Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Grammaire et rhétorique : de la syllepse grammaticale à la syllepse de sens

La fortune de la syllepse dans la tradition grammaticale française

Nathalie Fournier

Texte intégral

1Dans la tradition latine, le dispositif des huit figures de construction permet, comme l’a montré Bernard Colombat (1993 et ici même), de traiter, dans le cadre de la syntaxe figurée, les violations autorisées des règles d’accord, en termes de « défaut excusé ». Dans ce cadre, la syllepse, ou conception, sert à décrire les règles hiérarchisantes entre les accidents (genre, nombre, cas, personne), dans les différentes configurations d’accord : accord de l’adjectif avec son substantif, du verbe avec son nominatif (ou sujet), du pronom relatif (ou anaphorique) avec son antécédent.

2La grammaire française débutante au xvie siècle avait donc à sa disposition l’appareil des figures de construction, or elle n’en fait pas usage, et il faut attendre la Grammaire Générale et Raisonnée de Port-Royal (1660) pour que la syllepse entre, par la voie de la grammaire générale et avec les autres figures de construction, dans la grammaire française. Mais la figure, définie comme le cas où l’accord se fait « plus avec nos pensées qu’avec les mots du discours » (Arnauld et Lancelot 1969 : 107), ne s’implantera réellement que dans la grammaire générale du xviiie siècle avec l’Encyclopédie, soit presque cent ans après Port-Royal, puis dans la grammaire scolaire au xixe siècle, avant de disparaître au xxe siècle. Ce sont donc les avatars de cette figure, grammaticale avant d’être stylistique, que nous voudrions examiner dans cette communication, dans un parcours rapide de la tradition française, depuis le début du xviie siècle jusqu’aux ouvrages récents.

3Nous examinerons d’abord la place de la syllepse dans la tradition grammaticale française, puis le rôle de la syllepse dans le traitement des faits d’accord, avant de conclure sur le rapport entre la syllepse et l’évolution de la conception de l’accord.

La place de la syllepse dans la tradition grammaticale française

  • 1 Je renvoie à l’ouvrage fondamental de Bernard Colombat (1993) pour la théorie et l’histoire de la (...)

4De la tradition latine, antique et humaniste, la grammaire française hérite donc de la syllepse, ainsi que d’exemples canoniques qui peuvent constituer une sorte de vulgate de la figure, couvrant les différentes configurations de syllepse1 :

5— Accord de l’adjectif avec le substantif : syllepse de genre (1) et de nombre (2)

(1) Capti Marsque Venusque dolis (Ovide)
« Mars [masc. sg.] et Vénus [fém. sg.] surpris [masc. sg.] en flagrant délit »
(2) Sociis et rege recepto
« nos compagnons [pl.] et notre roi [sg.] ayant été reçu [sg.] »

6— Accord du verbe avec le nominatif : syllepse de cas (3), de personne (4), de nombre, par englobement (5) et par accord ad sensum (6), (7) et (8)

(3) Remo cum fratre Quirinus jura dabunt (Virgile)
« Quirinus [nom.] avec son frère Remus [abl.] donneront des lois »
(4) Ego et tu legimus ; ego et ille scribimus ; tu et ille vosmet ipsos laeditis (Priscien)
« moi et toi nous lisons ; moi et lui nous écrivons ; toi et lui vous vous faites du mal à vous-mêmes »
(5) Hic illius arma,/Hic currus fuit (Virgile), cité par Donat Litt. « Là ses armes [pl.], là son char [sg.] fut [sg.] »
(6) Turba ruunt (Ovide)
Litt. « Une foule [sg.] se précipitent [pl.] »
(7) Pars in frusta secant (Virgile)
Litt. « Une partie [sg.] coupent [pl.] en morceaux »
(8) Pars mersi tenuere ratem (attribué à Virgile)
Litt. « Une partie [fém. sg.] engloutis [masc. pl.] retinrent [pl.] le radeau »

7— Accord du pronom anaphorique avec son antécédent : syllepse de nombre (9) et de genre (10)

(9) Eunuchum [sg.] dixti uelle te, / quia solae utuntur his [pl.] reginae (Térence) « tu as dit que tu voulais un eunuque [sg.], parce que seules les reines en [his pl.] ont à leur service »
(10) fatale monstrum [n.] quae [fém.] generosius perire quaerens nec mulierbriter expauit ensem (Horace)
« [pour livrer aux chaînes] le monstre fatal qui, cherchant à mourir plus noblement n’eut pas devant le glaive une frayeur de femme [il s’agit de Cléopâtre] »

8Mais, malgré son efficacité et son ancienneté, le dispositif des figures de construction, parmi lesquelles figure la syllepse, n’est pas repris tel quel par la jeune grammaire française (la grammaire du français en français, qui naît avec Meigret), mais devra attendre Port-Royal et surtout la grammaire générale pour s’y implanter. On peut distinguer trois périodes dans la fortune de la syllepse au sein de la tradition française : la grammaire avant (et sans) la syllepse, la grammaire avec la syllepse, et la grammaire après (et de nouveau sans) la syllepse.

La grammaire française avant la syllepse

  • 2 Chez Irson, la syllepse, quoique non identifiée comme telle, correspond pourtant à des discordance (...)

9Il n’y a pas de trace de syllepse chez les grammairiens, ni au xvie siècle, chez Meigret (1550), Robert Estienne (1557) ou Ramus (1562, 1572), ni au xviie siècle, chez Maupas (1607-1618) et Oudin (1632-1640) ; Irson (1656) et Chiflet (1659) font bien une place à la construction figurée mais pas explicitement à la syllepse2. Même absence du dispositif des figures malgré l’apport de la Grammaire générale et raisonnée, au xviiie siècle, chez Régnier-Desmarais (1705), Buffier (1709), Restaut (1730), Girard (1747). La syllepse est donc quasiment absente des grammaires des xviie et xviiie siècles, avant que Dumarsais ne reprenne les analyses de Port-Royal. Cette absence peut avoir plusieurs raisons : elle est très certainement due au fait que ces grammaires sont fondamentalement des grammaires des parties du discours et que la syntaxe n’y a pas une place bien établie ; les faits qui pourraient être traités en termes de syllepse sont pour la plupart traités en termes de règles communes de la syntaxe française, ce qui marque une émancipation de la grammaire française par rapport à la tradition latine ; enfin ces grammairiens privilégient les règles générales et font peu de cas (sauf Chiflet) des exceptions ou observations, dans lesquelles pourraient entrer la syllepse et les accords non canoniques.

  • 3 Dans cette citation et les suivantes, je signale par des caractères gras les passages significatif (...)

10Ce sont alors les remarqueurs qui, du fait de leur attention aux irrégularités de l’usage, vont s’intéresser aux discordances d’accord, avec des analyses qui, malgré leur caractère résolument empirique, font indiscutablement référence aux figures de construction. On en prendra pour exemple la remarque de Vaugelas, intitulée Quelque chose, quel genre il demande, dans laquelle, si le terme n’y figure pas, le détail de l’analyse tient indiscutablement de la syllepse3 :

On demande si quelque chose, veut tousjours un adjectif feminin selon le genre de chose, ou bien un adjectif masculin qui responde à l’aliquid des Latins, & à ce qu’il signifie. Par exemple, s’il faut dire, il y a quelque chose dans ce livre, qui est assez bonne, ou quelque chose qui est assez bon, quelque chose qui est assez plaisante, ou qui est assez plaisant. Les sentimens sont fort divers [...]. Ceux qui croyent que tous deux sont bons, se fondent sur ce qu’on le peut faire feminin par la reigle generale qui veut que l’adjectif soit du genre du substantif, & que chose, estant un mot feminin, l’adjectif le soit aussi ; Et qu’on le peut faire masculin, eu esgard non pas au mot, mais à ce qu’il signifie, qui est l’aliquid des Latins, & un neutre que nous n’avons pas en François, mais que nous exprimons par le masculin, qui fait l’office du neutre. [...]
C’est une belle figure en toutes les langues, & en prose aussi-bien qu’en vers, de reigler quelquefois la construction, non pas selon les mots qui la signifient, mais selon les choses qui sont signifiées. Par exemple, nous avons fait une Remarque de personne, où l’on voit qu’encore que personnes, soit feminin, neantmoins parce qu’il signifie hommes & femmes, quand on dit personnes, dans un membre de periode, on peut dire ils, au masculin dans un autre membre de la mesme periode, à cause que cet ils se rapporte non pas au mot signifiant qui est personnes, mais au mot signifié, qui est hommes. [...] Voilà un exemple pour le genre, en voicy un autre pour le nombre. J’en ay veu une infinité qui meurent, &c. Infinité, est singulier & meurent, est pluriel, & cependant il faut dire ainsi, & non pas, j’en ay veu une infinité qui meurt, qui seroit tres mal dit. Et cela, parce que meurent, se rapporte non pas au mot signifiant qui est infinité, & singulier, mais à la chose signifiée, qui est quantité de personnes, ou d’animaux, qui comme un terme collectif equipolle le pluriel, tellement qu’on n’a pas esgard au mot, mais à la chose (1647 : 464*-468*).

L’entrée de la syllepse dans la grammaire générale aux xviie et xviiie siècles

Arnauld et Lancelot, Grammaire générale et raisonnée (1660)

  • 4 Voir l’analyse de B. Colombat (ici même).
  • 5 À l’exception de D’Aisy (Colombat (éd.), 1998 : 145-147).

11C’est donc la grammaire de Port-Royal qui fait entrer la syllepse dans la tradition française. Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, intitulé De la Syntaxe, ou Construction des Mots ensemble, Arnauld et Lancelot distinguent syntaxe de convenance et syntaxe de régime. Sous la syntaxe de convenance figurent les règles d’accord et c’est lorsqu’il y a infraction à la convenance qu’il y a figure : « Quand il se rencontre quelque chose de contraire en apparence à ces règles, c’est par figure, c’est-à-dire, en sous-entendant quelque mot, ou en considérant les pensées plutôt que les mots mêmes, comme nous le dirons ci-après » (1969 : 104) ; d’où le développement qui suit sur les Figures de construction, au premier rang desquelles figure la syllepse, définie comme la figure « qui s’accorde plus avec nos pensées, qu’avec les mots du discours » (1969 : 107), avec l’appui d’un exemple français (il est six heures) et de trois exemples latins (ex. 6, 8 et 10)4. Le père Lamy (1699 : 42-43) sera le premier et le seul5 à reprendre à Port-Royal la notion de figure de grammaire et à installer la syllepse au centre des faits d’accord, avec une analyse et des exemples inspirés de Port-Royal et il faudra attendre Dumarsais pour une reprise approfondie de la question des figures de construction.

Dumarsais et l’article construction de l’Encyclopédie (1751-1756)

  • 6 Voir Colombat (1993 : 347-361).
  • 7 L’article de Dumarsais, après le traitement des faits traditionnels d’accord se termine par le ne (...)

12Dumarsais6 distingue trois sortes de construction, la construction simple, la construction figurée, et la construction usuelle. La construction figurée « n’est pas conforme à la manière de parler la plus régulière » (p. 76A), c’est-à-dire à la construction simple, mais elle permet, au moyen des figures, de rapporter les irrégularités apparentes « aux lois générales du discours » et de « faire voir que malgré le masque qu’elles portent de l’anomalie, elles sont pourtant analogues à la construction simple » (p. 76B). Parmi les figures qui permettent de retrouver la construction simple derrière l’anomalie se trouve la syllepse, définie comme « une figure, selon laquelle les mots sont construits selon la pensée & la chose, plutôt que selon la lettre & la forme grammaticale » (p. 78B)7, et illustrée, outre l’exemple latin (10), par des exemples français, qui passeront chez Beauzée puis chez Girault-Duvivier et Noël et Chapsal :

La troisième sorte de figure est celle qu’on appelle syllepse ou synthèse : c’est lorsque les mots sont construits selon le sens & la pensée, plûtôt que selon l’usage de la construction ordinaire ; par exemple, monstrum étant du genre neutre, le relatif qui suit ce mot doit aussi être mis au genre neutre, monstrum quod. Cependant Horace, lib. I, od 37. a dit fatale monstrum, quae generosius perire quaerens : mais ce prodige, ce monstre fatal, c’est Cléopâtre ; ainsi Horace a dit quae au féminin, parce qu’il avoit Cléopatre dans l’esprit. Il a donc fait la construction selon la pensée, & non selon les mots. Ce sont des hommes qui ont, & sont est au pluriel aussi-bien que sont, parce que l’objet de la pensée c’est des hommes plutôt que ce, qui est ici pris collectivement.

On peut résoudre ces façons de parler par l’ellipse : car ce sont des hommes qui ont, &c. ce, c’est-à-dire les personnes qui ont, &c. sont du nombre des hommes qui, &c. Quand on dit la faiblesse des hommes est grande, le verbe est étant au singulier, s’accorde avec son nominatif la faiblesse ; mais quand on dit la plûpart des hommes s’imaginent, &c. ce mot la plûpart présente une pluralité à l’esprit ; ainsi le verbe répond à cette pluralité, qui est son correctif. C’est encore ici une syllepse ou synthèse, c’est-à-dire une figure selon laquelle les mots sont construits selon la pensée & la chose, plûtôt que selon la lettre & la forme grammaticale : c’est par la même figure que le mot de personne, qui grammaticalement est du genre féminin, se trouve souvent suivi de il ou ils au masculin ; parce qu’alors on a dans l’esprit l’homme ou les hommes dont on parle qui sont physiquement du genre masculin (p. 78B).

Beauzée, articles synthèse de l’Encyclopédie (1756-1772) et de l’Encyclopédie méthodique (1782-1786)

  • 8 Voir son commentaire par Colombat (1993 : 347-361).

13De Dumarsais à Beauzée, son successeur dans l’entreprise de l’Encyclopédie, la syllepse va devenir synthèse, pour se distinguer du trope. En fait, l’entreprise de Beauzée, des articles synthèse de l’En cyclopédie et de l’Encyclopédie méthodique en passant par sa Grammaire générale (1767), est une entreprise d’élimination de la syllepse, soit par sa réduction à l’ellipse, soit par son intégration aux règles ordinaires de la grammaire. L’intérêt de l’article de l’Encyclopédie méthodique8 réside dans la rigueur de son développement, la diversité de ses exemples, tant latins que français, ainsi que dans la recherche d’équivalents français aux exemples de la tradition latine, enfin dans la variété de ses sources, puisqu’il intègre également la tradition des remarques (Malherbe, Bouhours, Vaugelas, l’Académie) :

synthèse, s.f. La Synthèse sert, dit du Marsais, qui l’appelle Syllepse (voyez figure) « lorsqu’au lieu de construire les mots selon les regles ordinaires du nombre, des genres, des cas, on en fait la construction relativement à la pensée que l’on a dans l’esprit ; en un mot [...] lorsqu’on fait la construction selon le sens, & non pas selon les mots ».
1. Synthèse dans le genre. Samnitium duo millia caesi . Tit. Liv., & non pas caesa, dit Lancelot, parce que l’auteur le raporte à homines qu’il a dans l’esprit. Daret ut catenis fatale monstrum, quae generosius perire quaerens, &c. Hor. Il a mis quae, dit le même grammairien, parce que par monstrum il entend Cléopatre.
C’est par une figure semblable que Malherbe dit : J’ai eu cette consolation en mes ennuis, qu’une infinité de personnes qualifiées ont pris la peine de me témoigner le déplaisir qu’ils en ont eu. « Ils, dit Vaugelas (Rem. 7) est plus elegant que ne seroit elles, parce que l’on a égard à la chose signifiée, qui sont les hommes en cet exemple, & non pas à la parole qui signifie la chose, ce qui est ordinaire en toutes les langues ». Le P. Bouhours (Doutes, Part, iij), observe à ce sujet que la langue italienne met souvent le genre masculin après Persona, qui est féminin.
Nous devons dire de même (Dict. de l’Acad.) Les vieilles gens sont soupçonneux, & non pas soupçonneuses, quoique vieilles gens soient du féminin.
2. Synthèse dans le nombre. Missi, magnis de rebus uterque , legati. Hor. On trouve de même dans la phrase de Malherbe. Une infinité de personnes qualifiées ont pris la peine de me temoigner le déplaisir qu’ils en ont eu. Nous disons de même, La plupart se laissent emporter à la coutume. Vaug. [...]
3. Synthèse dans le genre, & dans le nombre. Pars in carcerem acti, pars bestiis objecte Sall. Lancelot trouve celle-ci plus hardie. Pharnabasus cum Apollonide & Athenagorâ vincti traduntur. Q. Curt. Laissant sa mère avec sa femme & six enfans prisonniers. Vaug. [...]
Il me semble qu’il étoit assez inutile de recourir à autre chose qu’à l’Ellipse pour rendre raison de la plupart des phrases que l’on rapporte à la Synthèse. Reprenons les exemples cités, & par de simples suppléments d’Ellipse on les voit rentrer dans les règles générales.
[...] Daret ut catenis fatale monstrum, quae generosius perire quaerens ; c’est à dire ut daret catenis (Cleopatram) monstrum fatale, quae (mulier) quaerens perire generosius.
Les vieilles gens sont soupçonneux, c’est-à-dire, Les vieilles gens sont (hommes) soupçonneux. [...]
Pars in carcerem acti, pars bestiis objecti, c’est comme si Salluste avoit dit, (Divisi sunt in partes duas, ii qui sunt prior) pars in carcerem acti (sunt, ii qui sunt altera) pars bestiis objecti (sunt) [...] (p. 485).

La grammaire française avec la syllepse : la scolarisation de la syllepse au xixe siècle

  • 9 Voir la contribution ici même de J.-P. Saint-Gérand.

14De Port-Royal jusqu’aux Encyclopédistes, on voit donc la syllepse prendre sa place dans la grammaire française ; mais c’est au xixe siècle que la figure va vraiment s’installer, d’une part dans la grammaire du bon usage, avec la Grammaire des grammaires de Girault-Duvivier, d’autre part dans ce qu’A. Chervel a appelé la première grammaire scolaire, qui est une scolarisation de la grammaire générale, et dont la Nouvelle Grammaire française de Noël et Chapsal est le meilleur représentant9.

Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires (1811)

15Très gros succès éditorial au xixe siècle, cet ouvrage, dont la première édition date de 1811, peut être considéré, comme le « compendium de l’usage élégant » tout au long du xixe siècle et « atteste de l’irréversible glissement des grammaires philosophiques et générales vers des grammaires pratiques » (J.-P. Saint-Gérand, in Colombat 1998 : 207).

16Dans son article De la construction figurée (pp. 1008-1026), Girault-Duvivier paraphrase librement Dumarsais : il oppose construction grammaticale (directe, régulière) et construction figurée (indirecte, irrégulière) et distingue les quatre figures canoniques, dont la syllepse, auxquelles il ajoute le gallicisme (version francisée de l’imitation selon Dumarsais). La syllepse est définie traditionnellement comme un accord « selon la pensée » et non « selon la construction grammaticale », et l’article est, selon le principe de Girault-Duvivier, une compilation de références (Port-Royal, Dumarsais, Condillac, Lévizac) et d’exemples. Sont qualifiés de syllepse, outre, en tête d’article, le il impersonnel et le ne discordantiel (sous l’autorité de Port-Royal et Dumarsais), des faits d’accord référentiels et non morphologiques, tirés des auteurs classiques : l’accord de l’attribut du pronom vous, et l’accord du pronom anaphorique, non avec le « mot » antécédent, mais avec son « idée » ou son référent :

de la syllepse ou synthèse
La syllepse a lieu lorsque les mots sont employés selon la pensée plutôt que selon l’usage de la construction grammaticale, comme quand je dis : Il est six heures [...]
C’est aussi par une figure semblable que Voltaire a dit :
Jeune et charmant objet [...]
Vous n’êtes point tombée en de barbares mains (Voltaire, Mahomet) Tombée est ici au féminin, parce que l’auteur était plus occupé de Palmire, à qui ces paroles s’adressent, que de la qualification de jeune et charmant objet qu’il lui donne.
Quand La Bruyère (des Femmes, chapitre III) a dit : « Une femme infidèle, si elle est connue pour telle de la personne intéressée, n’est qu’infidèle, s’il la croit fidèle, elle est parjure. » Il est un tour élégant et fort bon, parce que ce n’est pas le mot personne qui reste à l’esprit, c’est l’idée d’homme, de mari. (Condillac, De l’Art d’écrire, ch. xi, liv. 1er)
L’emploi de la syllepse est encore très heureux dans ces vers de Racine (Athalie, acte IV, sc. 3) :
Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge,
Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin,
Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin
(Racine, cit. Lévizac)
La régularité de la construction demandait comme lui, puisque ce pronom se rapporte au mot pauvre ; mais le poète oublie qu’il a employé ce mot ; plein de son idée, il ne voit que les pauvres et les orphelins en général ; et c’est sur ces êtres intéressants qu’il porte toute son attention : comme eux est donc la seule expression que Racine a dû employer, puisqu’elle répond si bien à l’idée et au sentiment qui l’occupent (Lévizac, page 268, tome II) (1842 : 1016-1018).

17Girault-Duvivier traite également par la syllepse deux autres faits d’accord : l’accord du verbe avec un sujet collectif, et dans ce cas, c’est l’accord au singulier (ex. Une troupe de montagnards écrasa la maison de Bourgogne) qui est donné comme sylleptique, au rebours de la tradition latine de turba ruunt, mais conformément à la règle dite d’accord avec le génitif de Vaugelas (1842 : 593, voir p. 47) ; l’accord de l’attribut de on (1842 : 396-397) : syllepse de nombre (l’embarras où on est de se trouver seuls) ou de genre (on est toujours bien aise d’être aimée).

Noël et Chapsal, Nouvelle Grammaire française (1823)

18Parue en 1823 et constamment rééditée par la suite, la Nouvelle Grammaire française de Noël et Chapsal est « l’ouvrage fondamental de toute la grammaire scolaire du xixe siècle » (Chervel 1997 : 100). Noël et Chapsal y définissent la construction grammaticale et naturelle, caractérisée par l’ordre le plus simple, la suffisance de l’expression (pas de manque ni de surabondance) et la concordance la plus parfaite. Lorsque la construction s’écarte de la construction simple, elle est dite figurée : l’ellipse et le pléonasme contreviennent au principe de suffisance, l’hyperbate à celui d’ordre simple et la syllepse à celui de concordance. Le champ de la syllepse est donc celui de l’accord, et la figure « règle l’accord d’un mot, non avec celui auquel il se rapporte grammaticalement, mais avec le mot auquel il correspond par le sens » (1826 : 178-17). Plus encore que chez Girault-Duvivier, la syllepse est réduite à la portion congrue, avec deux cas d’accord ad sensum : accord du verbe au pluriel avec un sujet collectif, comme dans Une multitude de personnes sont venues (« phrase dans laquelle le verbe sont et le participe venues correspondent avec personnes, qui frappe le plus l’attention, et non avec multitude, auquel ils se rapportent grammaticalement par la forme de la phrase »), accord du pronom au pluriel avec un antécédent singulier générique, avec l’exemple d’Athalie, déjà cité par Girault-Duvivier : Entre le pauvre et vous... Comme eux vous fûtes pauvre... (« le poète, frappé de l’idée d’une multitude de pauvres, est entraîné par sa pensée ; et l’expression est en rapport non avec ce qu’il a dit, mais avec ce qui occupe entièrement son attention »). Le terme de syllepse n’apparaît nulle part ailleurs dans l’ouvrage, et les faits déviants de l’accord sujet-verbe sont traités comme des exceptions, et non comme des figures. Premier signe de désaffection pour la syntaxe figurée, qui va se confirmer au siècle suivant.

La grammaire française après la syllepse : une figure grammaticale en survie au xxe siècle

  • 10 Je me réfère pour l’ensemble de cette production grammaticale à Arrivé (2001).

19Selon A. Chervel, la syllepse est morte avec la ruine de la syntaxe figurée et de l’édifice chapsalien et l’émergence de la seconde grammaire scolaire, construite autour du dispositif des fonctions. Un rapide examen de la production grammaticale à partir de 195010 confirme sans hésitation ce point de vue : en général, plus un mot n’est dit de la syllepse.

  • 11 À l’exception de La Grammaire des fautes de Frei (1929), voir ici même la contribution de J.-P. Sa (...)
  • 12 Mais elle survit dans les grammaires historiques, par exemple chez N. Fournier (1998), où elle ser (...)

20La syllepse est ainsi absente des grands ouvrages de référence antérieurs aux années 195011 : l’Essai de grammaire de la langue française de Damourette et Pichon (1930-1950), La Pensée et la langue de Brunot (1926), le Système grammatical de la langue française de Gougenheim (1938), les Éléments de syntaxe structurale de Tesnière (1959) ; elle est également absente de ce qu’Arrivé appelle « les nouvelles grammaires des années 1960-1968 » : la Grammaire Larousse du français contemporain de Chevalier, Arrivé, Blanche-Benveniste et Peytard (1964), la Grammaire structurale du français de Dubois (1965), la Grammaire transformationnelle du français de Gross (1968) ; elle est encore absente des grammaires des années 1990, dues à Le Goffic (1993), Riegel, Pellat et Rioul (1994), Wilmet (1997), Charaudeau (1997)12. Deux ouvrages font exception pour la période 1960-1968 : la Grammaire du français classique et moderne de Wagner et Pinchon (1962) et le Bon Usage de Grevisse (10e éd., 1975), revu par A. Goosse (12e éd., 1988).

Wagner et Pinchon, Grammaire du français classique et moderne (1962)

21Dans cet ouvrage, d’élaboration plus ancienne que les ouvrages parus à la même époque, la syllepse garde un statut résiduel, pour épingler certains faits d’accord des pronoms variables (§ 177) ; les auteurs y opposent l’accord grammatical, lorsque le pronom tire ses marques de son antécédent variable, et l’accord par syllepse, « c’est-à-dire d’après le sens », quand l’antécédent est morphologiquement indifférencié et que le pronom s’accorde directement avec le référent visé (la syllepse permet en particulier de traiter le problème du pronom régime associé à on ; ex. : Un sentiment de désolation vous étreint, quand on contemple ces ruines).

Grevisse, Le Bon Usage, 10e et 12e éditions

  • 13 Les deux premiers cas sont : absence de donneur explicite (§ 427), donneur morphologiquement indif (...)

22C’est dans Le Bon Usage de Grevisse, dans sa 10e édition (1975) comme dans la 12e (1988), due à A. Goosse, que se réfugie la syllepse. Grevisse et Goosse font tous deux grand usage de la syllepse, de nombre, de genre et de personne, dans les chapitres consacrés au pronom, à l’accord sujet-verbe et dans le chapitre général consacré à l’accord dans la 12e édition. Avec Le Bon Usage, il s’agit bien d’une survie, mais très vivace, de la syllepse. Il serait intéressant de comparer ces deux éditions, mais je me limiterai à l’examen de la 12e édition de Goosse, et notamment au chapitre synthétique sur l’accord (IIe p., chapitre VIII) dans lequel on trouve une section « Accords sylleptiques » dans le cas d’un donneur unique. La définition de la syllepse n’est pas éloignée de celle de Girault-Duvivier, avec l’idée d’une contradiction entre les « règles grammaticales » et le sens : « La syllepse consiste à faire l’accord d’un mot, non avec le mot auquel il se rapporte selon les règles grammaticales, mais avec le terme qu’on a dans l’idée (accord avec le sens, constructio ad sensum, ou accord logique) » (1988 : § 426) ; et Goosse distingue trois cas d’accord sylleptiques13, dont le dernier, intitulé : accord qui « contredit le genre et/ou le nombre du donneur », constitue la syllepse proprement dite (§ 429), avec une opposition entre :

  1. les syllepses obligatoires, qui tiennent soit à des problèmes d’accord avec le référent, quand le sujet est nous, vous référant à un être unique, homme ou femme (Êtes-vous content, Monsieur ? – Êtes-vous contente, Madame ?), soit à des recatégorisations comme pronom indéfini, singulier ou pluriel, de substantifs (personne, quelque chose), de gn quantificateurs (la plupart, bon nombre) ou d’adverbes de degré (beaucoup, peu, combien, pas mal), d’où les accords dits sylleptiques, du type : Personne n’est venu ce matin. La plupart comprennent [...]. Beaucoup firent faillite.
  2. les syllepses facultatives : pour l’essentiel, il s’agit de l’accord de l’attribut du pronom on, qui peut prendre le genre et le nombre du référent visé, par une syllepse de genre ou de nombre (Qui regrette-t-on quand on est si belle ?, Musset, On est tranquilles, B. Vian).
  3. les syllepses occasionnelles, avec les noms de profession ou les titres, dont le référent peut être homme ou femme (ce mannequin est charmante, Colette), les noms collectifs singuliers (Il y a assez de monde qui sont venus me soir, Hugo), les sujets autonymiques (Les Dieux ont soif est un livre d’une maîtrise absolue, Thibaudet), les indications numériques et indications d’âge (Dix heures sonna, R. Vailland).

23Dans son ensemble, cette analyse est à la fois complexe et assez arbitraire (notamment, comment justifier l’opposition entre syllepse obligatoire, facultative et occasionnelle ?) et surtout elle relègue sous la notion de syllepse des faits d’accord très marginaux ; c’est évident notamment pour les noms collectifs : ne sont traités comme syllepse que les faits populaires ou archaïques, alors que l’accord avec un sujet ouvert par un nom collectif ou un adverbe quantificateur est traité en termes de variation (le verbe pouvant s’accorder au singulier avec le nom tête ou au pluriel avec le nom complément) mais pas en termes de syllepse.

Conclusion de la première partie

24La fortune de la syllepse dans la grammaire française est donc tardive et elle est liée à l’intégration dans la grammaire générale, chez Port-Royal d’abord puis chez Dumarsais et Beauzée, de la syntaxe figurée et du dispositif des figures de construction ; de là, elle passe dans la grammaire scolaire et dans la grammaire d’usage au XIXe siècle, dont Le Bon Usage peut être considéré comme le dernier avatar. L’extension de la figure reste cependant très limitée, la syllepse, même dans sa résistance ultime chez Goosse, servant à épingler des faits d’accord très circonscrits. En général, le traitement des faits d’accord se passe très bien de la syllepse et a recours à d’autres modes d’analyse que nous allons examiner dans la seconde partie.

Le traitement des faits d’accord avec ou sans la syllepse

25Pourquoi et comment se dispense-t-on de la syllepse pour traiter des faits d’accord, et quelles sont les analyses qui concurrencent la syllepse ? On peut en distinguer trois : le recours aux règles générales de la grammaire, le recours à l’ellipse, le recours à la hiérarchisation syntaxique ou sémantique du syntagme donneur d’accord.

Analyse par les règles générales de la grammaire

26Pas de recours à la construction figurée, mais intégration dans les règles générales d’accord.

27— L’accord de l’adjectif avec plusieurs substantifs, de genre et/ou de nombre différents finit par tomber sous le coup de la règle générale de l’accord au pluriel et au genre le plus noble (le masculin). D’abord, aux xviie et xviiie siècles, dans le seul cas de l’adjectif attribut, alors que l’accord de l’épithète se fait avec le substantif le plus proche ; d’où les exemples contrastifs de Buffier : Le vent et la pluie violente qu’il faisait vs Le vent & la pluie étoient violents (1709, § 689). Puis, avec Girault-Duvivier et Noël et Chapsal, la règle s’étend quelle que soit la fonction de l’adjectif : Le riche et le pauvre sont égaux devant Dieu. Une application et un travail continuels font surmonter bien des obstacles (Noël et Chapsal 1823 : 110). Cependant l’accord au singulier avec le dernier terme est toujours accepté, quelle que soit la fonction de l’adjectif, dans le cas de substantifs synonymes ou en gradation, avec les exemples suivants, cités par Girault-Duvivier (1842 : 260-261) : Toute sa vie n’a été qu’un travail, qu’une occupation continuelle (Massillon). Le fer, le bandeau, la flamme est toute prête (Racine). Mais en aucun cas le commentaire ne fait appel à la syllepse, ni pour l’accord au pluriel, qui est la règle ordinaire, ni pour l’accord au singulier avec le dernier substantif, accord en discordance avec la règle mais motivé par des raisons sémantiques (synonymie, gradation) ; pas plus que ne le fait Le Bon Usage, qui n’est pourtant pas avare de syllepse comme on l’a vu (10e éd., § 371, 12e éd., § 434).

28L’évolution du traitement de l’accord de l’adjectif avec deux substantifs coordonnés est donc remarquable : ce que la tradition latine considérait comme syllepse, à savoir l’accord de l’adjectif au pluriel (ex. capti Marsque Venusque dolis), devient l’accord régulier du français, et c’est l’accord au singulier qui devient une irrégularité motivée, sans pour autant être traité comme une syllepse.

  • 14 Voir par exemple Buffier (1709, § 710).
  • 15 Néanmoins, la syllepse de personne apparaît fugacement chez Wagner et Pinchon (§ 177), et chez Gre (...)

29— L’accord en personne du verbe avec le sujet est réglé normalement par la hiérarchie des personnes ; les exemples comme Vous et moi sommes d’accord (équivalents français de la syllepse latine ego et tu legimus), ne sont que l’application de la règle normale générale : le verbe s’accorde avec la personne la plus noble, la personne 1 a priorité sur la personne 2, qui a elle-même priorité sur la personne 3 ; cette règle de priorité des personnes est constamment répétée14, jusque chez Grevisse (où elle s’exprime en termes de hiérarchisation énonciative, 12e éd., § 433b)15.

  • 16 Notamment chez Chiflet ou Irson (1659 : 81-82). Voir Vaugelas (1647 :149-150, 219, 378-380).

30— L’accord en nombre du verbe avec plusieurs sujets coordonnés est toujours traité dans le cadre des « Règles communes de la syntaxe » (Chiflet 1659 : 130), et non par la syllepse. Le pluriel du verbe est l’accord normal, selon une règle formelle énoncée par tous les grammairiens, ici par Chiflet : « Plusieurs Substantifs liez ensemble par quelque Conjonction, tirent après eux le Verbe plurier : comme ; Le Roy & la Reine sont en bonne santé » (1659 : 131). À l’égard de cette règle, le singulier est traité, aux xviie et xviiie siècles, comme une exception (mais non une syllepse), justifiée sémantiquement par le sémantisme du coordonnant (conjonctif vs disjonctif ou alternatif) ou par celui des noms coordonnés (synonymes et approchants vs contraires et différents). Cette configuration (avec plusieurs sujets coordonnés) et la variation d’accord qu’elle entraîne pour le verbe (singulier ou pluriel) est au xviie siècle le terrain favori des remarqueurs, Vaugelas le premier, dont les analyses passeront quasiment telles quelles dans les grammaires ultérieures16.

La concurrence de l’ellipse

31Dans ce dernier cas (verbe au singulier avec deux sujets coordonnés), lorsqu’il y a recours à la contruction figurée, tardivement, chez Girault-Duvivier puis Noël et Chapsal, ce ne sera pas la syllepse qui sera invoquée, mais l’ellipse (on sent là l’influence de Beauzée) :

Lorsque deux mots composant le sujet d’un verbe sont unis par ou, cette conjonction excluant l’un des deux sujets, c’est le second seul qui donne l’accord au verbe, parce qu’énoncé le dernier, il frappe le plus l’esprit, et que ces sortes de phrases étant elliptiques, le même verbe est sous-entendu dans la première proposition, avec la forme qu’exige le mot sujet qui précède ou. [...] La vivacité ou la langueur des yeux fait un des principaux caractères de la physionomie (Buffon). En quelque endroit écarté du monde que la corruption ou le hasard les jette (Bossuet) (Girault-Duvivier 1811 : 579).

La concurrence par des règles spécifiques hiérarchisantes

32On prendra ici le seul exemple de l’accord dit ad sensum avec un sujet collectif : La plupart des hommes s’imaginent. À la différence du cas précédent, la prégnance de l’héritage latin est très forte dans cette configuration, ce dont témoigne la reprise, sous le chef de la syllepse, des exemples canoniques latins (avec pars et turba) chez Port-Royal, Lamy, et Beauzée, comme la recherche d’exemples français équivalents (avec la plupart / une infinité de + Npl).

33Le problème est le suivant : quand le verbe a un sujet collectif (un GN dont la tête est un nom collectif, morphologiquement singulier mais sémantiquement pluriel), doit-il s’accorder avec la forme du sujet ou avec son sens ? L’accord avec le sens recouvrant très exactement la définition de la syllepse, on pourrait s’attendre à ce que cette figure soit régulièrement sollicitée ; or paradoxalement, il n’en est rien et l’analyse par la syllepse, héritée du latin, se trouve en concurrence avec deux autres analyses, purement françaises : la règle syntaxique de l’accord avec le génitif, la règle sémantique de l’accord avec l’idée principale.

34Hiérarchisation syntaxique : la règle syntaxique de l’accord avec le génitif

35C’est à Vaugelas que revient la paternité de la règle syntaxique de l’accord avec le génitif, qui permet de rendre compte de l’accord du verbe au pluriel, dans la remarque intitulée Une infinité :

Une infinité de personnes, regit le pluriel. [...] Cela ne se fait pas à cause que le mot d’infinité est collectif, & signifie beaucoup plus encore que la pluralité des personnes, mais parce que le genitif est pluriel, qui en cét endroit ordinaire donne la loy au verbe contre la reigle ordinaire de la Grammaire, qui veut que ce soit le Nominatif qui regisse le verbe ; Car si vous dites une infinité de monde ; parce que ce genitif est au singulier, vous direz, une infinité de monde se jetta là dedans, & non pas, une infinité de monde se jetterent, ce qui est une preuve manifeste que c’est le genitif pluriel, qui fait dire, une infinité de personnes ont pris la peine, & non pas la force collective du mot infinité (p. 41).

36Cette règle par laquelle « le génitif donne la loi au verbe » contrairement à la règle commune qui veut que ce soit le nominatif qui la donne, repose sur la hiérarchisation syntaxique du syntagme sujet : c’est le terme en apparence régi, et non le terme recteur, qui est la tête syntaxique du groupe et le donneur d’accord. Cette règle, qui sera constamment reprise par les grammairiens (à partir de Chiflet), permet de se passer de la syllepse et de proposer un traitement strictement syntaxique de ces faits d’accord.

37Hiérarchisation sémantique : la règle sémantique de l’accord avec « l’idée principale »

38Avec Girault-Duvivier, la règle syntaxique de Vaugelas devient une règle sémantique, qui repose sur la hiérarchisation sémantique du syntagme N de N ; Girault-Duvivier demande l’accord avec « l’idée principale » exprimée par le nom complément, et non avec « l’idée accessoire » marquée par le nom collectif :

Quand un substantif collectif partitif ou un adverbe de quantité est suivi de la préposition de et d’un substantif, l’adjectif, le pronom, le participe et le verbe s’accordent avec le dernier substantif, parce qu’il exprime l’idée principale, celle qui fixe le plus l’attention, le collectif partitif ou l’adverbe n’étant, pour ainsi dire qu’accessoire.
exemples – La plupart du monde ne se soucie pas de l’intention ni de la diligence des auteurs (Racine) – La plupart des hommes se souviennent bien mieux des services qu’ils rendent que de ceux qu’ils reçoivent (Scudéry) – Une infinité de jeunes gens se perdent [...] – Une infinité de monde pense... [...] (Girault-Duvivier, p. 593).

  • 17 « Un grand nombre d’écrivains ont fait accorder l’adjectif, le pronom, le participe et le verbe av (...)

39La syllepse, apparemment oubliée, fait alors une réapparition inattendue, dans la Remarque qui suit la règle, puisqu’elle épingle les cas d’accord du verbe au singulier, dans des exemples comme Une troupe de montagnards écrasa la maison de Bourgogne (contrairement à la tradition latine de Turba ruunt)17.

40Enfin, la révision du Bon Usage dans sa 12e édition par A. Goosse (§ 429-431) fait l’économie de la notion de syllepse et traite le problème de l’accord avec un sujet collectif en termes à la fois syntaxiques et sémantiques, dans une analyse qui reprend à la fois Vaugelas et Girault-Duvivier. Pour Goosse, l’accord, habituellement au pluriel, engage la hiérarchisation syntaxique du syntagme : le terme apparemment régi est un pseudo-complément, c’est lui qui est « le noyau important du syntagme » et « le donneur d’accord », la tête du syntagme ; le terme collectif (adverbe ou nom) sert de déterminant. La hiérarchisation syntaxique va de pair avec une hiérarchisation sémantique : c’est le nom régi qui « prédomine dans la pensée » et qui est l’élément cognitivement saillant. L’accord peut également se faire, quoique plus rarement, au singulier avec le terme introducteur, qui est alors le terme saillant. L’analyse de Goosse se fait donc en termes de variation, avec un choix possible mais dissymétrique (le pluriel est plus fréquent) entre les deux accords.

Conclusion de la seconde partie

41Ce parcours du traitement des faits d’accord dans la tradition grammaticale française se présente donc comme un évitement constant de la syllepse plutôt que comme une exploitation de la figure, et ce jusque chez les auteurs qui lui font une place (de Girault-Duvivier à Grevisse). La syllepse se voit battue en brèche, d’une part par d’autres figures de construction, en particulier par l’ellipse (c’est l’héritage de Beauzée), d’autre part par d’autres analyses, syntaxiques et sémantiques, qui ont une puissance explicative meilleure dans le système grammatical français. Plus qu’une intégration, l’histoire de la syllepse est donc celle d’une marginalisation et au mieux d’une précaire survie.

La syllepse et l’évolution de la conception de l’accord

42L’examen du traitement des faits d’accord dans les grammaires françaises amène donc à constater l’étroitesse du champ de la syllepse, circonscrite à des faits d’accord restreints et concurrencée par d’autres analyses moins tributaires de la tradition latine ; ceci amène à conclure à une forme d’inadaptation de la figure pour décrire l’accord en français. C’est de fait tout l’ensemble des figures de construction, à l’exception de l’ellipse, qui a mal résisté au transfert du latin vers le vernaculaire, et la plupart de ces figures sont passées de la grammaire à la rhétorique, dans un transfert délicat dont Fontanier se fait l’écho à la fin des Figures du discours (1968 : 456-458).

43On voudrait proposer ici une explication à la survie difficile, voire l’éviction, de la syllepse dans la grammaire française ; cette explication tiendrait à un changement de conception de l’accord, qui d’un traitement disjonctif en termes d’opposition forme/sens est passé à un traitement qu’on peut dire conjonctif, en termes de cumul forme/sens.

44— Le traitement disjonctif de l’accord (selon la forme ou le sens) est la condition pour que la syllepse puisse trouver sa place ; en tant que figure, la syllepse est de fait irréductiblement liée à une conception de l’accord comme un choix entre deux principes mutuellement exclusifs, un principe formel et un principe sémantique, et à la priorité du principe formel sur le principe sémantique. Dans cette conception, l’accord est donc soit formel et normal, soit sémantique et déviant, et donc sylleptique. C’est explicite chez les grammairiens, qui travaillent en termes d’opposition binaire, entre faire l’accord (ou régler la construction) : « selon les mots qui signifient » vs « selon les choses qui sont signifiées » (Vaugelas), « avec les mots du discours » vs « avec nos pensées » (Port-Royal), « selon les mots » vs « selon le sens » (Beauzée), « selon l’usage de la construction grammaticale » vs « selon la pensée » (Girault-Duvivier), « avec le mot auquel il [le mot à accorder] se rapporte selon les règles grammaticales » vs « avec le terme qu’on a dans l’idée » (Grevisse, 12e éd.). Dans cette opposition forme/sens, le commentaire sémantique n’intervient que pour justifier la syllepse, l’accord normal valant par sa seule concordance formelle et se passant d’interprétation.

45— Le traitement conjonctif de l’accord (selon la forme et le sens) amène inévitablement à un recul de la syllepse, du fait que l’accord formel devient lui aussi interprétable sémantiquement. Ainsi voit-on les grammairiens justifier sémantiquement les accords canoniques, et fonder non plus sur le seul principe de concordance morphologique mais sur une concordance sémantique, aussi bien les règles générales d’accord que les règles particulières. Ainsi en témoigne le commentaire de Girault-Duvivier sur l’accord du verbe avec le sujet :

règle générale. - Le verbe s’accorde avec son sujet en nombre et en personne [...] Dans ces phrases le sujet peut être considéré comme l’agent principal qui commande à tous les autres mots, et leur prescrit les formes dont ils doivent se revêtir pour ne faire qu’un tout avec lui : le verbe est donc obligé de prendre en quelque sorte la livrée du sujet.
[...]
Lorsque le verbe a deux ou plusieurs sujets substantifs ou pronoms singuliers de la troisième personne, unis par la conjonction et, on met ce verbe à la troisième personne du pluriel [...] Voilà ce que veulent la Grammaire et la raison ; car deux ou plusieurs singuliers valent un pluriel (1842 : 575).

  • 18 Même commentaire à la fois formel et sémantique pour les GN sujets joints par ou ou par ni : « Le (...)

46L’accord n’est donc plus traité en termes d’alternative entre deux principes mutuellement exclusifs, mais comme un choix entre deux schémas formels concurrents et tous deux interprétables sémantiquement. L’approche de Grevisse est caractéristique de ce point de vue ; ainsi à propos de l’accord du verbe avec un nom collectif, on notera que les parenthèses opposant « accord avec la forme » et « accord avec le sens » n’ont pas lieu d’être, puisque l’accord avec la forme est aussi un accord avec le sens (accord avec la valeur collective ou la valeur de pluralité du sujet)18 :

Le verbe qui a pour sujet un collectif suivi de son complément s’accorde avec celui des deux mots sur lequel on arrête sa pensée :
1°) L’accord a lieu avec le collectif (accord avec la forme) si l’on a en vue la totalité des êtres ou des objets dont il s’agit, considérés collectivement : Une multitude de sauterelles A infesté ces campagnes. [...]
2°) L’accord a lieu avec le complément (accord avec le sens : syllepse du nombre) si on a en vue la pluralité des êtres ou des objets dont il s’agit, considérés individuellement :
Une multitude de sauterelles ont infesté ces campagnes [...] (Grevisse, 10e éd„ § 806).

Conclusion de la troisième partie

47La syllepse est ainsi vouée à la disparition, à partir du moment où le modèle explicatif de l’accord intègre la double dimension formelle et sémantique et où l’accord est traité non pas comme une opposition entre concordance formelle et concordance sémantique, mais comme une variation entre deux configurations, à la fois formelles et sémantiques. C’est se ranger au fond à la position de Vaugelas affirmant que l’accord est variation et que l’un et l’autre se dit ou se disent (1647 : 141).

Conclusion générale

48Au terme de ce parcours grammatical, au cours duquel nous avons traqué la syllepse dans les multiples problèmes posés par les faits d’accord, il reste une question à poser, celle du rapport entre syllepse grammaticale et syllepse rhétorique. Qu’y a-t-il de commun entre la figure de construction et le trope ?

49Dans les deux cas, il y a distinction de deux valeurs mutuellement exclusives : la forme et le sens pour la syllepse grammaticale, le sens figuré et le sens propre pour la syllepse stylistique. Mais le rapport s’arrête là, puisque la syllepse stylistique se fonde sur le cumul, sur un même mot, des deux valeurs, ce qui est un fait de polysémie discursive, alors que la syllepse grammaticale implique le choix de la valeur sémantique et l’exclusion de la valeur formelle. On est donc dans deux cas de figure absolument opposés, et on comprend pourquoi Beauzée a tenu à distinguer terminologiquement les deux figures, en réservant le terme de syllepse au trope et celui de synthèse à la figure de construction.

Bibliographie

Références bibliographiques

Grammaires françaises citées

Arnauld A. et Lancelot C., Grammaire générale et raisonnée contenant les fondements de l’Art de parler, nouvelle édition avec les Remarques de Duclos, Paris, Auguste Delalain, [1660] 1830, Republications Paulet, Préface de Michel Foucault, Paris, 1969.

Beauzée N., article synthèse, in Encyclopédie (1751-1772), tome XV, p. 764 a-b ;
—, article synthèse, in Encyclopédie méthodique, 1782, tome III, pp. 485A-486B.

Buffier C. (Père —), Grammaire françoise sur un plan nouveau, nouvelle édition, Paris, Marc Bordelet, [1709] 1731.

Chiflet L., Essai d’une parfaite Grammaire de la langue françoise, Anvers, Jacques Van Meurs, Genève, Slatkine reprints, [1659] 1973.

Dumarsais C. C., article construction, in Encyclopédie (1751-1772), tome IV, pp. 73A-92B.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Arts et des Métiers [...], Mis en ordre et publié par M. Diderot, Paris, Briasson, 35 vol., 1751-1772.

Encyclopédie méthodique, Grammaire et Littérature, Paris, Liège, 3 vol., 1782.

Girault-Duvivier C.-P., Grammaire des grammaires, 10e éd. revue par A. Lemaire, Paris, Cotelle, [1811] 1842.

Grevisse M., Le Bon Usage, 10e éd., Gembloux, Duculot, 1975 ;
—, Le Bon Usage, 12e édition refondue par A. Goosse, Gembloux, Duculot, 1988.

Irson C., Nouvelle Méthode pour apprendre facilement les principes et la Pureté de la Langue Françoise, Paris, chez l’Auteur & Gaspar Meturas, 1656, Microfiche Archives de la linguistique française, Paris, Hachette, 1971, no 201.

Lamy B. (Père —), La Rhétorique ou l’Art de parler, Amsterdam, P. Marret, [1675] 1699.

Maupas Ch., Grammaire et syntaxe françoise, 2e éd., Orléans, Olivier Boynard et Jean Nyon, 1618, Genève, Slatkine reprints, [1607] 1973.

Noël F.-J., Chapsal C.-P., Nouvelle grammaire française, 6e éd., Paris, Maire-Nyon, Vve Nyon, Roret, [1823] 1826.

Oudin A., Grammaire françoise rapportée au langage du temps, 2e éd., Paris, Antoine de Sommaville, 1640, Genève, Slatkine reprints, [1632] 1972.

Régnier-Desmarais F.-S., Traité de la grammaire française, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1705.

Restaut R, Principes généraux de la grammaire françoise, 11e éd., Paris, Lottin, [1730] 1770.

Vaugelas C. Favre de, Remarques sur la langue françoise, Paris, Vve Jean Camusat & Pierrele Le Petit, 1647, éd. en fac-similé de J. Streicher, Paris, Droz, 1934.

Wagner R. L. et Pinchon J., Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette, 1962.

Bibliographie critique

Arrivé M., « Les grammaires du français depuis les années 60 : point de vue d’un auteur et d’un usager », Les Cahiers du CIEP, « Faire une grammaire, faire de la grammaire », Paris, Didier, 2001, pp. 117-127.

Blinkenberg A., Le Problème de l’accord en français moderne, 2e éd., Copenhague, 1968.

Chervel A., Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot, 1977.

Colombat B., « La problématique des figures de construction dans la syntaxe latine au xvie siècle », Archives et documents de la SHESL, 1986, pp. 45-91 ;
—, La Grammaire latine en France à la Renaissance et à l’Âge classique, Grenoble, Ellug, Université Stendhal, 1999 ;
—, Les Figures de construction dans la syntaxe latine, BIG, Louvain-Paris, Peeters, 1993 ;
—, « L’accord dans la grammaire latine de la Renaissance à Beauzée », Faits de Langue, no 8, 1996, pp. 11-24 ;
—, (éd.), Corpus représentatif des grammaires et traditions linguistiques, tome I, H.E.L., Hors série no 2, SHESL, 1998.

Desbordes F., « Le schéma “addition, soustraction mutation, métathèse” dans les textes anciens », H.E.L. 5-1, 1983, pp. 23-30.

Faits de langue, no 8, « L’accord », 1996.

Fontanier P, Les Figures du discours, introduction de G. Genette, Paris, Flammarion, [1821-1827] 1968.

Ηøyβε P, L’Accord en français contemporain, Copenhague, Høst, 1944.

Notes

1 Je renvoie à l’ouvrage fondamental de Bernard Colombat (1993) pour la théorie et l’histoire de la syllepse, ainsi que pour les exemples canoniques (traduction et commentaire). Voir également sa contribution ici même.

2 Chez Irson, la syllepse, quoique non identifiée comme telle, correspond pourtant à des discordances d’accord : « quelquefois aussi on met un Nombre ou un Genre pour un autre. Exemple d’un Nombre pour un autre : Il est des hommes comme de ces animaux, qui, & le reste : pour dire On rencontre des hommes qui sont en cela semblables à ces animaux : Il est dix heures, pour Dix heures sont sonnées : Je vous prends tous à temoin, à partie, à garent, &c. pour à temoins, à parties, à garens, &c. Exemple d’un Genre pour un autre : excepté ou réservé cent personnes, & non pas exceptées ou reservées cent personnes » (1656 : 96).

3 Dans cette citation et les suivantes, je signale par des caractères gras les passages significatifs pour la syllepse.

4 Voir l’analyse de B. Colombat (ici même).

5 À l’exception de D’Aisy (Colombat (éd.), 1998 : 145-147).

6 Voir Colombat (1993 : 347-361).

7 L’article de Dumarsais, après le traitement des faits traditionnels d’accord se termine par le ne explétif, traité en termes de syllepse, c’est-à-dire d’accord avec l’idée négative sous-jacente.

8 Voir son commentaire par Colombat (1993 : 347-361).

9 Voir la contribution ici même de J.-P. Saint-Gérand.

10 Je me réfère pour l’ensemble de cette production grammaticale à Arrivé (2001).

11 À l’exception de La Grammaire des fautes de Frei (1929), voir ici même la contribution de J.-P. Saint-Gérand.

12 Mais elle survit dans les grammaires historiques, par exemple chez N. Fournier (1998), où elle sert à épingler des accords sémantiques, que F. Brunot qualifiait dans l’HLF d’accord selon le sens ou d’attraction.

13 Les deux premiers cas sont : absence de donneur explicite (§ 427), donneur morphologiquement indifférencié (§ 428).

14 Voir par exemple Buffier (1709, § 710).

15 Néanmoins, la syllepse de personne apparaît fugacement chez Wagner et Pinchon (§ 177), et chez Grevisse (10e éd.), avec des exemples du type : [Une mère à son enfant] « Est-ce que j’aime [= tu aimes] toujours les gâteaux ? Est-ce qu’il aime [= tu aimes] bien sa maman ? » (§ 468) ; « Vous ne méritez pas l’amour qu’on (= je) a pour vous » (Molière) (§ 587) ; mais ces syllepses, de statut mal assuré, disparaissent de la 12’édition.

16 Notamment chez Chiflet ou Irson (1659 : 81-82). Voir Vaugelas (1647 :149-150, 219, 378-380).

17 « Un grand nombre d’écrivains ont fait accorder l’adjectif, le pronom, le participe et le verbe avec le collectif partitif, et non avec le substantif placé à la suite : Une troupe de montagnards écrasa la maison de Bourgogne. (Domergue) – Une nuée de critiques s’est élevée contre La Motte (Voltaire) – Ce peu de mots suffit pour ranimer l’armée (Fénelon) [...] – D’adorateurs zélés à peine un petit nombre / Ose des premiers temps nous retracer quelque ombre (Racine, Athalie), parce que, sans doute, ils ont vu, dans les collectifs partitifs, troupe, nuée, peu, partie, nombre, et non dans le substantif à la suite, l’idée dominante du sujet. L’accord est sylleptique et non grammatical ; il n’est pas entre les mots mais entre les idées » (1842 : 593).

18 Même commentaire à la fois formel et sémantique pour les GN sujets joints par ou ou par ni : « Le verbe s’accorde avec l’ensemble des sujets si c’est l’idée de conjonction qui domine dans l’esprit. [...] Mais le verbe s’accorde avec le sujet le plus rapproché, si c’est l’idée de disjonction ou d’opposition des sujets qui prévaut » (Grevisse 1975 : § 818).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site