Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Le règlement des conflits

Texte intégral

96. Saint Columba et Librán

1Il advint, durant la période où saint Columba vivait à Iona, qu’un laïc qui avait tout récemment revêtu l’habit clérical traversa la mer venant d’Irlande et se rendit au monastère insulaire du saint homme. Un jour le saint le trouva assis, seul, dans l’hôtellerie où il était logé, et lui parla. Il demanda d’abord d’où l’homme venait, quel était son peuple et quelle la raison de son périple. L’homme répondit qu’il appartenait à la province des Connachta et qu’il avait fait l’effort de ce long voyage afin d’effacer ses péchés en pèlerinage. Saint Columba lui exposa combien strictes et lourdes étaient les exigences de la vie monastique, car il voulait éprouver la force de sa pénitence. La réponse de l’homme au saint vint sans hésitation :

2« Je suis prêt pour tout ce que vous voudrez exiger de moi, rien ne sera trop dur ni trop dégradant. »

3Que dire de plus ? Sur le champ il confessa tous ses péchés et, s’agenouillant, il promit qu’il ferait tout ce que dictaient les règles de la pénitence.

4« Redresse-toi », dit saint Columba, « et assieds-toi ».

5Lorsque l’homme se fût assis, le saint poursuivit : « Tu dois faire pénitence pendant sept ans à Tiree. Mais par le don de Dieu, toi et moi, tous les deux nous verrons la fin de ces sept années. »

6Les paroles du saint fortifièrent l’homme, et il rendit grâces à Dieu. Puis il dit :

7« Que devrais-je faire au sujet d’un serment que j’ai jadis prêté, mais que je n’ai pas respecté ? Car, lorsque je vivais encore dans mon propre district, j’ai tué un homme. Après quoi, je fus jeté aux fers, comme un homme coupable. Mais l’un de mes proches, en fait un membre de ma famille immédiate, qui était extrêmement riche, me vint en aide à point nommé. Il paya ce qu’il fallait pour qu’on me relâche quoique je fusse enchaîné, et, quoique coupable, j’eus grâce à lui la vie sauve. Après qu’il eût acheté ma libération, je lui promis en me liant par un serment que je le servirais tous les jours de ma vie. Ma servitude n’avait guère duré que quelques jours lorsque, dédaignant servir quelqu’homme que ce fût et préférant vivre dans l’obéissance à Dieu, je me parjurai et m’en allai, fuyant mon maître terrestre. Le Seigneur agréa mon voyage et me voici maintenant auprès de vous. »

8Saint Columba pouvait voir que ces choses étaient pour cet homme une vraie source d’angoisse. Il reprit sa prophétie précedente, disant :

9« Comme je vous le disais, au terme de sept années vous viendrez à moi, ici, pendant le carême, et vous pourrez, pendant la fête de Pâques, vous approcher de l’autel et recevoir le sacrement. »

10Pourquoi s’apesantir sur des mots ? Le pèlerin repentant obéit en tout aux instructions de saint Columba. À cette date, il fut envoyé au monastère à Mag Luinge, et là il passa sept années en pénitence. Ensuite, pendant le carême, il revint, conformément au précédent ordre prophétique du saint et, pendant la fête de Pâques, il s’approcha de l’autel comme on l’y invitait. Après Pâques, l’homme vint auprès de saint Columba et l’interrogea de nouveau au sujet de son serment. Voici quelle fut la réponse prophétique que le saint lui fit :

11« Ton maître terrestre, dont tu m’as jadis parlé, est encore en vie. Ton père, ta mère et tes frères aussi. Alors donc, il te faut te préparer pour un voyage. »

12Comme il disait cela, il produisit une épée décorée d’ivoire sculpté, et poursuivit :

13« Prends ceci et emmène-le comme cadeau à offrir à ton maître en échange de ta liberté. Il a une femme aux nombreuses vertus, dont il suivra l’avis éclairé. Sans tarder il te donnera ta liberté, et ôtera de tes reins, comme le veut la coutume, la ceinture de l’esclave, et il le fera sans prendre de paiement. Quoique libéré de ce souci, il en surviendra aussitôt un autre, auquel tu ne pourras échapper. Car tes frères te forceront à mener à bien le service dû par le fils envers le père, que tu as si longtemps négligé. Mais tu dois te plier sans hésitation à leur volonté et t’occuper comme il convient de ton vieux père. Cela te semblera une lourde charge, mais tu ne dois pas te décourager car tu auras bientôt payé ta dette. Une semaine après que tu auras commencé à t’occuper de ton père, tu le mettras dans sa tombe. Quand ton père sera enterré, tes frères insisteront pour que tu t’acquittes aussi de ton devoir envers ta mère et que tu la serves. Cependant, ton cadet te délivrera de cette obligation, car il sera prêt à faire tout ce que le devoir filial exigeait de toi, et à la servir à ta place. »

14Le frère, qui s’appelait Librán, prit l’épée et se mit en route, après que le saint l’eût béni. Lorsqu’il parvint au district natal, il trouva que tout ce que le saint avait prédit se réalisait. Il montra l’épée à son maître et l’offrit pour prix de sa liberté ; le maître l’aurait prise, mais sa femme refusa aussitôt, disant :

15« Comment pouvons-nous accepter ce précieux cadeau que saint Columba a envoyé ? Nous n’en sommes pas dignes. Livrons ce bon serviteur au saint sans [exiger de] paiement. Car la bénédiction du saint homme nous sera plus utile que ce cadeau qui [nous] est offert. »

16Le mari écouta l’avis judicieux de sa femme et tout de suite il libéra son esclave sans paiement.

17Après quoi, selon la prophétie de saint Columba, Librán fut contraint par ses frères de servir leur père, qu’il déposa sept jours plus tard dans sa tombe. Ensuite on l’obligea à servir aussi sa mère, mais avec l’aide de son cadet, qui prit sa place, il fut délivré de ce devoir, comme saint Columba l’avait indiqué. Voici ce que le cadet dit aux frères :

18« Il n’est pas juste que nous retenions notre frère dans ce district, lui qui fut sept ans durant avec saint Columba en Bretagne, travaillant au salut de son âme. »

19Librán était maintenant délivré de toutes ses charges, et, prenant congé de sa mère et de ses frères, il regagna Derry en homme libre. Là il trouva un navire qui faisait voile et qui s’éloignait justement du mouillage. Il cria du rivage, implorant les marins de l’emmener car il désirait faire la traversée vers la Bretagne. Mais ils refusèrent, car ils n’appartenaient pas à la communauté de saint Columba. Sur ce, Librán s’adressa au saint – car, quoiqu’il fût loin, il était présent par l’esprit, comme les événements le montrèrent bientôt – disant :

20« Cela te plaît-il, saint Columba », dit-il, « que ces marins aient des voiles pleines et un vent en poupe pour leur voyage, lorsqu’ils refusent de me prendre, moi, ton ami, avec eux ? »

21À peine avait-il terminé de parler que le vent, qui avait jusqu’alors été favorable, se retourna contre le navire. Cependant, les marins virent que Librán courait le long de la rive, non loin d’eux. S’étant consultés, ils l’appelèrent depuis le navire, disant :

22« Peut-être est-ce parce que nous avons refusé de te prendre avec nous que le vent s’est soudain retourné contre nous. Mais si nous te demandons de nous rejoindre dans le navire, tu auras le pouvoir de changer le vent de nouveau, de sorte que ce qui est maintenant un vent de face deviendra un vent de dos. »

23Ce qu’entendant, le voyageur leur dit :

24« Saint Columba, auprès duquel je me rends et auquel j’obéis depuis sept ans, pourra, par le pouvoir de la prière, vous obtenir de son Seigneur un vent favorable si vous me prenez à bord. »

25Sur foi de quoi ils conduisirent leur navire à la berge et lui demandèrent de monter avec eux. Dès qu’il fut à bord il dit :

26« Au nom du Tout-Puissant, que saint Columba sert sans reproche, hissez la voile et [...]. »

27Aussitôt le vent qui soufflait contre eux se retourna et ils firent route sans encombre jusqu’en Bretagne, les voiles pleines.

28À son arrivée en Bretagne, Librán quitta le navire et, après avoir béni les marins, il se rendit à Iona, où vivait saint Columba. Le saint le reçut avec joie et raconta, quoique personne ne lui en eût apporté la nouvelle, tout ce qui était advenu à Librán au cours de son périple : à propos de son maître et de l’avis judicieux de sa femme, comment elle l’avait persuadé de le libérer, à propos de ses frères, de la mort et de l’enterrement de son père dans la semaine, à propos de sa mère et de l’aide opportune de son cadet, et à propos des événements au retour, le changement du vent, les paroles des matelots qui ne voulaient pas de lui, sa promesse d’un vent favorable et comment le vent s’améliora lorsqu’il prit place à bord. En fait, tout ce que le saint avait dit qu’il adviendrait, il le décrivait à présent tel que cela était advenu. Après quoi, le voyageur rendit à saint Columba le prix de sa liberté, qu’il avait reçu du saint. En même temps, le saint lui donna un nom, disant :

29« Tu t’appelleras Librán car tu es libre. »

30Les jours suivants, Librán prit les vœux monastiques. Saint Columba le renvoya au monastère où il avait servi le Seigneur sept ans durant comme pénitent, lui faisant ses adieux par ces paroles prophétiques :

31« Tu jouiras d’une longue vie et tu termineras la vie présente à un âge avancé. Cependant ta résurrection ne s’accomplira pas en Bretagne mais en Irlande. »

32À ces mots, Librán, à genoux devant le saint, pleura amèrement. Le saint fut attristé de le voir ainsi, et se mit à le réconforter, disant :

33« Lève-toi, ne t’en fais pas. Tu mourras dans un de mes monastères et tu auras ta part au Royaume parmi mes moines élus, avec lesquels tu t’éveilleras du sommeil de la mort à la résurrection de la vie éternelle. »

34Ceci fut d’un grand réconfort, et Librán se réjouit beaucoup en entendant ces mots. Puis, enrichi par la bénédiction de saint Columba, il s’en alla en paix.

35Ce que le saint avait prédit en vérité à son sujet advint en son temps. Il servit saint Columba comme moine au monastère de Mag Luinge pendant de nombreuses années, même après que saint Columba eût quitté ce monde. Parvenu à un âge vénérable, on l’envoya en Irlande pour les affaires de la communauté. Il quitta le navire sur la côte de Brega et traversa la plaine jusqu’au monastère de Durrow. Là, on lui offrit l’hospitalité et on le logea à l’hôtellerie, où il tomba malade et après une semaine de maladie il alla vers le Seigneur, en paix. Il fut enterré là parmi les moines élus de saint Columba, où il ressuscitera à la vie éternelle selon la prophétie du saint.

36Ces prophéties véritables que j’ai écrites concernant Librán doivent suffire. On l’appelait Librán De La Roseraie parce que pendant de nombreuses années il travaillait à la récolte des roseaux dans la roseraie.

37Adomnán, abbé d’Iona, Vita Columbae, 2, 39 : Adomnan’s Life of Columba, éd. et trad. (angl.) Alan Orr Anderson et Marjorie Ogilvie Anderson, Londres etc. 1961, p. 420-435. Pour la traduction ci-dessus on s’est servi de : Adomnan of Iona, Life of St Columba, trad. (angl.) Richard Sharpe, Harmondsworth (GB), 1995, (Penguin Classics), p. 188-193.

97. Jugement de Charlemagne

38Charles, par la grâce de Dieu, roi des Francs et des Lombards, homme illustre. L’altesse royale s’élève à son pinacle lorsqu’après avoir bien pesé les arguments des parties en présence elle se prononce pour l’une ou pour l’autre et tranche ainsi les disputes de tous dans la mesure où réside en le roi la puissance émanant de Dieu par laquelle doivent être ordonnées toutes les choses redoutables.

  • 1 Traduction très approximative, la grammaire du texte étant des plus corrompues.

39Comme nous siégions au nom de Dieu en notre palais de la villa de Düren, afin d’ouïr les causes de tous et de rendre la droite justice, l’évêque Herchenrad, père apostolique en le Christ, pontife de la ville et cité de Paris y vint. Il porta plainte contre l’abbé Fulrad, l’accusant de détenir injustement et illégalement, au nom de saint Denis, le monastère de Plaisir, en Pincerais [pagus Pinciacense] qu’un homme franc du nom d’Aderald avait cédé à la maison de sainte Marie, saint Étienne et saint Germain par son instrument. Mais l’abbé Fulrad, également présent, donna ceci pour réponse, à savoir que jamais il ne détint injustement et illégalement le monastère de Plaisir au nom de saint Denis car, dit-il, un homme franc du nom d’Hagadeus avait donné ce monastère de Plaisir au monastère de saint Denis manus potestativas par son instrument ; du fait de cette tradition, ce même monastère de Plaisir devait échoir à la maison de saint Denis bien plutôt qu’être restitué par celle-ci à l’évêque Herchenrad pour le compte de sainte Marie, saint Étienne et saint Germain. Ils affirmèrent alors avoir les instruments sous la main et ils les produisirent en notre présence afin que nous les évaluassions. Mais étant donné ces preuves contradictoires, nous ne pûmes parvenir à aucune certitude sur cette cause et, nous tournant par la miséricorde du Christ vers les divins mystères, ainsi qu’une longue coutume le veut et les intéressés y consentant volontiers, nous ordonnâmes qu’il fût procédé au jugement, de sorte que, le litige ne pouvant être tranché par les instruments allégués, il le soit par le jugement de Dieu, les hommes dont les noms suivent ayant à se soumettre à l’épreuve de la croix1 : Adelramn pour saint Denis et l’abbé Fulrad d’une part, Corellus pour sainte Marie, saint Étienne, saint Germain et l’évêque Herchenrad de l’autre. Ils se tinrent donc debout [les bras en croix] en notre chapelle tandis que le prêtre Harnald disait la messe. Pendant cette heure placée sous la protection de la dextre divine, Dieu omnipotent rendit son juste jugement : Corellus, l’homme de l’évêque Herchenrad, se mit à trembler et fut ainsi confondu par le jugement de Dieu, l’épreuve de la croix. Alors l’évêque Herchenrad se recrut en notre présence et devant nos grands, reconnaissant que lui ni son église de sainte Marie, saint Étienne et saint Germain n’avaient aucun droit par lequel ils pussent posséder ce monastère de Plaisir. C’est pourquoi, avec nos fidèles, à savoir Ghaerard, Bernard, Radulf, Hilderad, Erme nald, Hebroin, Theudbald, Agmon, comtes, Haltbert, Laumbert, Haereric et Anselm, notre comte du palais et beaucoup d’autres nous avons jugé que, attendu qu’Adalramn, l’homme de saint Denis et de l’abbé Fulrad convainquit l’homme de sainte Marie, saint Étienne et saint Germain et de l’évêque Herchenrad appelé Corellus par le jugement de Dieu, c’est-à-dire par l’épreuve de la croix, et que ce même Corellus, par ses tremblements, apparut convaincu à ce même jugement de Dieu ; attendu que nous avons pris connaissance de la cause ainsi actée et achevée, nous ordonnons que ledit abbé Fulrad, représentant le monastère de saint Denis, soit confirmé dans la possession dudit monastère de Plaisir avec ses dépendances et tout ce qui en relève contre l’évêque Herchenrad, ses successeurs et son église sainte Marie, saint Étienne et saint Germain. Et que ce jugement demeure à jamais subi, rendu et accordé entre eux sans aucune contes-tation de la part de l’évêque Herchenrad ou de ses successeurs.

  • 2 Tout ce passage en notes tironiennes dans l’original.

40Theudegarius reconnut et Theudegarius, j’ai reconnu et souscrit ; j’ai connu ; valeat2.

  • 3 28 juillet 775.

41Donné le cinq des calendes d’août, la septième année de notre règne3 ; en la villa de Düren, publiquement, au palais ; au nom de Dieu, feliciter, amen.

42A. Dopsch, J. Lechner, M. Tangl et E. Mühlbacher, éd. MGH. Diplomatum Karolinorum. T. 1. Pippini, Carlomanni, Karoli Magni Diplomata, Hanovre, 1906, no 102, p. 146-147. Trad. A. Stoclet.

98. La carrière de Helmstan, voleur

43Sire, je vous dirai ce qu’il advint des terres à Fonthill, les cinq manses qu’Aethelhelm Higa revendique. Lorsque Helmstan se rendit coupable d’un crime en volant la ceinture d’Ethelred, aussitôt Higa entama un procès contre lui, en même temps que d’autres demandeurs, car il voulait se saisir de ses terres par ce procédé. Alors il vint à moi et me supplia d’intercéder en sa faveur, parce que j’avais été son parrain de confirmation, avant qu’il ne commette ce crime. Alors je parlai en sa faveur et j’intercédai pour lui auprès du roi Alfred. Alors – que Dieu rachète son âme – il l’autorisa à pouvoir prouver son droit contre Aethelhelm au sujet de la terre, grâce à mon intervention et à mon rapport sincère. Alors il ordonna qu’ils s’arrangent, et je fus de ceux qu’il désigna pour y veiller, avec Wihtbord et Aelfric, gardien de la robe, et Brihthelm et Wulfhun et le Noir de Somerton et Strica et Ubba et plus d’hommes que je n’en puis nommer ici. Alors chacun s’exprima, et il nous sembla à tous que Helmstan devait être autorisé à se présenter avec les titres et à prouver son droit sur la terre, qu’il la possédait telle qu’Aethelthryth l’avait vendue à Oswulf pour un prix convenable ; et elle avait dit à Oswulf qu’elle avait le droit de la lui vendre parce que c’était son « don du matin » lorsqu’elle avait épousé Aethelwulf. Et Helmstan mentionna tout ceci dans sa déposition sous serment. Et le roi Alfred avait donné sa signature à Oswulf, quand il avait acheté la terre à Aethelthryth, afin que [l’acte] demeure valide, et Édouard donna la sienne et Aethelnoth la sienne et Deormod la sienne, et ainsi firent chacun des hommes pressentis. Et lorsque nous les réconciliâmes à Wardour, le titre fut produit et lu, et toutes les signatures y étaient portées. Alors il nous sembla, à nous tous qui prenions part à cet arbitrage, que c’était Helmstan qui, sur ce point, était le plus proche de la déposition jurée.

  • 1 Lacune d’une douzaine de lettres.

44Alors Aethelhelm ne voulait pas consentir pleinement jusqu’à ce que nous nous rendîmes auprès du roi et lui rapportâmes exactement comment nous en avions convenu et pourquoi ; et Aethelhelm était là avec nous. Et le roi était dans la salle à Wardour – il se lavait les mains. Lorsqu’il eût terminé, il demanda à Aethelhelm pourquoi ce que nous avions décidé pour lui ne lui semblait pas juste ; il dit qu’il ne pouvait penser à rien de plus juste que le fait de permettre à Helmstan de jurer s’il le pouvait. Je dis alors qu’il voulait essayer, et je demandai au roi de fixer une date, ce qu’il fit. Et au jour dit, il prêta le serment pleinement. Il me demanda de l’aider, et me dit qu’il préférait me donner [la terre à moi] plutôt que de voir le serment faillir ou]1. [Je lui dis alors que je l’aiderais à obtenir justice, mais jamais à tort, à condition qu’il me la donnerait ; et il s’engagea à cela.

45Au jour dit, nous chevauchâmes, moi et avec moi Wihtbord et Brihthelm avec Aethelhelm ; et tous nous l’entendîmes jurer pleinement. Alors nous dîmes tous que l’affaire était close lorsque la sentence eût été accomplie. Et, Sire, quand donc un procès sera-t-il jamais achevé si l’on ne peut y mettre un terme ni avec de l’argent ni avec un serment ? Et si l’on désire modifier chaque sentence qu’a donnée le roi Alfred, quand donc aura-t-on fini de disputer ? Ensuite il me donna le titre de propriété, ainsi qu’il s’y était engagé, aussitôt que le serment fut prêté ; et je lui promis qu’il pourrait jouir de la terre tant qu’il vivrait, s’il pouvait éviter de tomber en disgrâce.

46Après quoi, par-dessus le marché – j’ignore si c’était un an et demi plus tard ou deux ans – il vola les boeufs laissés sans surveillance à Fonthill, ce qui causa sa ruine complète, il les mena à Chickdale, et là il fut découvert, et l’homme qui le traqua recouvrit le bétail et l’identifia [?]. Il s’enfuit alors, et une ronce le griffa au visage ; et lorsqu’il voulut le nier, cela fut invoqué comme preuve. Alors le fils d’Eanwulf Peneard, qui était comte, intervint, et lui confisqua toute sa propriété à Tisbury. Je lui demandai pourquoi et il dit que c’était un voleur, et les biens furent adjugés au roi, parce qu’il était l’homme du roi. Et Ordlaf reçut sa terre ; parce que [la terre] qu’il occupait, il la tenait de lui à bail, il ne pouvait en être privé. Et vous le prononçâtes alors hors-la-loi.

  • 2 Sans doute un document authentifié par un sceau, montrant qu’il avait prêté un serment auprès de l (...)

47Alors il se rendit sur la tombe de votre père, et m’apporta un sceau2, et je vous retrouvai à Chippenham. Je vous donnai alors le sceau, vous levâtes la sentence le déclarant hors-la-loi et vous lui donnâtes le domaine sur lequel il s’est à présent retiré [?]. Et j’entrai en possession de ma terre, puis, avec vous et vos conseillers pour témoins, je la cédai à l’évêque, cinq manses en échange d’une terre de cinq manses à Lyddiard. Et l’évêque et toute la communauté me cédèrent les quatre manses, et le cinquième était soumis à la dîme. Or, Sire, il m’est très nécessaire que les choses puissent demeurer comme elles sont présentement arrangées et comme elles l’étaient auparavant. S’il doit en être autrement, alors je me contenterai et devrai me contenter de ce qui vous semblera bon en tant que charité.

48[Au dos :] Et Aethelhelm Higa se retira du litige lorsque le roi fut à Warminster, au témoignage d’Ordlaf et Osferth et Odda et Wihtbord et Aelfstan le Chauve et Aethelnoth.

49Lettre en vieil anglais adressée au roi Edouard l’Ancien, faisant l’historique d’un domaine à Fonthill, Wiltshire (vers 899) : English Historical Documents, c. 500-1042, trad. Dorothy Whitelock, Londres 1955, no 102, p. 501-503.

Notes

1 Traduction très approximative, la grammaire du texte étant des plus corrompues.

2 Tout ce passage en notes tironiennes dans l’original.

3 28 juillet 775.

Notes de fin

1 Lacune d’une douzaine de lettres.

2 Sans doute un document authentifié par un sceau, montrant qu’il avait prêté un serment auprès de la tombe du roi.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search