Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Enfants et adolescents

Texte intégral

80-83. Les âges légaux chez les Lombards

1À propos du mariage des jeunes filles qui n’ont pas l’âge. Si une fille est fiancée ou mariée avant d’avoir douze ans, celui qui l’a prise pour femme ou pour fiancée paiera la composition pour le rapt, telle qu’elle est définie dans ce code ; c’est-à-dire qu’il paiera 900 sous, la moitié au roi et la moitié à l’enfant même, et elle rentrera chez elle, recouvrera son bien [pecuniam suant] et demeurera en paix jusqu’à l’époque citée [càd jusqu’à ce qu’elle ait douze ans] ; qui plus est, elle pourra ensuite se choisir et épouser celui qu’elle voudra.

2Si, de plus, son mundoald avait consenti ou avait donné la fille avant ses douze ans, il paiera 300 sous de composition au fisc royal, il perdra son mundium et la fille se trouvera avec son bien sous le mundium du palais. Cependant, un père ou un frère a le droit de donner ou de fiancer sa fille ou sa sœur à quiconque et à l’âge qu’il lui plaît. Ce droit est accordé avec la ferme conviction qu’un père ne donnera pas sa fille ou un frère sa sœur à n’importe quel homme dans une intention mauvaise et contraire à la raison.

3Il a déjà été dit que l’âge légal des filles au mariage était de douze ans. Nous décrétons à présent que l’âge légal au mariage n’est pas dans la douzième année, mais à sa fin. Nous disons ceci parce que nous savons qu’il y a eu de nombreuses controverses à ce sujet et il nous semble que les filles ne sont pas mûres avant la fin de leur douzième année.

4Si un garçon qui est mineur désire se fiancer avant d’avoir dix-huit ans – ce qu’on a défini comme étant l’âge légal – ou s’il désire épouser une femme, il aura le droit de fournir la portion du mariage [meta] et de donner le morgincap, comme il est prévu par l’Édit, ainsi que de contracter des obligations [oblicationem facere], d’offrir une sûreté [fideiussore ponere] et de signer les contrats [carta scribere], s’il le désire, à cet effet. L’homme qui se porte sûreté ou le scribe qui prépare la charte dans cette cause ne sera pas condamné pour ce fait. Il est vrai que nous avons traité des affaires des enfants en-dessous de cet âge afin qu’ils ne détruisent pas leur propriété ni ne la dispersent ; mais dans le cas d’une union bénie de Dieu, nous accordons qu’elle se déroule comme il est dit ci-dessus.

5Une perversion des plus vaines et des plus avides est apparue ces temps-ci qui nous semble illégale, ainsi qu’à nos juges : des femmes, adultes et d’âge mûr, se sont jointes en union à des garçons qui n’ont pas l’âge légal, et prétendent qu’ils sont leurs époux légitimes – [tout ceci nous semble illégal] car les garçons sont incapables de s’unir sexuellement à elles. C’est pourquoi nous décrétons qu’à l’avenir nulle femme ne présume faire cela, sauf si le père ou le grand-père du garçon avait pris des dispositions à cet effet avec les parents de la femme. Mais si un garçon n’a pas encore l’âge après la mort de son père et qu’une femme prétend l’épouser avant que le garçon ait treize ans accomplis, disant qu’il devrait être son époux légal, cette union sera sans valeur et ils seront séparés l’un de l’autre. Bien plus, la femme s’en retournera les mains vides, avec reproches, et elle ne pourra épouser un autre homme jusqu’à ce que le garçon ait atteint l’âge susdit. Si, lorsqu’il parvient à cet âge, le garçon désire l’épouser, il le peut. S’il ne la veut pas, il peut épouser celle qu’il souhaite et peut acquérir. Et si le garçon ne veut pas d’elle et qu’elle épouse un autre homme, l’homme qui l’épouse ne peut pas donner une portion de mariage [metfio] entière pour elle comme il le ferait pour tout autre fille, mais il ne donnera que la moitié, comme pour une veuve. L’homme qui convainc un garçon [de contracter une telle union], qu’il soit parent ou étranger, paiera 100 sous de composition, moitié au roi et moitié au garçon lui-même.

6Lois de Liutprand, nos 12, 112, 117 et 129, éd. Bluhme (supra, no 71), p. 111-112, 153, 155-156, 161-162. Trad. Fischer Drew, p. 148-149, 192, 195 et 200-201.

84. Heurs et malheurs d’enfants royaux

7[Clovis] mourut à Paris et fut enseveli dans la basilique des Saints Apôtres que lui-même avait construite avec la reine Clotilde. [...] Quant à la reine Clotilde, elle vint à Tours après la mort de son mari. Elle y était au service de la basilique du bienheureux Martin et, pleine de modestie et de bonté, elle est demeurée dans ce lieu pendant tous les jours de sa vie, ne visitant que rarement Paris.

8[...]

9La reine Clotilde a alors un entretien avec Clodomir et ses autres fils pour leur dire : « Il ne faudrait pas mes très chers, que je me repente de vous avoir nourris tendrement ; manifestez, je vous prie, de l’indignation pour l’outrage que j’ai subi et vengez la mort de mon père et de ma mère avec une sagace ténacité. » En entendant ces paroles ils gagnent la Bourgogne et marchent contre Sigismond et son frère Godomar. L’armée de ces derniers ayant été vaincue, Godomar tourne le dos. Quant à Sigismond, qui cherchait à s’enfuir auprès des Saints d’Agaune, il est fait prisonnier par Clodomir, emmené en captivité avec sa femme et ses enfants et emprisonné dans le territoire de la ville d’Orléans. Mais après le départ des rois, Godomar s’étant ressaisi, mobilise les Burgondes et reprend son royaume. Clodomir, qui se dispose à marcher de nouveau contre lui, projette de tuer Sigismond. Mais le bienheureux Avit, abbé, qui était en ce temps un prêtre d’une grande valeur, lui dit : « Si, respectueux de Dieu, tu amendes ton dessein en sorte que tu ne souffres pas que ces hommes soient tués, Dieu sera avec toi et finalement tu obtiendras la victoire. Si, au contraire, tu les occis, toi-même tu seras livré aux mains des ennemis et tu périras de façon semblable, et on te fera subir à toi, à ta femme et à tes fils ce que tu auras fait à Sigismond, à sa femme et à ses enfants ». Mais lui, dédaignant d’écouter le conseil de cet homme, répondit : « J’estime que ce conseil est absurde, selon lui je laisserai des ennemis chez eux, je marcherai contre les autres et lorsque ceux-là surgiront dans mon dos et ceux-ci en face de moi, je succomberai entre les deux armées ennemies. La victoire sera plus aisément et plus facilement gagnée s’ils sont séparés l’un de l’autre. Quand l’un aura été tué, l’autre pourra facilement être mis à mort ». Aussitôt Sigismond fut assassiné avec sa femme et ses enfants ; Clodomir ordonna de les jeter dans un puits à Colombe, village de l’Orléanais, puis il gagna la Bourgogne en appelant en renfort le roi Thierry. Celui-ci, qui ne se souciait pas de venger l’injure faite à son beau-père [socer], promit de venir. Quand ils se furent rejoints tous les deux à Vézeronce, localité du Viennois, ils engagent la bataille avec Godomar. Or tandis que Godomar tournait le dos avec son armée et que Clodomir, qui le poursuivait, s’était écarté des siens à une grande distance, les adversaires, contre-faisant son signe [de ralliement] lui crient : « Tourne-toi par ici, par ici ! disent-ils, car nous sommes tes hommes ». Mais lui, leur ajoutant foi, partit et se jeta au milieu des ennemis. Sa tête fut coupée et on l’éleva en l’air, fixée à une lance. Ce que voyant, les Francs, qui reconnaissaient Clodomir tué, mettent en fuite Godomar après s’être ressaisis, écrasent les Burgondes et soumettent le pays à leur domination. Sans plus tarder Clotaire épouse la femme de son frère nommée Gontheuque. Quant à ses fils, la reine Clotilde, sitôt que les jours de deuil furent passés, les accueillit et les garda. L’un s’appelait Théodoald, le second Gonthier, le troisième Cloud. De nouveau Godomar récupéra son royaume.

10[...]

11Tandis que la reine Clotilde demeurait à Paris, Childebert, voyant que sa mère aimait d’une affection exclusive les fils de Clodomir, que nous avons cités ci-dessus, en éprouva de la jalousie et craignant qu’avec la faveur de la reine ils ne trouvassent accès au trône envoya secrètement vers son frère le roi Clotaire pour lui dire : « Notre mère garde avec elle les fils de notre frère et veut qu’ils soient dotés du royaume ; tu dois venir vite à Paris et après avoir délibéré ensemble, il faudra décider ce qu’on doit faire d’eux : auront-ils la chevelure coupée comme le reste du peuple ou bien après qu’ils auront été tués le royaume de notre frère sera-t-il partagé également entre nous deux ? » Vivement réjoui de ces paroles, Clotaire vint à Paris. Childebert avait fait courir dans la population le bruit que les rois se réunissaient pour élever ces petits enfants sur le trône. Lorsqu’ils furent réunis, ils envoyèrent dire à la reine qui demeurait alors dans la dite ville : « Envoie nous les enfants pour qu’on les élève sur le trône ». Elle en fut joyeuse, car elle ignorait leur fourberie ; ayant donc donné aux enfants de la nourriture et de la boisson, elle les envoya en disant : « Je ne croirai plus que j’ai perdu mon fils si je vous vois lui succéder dans son royaume ». À peine étaient-ils partis qu’ils furent appréhendés et séparés de leurs domestiques et de leurs nourriciers (a pueris et nutritoribus) ; on séquestra les uns et les autres, en mettant d’un côté les domestiques, de l’autre les petits. C’est alors que Childebert et Clotaire envoyèrent à la reine Arcadius, de qui nous avons parlé ci-dessus, avec des ciseaux et une épée tirée du fourreau. Dès son arrivée, il montra à la reine les deux objets en disant : « C’est à ta volonté, ô très glorieuse reine, que tes fils nos seigneurs font apppel. Que juges-tu qu’il faut faire des enfants ? Donnes-tu l’ordre de les laisser vivre avec les cheveux coupés ou de les tuer tous les deux ? » Mais elle, terrifiée de la nouvelle et outrée de rancœur surtout lorsqu’elle vit l’épée hors du fourreau et les ciseaux, se laissa gagner par l’amertume et ne sachant plus dans sa douleur ce qu’elle disait répondit simplement : « Je préfère s’ils ne doivent pas monter sur le trône, les voir morts que tondus ». Mais lui sans faire attention à sa douleur ni se demander ce que dans la suite elle déciderait à la réflexion, s’en revint rapidement annoncer et dire : « La reine étant consentante, poursuivez l’œuvre commencée, car elle-même veut que votre projet soit exécuté ». Aussitôt Clotaire, ayant saisi l’aîné des enfants par le bras, le tua cruellement en lui plantant un couteau dans l’aisselle. À ses cris son frère se prosterne aux pieds de Childebert et lui saisissant les genoux s’écrie avec des larmes : « Au secours, père très pieux, que je ne périsse pas comme mon frère ». Alors Childebert, le visage baigné de larmes, déclara : « Je t’en prie, frère très doux, accorde moi dans ta générosité la vie de celui-ci et je te donnerai ce que tu exigeras pour son salut à condition qu’il ne soit pas tué ». Mais l’autre l’ayant accablé d’injures, s’écria : « Rejette le loin de toi ou c’est toi à coup sûr qui mourras à sa place. C’est toi, ajouta-t-il, qui as eu l’initiative de cette chose, et maintenant tu te dédis aussi rapidement de ton engagement. » En entendant ces mots, celui-là repoussant l’enfant le projeta sur celui-ci. Ce dernier l’attrapant et lui ayant planté un couteau dans le côté comme il avait fait auparavant pour le frère, l’égorgea ; ensuite ils tuèrent les domestiques et les nourriciers. Après ces meurtres Clotaire, montant à cheval, s’en alla sans se soucier du meurtre de ses neveux ; mais Childebert se rendit dans le faubourg. Quant à la reine, après avoir déposé les deux petits corps dans un cercueil, elle les suivit accompagnée d’un grand chœur de chantres et avec une immense tristesse jusqu’à la basilique de Saint-Pierre où elle les ensevelit tous deux ensemble. L’un avait dix ans et l’autre sept ans. Quant au troisième, Cloud, on ne put le saisir parce qu’il s’échappa avec le secours d’hommes courageux. Dédaignant le royaume terrestre, il se donna à Dieu et coupant de sa propre main ses cheveux, il devint clerc et, persistant dans les bonnes œuvres, il était prêtre quand il quitta ce monde. Ceux-là de leur côté se partagèrent le royaume de Clodomir en tenant la balance égale entre eux. Quant à la reine Clotilde, elle se comporta de telle sorte et si vertueusement qu’elle était respectée par tous. Assidue à faire l’aumône, passant les nuits dans des veillées pieuses, vivant dans la chasteté et une dignité parfaite, elle se garda toujours pure ; elle pourvut les églises, les monastères et tous les lieux saints des terres qui leur étaient nécessaires ; elle les distribuait avec largesse et empressement en sorte qu’elle était considérée dans ce temps non pas comme une reine, mais comme une servante personnelle de Dieu, qu’elle servait avec zèle. Ni la royauté de ses fils, ni l’ambition du siècle, ni ses richesses ne l’ont entraînée à la ruine, mais son humilité l’a élevée à la grâce.

12Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, 2, 43 ; 3, 6 ; 3, 18. Éd. Krusch et Levison, p. 94, 103 et 117-120. Trad. Latouche, t. 1, p. 137, 146-148 et 162-165.

85. L’éducation de saint Colomban

13Passées les premières années et devenu enfant, Colomban s’appliqua à l’étude des lettres et arts libéraux et de la grammaire, pour laquelle il était bien doué, et s’étant ainsi cultivé pendant toute son enfance et son adolescence, il continua de le faire jusqu’à l’âge d’homme avec une ardeur intense et fructueuse. Mais comme sa beauté physique, surtout son teint clair et son éclatante jeunesse, le rendaient séduisant aux yeux de tous, l’antique ennemi du genre humain commença à décocher contre lui ses flèches mortelles pour essayer de prendre dans ses filets celui qu’il voyait grandir avec tant d’intelligence. Il attira sur lui les désirs amoureux de filles légères, surtout de celles dont la beauté corporelle et la grâce passagère allument au cœur des malheureux d’affreux désirs. Mais le vaillant soldat, se voyant attaqué de toutes parts avec des armes aussi redoutables, comprit que l’astucieux ennemi le menaçait de son poignard étincelant. Conscient de la fragilité de l’homme, il savait que s’il tombe il roule jusqu’au fond de l’abîme, et que, comme dit Tite Live, il n’est rien de si sacré, rien de si bien gardé que la passion ne puisse l’atteindre. Il prit donc dans sa main gauche le bouclier de l’Évangile, et tenant de la main droite l’épée à deux tranchants [Eph 6, 15-17 ; Ap 1, 16 et 19, 15], il se prépara à affronter les redoutables légions ennemies. Ainsi ne perdrait-il pas tous les efforts qu’il avait dépensés en appliquant sa vive intelligence à l’étude de la grammaire, de la rhétorique, de la géométrie et de l’ensemble des divines Écritures ; il ne la laisserait pas prendre par les attraits trompeurs du monde. [...] Il dit adieu à ses camarades et se prépara à partir. Navrée de douleur, sa mère le suppliait de ne pas l’abandonner. « N’as-tu pas entendu cette parole, lui dit-il : "Celui qui aime son père et sa mère plus que moi n’est pas digne de moi" [Mt 10, 37] ? » À sa mère qui lui barrait le passage, couchée en travers de la porte, il demanda de le laisser partir. Elle, poussant des cris et gisant à terre, répondit qu’elle ne le lui permet trait pas. Il passa le seuil, enjambant sa mère et lui demandant de se tenir pour heureuse : il ne la reverrait plus ici-bas, mais irait partout où la voie du salut lui ouvrirait un chemin.

14Quittant donc le sol natal, que ses habitants appellent la terre des Lagènes, il se rendit auprès d’un homme vénérable nommé Sinell, qui jouissait alors d’un grand prestige parmi les siens en raison de sa piété extraordinaire et de sa profonde connaissance des saintes Écritures. Le saint homme, constatant que le jeune Colomban était doué d’une vive intelligence, le guida dans l’étude de toutes les divines Écritures, et ainsi que le font souvent les maîtres, qui interrogent leurs élèves par manière de jeu pour voir si leur intelligence est ardente et inventive ou au contraire négligente et endormie, il se mit à poser au sien des questions difficiles. Lui, non sans crainte mais avec beaucoup de sagacité, pour ne pas désobéir à son maître, non par un mauvais esprit de vanité mais pour faire ce que voulait le maître en prenant sa place, s’efforçait de résoudre les problèmes posés ; il se souvenait de la parole du Psalmiste : « Ouvre ta bouche, et je la remplirai » [Ps 80, 11]. Si grand était le trésor des divines Écritures déposé et gardé en son cœur que, très jeune encore, il écrivit un commentaire des Psaumes dans un style d’une rare élégance. Il composa aussi plusieurs autres ouvrages, propres à être chantés ou utiles à l’enseignement.

15Il chercha ensuite à entrer dans une communauté monastique et se présenta au monastère de Bangor. [....]

16Jonas de Βοββιο, Vie de saint Colomban et de ses disciples, éd., trad. et com. Adalbert de Vogüé, Abbaye de Bellefontaine, 1988, (Vie monastique 19. Aux sources du monachisme colombanien 1), p. 105-108 (chap. 3-4 [7-9]).

86. L’éducation de saint Léger

17Né d’une illustre et très noble famille de Francs, saint Léger fut conduit par ses parents au palais de Clotaire, roi des Francs, aux premiers temps de son enfance. Peu après, il fut donné par ce même roi à Dido, prélat de la ville de Poitiers, qui était son oncle, afin qu’on l’imprégnât de l’étude des lettres. Ce même prélat le confia à un certain prêtre, un homme très érudit, pour l’instruire ; et lui, après l’avoir éduqué des années durant avec grand soin, le rendit docte à l’évêque. Celui-ci l’ayant récupéré, le garda chez lui sous la protection de la discipline : tout comme lui, l’évêque, observait la chasteté corporelle, il voulait que [son neveu] fît de même, l’avertissant très fréquemment de rester vierge, afin de devenir un digne vaisseau d’élection dans l’Église de Dieu. Il espérait en effet qu’il lui succéderait comme évêque dans cette cité.

18Son évidente aptitude le fit élire au diaconat, âgé de vingt ans environ. Ledit évêque le consacra. Peu après, il fut fait archidiacre, responsable sous l’évêque de toutes les églises du diocèse. L’éloquence distinguée, la stature noble, la beauté peu commune, l’aspect avenant, le verbe charmant, l’intelligence acérée, d’une grande prudence, fervent dans son zèle et son amour de Dieu, il était gardien de la virginité perpétuelle, conformément à son engagement. Il surpassait presque tous les habitants de la paroisse qu’on lui avait confiée par sa connaissance des Saintes Écritures et du droit canon. Il était le plus apte de tous, qu’ils fussent ses supérieurs, ses égaux ou ses inférieurs [seniorum et coequalium ac subiectorum], car son éloquence plaisait à tous ses interlocuteurs : elle rendait les tristes joyeux et corrigeait les méchants. [...]

19Urso, Passio ii Leudegarii episcopi et martyris Augustodunensis, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 5, Hanovre et Leipzig, 1910, p. 323-356, ici p. 324-325 (c. 1-2). Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search