Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Grammaire et rhétorique : de la syllepse grammaticale à la syllepse de sens

Syllepse, synthèse et ellipse dans L’Encyclopédie : de Du Marsais à Nicolas Beauzée

Jean-Michel Gouvard

Texte intégral

  • 1 Je remercie Jacques-Philippe Saint-Gérand pour ses conseils.

1Lorsqu’ils conçurent le projet de l’Encyclopédie, Diderot et d’Alembert confièrent à Du Marsais la rédaction des articles de grammaire et de rhétorique1. Malheureusement, l’auteur du célèbre Essai sur les préjugés décéda en 1756, à l’âge de quatre-vingts ans, et laissa le travail inachevé, à la lettre « G ». Les maîtres d’œuvre de l’Encyclopédie demandèrent alors à Nicolas Beauzée de prendre la relève. Le principe même du Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers impliquant le renvoi d’un article à l’autre, afin d’éviter les redites et les développements superfétatoires, Beauzée fut amené plus d’une fois à prendre position par rapport aux conceptions de son aîné, lesquelles ne s’accordaient pas toujours avec les siennes, et de nombreux articles rédigés de sa main ont gardé trace de ces ajustements et de ces critiques.

2À travers l’étude comparée des contributions des deux auteurs sur la « syllepse » et les notions qui lui sont corrélées (« synthèse », « ellipse », « métaphore », « concordance », « identité », « trope », « figure de construction »), l’objet de cette étude est, d’une part, de déterminer la nature des représentations attachées à ce terme vers le milieu du xviiie siècle, aussi bien dans le champ de la rhétorique que dans celui de la grammaire, et, d’autre part, de montrer ce que les propositions de Beauzée ont apporté de nouveau sur le sujet, du point de vue de l’histoire des idées.

« Syllepse » et « syllepse oratoire » chez Beauzée et Du Marsais

La syllepse comme « trope »

  • 2 Dans toutes les citations, l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées. Les italiques sont (...)
  • 3 Dans la classification en usage à cette époque, les figures sont encore partagées, sur le modèle c (...)
  • 4 Dans l’article Figure de l’Encyclopédie (1756 : 719a sq.), Du Marsais reprend les mêmes éléments q (...)

3Beauzée, dans l’article Syllepse de l’Encyclopédie, définit la notion comme suit2 : « La syllepse est [...] un trope3 au moyen duquel le même mot est pris en deux sens différents dans la même phrase, d’une part dans le sens propre, et de l’autre dans un sens figuré » (1765 : 719a). Pour illustrer cette définition, il reprend in extenso les exemples donnés par Du Marsais dans son Traité des tropes (1730)4 :

Corydon dit que Galathée est pour lui plus douce que le thym du mont Hybla ; Galathæa thymo mihi dulcior Hyblæ, Virg. ecl. vij. 37, le mot doux est au propre par rapport au thym, et il est au figuré par rapport à l’impression que ce berger dit que Galathée fait sur lui. Virgile fait dire ensuite à un autre berger ; ibid. 41 Ego Sardoïs videur tibi amarior herbis, (quoique je te paraisse plus amer que les herbes de Sardaigne, etc.) Nos bergers disent, plus aigre qu’un citron vert.
Pyrrhus, fils d’Achille, l’un des principaux chef des Grecs, et qui eut le plus de part à l’embrasement de la ville de Troie, s’exprime en ces termes dans l’une des plus belles pièces de Racine : Andromaq. Act. I sc. jv  :
Je souffre tous les maux que j’ai faits devant Troie ;
Vaincu, chargé de fers, de regrets consumé,
Brûlé de plus de feux que je n’en allumai
Brûlé est au propre, par rapport aux feux que Pyrrhus alluma dans la ville de Troie, et il est au figuré, par rapport à la passion violente que Pyrrhus dit qu’il ressentait pour Andromaque (1970 [1730] : 127-8).

  • 5 Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, dans l’article Trope (1765 : 698b sq.), Beauzée donne c (...)

4Toutefois, Beauzée n’a retenu que les illustrations de Du Marsais, et non pas sa définition5, que voici : « xi. La Syllepse Oratoire : La syllepse oratoire est une espèce de métaphore ou de comparaison, par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase, l’un au propre, l’autre au figuré » (Du Marsais 1730 : 151). On notera une première différence sur le plan terminologique : là où Beauzée parle de « syllepse », Du Marsais parlait en 1730 de « syllepse oratoire ». Nous verrons plus loin pourquoi. D’un point de vue conceptuel, Beauzée n’a pas souhaité assimiler, comme l’avait fait son prédécesseur, la syllepse à « une espèce de métaphore ou de comparaison ».

« Syllepse », « métaphore » et « tournure comparative »

5Commençons par élucider, chez Du Marsais, l’identification de la « syllepse oratoire » à un cas particulier de métaphore. Cette dernière est définie comme suit dans le Traité des tropes :

La métaphore est une figure par laquelle on transporte, pour ainsi dire, la signification propre d’un mot à une autre signification qui ne lui convient qu’en vertu d’une comparaison qui est dans l’esprit. Un mot pris dans un sens métaphorique perd sa signification propre, et en prend une nouvelle qui ne se présente à l’esprit que par la comparaison que l’on fait entre le sens propre de ce mot, et ce qu’on lui compare [...]. Quand on dit la lumière de l’esprit, ce mot de lumière est pris métaphoriquement ; car, comme la lumière dans le sens propre nous fait voir les objets corporels, de même la faculté de connaître et d’apercevoir éclaire l’esprit, et le met en état de porter des jugements sains.
La métaphore est donc une espèce de Trope ; le mot dont on se sert dans la métaphore est pris dans un autre sens que dans le sens propre (1970 [1730] : 112-4).

6La syllepse oratoire offre, pour un même mot ou une même expression, deux sens co-occurents (propre et figuré). La métaphore s’en distingue en ce que le mot ou l’expression concerné se voit associer un seul sens, le sens figuré. Mais, pour trouver ce sens « autre », il convient de connaître et d’avoir présent à l’esprit le sens propre de ce mot ou de cette expression. Ainsi, qu’il s’agisse de la métaphore ou de la syllepse, le locuteur établit une analogie (une « comparaison », dirait Du Marsais) entre deux ordres de réalités. De là vient l’idée que la syllepse « oratoire » est un cas particulier de métaphore, une métaphore dont le sens propre serait convoqué dans l’énoncé en même temps que le sens figuré.

  • 6 Sur la « grammaire générale », de Port-Royal à Beauzée, consulter Dominicy 1984, Pariente 1985, Au (...)

7Pourquoi Beauzée ne suit-il pas Du Marsais sur ce terrain ? Pour le comprendre, il convient de prêter attention aux critiques que, dans l’article Syllepse, l’auteur formule à l’encontre de son aîné. Beauzée estime en effet que l’étude de Du Marsais dans le Traité des tropes ne répond pas à la démarche qu’il convient d’adopter lorsqu’on est un grammairien : son étude « aurait pu devenir plus utile, s’il avait assigné les cas où la syllepse peut avoir lieu, et qu’il eût fixé l’analyse des phrases elliptiques » (1765 : 719b). De son point de vue, il ne suffit pas d’inventorier les phénomènes d’une langue donnée ; il convient également de chercher à les caractériser par des « règles » ou des « propriétés » formelles spécifiques6. Pour combler cette lacune, Beauzée propose la caractérisation suivante :

Il me semble que ce trope n’est d’usage que dans les phrases explicitement comparatives, de quelque nature que soit le rapport énoncé par la comparaison, ou d’égalité, ou de supériorité, ou d’infériorité : brûlé d’autant de feux que j’en allumai, ou de plus de feux, ou de moins de feux que je n’en allumai (1765 : 719b).

8Le terme de « comparaison » ne renvoie plus à l’idée d’analogie, comme c’était le cas chez Du Marsais, mais à un type de construction syntaxique bien défini, les constructions dites « comparatives ». Partant de là, le point nodal de la syllepse n’est pas l’association, considérée pour elle-même, d’un sens propre et d’un sens figuré, mais la synthèse de ces deux significations par le biais d’une tournure comparative. Ou, pour le dire autrement, ce n’est pas la création sémantique d’un « sens figuré » en soi, co-occurrent au sens propre, qui est le moteur du trope, mais la réalisation d’une tournure comparative qui convoque les deux sens préexistants de ce mot.

9La syllepse n’est donc possible que si le sens figuré engagé dans la construction est déjà lexicalisé :

Il suit de là que la syllepse ne peut avoir lieu que quand le sens figuré que l’on associe au sens propre est autorisé par l’usage dans les occurrences où il n’y a pas de syllepse. C’est ainsi que feux est de mise dans l’exemple de Racine, parce qu’indépendamment de toute comparaison on peut dire par métaphore, les feux de l’amour (id.).

  • 7 Sur les métaphores « vives », « semi-lexicalisées » et « lexicalisées », consulter Gouvard 1995 et (...)

10L’apparition du terme « métaphore » sous la plume de Beauzée ne doit pas être mal entendue. L’auteur ne vise ici que les métaphores figées, ou « mortes », et non les métaphores « vives », pour reprendre la dénomination (métaphorique...) bien connue de Paul Ricœur7. Si la signification métaphorique n’a pas été intégrée au lexique de la langue, la syllepse ne peut être réalisée.

11Beauzée ira même encore plus loin dans ce que l’on serait tenté d’appeler la réduction de la dimension créative de la métaphore, puisqu’il suggère à la fin de l’article Syllepse que le sens figuré lexicalisé engagé dans une phrase sylleptique n’est pas toujours d’origine métaphorique :

M. du Marsais semble insinuer que le sens figuré que la syllepse réunit au sens propre est toujours une métaphore. Il me semble pourtant qu’il y a une vraie syllepse dans la phrase latine, Nerone neronior ipso, et dans ce vers français, Plus Mars que le Mars de la Thrace ; puisque Nero d’une part et Mars de l’autre sont pris dans deux sens différents : or le sens figuré de ces mots n’est point une métaphore ; c’est une antonomase ; ce sont des noms propres employés pour des noms appellatifs. Je dis que dans ces exemples il y a syllepse, quoique le mot pris à double sens soit exprimé deux fois : c’est que s’il n’est pas répété dans les exemples ordinaires, il est sous-entendu, [...] et que l’ellipse n’est point nécessaire à la constitution de la syllepse (id.).

  • 8 Étant donné que « dans la synecdoque, on fait concevoir à l’esprit plus ou moins que le mot dont o (...)

12La définition de la syllepse s’enrichit donc ici de deux traits complémentaires, tous deux absents dans la présentation que Du Marsais avait donnée de la notion : (i) la construction comparative peut s’établir sur une autre base que la métaphore ; (ii) définir la syllepse comme une tournure dans laquelle « le même mot est pris en deux sens différents dans la même phrase » (voir p. 78) ne signifie pas nécessairement que ce « même mot » ne peut pas connaître deux occurrences. Qu’il soit répété ou non, le mot est bien « le même ». En associant la syllepse à « une espèce de métaphore ou de comparaison », Du Marsais ne pouvait songer à intégrer à la notion de syllepse l’antonomase, qu’il analyse pour sa part, suivant en cela l’héritage classique, comme « une espèce de synecdoque » (1970 [1730] : 98)8.

13Au terme de cet examen, on s’aperçoit que la « syllepse oratoire » de Du Marsais et la « syllepse » de Beauzée ne diffèrent pas seulement dans les termes. Alors que l’auteur du Traité des tropes ne fait que proposer une typologie descriptive des figures, focalisée sur l’effet de sens qu’elles produisent, son cadet assimile la syllepse à une tournure comparative où deux sens concurrents d’un même terme sont convoqués, tentant ainsi d’en définir les propriétés linguistiques générales.

« Synthèse » et « Syllepse » chez Beauzée et Du Marsais

14Parallèlement à la syllepse rhétorique, les écrits des deux auteurs traitent tous deux de la syllepse grammaticale. Chez Du Marsais, la première est dénommée « syllepse oratoire » dans son Traité de tropes de 1730, et « syllepse » dans ses articles pour l’Encyclopédie ; tandis qu’il appelle la seconde « syllepse » en 1730 et « syllepse ou synthèse » dans les années 1750. Beauzée, pour sa part, se refuse à employer « syllepse » pour la syllepse grammaticale, et lui préfère toujours « synthèse », ainsi qu’il l’explique à la fin de l’article Syllepse :

Il y a aussi une figure de construction que les grammairiens appellent syllepse ou synthèse. Mais comme il me semble dangereux, pour la clarté de l’enseignement, de donner à un même mot technique des sens différents, je n’adopte, pour nommer la figure dont il s’agit, que le nom synthèse, et c’est sous ce nom que j’en parlerai (1765 : 719b).

15et dans les toutes premières lignes de l’article Synthèse :

Synthèse, s.f. (Grammaire) c’est une figure de construction que les grammairiens appellent encore et même plus communément syllepse : mais comme il y a un trope particulier qui a déjà le nom de syllepse, et qu’il peut être nuisible à la clarté de l’enseignement de désigner par le même nom des objets totalement différents, ainsi que je l’ai déjà remarqué sous ce mot ; je donne uniquement le nom de synthèse à la figure dont il est ici question (1765 : 764a).

16C’est à cette figure que nous allons désormais nous intéresser, afin de déterminer dans quelle mesure elle a pu jouer pour la description de la syllepse comme trope, ne serait-ce que par différenciation.

La « synthèse » ou « syllepse » comme « figure de construction »

  • 9 Beauzée développera une argumentation similaire à celle exposée ci-dessous dans sa Grammaire génér (...)
  • 10 Du Marsais lui-même n’en donne d’ailleurs aucun exemple, et aucun grammairien n’en a relevé. Il s’ (...)

17Dans l’article Synthèse de l’Encyclopédie9, Beauzée commence par classer la synthèse dans la catégorie des figures de construction (voir supra la dernière citation p. 81), puis il en propose une définition en citant in extenso celle fournie par Du Marsais à l’article Figure : « (cette figure) sert lorsqu’au lieu de construire les mots selon les règles ordinaires du nombre, des genres, des cas, on en fait la construction relativement à la pensée que l’on a dans l’esprit ; en un mot [...] lorsqu’on fait la construction selon le sens, et non pas selon les mots » (1765 : 764a). Beauzée explicite cette définition, en reprenant et commentant des exemples traditionnels, empruntés aux auteurs latins. S’agissant du genre, il y a construction relativement à la pensée dans un énoncé tel que : daret ut catenis fatale monstrum, quæ generosius perire quaerens (Horace). Le relatif quae est au féminin, alors qu’il anaphorise le neutre monstrum. Ceci tient à ce que la représentation sémantique associée est en fait Cléopâtre. Pour la synthèse dans le nombre, le grammairien donne comme exemple : missi, magnis de rebus uterque , legati (id.), où uterque (« chacun des deux ») est corrélé à un pluriel, mais est au singulier, car le distributif induit dans l’esprit une représentation singulière. Enfin, pour une synthèse conjuguée dans le genre et le nombre, Beauzée commente un extrait de Salluste : pars in carcerem acti , pars bestiis objecte Alors que le nom pars est au féminin singulier, les formes verbales acti et objecti sont au masculin pluriel. C’est donc en fonction de la représentation collective sous jacente que se fait l’accord, et non relativement aux paramètres propres à l’extracteur pars. Beauzée termine l’examen des exemples en soulignant qu’il n’existe pas de synthèse s’agissant des cas, et que Du Marsais n’a associé ce critère au genre et au nombre que par mégarde10.

18Mais s’il adopte dans un premier temps une perspective relativement traditionnelle, Beauzée poursuit sa réflexion en revisitant la notion, tout comme il l’a fait pour celle de « syllepse ». Pour lui, la synthèse « n’est qu’une sorte d’ellipse » (1765 : 764a), ainsi qu’il se propose de le démontrer par l’argumentation suivante :

Reprenons en effet les exemples de synthèse cités plus haut ; et l’on va voir que par de simples suppléments d’ellipse ils vont rentrer dans les règles, et de la construction analytique, et de la syntaxe usuelle. La première se réduit à ceci, daret ut catenis Cleopatram, fatale monstrum, quæ etc. On voit que fatale monstrum est ajouté à l’idée de Cleopatram, qui était tout à la fois sous-entendu et désigné par le genre de quæ qui rentre par là dans les vues de la concordance. Le second exemple se construit ainsi : missi legati, et uterque legatus missus de magnis rebus, cela est évident et satisfaisant. Enfin quand Salluste a écrit pars in carcerem acti, pars bestiis objecti, c’est comme s’il avait dit : divisi sunt in duas partes ; ii, qui sunt prima pars, in carcerem acti sunt ; ii, qui sunt altera pars, bestiis objecti (1765 : 764a-b).

19Or, comme le fait observer l’auteur, « si l’on peut par l’ellipse rendre raison de toutes les phrases que l’on rapporte à la synthèse, il est inutile d’imaginer une autre figure » (id.). Ainsi, l’étude de la synthèse nous renvoie-t-elle à celle de l’ellipse, qui est elle aussi une figure de construction. Le phénomène est d’autant plus intéressant que nous retrouvons là une notion que Beauzée avait déjà convoquée pour rendre compte des syllepses (rhétoriques) les plus communes, celles où une seule occurrence de mot active simultanément un sens propre et un sens figuré (voir p. 78). Nous sommes donc en droit de nous demander pourquoi l’ellipse intervient ainsi dans les réflexions de Beauzée sur la syllepse et la synthèse, et si elle constitue un point d’intersection entre les deux notions ou non. Nous ne pourrons répondre à cette question qu’en élucidant les enjeux linguistiques qui lui sont attachés et, pour ce faire, nous commencerons par examiner la notion plus générale de « construction ».

La « construction » et les « figures de construction »

20Beauzée renvoie de nombreuses fois, dans ses articles, à l’entrée Construction, rédigée en 1754 par Du Marsais. L’auteur du Traité y définit la construction comme « l’arrangement des mots dans le discours » (1754 : 73a). La notion doit être distinguée de la « syntaxe », « qui donne la connaissance des signes établis dans une langue pour exciter un sens dans l’esprit » (id.). Les valeurs de ces signes ne changent pas selon les constructions, et c’est même grâce à ces valeurs que chaque construction, c’est-à-dire chaque « arrangement des mots dans le discours », peut-être interprétée. Ainsi, si nous considérons les énoncés accepi litteras tuas, tuas accepi litteras et litteras accepi tuas, nous avons trois constructions différentes, mais une seule syntaxe, « car dans chacune de ces constructions il y a les mêmes signes des rapports que les mots ont entre eux » (id.).

  • 11 La « construction usuelle » correspond à « l’arrangement des mots qui est en usage dans les livres (...)

21Du Marsais distingue trois sortes de construction : la construction simple, la construction figurée et la construction usuelle. Seules les deux premières retiendront notre attention11.

La « construction simple »

  • 12 Voir les références de la note 6, ainsi que Gouvard 1996 : 232-237 et 2000 : 20-27.
  • 13 Comme le signale Du Marsais lui-même, cette définition reprend des propos de Saint-Augustin : « in (...)
  • 14 Voir Gouvard 2002.

22Le premier type de construction est dénommé « construction nécessaire », « significative », « énonciative », « simple » ou encore « naturelle » (id.). Pour bien comprendre ce que recouvre cette notion, il convient de rappeler en quelques mots la manière dont Du Marsais, encore dépositaire de l’héritage de Port-Royal, se représente les rapports entre pensée et langage12. Pour l’auteur du Traité des tropes, la pensée est une activité distincte de la faculté de langage, et commune à tous les hommes : « la pensée, tant qu’elle n’est que dans notre esprit, sans aucun égard à l’énonciation, n’a besoin ni de bouche, ni de langue, ni du son des syllabes ; elle n’est ni hébraïque, ni grecque, ni latine, ni barbare, elle n’est qu’à nous »13 (id.). L’expression de la pensée par le langage suppose donc une démarche en deux temps : (i) une analyse de la pensée en ses éléments discrets et des rapports existant entre eux ; (ii) une transcription de cette séquence analytique grâce aux signes propres à la langue considérée : « Dès qu’il s’agit de faire connaître aux autres les affections ou pensées singulières, [...] nous analysons, comme par instinct, notre pensée ; nous en rassemblons toutes les parties selon l’ordre de leurs rapports ; nous lions ces parties à des signes, [...] » (id. : 73b-74a). Comme le remarque l’auteur lui-même, cette conception explique la diversité des langues, tout en préservant l’idée d’une nature humaine universelle : « C’est de là que vient la différence des langues et celle des idiotismes ; parce que les hommes ne se servent pas des mêmes signes partout, et que le même fond de pensée peut-être analysé et exprimé en plus d’une manière » (id.). C’est sur cette base que s’est développée la Grammaire générale de Port-Royal, amorçant un courant que renouvellera Beauzée, et qui perdurera jusqu’à l’aube du xixe siècle, chez les Idéologues, et même un peu plus tard chez certains de leurs héritiers, y compris les saint-simoniens, aussi marginaux que soient ces derniers14. Si toutes les langues ont leur conformation propre, seuls quelques principes cognitifs fondamentaux sont néanmoins à l’œuvre derrière chacune d’elles, ainsi que le rappelle Du Marsais dans le même article : « il est vrai qu’il y a des différences dans les langues, [...] mais il y a uniformité en ce que partout la pensée qui est à énoncer est divisée par les mots qui en représentent les parties, et que ces parties ont des signes de leur relation » (id. : 75a), d’où il suit que : « dans toutes les langues du monde, il n’y a qu’une même manière nécessaire pour former un sens avec les mots : c’est l’ordre successif des relations qui se trouvent entre les mots » (id. : 74b). Un énoncé actualise donc une construction « simple » ou « naturelle » ou « nécessaire » lorsqu’il transcrit, dans les signes de la langue considérée, tous les éléments de la pensée et les rapports qui existent entre eux. En un mot, une construction simple est une transcription littérale de la pensée.

La « construction figurée »

23Du Marsais ne peut toutefois que constater que bien peu d’énoncés offrent des constructions simples telles que définies supra :

la vivacité de l’imagination, l’empressement à faire connaître ce qu’on pense, le concours des idées accessoires, l’harmonie, le nombre, le rythme, etc. font souvent que l’on supprime des mots, dont on se contente d’énoncer les corrélatifs. On interrompt l’ordre de l’analyse ; on donne aux mots une place ou une forme qui, au premier aspect, ne paraît pas être celle qu’on aurait dû leur donner (id. : 76a).

  • 15 Pour mémoire, il y a pléonasme « lorsqu’il y a dans la phrase quelque mot superflu qui pourrait en (...)

24Lorsqu’un tel phénomène se produit, on parle de construction figurée, en ceci que l’arrangement des mots dans le discours « prend une figure, une forme, qui n’est pas celle de la construction simple » (id.). Cependant, si les objets de la pensée et leurs relations ne sont pas tous traduits littéralement, « ils doivent toujours être aperçus, rectifiés ou suppléés » (id.). Ainsi, de même que le locuteur a dans l’esprit une pensée plus développée que celle traduite par les mots (la « figure », la « forme ») du discours, « celui qui lit ou qui écoute ne laisse pas d’entendre le sens de ce qu’on lui dit, parce que l’esprit rectifie l’irrégularité de l’énonciation, et place dans l’ordre de l’analyse les divers sens particuliers, et même le sens des mots qui ne sont pas exprimés » (id. : 76a ; italiques nôtres). Tout énoncé présentant une construction figurée peut donc être reformulé en un énoncé présentant une construction simple. Du Marsais recourt régulièrement à ce procédé pour mettre en évidence les propriétés de chacune des « six sortes de construction », qu’il s’attache à expliciter dans la suite du même article, et qui sont : (i) l’ellipse, (ii) le pléonasme, (iii) la « syllepse ou synthèse », (iv) l’hyperbate, (v) l’hellénisme, (vi) l’attraction. Nous nous intéresserons uniquement à l’ellipse et à la « syllepse ou synthèse »15, et nous verrons comment l’approche de Du Marsais a influencé l’analyse que Beauzée fera de la « syllepse » (comme trope) et de la « synthèse » (comme figure de construction), dix ans plus tard.

L’« ellipse » et la « syllepse » chez Du Marsais

25Du Marsais commence par examiner l’ellipse, qu’il définit comme une tournure où « quelque mot nécessaire pour réduire la phrase à la construction simple n’est pas exprimé » (id. : 76b). Il l’illustre dans un premier temps en analysant une formule latine :

Par exemple ne fus Minervam ; Minervam n’est à l’accusatif que parce que ceux qui entendent le sens de ce proverbe se rappellent aisément dans l’esprit le verbe doceat. [... ] Ainsi le sens est fus non doceat Minervam, qu’un cochon, qu’une bête, qu’un ignorant ne s’avise pas de vouloir donner des leçons à Minerve déesse de la science et des beaux arts (id.).

  • 16 Patru, Notes sur les remarques de Vaugelas (tome I, Paris, 1738, p. 291).

26À travers ce premier exemple, on voit comment raisonne Du Marsais : pour montrer que ne fus Minervam est une construction figurée – et, plus spécifiquement, une ellipse –, il reformule ou paraphrase cet énoncé en l’enrichissant du terme qui lui paraît manquer, et qui constitue à proprement parler le phénomène de l’ellipse. Ainsi toute langue présente-t-elle de nombreux phénomènes d’écarts entre l’énoncé effectivement actualisé dans le discours, et cet énoncé idéal censé transcrire la pensée, qui est en quelque sorte constamment sous-entendu. Et, comme l’écrit Du Marsais, en citant Patru : « Ces sousententes sont fréquentes en notre langue comme en toutes les autres »16 (id. : 76b).

27S’il n’est utile à notre propos de restituer ici tous les exemples d’ellipse donnés par Du Marsais, il est en revanche intéressant de souligner la diversité des domaines d’application attribuée à cette construction figurée. Partant de l’idée que « nous faisons usage de l’ellipse surtout quand nous sommes animés par quelque passion » (id. : 77a), l’auteur du Traité des tropes emprunte son premier exemple à la littérature, en citant un alexandrin de Racine « Je t’aimais inconstant ; qu’aurais-je fait fidèle ? » (Andromaque, IV, v). Afin de montrer le caractère elliptique (et figuré) de ce vers, il en propose deux paraphrases possibles, deux constructions simples qui, selon lui, transcrivent explicitement la pensée exprimée : « que n’aurais-je pas fait si tu avais été fidèle ? avec quelle ardeur ne t’aurais-je pas aimé si tu avais été fidèle ? ». Il poursuit néanmoins par des exemples empruntés à la « conversation », qui montrent que l’auteur ne limite nullement l’emploi de l’ellipse à la grande littérature : « Lorsque dans la conversation on nous demande quand reviendrez-vous, nous répondons la semaine prochaine, c’est-à-dire je reviendrai dans la semaine prochaine » (id. : 77a).

28Il explique aussi par l’ellipse ce qu’il nomme un archaïsme, et qui renvoie en fait à certaines expressions idiomatiques. Par exemple, « et qu’ainsi ne soit » est employé elliptiquement pour signifier quelque chose comme « ce que je vous dis est si vrai que etc. ». Dans la phrase « J’étais dans ce jardin, et qu’ainsi ne soit, voilà une fleur que j’y ai cueillie ; c’est comme si je disais : et pour preuve de cela voilà une fleur que j’y ai cueillie » (id.).

29L’ellipse lui permet aussi de rendre compte des tournures partitives :

Quand je dis des savants m’ont dit, des ignorants s’imaginent, je ne veux parler que de quelques-uns d’entre les savants ou d’entre les ignorants ; c’est une façon de parler abrégée. On a dans l’esprit quelques-uns ; c’est ce pluriel qui est le vrai sujet de la proposition ; de ou des ne sont en ces occasions que des prépositions extractives ou partitives (id. : 77a-77b).

30La paraphrase, qui n’est pas formulée par l’auteur, en serait quelque construction simple comme « quelques-uns parmi les savants m’ont dit, quelques-uns parmi les ignorants s’imaginent ».

  • 17 Bien que cela n’intéresse pas directement notre propos, signalons, pour être complet, que Du Marsa (...)

31Lorsqu’il aborde ensuite la « syllepse ou synthèse », Du Marsais définit cette figure dans les termes que nous avons déjà vus, p. 83. Il ne donne ensuite comme exemple latin que la citation d’Horace concernant Cléopâtre, également analysée par Beauzée, puis passe à des exemples de « synthèses » portant sur le français. Du Marsais analyse alors « ce sont des hommes qui ont etc. » (id. : 78b), où nous avons un sujet grammatical singulier, ce, et un verbe fléchi au pluriel, sont. Notre auteur explique ainsi le phénomène : « Sont est au pluriel aussi bien que ont, parce que l’objet de la pensée c’est des hommes plutôt que ce, qui est ici pris collectivement » (id.). Puis, sans plus de commentaire, il ajoute que l’« on peut aussi résoudre ces façons de parler par l’ellipse » (id.). En effet, « ce sont des hommes qui ont etc. » est paraphrasable par « ce, c’est-à-dire les personnes qui ont etc. sont du nombre des hommes qui ont etc. ». Nous aurions donc affaire, avec les présentatifs, à une construction certes figurée, mais qui pourrait relever aussi bien de l’ellipse que de la synthèse (et Du Marsais, qui ne fait pas toujours montre de rigueur, ne s’en inquiète pas outre mesure)17.

32Ce n’est pas là le seul point de rencontre entre les deux figures. Dans le développement sur l’ellipse, lors de l’analyse des partitifs, elles sont également associées dans l’examen des partitifs employés comme déterminants de noms non-comptables :

  • 18 Rappelons que, dans son article Figure, Du Marsais emploie « syllepse ou synthèse » ou, le plus so (...)

Il en est de même de ces phrases, du pain et de l’eau suffisent, donnez-moi du pain et de l’eau, etc. c’est-à-dire quelque chose de, une portion de ou du etc. Il y a dans ces façons de parler syllepse18 et ellipse : il y a syllepse, puisqu’on fait la construction selon le sens que l’on a dans l’esprit [...] ; et il y a ellipse, c’est-à-dire suppression, manquement de quelques mots, dont la valeur ou le sens est dans l’esprit (id. : 77b).

33Nul doute que ces rapprochements entre les deux figures, qui vont jusqu’à induire une confusion dans l’analyse des phénomènes engagés, n’ont pas échappé à Beauzée, et on comprend dès lors beaucoup mieux pourquoi il assimile la synthèse à un cas particulier d’ellipse. Non seulement il évite ainsi une ambiguïté dans la description, qu’il semble bien difficile de lever, mais de plus il est fort probable qu’il ait vu dans ces flottements et frottements entre les deux champs de représentation l’indice que la distinction entre « ellipse » et « synthèse » était peut-être inutile, ainsi qu’il le suggère dans son article (voir p. 83).

34En revanche, l’articulation de la notion de « syllepse » (rhétorique) avec celle d’ellipse ne fait pas difficulté. On se souvient par exemple que Beauzée analyse une syllepse aussi classique que « Brûlé de plus de feux que je n’en allumai » comme présentant une ellipse. Du point de vue de la construction, le célèbre alexandrin de Racine est donc paraphrasable par un énoncé tel que : « je suis brûlé de plus de feux (sens figuré) que je n’allumai de feux (sens concret) ». En passant de la construction figurée (avec ellipse) à la construction simple (double occurrence du mot « feux » afin de transcrire littéralement la pensée exprimée), la proposition présente toujours le même trope : une syllepse sans ellipse, au même titre que « Plus Mars que le Mars de la Thrace ».

« Ellipse », « identité » et « loi de la concordance » chez Beauzée

35L’assimilation de la synthèse à l’ellipse dans la pensée de Beauzée ne s’explique pas seulement par un souci de clarification. Cela tient aussi à un point nodal de sa théorie sémantique, qu’il convient de rappeler pour clore notre étude, en examinant l’article Identité de l’Encyclopédie.

36Reprenant une distinction usuelle, l’auteur considère qu’il existe deux « classes générales » de mots dans les langues du monde :

La première classe comprend toutes les espèces de mots déclinables, je veux dire les noms, les pronoms, les adjectifs et les verbes, qui, dans la plupart des langues, reçoivent à leurs terminaisons des changements qui désignent des idées accessoires de relation, ajoutées à l’idée principale de leur signification. La seconde classe renferme les espèces de mots indéclinables, c’est-à-dire les adverbes, les prépositions, les conjonctions et les interjections, qui gardent dans le discours une forme immuable, parce qu’ils expriment constamment une seule et même idée principale (1765 : 495a).

37Parmi les « inflexions accidentelles » des mots de la première classe, certaines sont des inflexions « communes » à toutes les catégories de mots concernés, comme le nombre, tandis que d’autres sont des inflexions « propres » à une seule catégorie lexicale, comme le temps, réservé au verbe.

38Les inflexions communes établissent entre les termes une « corrélation », et les mots portant de telles marques sont appelés des « corrélatifs ». Cependant, tous les termes présentant un même type de flexion ne se situent pas sur un pied d’égalité d’un point de vue syntaxique. Seul l’un des mots reçoit en effet l’inflexion qui est sienne selon « les besoins réels de l’énonciation, d’après ce qui existe dans l’esprit de celui qui parle » (id.), puis « les autres mots corrélatifs se revêtent ensuite des inflexions correspondantes, par imitation, et pour être en concordance avec leur corrélatif » (id.). Le premier terme est appelé « dominant » et les autres, qui reprennent le même type d’inflexion, sont appelés « subordonnés ». Ce phénomène de corrélation morpho-syntaxique est appelé « concordance » et constitue une « loi » générale de la grammaire des langues.

39Beauzée poursuit son étude en notant qu’il existe un rapport entre certaines catégories morphologiques et le statut syntaxique de terme « dominant » ou « subordonné » : « C’est ordinairement un nom ou un pronom qui est le corrélatif dominant ; les adjectifs et les verbes sont subordonnés : c’est à eux à s’accorder, et la concordance de leurs inflexions avec celles du nom ou du pronom est comme une livrée qui atteste leur dépendance » (id.). Ce phénomène s’explique à la fois (i) par la spécificité des représentations sémantiques attachées respectivement aux catégories du nom et du pronom, et aux catégories de l’adjectif et du verbe, et (ii) par la nature du lien de concordance entre le terme dominant et le terme dominé.

40Pour Beauzée, le nom et le pronom « présentent à l’esprit des êtres déterminés » (id. : 495b), tandis que l’adjectif et le verbe « présentent à l’esprit des sujets quelconques sous une idée précise, applicable à tout sujet déterminé qui en est susceptible » (id.). Pour le dire autrement, l’adjectif et le verbe véhiculent des informations d’ordre accidentel, tandis que le nom et son substitut, le pronom, véhiculent des représentations d’ordre substantiel. On comprend dès lors pourquoi le nom et le pronom apparaissent plus aptes à traduire, dans un premier temps, « ce qui existe dans l’esprit de celui qui parle » (voir p. 85), et à recevoir les inflexions communes correspondant à cette représentation-là. Les adjectifs et les verbes se contentent de reproduire ces marques, car leur signification accidentelle ne reflète pas la substance même de la chose représentée.

41La dépendance de l’adjectif relativement au nom ou celle du verbe relativement au pronom ne tient cependant pas seulement à la nature du sémantisme de l’une et l’autre classe. La concordance des marques flexionnelles tient aussi à l’unité de la chose représentée par le syntagme ainsi construit :

On voit en effet que le nom et l’adjectif qui l’accompagne [...] n’expriment ensemble qu’une seule et même chose indivisible ; la loi naturelle, la loi politique, la loi évangélique sont trois objets différents, mais il n’y en a que trois ; la loi naturelle est un objet aussi unique que la loi en général (1765 :495a).

42Dans une approche où le langage est le reflet de la pensée, la concordance flexionnelle entre un nom et un adjectif, ou un pronom et un verbe, ainsi que la dépendance syntaxique des seconds termes par rapport aux premiers, que formalisent les notions de « corrélatif dominant » et de « corrélatif subordonné », sont nécessairement les indices d’une congruence. Lors de la réunion d’un adjectif avec un nom, ou d’un verbe avec un pronom, il y a non seulement « application du sens vague de l’un au sens précis de l’autre », mais aussi « identification du sujet vague présenté par la première espèce, avec le sujet déterminé énoncé par la seconde » (1765 : 495b). Ainsi, il existe entre les deux catégories engagées dans un rapport de concordance un second rapport, dit « rapport d’identité ». Cette identité « n’appartient pas aux différents signes d’un même objet, mais à l’objet désigné par différents signes » (id. : 496a), un objet « présenté d’une manière vague et indéfinie dans les adjectifs et dans les verbes, et d’une manière précise et déterminée dans les noms et dans les pronoms » (id.).

43La conclusion s’impose d’elle-même. Beauzée n’a pas seulement cherché à réduire la synthèse à un cas particulier d’ellipse pour supprimer une catégorie qui, jusqu’alors, induisait une confusion pour le moins terminologique entre une notion propre aux tropes, la « syllepse (oratoire) » et une autre propre aux figures de construction, la « syllepse » ou « synthèse ». Reconnaître qu’il existe une figure de construction appelée « synthèse » dont le principe consisterait à établir une concordance non plus entre les termes d’un énoncé, mais entre un terme et une « pensée que l’on a dans l’esprit », c’est reconnaître que la loi de la concordance peut-être violée, et supprimer du même coup le rapport d’identité qui en est le « fondement ». Autrement dit, c’est menacer l’édifice sémantique sur lequel Beauzée a construit son système. En revanche, l’ellipse ne présente pas ce type d’inconvénients, puisque le terme sous-entendu n’induit pas d’inflexions communes discordantes, contrairement à la synthèse.

44L’apport de Beauzée à l’étude de la « syllepse » doit beaucoup à ses méthodes, qui visent :

  • (i) à déterminer ce qu’il appelle des « principes généraux » pour chaque phénomène considéré, lesquels conduisent à une caractérisation formelle bien dessinée, ainsi que nous l’avons clairement vu par l’assimilation qu’il fait de la « syllepse » à un certain type de phrase comparative (voir p. 80) ;
  • (ii) à chasser les équivoques, tant terminologiques (syllepse versus synthèse), que conceptuelles (cohérence des relations entre les notions d’ellipse, de synthèse, de construction, de concordance, d’identité ; voir pp. 87 sq.).

45Néanmoins, cette méthodologie ne le conduit pas seulement à élaborer des définitions et des analyses plus claires et mieux argumentées que celles de son prédécesseur. Elle l’amène, par pur souci de cohésion interne, à supprimer la synthèse ou syllepse grammaticale, en la réduisant à un cas particulier d’ellipse. Ce faisant, Beauzée est le premier à suggérer d’abandonner cette notion dans le cadre des études grammaticales, pour ne plus l’employer, avec la signification qui lui est propre, que dans le champ de la rhétorique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources premières

Beauzée N., article Identité, dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. VIII, Neufchastel, Samuel Faulche et Cie, 1765, pp. 495-496 ;
—, articles Syllepse et Synthèse, dans id., vol. XV, Neufchastel, Samuel Faulche et Cie, 1765, pp. 719 et 764 ;
—, article Trope, dans id., vol. XVI, Neufchastel, Samuel Faulche et Cie, 1765, pp. 698-703 ;
—, Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, Paris, Barbou, 1767.

Du Marsais C. C., Traité des tropes, Paris, Le Nouveau Commerce, [1730] 1970 ;
—, articles Construction, dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, volume IV, Paris, Briasson-David-Le Breton-Durand, 1754, pp. 73-92 ;
—·, article Figure, dans id., volume VI, Paris, Briasson-David-Le Breton-Durand, 1756, pp. 766-772.

Sources secondaires

Auroux S., La Sémiotique des encyclopédistes. Essai d’épistémologie historique des sciences du langage, Paris, Payot, 1979 ;
—, La Logique des idées, Montréal, Bellarmin/Paris, Vrin, 1993 ;
—, (éd.), Histoire des idées linguistiques, tome I : La Naissance des métalangages en Orient et en Occident, Liège, Mardaga, 1989 ;
—, (éd.), Histoire des idées linguistiques, tome II : Le développement de la grammaire européenne, Liège, Mardaga, 1992.

Dominicy M., La Naissance de la grammaire moderne, Bruxelles, Mardaga, 1984.

Gouvard J.-M., « Les énoncés métaphoriques », Critique, no 574, mars 1995, pp. 180-202 ;
—, « Le vers français : de la syllabe à l’accent », Poétique, no 106, 1996, pp. 223-247 ;
—, Critique du vers, Paris, Champion, coll. « Métrique française et comparée », 2000 ;
—, L’Analyse de la poésie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2001 ;
—, « Le problème du langage dans Le Livre nouveau des saint-simoniens », dans Études saint-simoniennes, Philippe Régnier (éd.), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, pp. 61-91 ;
—, « L’analyse de la prosodie dans la Grammaire générale de Beauzée », in Le Rythme de la prose, Éric Bordas (éd.), SEMEN, no 16, Besançon, Publications de l’Université de Franche-Comté, 2003, pp. 89-106.

Pariente J.-C., L’Analyse du langage à Port-Royal, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

Saint-Gérand J.-P., « Le javelot de Marmontel au xixe siècle », dans Marmontel. Une Rhétorique de l’apaisement, Jacques Wagner (éd.), La République des Lettres, no 7, Louvain-Paris-Dudley, Peeters, 2003, pp. 81-102.

Notes

1 Je remercie Jacques-Philippe Saint-Gérand pour ses conseils.

2 Dans toutes les citations, l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées. Les italiques sont reproduites à l’identique du texte original, sauf mention contraire.

3 Dans la classification en usage à cette époque, les figures sont encore partagées, sur le modèle cicéronien, entre les figures de pensée (figurae sententiarum ou schemata) et les figures de mot (figurae verborum). Ces dernières sont elles-mêmes subdivisées en quatre catégories : (i) les figures de diction, (ii) les figures de construction, (iii) les figures de répétition et (iv) les tropes. Les figures de construction et les tropes seront définies dans les lignes qui suivent, puisqu’elles nous intéressent toutes deux pour l’analyse de la « syllepse ». Les figures de diction portent sur le matériau phonologique (phonèmes, lettres, syllabes), et regroupent des procédés tels que la prothèse, l’aphérèse, la syncope, la métathèse, etc. Les figures de répétition concernent tous les phénomènes de reprise ; comme ils n’affectent pas le sens des termes répétés (lesquels ne reçoivent donc pas une interprétation « figurée » au sens propre du terme), il est d’usage de les considérer comme une simple technique oratoire, permettant entre autres de ménager des effets d’emphase.

4 Dans l’article Figure de l’Encyclopédie (1756 : 719a sq.), Du Marsais reprend les mêmes éléments que ceux exposés dans son Traité un quart de siècle auparavant.

5 Ce n’est pas toujours le cas. Par exemple, dans l’article Trope (1765 : 698b sq.), Beauzée donne comme définition de la notion celle-là même que Du Marsais avait formulée dans le Traité des tropes (ce qui ne l’empêchera pas de commenter dans la suite de l’article certains développements de son aîné sur le sujet, par des remarques entre crochets, entrelardées avec des citations de l’ouvrage).

6 Sur la « grammaire générale », de Port-Royal à Beauzée, consulter Dominicy 1984, Pariente 1985, Auroux 1979, 1989 , 1992, 1993. Pour une analyse complémentaire de l’œuvre de Beauzée, consulter Gouvard 2003. Pour l’étude d’un auteur partagé entre l’héritage classique et la philosophie des Lumières, consulter la récente monographie de Jacques-Philippe Saint-Gérand sur Marmontel (Saint-Gérand 2003).

7 Sur les métaphores « vives », « semi-lexicalisées » et « lexicalisées », consulter Gouvard 1995 et les références associées.

8 Étant donné que « dans la synecdoque, on fait concevoir à l’esprit plus ou moins que le mot dont on se sert ne signifie dans le sens propre » (Du Marsais 1970 [1730] : 86), « l’antonomase est une espèce de synecdoque, par laquelle on met un nom commun pour un nom propre, ou bien un nom propre pour un nom commun. Dans le premier cas, on veut faire entendre que la personne ou la chose dont on parle excelle sur toutes celles qui peuvent être comprises sous le nom commun (ex. : « le philosophe » mis pour Aristote) ; et dans le second cas, on fait entendre que celui dont on parle, ressemble à ceux dont le nom propre est célèbre par quelque vice ou par quelque vertu » (ex. : « c’est un Néron ») (id. : 98). Le premier cas de figure est une « métaphore » chez Aristote (voir Gouvard 2001 : 18-9), et est présenté comme telle chez quelques auteurs, ainsi que le mentionne lui-même Du Marsais (id. : 177). Ce dernier a toutefois préféré adopter la typologie de Quintilien, comme la plupart de ses contemporains.

9 Beauzée développera une argumentation similaire à celle exposée ci-dessous dans sa Grammaire générale de 1767. Voir, entre autres, pp. 424 sq.

10 Du Marsais lui-même n’en donne d’ailleurs aucun exemple, et aucun grammairien n’en a relevé. Il s’agit bien d’une erreur.

11 La « construction usuelle » correspond à « l’arrangement des mots qui est en usage dans les livres, dans les lettres, et dans la conversation des honnêtes gens. Cette construction n’est souvent ni toute simple, ni toute figurée » (1754 : 80a).

12 Voir les références de la note 6, ainsi que Gouvard 1996 : 232-237 et 2000 : 20-27.

13 Comme le signale Du Marsais lui-même, cette définition reprend des propos de Saint-Augustin : « intus, in domicilie cogitationis, nec hæbrea, nec græca, nec latina, nec barbara... fine oris et linguae organis, fine strepitu syllabarum (Confies., I. XI, c. iij) ».

14 Voir Gouvard 2002.

15 Pour mémoire, il y a pléonasme « lorsqu’il y a dans la phrase quelque mot superflu qui pourrait en être retranché sans rien faire perdre du sens » (1754 : 78a) ; hyperbate « lorsque l’on s’écarte de l’ordre successif de la construction simple » (id. : 78b) ; hellénisme s’il y a « imitation de quelque façon de parler d’une langue étrangère ou même de la langue qu’on parle » (id. : 79b) ; et attraction lorsque « à cause du cas, ou du genre ou du nombre, ou enfin de la terminaison d’un autre mot dont l’imagination est occupée, on donne à un mot voisin de celui-là une terminaison différente de celle qu’il aurait eu selon la construction ordinaire » (id. : 80a).

16 Patru, Notes sur les remarques de Vaugelas (tome I, Paris, 1738, p. 291).

17 Bien que cela n’intéresse pas directement notre propos, signalons, pour être complet, que Du Marsais recourt aussi à la syllepse/synthèse pour expliquer le ne explétif du français : « C’est par cette figure que l’on peut rendre raison de certaines phrases où l’on exprime la particule ne, quoiqu’il semble qu’elle dût être supprimée, comme lorsqu’on dit je crains qu’il ne vienne, j’empêcherai qu’il ne vienne, j’ai peur qu’il n’oublie, etc. En ces occasions on est occupé du désir que la chose n’arrive pas ; on a la volonté de faire tout ce qu’on pourra, afin que rien n’apporte d’obstacle à ce qu’on souhaite : voilà ce qui fait énoncer la négation » (id. : 78b).

18 Rappelons que, dans son article Figure, Du Marsais emploie « syllepse ou synthèse » ou, le plus souvent « syllepse », pour dénommer ce que Beauzée appelle seulement « synthèse » (voir p. 82).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540