Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Grammaire et rhétorique : de la syllepse grammaticale à la syllepse de sens

La constitution de la syllepse comme figure de construction dans la syntaxe latine

Bernard Colombat

Texte intégral

1Notre objectif est d’étudier la syllepse comme figure de construction uniquement dans la tradition latine, mais sur une très longue période, qui se caractérise à la fois par l’évolution des théories syntaxiques et par l’interférence avec l’élaboration de la description des vernaculaires, ce qui n’est évidemment pas sans conséquence sur la description. Sur une durée si étendue, nous ne pourrons rendre compte – d’une façon parfois excessivement schématique, voire caricaturale – que de quelques épisodes parcellaires d’une histoire que nous avons racontée plus en détail ailleurs (Colombat 1993). Nous serons surtout attentif aux changements de perspectives, aux articulations, en pensant constamment à la question du passage d’une description à une autre. Pour cela, nous poserons trois principes préliminaires :

  1. la syllepse doit être étudiée d’un point de vue terminologique (d’où vient le terme ? que veut-il dire ? quels autres termes sont en relation avec lui ?), définitionnel (quelles sont les définitions données de la syllepse ?) et, surtout, fonctionnel (quelle est la fonction de cette figure ? quel est son domaine d’application ?) ;
  2. la syllepse ne peut être étudiée que par rapport à un dispositif : elle s’insère dans un ensemble, voire plusieurs ensembles de figures corrélées ;
  3. la syllepse doit être étudiée en relation avec les exemples qui l’illustrent ; en effet l’exemple est très souvent utile, voire indispensable à la compréhension de la définition, d’autant qu’il est le plus souvent stable sur le long terme et qu’il s’impose comme une donnée incontournable au grammairien1 ; néanmoins il y a parfois une distance, voire une discordance entre les deux, et il faut alors comprendre pourquoi.

Point de départ : Port-Royal

2À la fin du dernier chapitre de la Grammaire générale et raisonnée (II, 24), les Messieurs consacrent un court développement à ce qu’on appelle alors depuis plusieurs siècles des « figures de construction ». Au fondement de ces dernières, il y a l’activité langagière qui, soit qu’elle se donne libre cours en privilégiant le sens (« les hommes suivent souvent plus le sens de leurs pensées, que les mots dont ils se servent pour les exprimer »), soit qu’elle s’étudie à la « grâce », entraîne dans la grammaire des « irrégularités » qui peuvent être en même temps des « perfections et des beautés dans la Langue ». La syllepse est la première donnée de ces « quatre façons de parler, qu’on nomme figurées » :

Celle qui s’accorde plus avec nos pensées qu’avec les mots du discours s’appelle Syllepse ou Conception ; comme quand je dis : il est six heures. Car selon les mots il faudroit dire elles sont six heures, comme on le disoit mesme autrefois, & comme on dit encore, ils sont six, huit, dix, quinze hommes, &c. Mais parce que ce que Ton pretend n’est que de marquer vn temps precis, & vne seule de ces heures, sçavoir la sixiéme, ma pensée qui se jette sur celle-là, sans regarder aux mots, fait que je dis, il est six heures, plûtost qu’elles sont six heures.
Et cette figure fait quelquefois des irregularitez contre les genres, comme Vbi est scelus qui me perdidit ? (VBL) Contre les nombres, comme Turba ruunt (TVR). Contre les deux ensemble, comme, Pars mersi tenuere ratem (PAM), & semblables (1676 : 158-159).

3La syllepse désigne un écart dû à un raccourci de la pensée (qui se jette) qui court-circuite l’assemblage normal des mots en fonction de leurs propriétés morphosyntaxiques. Son champ d’application est ce qu’on appelle alors depuis plus de deux siècles la syntaxe de convenance ou de concordance, la syllepse opérant au niveau des « accidents » des parties du discours, c’est-à-dire des catégories mises en œuvre, comme le genre ou le nombre. Outre l’exemple français donné initialement, les Messieurs proposent trois exemples latins qui ont traversé les âges.

Figure et syllepse

  • 2 Voir Quintilien 9, 1, 4 : « La figure, comme on peut l’entendre d’après le nom lui-même, consiste (...)

4Qu’est-ce qu’une figure (figura, ou schéma, par latinisation du terme grec correspondant σχῆμα) ? À la base, deux conceptions : une conception ornementale2 et une conception liée au défaut (uitium), la limite entre la correction de l’énoncé, le défaut et l’ornementation du discours étant très difficile à établir (Baratin et Desbordes 1986). PAF (cf. Annexe II) par exemple sert à illustrer le soloecismus per numerus dans l’Ars maior de Donat (Holtz 1981 : 656), mais est rattaché à la σύλλημψις dans son Commentum Terenti. Pour les médiévaux (Rosier 1988), la figure est « un défaut excusé » (uitium excusatum) pour lequel il faut chercher la ratio excusans. Sur ce double fondement s’est développée une troisième conception de la figure, que nous avons appelée « métalinguistique » (Colombat 1993 : 4) : la figure ne sert plus seulement à désigner ou à répertorier des écarts, elle sert à désigner les procédures de transformation à l’œuvre dans la langue pour créer des énoncés non pas fautifs ni en rapport avec la « grâce », mais simplement complexes.

  • 3 La transcription orthographique varie considérablement d’un auteur à l’autre, comme le montrera la (...)

5La syllepse est sans doute l’une des figures qui illustrent le mieux ce phénomène. Le terme syllepsis, syllempsis3 est une latinisation du terme grec correspondant, σύλληψις, à rattacher au verbe συλλαμβάνω « prendre ensemble ». Le terme signifie donc « prise ensemble », et il a été naturellement traduit par son équivalent latin conceptio (de concipere, « prendre ensemble »), qu’on retrouve sous la forme conception dans le texte de Port-Royal précédemment cité. À noter que cela n’a pas été le cas de tous les noms des figures : certaines ont toujours gardé leur calque grec, sans l’échanger contre un équivalent latin.

6Cette notion de « prise ensemble » est assez vaste pour être interprétée de manière très large, et de fait la syllepse a pu être utilisée pour désigner des phénomènes syntaxiques qui nous semblent banals. Un coup d’œil à quelques exemples de l’annexe II le montrera. Des accords aussi ordinaires pour nous que ceux illustrés par PAT (accord de deux sujets au singulier coordonnés avec un verbe à la 3e personne du pluriel) ou SIT (même chose avec un verbe à la 1re ou à la 2e personne du pluriel) ont pu être décrits comme relevant de la syllepse. Il s’agit de comprendre pourquoi.

La figura constructions et les schémas possibles

7Dans l’Antiquité latine, ainsi chez Donat, il y a des schemata lexeos (figures de mot ou « de langage » [Holtz 1981 : 183-199]), des schemata dianoeas (figures de pensée), mais pas encore de figures de construction. Ces dernières naissent grâce à la prise en compte des remarques syntaxiques proposées par Priscien (ca 526) par les grammairiens médiévaux, qui tentent de concilier la tradition des Artes – avec leurs différentes figures dûment répertoriées et numérotées – et un usage beaucoup flou, mais récurrent de certaines de ces figures dans les explications syntaxiques proposées par le grammairien de Constantinople. La naissance des figures de construction n’a pas empêché les « figures de mot » de faire une belle carrière en parallèle, si bien qu’en deux endroits d’un même ouvrage, on pourra trouver un traitement complètement différent d’une figure, selon qu’elle est figure de mot ou figure de construction.

8Pour le traitement des figures de construction, plusieurs schémas ont vu le jour, et se sont stabilisés à plusieurs reprises sous des formes différentes, que nous n’évoquons parfois que partiellement, dans le but d’isoler la syllepse. Nous donnons dans le tableau ci-contre quelques exemples – étalés dans le temps – de ces organisations dont il nous faudra rendre compte.

Donat

  • 4 Pour des raisons de place, nous n’avons donné la plupart des textes latins qu’en traduction, en ga (...)

9Chez Donat, la syllempsis est un schéma traité après le zeugma et l’hypozeuxis. Elle est ainsi définie4 :

La syllepse est l’action de contenir, par agglutination, des syntagmes hétérogènes par l’intermédiaire d’un seul mot (Syllempsis est dissimilium clausularum per unum uerbum conglutinata conceptio), par exemple Hic illius arma, Hic currus fuit (HIC). Cette figure a une telle étendue qu’elle se produit d’ordinaire et par les parties du discours et par les accidents qui affectent les parties du discours (éd. Holtz 1981 : 664).

10alors que le zeugma qui la précède est défini :

Le zeugme est l’action d’enfermer, par association correcte, un seul mot dans des syntagmes différents (Zeugma est urtius uerbi conclusio diuersis clausulis apte coniuncta), par exemple Troiugena interpres diuum, qui numina Phoebi, / Qui tripodas, Clari lauros, qui sidera sentis (TRO) (ibid.).

11et l’hypozeuxis :

L’hypozeuxis est une figure contraire à la précédente, figure dans laquelle des mots différents sont adjoints à chaque syntagme (figura superiori contraria, ubi diuersa uerba singulis clausulis subiunguntur), par exemple regem adit et regi memorat nomenque genusque (REG) (ibid.).

Grammairien

Date

Organisation des figures

Donat

Ca 350

La syllempsis est le quatrième des 17 schemata lexeos, et elle vient après la prolempsis, le zeugma et l’hypozeuxis

Priscien

Ca 526

Dans tout l’ouvrage, large usage de la conceptio et du verbe qui lui est associé (concipere)
Rapide allusion à la [gr.] sullēpsi s traduite par conceptio dans une liste comprenant aussi l’alloiotēs, la prolēpsis, le zeugma, la sunemptōsis et l’antiptosis (XVII, 155)

Pierre Hélie

Ca 1140

Sous le terme général d’allot(h)eta ou variatio, cinq figures : prolem(p)sis, silem(p)sis , zeuma, concidentia , procidentia

Johannes Balbi

1286

Sous l’allotheca (figure générique), cinq figures : prolensis, silensis/concepcio , zeuma, antiptosis, sinthesis , cette dernière étant à son tour une figure générique réunissant euocatio, appositio, synodoche et allotheca numerorum et

Guarino Veronese

Ca 1418

personarum Huit figures de construction sur le même plan : prolepsis, syllepsis siue conceptio, zeugma, synthesis , antiptosis, euocatio, appositio, synecdoche

Linacre

1524

La syllepse est, au côté du zeugme et de la prolepse, une figura in defectu a communi, « une figure par défaut d’un élément mis en facteur commun »

Scaliger

1540

Titres des chap. 177-184 (qui latinisent la plupart des termes) : appositio, euocatio, conceptio, iugatio, anticipatio, compositio, comprehensio, antiptosis

Sanctius

1587

Face à l’ellipse, qui couvre le zeugma, deux figures par discordance : syllepsis et antiptosis ou hellenismus (+ hyperbaton et pleonasmos)

Port-Royal

1660

Quatre figures de construction : syllepse , ellipse, pléonasme, hyperbate

12Cette dernière figure n’apparaîtra pas dans les figures de construction, sans doute parce qu’elle est sans incidence sur la morphosyntaxe : dans REG, rex est exprimé à chaque fois sous la forme qui lui convient (regem, regi). Les deux autres vont s’y maintenir et s’y développer, souvent en opposition. Une différence, notable pour la suite, entre zeugme et syllepse, est l’utilisation du terme apte « correctement » pour le zeugme. Dans TRO, le verbe sentis « enferme correctement » tous les « compléments » placés devant et après lui. Pour la syllepse, pas de terme équivalent : on a au contraire l’impression que la syllepse est une condensation, plus ou moins admissible, d’éléments hétérogènes. Ainsi dans HIC, fuit en facteur commun à arma et à currus : il manque fuerunt, c’est-à-dire une occurrence du verbe esse qui, si on voulait l’exprimer, serait sous une forme différente.

13La syllepse contient donc en germe une distorsion redoutable, car de grande extension, comme le dit Donat dans la phrase qu’il ajoute à sa définition. De fait, le terme apparaît très souvent dans le Commentum Terenti de Donat et les commentaires de Servius sur Virgile (cf. Holtz 1981 : 195 et note 75), avec des épithètes (prima, tertia, septima) ou des syntagmes prépositionnels (per casus/per adsumptionem casus/per casus mutationem, per genus/genera, per numeros) pour décrire des constructions jugées marginales car associant des éléments hétérogènes.

Priscien

14De Priscien, nous retiendrons deux passages essentiels, et dont le statut est très différent. Le premier, tiré du livre XVII et consacré à la construction des pronoms, traite de la « conception » des personnes :

Dans la première personne, il est permis de s’approprier, par conception (per conceptionem), une deuxième ou une troisième personne, comme ego et tu legimus « moi et toi, nous lisons », ego et ille scribimus « moi et lui, nous écrivons » ; cependant la première personne ne peut être englobée (concipi) par la seconde, mais la troisième peut l’être, comme tu et ille uosmet ipsos laeditis « toi et lui, vous vous blessez vous-mêmes » (GL 3 : 178. 18-21).

15La conceptio est l’englobement d’une personne par une autre, selon une hiérarchie, ce qu’on traitera plus tard en « dignité » des personnes, qu’on étendra au genre, au nombre et au cas. Si le phénomène ici décrit paraît tout à fait ordinaire à qui dispose de la notion d’accord, tel n’est pas le cas dans cette première syntaxe du latin. C’est une analyse en termes de personnes, spécifique à la syntaxe des pronoms, qui permet à Priscien d’établir ces premières règles de construction des pronoms coordonnés de personnes différentes avec les verbes.

16Le second passage est tout aussi important. Il s’agit d’un texte sur les figures mises en œuvre dans les constructions ; l’objectif de Priscien est de présenter un aperçu global des variations possibles de construction, variations dont il donne ensuite une très longue liste d’exemples (cf. Baratin 1989 : 447-448) :

  • 5 Donné, comme les termes qui suivent, à l’accusatif (...)

Comme on l’a dit, varient par <les phénomènes de> transition et <de> réflexivité non seulement les cas et les nombres, mais aussi les genres, par exemple illos laedit mulier « la femme les blesse » et ilium laedunt mulieres « les femmes le blessent ». Il est vain, pour une chose si évidente, de produire des témoignages d’auteurs ; il faut pourtant savoir que, par la figure que les Grecs appellent Imageλλοιότης5, c’est-à-dire uariatio, et par πρόληψις ou σύλληψις, c’est-à-dire praeceptio ou conceptio, et par ζεῦγμα, c’est-à-dire adiunctio, et par concidentia, que les Grecs appellent συνέμπτωσις, ou par procidentia, c’est-à-dire Imageντίπτωσις, des nombres différents, des genres différents, des cas différents, des personnes et des temps différents sont associés non seulement transitivement et par réflexivité, mais aussi intransitivement (GL 3 : 183.17-184.3).

  • 6 Cf. éd. Lallot, 1997, s.v. coïncider, -dent, -dence, vol. 2 : 360.

Si Priscien est soucieux de trouver un correspondant latin pour chaque terme grec (cf. infra), il est beaucoup moins attentif à donner un exemple spécifique pour chacune des figures ici décrites. De fait la longue liste de testimonia qui suit n’illustre aucune figure précise, sinon peut-être la plus générale d’entre elles, la uariatio. C’est pourtant ce texte qui sera à la base du développement ultérieur sur les figures de construction. Il en résulte beaucoup de problèmes, les auteurs ayant tenté d’interpréter lesdites figures à leur gré, avec parfois d’énormes difficultés, par exemple pour l’Imageντίπτωσις. La syllepsis apparaît dans la liste, mais nous nous intéresserons surtout à la concidentia/συνέμπτωσις, qui n’est pas une figure reconnue traditionnellement par les Artes, mais une notion grandement utilisée par Apollonius Dyscole6. Il s’agit de la « coïncidence de plusieurs sens possibles dans une même forme » (Baratin 1989 : 448), coïncidence dangereuse, car factrice de troubles dans la langue. Par exemple, pour éviter que les formes de génitif de ego et de meus « ne coïncident » (ne concidant) dans la forme mei, le latin s’est imposé, selon Priscien, d’utiliser à la place de cette dernière la forme d’ablatif mea avec les verbes interest et refert : interest, refert mea (GL 3 : 159.1-6). L’ennui, ou l’avantage, de cette figure est qu’elle n’est pas précisément définie, puisque les termes concidentia et συνέμπτωσις n’apparaissent pratiquement jamais ailleurs dans les textes antiques (2 occurrences de chacun dans tous les Grammatici latinï), alors qu’elle va faire une belle carrière au Moyen Âge.

Pierre Hélie

Que devient le texte de Priscien six siècles plus tard, chez un commentateur ? Dans sa Summa super Priscianum, Pierre Hélie (éd. Reilly : 1002), reprend le dernier texte cité de Priscien de très près, puisqu’on y retrouve les six figures établies par Priscien : (a) pour deux d’entre elles, l’Imageλλοιότης devenue allot(he)ta, et le ζεῦγμα devenu zeuma, les dénominations grecques sont glosées par variatio et additio ; (b) deux gardant leur seul nom grec : prolem(p)sis et silem(p)sis, mais plus loin dans le texte, ces termes seront glosés ou développés en presumptio et conceptio ; (c) les deux dernières n’étant désignées que par leur terme latin : concidentia et procidentia. Ce qui permet d’établir la correspondance suivante :

Priscien

Pierre Hélie

Imageλλοιότης = uariatio

allot(h)eta = variatio (generale nomen)

πρόληψις = praeceptio

prolem(p)sis = presumptio

σύλληψις = conceptio

silem(p)sis = conceptio

ζεῦγμα = adiunctio

zeuma = additio

συνέμπτωσις = concidentia

concidentia

Imageντίπτωσις = procidentia

procidentia

17Après avoir dit que « allotheta est le nom général de toutes les figures parce que n’importe quelle figure peut être dite allotheta » (éd. Reilly : 1003), Pierre Hélie traite ainsi de la syllepse, du zeugme et de la concidentia :

La syllepse (silemsis) [...] est l’action de contenir, par agglutination, des syntagmes différents par l’intermédiaire d’un seul mot (diversarum clausularum per unum verbum conglutinata conceptio), par exemple HIC. [...]. Le zeugme (zeuma) [...] se traduit par additio, et il s’agit de l’addition appropriée d’un seul mot à des syntagmes différents (in diversis clausulis unius verbi additio), par exemple TRO
La concidentia [...] est la construction intransitive de différents cas, nombres, genres ou personnes, par exemple Turba ruunt (TVR) : il y a concidentia parce que des nombres différents sont construits intransitivement ; ego ille, tu ille : il y a concidentia parce que des personnes différentes sont construites intransitivement. [... ] Or Priscien dit qu’on peut trouver plusieurs exemples de ces figures chez les auteurs, par exemple Pars in frusta secant (PAF) : il y a ici concidentia (éd. Reilly : 1004-1005).

18Alors que la définition de la syllepse est presque exactement celle de Donat et que celle du zeugme ne l’est qu’à peu près, la concidentia est la vraie nouveauté : la figure s’applique aux constructions intransitives qui associent des termes pourvus de cas, de nombres, de genres ou de personnes non homogènes. La place est implicitement faite aux discordances entre forme et sens : en particulier le deuxième exemple (PAF), déjà analysé chez Donat (cf. supra), était le premier exemple donné par Priscien à la suite de sa présentation des figures, avec l’explicitation ad sensum « selon le sens » pour cette construction faisant intervenir des « nombres différents » (diuersi mtmeri, GL 3 : 184.6-9).

19À ce stade, la silemsis est définie comme la mise en commun d’un élément avec deux autres alors qu’il ne convient qu’à l’un, le zeuma comme l’addition correcte d’un élément à une série, et la concidentia comme une distorsion morphologique entre deux éléments, distorsion dont la cause est implicitement sémantique. Pierre Hélie concilie les deux sources majeures de la tradition ultérieure, Donat, dont il « sauve » les définitions de la syllepse et du zeugme, et Priscien, à qui il reprend la concidentia, mais en la détournant complètement de son sens originel de « coïncidence de plusieurs sens possibles dans une même forme ».

Le Catholicon de Johannes Balbi

20Dans la somme grammaticale de Johannes Balbi, quelque cent cinquante ans plus tard, l’allotheta est présentée aussi comme une figure générique, subdivisable en cinq figures, dont l’une, la synthesis, se subdivise elle-même en quatre autres. Par rapport à l’organisation de Priscien, l’antiptosis a été remontée avant la sunemptōsis devenue synthesis (cf. tableau supra). La définition de la syllepse est la même que chez Donat (Silensis [...] est dissimilium clausularum per unum uerbum conglutinata conceptio), mais elle est donnée sans exemple. Elle est abondamment traitée dans trois chapitres (chapitre 119 : De silensi ; chapitre 120 : De conceptione generum [et numerorum] ; chapitre 121 : De conceptione personarum) et elle sert à la codification des accords complexes. On donnera comme échantillon la conception des genres :

La conception des genres est l’association (consociatio) de mots de genres différents sous un adjectif de nombre pluriel, en sorte que l’un tombe sous la propriété de l’autre. Et remarque que le masculin englobe et est englobé (concipit et concipitur), que le féminin est englobé, mais n’englobe pas, que le neutre englobe et n’est pas englobé. Car le masculin englobe le féminin et est englobé par le neutre, comme uir et uxor sunt albi « le mari et la femme sont blancs », uir et mancipium sunt alba « l’homme et l’esclave sont blancs ». Le féminin est englobé par le masculin et le neutre, mais n’englobe pas, si ce n’est du fait de l’autorité de la chose qu’il désigne. De là, Lucain, leges et plebiscita sunt coacte « des lois et des plébiscites sont votées sous la contrainte » (LEG). Ici en effet le féminin englobe le neutre, ce qui est tolérable, mais non généralisable (sustinendum... sed non extendendum). Quant au neutre, il englobe le masculin et le féminin, mais n’est pas englobé, parce qu’il renvoie confusément à l’un et à l’autre (chapitre 120).

21La sinthesis ou sinthosis est une figure générique donnée sans définition propre autre que quinta species allothece secundum Priscianum et sans exemple (chapitre 124). Le terme concidentia n’apparaît qu’une fois, pour traiter de Quid nisi secrete leserunt Phillida silve ? (QVI), un exemple qui ne peut être traité selon Balbi par le zeugme, c’est-àdire par l’accord avec le plus proche : « Nous ramenons l’exemple précité à la concidentia, à savoir à cette espèce de figure qui n’est contenue sous aucune autre espèce, c’est-à-dire ni sous la synthèse, ni sous l’allothète » (chapitre 122). Quant à l’exemple pars in frusta secant (PAF), il est traité au chapitre 128 (De contentis sub allotheca, « Des choses contenues sous l’allothète ») : « Par figure de construction, un nombre est quelquefois mis à la place d’un autre nombre, comme populus currunt, c’est-à-dire currit. Et pars in frusta secant, c’est-à-dire secat ».

22Dans cette présentation, l’auteur accorde une place considérable à la syllepse qui sert désormais à codifier les accords complexes, selon une gradation : les accords les plus normaux sont traités d’abord, à la fin sont évoqués les plus marginaux, qui frisent l’incorrection. Comme chez Donat, la syllepse fait couple avec le zeugme, mais ce dernier s’est spécialisé pour l’accord avec le plus proche. Malgré leur origine commune, les termes sinthesis et concidentia sont séparés, l’un servant à nommer une figure générique, l’autre servant à illustrer une construction jugée marginale. Les discordances dues à la prise en compte du sens ne sont donc pas traitées de façon unifiée, comme elles l’étaient grâce à la concidentia de Pierre Hélie.

La grammaire humaniste

23Suivant un schéma qui restera très stable jusqu’au xvie siècle, les premiers Humanistes proposent huit figures de construction (cf. tableau supra), dont témoigne, dès le début du xve siècle, Guarino Veronese. Syllepse, zeugme et synthèse sont ainsi définis :

La syllepse est l’englobement (Syllepsis est... conceptio) de mots différents sous la propriété du pluriel, par exemple rex et regina albi « le roi et la reine blancs ». Cinq éléments sont requis dans la syllepse : le mot englobant, le mot englobé, la copule, la propriété du verbe ou de l’adjectif de nombre pluriel, le fait que la propriété s’accorde avec le mot englobant.
La syllepse se fait selon quatre modes : en genre, en nombre, en personne et en cas. En genre, le masculin englobe le féminin et le neutre, le féminin englobe le neutre. Quelquefois cependant le neutre englobe le masculin et le féminin par prise en compte d’un signifié plus large (ratione maioris significati), par exemple gladius, lorica, et arma dura [...].
Le zeugme est le fait de ramener une propriété à des mots différents en sorte qu’elle s’accorde avec un seul d’entre eux, par exemple ego et tu scribo [...]. La synthèse est l’attribution de la propriété à un mot ou à plusieurs coordonnés en prenant en compte non la forme, mais le sens (non gratia uocis sed significati), par exemple pars in frusta secant (PAF) [...].

24La syllepsis sert à la codification des accords au pluriel en fonction de la hiérarchie des accidents, le zeugma désigne l’accord avec un seul mot, la synthesis – qui a désormais trouvé une place spécifique dans le dispositif – rend compte d’une distorsion entre deux termes qui est due au sens. Le schéma est très stable, puisqu’on le retrouve un siècle plus tard, dans la Syntaxis de Despautère (ca 1509) : les figures de construction sont abordées dès le début de la syntaxe, à propos des règles d’accord, et la conceptio, « figure sans défaut », qui s’oppose à la synthesis, « figure avec défaut », fait l’objet d’un long traitement.

25Mais le xvie siècle remet en cause cette belle stabilité des huit figures de construction humanistes. Linacre, l’un des refondateurs de la syntaxe latine, refuse la synthèse avec l’argument qu’il s’agit d’une figure inventée au Moyen Âge, donc sans légitimité, et considère la syllepse à la fois comme une figure par ellipse et comme une figure par distorsion. En tant que figure par ellipse, elle fait couple avec le zeugme :

Qu’il y ait zeugme chaque fois que, dans des syntagmes semblables, un élément commun placé dans l’un manque dans les autres sans être modifié. <Qu’il y ait> syllepse quand, dans des éléments différents, mais similaires, un élément commun placé dans l’un d’eux ne peut satisfaire dans les autres que s’il est modifié (1524 : f. XLIIV).

26Par exemple, HIC, SOC relèvent de la syllepsis per numéros et communi singulariter posito (1524 : f. XLVIv) : l’exemple de Donat peut être réintégré dans la syllepse, puisqu’on ne peut pas sousentendre fuit avec arma, et qu’on est obligé de le modifier (c’est précisément la fonction de la syllepse) en fuerunt. Mais SIT relève également de la syllepse : per personas et commune plurale (1524 : f. XLVIIr), puisque ualetis et ualemus ne peuvent formellement s’accorder avec tu et Tullia d’un côté, et ego et suauissimus Cicero de l’autre. L’extension de la syllepse est alors très grande : elle rend compte par exemple de toutes les constructions avec le relatif à un cas différent de son antécédent, Linacre supposant derrière ce relatif une réoccurrence de cet antécédent à un cas différent (syllepse per casus), alors que le zeugme explique tous les cas où le relatif est au cas de son antécédent (on sous-entend la réoccurrence au même cas).

27Quand la syllepse est figure par distorsion, elle doit ce sens à l’interprétation des anciens :

Quelquefois, les commentateurs des poètes, parmi lesquels Donat, veulent que la syllepse se produise dans un seul membre de phrase, lorsque, de deux mots différents, l’un renvoie non à la forme vocale de l’autre, mais à la chose qu’il signifie. Et ceci se fait tantôt par les genres. Ter. And. Vbi illic est scelus, qui me perdidit ? (VBL) [...] (1524 : f. LIIr).

28Dans ce dispositif, la syllepse reçoit un double statut : figure par ellipse de grande extension, figure par distorsion au niveau morphosyntaxique provoquée par la prise en compte du référent extra-linguistique.

29Mais c’est sans doute Scaliger – par ailleurs soucieux de réduire les huit figures héritées à quelques schémas explicatifs essentiels, dont celui de l’absorption (Colombat 1993 : 187) – qui donne à la conceptio (le terme latin est explicitement préféré au terme grec) son interprétation la plus large. Examinant les énoncés Caesar, & Cato equitat et Caesar, & Cato equitant, il considère qu’il y a conception dans le second :

Le fait d’aller à cheval est en l’occurrence une seule action en deux personnes. C’est ainsi que, parfois, tu penses aux sujets, et comme ils sont plusieurs, tu leur apposeras un pluriel ; parfois tu considéreras l’unité du prédicat commun à tous deux, et dès lors tu leur attribueras le nombre de l’unité : Caesar, et Cato equitat, litt. « César et Caton va à cheval ». Ainsi donc, on a préféré qu’il y ait figure dans le cas de l’énoncé au pluriel plutôt qu’au singulier. Et la raison, c’est que la conjonction amène le retour du singulier. Nous avons montré en effet qu’il y a en puissance deux énoncés : dès lors, chacun des deux sera au singulier (1540 : 336).

30À côté de cette structure qui, pour être simple, n’en est pas moins figurée, la conceptio peut rendre compte d’un tour « un peu plus figuré » quand on remplace le sujet coordonné par cum + ablatif : Caesar cum Catone disputant (litt. César avec Caton discutent), qui se distingue de Caesar cum Catone disputat, en ce que, dans le dernier cas, « tu pourrais considérer qu’il s’agit non pas d’union, mais de litige ». Et le tour est « bien davantage figuré » dans l’exemple d’Ovide : Ilia cum Lauso de Numitore sati (ILI) :

  • 7 Rectus cum oblique... sunt... : Scaliger illustre par son tour la figure ici traitée.

De fait, Ilia ne fut pas sati (engendrés) avec Lausus, mais sata (engendrée). Par conséquent, avant que tu n’accordes le verbe avec le cas direct [nomin.], cas direct et (cum [litt. avec]) cas oblique7 sont à conjoindre de telle façon que l’on ait une unité issue d’une pluralité, pluralité à laquelle réponde le nombre du verbe (ibid.).

31La conceptio est donc susceptible de gradation : entre Caesar, & Cato equitant et ILI, il y a un continuum. Si Scaliger réserve un chapitre (182) à la compositio (soit l’équivalent de la synthesis), il insiste sur le fait que cette figure est très proche de la conceptio (Figura igitur sane est non longe a Conceptione). Si l’on associe un adjectif comme foetum (litt. « enceint »), qui ne convient qu’à un féminin, à un neutre comme pecus (bétail), on « compose » un genre avec un autre, mais on « transfert » le signifié : « Il s’agit dont de transfert ou de conception (syllepse) plutôt que de composition » (Est igitur potius Translatio, aut Conceptio, quam Compositio).

32Sanctius, qui, pour les figures, s’inspire largement de Linacre et supprime, à sa suite, la synthèse, s’en démarque sur un point essentiel. Pour lui, la syllepse ne peut être figure par ellipse, elle n’est que figure par discordance : « La syllepse ou conception se produit chaque fois que des mots semblent en discordance (discrepare) par leur genre et par leur nombre » (1586 : f. 224v). Dans sa Nouvelle Méthode latine, Lancelot le suit : les accords du verbe avec plusieurs sujets ou de l’adjectif avec plusieurs substantifs sont « régularisés » par la règle De la diuersité des Genres & des personnes et ne font plus l’objet d’aucune figure :

Quand personne diuerse ou Genres seront ioints,
Prefere le plus noble à celuy qui l’est moins :
Ego, tùque sumus, se deura dire ainsi ;
Tu, patérque vultis ; Tu, sorôrque boni [...] (1653 : 434).

33De ce fait, la syllepse peut être réservée pour les réels cas de distorsion : « La syllepse ou conception est lors que l’on conçoit le sens autrement que les mots ne portent, & qu’ainsi l’on fait la construction selon le sens, & non selon les paroles » (1653 : 635).

Conclusion

  • 8 Pas définitivement cependant : Beauzée refuse le principe même de la distorsion entre forme et sen (...)

34Avec la Nouvelle Méthode latine, nous sommes revenus à Port-Royal. La boucle est bouclée8. La syllepse a presque définitivement repris son sens de distorsion entre la forme et le sens, que l’Antiquité autorisait, mais n’imposait pas : du fait de l’ambiguïté de la définition et de l’extension de la figure, beaucoup de phénomènes pouvaient relever de la syllepse.

35Mais grâce à la création de la notion d’accord et à une perspective différente imposée par des phénomènes extérieurs, comme la régularisation des accords dans les vernaculaires, l’analyse des phénomènes a beaucoup évolué. Pour nous, PAT et SIT illustrent des constructions « normales », au même titre que SOC, pour peu que l’on admette que l’accord avec le plus proche soit « normal » en latin. Pour les Anciens, ce ne sont pas des constructions plus normales que HIC ou LEG.

36En fait, le développement de la syntaxe a entraîné la normalisation des accords complexes par englobement. La syllepse a été le lieu privilégié pour la codification des règles d’accord, avant que la figure ne se dissolve dans ces règles. Parallèlement à cette normalisation, ou plutôt cette banalisation de la syllepse, qui fonctionnait en binôme avec le zeugme, l’une pour les accords avec l’ensemble, l’autre pour les accords avec le plus proche, c’est la concidentia ou la synthesis qui s’est chargée des accords selon le sens. La chose est manifeste dans le premier Humanisme, qui offre une description des accords complexes parfaitement codifiée.

37Avec les grammairiens du xvie siècle, qui cherchent à unifier la théorie descriptive, le système éclate : la synthèse saute, la syllepse voit son statut remis en question. Elle peut récupérer l’accord selon le sens, mais comme elle est aussi figure par ellipse chez Linacre, le terme recouvre deux significations assez différentes. Chez Sanctius, elle reperd son statut de figure par ellipse : alors que cette dernière est devenue la figure principale, le pilier de l’explication grammaticale, la syllepse devient par excellence la figure par distorsion, fonction qu’elle garde à Port-Royal.

38Pour le dire en une phrase : la syllepse, répertoire des « accords » (ou, plus largement, des associations dans le syntagme) hors normes dans l’Antiquité, est devenue le lieu d’étude et de codification des accords complexes au Moyen Âge et dans le premier Humanisme – la concidentia ou la synthèse se chargeant des accords selon le sens – avant de reprendre son sens de discordance entre morphosyntaxe et sémantique au xvie siècle, une fois la synthèse (presque) éliminée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources primaires

Arnauld A. et Lancelot C., Grammaire générale et raisonnée, Paris, P. le Petit, [1660] 1676.

Donat [Aelius Donatus], ca 350. Cf. Holtz 1981.

Despautère J., Sintaxis, Paris, G. Davoust, [ca 1509] 1527.

Guarino Veronese, ca 1418. Cf. Percival (éd.).

Johannes Balbi, Summa quae uocatur Catholicon, Mayence, [1286] 1460.

Lancelot C., Nouvelle Méthode [...] latine, Paris, A. Vitré, [1644] 16533.

Linacre T., De emendata structura Latini sermonis libri sex, Londres, R. Pynson, 1524.

Pierre Hélie [Petrus Helias], Summa super Priscianum, éd. L. Reilly, 2 vol., Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, [ca 1140] 1993.

Priscien [Priscianus Caesariensis], Institutionum grammaticarum libri XVIII, éd. M. Hertz, in H. Keil, Grammatici Latini [GL], vol. 2 et 3, Leipzig, Teubner, [ca 526] 1855-1859.

Scaliger J.-C., De causis linguae Latinae libri tredecim, Lyon, S. Gryphius, 1540.

Sanctius F., Minerua, s eu de causis linguae Latinae, Salamanque, J. et A. Renaut, 1587.

Bibliographie secondaire

Baratin M., La Naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Baratin M. et Desbordes F., « La troisième partie de l’Ars Grammatica », Historiographia Linguistica, XIII : 2/3,1986, pp. 215-240.

Colombat B., « Le vocabulaire des figures de construction à la Renaissance », Rhétorique et discours critiques, Paris, PÉNS, 1989, pp. 41-58 ;
—, Les Figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain, Peeters, 1993.

Colombat B. et Rosier I., « L’allothète et les figures de construction dans le Catholicon de Johannes Balbi : introd., éd. et trad. des chapitre sur les figures de construction », Archives et Documents de la SHESL, 2e série, no 4, 1990, pp. 69-161.

Grondeux A., « Turba ruunt (Ov. Her. 1, 88 ?) : histoire d’un exemple grammatical », Archivum latinitatis medii aevi (Bulletin du Cange), no 61, 2003, pp. 175-222.

Holtz L., Donat et la tradition de l’enseignement grammatical, Étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique, Paris, CNRS, 1981.

Lallot J. (éd.), Apollonius Dyscole, De la construction, introd., texte, trad., notes et index, 2 vol. Paris, Vrin, 1997.

Percival W. K. (éd.), unpublis., The Regulae Grammaticales of Guarino Veronese, Working Edition.

Rosier I., « Le traitement spéculatif des constructions figurées au xiiie siècle », in I. Rosier (éd.), L’Héritage des grammairiens latins, de l’Antiquité aux Lumières, Louvain, Peeters, 1988, pp. 181-204.

Annexes

Annexe I. Termes corrélés (variantes et gloses) autour de la syllepse

allotheta

Imageλλοιότης [acc. Imageλλοιότητα] ; allot(h)eta, allotheca, uariatio

antiptosis

Imageντίπτωσις ; antitosis, procidentia ; antiptose

conceptio

V. syllepsis

concidentia

V. synemptosis

hypozeuxis

ὑπόζευξις

procidentia

V. antiptosis

prolepsis

πρόληψις ; prolempsis, prolemsis, praeceptio, presumptio, anticipatio ; prolepse

syllepsis

σύλληψις, σύλλημψις ; syllempsis, silemsis, silensis, conceptio, concepcio ; syllepse, conception

synemptosis

συνέμπτωσις ; synthesis, synthosis, sintosis, concidentia, compositio ; synthèse

synthesis

V. synemptosis

uariatio

V. allotheta

zeugma

ζεῦγμα ; zeuma, additio, adiunctio, conclusio, iugatio ; zeugme

Annexe II. Exemples régulièrement attestés comme illustrateurs de la syllepse (ou de figures en corrélation avec la syllepse)

HIC.

Virg. En. 1, 16-17. Hic illius arma, / Hic currus fuit. « Là furent ses armes, là son char » [litt. « Là ses armes, là son char fut ».]

ILI.

Ov. F. 4, 54. Ilia [fém. sg.] cum Lauso [masc. sg.] de Numitore sati [masc. pl.].
Litt. « Ilia avec Lausus engendrés de Numitor ».

LEG.

Luc. 1, 176. Eeges [fém.] et plebiscita [nt.] coactae [fém.]. « Des lois et des plébiscites votées sous la contrainte ».

PAF.

Virg. En. 1, 212. Pars [sg.] in frusta secant [pl.]. Litt. « Une partie coupent en morceaux ».

PAM.

D’après Virg. En. 6, 222-224. Pars [fém. sg.] mersi [masc. pl.] tenuere [pl.] ratem. Litt. « Une partie engloutis retinrent le radeau. » Tiré par déformation de Pars... auersi tenuere facem. « Une partie..., détournant les yeux, tinrent leur torche ».

PAT.

Ter. Eun. 517-518. [Quam pridem] pater/mihi et mater mortui [essent]. « [Elle en vint à me demander depuis combien de temps] mon père et ma mère étaient morts ».

QVI

Ov. Rem. 591. Quid [sg.] nisi secretae laeserunt [pl.] Phillida siluae ? « Quoi, si ce n’est les forêts secrètes, ont blessé Phyllis ? ».

REG.

Virg. En. 10, 149. Regem adit et regi memorat, nomenque genusque, et cetera. « Il va trouver le roi et dit au roi son nom et sa race, etc. ». [exemple d’hypozeuxis chez Donat]

SIT.

Cic. Fam. 14, 5, 1. Si tu et Tullia [...] ualetis, ego et suauissimus Cicero ualemus. « Si toi et Tullia [...] vous allez bien, mon charmant Cicéron et moi-même, nous allons bien ».

SOC.

Virg. En. 1, 553. Sociis et rege recepto. Litt. « Nos compagnons et notre roi ayant été reçu ».

TRO.

Virg. En. 3, 359-61. Troiugena, interpres diuom, qui numina Phoebi,/qui tripodas, Clarii lauros, qui sidera sentis [...]. « Fils de Troie, interprète des dieux, toi qui perçois les volontés de Phébus, le trépied prophétique, le laurier de l’hôte de Claros, les étoiles [...] ». [exemple de zeugma chez Donat]

TVR.

Turba [sg.] ruunt [pl.]. Litt. « Une foule se précipitent ». Exemple (parfois attribué à Virgile) peut-être créé par amputation d’Ov. H. 1, 88 : Turba ruunt in me luxuriosa proci [voir Grondeux 2003],

VBL.

Ter. And. 607. Vbi illic [masc.] est scelus [nt.], qui [masc.] me perdidit... ? [sic] « Où est-il, ce scélérat qui m’a perdu... ? »

Notes

1 Voir dans l’annexe II, les exemples PAF et PAM qui traversent l’histoire de la grammaire latine. Comme dans Colombat 1993, nous utilisons une abréviation de trois lettres pour désigner les exemples les plus fréquents, dont on trouvera un répertoire dans cette annexe.

2 Voir Quintilien 9, 1, 4 : « La figure, comme on peut l’entendre d’après le nom lui-même, consiste à donner au langage une forme éloignée de l’expression commune et spontanée » ; 9, 1,14 : « Posons qu’une figure est une forme d’expression que l’art a renouvelée ».

3 La transcription orthographique varie considérablement d’un auteur à l’autre, comme le montrera la suite des citations. La déformation des noms des figures a entraîné parfois des réinterprétations inattendues (voir Colombat 1989 et infra, annexe I).

4 Pour des raisons de place, nous n’avons donné la plupart des textes latins qu’en traduction, en gardant entre parenthèses les termes originaux les plus importants.

5 Donné, comme les termes qui suivent, à l’accusatif Imageλλοιότητα, ce qui explique sa réfection chez les médiévaux en allot(h)eta.

6 Cf. éd. Lallot, 1997, s.v. coïncider, -dent, -dence, vol. 2 : 360.

7 Rectus cum oblique... sunt... : Scaliger illustre par son tour la figure ici traitée.

8 Pas définitivement cependant : Beauzée refuse le principe même de la distorsion entre forme et sens au fondement de la syllepse, et, s’il faut traiter de ces problèmes, il préfère à syllepse le terme synthèse. Voir N. Fournier ici même et Colombat 1993 : 368-369.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540