Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La syllepse. Figure stylistique

 | 
Yannick Chevalier
, 
Philippe Wahl

Présentation

Texte intégral

1La syllepse ou les syllepses ? Mot « équivoque » selon la terminologie classique, syllepse a désigné dans la tradition savante deux faits de langage distincts, dont l’étude engage l’histoire des relations entre Grammaire et Rhétorique. Fondée sur un principe de compréhension (du verbe sullambanein, « prendre ensemble »), la syllepse a été figure grammaticale justifiant divers types d’accord complexe en latin puis en français, avant de s’imposer comme figure de double sens. Cet ouvrage collectif éclaire les rapports entre les deux figures, en cernant leurs implications théoriques et épistémologiques. La dialectique de la norme et de l’usage syntaxiques laissant peu de champ à la valeur littéraire de la syllepse d’accord, l’hypothèse de travail formulée en titre – la syllepse, figure stylistique – a orienté les analyses vers la syllepse de sens, dite « oratoire » par Du Marsais : « une espèce de métaphore ou de comparaison, par laquelle un même mot est pris en deux sens dans la même phrase, l’un au propre, l’autre au figuré » (Des Tropes, 1730).

2Figure tardive de la rhétorique, la syllepse de sens est négligée par la plupart des travaux théoriques et critiques, qui privilégient les tropes canoniques et au premier rang la métaphore. Plus que d’autres figures, elle apparaît comme un objet construit par la définition et les exemples qu’on en donne. Or cette définition a sensiblement varié dans sa formulation comme dans son interprétation ; et la place de la syllepse est aujourd’hui instable d’une typologie à l’autre. Cette fragilité conceptuelle et terminologique peut être rapportée aux fluctuations du domaine lexical de l’ancienne équivoque. Elle tient plus particulièrement à la complexité d’une figure de second degré – « trope mixte » selon Fontanier –, dépassant les problématiques traditionnelles de l’écart ou de la substitution par un idéal d’union entre la lettre et l’esprit. Elle tient enfin à la diversité et à l’évolution des disciplines qui la prennent pour objet.

3Du Marsais illustrait la définition inaugurale de la « syllepse oratoire » par le vers d’Andromaque : « Brûlé de plus de feux que je n’en allumai ». De traités en manuels, le parcours didactique de cet exemple manifeste l’instabilité des liens entre définition, illustration et évaluation de la figure : sélection du foyer lexical (si Du Marsais fait porter la syllepse sur Brûlé, Beauzée et la plupart des successeurs sélectionnent feux ; mais certaines analyses étendent la figure aux deux termes, voire à allumai) ; attention à la construction de l’énoncé (anaphore pronominale feux/en interrogeant la relation entre syllepse et antanaclase) ; appréciation esthétique : des plus sévères critiques (abbé d’Olivet, La Harpe) à la consécration tardive d’une image volontiers définie comme « précieuse » (Spitzer, Morier).

4L’historicité de la syllepse requiert donc un point de vue théorique et critique clairement situé. Bien avant son baptême savant au xviiie siècle, le double sens lexical a ainsi dû composer avec une ambivalence inhérente au « jeu de mots », dont il représenterait la forme noble. Sous un principe général d’équivoque, l’ingéniosité des Grands Rhétoriqueurs a fixé les pôles entre lesquels oscille la syllepse au cours de son histoire : plaisant – au risque de la gratuité – et sérieux – au risque de l’obscurité. Ressort lexical de la poésie baroque, la syllepse paraît suspecte au regard de l’exigence classique de clarté ; l’esthétique néo-romantique exalte au contraire sa densité symbolique, voire son opacité. Et un projet poétique comme celui de Ponge prétend concilier la créativité du double sens avec une rigueur langagière inspirée de Malherbe, pour faire valoir la propriété des mots dans un rapport inédit aux choses.

5Cet ouvrage rend compte d’un flou définitionnel qui a vocation à alimenter la réflexion. La plupart des articles placent l’accent sur la dimension discursive de la syllepse de sens, ses modalités de repérage et d’interprétation, ses déterminations et enjeux esthétiques. Dans sa résistance aux cloisonnements rhétoriques, cette figure d’ambivalence se révèle un puissant outil d’investigation textuelle. Sa disposition à maintenir en discours le potentiel sémantique du signe en articulant différents niveaux de signification fait d’elle une clé de la littérarité. Mais les attentes en réception sont orientées par des conventions de genre qui permettent de spécifier certaines visées pragmatiques : quiproquo théâtral, ironie romanesque... Le haut régime interprétatif de la syllepse met en question la notion même de figure, à travers ses critères de visibilité et de lisibilité. Moins donnée par le code rhétorique que construite dans l’exercice de lecture, elle intéresse particulièrement l’analyse stylistique dans sa double visée interprétative et esthétique.

  • 1 Illustrations de l’accord dit ad sensum : Turba ruunt ; littéralement : « une foule se précipitent(...)

6Les lignes qui suivent proposent un aperçu synthétique des problématiques développées, parfois de manière croisée par plusieurs auteurs, dans les différentes parties de l’ouvrage. La première section retrace le parcours conduisant, sous une dénomination commune, de la figure grammaticale à la figure de double sens. L’étude de la tradition latine montre l’évolution, parmi les figures de construction, d’une syllepse (ou conception) d’extension variable, qui contribue à la codification de différents accords complexes avant de se fixer au xvie siècle comme figure de discordance entre morphosyntaxe et sémantique. Telle est la définition retenue par la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, qui applique la syllepse à la langue française dans le cadre de la syntaxe de convenance, comme figure s’accordant « plus avec nos pensées qu’avec les mots du discours »1. L’investigation se poursuit ainsi dans la grammaire française, où la syllepse s’impose tardivement (fin xviiie /xixe s.) et de manière circonscrite, avant d’être vouée à l’effacement par le recul de la syntaxe figurée et la normalisation grammaticale des faits d’accord. À travers les difficultés qu’il révèle, le discours métalinguistique des grammairiens et lexicographes sur la syllepse depuis la fin de l’âge classique jusqu’à l’avènement de la linguistique saussurienne offre un poste d’observation privilégié pour étudier l’histoire des rapports entre grammaire et rhétorique, mais aussi l’évolution de leurs débats internes (syntaxe ou construction grammaticale, accommodements entre norme et usage...). Une étape essentielle est la transition entre Du Marsais, qui réinvestit le champ de la syntaxe figurée appliquée au français par Port-Royal, et Beauzée, son successeur dans les travaux de l’Encyclopédie. Tout en recommandant une différenciation terminologique entre la synthèse (figure de construction) et la syllepse (trope), celui-ci soumet les deux figures à une analyse grammaticale sollicitant le modèle explicatif de l’ellipse, qui a pour effet de réduire la spécificité de la synthèse et de conforter une syllepse aux contours modifiés : restriction aux « phrases explicitement comparatives », mais extension à la construction sans « ellipse » (modèle de l’antanaclase) ; limitation à un sens figuré « autorisé par l’usage », mais ouverture à des liens non métaphoriques (antonomase : Plus Mars que le Mars de la Thrace).

7La sémiologie de la syllepse de sens invite à refonder l’héritage rhétorique sur des bases linguistiques, pour interroger en retour catégories et systèmes d’opposition. Alors que Fontanier présentait la syllepse comme « une espèce d’Antanaclase assez noble », les définitions contemporaines privilégient le critère formel d’occurrence unique d’un signe actualisant en discours plus d’un sens. Par ailleurs, la relation sémantique restreinte par Du Marsais à l’analogie s’est élargie ensuite à la triade des tropes (métaphore, métonymie, synecdoque) ; et les prudentes réserves de Fontanier (sens « figuré ou censé tel ») ont favorisé une généralisation à tout double sens. Strictement définie, la figure procède de la polysémie lexicale en langue. Mais ses réalisations discursives ménagent la possibilité d’effets de sens inédits et explorent souvent la zone de partage entre polysémie et homonymie. Le mode de structuration sémiotique (un signe vs plusieurs signes, relations syntagmatiques et/ou paradigmatiques) et l’organisation sémantique de l’énoncé (logiques intensionnelle et extensionnelle du langage, formes de polysémie mises en œuvre) permettent de situer la syllepse dans un champ de figures connexes : métaphore, allégorie, symbole, équivoque, antanaclase, calembour, allusion... L’étude de ses interprétants co(n)textuels et de sa dynamique sémantique (progressive/régressive) permet d’expliquer comment l’ambiguïté ou l’ambivalence, faits contingents de discours, se constituent en figure. La notion de syllepse s’applique enfin au domaine de l’image (publicitaire, humoristique...), dont les spécificités formelles apportent un éclairage aux problématiques linguistiques.

8À partir de différents corpus littéraires, la seconde partie de l’ouvrage montre l’affinité de la syllepse avec la démarche stylistique d’approfondissement de la lecture. Déjouant la linéarité du langage pour initier à la pluralité du sens, la syllepse vaut comme indice épistémologique révélant comment chaque époque conçoit le langage dans son rapport au monde. Les analyses structurales et fonctionnelles de la figure sont indissociables d’un questionnement sur la méthode d’interprétation et sa déontologie. La compétence philologique est plus évidemment requise dans les textes anciens. Si la pratique médiévale de l’équivoque interroge la notion même de signe et les modalités de sa perception, la plurivocité des œuvres classiques doit composer avec un idéal de pureté gouvernant les choix lexicaux selon le genre et la visée du discours. Dans un champ littéraire radicalement soumis à l’emprise rhétorique, la régie de la syllepse permet par exemple de distinguer entre sonnets baroques et maniéristes, ou de déplacer les frontières attendues entre poésies profane et sacrée. L’exploitation en discours des ressources de la langue pose la question de l’intention de l’auteur, au cœur des réflexions sur l’ambiguïté au xviiie siècle : la syllepse « joue trop sur les mots pour ne pas demander bien de la circonspection », note Du Marsais. La duplicité verbale trouve un terrain d’élection dans l’énonciation théâtrale, dont les ressorts pragmatiques peuvent engager la pièce entière dans un principe d’entente multiple. Mais le dédoublement de la parole est aussi mis en scène dans la prose contemporaine, au service de stratégies discursives frayant avec le non-dit ou dans un jeu de déprise/surprise du discours à l’égard de ses propres mots. Sous des modalités diverses, le double sens en appelle à une coopération active du lecteur, qui fonde l’intelligence du texte.

9Alors que la rhétorique classique entendait réguler la polysémie, la modernité littéraire s’est reconnue dans l’héritage romantique d’une plurivocité instituée en valeur esthétique, jusqu’à la prolifération du sens. L’effet de condensation sémantique inhérent à la syllepse paraît alors, au-delà des intuitions de lecture, susciter une investigation herméneutique sondant la complexité des liens entre le sujet, le langage et le monde. Sensible aux déterminations de genre, ce mode d’élaboration poétique est illustré dans trois domaines : poésie versifiée – dont le code formel peut servir le processus figurai –, poème en prose – qui dans sa définition même peut solliciter la notion de syllepse – et prose romanesque. Postulée par cette « figure de mot », la sémantique lexicale mérite d’être articulée à une sémantique discursive pour saisir la syllepse sur un mode dynamique, comme nœud ponctuel de signification ou principe organisateur de la textualité. L’analyse montre les paliers (phrase, paragraphe, strophe, texte) et degrés de réalisation de la figure en insistant sur sa temporalité opératoire et ses interactions contextuelles. La composante interprétative qui préside au repérage et à l’appréciation de la syllepse incite à ne pas préjuger du type de rapport entre sens associés, d’autant que la logique discursive autorise le nom propre lui-même à faire valoir une forme de pertinence polysémique. À la réflexivité linguistique engagée par la compétence lexicale, qui tend à faire de la syllepse une figure savante, répond une réflexivité discursive susceptible de s’afficher comme protocole de double lecture dans un jeu entre texte et titre(s). En dernier ressort, c’est la lecture elle-même qui se déploie au miroir de la syllepse, indissociable d’une réflexion critique sur le statut et les pouvoirs du signe en littérature.

Notes

1 Illustrations de l’accord dit ad sensum : Turba ruunt ; littéralement : « une foule se précipitent » ; « une infinité de personnes qualifiées ont pris la peine de me témoigner le déplaisir qu’ils en ont eu » (Malherbe) (exemples empruntés à B. Colombat et N. Fournier, ici même).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540