Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Reines et nobles dames

Texte intégral

75. La reine, maîtresse du protocole

Pour lui, qui prodigue les trésors, ce fut alors un beau moment,
gris de cheveux, bon au combat, il avait confiance dans ce secours,
le prince des Danois Illustres, [lorsque]
le pasteur du peuple entendit de Beowulf la ferme résolution.
Il y eut des rires parmi les guerriers, un bruit joyeux s’éleva,
les mots étaient enjoués. Wealhtheow s’avança
la reine de Hrothgar, attentive aux nobles us.
Parée d’or, elle accueillit les hommes dans la halle.
Et puis la femme gracieuse offrit la coupe,
d’abord au roi des Danois-de-l’Est, le gardien de leur terre,
le pria d’être heureux en prenant part à cette assemblée-de-la-bière,
d’être aimable envers les gens. Il participa avec enthousiasme
au festin et à la libation [symbel], le roi très victorieux.
Ensuite ses pas la menèrent ici et là, la dame des Helmings,
aux vétérans et aux jeunes, à chacun de leurs groupes,
elle présenta [pour qu’ils y boivent à leur tour] le précieux vaisseau.
Jusqu’à ce qu’enfin
à Beowulf la reine ornée d’anneaux,
reconnaissante en son cœur, apporta la coupe d’hydromel.
Elle souhaita la bienvenue au chef des Geatas, remercia Dieu
sage comme elle l’était dans ses mots, que son vœu eût été exaucé,
qu’elle pût avoir confiance en quelqu’héros,
un réconfort dans ses malheurs. Il but à la coupe
le tueur féroce, des mains de Wealhtheow.
Et puis chanta son impatience à combattre.
Ainsi parla Beowulf, le fils d’Ecgtheow :
« Quant à moi, j’avais pris cette résolution lorsque je pris la mer.
J’embarquai à bord du long navire avec ma troupe d’hommes
[décidé] à accomplir une fois pour toutes
le vœu de votre peuple, ou à mourir en luttant.
Enserré dans une étreinte ennemie, il me faut accomplir
des faits héroïques, ou bien dans cette halle où coule l’hydromel,
je dois vivre mon dernier jour. »
La femme goûta ces mots,
les braves paroles du Geat. Elle reprit sa course, parée d’or,
souveraine gracieuse pour s’asseoir aux côtés de son suzerain.

1Beowulf, vers 607 à 641, trad. (angl.) Michael Enright, Lady with a Mead Cup. Ritual, Prophecy and Lordship in the European Warband, from La Tène to the Viking Age, Dublin, 1996, p. 3-4.

76. La comtesse, maîtresse du gynécée

2Par ailleurs, il ne faut pas, ce nous semble, omettre par négligence [de rapporter] ce que le Tout-Puissant voulut que ledit martyr accomplît à sa louange. Or donc, au temps du roi Pépin susdit, un certain Gérard, comte de Paris, avait une femme nommée Rotrud. Celle-ci habitait le fisc de Rueil, non loin de Paris. Le jour de la Saint-Denis, elle vit que ses filles ne travaillaient point. Elle les appela et leur demanda sur un ton sévère pourquoi elles restaient inactives. L’une d’elles, qui était placée au-dessus des autres, [lui répondit] : « C’est aujourd’hui la fête de saint Denis et nous croyons devoir la célébrer solennellement. » La maîtresse [rétorqua] : « Allez et mettez-vous tout de suite à l’ouvrage : nous qui nous trouvons hors de sa domination, nous n’avons pas à l’observer. » Soudain, comme les filles s’apprêtaient à obéir à ses ordres, par la volonté du Seigneur et par l’effet des mérites du martyr du Christ, il se leva une telle tempête et les eaux se gonflèrent à tel point que la maison fut emportée d’un coup avec tout son contenu et sombra dans la Seine. Ainsi advint-il que celle qui refusait d’observer un jour de fête perdit toute la production d’une année. Cependant, par la providence de Dieu, cette tempête ne fit pas de victime parmi les hommes. Nous croyons que cela arriva afin qu’à perpétuité cette fête soit solennellement célébrée.

3Miracula sancti Dionysii, Reims, Bibl. Municip. 1395, fol. 33 v°, éd. Luchaire, op. cit. (supra, n° 13), p. 94. Trad. A. Stoclet.

77-79. La violence féminine

4A. Quelques mois auparavant, Leudaste arriva en Touraine avec un précepte du roi lui enjoignant de reprendre sa femme et d’y demeurer. Il nous présenta aussi une lettre souscrite de la main des évêques pour être réadmis à la communion. Mais comme nous n’avions pas vu les lettres de la reine à cause de laquelle surtout il avait été écarté de la communion, je différai sa réadmission en disant : « Lorsque j’aurai reçu un ordre de la reine, alors je ne m’opposerai pas à le réadmettre. » Je lui adressai donc quelqu’un qui me remit un écrit où elle disait : « Pressée par de nombreuses personnes, je n’ai pu faire autrement que de lui permettre de partir. Mais maintenant je demande qu’il n’obtienne pas de faire la paix avec toi, ni de recevoir les eulogies de ta main tant que nous n’aurons pas examiné plus complètement ce qui doit être fait. » Cependant, en relisant cet écrit, je craignis qu’on ne l’assassinât et ayant convoqué son beau-père, je le lui montrai en demandant instamment que Leudaste se tînt sur ses gardes jusqu’à ce que la colère de la reine se fût appaisée. Mais lui accueillant avec méfiance mon conseil que j’avais glissé pour l’amour de Dieu en toute simplicité, ne voulut pas agir comme je lui avais recommandé parce qu’il avait encore pour nous de l’inimitié. Ainsi fut vérifié ce proverbe que j’ai entendu un vieillard énoncer : « À un ami comme à un ennemi donne toujours un bon conseil, parce que l’ami l’accueille et l’ennemi le dédaigne. » Dédaignant donc ce conseil, Leudaste se rendit auprès du roi, qui cantonnait alors avec son armée dans le pays de Melun, et il supplia la troupe d’adresser au roi des prières pour obtenir qu’il lui soit présenté. À la prière de toute la troupe le roi s’offrit donc à le voir. Prosterné à ses pieds, celui-ci implora son pardon. Le roi lui dit : « Montre-toi encore un peu circonspect et après avoir vu la reine on conviendra comment tu pourras rentrer en grâce auprès d’elle envers qui tu t’es montré très coupable ». Or cet homme, qui était inconsidéré et léger, s’enhardit du fait qu’il avait mérité d’être présenté au roi ; aussi lorsque le roi retourne à Paris, il se jette un dimanche dans l’église sainte aux pieds de la reine en demandant son pardon. Mais celle-ci, grinçant des dents et maudissant sa vue, le repoussa loin d’elle et fondant en larmes s’écria : « Puisqu’il ne me reste plus de fils pour instruire l’affaire du crime dont on m’accuse, c’est à toi, Jésus mon Seigneur, que j’en confie l’instruction ». Puis, s’étant prosternée aux pieds du roi, elle ajouta : « Malheur à moi qui vois mon ennemi et ne puis point l’emporter sur lui ». Puis lorsqu’on eut chassé l’homme du lieu saint, on célébra les solennités de la messe. Ensuite tandis que le roi sortait avec la reine de l’église sainte, Leudaste poursuivit sa marche jusqu’à la place, sans soupçonner ce qui allait lui arriver. En faisant le tour des boutiques des marchands il fouille les marchandises, pèse l’argent et regarde diverses parures et dit : « J’achèterai ceci, cela parce qu’il y a chez moi beaucoup d’or et d’argent ». Tandis qu’il disait ces choses, arrivèrent subitement des serviteurs de la reine qui voulurent le charger de chaînes ; mais lui dégainant son épée en frappe un ; à la suite de quoi ces hommes, enflammés d’une colère noire et saisissant boucliers et épées, se ruèrent sur lui. L’un d’entre eux asséna un coup qui lui arracha les cheveux et la peau d’une partie de la tête. Comme il fuyait par un pont de la ville, son pied glissa entre deux planches du pont, il fut blessé d’une fracture à la jambe, et les mains liées derrière le dos, emprisonné. Le roi ordonna qu’il fût soigné par des médecins jusqu’à ce qu’il fût guéri de ces blessures pour être ensuite martyrisé par un long supplice. Mais tandis qu’on le conduisait à une villa du fisc, ses plaies s’envenimèrent et il fut réduit à l’extrémité. Par ordre de la reine il est alors projeté à terre, couché sur le dos, on lui met sur la tête une immense barre de fer et avec une autre on le frappe au visage. C’est ainsi qu’ayant mené une vie toujours perfide il la termina par une mort méritée.

5B. Pendant que la reine Frédégonde résidait dans l’église [cathédrale] de Paris, Léonard, naguère officier du palais qui venait d’arriver de la ville de Toulouse, s’étant présenté à elle, se mit à narrer la série des outrages et des violences subies par sa fille en s’exprimant ainsi : « Conformément à ton ordre j’ai voyagé avec la reine Rigonthe et j’ai vu son humiliation, et comment elle a été dépouillée de ses trésors et de tous ses biens. Quant à moi je me suis échappé en fuyant pour venir annoncer à ma maîtresse ce qui s’était passé ». En entendant ces paroles, celle-ci fut prise de fureur ; elle ordonna qu’on lui enlevât ses vêtements et le baudrier dont le roi Chilpéric lui avait fait cadeau, puis elle lui ordonne de s’éloigner de sa présence. Elle fait aussi battre, dépouiller et mutiler les cuisiniers et les boulangers ainsi que tous ceux qui à sa connaissance étaient revenus du convoi. [...]

6C. Texte du jugement. Aux seigneurs rois [suite : voir texte 70].

7Grégoire de Tours, Historiarum libri decent, 6, 32 et 7, 15. Éd. Krusch et Levison, p. 302-304 et 336-337. Trad. Latouche, t. 2, p. 50-52 et 90-91.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search