Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Un exemple de norme non-juridique

Texte intégral

99. L’Histoire de Nede et Caier

1Gaire, c’est-à-dire gair-seclae, c’est-à-dire gair-ré, c’est-à-dire un « court espace » [ré gair], ut est dans la satire que Nede fils d’Adnae, fils de Guthár, fit sur le roi de Connaught, à savoir sur le frère de son propre père, à savoir sur Caier fils de Guthár. Caier avait adopté Nede comme son fils, parce qu’il n’avait pas du tout de fils. L’esprit de la femme de Caier se fixa sur Nede. Elle donna une pomme d’argent à Nede pour son amour. Nede ne consentit point, et elle lui promit le royaume après Caier, si il s’unissait à elle.

2« Comment cela nous arrivera-t-il ? » dit Nede. « Ce n’est pas difficile », dit la femme, « prononce une satire à son endroit, de sorte qu’une tache vienne sur lui. Alors l’homme avec la tache ne sera plus roi. » « Cela ne m’est pas facile : l’homme ne me refuse rien. Il n’y a rien au monde qui lui appartienne qu’il ne soit disposé à me céder. » « Je sais », dit la femme, « une chose qu’il ne te donnera pas, à savoir la dague qu’on lui amena d’Ecosse [Alba], il ne te la donnera pas : il lui est interdit de s’en séparer. » etc.

3Nede demanda la dague. « Malheur à moi », dit Caier, « il m’est interdit de m’en séparer. » Nede improvisa une satire [glam dicend] contre lui, et trois pustules apparurent sur ses joues. Voici la satire :

« Mâlemort, courte vie pour Caier !
Que les javelots de bataille le blessent, Caier !
Caier... ? Caier... ? Caier sous terre,
Que Caier soit sous les ramparts, sous les pierres. »

4[... glose...] Caier se leva le lendemain matin et se rendit au puits. Il se cacha la face. Il trouva sur son visage trois pustules que la satire avait provoquées, à savoir Tache, Macule et Défaut, à savoir rouge et vert et blanc. Caier prit la fuite afin que nul ne vît la disgrâce [qui l’affligeait] et parvint à Dun Cermnai avec Cacher, fils d’Eitriscéle.

5Nede s’empara du royaume après lui. Il fut là jusqu’à la fin de l’année. Le tourment de Caier l’affligeait. Nede le suivit à Dún Cermnai, assis sur le chariot de Caier, et la femme de Caier et son lévrier l’accompagnaient. Il était beau l’aurige qui allait au fort ! Son visage disait son allant. Tous disaient : « À qui est cette couleur ? » « C’est nous qui prîmes place sur le siège du champion à côté de celui du conducteur » dit Caier. [... glose...]

6« C’est la parole d’un roi » fit Cacher, fils d’Etarscél (lui, Caier, n’était pas connu jusqu’alors). « Non, en vérité, je ne le suis point » dit Caier. Sur ce, Caier prit la fuite [?], loin d’eux et de la maison, et parvint à la pierre plate derrière le fort, sous le scailp [?] là. Nede entra dans le fort sur son chariot. Les chiens suivirent la trace de Caier et le trouvèrent sous la pierre plate derrière le fort. Caier mourut de honte à la vue de Nede. La pierre... ? et s’enflamma à la mort de Caier, et un fragment de la pierre fut propulsé sous l’œil de Nede, et pénétra dans sa tête. Ce que Nede commenta en ces mots : Ni cuala cuic nuin etc., comme dit le poète :

« Une pierre qui se trouvait sous le pied de Caier
S’envola à la hauteur d’un mât [lit : arbre-à-voile]
Tomba – le décret n’était pas injuste –
De haut sur la tête du poète. »

7Cormac’s Glossary, éd. et trad. Whitley Stokes, Londres et Edimbourg, 1862, p. xxxvi-xli, d’après le Codex B, Dublin, Trinity College H.2, 16.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search