Version classiqueVersion mobile

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Grammaire et rhétorique : de la syllepse grammaticale à la syllepse de sens

Plutôt entre Corydon et Galathée... Des pentes du mont Hybla à l’incendie de Troie 1760 - 1930

Jacques-Philippe Saint-Gérand

Texte intégral

1Il en est de la syllepse comme de la boîte de Pandore... Grammairiens, lexicographes, sémanticiens, poéticiens, rhétoriciens en soulèvent précautionneusement le couvercle, et immédiatement tous les maux de tous les mots surgissent dans sa dénomination et se répandent dans sa théorie et dans sa pratique. Seule l’espérance de parvenir un jour à une explication globale de cette figure problématique reste tapie dans l’ombre de l’écrin toujours un peu vain des définitions aristotéliciennes.

2D’Alembert ne disait-il pas : « Pour qu’une définition soit bonne, elle doit être claire, universelle et particulière » ?... C’est ainsi que – dans un récent Dictionnaire de Rhétorique – l’on trouve la caractérisation suivante :

  • 1 G. Molinié, Dictionnaire de Rhétorique, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les Usuels de Poche », 1 (...)

La syllepse est un trope, qu’il est aisé de décrire rigoureusement. [...] elle diffère de l’antanaclase en ceci que le terme figuré n’est pas répété, et de l’allusion en ceci que l’on peut suivre en chaque cas les circuits sémantiques concrètement empruntés entre les mots du texte. [... ] La syllepse est le trope le plus puissant dans la mise en œuvre poétique des images...1

  • 2 Les références aux dictionnaires exploités ici sont toutes empruntées aux versions électroniques d (...)

3Les quelques remarques suivantes ont pour objet de tenter de retracer l’évolution du discours sur la syllepse qu’ont tenu grammairiens et lexicographes entre la fin de l’âge classique de la pensée du langage et les débuts de la modernité linguistique. En observant les principes de définition et d’illustration de cet objet inscrits dans les notices de dictionnaires2 et les développements des grammaires, je souhaite montrer qu’un apparent consensus de surface ne parvient pas à masquer des divergences épistémologiques dont l’origine est imputable au statut équivoque de la dénomination même de la syllepse, puisque cette dernière est susceptible d’occuper une place dans la terminologie rhétorique, dans la terminologie grammaticale et dans la terminologie philosophique. À partir de la fin du xviiie siècle, la récurrence obstinée de l’adverbe plutôt, au sens d’une manière plus exacte, plus vraie, trahit ou traduit cette impossibilité de définir exactement le statut d’un objet équivoque devenu particulièrement problématique. Reste à évaluer les conséquences de cet état de fait sur l’emploi de cette figure ambiguë.

4Il faut pour cela probablement partir de l’idée selon laquelle la langue française – en raison de son génie et en suivant son inclination propre – expose une beauté intrinsèque dans l’ordre syntaxique de ses constructions, qui de ce fait peut être qualifié de naturel, comme l’affirmait Bouhours :

L’élégance des langues italienne et espagnole consiste en partie dans cet arrangement bizarre, ou plutôt dans ce désordre, & cette transposition étrange de mots. Il n’y a que la langue Françoise qui suive la nature pas à pas, pour parler ainsi [...] (Entretiens d’Ariste et d’Eugène, 1671, p. 57).

5Dans ce contexte, l’adverbe plutôt marque grammaticalement l’intensité d’un contraste sémantique. Ainsi, au regard de ses voisines qui ne peuvent exciper que de leur qualité transpositive, la langue française tend-elle à se confondre avec une représentation transparente du style qui fait de la clarté une de ses qualités primordiales ; le même texte de Bouhours suggère d’ailleurs la comparaison de la langue française avec « une eau pure et nette qui n’a point de goût [...] et qui va où sa pente naturelle la porte » (ibid., p. 55).

6En face de cette appropriation esthétisante du mythe de l’ordre naturel, qui a pour conséquence de dénoncer l’abus de figures trop marquées et de promouvoir l’atticisme en règle fondamentale du style, les Messieurs de Port-Royal, à travers leur Art de penser et leur Grammaire, mettent l’accent sur la constitution d’une pensée et la production de sens que permettent les règles syntaxiques. Par les catégories de l’ordre, de la simplicité, de la régularité s’affirme une logique de la langue qui repousse en principe au second rang les intérêts esthétiques.

7Cependant, il est certaines situations de la pratique de la langue dans lesquelles l’ordre syntaxique doit être délibérément bouleversé à des fins expressives. On se trouve alors dans le domaine de la figuration, et le pathos peut donner lieu à l’emploi de figures de construction. Ces infractions à l’ordre naturel sont généralement légitimées par les nécessités de l’expression passionnelle, lesquelles emportent avec elles la soumission aux principes de la logique :

Parce que les hommes suivent souvent plus le sens de leurs pensées, que les mots dont ils se servent pour les exprimer, et que souvent pour abréger, ils retranchent quelque chose du discours, ou bien que, regardant à la grâce, ils y laissent quelque mot qui semble superflu, ou qu’ils en renversent l’ordre naturel ; de là est venu qu’ils ont introduit quatre façons de parler qu’on nomme figurées, et qui sont comme autant d’irrégularités dans la Grammaire, quoiqu’elles soient quelquefois des perfections et des beautés dans la langue (Grammaire générale et raisonnée, rééd. 1969, p. 106).

8Sous ces quatre façons se dissimulent la syllepse, l’ellipse, le pléonasme et l’hyperbate, dont on voit bien comment ils sont rapportés au sens dans une volonté d’opposer systématiquement dans la grammaire les nécessités esthétiques et l’ordre syntaxique. La question est donc de savoir si, en cet instant d’une certaine pensée classique du langage, l’ordre naturel revendiqué par les uns et les autres est de plein droit une notion grammaticale ou rhétorique.

9La suite de l’histoire montre que l’introduction d’une logique rhétorique, qui tend à se superposer et bientôt à se substituer aux règles de la syntaxe expressive, amorce à cette époque le processus conduisant insensiblement aux formes affectives de la grammaire française que connaîtront la fin du xviiie siècle sensible et surtout le xixe siècle propédeutique, pédagogique et didactique. Les repères évoqués ci-dessous montrent que ce trajet n’est pas exactement linéaire et que, sous son apparente monotonie répétitive, se dissimulent des réflexions excédant de beaucoup la simple question de la syllepse et de ses consœurs en rhétorique. Cela nous mènera jusqu’à la reconnaissance du nouvel ordre sémiologique hérité de Saussure, et soumettant à ses principes les contraintes syntaxiques et les nécessités expressives.

10Si l’on prend le témoignage du Dictionnaire Universel François & Latin, dit de Trévoux, dans son édition de 1743, augmentée du supplément de 1752, on observe déjà l’enregistrement de cet antagonisme entre le sens et la construction, qui ne peut manquer d’évoquer déjà quelque casuistique subtile entre l’esprit et la lettre dont les théoriciens contemporains et futurs du style sauront détailler tous les aspects :

11Trévoux 1743-1752

Syllepse. S. f. Terme de Grammaire. La syllepse, ou conception est une figure par laquelle on conçoit le sens autrement que les mots ne portent : ainsi on fait la construction selon le sens, & non selon les paroles. Lancelot. Syllepsis, seu constructio figurata. La syllepse est une construction figurée, qui s’accorde plus avec nos pensées, qu’avec les mots, & qui exprime plus le sens que l’on a dans l’esprit, que les termes mêmes du discours. Grammaire Rais.

12Dès ce moment, la référence à Port-Royal – qui incline à l’interprétation grammaticale – est mêlée à des considérations esthétiques qui tiennent au statut figuratif de l’objet. Et l’on sent bien qu’à travers les prédicats négatifs (disproportion, disconvenance) c’est toute une pratique épilinguistique qui est dénoncée. Mais la définition est claire : point de plutôt qui dissimule les difficultés. On prendra mieux la mesure de cette remarque en comparant maintenant la définition donnée par l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert à celle que propose le Dictionnaire de l’Académie française, dans plusieurs de ses éditions.

13Beauzée, de l’École Royale Militaire, est responsable de l’article Syllepse dans l’Encyclopédie. Son analyse est argumentée. En tant que successeur de Dumarsais dans cette entreprise, il s’appuie sur les remarques de l’auteur des Tropes... Cependant, grammairien, Beauzée aboutit à une conclusion qui récuse la stricte grammaticalité de la figure. La démarche est très claire : dans un premier temps limité à l’aspect rhétorique, Beauzée cite la définition et les commentaires de Dumarsais ; puis, il énonce sa critique qui tient essentiellement au statut incertain de la syllepse entre métaphore, antonomase, ellipse et sens propre.

14Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1761

Syllepse, S. f. (Gram.) [...] La syllepse est donc un trope au moyen duquel le même mot est pris en deux sens différens dans la même phrase, d’une part dans le sens propre, & de l’autre dans un sens figuré. [...]
M. du Marsais semble insinuer, que le sens figuré que la syllepse réunit au sens propre, est toujours une métaphore. Il me semble pourtant qu’il y a une vraie syllepse dans la phrase latine, Nerone neronior ipso, & dans ce vers françois, Plus Mars que le Mars de la Thrace ; puisque Nero d’une part & Mars de l’autre sont pris dans deux sens différens : or le sens figuré de ces mots n’est point une métaphore ; c’est une antonomase ; ce sont des noms propres employés pour des noms appellatifs. Je dis que dans ces exemples il y a syllepse, quoique le mot pris à double sens soit exprimé deux fois : c’est que s’il n’est pas répété dans les exemples ordinaires, il est sous-entendu, comme je l’ai remarqué plus haut, & que l’ellipse n’est point nécessaire à la constitution de la syllepse.
Il y a aussi une figure de construction que les Grammairiens appellent syllepse ou synthèse. Mais comme il me semble dangereux pour la clarté de l’enseignement, de donner à un même mot technique des sens différens, je n’adopte, pour nommer la figure dont il s’agit, que le nom synthèse, & c’est sous ce nom que j’en parlerai. Voyez synthèse, Grammaire (E.R.M.B.).

15Le discours de Beauzée a le mérite de la clarté, point de plutôt obombrant la complexité d’une analyse. Son souci d’éviter toute équivoque dénominative est louable : grammaire et rhétorique peuvent avoir partis liés dans la constitution du discours, mais doivent être distinguées dans son analyse. En reprenant ici encore l’héritage de Dumarsais, le professeur s’autorise une critique particulièrement pertinente à l’époque où la tradition de la grammaire générale prend les couleurs de la métaphysique ; et l’on comprend que son point de vue l’incline à privilégier, à cet égard, la construction qui restitue l’ordre logique sur la syntaxe qui ne fait qu’appliquer l’ordre linguistique :

Synthèse, S. f. (Grammaire) c’est une figure de construction que les Grammairiens appellent encore & même plus communément syllepse : mais comme il y a un trope particulier qui a déja le nom de syllepse, & qu’il peut être nuisible à la clarté de l’enseignement de désigner par le même nom des objets totalement différens, ainsi que je l’ai déjà remarqué sous ce mot ; je donne uniquement le nom de synthèse à la figure dont il est ici question.
Elle sert, dit M. du Marsais, (figure) lorsqu’au-lieu de construire les mots selon les regles ordinaires du nombre, des genres, des cas, on en fait la construction relativement à la pensée que l’on a dans l’esprit ; en un mot... lorsqu’on fait la construction selon le sens, & non pas selon les mots. [...]
2. Il me semble que ce grammairien ayant assigné avec tant de justesse & de vérité la différence qu’il y a entre construction & syntaxe (voyez construction), il auroit dû regarder la synthèse comme une figure de syntaxeplutôt que comme une figure de construction ; puisque c’est, de son propre aveu, la loi de concordance qui est violée ici dans les mots, quoiqu’elle subsiste encore dans le sens. Or la concordance est l’un des objets de la syntaxe, & la construction en est un autre.
3. Ce n’est au reste que relativement à la maniere dont ce philosophe a envisagé la synthèse, que je dis qu’il auroit dû en faire une figure de syntaxe : car, par rapport à moi, c’est une véritable figure de construction, puisque je suis persuadé que ce n’est qu’une sorte d’ellipse. Les Grammairiens eux-mêmes semblent en convenir, quand ils disent qu’on y fait la construction selon le sens, & non pas selon les mots : cela veut dire que le corrélatif discordant en apparence, si l’on n’envisage que les mots exprimés, est dans une exacte concordance avec un autre mot non-exprimé, mais indiqué par le sens. [...]
Il n’y a qu’à voir la maniere dont les exemples de cette figure sont expliqués dans la méthode latine de P. R. (des fig. de constr. ch. iv.) & l’on ne pourra plus douter que, quoique l’auteur ne songeât pas explicitement à l’ellipse, il n’en suivît néanmoins les indications, & n’en envisageât les supplémens peut-être même à son insu. Or il est constant que, si l’on peut par l’ellipse rendre raison de toutes les phrases que l’on rapporte à la synthèse, il est inutile d’imaginer une autre figure ; & je ne sais même s’il pourroit réellement être autorisé par aucun usage, de violer en aucune maniere la loi de la concordance. Voyez identité.
Je ne veux pas dire néanmoins qu’on ne puisse distinguer cette espece d’ellipse d’avec les autres par un nom particulier : & dans ce cas, celui de synthèse s’y accommode avec tant de justesse, qu’il pourroit bien servir encore à prouver ce que je pense de la chose même, [mot grec], compositio ; PR., cum, & pono : comme si l’on vouloit dire, positio vocis alicujus subintellectae cum voce expressa ; ce qui est bien le cas de l’ellipse. Mais au fond un seul nom suffit à un seul principe ; & l’on n’a imaginé différens noms, que parce qu’on a cru voir des principes différens. Nous retrouvons la chaîne qui les unit, & qui les réduit à un seul ; gardons-nous bien de les séparer. Si nous connoissons jamais les vérités, nous n’en connoîtrons qu’une (E.R.M.B.).

16La démonstration de la distinction terminologique qu’il est nécessaire d’entretenir entre Syllepse rhétorique et Synthèse grammaticale est probante. Un même terme ne peut renvoyer à deux objets différents, or, selon que l’on envisage les phénomènes de concordance de genre et de nombre sous l’aspect figural ou sous l’aspect grammatical, selon qu’on les observe d’après le point de vue de la construction ou celui de la syntaxe, on aboutit à la création de deux objets contrastés. C’est de cette distinction que procèdent ultérieurement tous les discours ayant trait à la syllepse.

17Comparativement à ces analyses poussées que seul un esprit généraliste comme celui de Beauzée pouvait développer, les gloses des Académiciens se révèlent d’une pauvreté et d’un conformisme affligeants.

18Académie 1762-1798

Syllepse. S. f. Figure de Grammaire, par laquelle le discours répond plutôt à notre pensée qu’aux règles grammaticales. Il est six heures, au lieu de dire, Il est la sixième heure, est une syllepse.

19Au système typographique d’abréviation près, nul changement entre ces deux éditions, quand bien même la tourmente révolutionnaire et le retour en force de la grammaire pratique de Lhômond ont contraint le discours sur la syllepse à rechercher une clarté supplémentaire. Ce n’est qu’en 1835, avec la 6e édition, qu’une modification se laisse apercevoir dans l’introduction d’un exemple cliché que l’on pouvait toutefois observer déjà dans quantité de discours grammaticaux et rhétoriques depuis la fin du xviie siècle. Les deux alinéas répartissent équitablement la matière définitionnelle entre la grammaire et la rhétorique (non explicitement désignée) :

20Académie 1835

Syllepse. S. f. Figure de grammaire, par laquelle le discours répond plutôt à notre pensée qu’aux règles grammaticales. La plupart des hommes sont bien fous, est une syllepse.
Il se dit aussi d’une figure par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré. Cette phrase, Galatée est pour Corydon plus douce que le miel du mont Hybla, renferme une syllepse.

21La même définition subsiste dans la septième édition de 1877-1878. C’est seulement avec la 8e édition de 1932-1935, que les Académiciens se décident à entériner la suprématie de la rhétorique sur la grammaire, alors qu’à cette date la première est décidément bien morte sous ses espèces classiques, et que l’honorable Compagnie songe enfin à publier avec près de trois cents ans de retard la Grammaire qui était stipulée dans les statuts fondateurs de l’Académie... de Richelieu :

22Académie 1932-35

Syllepse. n. f. T. de Rhétorique. Figure par laquelle le discours répond plutôt à notre pensée qu’aux règles grammaticales. Racine a usé d’une syllepse quand il a écrit : « Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge, Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin, Comme eux vous fûtes pauvre et comme eux orphelin ».
Il se dit aussi d’une Figure par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré. Il y a une syllepse dans cette phrase : Galatée est pour Corydon plus douce que le miel du mont Hybla.

23On sent là tout l’embarras grammatical des Académiciens : le plutôt sempiternellement introduit pour faire admettre que la pensée a ses raisons que la grammaire ignore est très révélateur à cet égard.

24À la transition du xviiie au xixsiècle, tournons-nous vers un ouvrage dont l’ambition est de fournir un memento pratique au public nouveau issu de la Révolution qui désire s’instruire dans la connaissance de la langue française. Le citoyen Caminade, à la suite de Beauzée, opte pour la dénomination de synthèse, la seule grammaticale à ses yeux, et renvoie donc celle de syllepse à la terminologie rhétorique.

25Caminade 1803, Premiers élémens de la langue française ou grammaire usuelle et complette, rédigée d’après les principes des meilleurs auteurs tant anciens que modernes

La synthèse (1) est une figure par laquelle on fait plutôt la construction selon la pensée que selon les mots. – Par exemple, quand on dit, « La plupart ont voulu », après la plupart, l’esprit est plus porté à concevoir un pluriel qu’un singulier, parce que l’idée de pluralité est celle qui se présente la première [...].
(1) On dit souvent syllepse pour synthèse ; c’est une faute ; car la syllepse se rapproche peut-être autant de l’ellipse que la synthèse s’en éloigne.

26L’adverbe plutôt est employé ici d’une manière un peu différente de celle qui s’expose dans les gloses de l’Académie puisque sa fonction est de mettre en corrélation la pensée et les mots, mais à l’intérieur du champ de la construction – comme le voulait Beauzée – et non dans celui de la syntaxe.

27S’abritant derrière les autorités de Port-Royal, Dumarsais, Condillac et Lévizac, dans un ouvrage qui choisit l’éclectisme comme ligne directrice, C.-P. Girault-Duvivier, aussi peu grammatiste ou grammairien de formation que possible, mais bon père de famille, choisit de privilégier la dimension expressive et la fonction esthétique du procédé. Le plutôt emprunté aux Messieurs de Port-Royal sonne curieusement ici puisqu’il met en opposition dissymétrique non la pensée et la syntaxe mais la pensée et l’usage de la construction grammaticale. Or l’on sait déjà à cette date que le style n’est plus l’homme même, comme l’affirmait Buffon en 1753, mais qu’il est devenu l’expression de la singularité de l’individu :

28Girault-Duvivier 1811 [1840], Grammaire des grammaires

La Syllepse a lieu lorsque les mots sont employés selon la pensée plutôt que selon l’usage de la construction grammaticale, comme quand je dis : Il est six heures ; car, selon la construction, il faudroit dire : Elles sont six heures, comme on le disoit autrefois, et comme on dit encore : Ils sont six, huit, quinze hommes. Mais ce que l’on prétend n’étant que de marquer un temps précis et une seule de ces heures, savoir la sixième ; ma pensée, qui se fixe sur celle-là, sans faire attention aux mots, fait que je dis, Il est six heures, plutôt que, Elles sont six heures. (MM. De Port-Royal, Gramm. gén. et rais. : des fig. de constr., p. 219). [...]
L’emploi de la Syllepse est encore très-heureux dans ces vers de Racine (Athalie, act. IV, sc. 3) :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre, et, comme eux, orphelin.

La régularité de la construction demandoit comme lui, puisque ce pronom se rapporte au mot pauvre ; mais le poète oublie qu’il a employé ce mot ; plein de son idée, il ne voit que les pauvres et les orphelins en général ; et c’est sur ces êtres si intéressants qu’il porte toute son attention : comme eux est donc la seule expression que Racine a dû employer, puisqu’elle répond si bien à l’idée et au sentiment qui l’occupent (Lévizac, p. 268, t. 2) [t. II, § 1122].

29On voit dans ces exemples répétés le transfert des caractéristiques proprement grammaticales vers les attributs d’un style que la rhétorique continue encore à régler tant bien que mal par la voix de l’école, alors que son empire et son emprise sont définitivement engagés sur la voie de la désuétude.

  • 3 Nous disposons sur lui d’une excellente notice dans le Bio-bibliographisches Handbuch zur Sprachwi (...)

30Jean-Charles Thibault de Laveaux3 est un maître de langue représentatif de cette génération de grammatistes qui firent carrière à l’étranger à la suite du traumatisme révolutionnaire, en l’occurrence en Allemagne pour celui-ci. Revenu en France pour se livrer à des activités grammaticales et lexicographiques, Laveaux n’en mena pas moins aussi une carrière politique marquée au coin de la contrerévolution. Éditeur en 1802 du Dictionnaire de l’Académie française – édition augmentée à ses dires de plus de 20 000 mots par rapport à l’édition que l’Institut publia en 1798 sous la direction de Morellet –, Laveaux ne modifie en rien, à l’article Syllepse, la définition précédente des « Académiciens ». En revanche, les deux dictionnaires que publie ultérieurement notre personnage sont plus parlants.

31Tout d’abord le Dictionnaire des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française (1818, 1822 et 1846), encore mentionné comme référence bibliographique dans le Dictionnaire des difficultés du français de Thomas (Larousse, 1956), qui dresse un compendium des remarques de langue que Panckoucke avait rassemblées dans les trois tomes de l’Encyclopédie méthodique consacrée à ces matières. Les définitions données par Laveaux font ainsi ressurgir quantité de mentions et de citations empruntées à Dumarsais, Condillac, Jaucourt, Beauzée et Marmontel... réactualisées et accréditées comme toujours valides entre cinquante et soixante ans après leur formulation et leur énonciation originelles.

32Laveaux 1818-1846, Dictionnaire des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française

Syllepse. Subst. f. Terme de grammaire. La syllepse est un trope au moyen duquel le même mot est pris en deux sens différents dans la même phrase. Ainsi, dans ces vers de Racine (Andromaque, act. I. sc. IV, 60) :
Je souffre tous les maux que j’ai faits devant Troie,
Vaincu, chargé de fers, de regrets consumé,
Brûlé de plus de feux que je n’en allumai
Brûlé est au propre, par rapport aux feux que Pyrrhus alluma dans la ville de Troie ; et il est au figuré par rapport à la passion violente que Pyrrhus dit qu’il ressent pour Andromaque. Cette figure joue trop sur des mots pour ne pas demander bien de la circonspection. Il faut éviter des jeux de mots trop affectés et tirés de loin (Dumarsais, Des Tropes).

33En citant Dumarsais, le premier Dumarsais, non celui des premiers articles de grammaire de l’Encyclopédie, mais celui des Tropes, Laveaux ne retient que la syllepse oratoire (« espèce de métaphore ou de comparaison par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase  ») et exclut la syllepse d’accord (« ou synthèse, qui sert, lorsqu’au lieu de construire les mots selon les règles ordinaires du nombre, des genres, des cas, on en fait la construction relativement à la pensée que l’on a dans l’esprit »). L’expression est nette, tranchée ; plutôt n’y trouve pas sa place...

34Mais Laveaux, à la suite du succès de sa réédition de 1802 du Dictionnaire de l’Académie française, publie en 1820 son Nouveau Dictionnaire de la langue française, et, là, le discours est différent.

35Laveaux 1820, Nouveau Dictionnaire de la langue française

Syllepse. S. f. Figure de grammaire, par laquelle le discours répond plutôt à notre pensée qu’aux règles grammaticales. Il est six heures, au lieu de dire, il est la sixième heure.
Syllepse. S. f. Figure de diction par consonnance physique, qui consiste à prendre un mot en deux sens différents dans la même phrase ; d’un côté, dans le sens propre ; de l’autre, dans un sens figuré [...].

36Le lexicographe dégroupe les sens sous deux entrées distinctes, l’une consacrée au grammatical, c’est là qu’apparaît le modalisateur adverbial plutôt ; l’autre dévolue à la rhétorique dans laquelle se lit l’empreinte des modes d’exposition de la rhétorique enseignée dans les anciennes Écoles centrales par Fontanier et ses comparses. De la part d’un qui dut enseigner les subtilités grammaticales du français à de jeunes princes allemands, on voit ici la gêne que suscite la nécessité de s’exprimer sur le statut d’une discordance grammaticale dont la raison logique ne rend compte qu’au prix de l’intervention d’une figuration du discours. La modalisation adverbiale indique cette insatisfaction au fond qui signale une des limites du modèle analytique de la grammaire générale. En revanche l’explication rhétorique ne fait plus apparaître la trace d’un quelconque malaise descriptif. Les choses sont ici claires, définies, appuyées sur un exemple lui-même reconnu, porteur d’une tradition, et précisément commenté.

37Cette idée de tradition amène naturellement à considérer une foultitude d’ouvrages apparentés, que l’espace contraint de ce texte interdit de citer et commenter expressément (de Wailly, Callot, etc.). Avec le retour à la tradition antique que Joseph-Victor Le Clerc signifie en 1823 avec sa Nouvelle Rhétorique, apparaît toutefois un exemple contraire d’emploi de la modalisation.

38Le Clerc 1823, Nouvelle Rhétorique

Parmi les figures de mots, il y en a quatre qui sont plus grammaticales qu’oratoires, mais qui ne laissent pas de faire un bel effet dans le discours. Ces figures sont l’ellipse, le pléonasme, l’hyperbate et la syllepse. [...]
La syllepse fait figurer le mot avec l’idée, plutôt qu’avec le mot auquel il se rapporte :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin.
Comme eux se rapporte à l’idée, et ne s’accorde pas avec la construction de la phrase.

39Le territoire rhétorique lui-même, tentant de se reconstituer, n’échappe pas aux affres d’une incertitude, d’autant plus troublante qu’elle se développe à l’intérieur du secteur sémantique en opposant le mot à l’idée supportée par l’énoncé, ce qui ramène à la question de la syntaxe de ce dernier et fait mieux comprendre la portée prétermissive de la formule introductive : « Parmi les figures de mots... ». Plus que les incessants développements concernant les phénomènes d’accord orthographique des participes passés employés avec être ou avoir, cette indécidabilité foncière du domaine auquel un problème doit être rattaché et du niveau auquel il doit être traité marque l’état de la grammaire du français en cette période charnière du xixe siècle où meurent quasi simultanément et définitivement la grammaire générale et la rhétorique tropologique : un état de grande confusion qu’accroît encore la pression exercée par la déferlante de scolarisation qui, à partir des lois Guizot de 1833, submerge tout le paysage politique et langagier de la France louis-philipparde.

40Comparons donc deux grammaires publiées en 1834. D’une part, la Grammaire nationale des frères Bescherelle, qui, à sa manière légitime l’autorité nouvelle du Roi des Français et non plus du Roi de France et qui, dans et par son titre même, entend participer à la construction d’un français de référence et de révérence. Et, d’autre part, la Grammaire générale des grammaires françaises de Napoléon Landais, qui entend récupérer dans son titre les bénéfices du modèle grammatical dominant à l’époque antérieure pour les faire servir à une entreprise de légitimation scientifique des compilations éclectiques inaugurées auparavant par Girault-Duvivier... En opposant directement désormais la pensée aux formes grammaticales, les Bescherelle procèdent à l’amalgame fatal qui conduit la grammaire française à devenir une grammaire non pas de l’expression, mais de l’expressivité, prémonition de ce que le xxe siècle appellera « stylistique »... L’adverbe plutôt signe ici ce basculement :

41Bescherelle 1834, Grammaire nationale

Syllepse. Figure par laquelle le discours répond plutôt à notre pensée qu’aux règles grammaticales : La plupart des hommes sont bien fous ; ou par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré : Galatée est pour Corydon plus douce que le miel du mont Hybla (p. 16).

42Dans le cas de Landais, la translation se fait plus subreptice : il n’est pas nécessaire d’avoir recours à l’adverbe modalisateur ; l’auteur lui substitue une autre forme adverbiale : tout à la fois qui, dans sa simultanéité, annihile le critère appréciatif :

43Landais 1834, Grammaire générale des grammaires françaises

De la Syllepse ou Synthèse.
La syllepse, en grec syllepsis, mot formé de...., je conçois, consiste à prendre le même mot tout à la fois au propre et au figuré dans la même phrase. Quand Pyrrhus dit :
Je souffre tous les maux que j’ai faits devant Troie,
Vaincu, chargé de fers, de regrets consumé,
Brûlé de plus de feux que je n’en allumai.
Brûlé et feux sont au propre par rapport à la ville de Troie, que Pyrrhus détruisit par les flammes, et au figuré par rapport à la passion violente que Pyrrhus ressent pour Andromaque.
Cette figure joue sur les mots, et doit conséquemment n’être employée que rarement, et avec beaucoup de circonspection.

44La superposition du propre et du figuré dans un même énoncé donne à entendre une polyphonie sémantique troublante qui justifie la reprise quasi-textuelle de la remarque de Dumarsais, presque cent ans auparavant.

45C’est au grammairien Lemare, dont la carrière est si surprenante, que l’on doit à cette date un effort décisif de clarification, afin de doter ses lecteurs d’instruments précis de classification et de discrimination. Lemare distingue comme certains de ses prédécesseurs entre une syllepse grammaticale et une syllepse oratoire, et répartit la matière de son analyse sous deux paragraphes fort éloignés, mais il se donne aussi les moyens de justifier cette distinction par une analyse idéologique du contenu des énoncés, qui observe la spécificité de cette forme alternativement grammaticale et sémantique :

46Lemare 1835, Cours de langue française

a) grammaticale
J’en jure par les ondes du Styx équivaut dans la pensée à j’en fais le serment ; ainsi la phrase de Fénelon peut-être traduite par celle-ci : j’en fais le Serment par les ondes du Styx, Serment qui fait trembler les dieux mêmes. Les grammairiens ont donné le nom de syllepse à cette sorte d’ellipse où le rapport se fait plutôt à la pensée qu’au mot. [...]
b) oratoire
Je consens à paraître à Galathée plus amer que les herbes de Sardaigne, plus âpre que le houx, si ce jour n’est pas pour moi plus long qu’une année. Galathée est pour moi plus douce que le thym du mont Hybla.
C’est au propre que les herbes de Sardaigne sont amères au goût, que le houx est âpre au toucher ; mais ce n’est que par similitude que le berger Corydon consent à paraître amer, âpre. Il y a ici double homotrope : 1° c’est le goût qui est le juge des saveurs, comme de la douceur, de l’amertume, etc., et c’est déjà par homotrope que doux se dit aussi des odeurs ; 2° quand on compare la douceur de Galathée à celle du thym, on sent que doux éprouve un nouveau transport de signification, fondé sur un nouveau rapport de similitude (§ 1789).

47Sous le terme d’Homotrope, qu’il oppose à celui de Syntrope (synecdoque, antonomase, lithote [sic]), Lemare rassemble la métaphore, la catachrè se, la syllepse oratoire, l’allusion, et l’allégorie. Le grammairien discerne alors cinq qualités essentielles auxquelles répondent ces figures : l’homotrope doit être exact, naturel, un, convenable, usuel ou nécessaire, c’est-à-dire autorisé par l’usage ou la nécessité. Souci classificateur d’un grammairien qui n’a pu échapper à la séduction taxinomique des Idéologues...

48Passons maintenant au témoignage d’un modeste maître d’école ycaunois, devenu un lexicographe célèbre et un auteur à succès de grammaires, lexicologies et études de style... Pierre-Athanase Larousse ! La perspective didactique incite l’auteur à être d’une clarté sans défaut ; le plus grave reproche porté par Larousse à ses prédécesseurs est celui d’avoir cultivé l’ambiguïté : l’esprit d’un jeune apprenant a essentiellement besoin – dès lors que la maîtrise de la langue française est devenue un principe de discrimination sociale – de se nourrir de faits justes, non équivoques et susceptibles d’être aisément mémorisés. Point de plutôt, ici, qui alimenterait un doute sous-jacent dans l’esprit du rédacteur ou dans l’esprit du lecteur, mais une réduction des cas auxquels est susceptible de s’appliquer cette explication d’une discordance, et une mise en garde de nature « stylistique » à l’endroit des futurs écrivains ou des littérateurs potentiels qui seraient tentés de l’utiliser. La coda définitoire, avec sa référence au cliché dénonce ce défaut par la dérision d’une stéréotypie dévaluant totalement le sens de cette forme... comme dans les meilleures pages du Dictionnaire des idées reçues !

49Larousse 1868, Grammaire supérieure

La syllepse est une figure qui consiste à faire accorder un mot non avec celui auquel il se rapporte grammaticalement, mais avec celui que l’esprit a en vue :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin.
(Racine)
Eux se rapporte non au mot pauvre employé au singulier, mais à l’idée des pauvres que le poëte a en vue.
La syllepse ne porte jamais que sur le nombre ou sur le genre des mots ; c’est d’ailleurs une figure qui exige une connaissance approfondie de la langue, et dont il ne faut user qu’avec la plus grande réserve. Beaucoup d’écrivains en abusent à leur insu, et quand on leur fait remarquer certains rapports de mots que n’accepte pas la grammaire, ils répondent invariablement : c’est une syllepse. Ce mot est presque passé en proverbe.

50Ce commentaire marque le seuil sur lequel s’opère, au cours du xixe siècle français, une conversion radicale dans le domaine de la pensée du langage, de la représentation de la langue et, plus strictement encore, de la grammaticographie.

51Je ne prendrai ici qu’un seul exemple avec l’ouvrage de Cyprien Ayer qui propose une autre version de ce nouveau modèle, laquelle aborde la question sur de nouveaux frais. Dans cet ouvrage, l’auteur récuse la valeur grammaticale de la syllepse et traite la question de la syntaxe de concordance (chapitre XXI) sans employer une seule fois cette dénomination, qui est alors entièrement reversée du côté de la rhétorique. La notion d’attirance ou d’attraction devient le principe moteur régissant l’ordre syntaxique :

52Ayer 1876, Grammaire comparée de la langue française

Il n’est pas rare que le verbe être s’accorde avec le prédicat, qui l’attire dans sa sphère de nombre et de personne. Cette attraction a lieu quand le sujet est un nom au singulier et le prédicat un nom au pluriel, s’il y a inversion entre les deux membres : Sa maladie sont des vapeurs (Sév.). La nourriture ordinaire de l’écureuil sont des fruits, des amandes, des noisettes, de la faîne et du gland (Buff.). L’effet du commerce sont les richesses (Mont.) [...].

53En étendant cette description aux autres secteurs d’une syntaxe de concordance – en l’occurrence le genre et les fonctions – Ayer expulse du champ de l’interrogation la légitimité scientifique d’une question sur la place de la rhétorique dans le dispositif grammatical d’une langue. C’est bien un bouleversement épistémologique qui se produit ici.

54Dès 1863, le processus pouvait sembler se mettre en place. On voit apparaître en effet chez Littré une dissociation entre l’article qui traite spécifiquement de l’objet Syllepse, et les cas dans lesquels la notion de syllepse intervient comme élément d’explication à l’intérieur d’une notice. L’article Syllepse évite le plutôt dubitatif évoqué plus haut et propose une définition sans ambages opposant une nouvelle fois la grammaire à la pensée et faisant une place distincte à l’acception rhétorique :

55Littré 1863, Dictionnaire de la langue française

Syllepse (sil-lè-ps’), s. f.
1. Figure de grammaire qui règle l’accord des mots, non d’après les règles grammaticales, mais d’après les vues particulières de l’esprit. [...]
2. Figure par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré. La syllepse oratoire est une espèce de métaphore ou de comparaison, par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase, Dumarsais, Tropes, II. 11 [...].

56En revanche, dans l’article consacré au pronom ou au substantif on, on voit se mettre en place le processus dérivatif qui donne à l’argument rhétorique la possibilité d’être introduit à la suite d’une théorie d’effets de nature strictement sémantique. C’est en effet au moment où intervient la question du genre et du nombre que la syllepse surgit miraculeusement de la boîte de Pandore du lexicographe. La remarque terminale d’usage concernant la faute qui consisterait à rapporter on à plusieurs personnes se vide dès lors de pertinence :

on [...]
1. Il indique d’une manière générale ou vague les gens, les personnes ; il n’est employé jamais que comme sujet du verbe, qui se met toujours au singulier. On est toujours trop prêt quand on a du courage, corn. Cid. IV, 5.
[...]
4. On peut désigner très clairement une femme ; et alors, emportés par la signification, nous accordons l’adjectif avec le sens et non avec la forme du mot, et le mettons au féminin ; c’est une syllepse . On n’est pas plus belle que cette femme-là. C’est un admirable lieu que Paris, il s’y passe cent choses tous les jours qu’on ignore dans les provinces, quelque spirituelle qu’on puisse être, mol. Préc. 10. [...].
5. On, par une syllepse semblable à la précédente, peut prendre l’adjectif pluriel masculin ou féminin. Est-on allé là ? on y est allé deux. Ici on est égaux, en parlant d’un cimetière. On n’a tous deux qu’un cœur qui sent mêmes traverses, corn. Poly. I, 3. Que tous deux on se taise, mol. Éc. Des femm. I, 2. [...].
remarque.
1. Il faut éviter dans une phrase que on se rapporte à des personnes différentes. Ce défaut se trouve dans les exemples suivants : On amorce le monde avec de tels portraits ; Pour les faire surprendre, on les apporte exprès ; On s’en fâche, on fait bruit, on nous les redemande ; Mais on tremble toujours de crainte qu’on les rende, corn. La Suite du Ment. II, 7. Au moins en pareil cas est-ce un bonheur bien doux, Quand on sait qu’on n’a point d’avantage sur vous, mol. Le Dép. II, 4. Si ces personnes étaient en danger d’être assassinées, s’offenseraient-elles de ce qu’on les avertirait de l’embûche qu’on leur dresse ? pasc. Prov. XI.
Mais, dans l’exemple suivant, on, bien que se rapportant à des personnes différentes, est très clair : Puisqu’on [Orgon] ne veut point croire à tout ce qu’on [Elmire] peut dire, Et qu’on [Orgon] veut des témoins qui soient plus convaincants ; Il faut bien s’y résoudre et contenter les gens, mol. Tart. IV, 5 [...].

57Chez Pierre Larousse, qui ne peut se départir encore totalement de l’attitude ancienne dans un ouvrage qui se veut une synthèse, la définition est plus complexe en raison de la présence d’une section encyclopédique. Dans la partie proprement linguistique intervient le plutôt correctif et dubitatif lorsqu’il est question du statut grammatical, qui disparaît aussitôt lorsqu’il est question du statut rhétorique, acquis de plein droit, même si, encore une fois la vitalité de cette dernière est alors plus que problématique :

58Pierre Larousse 1863, Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle

Syllepse S. f. (sil-lè-pse - grec sullépsis, proprement action de lier ensemble, du verbe sullambanâ, sullabô, je prends ensemble. V. syllabe). Gramm. Figure dans laquelle les mots sont régis plutôt par la pensée de celui qui parle que par les règles grammaticales : La plupart des hommes sont bien fous, est une syllepse. (Acad.) La syllepse substitue l’accord logique à l’accord grammatical. (A. Didier.) ◊ Syllepse de nombre, Celle où les mots sont en désaccord de nombre, comme dans ces vers de Voltaire : Tout le peuple au-devant court en foule avec joie ; Ils bénissent le chef que Madrid leur envoie. ◊ Syllepse de genre. Celle où les mots sont en désaccord de genre, comme : Les personnes d’esprit ont en eux les semences de tous les sentiments. (La Bruy.) ◊ Syllepse de la personne, Celle où les mots correspondants ne sont pas à la même personne, comme dans cet exemple : Soyons prudente, mon enfant.
Rhétor. Figure par laquelle un mot est employé à la fois au propre et au figuré : Galatée est pour Corydon plus douce que le miel du mont Hybla. (Acad.)
Philos. Connaissance spontanée qui précède la connaissance réfléchie.

59Dans la section encyclopédique, il est rendu compte du caractère insatisfaisant de la définition linguistique et de la réticence marquée par plutôt... En évinçant ce dernier du développement encyclopédique, Larousse anticipe sur ce qu’il est amené à rédiger dans son Cours supérieur de grammaire (cf. supra) et formule de manière très neuve pour l’époque une conception de l’analyse grammaticale qui, par certains côtés, se rapproche de celle de Ayer (cf. supra). Il y est effectivement question de concordance... non en termes absolus de syntaxe, mais... sous la forme mineure de règles d’usage. Et la dénomination de licence grammaticale appliquée à un exemple cent fois rebattu rend compte alors de la dialectique qui s’instaure entre l’usage, la règle et la norme. Le lexicographe est dès lors amené in fine à suggérer une étiologie de la figure et à proposer comme une posologie de son emploi. La partie terminale de la notice, dévolue à l’acception philosophique, rend compte de l’effet de syncrétisme qui s’inscrit dans ce signe de rassemblement qu’est étymologiquement la syllepse :

Encycl. Gramm. Il est d’usage de compter la syllepse parmi les figures de grammaire ; il serait peut-être plus exact de l’appeler une licence grammaticale, car partout où il y a syllepse, on peut dire qu’une règle de syntaxe ordinaire est violée. Quand Racine dit :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre et comme eux orphelin,
il met au pluriel le pronom eux, quoique le seul mot exprimé auquel on puisse le faire rapporter soit pauvre au singulier ; il viole une règle bien connue de concordance. Mais il est entraîné par une idée qu’il n’a pas exprimée formellement, celle du grand nombre des pauvres, et, oubliant ce qu’il a dit, il ne s’attache qu’à cette idée. Cette violation d’une règle en quelque sorte matérielle et prosaïque, loin de paraître choquante, rend plus sensible la beauté des sentiments exprimés, parce que ces sentiments nous apparaissent comme élevant l’âme du poëte au-dessus des petites considérations de détail qui préoccupent l’écrivain dans les circonstances ordinaires. [...]
Mais si le grammairien est obligé de reconnaître que certaines violations de règles sont autorisées par la syllepse, il doit en même temps insister sur le caractère très-exceptionnel de cette licence, qui n’est permise qu’au génie, pour ainsi dire, et que les élèves doivent toujours s’interdire, excepté dans certains cas qui sont l’objet de règles particulières. Ainsi quand, après un collectif partitif, le verbe et les qualificatifs suivants s’accordent, non avec ce collectif, mais avec le complément pluriel dont il est suivi, cet accord peut être considéré comme une véritable syllepse ; mais c’est une syllepse obligée, ce n’est plus une licence, parce qu’elle est commandée par la règle spéciale sur les collectifs. Au lieu de dire la plupart des hommes manque de lumières, il faut dire manquent au pluriel, quoique le sujet la plupart soit au singulier, et cet écart de la règle ordinaire est commandé ici par une règle spéciale. [...] L’emploi de cette figure deviendrait choquant s’il était trop fréquent ; renfermé dans certaines limites et réglé par le bon goût, il produit quelquefois un effet agréable.

60Le tournant semble définitivement franchi dans l’univers grammatical français autour de 1880. Un ouvrage aussi classique pourtant que celui de Chassang, en 1882, ne sourcille plus à l’évocation des faits et n’emploie plus le modalisateur adverbial :

61Chassang 1882, Nouvelle grammaire française, Cours supérieur

§ 176. Quelquefois les mots sont mis en rapport ensemble, non d’après les règles de la grammaire, mais d’après la pensée, c’est-à-dire qu’un adjectif, un pronom, ou un verbe, au lieu de s’accorder en genre et en nombre avec le substantif auquel il se rapporte grammaticalement, s’accorde avec un autre dont la pensée est éveillée par ce substantif. C’est ce qu’on appelle une syllepse. Ex. :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin.
(Racine)
Grammaire et rhétorique ont confondu leurs frontières, seule subsiste une étiquette fonctionnant à la manière d’un drapeau nominal susceptible d’être planté indifféremment dans l’un ou l’autre territoire.

62Le Dictionnaire général, précédé d’un important Traité de morphologie historique du français, s’inscrit dans la même perspective ; ce n’est que par extension de la valeur grammaticale que la figuration rhétorique est récupérable et récupérée. Il faut alors recourir à un article du Traité de morphologie pour s’apercevoir que la forme de la syllepse peut par analogie (« Une sorte de ») prétendre se réinstituer comme principe d’explication linguistique :

63Hatzfeld, Darmesteter, Thomas 1890-1900, Dictionnaire général de la langue française

Syllepse [sil’-lèps’] s. f. [Étym. Emprunté du lat. syllepsis, grec σύλλημψις, m. s. || 1660. Syllepse ou conception, Gramm. générale, p. 145. Admis Acad. 1762.]
| | (T. didact.) Figure de mots qui consiste à mettre un mot à un autre genre, à un autre nombre que celui auquel il se rapporte, en négligeant l’accord grammatical pour se conformer à l’idée. | | P. ext. Figure par laquelle un mot est pris à la fois au propre et au figuré.
§ 202. — Composition du type arrière-cour.
Dans les composés de ce genre, l’ellipse est très apparente : le composé arrière-cour s’analyse en : cour qui est arrière ou cour d’arrière. Le rejet du substantif après l’adverbe est conforme au principe général de la composition ancienne, qui place d’ordinaire le déterminant avant le déterminé. Dans quelques-uns de ces composés, le substantif, par une sorte de syllepse, au lieu de représenter l’objet entier qu’il désigne, n’en représente qu’une partie, celle que précisément détermine l’adverbe : ainsi avant-bras, arrière-bouche, etc., qui signifient non le bras, la bouche, mais la partie du bras, de la bouche qui est avant ou qui est arrière.

64Dernier exemple, inscrit dans le développement de cette nouvelle appréhension du langage et de la langue que constitue la linguistique générale issue du modèle de Saussure, non pas Bally ou Sechehaye, mais la Grammaire des fautes, que publie Henri Frei en 1929, laquelle introduit dans la grammaire descriptive du français les principes saussuriens, à l’instar, dix ans plus tard, de Georges Gougenheim introduisant à son tour dans ce dispositif les principes structuraux de la phonologie pragoise (Système grammatical de la langue française). Mais je n’irai pas jusqu’à ce dernier, car il existe entre les deux ouvrages une coupure épistémologique ; je m’en tiendrai donc à Frei. Introduction à la linguistique fonctionnelle, cet ouvrage permet à l’auteur d’opposer en une dialectique subtile la fonction à la norme, d’où la distinction entre deux définitions différentes de l’incorrect grammatical :

65Frei 1929, La Grammaire des fautes

1. est incorrect ce qui transgresse la norme collective ;
2. est incorrect ce qui n’est pas adéquat à une fonction donnée (par exemple : clarté, économie, expressivité, etc.). Dans le premier cas, on parlera de fautes ; dans le second, de déficits.

66Et l’exposé de la thèse de son ouvrage :

[...] dans un grand nombre de cas la faute, qui a passé jusqu’à présent pour un phénomène quasi-pathologique, sert à prévenir ou à réparer les déficits du langage correct. Partant de faits que le point de vue normatif taxe généralement de fautes, nous chercherons donc, en nous plaçant sur le terrain fonctionnel, à déterminer les fonctions que ces fautes ont à satisfaire.

67Dans le cadre d’une définition saussurienne,

Une langue n’est pas simplement une collection de signes existant chacun pour soi, mais forme un système de valeurs en vertu duquel chacun des éléments est solidaire des autres, c.à.d. dépend de la structure de l’ensemble et ne peut être ce qu’il est que dans et par sa relation avec le reste.

68L’auteur est alors amené à poser que

la création, la modification ou la perte d’une seule valeur entraîne l’altération des autres valeurs et détermine un regroupement général.

69de telle sorte que la langue repose constamment sur « un ensemble d’oppositions formées d’identités partielles et de différences partielles  ». C’est dans cette perspective que Frei envisage alors les cas de syllepse. Sous le chef de l’analogie formelle :

L’analogie formelle est la forme nouvelle donnée à un signe simple ou à un syntagme d’après le modèle d’un autre signe ou d’un autre syntagme prédominants dans la conscience linguistique, par suite de l’impossibilité, de l’ignorance ou de l’oubli de la forme correcte.

70Frei oppose effectivement la syllepse de mémoire et la syllepse discursive, et en tire des conclusions relatives aux différents secteurs de la grammaire au sein de la sémiologie verbale :

Tandis que la syllepse au sens traditionnel, ou syllepse discursive, est la prédominance de l’accord sémantique sur l’accord morphologique dans le domaine du discours (ex. Tout le monde sont partis), la syllepse mémorielle marque la victoire de la sémantique sur la morphologie dans le domaine des associations de mémoire. C’est ainsi que dans le « plurale tantum », ou « pluriel sémantique », un objet ou un fait composé de deux ou plusieurs parties est conçu comme une pluralité, ce qui oblige le nombre morphologique à passer au pluriel. [...] Cette lutte de la sémantique contre la morphologie se manifeste mieux encore comme une révolte de la logique contre l’illogisme de la catégorie morphologique dans le « singulier sémantique » [...] et dans le « masculin sémantique ».

71En référant ensuite au principe de conformisme :

Le conformisme grammatical comprend, outre l’Accord proprement dit par lequel le genre et le nombre de l’adjectif ou du verbe varient en fonction du genre et du nombre du substantif auquel ils servent de déterminant ou de prédicat, tous les procédés à l’aide desquels les signes sont obligés de varier catégoriellement les uns en fonction des autres dans le discours.

72Frei ne manque pas d’isoler le cas de la syllepse, qui devient ainsi la forme généralisée de l’anticonformisme langagier qu’induit la prééminence inconsciemment accordée en discours par les locuteurs au sémantique sur le morphologique :

[...] une place à part doit être réservée à la syllepse. Il y a syllepse lorsque l’accord, au lieu de se régler sur la catégorie morphologique, se fait d’après la valeur sémantique : Le reste (« les autres ») sont partis. La syllepse peut donc se définir comme la prédominance du conformisme sémantique sur le conformisme morphologique. Les exemples français les plus fréquents concernent la lutte entre singulier morphologique et pluriel sémantique :
Ex. populaires : [...] tout le monde s’en vont... tout le monde disent...
Ex. écrits : Cinquante pour cent de l’effort des architectes furent annulés... La législation de tous les autres pays, y compris l’Espagne, ont pris les devants.

73Cette prépondérance en discours mérite elle-même considération, puisqu’elle montre bien que les lois, les principes, les règles de la grammaire peuvent être bafoués par l’usage sans qu’il y ait derrière ces violences une iconoclastie consciente ou un besoin rhétorique quelconque d’emphase expressive.

  • 4 Cf. Isabelle Turcan, « Aspects de l’écriture de l’académicien Jean Racine : l’intérêt du Dictionna (...)

74Pour résumer le sens de ce parcours, si j’en reviens à un témoin précédent, il est plaisant que le Grand Dictionnaire Universel du xixe  siècle de Pierre Larousse prenne l’exemple de Racine – le grand, le doux, le pur, le classique Racine – pour exposer les effets de cet anticonformisme, longtemps ignoré sous le masque impavide d’une grammaire modèle. À l’occasion de l’analyse des éditions modernes du dramaturge, le lexicographe rappelle le travail lexicologique de Desplaces, comme Isabelle Turcan l’a montré pour sa part à l’intérieur même du xviie siècle4, mais à partir d’un poste d’observation situé au xixe siècle :

Racine (Lexique de), par Μ. P. Mesnard in-8°. Cet ouvrage forme le tome VIII des Œuvres de Racine dans la belle collection des Grands écrivains de la France, entreprise par M. Ad. Régnier (Hachette, 1868-1873, 5 vol. in-8°). [...] Dans l’Introduction grammaticale, descendant aux plus petits détails, il classe les moindres particularités du style racinien : l’emploi ou la suppression de l’article, le déplacement du pronom, les latinismes, les constructions hardies et quelquefois défectueuses ; il compte combien de fois Racine a donné un verbe pour régime direct ou indirect à un autre verbe, combien de fois il a pratiqué ou négligé l’accord du verbe avec un sujet double, comment il l’effectue avec un mot collectif pour sujet ; il énumère tous les cas où il a fait usage du pléonasme, de l’ellipse, de la syllepse (accord en nombre ou en genre avec l’idée et non avec le mot), note ses inversions, etc. Tout cela est bien minutieux, mais pour un écrivain qui fait autorité on ne saurait y regarder de trop près. Il ressort de cet examen que Racine prenait avec la langue des libertés qui passeraient aujourd’hui pour des fautes et que, par conséquent, il n’est pas en tout bon à imiter. On a reproché à Scribe de ne pas savoir le français parce qu’il a dit :
Que l’on a pour se repentir
Le temps où l’on n’en peut commettre.
Qu’on ne se hâte pas de crier haro sur le baudet ; ce n’est qu’une ellipse un peu forte et Racine en a commis une centaine, patiemment relevées par M. R Mesnard ; quant à ses syllepses, il ne faudrait conseiller à personne de les imiter :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre et comme eux orphelin.
(Athalie, III, 682)

75La démonstration pourrait continuer : même l’harmonieux Racine a succombé aux blandices de la syllepse, aux charmes du dévoiement, aux appas délétères de la discordance, mais n’était-ce pas là pour mieux s’adonner précieusement aux agréments de l’anticonformisme ?

76J’en arrive par là à ma conclusion – peut-être un peu courte et brutalement assénée – qui est que la situation de discours dans laquelle se trouvent les locuteurs place nécessairement la représentation de la langue donnant forme à la parole dans une situation d’activité médiane et médiate entre une rhétoricité fondamentale et première du langage et l’inéluctable secondarité ou postériorité d’une grammaire qui tente d’en décrire les principes ou d’en fixer les usages.

77La syllepse constitue à cet égard une figure exemplaire et un cas d’école dont le parcours historique – en tant que notion définitoire et processus actif – montre une aptitude peu commune à révéler toutes les apories d’une grammaire et d’une rhétorique enfermées dans leurs choix d’exemples normés, normatifs et clichés ou stéréotypés qui ne sauraient avoir valeur de modèle, en tous les sens de ce dernier terme !

Notes

1 G. Molinié, Dictionnaire de Rhétorique, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Les Usuels de Poche », 1992, p. 312.

2 Les références aux dictionnaires exploités ici sont toutes empruntées aux versions électroniques de ces documents fournies par Redon : Le Dictionnaire de l’Académie française (1694-1932), présenté par I. Turcan (1999), Grand Atelier Historique de la Langue française (14 dictionnaires de Nicot, 1606, à Littré, 1863), présenté par I. Turcan et G. Pétrequin (2000), et Pierre Larousse, Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, introduit par nos soins (2002). Les Grammaires font partie de notre collection personnelle.

3 Nous disposons sur lui d’une excellente notice dans le Bio-bibliographisches Handbuch zur Sprachwissenschaft des 18. Jahrhunderts, Tome 6, Herbert. E. Brekle, E. Dobnig-Jülch, H. J. Höller, H. Weiβ (éd.), Tübingen, Niemeyer, 1997.

4 Cf. Isabelle Turcan, « Aspects de l’écriture de l’académicien Jean Racine : l’intérêt du Dictionnaire critique des locutions introduites dans la langue française par Jean Racine donné par L.-A. Martin en 1844 », Journée internationale consacrée à la célébration du tricentenaire de la mort de Jean Racine le 22 octobre 1999 (Lyon, Université Jean Moulin), CEDIC, no 16, Université Jean Moulin, Lyon, 2000, pp. 11-37.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search