ces significations ont de chance d’apparaître dans le même discours ; à l’inverse, plus l’écart se resserre et plus elles ont de chance de convenir Tune et l’autre au même énoncé. Ce principe n’est pas sans conséquences. Dans le premier cas, pour obtenir le dédoublement du sens, il faudra des dissensions contextuelles fortes, fondées sur des contraintes visibles, ainsi qu’un parcours interprétatif qui, pour aller d’une signification à l’autre, devra s’inscrire dans la temporalité. Mais au terme de ce parcours, la syllepse sera parfaitement lisible en raison de la disjonction affichée des significations. Dans le second cas, c’est à partir d’indices fins, dans un contexte apparemment univoque, que seront sollicitées les deux significations, dans une quasi-simultanéité de lecture. Mais la difficulté sera précisément d’arriver à les discerner, en raison de la coopération réduite du contexte, et avec le risque toujours présent qu’elles finissent par s’entremêler et se confondre, allant jusqu’à faire perdre à la syllepse son identité propre. Divers exemples – énoncés, citations, extraits littéraires – viendront appuyer l’analyse10.

Établissement des seuils

28Commençons, comme précédemment, par les deux extrémités. Si le seuil minimal n’est pas atteint (exemple de regarder), il va de soi que toute possibilité de syllepse est abolie. Ce qui est plus intéressant, c’est ce qui se passe à partir du moment où le seuil maximal est dépassé. On entre alors dans le domaine de l’homonymie :

1. L’abus du vin mène à la bière (de Foucault 1988 : 82).
2. Les bons crus font les bonnes cuites (Pierre Dac) (de Foucault 1988 :105).
3. Entre deux mots, il faut choisir le moindre (P. Valéry) (de Foucault 1988 : 40).

  • 11 Sans compter les variations catégorielles à partir d’un radical commun (cuites en 2).

29avec les homographes homocatégoriels (le nom féminin bière en 1), les homographes hétérocatégoriels (le nom / adjectif crus en 2)11 et les homophones non homographes (mots / maux en 3).

30Le processus peut se poursuivre au-delà de la stricte équivalence entre mots, avec conservation de l’homophonie (de dents/dedans en 4) :

4. Un claquement de dents, mais dehors (Devos) (de Foucault 1988 : 87).

31Quand l’homophonie n’est plus respectée, on est en présence de faits de paronymie :

5. Le mariage est un petit jeu de satiété (H. Duvernois) (de Foucault 1988 : 41).
6. La parole est d’argent, mais le silence endort (Y. Mirande) (de Foucault 1988 : 41).

32qui, là encore, peuvent respecter (satiété/société en 5) ou transgresser (endort/est d’or) la frontière des mots, jusqu’à se propager sur des énoncés entiers. C’est le cas de l’holorime qui s’il « ne rime à rien... [...] rime entièrement ! » (Gagnière 2002 : 521) :

  • 12 L’auteur en serait Gabriel de Lautrec, humoriste reconnu et traducteur en français de l’œuvre de M (...)

7. Eau, puits, masseur, raide huis, habit, table, chandelle
Oh ! puis, ma sœur, réduits habitables, chants d’elle.12

  • 13 Conformément à la définition de Bescherelle (1863,10e éd.), citée par Gagnière (2002 :163). On not (...)

33Dans tous ces cas, où la polysémie est, de toute façon, absente, on parle plutôt de calembour que de syllepse13. En principe, l’identité graphique ou catégorielle du mot impose une première lecture ; si l’on est en présence d’un homographe homophone, celle-ci résulte d’une interprétation préférentielle (par exemple, en 1, le lieu commun selon lequel l’abus d’alcool peut tuer accrédite l’image métonymique de la bière « cercueil »). Pour qu’une autre lecture puisse se produire, en raison de l’arbitraire sémantique du rapprochement des unités mises en jeu, la pression contextuelle doit être maximale. Pour cela, il est fait appel de préférence à des structures imposées par le code linguistique et qui sont des quasi-automatismes, que ce soit au plan paradigmatique ou syntagmatique. Dans le premier cas, des microsystèmes lexicaux sont activés, comme la (para) synonymie de vin/bière en 1, l’antonymie de crus/cuites en 2, de dedans (de dents)/dehors en 4, tandis que dans le second, on trouve des contextes mémorisés et en quelque sorte prêts à l’emploi, sous la forme de syntagmes et d’énoncés figés (jeu de société en 5, proverbes en 3 et en 6). Le calembour peut également exploiter des contraintes syntagmatiques purement discursives, à condition qu’elles jouent sur des associations usuelles qui rendent le dédoublement du sens parfaitement lisible, comme dans cette citation :

8. Je voudrais me retirer dans un coing. À cause de l’odeur. Et puis parce que j’y serais tranquille (B. Vian, L’Écume des Jours).

  • 14 Coin : Endroit retiré, peu exposé à la vue ou peu fréquenté (P. R.).

34où la lecture de coin est amenée par la construction verbale se retirer dans un coin, puis confirmée par le trait ‘tranquillité’ couramment associé à ce mot14.

Syllepse et polysémie forte

35Regagnons maintenant les terres de la polysémie. Je donnerai d’abord quelques exemples d’exploitation par la syllepse de la polysémie forte :

1. Les mers et les océans sont de vastes étendues d’eau salée, ce qui, pour autant, n’empêche pas les gros trafiquants maritimes de se sucrer avec (Pierre Dac) (de Foucault 1988 : 84).
2. Les miroirs feraient bien de réfléchir avant de nous renvoyer notre image (Cocteau) (de Foucault 1988 : 34).
3. Si je rate mon suicide, demain, dans la presse, ils vont m’assassiner (Devos, sketch sur le suicide spectaculaire d’un artiste) (de Foucault 1988 :82).
4. Lardez l’andouillon de pattes de homards émincées et revenues à toute bride dans du beurre assez chaud (B. Vian, L’Écume des jours).
5. L’humour conserve une longue jeunesse puisqu’il déride les visages (de Foucault 1988 : 33).
6. C’est le dernier moyen qui me reste pour faire battre le cœur des hommes (M. Brohan, habitant au dernier étage d’une maison sans ascenseur) (de Foucault 1988 : 32).
7. Un auto-stoppeur, c’est quelqu’un qui voyage au doigt et à l’œil (de Foucault 1988 : 68).
8. [...] son amie Isis se tenait devant lui et lui offrait des petits fours sur un plateau hercynien (B. Vian, L’Écume des jours).
9. — Messieurs, que puis-je pour vous ?
— Exécuter cette ordonnance... suggéra Colin.
Le pharmacien saisit le papier, le plia en deux, en fit une bande longue et serrée et l’introduisit dans une petite guillotine de bureau.
— Voilà qui est fait, dit-il en pressant un bouton rouge.
Le couperet s’abattit et l’ordonnance se détendit et s’affaissa (B. Vian, L’Écume des jours).
10. Le chasseur a pâli quand le léopard a foncé (de Foucault 1988 : 84).

  • 15 À rapprocher de se revenir « retrouver vie, fraîcheur », xvie (P. R.). Le participe passé revenu n (...)
  • 16 Ordonnance : Nom donné à un planton de cavalerie employé près d’un officier général, et qui monte (...)

36Ce corpus propose des syllepses de sens figuré et de sens non figuré. Parmi les premières, on placera les syllepses de métaphore, qu’on rencontre le plus fréquemment. Ainsi les verbes se sucrer en 1 (« prendre du sucre [pour mettre dans le café, le thé] » / « prélever de gros bénéfices au détriment des autres »), réfléchir en 2 (« renvoyer des ondes dans une direction différente » / « retourner la pensée sur elle-même »), assassiner en 3 (« tuer par assassinat » (P. R.)/« détruire moralement par une critique violente ») et revenir / faire revenir en 4 (« venir d’un lieu, d’une situation, au lieu, à la situation où l’on était auparavant » (P. R.) / « dorer et rendre plus ferme un aliment en le passant dans un corps gras chaud »15). Les énoncés suivants offrent des syllepses de métonymie : métonymie du signe avec le verbe dérider en 5 (« enlever les rides » / « rendre moins soucieux, moins triste »), de la partie du corps pour le sentiment qui y est conventionnellement rattaché avec battre le cœur en 6. Avec l’énoncé 7, on va de métonymie en métonymie. La locution au doigt et à l’œil, qui exprime de manière redondante la même métonymie du physique (les deux organes concourant à l’expression de l’autorité), se subdivise ici en deux interprétations distinctes. Au doigt signifie, de manière non conventionnelle, « en faisant signe à quelqu’un » tandis que l’expression à l’œil retrouve son autonomie dans le sens de « à crédit, sans payer (proprt sur la vue, la bonne mine (P. R.) » – sens qui résulte d’un maillage métonymique assez complexe et mal perçu de nos jours, où l’œil dit la vue, puis l’objet vu (la bonne mine) et l’effet qui en résulte (la gratuité). Les derniers exemples (8 à 10) illustrent des cas de syllepses entre des significations non figurées qui ne comportent qu’un trait sémantique commun. On retrouve dans le mot plateau employé par B. Vian en 8 les deux significations précédemment étudiées. Le verbe exécuter qu’on rencontre dans le petit extrait de L’Écume des jours (9) joue sur les deux acceptions « mettre à effet, mener à accomplissement » / « faire mourir (qqn) conformément à une décision de justice » (P. R.), qui contiennent l’une et l’autre le trait « accomplir » si l’on considère que exécuter qqn, c’est le faire mourir par accomplissement d’une décision de justice. Par ricochet, l’ordonnance s’en trouve affectée à travers la double lecture « prescription d’un médecin ; écrit qui les contient »/« domestique militaire, soldat attaché à un officier » (P. R.), le second sens étant métonymique du trait « prescription » contenu dans le premier16. Quant au dernier énoncé (10), qui contient le verbe foncer, il est à la charnière du calembour et de la syllepse, selon qu’on sauve ou non le trait « fond » présent, on l’a vu, non dans la définition elle-même mais dans le commentaire métalinguistique qui l’accompagne.

37Dans ces énoncés, la forme du mot n’intervient plus dans le choix de la première lecture. Celle-ci se fait en fonction de sa pertinence et de son meilleur rendement au plan de l’information. De 1 à 4, c’est le sens figuré (métaphorique) qui s’impose. On comprend d’abord que les gros trafiquants se servent au détriment des autres (1), que les miroirs (personnifiés) devraient penser à ce qu’ils font (sans cette lecture, il y aurait tautologie) (2), que tout échec suscite la critique (3), et qu’un andouillon lardé est prêt à cuire (4). Avec les syllepses de métonymie (5 à 7), le sens figuré l’emporte en 5, pour la raison logique que l’humour est en principe source de plaisir, tandis que le sens propre est convoqué en 6 où s’impose la vision de l’homme essoufflé par la montée des étages. Dans le dernier cas (7), ce qui justifie le choix des métonymies, c’est l’image de l’autostoppeur qui fait signe aux automobilistes de s’arrêter afin de se faire transporter gratuitement. Enfin, dans les exemples de sens non figuré, la lecture préférentielle est portée par la représentation de scénarios conventionnels (sinon courants), comme le fait d’offrir des gâteaux sur un plateau (8), de faire remplir une ordonnance par un pharmacien (9) ou de prendre peur devant la charge d’un animal sauvage (10). En raison de l’écart sémantique dû au phénomène de polysémie forte, la seconde lecture doit être activée par des pressions contextuelles suffisamment marquées. On retrouve l’utilisation des micro-structures paradigmatiques et syntagmatiques empruntées au code linguistique, telles que la (para)synonymie (suicide/assassiner en 3), l’antonymie (salée/sucrer en 1), la reprise définitionnelle (réfléchir/renvoyer une image en 2) et les expressions figées (faire battre les cœurs en 6, au doigt et à l’œil en 7). Le discours exploite, là encore, les collocations (revenues à toute bride en 4, plateau hercynien en 8), les associations conventionnelles (jeunesse/absence de ride en 5) et même la dimension textuelle quand elle est porteuse d’associations attendues (la guillotine, le couperet, s’affaissa en 9). On notera que certaines de ces syllepses réactivent des dérivations sémantiques plus ou moins enfouies dans la mémoire collective (revenir en 4, exécuter, ordonnance en 9).

Syllepse et polysémie fine

  • 17 Dans cette citation et les suivantes, les occurrences étudiées sont en caractères gras.

38Venons-en maintenant aux syllepses fondées sur une polysémie fine. J’ai retenu trois extraits représentatifs, l’un d’un sketch de Devos, les deux autres étant littéraires (Stendhal, Proust)17.

39Voici l’extrait du sketch de Devos « Où courent-ils ? » :

L’artiste (entrant) :
Excusez-moi, je suis un peu essoufflé !
Je viens de traverser une ville
où tout le monde courait...
Je ne peux vous dire laquelle...
je l’ai traversée en courant.
Lorsque j’y suis entré, je marchais normalement.
Mais quand j’ai vu que tout le monde courait...
Je me suis mis à courir comme tout le monde
sans raison !
À un moment, je courais au coude à coude
avec un monsieur...
Je lui dis :
« Dites-moi... pourquoi tous ces gens-là
courent-ils comme des fous ? »
Il me dit :
« Parce qu’ils le sont ! »

  • 18 La syllepse est même triple sur l’expression en courant.

40Ces quelques lignes jouent sur les deux significations du verbe courir « aller, se déplacer rapidement par une suite d’élans [...] »/« aller vite, sans précisément courir » (P. R.) : dans les deux cas, on l’a vu, il s’agit d’« aller vite », le mode de locomotion étant le seul trait distinctif. Il y a donc, en principe, une forte probabilité pour que ces deux significations apparaissent dans le même type de contexte. C’est cette probabilité qu’exploite Devos en ouvrant son texte sur l’évocation d’un homme essoufflé qui traverse une ville : est-il essoufflé parce qu’il court vraiment ou parce qu’il se dépêche ? Le scénario stéréotypé du citadin pressé incite plutôt à choisir la seconde interprétation, qui est parfaitement compatible avec l’évocation d’une ville où tout le monde courait et avec l’expression en courant, qui prend le sens métonymique de « à la hâte, précipitamment » (P. R.) – sans perdre le sens physique. Mais la remarque Je ne peux vous dire laquelle [ville], qui introduit un doute sur la conventionnalité de la scène (un citadin pressé sait en principe où il se trouve), puis l’opposition entre marcher normalement et courir, qui joue plutôt en faveur de la première signification, suggèrent un autre scénario : celui d’une ville accueillant un marathon, dont l’image se précise avec la notation je courais au coude à coude avec un monsieur... Cette lecture est toutefois mise à mal par des jugements tels que sans raison et comme des fous qui ont plutôt vocation à dénoncer les rythmes effrénés de la vie moderne et auraient une moindre pertinence dans le cadre d’une manifestation sportive. On voit bien, dans ces quelques lignes, qu’à partir d’une situation ouverte aux deux interprétations du verbe courir, Devos joue sur l’ambiguïté d’indices contextuels de différents niveaux (opposition lexicale, expression, mais aussi scénarios, jugements de valeur) pour rendre la sélection sémantique indécidable et imposer au lecteur, qui en perd lui-même le souffle, une lecture sylleptique de toutes les occurrences du verbe courir18.

41L’extrait suivant est tiré du Rouge et le Noir :

Avec la vivacité et la grâce qui lui étaient naturelles quand elle était loin des regards des hommes, madame de Rênal sortait par la porte-fenêtre du salon qui donnait sur le jardin, quand elle aperçut près de la porte d’entrée la figure d’un jeune paysan presque encore enfant, extrêmement pâle et qui venait de pleurer [...].
Madame de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce dit tout près de son oreille :
— Que voulez-vous ici, mon enfant ?
Julien se retourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de madame de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout, même ce qu’il venait faire (p. 241).

42Dans ce passage très connu de la rencontre entre Julien et Madame de Rênal, Stendhal emploie par deux fois le mot regard dont nous avons parlé précédemment. Si la première occurrence, qui évoque les assauts visuels dont Madame de Rênal est l’objet de la part des hommes, renvoie sans conteste à la signification « action de regarder », la seconde, qui s’applique à Madame de Rénal elle-même, témoigne d’un usage beaucoup plus subtil. Dans cet étroit contexte, on peut en effet donner trois interprétations au mot regard. Ce mot est d’abord pris dans la construction frappé du regard, qui traduit l’impression vive et soudaine que reçoit Julien en découvrant que Madame de Rênal est en train de le regarder : d’où la première signification « action de regarder ». Mais ce regard est aussitôt caractérisé : le regard si rempli de grâce de madame de Rénal est à entendre alors comme la « manière de regarder », l’« expression des yeux », telle qu’elle apparaît à Julien dans l’instant de cette découverte. Mais la grâce de ce regard est aussi dans la nature même de Madame de Rénal (le texte ne s’ouvre-t-il pas sur la vivacité et la grâce qui lui étaient naturelles quand elle était loin des regards des hommes) si bien que le mot regard prend la troisième signification « expression habituelle des yeux » : seul le narrateur peut, à ce point du récit, nous donner à voir ce regard si rempli de grâce dans sa constance temporelle... Syllepse à trois niveaux et syllepse polyphonique donc, qui nous fait vivre, dans une interprétation quasi simultanée, à la fois la surprise de Julien, qui glisse du regard de Madame de Rénal au charme qui en émane, et l’empathie de l’auteur qui, dans sa temporalité propre, fait écho à l’émotion de son personnage. On le voit, l’extrême proximité de ces significations nécessite, pour les rendre discernables, qu’il soit fait appel à des indices très ténus, relativement enfouis dans le texte. Et si l’analyse permet d’en révéler l’existence, on ne peut dire que cette syllepse soit vraiment lisible à la surface du texte.

43Nous citerons enfin ces quelques lignes de La Recherche du temps perdu :

Parfois à l’exaltation que me donnait la solitude, s’en ajoutait une autre que je ne savais pas en départager nettement, causée par le désir de voir surgir devant moi une paysanne que je pourrais serrer dans mes bras [...] Mais si ce désir qu’une femme apparût ajoutait pour moi aux charmes de la nature quelque chose de plus exaltant, les charmes de la nature, en retour, élargissaient ce que celui de la femme aurait eu de trop restreint. Il me semblait que la beauté des arbres, c’était encore la sienne, et que l’âme de ces horizons, du village de Roussainville, des livres que je lisais cette année-là, son baiser me la livrerait ; et mon imagination reprenant des forces au contact de ma sensualité, ma sensualité se répandant dans tous les domaines de mon imagination, mon désir n’avait plus de limites. C’est qu’aussi [...] la passante qu’appelait mon désir me semblait être non un exemplaire quelconque de ce type général : la femme, mais un produit nécessaire et naturel de ce sol. Car en ce temps-là tout ce qui n’était pas moi, la terre et les êtres, me paraissait plus précieux, plus important, doué d’une existence plus réelle que cela ne paraît aux hommes faits. Et la terre et les êtres, je ne les séparais pas. J’avais le désir d’une paysanne de Méséglise ou de Roussainville, d’une pêcheuse de Balbec, comme j’avais le désir de Méséglise et de Balbec (Du côté de chez Swann, pp. 156-157).

  • 19 Certains lecteurs voient dans le groupe pronominal celui de la femme (quatrième ligne) la reprise (...)

44C’est le mot désir que nous avons retenu ici. Ce mot présente, on l’a vu, une polysémie fine qui le fait passer, par restriction de sens de la « tendance consciente vers un objet connu ou imaginé » à la seule « tendance consciente et suscitée par qqn aux plaisirs sexuels » (P. R.). Or, dès la première occurrence, le contexte se présente comme ambivalent. La construction syntaxique de ce nom avec un complément déterminatif (le désir de suivi d’un groupe complexe à l’infinitif) nous oriente vers la première signification, en même temps que s’établit, nonobstant toute frontière syntaxique, une attraction sémantique entre le mot désir et la femme imaginaire source de ce désir, présente dans ce complément déterminatif – image qui se détache d’autant plus qu’elle est mise en valeur par la position finale du groupe nominal une paysanne que je pourrais serrer dans mes bras. C’est le même procédé que présente, de manière condensée, la deuxième occurrence, le nom désir étant suivi d’un complément déterminatif (qui prend la forme, cette fois, d’une complétive) contenant le groupe nominal une femme. Par deux fois se trouve donc activé le trait « érotique » du mot désir en relation avec l’image féminine19. Dans ces emplois, peut-on parler de syllepse, ce qui autoriserait la pleine lecture de chacune des significations, la tension vers l’objet d’une part et l’appétence sexuelle de l’autre ? L’hypothèse semble improbable, contraire même à ce que dit le narrateur, dans les lignes qui suivent, de la fusion, de l’harmonie qui s’établit entre la nature et la femme, entre l’imagination et la sensualité... Ce que produit l’ambivalence du contexte, c’est plutôt une signification nouvelle du mot désir, qui naît de l’amalgame des deux autres et suggère, par intensification de la première signification et affaiblissement de la seconde, une tendance teintée d’érotisme mais qui reste en deçà du désir charnel (à l’image du mot désir qui tend vers le mot femme sans l’atteindre). C’est cette signification qu’il convient d’accorder aux occurrences qui suivent (mon désir n’avait plus de limites, la passante qu’appelait mon désir) et qui se trouve confirmée par le parallèle établi à la fin du texte entre le désir de la femme et le désir du lieu : si le narrateur peut enfin parler de son désir d’une paysanne de Méséglise ou de Roussainville, d’une pêcheuse de Balbec, dans une relation directe du mot désir avec des figures féminines, c’est que ce désir, assimilé à celui du lieu auquel sont attachées ces figures, ne peut que s’arrêter au seuil du désir charnel.

Conclusion

45À travers la définition apparemment simple de la syllepse comme figure de double sens, c’est en fait le problème fondamental de la polysémie qui se trouve posé, de ses limites et de l’extrême diversité des types de relations qu’elle recouvre. Dans la mesure où l’on sort d’une approche canonique en termes de sens propre et de sens figuré, la syllepse se révèle être le miroir de cette complexité. Pour tenter d’apprivoiser le phénomène, on a d’abord défini les deux seuils (de la monosémie à l’homonymie) entre lesquels s’inscrit la polysémie, puis on a tenté de mettre un peu d’ordre dans les types de relations rencontrées en distinguant les faits de polysémie forte de ceux qui relèvent d’une polysémie fine. On ne peut évidemment s’attendre à ce qu’une définition simple et univoque de la syllepse résulte d’une telle approche. Du moins, peut-on, au terme de ce parcours, mieux saisir les mécanismes qui confèrent à cette figure-protée des facettes si différentes, jusqu’à rendre particulièrement indécises ses frontières avec le calembour d’un côté, et la création sémantique de l’autre.

  • 20 Pour Bacry (1992 : 183 sq.), le calembour se fonde sur la polysémie (par exemple, le verbe exécute (...)

46Dans les cas de polysémie forte (parmi lesquels la dérivation métaphorique peut être considérée comme exemplaire), la syllepse est à la fois visible, grâce à un marquage contextuel qui permet, pour ainsi dire, de la suivre à la trace, et parfaitement lisible, en raison de l’écart qui sépare les deux significations. Et la frontière avec le calembour est en principe tranchée puisqu’elle passe par la distinction entre polysémie d’une part (dans le cas de la syllepse), homonymie et paronymie de l’autre (avec le calembour). Mais l’étude des exemples montre non seulement que le lexique offre parfois des cas ambigus (le verbe foncer relève-t-il de la polysémie ou de l’homonymie ?) mais surtout que les processus de codage des deux figures, à travers le caractère systématique des structures mises en jeu, sont en fait similaires. Rien d’étonnant à cela si l’on considère que la syllepse « forte » et le calembour présentent, du point de vue référentiel, une disjonction de significations équivalente et qu’il résulte, du rapprochement de ces significations dans un même contexte, quasiment le même degré d’arbitraire. Mais alors, si l’on reconnaît quelque artifice à les dissocier20, on perd l’une des frontières permettant de donner à la syllepse son identité propre. Passons à la polysémie fine. La syllepse qui met en jeu ce type de polysémie manque, elle, de visibilité et de lisibilité. Elle repose sur des indices peu systématiques, ambigus et instables (dans le cas de courir), plus ou moins enfouis dans le texte (tel ce regard de Madame de Rênal), et elle se révèle plus à l’analyse qu’à une lecture immédiate. On pourrait quasiment parler d’une crypto-syllepse dont le point d’aboutissement est cette indistinction dans laquelle les deux significations se mêlent pour créer un autre sens (désir dans Proust). Mais avec cette apparition d’une nouvelle signification, c’est la syllepse qui disparaît...

47Ainsi la syllepse serait-elle bien ce lieu de passage aux ressources multiples mais aux frontières indécises, qui pose les questions sémantiques fondamentales relatives à la polysémie, à la monosémie et à l’homonymie, et conduit, de manière graduelle et plus ou moins indifférenciée, du calembour à la création sémantique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Textes

Devos R., « Où courent-ils ? », À plus d’un titre, sketches inédits, Olivier Orban, 1989.

Ernaux A., L’Occupation, Paris, Gallimard, 2002.

Proust M., À la Recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », tome I, [1913] 1973.

Stendhal, Le Rouge et le Noir, Romans et Nouvelles, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », tome I, [1830] 1952.

Vian B., L’Écume des jours, Paris, J.-J. Pauvert, 1964.

Ouvrages critiques

Bacry P., Les Figures de style, Paris, Belin, 1992.

De Foucault B., Les Structures linguistiques de la genèse des jeux de mot, Berne, Peter Lang, 1988.

Fontanier P., Les Figures du discours, Paris, Flammarion, coll. « Champs », [1830] 1977.

Fromilhague C. et Sancier A., Introduction à l’analyse stylistique, Paris, Bordas, 1991.

Gagnière C., Pour tout l’or des mots, Paris, R. Laffont, [1997] 2002.

Kerbrat-Orecchioni C., La Connotation, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1977.

Le Guern M., Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse, 1973.

Lehmann A. et Martin-Berthet F., Introduction à la lexicologie. Sémantique et morphologie, Paris, Dunod, 1998.

Martin R., Pour une logique du sens, Paris, PUF, [1983] 1992.

Molinié G., Dictionnaire de rhétorique, Paris, Les Usuels de Poche, 2001.

Niklas-Salminen A., La Lexicologie, Paris, Armand Colin, 1997.

Picoche J., Précis de lexicologie, Paris, Nathan, [1977] 1992.

Touratier C., La Sémantique, Paris, Armand Colin, 2000.

Notes

1 Phrase prononcée en 1980-1981 par Coluche, menant campagne pour sa candidature à l’élection présidentielle de 1981. Pour préciser le contexte de cette citation, on peut consulter actuellement le site http://www.latribuduverbe.com/archives/001067.html (je remercie Denis Barbet, de l’IΕΡ de Lyon, pour les références qu’il m’a fournies).

2 C’est la définition logique par inclusion que rappellent la plupart des manuels de lexicologie. On se reportera à Picoche (1992 : 144-151), Lehmann et Martin-Berthet (1998 : 15-21), Niklas-Salminen (1997 : 103-105), Touratier (2000 : 23-25).

3 Certaines définitions seront empruntées au Nouveau Petit Robert ([1967] 1993), et suivies de la mention P. R. Cette mention ne figurera pas quand nos définitions s’inspireront de celles du P. R. sans en faire une reprise littérale.

4 Dans le cadre de cette étude sur la syllepse, je serai amenée à apparier les significations sans prendre en compte la totalité de la polysémie du mot. Dans cette mesure, il serait plus juste de parler de bisémie.

5 Il s’agit toujours de mesurer l’écart entre deux significations données et non d’évaluer la polysémie du mot dans sa totalité (voir note précédente) – un polysème pouvant présenter différents types d’écart sémantique.

6 Le P. R. ne mentionne pas ce trait dans la seconde définition, mais il n’en est pas moins présent.

7 C’est l’exemple choisi par Martin ([1983] 1992) pour illustrer ce qu’il appelle la « polysémie lâche ».

8 Deux exemples de polysémie fine du même type (concernant des verbes de mouvement) sont donnés dans ce volume, l’un par Noël Dazord, avec les deux significations « s’écrouler sur moi-même » / « se jeter (aux pieds de qqn) » de tomber (Vigny, Les Destinées, « Le Mont des Oliviers », v. 34), l’autre par Philippe Wahl, avec le verbe s’en aller pris dans les deux sens « aller, se déplacer » / « disparaître » (Apollinaire, Alcools, « Le Pont Mirabeau »).

9 Avec la signification « expression habituelle des yeux », on parlera plutôt de substitution de trait, « ponctuel » laissant la place à « habituel ».

10 Je remercie Hugues Constantin de Chanay de m’avoir communiqué les exemples tirés de de Foucault 1988.

11 Sans compter les variations catégorielles à partir d’un radical commun (cuites en 2).

12 L’auteur en serait Gabriel de Lautrec, humoriste reconnu et traducteur en français de l’œuvre de Mark Twain (C. Gagnière 2002 : 521).

13 Conformément à la définition de Bescherelle (1863,10e éd.), citée par Gagnière (2002 :163). On notera que, pour certains linguistes, la syllepse est incluse dans le calembour (Kerbrat-Orecchioni 1977 : 144).

14 Coin : Endroit retiré, peu exposé à la vue ou peu fréquenté (P. R.).

15 À rapprocher de se revenir « retrouver vie, fraîcheur », xvie (P. R.). Le participe passé revenu neutralise l’opposition entre intransitif et factitif.

16 Ordonnance : Nom donné à un planton de cavalerie employé près d’un officier général, et qui monte à cheval pour porter des dépêches (Littré).

17 Dans cette citation et les suivantes, les occurrences étudiées sont en caractères gras.

18 La syllepse est même triple sur l’expression en courant.

19 Certains lecteurs voient dans le groupe pronominal celui de la femme (quatrième ligne) la reprise anaphorique de désir. Pour ces lecteurs, la rencontre entre les mots désir et femme devrait donner l’avantage à la seconde signification. Mais là encore, l’interprétation est ambivalente, les deux mots tendant à se dérober l’un à l’autre : le mot désir, parce qu’il est affaibli par l’anaphore, et le nom femme, parce qu’en raison de ce qui précède il prend une valeur métonymique (il s’agit de l’apparition de la femme plutôt que de la femme elle-même).

20 Pour Bacry (1992 : 183 sq.), le calembour se fonde sur la polysémie (par exemple, le verbe exécuter dans B. Vian, qu’il cite) autant que sur l’homonymie, l’homophonie et la paronymie.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540