Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Sémiologie de la syllepse : dispositifs formels et conditionnement contextuel

De la syllepse à l’équivoque : redécouverte du calembour avec Tabourot

Jean-Michel Messiaen

Texte intégral

  • 1 Le terme de « syllepse » désignera uniquement la « syllepse oratoire » définie par Dumarsais et Fo (...)

1Cette contribution s’attache à définir, à partir des Bigarrures (1588) d’Estienne Tabourot (1549-1590), ce qui distingue le calembour de la syllepse1.

Préalables lexicographiques : TLF

2La consultation du Trésor de la Langue Française (TLF) modifie d’emblée la perception que l’on pourrait avoir d’une synonymie partielle entre équivoque et syllepse, d’une part, équivoque et calembour, d’autre part. Le substantif féminin « équivoque » est ainsi défini :

A. Vx. Calembour, jeu de mots (parfois sur des tabous) :
2. L’indiscipline du jeune Marguillier Jules, cadet de l’autre, avait éclaté en pleine inspection générale, à la suite d’un pari (on le savait maintenant). Il avait pouffé de rire, tout haut, à une équivoque stupide sur le mot latin lapis, puis repris soudainement l’air ingénu d’un bébé (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 257).
B. Péj. Double sens ou sens multiples d’un mot choisi en raison ou en dépit de son aptitude à prêter à des interprétations diverses. Manier l’équivoque.
3. Bien que Spinoza, en identifiant Dieu avec la substance de l’univers, ait donné à ce concept droit de cité en philosophie, Hartmann préfère écarter un mot dont l’origine exclusivement religieuse ne peut que prolonger des équivoques et des malentendus en métaphysique (Théol. cath. t. 1, 1re part., 1920, p. 1274).
C. P. ext. Situation d’incertitude, d’ambiguité, qui laisse hésitant. Sans équivoque ; couper court à certaines équivoques. Synon. confusion, doute. Peut-être n’est-il pas hors de propos de dissiper ici une équivoque récemment née et que l’intérêt croissant que l’on prend aux recherches de philosophie médiévale menace de propager (Gilson, Espr. philos, médiév., 1931, p. 104). En ce qui concerne Vichy, j’estime que l’équivoque nationale et internationale est en train de prendre fin (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 388).

3La polysémie de ce substantif est évidente, mais semble relever du domaine référentiel. En fait, la structuration logique et synchronique de l’article crée une « illusion d’optique » dès lors que l’on adopte un point de vue diachronique. Le sens C’est le plus ancien, le sens A (cf. Tabourot) correspond à l’usage préclassique et le sens B semble se répandre à partir de l’époque classique. C’est pourtant le sens B, bien que signalé comme péjoratif, qui paraît le plus proche de la définition de la syllepse :

  • 2 La rubrique historique à la fin de l’article donne la date de 1730, Dumarsais, dans Littré.

SYLLEPSE, subst. fém.
B. Rhét. Figure, trope consistant à employer un mot à la fois au sens propre et au sens figuré. Les Tropes mixtes, qu’on appelle Syllepses, consistent à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différents, l’un primitif ou censé tel, mais toujours du moins propre ; et l’autre figuré ou censé tel, s’il ne l’est pas toujours en effet ; ce qui a lieu par métonymie, par synecdoque, ou par métaphore (Fontanier, Les Figures du discours, Manuel class. pour l’ét. des tropes, Paris, Flammarion, 1968 [1830]2, p. 105).

  • 3 L’on notera qu’il correspond aussi à la pratique lexicographique qui distingue, pour un polysème, (...)
  • 4 Subst. 1. mil. xiiie s. (Huon le Roi, Li Abecès par ekivoche, éd. A. Långfors, titre) ; 2. 1648 «  (...)

4Cependant le terme de « syllepse »3, au sens mentionné, est plus tardif et d’extension moindre que celui d’« équivoque B ». Il appartient à un domaine restreint et n’est affecté d’aucune appréciation. Pour l’« équivoque B », les exemples cités relèvent de la théologie et de la philosophie. Si la notice historique du TLF cite Pascal pour la datation de cette acception4, la consultation de la base de données Frantext fait apparaître une définition plus claire chez Arnauld et Nicole :

  • 5 La Logique ou l’Art de penser, 1662, partie 1, chap. 5, pp. 60-61.

L’autre, qu’on appelle [*equivoque*], qui est lors qu’un mesme son est lié par les hommes à des idées differentes, de sorte que le mesme son convient à plusieurs, non selon une mesme idée, mais selon les idées differentes ausquelles il se trouve joint dans l’usage : ainsi le mot de canon signifie une machine de guerre, et un decret de concile, et une sorte d’ajustement.5

5Deux différences majeures apparaissent avec le définition de la syllepse. L’équivoque B relève de l’ordre de la logique, du domaine de la pensée, alors que la syllepse est un trope. Principalement, l’exemple donné n’associe pas les « sens multiples d’un mot » mais des homonymes.

  • 6 L’emploi péjoratif a été volontairement écarté du corps de notre étude : « Péj. Mauvais jeu de mot (...)

6Il reste aussi à envisager la première acception du substantif « équivoque », donnée par le TLF : « Calembour, jeu de mots (parfois sur des tabous) », en la confrontant à celle du substantif calembour6 :

Jeu d’esprit fondé soit sur des mots pris à double sens, soit sur une équivoque de mots, de phrases ou de membres de phrases se prononçant de manière identique ou approchée mais dont le sens est différent. Faire des calembours ; parler par calembours ; recueil de calembours :
« L’art du faiseur de calembourgs ne consiste pas à jouer sur le double sens d’un mot, mais à forcer l’équivoque, soit par la décomposition d’un mot en plusieurs, soit par la réunion de plusieurs mots en un seul, sans plus respecter le bon sens que l’orthographe. Le calembourg joue plutôt sur le son que sur le sens. Peu lui importe de ne pas présenter une idée ingénieuse, pourvu qu’il détourne de l’idée raisonnable. [...] On peut pourtant faire des calembourgs avec de l’esprit, ou quoiqu’on ait de l’esprit : M. De Bièvre l’a prouvé ; mais qu’en conclure, lorsque tant de sots y réussissent ? Que le calembourg prouve quelque esprit dans une bête ? Ne prouverait-il pas plutôt qu’il y a toujours un petit coin de bêtise dans un homme d’esprit ? », Jouy, L’Hermite de la Chaussée d’Antin, t. 5, 1814, pp. 232-233.

7Cette définition induit que le calembour est de nature plus étendue que la syllepse et que l’équivoque au sens B quant à la « matière signifiante » mise en œuvre. Au lieu du mot sont impliqués aussi « phrases » et « membres de phrases », entités nettement moins définies (surtout pour un dictionnaire).

Bref examen fonctionnel de la syllepse

8Il convient d’examiner concrètement, fût-ce brièvement, comment opère la syllepse, avant de se consacrer au calembour, nommé « équivoque » par Tabourot. Nous avons choisi, de façon récursive, deux exemples antérieurs à la définition de cette notion : l’un de La Fontaine, l’autre de Du Bellay.

9Dans la fable de La Fontaine, « La Tortue et les Deux Canards », l’édition La Pléiade comporte une note pour le substantif « pèlerine ».

Marché fait, les Oiseaux forgent une machine
Pour transporter la pèlerine (v. 15-16).

10La note indique : Ce mot, dans le comique, signifie une gaillarde, une éveillée et déniaisée (Richelet). Donc il présente ici à la fois une valeur de « voyageuse » et de « commère ».

  • 7 Mais « pèlerine » au sens de voyageuse ou de femme effectuant un pèlerinage ne semble guère attest (...)

11La note a ici pour fonction d’expliciter la syllepse à la fois par la citation de Richelet, et par le commentaire interprétatif ajouté (Donc...). Il s’agit probablement de restituer la double interprétation du mot « pèlerine », pour l’époque et pour les lecteurs contemporains de l’édition La Pléiade. La compétence des lecteurs à identifier la syllepse est supposée perdue (par rapport à celle des contemporains de La Fontaine), du fait que la signification signalée par Richelet aurait disparu7. Il est d’ailleurs vrai qu’une lecture « naïve » par des élèves du secondaire aboutit à comprendre premièrement « pèlerine » comme le féminin de « pèlerin » (qui effectue un pèlerinage, qui voyage au loin), et, quand il est signalé qu’il y a double sens, nombre d’élèves interprètent alors « pèlerine » au sens vestimentaire, par analogie avec la carapace qui couvre la tortue. Ce contresens pose la question de la réception, de l’interprétation, inhérentes à la syllepse : identifier une syllepse revient à lire à deux niveaux au moins, à interpréter de façon double (mécanisme que nous trouverons à l’œuvre aussi pour l’équivoque ou le calembour). Cette double interprétation peut aussi, de façon récursive, conduire à identifier des syllepses où il n’en existe peut-être pas. Soient les vers suivants, pour la même fable :

Une Tortue était, à la tête légère,
Qui, lasse de son trou, voulut voir le pays (v. 1-2).

Elle tombe, elle crève aux pieds des regardants (v. 31).

  • 8 Sous réserve de vérifications dans l’usage oral, mais « crever » ne s’emploie guère, semble-t-il, (...)

12« Légère » peut s’entendre au sens physique, par rapport à la lourdeur de la carapace, et rendant par analogie le mouvement d’élévation de la tête lorsque la tortue se met en marche. Il peut s’entendre aussi comme « peu réfléchi, inconscient », du point de vue comportemental, comme l’indique l’issue de la fable. Point de note ici qui infirme ou confirme cette double interprétation (sinon que dans une autre fable célèbre, Perrette allait « légère et court vêtue »). Encore peut-on vérifier à l’aide de dictionnaires de l’époque que cet adjectif avait bien les deux acceptions. Au vers 31 de cette même fable, la double interprétation possible se situe entre « crever » au sens d’éclater (comme un ballon) et, dans un tout autre registre de langue, « mourir (brutalement) »8, sens qui est attesté depuis le xiiie siècle pour un animal.

13La syllepse se distingue ainsi, à l’écrit, sur la base certes trop étroite de trois occurrences, en diverses formes.

14De la part du scripteur, par une rupture provoquée du continuum écrit, de l’univocité de celui-ci : pour « pèlerine », il s’agit d’un changement de registre, accentué par la rime avec « machine » ; pour « légère », le contexte syntaxique inhabituel (et la métrique) semble relever de l’intention du scripteur. Ainsi, l’inscription d’une visée sylleptique se traduirait-elle par un écart... par rapport à une norme, ou plutôt un complexe de normes.

15Donnons-en un autre exemple, tiré cette fois de Du Bellay :

  • 9 Édition J. Jolliffe, Genève, Droz, coll. « Textes Littéraires Français », 1979, p. 158.

Marcher d’un grave pas, & d’un grave sourci,
Et d’un grave soubriz à chacun faire feste (Les Regrets, sonnet 86, v. 1-2)9.

16C’est ici la répétition de l’adjectif « grave » qui constitue à la fois un écart à la norme et une invitation à la lecture sylleptique, renforcée par l’oxymore « un grave soubriz », et la contradiction avec « à chacun faire feste » (que l’on peut lire aussi de façon sylleptique, moyennant sans doute un anachronisme).

17De la part du lecteur, se pose la problème de la double lecture : soit il dispose d’indices la légitimant, et la lecture sylleptique peut se partager, soit il n’en dispose pas, et sa double lecture relève du plaisir solitaire. Ce dernier cas est encore plus fréquent lorsque sa compétence de lecture est délégitimée (dans le cas précité des élèves du secondaire, ou dans le cas isomorphique d’une trop grande distance avec le texte, avec l’univers discursif du texte). Se trouve aussi posée la question de la connivence entre l’auteur/scripteur et le lecteur, et du rapport au texte : dans le cas de la syllepse « marquée » par le scripteur et interprétée dans la même visée par le lecteur, le texte se fait objet où le langage est mis à distance dans un premier temps (c’est la fonction de l’écart), et retrouvé ensuite dans sa polyvalence, dans sa polysémie concernant la syllepse (il s’agit d’un cas particulier de la mise en œuvre de la fonction poétique du langage, dans sa dimension sémantique).

18Les indices co-textuels ont pour fonction de marquer la syllepse et donc de réactiver la polysémie d’un mot, mais pour une seule occurrence de celui-ci.

19Mais l’activation de la polysémie, qui semble caractériser la syllepse (et en réduire l’extension à la lexie, au « mot »), n’est-elle pas analogue à d’autres usages de la fonction poétique du langage, ou, plus prosaïquement, à d’autres disjonctions de l’indissolubilité de la relation du signifiant au signifié, que recouvrirait la notion d’équivoque ?

20La relation entre le signifiant et le signifié, constitutive du signe, est une des apories fondamentales de la linguistique saussurienne, ainsi que la relation arbitraire entre signe et référent. La polysémie a, dans la cadre d’une conception « dure » du signe, posé beaucoup de problèmes parce qu’elle remettait en cause la relation entre signifiant et signifié, dans un premier temps : s’il existe, pour un signifiant donné, plusieurs signifiés, existe-t-il plusieurs signes ou un seul (homonymes ou polysème ?). Dans une perspective synchronique, celle souvent adoptée par les dictionnaires de langue, la polysémie est décrite et réduite, soit par une répartition entre « effets de sens » répartis logiquement et s’excluant les uns les autres (par des contextes explicitants et excluants), soit par une répartition chronologique des acceptions, qui rend mieux compte des polysèmes, mais insiste aussi sur la distinction oppositive des signifiés, recensés comme indépendants, voire disjoints. Cette disjonction est également à l’œuvre dans le discours, qui privilégie de façon habituelle les procédés de désambiguïsation, par le co-texte à l’écrit, voire par le contexte (à l’écrit comme à l’oral).

Tabourot et l’équivoque

  • 10 Le terme est en partie impropre ; disons qu’il s’agit de désigner ainsi les auteurs d’ouvrages con (...)
  • 11 Estienne Tabourot, Les Bigarrures du Seigneur des Accords, Premier livre, fac-similé de l’édition (...)

21En français préclassique (1500-1650), le terme de syllepse n’existe pas encore. Or l’équivoque, définie par les logiciens de l’époque classique, est plus étendue que celle des « grammairiens »10 préclassiques, parmi lesquels le meilleur spécialiste de la notion fut sans conteste Estienne Tabourot (1549-1590), « Seigneur des Accords ». Il a proposé en effet dans le premier livre des Bigarrures11 une typologie des équivoques (entre autres « jeux de mots »), matière explicite de quatre chapitres : « Des Equivoques François » (ch. 4), « Des Equivoques Latins-François » (ch. 5), « Des autres Equivoques par Amphibologies, vulgairement appeliez Entend-trois » (ch. 6), « Des Equivoques de la voix et prononciation » (ch. 7). Le chapitre 8, « Des Antistrophes ou Contrepeteries », signale qu’elles sont « parfois appelées Equivoques ». De même, le chapitre 3, « De Rebus », mentionne aussi les équivoques. Cet effort typologique conduit Tabourot à écarter ce qui est couramment nommé « rimes équivoques, ou équivoquées » :

Et combien que ce mot d’Equivoque, selon que nous le prenons genéralement, se puisse entendre des syllabes de mesme terminaison, ainsi qu’on faisoit les vers Latins rimez, qu’on appelloit vers Leonins, dont je parleray cy apres ; & que ce sont encor aujourd’huy faites toutes les poésies Françoises & Italiennes, qui ont peu de grace, si deux voix unisonantes ne se rencontrent à la fin de deux vers pour rimer : ce que les Rhétoriciens ont appellé d’un nom propre, Omioteleste, c’est à dire, finissant de mesme (chap. 4, p. 29, D-E).

22À la suite immédiate de ce passage, Tabourot énonce la définition centrale de l’équivoque, à partir de laquelle seront définies les variantes typologiques.

Neantmoins je pren icy ce mot d’Equivoque, pour une espece particuliere, sçavoir quand un ou plusieurs noms se peuvent rapporter à un autre ou divers noms, de mesme son selon l’aureille, & de diverse signification.

23La différence avec la syllepse « moderne » est évidente. Il ne s’agit plus de polysémie d’un mot, mais d’homophonie, de mot à mot ou entre un nombre indéfini de mots. Il s’agit d’une similitude uniquement sur le plan du signifiant, et principalement phonique : ce que l’on nomme « calembour » (voir aussi l’article « équivoque » du TLF, qui donne « calembour » comme équivalent, le signalant comme vieux). Le premier exemple donné par Tabourot lui-même ne laisse aucun doute sur cette équivalence :

Et pour commencer, j’entameray ce mot d’Equivoque, sur equivoquons : Mes dames on a fait vos maris coquus : & qui ? vos cons, respond le bon compagnon (ch. 4, p. 31, A).

24Ce premier exemple illustre d’emblée les principales caractéristiques du calembour.

  1. Il est fondé sur l’homophonie de deux séquences signifiantes. Elles sont la plupart du temps de nature hétérogène : ici, un verbe conjugué et une « question-réponse » énigmatique sans co-texte.
  2. L’homophonie des signifiants est indépendante de toute corrélation entre les signifiés, voire de toute corrélation référentielle.
  3. Par l’homophonie se rencontrent deux univers de discours hétérodoxes : le verbe « equivoquons » est savant alors que la séquence homophone « Et qui ? Vos cons » peut se qualifier comme « vulgaire, bas, populaire... ». Cette association homophonique ressemble fort à ce que les psychanalystes nomment « le retour du refoulé » : « Je viendray aux exemples, qui t’instruiront avec quelle gaillardise & discretion on les peut practiquer » (p. 31, A).
  4. Gaillardise & discretion » réfèrent à une double entente ou lecture, sans légitimité sociale (discretion) et à but ludique (gaillardise). Il ne s’agit pas d’enrichir la compréhension ou la perception d’un texte ou d’un propos de façon qui puisse se partager a priori, mais d’abord d’un plaisir solitaire, selon un « décodage » orienté par les préoccupations ponctuelles du lecteur/auditeur, indépendamment de la signification de l’écrit ou de la parole qu’il interprète. Ce qui explique, a posteriori, l’arbitraire signalé en B (ci-dessus), quant à l’association homophonique.

25Cet arbitraire est réduit par l’explicitation des exemples, à laquelle se livre Tabourot, restituant le contexte situationnel en constituant une véritable pragmatique du discours cité.

Un Quidam irrité contre sa femme, la menaçoit de battre à grands coups : à quoy ceste femme ne faisoit autre response sinon, Par le bas mon amy, par le bas. Dont estant reprinse des voisins, qui luy remonstroient, qu’elle aigrissoit d’avantage son mary, & qu’il ne falloit pas ainsi superbement parler à luy : Elle se excusa, & dit qu’elle ne vouloit pas le faire taire : que son intention estoit seulement de luy dire, qu’il la devoit battre par le bas. Dont le mary, qui n’estoit pas des plus courroucez, se prit le premier à rire (p. 31, B-C).

Le Dieu des Medecins s’appelle Esculape, non pas de l’equivoque de ce cul hape, mais, d’escu hape, pource que les Medecins pinsent volontiers (p. 34, H).

Un Juge Royal disoit un jour en une remonstrance à ceux de son Siege, adressant son propos aux Advocats, dit qu’on les appeloit ainsi : Parce, dit-il, que vous devez diligemment penser à vos cas. O l’excellente Etymologie ! (p. 36, C).

26La narration et le commentaire de l’auteur contribuent à convertir le « contexte situationnel » en contexte, voire en co-texte. Ainsi explicité, c’est-à-dire extrait d’un contexte situationnel particulier, commenté, le calembour perd sa dimension de « plaisir solitaire » pour devenir « plaisir socialisé », voire légitimé par la qualité de l’auteur, et la perspective typologique de son propos.

  • 12 « Dont qui voudrait avoir des exemples, ils sont rares és Grecs & Latins, & vulgaires és anciens P (...)

27C’est là une autre différence essentielle par rapport à la syllepse, mais de nature sociologique – ou sociolinguistique. Le repérage d’une syllepse par les lecteurs d’un texte publié, et généralement « consacré », est marquée de façon discrète par le texte lui-même, et se partage entre initiés (d’abord) : il s’agit en effet de connaître et de maîtriser la langue. Repérer un calembour consiste plutôt à s’abstraire de la signification (voire à l’ignorer), sans que le texte ou le discours comporte de marques, même discrètes, et selon une perspective ludique (de la part du lecteur ou de l’auditeur). Dans le discours oral, la syllepse est aussi marquée, voire développée (filée) : la connivence avec l’auditoire s’en trouve renforcée. Le calembour procède différemment car il est d’abord une activité individuelle de réception, ce en quoi il se voit attribuer des interprétations « défoulatoires » de la chaîne signifiante, dont l’auditeur extrait une séquence aléatoire : les allusions sexuelles et la satire, que le « bon usage » proscrit. La question à laquelle s’était attaché Tabourot était de donner une légitimité savante à la « gaillardise » et à la « discretion », c’est-à-dire qu’il s’agissait pour lui de donner ses lettres de noblesse à un usage du langage qu’il n’avait guère constaté chez les auteurs latins, qui était pratiqué en France dans toutes les couches de la population, mais qui n’avait pas été examiné12.

28L’intention de l’émetteur est aussi prise en compte par Tabourot, selon qu’elle existe ou non. L’intention est explicitée par l’émetteur (p. 31, B-C), ou parce que les « récepteurs » partagent (ou croient partager) l’univers de discours second autorisant le calembour :

Las ! Mon enfant, ton pere nous a piteusement dit adieu : Helas ! Quel congé, quel congé, c’est pour jamais, mon Dieu, quel grand congé ! [...] De sorte que plusieurs, qui cognoissoient l’humeur de la pelerine, affermoient qu’elle avait sciemment exclamé sur [...] con j’ay, au lieu de congé (p. 31, F-G).

29Il est vrai que « la pelerine », nouvelle veuve, répète la séquence qui fait l’objet du calembour, mais la situation (on porte son mari en terre) pourrait tout aussi bien expliquer cette répétition. Tabourot relate donc, outre la désignation de la veuve en tant que « pèlerine », qu’en criant ainsi elle « frappoit de ses mains sur son ventre ». Pour l’exemple de la page 36, C (sur avocat/à vos cas), émetteur et récepteurs partagent le même univers de discours. Le commentaire de Tabourot, lui-même juriste, « O l’excellente Etymologie ! » est destiné à créer une connivence avec le lecteur, à lui faire partager l’univers de discours expliquant le calembour.

30Ainsi, le calembour provoque la collision de deux univers de discours, ou, dans l’exemple de la veuve, de deux univers de référence, habituellement distincts. Dans son aspect ludique et satirique, et même dans sa dimension individuelle, le calembour est le véritable jeu de mots, associant arbitrairement deux séquences signifiantes.

31L’intérêt des Bigarrures apparaît dès lors plus nettement, a) Cet ouvrage se situe dans la lignée idéologique de La Pléiade : faire de la langue française une langue dont la dignité égale celle du latin.

32Le refus du terme de calembour, d’origine médiévale, au profit de celui d’équivoque, calque de l’adjectif latin æquivocus participe de cette intention, b) Cet ouvrage concrétise aussi, parmi d’autres, la prise en compte de la langue française, parfois dans ses variantes régionales, même si les jugements normatifs résultent d’un parti pris certain, c) Mais cet ouvrage a surtout le mérite de s’attacher à la description d’une pratique langagière marginale en apparence. Marginale par son aspect individuel, par sa dimension défoulatoire – ce qui l’a certainement cantonnée à l’oralité (bien que cette dernière caractéristique soit un indice de vitalité). Marginale aussi, du point de vue linguistique, parce qu’elle relève de la réception (mettant à mal la position de l’émetteur, et de l’auteur), qu’elle se clôt sur le récepteur, qui redécoupe la chaîne signifiante à son gré. Double exercice de la liberté du récepteur, d) Cependant Tabourot poursuit un but paradoxal. En expliquant les équivoques/calembours, Tabourot en modifie quelque peu le fonctionnement.

33Le contexte situationnel est restitué par un récit. Adressé au lecteur, le récit crée un espace d’interprétation et de connivence entre l’auteur et le lecteur (alléché par la promesse de « gaillardise »). Cet espace permet un double transfert du calembour : de l’oralité à l’écrit, et, par la socialisation qu’opère l’écrit, le calembour abandonne sa dimension individuelle. Énoncé, expliqué ou commenté, le calembour garde certes sa « gaillardise », mais il devient en même temps un objet d’examen (d’où notamment la typologie proposée par Tabourot) : faut-il voir là une transposition de la double entente qui caractérise le calembour ? L’auteur lui-même peut tenir un docte propos sur des propos « gaillards », qu’il cite si abondamment qu’il semble y prendre autant de plaisir que les lecteurs.

Les « espèces » du calembour, selon Tabourot

34Association de deux séquences signifiantes, l’équivoque prend des formes variées, selon la nature des séquences signifiantes, ou selon le procédé qui les associe. Dans le premier cas de figure, Tabourot distingue les « Rebus » et les « mots coupez » ; dans le second, il distingue les « équivoques latin-françois », les « entend-trois », les « equivoques de la voix & prononciation », voire les « contrepeteries » et quelques « anagrammes ». Mais sa typologie descriptive ne distingue pas suffisamment les séquences signifiantes associées par le calembour, du moins selon nos critères.

35Ainsi, les « Rebus de Picardie », « equivoques de la peincture à la parole » (p. 6, D) sont un cas limite, dont l’affinité avec le calembour se pose encore. Soit l’exemple page 10, G, assez bref :

Un G d’or & un G d’argent, signifie de mesme, I’ay d’or, i’ay d’argent, car on prononce ié au lieu de i’ay.

36La différence entre le code graphique, voire pictural, et la séquence signifiante qui lui est associée semble distinguer le rébus du calembour. Toutefois la séquence graphique se lit par analogie avec une séquence signifiante écrite (même orientation, même déchiffrage oral). De plus, le calembour accepte aussi que les deux séquences signifiantes qu’il associe ne soient pas exactement identiques (mais nous ne pourrions fixer une limite à leur différence), même sur le plan phonétique. Ainsi le chapitre des équivoques comporte-t-il un calembour sur des habits « à la Tholosane » et « à la tour aux asnes » (cf. ci-après les équivoques « de la voix & prononciation »). Le chapitre sur les « mots coupez » relève aussi du calembour par altération d’une séquence signifiante, et par association de deux séquences relevant de codes différents :

Ie viendray maintenant aux mots coupez, & commenceray sur l’interpretation d’un Proverbe vulgaire, pourquoy lon dit, Moustarde de Dijon. [...] la devise [...] estait, Mont me tarde. Mais comme ceste devise estait en rouleau [...] Plusieurs qui la voyent, mesme les François, ne prenant garde au mot de me, ou dissimulant de le voir, par envie, allèrent dire qu’il y avoit, moustarde, et que c’estoit la troupe des moustardiers de Dijon (pp. 37, E ; 38, G-H).

37L’altération peut aussi résulter de régionalismes dans la prononciation, témoin cet exemple tiré du chapitre des équivoques de la voix et prononciation :

[...] la Damoiselle de Montpelier, qui assistant au souppé d’une grande Princesse, qui se plaignoit de la fureur des gros vins de ce pays là, elle dit, Certes, Madone, nous autres n’aven pas da questis petits vis blancs, mas ben de gros vis rouges. Dont certaines Demoiselles presentes, à qui l’eau en venoit à la bouche, ignorans que vi signifie vin en ce pays, disoient que la Damoiselle de Montpelier avoit raison, & qu’elles seraient bien de son advis (p. 89, D-E).

38Similaires sont nombre des « equivoques latins-françois », dont nous ne donnerons qu’un exemple.

En une consultation deux jeunes Advocats se debatans su l’interpretation d’un chapitre, Clerici, aux Decretales, qui estoit fort aisé, un vieil Advocat spectateur leur dit, messieurs, il n’est ja besoin du chapitre Clerici, car il fait bien cler icy : & en apres leur resolut bien aisément leur different (p. 45, F).

39L’ensemble des calembours mentionnés ici ont comme caractéristique commune d’associer deux séquences signifiantes issues de deux codes différents, langagiers ou non. Il s’agit d’une extension par rapport aux caractéristiques du calembour mentionnées dans la section précédente. Extension que Tabourot développe aussi, pour l’équivoque, quant à l’homophonie des séquences signifiantes, qui peut être partielle. Le cas des « Contrepeteries » est à cet égard révélateur. Tabourot explique d’abord pourquoi elles sont assimilées aux équivoques : « De ceste inversion de mots, nos peres ont trouvé une ingenieuse & subtile invention, que les Courtisans anciennement appeloient des Equivoques ; ne voulant user du mot & jargon des bons compagnons, qui les appeloient des Contrepeteries : et n’entendant aussi ce mot Antistrophe, qu’ils estimoient estre le langage inventé de quelque Lifrelofre » (p. 96, B-C). Malgré plusieurs références à Rabelais, les contrepèteries ne seraient assimilables aux équivoques que pour des raisons de bienséance et de clarté. Mais elles se distinguent aussi de l’équivoque en ce qu’elles sont une création, une manipulation consciente, de la part d’un locuteur : « l’invention desquelles consiste à trouver deux mots, les premieres lettres desquelles eschangees, leur donnent une diverse signification, puis tu jugeras facilement s’il s’y trouvera un bon sens » (p. 96, E). Cette opération, volontaire de la part du locuteur, est signalée explicitement : « Femme folle à la Messe, est volontiers molle à la fesse » (p. 97, D, attribué à Rabelais). Sinon, Tabourot signale qu’il s’agit de s’exprimer « par mots couverts », notamment dans le cas d’activités peu licites (p. 98, E) :

Il y avoit une certaine hostelliere des Faucons, qui par mots couverts estait la macquerelle de ses hostes, qu’elle voyoit crians du fond, friands du C. Car les allant visiter en leur chambre, avec une ieune chambriere, pendant qu’elle envoyoit au loin le serviteur ferir un cagot, querir un fagot, elle leur disoit, monstrant ceste fille, Monsieur, goustez ceste farce, fou. ceste garce. Quoy dit, elle les laissoit seuls.

  • 13 « Et faut bien adviser que l’orthographe y soit bien observé, si ce n’est que pour l’excellence de (...)

40Tabourot explicite systématiquement les contrepèteries, découvrant les « mots couverts », en une démarche analogue à celle employée pour les équivoques, mais procédant par simple juxtaposition, sans explication. Nous n’évoquerons guère les anagrammes, pour lesquels il n’y a plus d’homophonie du tout, au point que Tabourot juge nécessaire de respecter scrupuleusement l’orthographe13.

41Plus proches de la syllepse semblent les équivoques par « amphibologie » nommées « Entend-trois », car elles prendraient en compte la polysémie : « les Philosophes ont dit & iugé tous les mots du monde estre subiets à diverses interpretations » (p. 52, E). Mais ce type d’équivoque diffère profondément de la syllepse, témoins ces deux exemples, parmi d’autres.

Lon use en France ordinairement à la fin des missives, de ces mots, De vostre maison de Paris, etc. Ce qu’un certain voulut un iour prendre à bon escient, disant à un bon personnage qu’il trouva en sa maison, Or sus, ceste maison est mienne, vous me l’avez ainsi asseuré par vos lettres (p. 57, D).

Un autre, à l’issue du Conseil, priant un de ses Collegues à disner, assez froidement : L’invité luy respondit, Ie vous prierois moy-mesme, mais ie croy que ie n’ay rien de bon. Le serviteur qui les suyvoit, sans estre interrogué, luy dit : Pardonnez moy, Monsieur, vous avez une teste de veau (p. 58, D).

42La confusion avec la syllepse est impossible, dans la mesure où, pour ces deux exemples, l’ambiguïté relève de la situation (d’une dimension pragmatique), et non de la polysémie d’un terme. D’autre part, l’entend-trois relève uniquement du récepteur, dans une situation donnée où il doit réagir : « quand quelqu’un feint de ne pas entendre ce que lon luy propose, & respond d’autre, on dit qu’il fait de l’Entend-trois » (p. 52, D). Enfin, l’entend-trois joue aussi sur l’homophonie, voire l’homonymie :

Un Cordelier se trouvant en une troupe de Damoiselles, fut invité à son tour de dire un petit conte. Mais il fit response à celle qui parloit à luy ; Madmoiselle, ie ne sçaurois faire un Conte : mais si vous voulez, ie feray bien un petit Cordelier (p. 59, F).

43La distinction graphique entre « comte » (titre nobiliaire), « conte » (récit oral), et « compte » (relation précise et notamment chiffrée) n’est pas fermement établie au xvie siècle. Il est toutefois vraisemblable de postuler que « comte » et « conte » sont perçus comme deux homonymes et non comme un polysème : nous sommes bien encore, pour l’entend-trois, dans le procédé du calembour.

Esquisses pour une conclusion

44La syllepse et le calembour se distinguent nettement, malgré un point de contact, lorsqu’il y a ambiguïté concernant un « mot » ou une « expression », dont le statut d’homophones ou de polysèmes est ambigu. Prenons un exemple souvent cité pour la définition de la syllepse par les linguistes : « les toilettes des dames ». Il ne devrait pas s’agir d’une syllepse car en synchronie il y a seulement homophonie entre les « lieux d’aisance » et « la vêture ». Il s’agirait plutôt d’un calembour, d’autant qu’il met en œuvre un syntagme et non un « mot ». En effet, la syllepse opère par une réactivation de la polysémie d’un terme, pour une occurrence donnée, en discours, où la polysémie est normalement inhibée par un contexte (co-texte) désambiguïsant. Cette réactivation est le plus souvent marquée par l’émetteur, dans la visée d’ajouter une dimension interprétative supplémentaire à son énoncé. C’est pourquoi on trouvera plus facilement des syllepses dans des textes, obéissant à des contraintes formelles fortes, ou à des contraintes d’un autre ordre (censure, officielle ou non). La réception d’une syllepse suppose une lecture seconde, qui procède d’abord du déchiffrement des indices de sa présence, et de la lecture (décodage) de celle-ci, de sa finalité. Elle conduit en général à une perception plus riche de la signification du texte, mais nécessite une compétence interprétative certaine.

45Le calembour procède au départ du décodage par le récepteur d’un oral ou d’un écrit moins socialement normé. Il se fonde principalement sur l’homophonie (même partielle) de séquences signifiantes, indépendamment de leur statut langagier. Le récepteur est ici particulièrement actif, décodant à son gré, et indépendamment de la signification globale du message (dont il s’écarte, s’abstrait). Si le calembour est une irréductible affirmation de liberté par rapport au message « imposé » dans sa continuité et sa cohérence, à laquelle il oppose du discontinu et de l’incohérent (et de la « gaillardise »), il comporte un profond paradoxe dès lors qu’il sort de l’ombre (de la « discretion »), et qu’il s’agit de l’expliciter et de le socialiser.

46Le paradoxe a été en partie résolu du point de vue sociologique. Au calembour l’expression de la satire et de la « gaillardise », en révolte contre la signification « normale » des messages ; à la syllepse le statut de trope. Ainsi deux modes d’interprétation se trouvent-ils pris en compte, mais l’un frappé d’opprobre, l’autre valorisé. Il y aurait là matière à investigation sur les rapports entre émetteurs (écrivants, écrivains, orateurs...) et récepteurs (publics, lecteurs, critiques...). Mais il faut relativiser l’importance sociolinguistique de cette distinction, à partir de sa dimension historique et, sous-jacente, linguistique. Pour esquisser la problématique historique métalinguistique, l’on se doit de se rappeler que la pratique de la syllepse existait bien avant qu’elle ne fût nommée en tant que telle. La pratique du calembour, plus tôt identifiée et nommée, a fait l’objet, par l’ouvrage notamment de Tabourot, d’une typologie et d’une dénomination savante : « équivoque » (attestée encore à titre posthume par le TLF, au sens A). Savoir comment et pourquoi « Les Bigarrures » influencèrent la redéfinition du calembour nécessiterait une enquête fructueuse.

47Histoire et linguistique interfèrent cependant dans la dénomination des deux « figures ». La période préclassique a vu, grâce à l’imprimerie, s’établir progressivement une transcription normée (et normative) de la pratique langagière. Les normes graphématiques de cette transcription (qui existaient auparavant, mais avec plus de souplesse) ont fait prendre conscience (en un mouvement qui n’était que partiellement conscient) de la distinction entre le plan du signifiant oral individuel, dans sa polyvalence phonique, et le plan de sa transcription « nationale » (pour diffusion). Le plan du signifiant, dans sa transposition par l’écrit imprimé, devenait une norme, alors que les pratiques orales (accents, modes de prononciation régionaux...) perduraient dans une variété qui n’empêchait pas l’intercompréhension (la communication langagière). Ainsi peut-on comprendre l’attention apportée par Tabourot au plan du signifiant dans sa transcription entre oral et écrit, et entre pratiques orales différentes de la même langue naturelle. Cette prise de conscience du plan du signifiant comme distinct du plan du signifié trouvera environ deux siècles plus tard son aboutissement dans la définition de la syllepse.

Notes

1 Le terme de « syllepse » désignera uniquement la « syllepse oratoire » définie par Dumarsais et Fontanier, et citée par le TLF (cf. infra).

2 La rubrique historique à la fin de l’article donne la date de 1730, Dumarsais, dans Littré.

3 L’on notera qu’il correspond aussi à la pratique lexicographique qui distingue, pour un polysème, certaines des acceptions « par métonymie », ou « par métaphore », à partir d’un « sens propre ».

4 Subst. 1. mil. xiiie s. (Huon le Roi, Li Abecès par ekivoche, éd. A. Långfors, titre) ; 2. 1648 « caractère de ce qui prête à des interprétations diverses » (Pascal, Lettre ù Jacqueline, 26 janv. ds Littré). Empr. au b. lat. tardif æquivocus « à double sens » [Le premier sens mentionné ci-dessus, correspond à la rubrique C du TLF].

5 La Logique ou l’Art de penser, 1662, partie 1, chap. 5, pp. 60-61.

6 L’emploi péjoratif a été volontairement écarté du corps de notre étude : « Péj. Mauvais jeu de mots. Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole (Hugo, Les Misérables, t. 1,1862, p. 171) ».

7 Mais « pèlerine » au sens de voyageuse ou de femme effectuant un pèlerinage ne semble guère attesté au xviie siècle.

8 Sous réserve de vérifications dans l’usage oral, mais « crever » ne s’emploie guère, semble-t-il, dans le cas du cancer ou d’autres maladies longues et fatales.

9 Édition J. Jolliffe, Genève, Droz, coll. « Textes Littéraires Français », 1979, p. 158.

10 Le terme est en partie impropre ; disons qu’il s’agit de désigner ainsi les auteurs d’ouvrages consacrés principalement à la langue française, les auteurs fussent-ils polygraphes, et ces ouvrages relevassent-ils aussi bien de la rhétorique, de la métrique... La distinction entre les différents domaines conceptuels diffère entre auteurs préclassiques et auteurs classiques.

11 Estienne Tabourot, Les Bigarrures du Seigneur des Accords, Premier livre, fac-similé de l’édition de 1588, notes et variantes par Francis Goyet, Genève, Droz, coll. « Textes Littéraires Français », 1986.

12 « Dont qui voudrait avoir des exemples, ils sont rares és Grecs & Latins, & vulgaires és anciens Poëtes François » (p. 29, G). Les exemples donnés mettent en scène toutes les couches de la population, des lavandières au roi.

13 « Et faut bien adviser que l’orthographe y soit bien observé, si ce n’est que pour l’excellence de quelqu’un, on se puisse dispenser de ceste reigle » (p. 102, E).

Auteur

CELL-GRAC UMR 5037

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540