Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Objets

La représentation des choses

Anna Rivara

Texte intégral

  • 1 H. Lafon, Les Décors et les choses dans le roman français du XVIIIe siècle, de Prévost à Sade, Stud (...)

1Notre étude se trouve en situation problématique à la fois pour nommer et pour définir son champ. Il y a intérêt à étudier ensemble les réalités matérielles représentées par le discours multiple des gazettes en centrant l'analyse sur celles qui manifestent l'activité des hommes. Pour les nommer nous avons hésité entre "objets" et "choses" ; nous n'en avons pas trouvé qui rassemblât ce qui, en outre, constitue un champ lui-même articulé sur d'autres, selon des frontières souvent floues. Dans la langue classique, "objet" désigne l'objet de la perception, celui du sentiment amoureux, celui de la pensée ou le but d'une action et ne convient pas à celui de notre étude : les éléments matériels inanimés et concrets extérieurs au sujet de l'énonciation et qui se distinguent de la Nature, car celle-ci englobe des sujets et des objets mais exclut les artefacts. Le mot actuel d'"objet" risque de restreindre notre champ s'il est seulement "chose solide, maniable, généralement fabriquée, une et indépendante, ayant une identité propre qui relève de la perception extérieure, appartient à l'expérience courante et répond à une certaine destination" (TLF), encore qu'il désigne bien un inanimé qui se distingue des éléments naturels. Henri Lafon, dans son étude des objets dans le roman, se trouve dans le même embarras : il résume sa perspective dans l'expression "les décors et les choses", ce qui ne règle nullement la relation avec la langue classique pour laquelle "décor" désigne un ameublement et "chose", terme général et indéfini, une réalité dont on parle, un objet du discours : on y reconnaît l'opposition entre res et verba, qui n'est pas le premier nœud de notre recherche1. Celle-ci porte sur le domaine des artefacts, dont la délimitation n'est pas elle-même si facile à définir. Les "cuirs de chèvre" devenus denrée nombrable et transportés sur les bateaux, l'"urine de bouc" entrant dans une potion, les produits de l'agriculture ont en commun avec les tabatières de manifester l'industrie humaine, qui est bien en ce siècle de l'Encyclopédie un des objets majeurs de l'intérêt de ceux qui lisent.

2Nous nous accommoderons donc de n'avoir pas de terme englobant dont une liste de traits sémiques nous mettrait dans une sécurité intellectuelle. Nous reconnaissons aussi travailler dans un champ qui n'est guère moins aisé à délimiter. Palais et cabanes entrent sans doute dans notre sujet, mais rues et villes ? On voit ici un continuum par inclusion où il est bien difficile de trancher. Bombes, munitions, uniformes, batteries sont certes "choses" ou "objets", mais camps et places fortes ? Toute forme construite de l'espace peut être considérée comme relevant de notre étude. Nous ferons donc des choix centrés.

  • 2 Voir par exemple les problèmes de la poste de Mantoue (GDP 30 mars). On signale régulièrement les é (...)

3Le langage des gazettes cependant nous vient en aide en fournissant un ensemble de termes génériques pour chacun ou presque des domaines concernés de ce champ qui est ainsi abordé en extension, par l'addition de cette série de termes qui, naturellement, n'est pas non plus fermée. "Marchandises" et "produits" englobent "denrées" et vivres de toutes sortes mais aussi des produits non consommables. "Munitions" et "armement" comprennent les éléments des dispositifs militaires. "Bâtiment” désigne deux ordres de construction : maisons, palais, cabanes, églises... ainsi que bateaux et vaisseaux. "Meubles et effets" rassemblent vêtements et accessoires comme les tabatières mais aussi "banc", chaises, coffres et vaisselles. On peut encore y ranger les tableaux, statues, vases ornementaux : c'est-à-dire ce qui dans le monde matériel est plus qu'industrie, résultat esthétique éventuellement évalué en termes financiers. "Inventions", "curiosités" assemblent des objets techniques du point de vue soit de leur élaboration, soit de l'intérêt de la communauté. Il n'y a pas de terme d'ensemble, ni pour désigner les produits de la librairie (livres, écrits, feuilles, gravures, ouvrages, catalogues), ni pour désigner les textes objets (lettres, messages...) envoyés, acheminés, volés ou détruits2.

4Cette situation problématique reconnue concerne enfin un matériau textuel dispersé, atomisé, fragments de texte représentant des fragments d'un monde, qui n'ont d'intérêt qu'en tant qu'ils entrent en composition avec d'autres. Ces éléments textuels disant la présence de l'homme entretiennent des liens explicites ou implicites avec des concepts idéologiques structurants le plus souvent constitués en antithèse : luxe/utilité, guerre/paix, mansuétude/force des pouvoirs, splendeur/misère, voire raison/superstition.

5Notre perspective s'articule en trois étapes. La première est de montrer les "choses" comme fragments d'un monde représenté, structuré par relations et perceptions. La seconde montre ces éléments comme fragments d'un discours discontinu qui vise à informer, "instruire", car tel est bien le contrat de lecture explicite des gazettes ; mais celles-ci sont supposées rendre compte d’une actualité en cours et en perpétuel renouvellement, ce qui ne va pas sans mettre en cause ce contrat. Enfin on peut saisir ces mêmes éléments comme fragments de ce même discours discontinu, constitutivement instable et en quête d'un sens pour y définir quelques "positions" ou modalités de lecture de ces "choses". Ce programme est beaucoup trop ample pour cet article ; mais sans ce cadre général, nos études de détail seraient aussi fragmentaires que le texte des gazettes lui-même. Nous n'éviterons pas enfin trois délicates questions, le rapport des gazettes avec des modèles littéraires, leur situation par rapport à la fiction et la nature même de la représentation du concret dans le discours, cas particulier du rapport entre res et verba. Qu'est-ce que représenter aux lecteurs européens un monde concret éloigné et souvent inconnu dans des discours émis par des voix diverses par leur origine mais issues de lieux où les termes employés pour le représenter et le dénoter correspondent au contraire à des représentations intérieures dont la richesse implicite et partagée déborde infiniment les traits sémiques définissables contenus dans ces termes ? En outre les lecteurs ne lisent pas les courriers des correspondants mais leur diversité additionnée dans chaque unité de livraison. A quels actes de lecture se livrent-ils donc ?

Fragments d'un monde

6Notre première étape est en trois temps : relations entre les choses ; situations des choses dans la Nature, le temps et l’espace ; registres des perceptions qui les saisissent. Les relations internes à ce monde représenté nous paraissent être de deux ordres, exprimables par deux séries de verbes d'action : construire, produire, transformer, inventer ; transporter, montrer, vendre, ce qui n'a certes rien d'inattendu. Les gazettes soulignent chez les Princes, notamment des monarchies du Nord, le souci de prospérité économique, d'utilité publique, parfois d'ornement prestigieux et d'équipements militaires qui les conduit à construire pour produire. Le Roi de Suède a ordonné

  • 3 Toutes les références aux gazettes renvoient à l'année 1775.

l'établissement d’une fabrique de laine pour y travailler les gros draps, dont les Lapons font leur habillement afin que les pauvres habitants des Provinces les plus septentrionales du royaume ne soient plus contraints de se procurer des vêtements de leurs voisins à un prix quelquefois exorbitant. (GL 5 mai)3

7Il faut transformer les produits naturels : le Roi de Prusse établit des manufactures de soie et de porcelaine (GDP 23 jan. ; GA 24 jan.). Les diverses étapes de la production sont parfois évoquées. On voit construire, aménager, orner ou augmenter des bâtiments et des palais, parfois aussi dégager des rues encombrées comme la rue de Tolède à Naples, car ici détruire a valeur constructive (GDP 5 jan.). On construit un nouveau palais impérial à Moscou (GL 20 juin). On y érige un arc de triomphe (GDP 27 fév.). On construit des redoutes en Pologne mais aussi une maison d'accouchement à Stockholm (GDP 9 fév). On aménage en écoles des bâtiments repris aux Jésuites ; on prévoit les appartements des professeurs dans les écoles nationales (GDP 23 jan.).

8Le domaine de T'inventer" est très divers : il touche les perfectionnements pratiques : un frein obligatoire pour les véhicules (GDP 4 mai), un instrument pour déblayer la neige (GDP 12 jan.). Il concerne les techniques militaires : une nouvelle arme à feu qui tire 18 à 20 coups, sans alourdissement ni difficulté accrue de maniement, et pourrait servir aussi contre les loups (GDP 19 mars). Il peut avoir des ambitions articulant science et technique : amélioration des procédés de la fonderie du bronze (GA 24 jan.) ou même projet de construire une machine animée par un "mouvement perpétuel", vieux rêve des savants (GDP 6 mars). La technique fournit enfin des "curiosités" comme les automates de Jacques Droz, "phénomène mécanique" qui enchante les yeux comme l'esprit (GDP 6 fév.). Le domaine du transport est certainement le plus développé ; le mode le plus souvent évoqué est celui des bateaux, élément majeur du monde des gazettes. Sont constamment indiqués les départs et les arrivées des bâtiments.

L'année dernière il est arrivé des Indes occidentales soumises à la domination danoise trente deux vaisseaux chargés de différents produits (GDP 6 fév.),

9eux-mêmes détaillés et chiffrés. Le transport des munitions, comme des troupes destinées aux pays barbaresques par le gouvernement espagnol, est très méticuleusement évoqué,

On arme à Barcelone deux chébecs pour convoyer quatre barques catalanes et un paquebot anglais chargés de canons de fascines et qu'on doit transporter à Oran. Il est déjà parti de Cartagène trois chébecs sous le commandement de M. de Torrès avec de la poudre à canon et d'autres munitions de guerre. (GA 23 jan.)

  • 4 Pour des mouvements de bateaux, voir CBR 20 mai (d'Alger) ; 24 mai (d'Athènes, de Cartagène) ; 7 ju (...)

10Ont abordé ainsi à Cadix venant de Caracas "le saint Charles chargé de 12.000 fanègues de cacao" et "l'Elisabeth et le Bel Indien venant de la Havane avec des cargaisons de sucre et de fruits de cette colonie"4. Il faudrait dresser une carte de ces routes maritimes et étudier les accidents qui les menacent. La révolte américaine et les mesures de rétorsion anglaises bloquent le thé venu d'Angleterre, le coton et le grain d'Amérique (GA 13 jan. ; GDP 23 jan.). On chiffre le trafic et le tonnage annuels des ports. Mais qu'est-ce qu'un port dans les gazettes ? A Livourne, par exemple, trois constructions fonctionnelles autour d'un présentatif ("il y a") et de deux embrayeurs ("ici"), un môle de départ pour Porto Ferrario, un "magasin de bois, de cordages et d'huile" auquel le feu a pris récemment, "le lazareth de Saint Roch" où "un bâtiment retour du Levant" fait quarantaine. Mais ce dernier révèle brusquement sa richesse, dans les "curiosités" rapportées par un célèbre voyageur, le comte Auguste Casati, un précieux "manuscrit arabe contenant la théologie des Druses" dont la rareté est soulignée et le cheminement raconté. Le port concentre par simple dénotation et sans description tout un réseau de relations : l'animation qui dit le mouvement des hommes, partir, revenir, les menaces physiques internes à leur industrie qui entasse l'inflammable, et à leurs voyages qui les met en contact avec la peste. Mais dans ce lieu si peu poétique surgissent les merveilleux fruits de la curiosité humaine, telle que la célèbre par exemple le discours préliminaire de l'Encyclopédie : elle étend l'espace et le temps (GDP 23 fév.).

  • 5 Voir aussi GDP 24 et 30 jan., 2 et 6 fév. ; GL 20 jan..

11Ce monde est constamment menacé par la nature et par la violence des hommes : le froid, la glace, le dégel, les orages et les tempêtes sur mer et sur terre ou les vents contraires ; les incendies, la piraterie, les crimes individuels, les émeutes. On ne compte pas les bateaux "brisés" et les cargaisons "endommagées". Sont "emportés", détruits ou "fracassés", bâtiments, ponts, murs, cheminées, fenêtres dans les villes et les campagnes, à Vienne, à Naples, à Pétersbourg... Est-ce véracité ou catastrophisme journalistique qui rend si fréquents les récits d'incendies qui éclatent comme des coups du destin à Gien, à Koenigsberg et ailleurs, dans les maisons de bois et les palais de pierre5 ? On s'attache moins à leurs causes qu'à leur étendue et à leur propagation. Un canal dont les entrepôts sont "remplis de matières grasses combustibles", proche de vaisseaux marchands à l'ancre a pu être sauvé à Copenhague (GDP 5 jan.) mais un hameau limousin de 18 feux a entièrement disparu et la récolte engrangée a été "entièrement consumée". "Les habitants n'ont pu sauver des flammes que ce qu'ils portaient sur eux" (GDP 19 jan.). Nous ne faisons qu'indiquer le réseau lexical "rencontrer", "prendre", "amener", "emmener", "chasser" ou "être arrêté", "pris", "repris", "détruit" évoquant la piraterie et ses violences.

  • 6 On entrevoit les voitures élégantes de Longchamp : sont opposés le "superbe équipage à 6 chevaux" d (...)
  • 7 Un exemple typique ; les présents apportés par les envoyés russes au Grand Vizir : "une bague de br (...)

12Les gazettes ont surtout un grand intérêt pour tout ce qui concerne la circulation des courriers, des biens et des personnes. Les voyages apportent dans les gazettes une série de voitures et, dans la société russe ou danoise, de traîneaux6. Sont notés les vêtements et cadeaux donnés et transportés dans les missions officielles ou les voyages de prestige. On ne compte plus les tabatières, les médailles et les portraits7.

13Mais ces choses évoquées par des voix anonymes qui ont un savoir supérieur à celui des lecteurs, comment sont-elles perçues et par qui ? En général elles reflètent faiblement la perspective d'un sujet d'écriture qui dit parfois "nous", "ici", mais elles se constituent difficilement en regard continu : les rédacteurs restent anonymes et les actants sont évanescents et successifs, même les Princes. Une nouvelle pourtant assez détaillée de Larnaca racontant l'attaque par une galiote russo-grecque du bâtiment commandé par P. L. Icard (GDP 20 mars) n'offre que la succession sommaire des trois points de vue ; celui du bateau français ("il rencontra", "on ne s'opposa pas...") avec suggestion de discours indirect libre : "ils étaient les plus forts". Celui de la galiote russo-grecque en discours indirect, avant l'attaque, et après l’attaque en vision rapide ("ils aperçurent..."). Celui des matelots survivants ("dès qu'ils eurent disparu"). Les trois sont dominés par le point de vue du rédacteur, dans les modalités restrictives ("ne que"), appréciatives lexicales négatives ("infestent", "ces scélérats") ou chiffrée ("leur prise est estimée à 14 000 piastres"). Mais on n'a guère de chance de revoir ces pirates ni leurs victimes sauf par le jeu des variations d'écriture et de date sur le même événement qui peut s'exercer d'une gazette à l'autre. Il n'y a jamais dans les gazettes que des germes de personnages.

  • 8 Voir encore le "damas cramoisi" qui couvre la table de la salle du trône à Varsovie, les "mouchoirs (...)

14On a aperçu les bateaux et entendu quelques paroles. Mais le registre sensoriel est pauvre. Les modalités de la présence des choses restent abstraites et nominalistes. Le toucher, le goût et l'odorat sont quasi absents. Le problème de la salubrité de l'air dans le cimetière de Milan suggère, mais sans la dire, l'odeur pestilentielle des sépultures. Faut-il parler du toucher quand les fidèles ou les ouvriers d'une manufacture de toiles peintes "baisent les pieds" du pape ou quand les souverains "lavent les pieds" des pauvres ? "Laver" et "baiser" en ce cas sont des termes rituels dénotant un symbole avant tout. L'ouïe est plus souvent sollicitée car les coups de canons en nombre variable et rituel rythment les très nombreuses cérémonies. Copenhague célèbre l'anniversaire du roi par "27 coups de canon" et au son des timbales (GDP 23 fév.). La musique et les feux d'artifice font parfois avec le canon un contrepoint qui n'attend qu'un Voltaire pour devenir burlesque : telle est l'annonce hyperbolique des célébrations du bicentenaire de l'université de Leyde, "symphonie d'un magnifique concert", "superbe feu d'artifice", "temple artistement illuminé". Le tintamarre futur des réjouissances annoncées crée un multiple réseau phonique et temporel, le rythme des heures endimanchées du "carillon" en contrepoint avec les "trompettes" de la gloire, la succession de la musique éloquente et des pétarades de la réjouissance populaire, tandis que "les drapeaux déployés voltigeront à l'Hôtel de ville au gré des vents" (GA 7 fév.) ! Dans les fêtes princières la musique n'est guère détaillée et la voix humaine apparaît peu dans les gazettes sous sa forme physique, sauf à l'Opéra et fugitivement. C'est donc la vue qui l'emporte mais dans un registre lui aussi très limité. Les adjectifs descriptifs sont très peu nombreux et sont le plus souvent comme ci-dessus les signes convenus de l'opulence et de la splendeur, des fêtes, des bals, des vêtements de cérémonie. Tout est "superbe", "splendide" et "magnifique". La matière des vêtements est quelquefois indiquée comme le velours des manteaux d’apparat ou celui du sacre de Louis XVI, "superbe velours violet, couvert de fleurs de lys d'or relevées en bosse et doublé d’hermine" (CBR 21 juin) que, semble-t-il, n'évoquent ni la Gazette de Leyde ni celle d'Amsterdam. Mais cette dernière consacre une page d'une précision méticuleuse exceptionnelle aux trois couronnes rituelles : celle de diamants "doublée d'un bonnet de satin violet" est un cercle de "huit fleurs de lys" entremêlées d’autres fleurs exhibant les brillants les plus célèbres de la couronne, "le miroir du Portugal", "le plus gros des diamants Mazarins", le "Sancy" et le célèbre "Régent qui pèse 547 grains". Le dessin et la disposition sont inventoriés et hyperboliquement qualifiés : "précieux", "étonnant", "extraordinaire", "merveilleux". La seconde couronne est "composée de nabis et de topazes" et l'autre "n'est seulement que d'or" (GA 16 juin). Les gazettes sont en effet obsessionnellement fascinées par les matières et les pierres précieuses... celles des tabatières, naturellement... Les prix peuvent être astronomiques : "on évalue à un million de florins les vêtements et l'équipage" du marquis Spinola au jour de l'an à Ratisbonne. "Un seul bouton de son habit est évalué à 16 000 florins et l'épée qu'on lui prépare à Vienne montera à une somme de 12 000" (GA 3 jan.). La première couronne du sacre "est estimée à 16 millions par sa garniture de diamants" (GL 13 juin). Le comptage et l'évaluation l'emportent sur l'évocation colorée. Les couleurs existent cependant : les uniformes des nouveaux régiments de marine sont doublés de serge rouge pour les bombardiers, bleue pour l'infanterie (GDP 10 et 13 fév.). Les camails ecclésiastiques du sacre sont violets. Les cérémonies qui accueillent le nouveau pape détaillent la "croix d'or", la "robe blanche de taffetas double", la "ceinture également blanche avec des flots d'or, le rochet, la mozette, le bonnet rouge de satin et le petit bonnet blanc" du saint pontife entouré de cardinaux qui échangent "leurs chapes jaunes pour en prendre de violettes", et placé sur la chaire que portent "douze palefreniers revêtus de robes de velours rouge" (GDP 13 mars). Mais toutes ces indications sont classifiantes et non pittoresques dans ces rituels fortement symboliques. L'habit brun, la veste flammée, les bas rayés brun et blanc sont signalétiques dans le portrait d'un escroc qu'on recherche (GA 7 avril)8. D'autant plus remarquables sont donc quelques notations plus expressives, comme "l'escalier rouge" du Sénat de Moscou où est proclamé le pardon accordé à quelques complices de Pougatchev (GDP 23 mars). Ce rouge inquiétant est-il celui du sang ou de la pompe impériale ? On s'amuse de voir que les sultanes ont offert au représentant de Venise "une bourse de couleur jaune", comme les rubans et les babouches de Zadig et de la Reine (GA 20 jan.). Les déterminations des choses ressortissent donc plus de savoirs identificateurs ou de comptage que de la saveur concrète. Dans ce monde fragmenté, la connaissance l'emporte sur la perception, la circulation sur la stabilité. S'exerce en contrepoint une double fascination pour les splendeurs chiffrées et pour les réalités menacées, d'ailleurs mises en relation par la succession des numéros et par leur lien pragmatique avec l'instabilité du monde, sans vraie perspective qui les encadre et puisse faire d'eux non pas seulement des signes indiciels locaux mais une vision intériorisée et continue.

Un discours fragmenté et ses modèles

15Le lecteur de Clèves qui définit les devoirs de journaliste dans le Courier du Bas-Rhin pose dès sa première lettre (31 mai) ce qu'on pourrait appeler une charte d'exactitude. Le discours des gazettes ne peut s’inventer sans modèles : nous étudierons d'abord les trois modalités d'inscription des choses dans ce discours pour ensuite définir les modèles narratifs littéraires auxquels emprunte ce genre encore en formation : ce sont tous des modèles brefs dont le statut constitutif est ambigu entre référentialité et fiction.

16Les trois modalités d'insertion des fragments de discours touchant les "choses" relèvent de trois types différents de texte dont nous devons cependant reconnaître que les frontières ne sont pas totalement étanches : textes à dominante argumentative qui les prennent pour objet, ce qui n'en exclut nullement le narratif et l'expositif ; narrations ou tableaux dans lesquels les choses ont une fonction dramatisée ; descriptions, scènes où leur valeur est directement symbolique, célébrée ou satirisée.

17Les textes à prédominance argumentative sont les annonces publicitaires, les réglementations et les relations scientifiques, les deux derniers types relevant de la véracité administrative ou intellectuelle. Les annonces, véritable genre inséré, sont des inventaires d'objets à fonction conative. Les trois reposent plus ou moins explicitement sur les valeurs du bien public associé au profit pour le premier, à la justice pour le second et au savoir pour le troisième.

  • 9 Voir aussi le mémoire dressé à Paris sur ordre royal proposant un système "social" de six bureaux d (...)
  • 10 Voir au contraire ses importations de bois de construction (CBR 26 avril) ou celles du Roi de Suède (...)
  • 11 Sur la question de "la guerre des farines", voir XI, ch. VIII, pp. 236-247.

18La Gazette des Deux-Ponts par exemple reproduit souvent des ordonnances dans sa rubrique “Administration, finances et police” : uniformes des nouveaux régiments de marine français (GDP 1 fév.), équipements des frégates de guerre par les Provinces-Unies, abaissement des droits de circulation des denrées par Catherine de Russie (CBR 31 mai et 3 juin). Les règlements cités sont souvent assortis d'un commentaire marquant la sollicitude ou la générosité des gouvernements qui ont pris ces mesures. La vie quotidienne, l'approvisionnement sont ainsi cadrés dans cette attention paternelle "à soulager les sujets" et à maintenir l'ordre : vente de viande autorisée pendant le jeûne, à l'intention des malades sans doute, contre ce privilège de l'Hôtel Dieu qui la vend "chère et mauvaise" (GA 20 jan.) ; surveillance égalitaire des "carrosses, chaises de postes, surtouts, fourgons et équipages de toutes sortes", même royaux ou princiers, aux portes de Paris. "Vivres, viandes, marchandises sujettes aux droits" seront visités ; "coffres, malles, valises et autres choses fermant à clefs" seront déchargés, remis à la Douane et rendus après que la visite "en aura été faite en présence de ceux qui auront apporté les clefs (GL 21 mars)9. Même éloge des mesures protectionnistes du roi du Danemark en faveur des manufactures de faïence établies dans ses états : il "porte l'attention sur toutes les parties de l'Economie publique" (GDP 20 fév. ; GL 12 mai)10. La question majeure est à l'évidence celle des grains, qui apparaissent dans trois formes discursives. Les mesures sont résumées dans un récit qui argumente en faveur de la politique royale (GL 15 mai). Les règlements sont cités textuellement et commentés favorablement comme une "grande opération désirée depuis longtemps" et complétée par "le ministre éclairé qui préside aux finances" avec un rappel de mesures antérieures (GDP 16 fév.). Les ordonnances sont citées partiellement et mises en relation avec la floraison d'écrits qui les entourent et attestent l'intérêt polémique de ce problème (GL 12 mai)11.

19Le régime de représentation des choses que nous nommerons encyclopédiste est la relation technique et scientifique, comme celle de la fabrication de la statue équestre du Roi du Portugal. Le verbe "fondre" lance une thématique que détaillent en chaque étape "tracer", "modeler", "couler", "former", "poser", "travailler". Sont nommés le sculpteur, "Joachim Machado" et le technicien fondeur, "le lieutenant-colonel d'artillerie Bartolomea Da Costa". Mais ce qui en ressort est surtout une conception encyclopédiste de la grandeur princière et nationale, car sont soulignées avec admiration "la façon prompte, solide et moins coûteuse" découverte par l'officier, ainsi que "sa capacité d'une attention marquée à ménager des dépenses inutiles". Ces qualificatifs contredisent une certaine tradition royale : "prompte" s'oppose à la grandeur de l'ancienneté ou de l'intemporel, "solide" néglige l'éclat esthétique, "moins coûteuse" contrevient à la splendeur par la dépense. Le mécénat comme échange en miroir entre deux gloires, celle de l'artiste, celle du ministre reflet de celle du prince n'a pas pour autant disparu : cette statue a été "ordonnée et finie par ordre et suivant les idées de son excellence le marquis de Pombal" dont le discernement a su choisir et guider les artistes capables d'exécuter ses vastes desseins". Dans cette esquisse d"'ekphrasis" se fait jour un régime esthético-politique (GA 24 jan.).

20La seconde modalité d'inscription des choses dans le discours de la gazette, en un tableau ou une narration dramatisée, repose sur une esthétique fortement sélective : l'espace et les objets y sont d'abord fonctionnels. Cette fonction joue sur quatre ressorts expressifs : le "singulier", L'horrible", le trait d'"humanité" (ou "sensible") et la valeur politique, qui peuvent d'ailleurs se combiner comme dans les "Variétés" de la Gazette des Deux-Ponts. Le "singulier" ou pittoresque est suggéré en vignettes rapides : on aperçoit ce paysan qui n'a jamais bu même le lait de sa mère, fumant "sa pipe" et boudant "la cruche de bière" de ses compagnons à la taverne où, s'il vient, "c'est pour entendre lire la gazette" (GDP 13 fév.).

  • 12 Le même rôle nodal est donné aux objets dans les récits de "vol et de brigandage", une porte, un li (...)

21L'adjectif "horrible" qualifie souvent les "crimes", une "scène", un "fait", des "détails". "Voici encore un de ces faits horribles" ouvre la narration d'un crime commis sur une meunière. L'effet expressif repose sur le contraste entre le pur nominalisme des décors et des actants et la richesse des verbes indiquant le crime lui-même. Sont mentionnés une taverne où des vagabonds ont trop dépensé, un moulin "peu éloigné" où la meunière est restée seule et où se déroule le crime, l'église où sa famille entend la messe de minuit mais où le chef d'une compagnie de gens de mauvais aloi l'écoute aussi "fort dévotement". Peu après, attaquée par le dévot, la meunière est "garrottée", "contrainte à force de traitements plus cruels les uns que les autres" à découvrir où est son argent, "estropiée", frappée de "coups de couteau" puis "laissée sur le pavé baignant dans son sang" tandis que le coffre a été "bientôt crocheté" (GDP 26 jan.)12. Ce goût des détails sanglants rappelle la tradition des feuilles de colporteurs : il peut aller jusqu'à une déshumanisation du corps des victimes qui n'est plus qu'atroce fragment, chose inanimée : un mari assassine sa femme : il

coupa son corps palpitant en quatre morceaux et jeta chaque quartier dans un coin de la chambre où se passait cette horrible scène. La barbarie avec laquelle il traita plusieurs parties de ce corps semble révéler que ce monstre était jaloux. (GDP 27 mars)

22Le corps est vivant ("palpitant") puis objectivé ("quartier") puis ranimé par l'étrange suggestion de pratiques nécrophiles. La biographie de Pougatchev, copiée de la Gazette de Petersbourg, n'a pas la richesse des biographies criminelles anglaises ni le pittoresque des complaintes sur Mandrin, car c'est un simple itinéraire, suite de noms de lieux reliés par des verbes de mouvement assez neutres. De fait, "l'on paraît avoir eu envie de détruire toutes les impressions que les fables" multiples qui ont couru sur ce révolté peuvent avoir faites. "On a beaucoup parlé de Pougatchev ; bientôt on n'en parlera plus" (GDP 2 mars). Dans le même numéro, au contraire, deux pages auparavant, est arrivé de Moscou un récit détaillé du "spectacle terrible et nécessaire" de son exécution. Fait notable, celle-ci est relatée selon des points de vue déterminés, celui d'un "nous", puis des "curieux", orchestré selon l'ordre de la découverte des apparats de l’exécution et selon la chronologie de leur attente. "Poteau", "échelles", "gibets", "échafaud peint en noir", "banc" du condamné, "tenant à un pal", "haches fichées dans un poteau devant ses yeux" : un film d'objets se déroule presque en gros plans. C'est pour opposer l'émotion des spectateurs à l'impassibilité de Pugatchev, qui ne montre "aucune marque de frayeur", demande rituellement pardon, monte "tranquillement" à l'échafaud et se déshabille lui-même. Son sang-froid paraît encore troubler l'ordre : l'appareil punitif se désorganise :

on devait lui couper les membres les uns après les autres ; mais par une méprise du bourreau sa tête tomba la première, et l'exécuteur fut puni par le knout. On pendit trois de ses complices, et on traita un quatrième comme lui. Après cette exécution on donna le knout à quelques autres rebelles ; quelques-uns eurent le nez et les oreilles arrachées ; d'autres furent fouettés et marqués ; ces exécutions ne finirent qu’avec la nuit. (GDP 2 mars)

23La gazette n'a voulu ni perdre ces horreurs ni laisser ses lecteurs sur des impressions incontrôlables : criminel sans trouble, désordre de la justice. D'où peut-être cette vie incolore que nous avons évoquée ci-dessus, destinée à faire disparaître de telles images.

24Nous serons rapide sur les "traits de bienfaisance et d'humanité" ou sensibles, souvent combinés avec le "singulier" ou l'horrible, autre façon de neutraliser ce dernier. Les "Variétés" détaillent avec plaisir les dons matériels faits en reconnaissance des services rendus, par ceux qui ont échappé aux dangers ou au brigandage : "bourses", sommes d'argent. Après les "larmes de reconnaissance" d'une famille juive pour l'hospitalité généreuse d’un "curé également religieux et éclairé", vient, tous les ans de "la communauté des Juifs de Metz", "un présent en sucre et en café" qui sera bientôt complété par

une montre d'or, avec un cachet sur lequel on verra gravé l'emblème du Samaritain, prenant soin d'un homme laissé à demi-mort par les voleurs sur le chemin de Jérusalem à Jéricho. (GDP 10 avril)

25Il est évident enfin que le goût des gazettes pour les cérémonies officielles démultiplie les récits où paraît la matérialisation symbolique directe de leur importance. Une telle valeur sera le plus souvent célébrée mais quelquefois satirisée. Nous ne reviendrons pas sur les statues et les portraits princiers, sur les cadeaux et les vêtements des cours, sur les voitures d'apparat. L'annonce du bicentenaire de l'Université de Leyde culmine sur une étrange construction symbolique, "édifice" du feu d'artifice "préparé aux dépens de Mrs les étudiants". Placé sur un radeau spacieux au milieu du Rhin, il est

fort grand et fort élevé, construit suivant l’ordre corinthien et remarquable pour la beauté de son architecture. Il repose sur un entablement exhaussé de quatre pieds. On y découvre dans le milieu un escalier artistement peint lequel semble conduire à un avant portail, soutenu par devant par deux colonnes et par derrière par autant de pilastres, à travers lesquels on voit la déesse Minerve descendre des nues dans le Temple. Cet édifice de plus de 28 pieds de large a ses extrémités appuyées sur deux pilastres et est allongé de chaque côté par deux angles saillants qui aboutissent à deux colonnes, lesquelles lui servent de soutien ; ce qui ajoute considérablement à la perspective du Temple orné de quatre statues, proprement peintes et représentant les quatre Facultés.

26Entre carton-pâte et trompe-l’œil, cette excroissance descriptive déroule laborieusement sa dimension et ses fastes massifs pour aboutir aux effigies symbolisant l'Alma Mater. Mais il n'est pas sans piquant que le symbole cède la place au pratique dans les dernières lignes du communiqué. Pour éviter tout accident que

pourrait occasionner une trop grand presse du monde, [la Régence] a fait planter des pieux, qui affermis en dessus par des poutres et en dessous par des planches forment une cloison. D'ailleurs on a renforcé de poutres, d'ais et de gros poteaux les garde-fous de fer du Bostelbrug.

  • 13 GL 13, 23, 27 juin.

27Ainsi le peuple pourra admirer sur l'autre rive, en toute sécurité, les trois "cabanes" où seront le Stathouder et les "personnes de considération" (GA 17 fév.). De fait, les éléments matériels entrant dans ces régimes de splendeur ne sont pas exactement les mêmes selon que l'éclat en est princier ou ecclésiastique. L'éclat des Princes paraît attaché à des objets qui frappent les yeux et l'imagination à la fois par leur aspect rituel et par leur valeur le plus souvent monnayée. Il faudrait d'ailleurs différencier les monarchies : l'anglaise n'est jamais vue hors des séances de Parlement, l'empire russe apparaît dans ses solennités et ses voyages suivis de voitures, de bagages et de denrées. L'empereur d'Autriche et les monarchies de Suède et de Danemark offrent une tension entre un éclat festif et des rencontres plus familières avec leurs sujets, entre le lointain et le proche. La monarchie française est dans ce premier trimestre de 1775 triplement symbolisée par les "choses" : rites habituels de la cour, rhétorique du "trône" omniprésente dans les séances de rétablissement des Parlements, enfin et surtout dans les abondantes descriptions des objets nécessaires au sacre, annoncés, décrits et insérés dans le récit qui célèbre l'événement13. Dans le régime de splendeur ecclésiastique, on offre moins de tabatières, mais, naturellement, comme dans cette réception de l’Électeur Palatin à la veille de Noël, à Rome, par l’Église, de "précieuses reliques", "le corps entier de St Théodore martyr avec sa châsse et quantité d'Agnus dei". Rome offre aussi des objets d'art : "un tableau d'une rare beauté représentant la Vierge Marie orné d'un cadre d'or et peint en mosaïque par le fameux Rubens", ainsi que "toutes les vues de Rome" par Piranèse "reliées en plusieurs volumes" (GA 3 jan.). L’Église paraît plus soucieuse d'art que les Princes. La symbolique peut d'autre part animer tout un espace, palais ou ville, comme lors de la rentrée du Parlement de Rennes et du retour de M. de La Chalotais. Selon une solennité à la fois rituelle et enthousiaste, l'espace public de la ville et l'espace privé de l'hôtel du magistrat sont reliés par des manifestations de liesse : les rues ne sont que le trajet triomphal d'un magistrat restauré et ramené chez lui. Venus chacun de leur lieu d'exil, lieu privé assigné par l'autorité, les Parlementaires abordent la ville pour parvenir à ce second lieu privé qui retrouve son prestige. Cet itinéraire rallie une célébration collective, une multitude de citoyens" en une solennité avant la séance officielle, qui n'est pas sans rappeler au petit pied les traditionnelles entrées royales. Cette théâtralisation en mouvement comporte des indices de solennité hétéroclites, les "couronnes de laurier" des triomphes romains, la cavalerie des entrées militaires, les "carrosses" des cérémonies et des fêtes mondaines, le "canon" des anniversaires importants et naturellement la musique. L'ensemble qui nimbe La Chalotais, héros modeste, vrai Joseph de l’Écriture, construit la situation d'énonciation nécessaire au discours du bâtonnier Le Chapelier, comme il inaugure la série des cérémonies (GA 10 jan.).

28On remarquera enfin que de nombreuses scènes collectives évoquées en particulier par la Gazette des Deux-Ponts sont construites autour d'un objet, fragment de l'univers matériel ou localisation minimale : l'écriteau infamant lors du châtiment des révoltés de Bohème (GDP 27 avril), la paille et le cercueil d'un enfant cru mort (GDP 23 jan.), "le dais" qui surplombe les réunions des Parlements, une "cheminée fort massive" qui menace le Prince dans l'incendie de Vienne où il se comporte héroïquement (GDP 29 jan.), la "cour de la petite écurie" où le comte d'Artois va donner une fête à Maximilien (GDP 20 fév.). Les exemples sont innombrables, comme si les rédacteurs avaient souhaité à la fois susciter et restreindre une imagination visuelle chez le lecteur. Beaucoup de scènes collectives sont dépourvues de détails matériels décrits ; il suffit d'indiquer dans bien des cas la conformité de l'événement aux usages admis (GL 5, 12 et 15 mai).

  • 14 Le mot "anecdote" recouvre ici dans un sens moderne les historiettes singulières et ce que nous app (...)

29Cette esthétique de la brièveté et du discontinu n'est à l'évidence pas née de rien. La gazette, genre pluriel, est un chantier d'écriture qu'il faut mettre en relation avec des modèles narratifs antérieurs. Le discours narratif emprunte à une série de genres brefs qui ont la particularité d'être dans un rapport constitutivement ambigu avec la référentialité : ayant un contrat de lecture originellement référentiel, ils posent tous la question de nature rhétorique des "embellissements" et de la mise en forme. Liés au "réel" que nous ne pouvons définir que comme une vérité sous-jacente correspondant aux instruments d'investigation les plus communément admis pour l'atteindre, ils doivent persuader de leur bien fondé. Ce sont, dans l'ordre grandissant de l’éloignement par rapport au caractère référentiel, la chronique, l'épisode historique, l’historiette ou l'anecdote14, l'histoire tragique, l'histoire secrète, la nouvelle, le conte historique. Quand on atteint la fable et "l'exemplum" on est clairement entré dans la narration qui n'a pas besoin d'une authenticité des faits car sa vérité, quel que soit son degré de véracité ou de fiction, est de l'ordre du symbolique et non plus du littéral. Certes, les cloisons ne sont pas strictement étanches entre ces modèles : la vie de Pougatchev que nous avons déjà évoquée tient de la chronique brève, de l'épisode historique et pourrait être interprétée comme un "exemplum" politique. Le travail de ces modèles dans le texte des gazettes est en outre dépendant de ce qu'on peut appeler "les trous" de l'information et de son caractère instable et évolutif. Ces genres brefs ne peuvent donc a priori inspirer une écriture véritablement stabilisée.

30Le cas n'est cependant pas le même dans l'histoire tragique sur laquelle on revient rarement, parce que, même si elle laisse des mystères, elle a livré un sens jugé intéressant, et dans la chronique qui vit de successivité et de renouvellement par fragments datés et chronologiquement ordonnés. Ainsi il nous paraît exclu que le roman puisse être un des modèles à l'œuvre dans la gazette. Le roman, même paru en livraisons, n'a pas la discontinuité fragmentaire des communiqués narratifs qui atteignent rarement deux pages et sont souvent de quelques lignes. En outre, la discontinuité des livraisons dans le domaine romanesque est le résultat d'une volonté auctoriale trop variable pour être ramenée au système éditorial régulier des gazettes : elle peut être par exemple le résultat d’un texte continu achevé et coupé en parties ; elle peut être projet expérimental d'une écriture ; elle peut être essai d'un succès et d'une rentabilité... L'époque n'est pas encore venue des "feuilletons", coupés dramatiquement et écrits jour après jour, du siècle suivant. C'est le feuilleton, nous semble-t-il, qui empruntera à la discontinuité des gazettes. Certes, il existe des romans où histoires et récits insérés sont nombreux, voire quantitativement majoritaires. Il faut cependant bien distinguer d'une part la structure par inflation d'un récit mince et d'autre part la tradition baroque du roman somme. Ce dernier englobe dans des rapports poétiques et symboliques une masse narrative qui, pour être énonciativement échafaudée et empilée, divergente et même dispersée, est cependant tout entière sous la maîtrise d'un énonciateur unique qui la cadre fondamentalement. Les difficultés du surgissement d'une "voix" éditoriale dans la gazette parmi les "nous" et les "ici" des correspondants sont étrangères au roman d'alors et même à ce que nous nommerons sommairement "l'antiroman", Le Roman bourgeois, Tristram Shandy et Jacques le fataliste. Enfin, le statut des objets dans les romans nous paraît fort différent de ce que nous étudions ici, en ce que ceux-ci ont valeur fonctionnelle ou expressive rapportée à des actants ou personnages. Les "minuties" matérielles de Marivaux, les objets rares mais significatifs dans les œuvres de Prévost, les accessoires minimaux de Crébillon, et plus encore "les petits détails vrais" de Richardson dont Diderot voit bien que ce sont à la fois des éléments matériels et des signes moraux, prennent sens dans un projet d'écriture globale et surtout dans les perspectives orientées des personnages : la célèbre "bundle scène" de Richardson en est comme un emblème. Or s'il y a des situations, des fragments narratifs, il n'y a pas de vrais personnages dans les gazettes. Même les Princes, qui pourtant y reviennent régulièrement, peuvent certes se constituer en entités politiques identifiables mais non en perspective intérieure élaborée, car ils restent des figures en représentation. Ceci nous obligera donc à réfléchir aux raisons qui ont poussé un certain nombre de témoins du temps, comme Voltaire, à traiter les gazettes de "romans".

31Voyons maintenant comment ces divers modèles narratifs brefs travaillent le texte des gazettes. Un cas particulièrement net de "chronique" comme suite chronologique d'états du moment est celui du siège de Melille. Dans le Courier du Bas-Rhin et la Gazette des Deux-Ponts, par exemple, on peut en suivre les divers comptes rendus : à dire vrai ce ne sont pas de purs états mais un développement descriptif des actions et des lieux qui suit une progression argumentée. Dans les premières semaines, la modalité est constamment diminutive : c'est un lieu mineur et un événement sans grande portée. Deux tournures syntaxiques sont récurrentes : "ne... que" pour évaluer les attaques du Roi du Maroc, "plus de... mais..." pour compter les bombes envoyées ou les batteries disposées affrontées à la valeur et à la vigilance des assiégés déterminés (CBR 14 jan.). Une synthèse se fait jour : "tout est disposé" pour secourir Melille.

La place se défend vigoureusement ; comme on ne prend pas les moyens de la battre en brèche, il semble qu'on veut la réduire par le bombardement ; la Cour y envoie des secours ; son intention est de se borner à la défensive jusqu'au printemps, alors les troupes agiront offensivement pour diviser les forces maures. (GDP 13 fév.)

32Peu à peu cependant la chronique atteste une extension : "munitions", "contremines", "amas de fascines et d'échelles" se démultiplient sans d'ailleurs que soit donnée clairement une topographie précise de la place. Les dispositifs militaires sont là pour attester soit un assaut donné soit la prévision d'une attaque marocaine générale. Le relais des nouvelles successives crée une alternance de difficultés et de moments rassurants. En outre cette chronique se corse d'une nouvelle alternance : données intérieures à la place, données externes sur l'acheminement par bateaux, de "vivres", de matériel, car il faut y "faire passer continuellement des munitions". La dramatisation majeure de la chronique vient des difficultés rencontrées par les bateaux affrontés au mauvais temps et à la mauvaise qualité des lieux et qui ne peuvent débarquer les renforts et le matériel. Les deux partis s'observent, un assaut général va se produire, on ne sait quand. Après le feuilleton successif des dates probables de cet assaut, dates justifiées par l'observation externe des assiégeants et par le travail des espions, un premier effort est repoussé (CBR 22 mars) et la Gazette informe les lecteurs sur la "manière dont les troupes du souverain Maure sont composées et comment elles font la guerre" (CBR 25 mars). Le siège finira pas être levé (CBR 22 avril).

33Nous semble relever au contraire du modèle du récit historique, celui par exemple d'une escarmouche en Virginie, où paraît ce que nous nommerons une esthétique héritée de Tite-Live : en deux épisodes, dispositif militaire, enjeu, opérations, trophées. Sont indiquées rapidement les dispositions temporelles et spatiales selon la perspective militaire qui évalue les chances de succès. L'enjeu est clairement défini : les Anglais de Virginie veulent reprendre les personnes et le bétail que les Indiens "pourraient avoir enlevé sur [leurs] frontières" (GA 17 jan.). Un second communiqué du même type détaille la perspective stratégique des Anglais, leur camp, les étapes du jour, perspective soulignée par les "nos" et "nous" insistants. L'escarmouche inverse, comme les Romains face aux "barbares", les usages indiens, car leurs trophées guerriers, chevelures arrachées à l'ennemi, restent aux mains des Anglais (GA 20 jan.).

34Les "historiettes" ou anecdotes sont très nombreuses dans les "Variétés" de la Gazette des Deux-Ponts, mais non exclusivement. Il faut en distinguer deux sortes, les faits divers et les particularités historiques inconnues. Les "faits divers" mettent en scène un petit nombre d'actants situés dans la vie collective, meurtres, vols, pseudo-sorcellerie, voire incidents de la vie mondaine. Les particularités historiques racontent des traits singuliers attachés à l'histoire des princes : celles-ci ont un aspect typique et codifié car elles se réfèrent à des modèles interprétatifs de l'événement. Nous en citerons deux de valeur opposée. Le meurtre exemplaire d'Hadgi Osman Pacha "étranglé au moment qu'il faisait son entrée à Négrepont dont il avait été nommé gouverneur" (GL 30 juin) obéit au schéma connu de la cruelle punition du rebelle aux ordres du Grand Seigneur. Celle-ci est d'abord publique "sur le pont de la forteresse" puis cachée "dans le petit château" ; elle est acceptée : Hadgi Osman Pacha se passe "lui-même la corde au col". Enfin, selon le célèbre rite ottoman, "sa tête a été envoyée tout de suite à Constantinople" (ibid.). Le transport de la "statue de bronze représentant SAR [le] gouverneur général" de Manheim où elle a été fondue à Bruxelles où elle sera érigée (GA 13 jan.) est au contraire narré sur le modèle positif des entrées royales : attente et "impatience", "foule d'habitants de tous rangs", "cris et exclamations" à l'arrivée du bateau ; on suit l'itinéraire : le quai, et surtout "les fenêtres d'une maison voisine" où Mgr l'archiduc s'est mis avec des dames de distinction. Enfin sur "un char peint et orné" tiré par des ouvriers en livrée royale, la statue est menée sur la place où une "loge" lui a été destinée. Cependant il y a ici bel et bien une particularité : l'opposition entre le consensus populaire et les obstacles suscités par les "glaces du Rhin". Ainsi on ne décrit pas la statue mais bien comment l'amour des peuples a triomphé des difficultés naturelles.

35L'histoire tragique est comme une mise en forme élaborée et moralisée de la tradition des "canards". Elle rappelle aussi les "événements singuliers" de Camus ou les histoires de Rosset encore éditées au XVIIIe siècle. Elle s'annonce volontiers comme "aventure aussi singulière que sinistre" (CBR 15 avril). Elle n'est naturellement pas toujours facile à distinguer des faits divers sinon par une tension entre dimension morale et dramatisation plus qu'expressive de l'horreur. Ceci est déjà un trait des "histoires" de Rosset, qui font cohabiter un commentaire moralisateur emphatique et le surgissement d'effets fascinants, en particulier sur des objets matériels comme "le bas de soie incarnat" de la belle et incestueuse Doralice soudain dévoilé, lors de son supplice, par un aide bourreau maladroit. Une histoire tragique déjà évoquée, et qu'on pourrait appeler "Le Secret du tas de bois", présente une succession de découvertes macabres datées et décrites comme un compte rendu de police. Le scénario est simple : un crime inconnu perpétré sur un inconnu et découvert par hasard révèle peu à peu ses circonstances et ses auteurs, par l'effet d'indices matériels aussi effroyables que signifiants ; les coupables sont punis. La forme syntaxique récurrente et constructive est une suite de verbes appartenant à la même isotopie : "on trouva", "on aperçut", "on remarqua", "on reconnut", "on retrouva" (GDP 23 avril).

36L'"histoire secrète" qui pourrait aussi s'appeler "anecdote" décèle sous les événements publics, grands et connus, de ces particularités qui en révèlent soit l'envers soit la motivation. C'est un genre où la fiction, aventures d'amour et de haine, trouve naturellement sa place : on voit bien ici toute l'ambiguïté qui peut ainsi se développer dans les récits des gazettes. La découverte d'une ouverture pratiquée dans la porte du Conclave romain est une de ces minuties matérielles scandaleuses qui révèlent, sous la pompe et le sacré, infraction et agitation secrète (GDP 23, fév). On pourrait en faire une historiette satirique qui déconsidère l’Église ou le récit d'un terrible blasphème qui trouble jusqu'au plus essentiel rouage du pouvoir spirituel catholique. Sans l'analyser, disons que le discours des gazettes est très ambigu. On ne peut qu'imaginer par L'Ingénu ce qu'un Voltaire aurait pu en faire. Or on ne saura jamais par les gazettes si quelqu'un voulait entrer ou sortir par cette issue, s'il s'agit d'intrigue galante ou électorale. Très caractéristique est aussi la mort d'Osman Aga (GA 20 jan.). C'est la révélation des dessous de la politique ottomane des régions de l'Empire, quand des conflits de clan paraissaient apaisés. D'abord une ouverture, c'est-à-dire l'apparente tranquillité :

La Porte a reçu de l'Anatolie la nouvelle que plusieurs personnes de considération avaient travaillée en commun pour tranquilliser le public par un accommodement entre Ilany Moussa et Hadji Osman.

37Le mariage d’Ilany avec la sœur de son ennemi avait donné "un nouveau motif de sécurité". En bref, "ils paraissaient vivre en bonne intelligence" comme le confirme l'invitation d'Osman par Ilany à se rendre à Satanas. Mais Ilany "médite la perte d'Osman". Le récit est bien dramatisé et quelques objets frappants disent ses articulations majeures. Les lieux s'emboîtent en révélation progressive. Dans Satanas, "ville située à 4 lieues de Satalie" (n'est-ce pas expliquer "obscurum per obscurius" ?), la salle du Divan et, dans cette salle, les armes du complot, "un pistolet" qu'Ilany "avait caché avec un sabre sous une pelisse qui couvrait un des coussins du Divan". Tant de précautions attestent la machination et la "noire trahison". Au regard de l'Europe lectrice s'ouvre l'univers du secret : le meurtre en deux étapes fonctionnellement destinées à en garantir le succès : un coup de pistolet puis des coups de sabre pour achever la victime. C'est un ambigu de maladresse et de force dont on ne sait si c'est la suggestion d'un dégonflement grotesque ou celle d'une brutalité élémentaire. Le pistolet "n'atteignit qu’à un bras d'Osman" et il faut la troupe des "Tschoccodars" pour finir la tâche. Nous sommes entre le ton de Saint Réal et celui de Boursault, mais avec quelle pauvreté explicite ! Le visuel est seulement nommé, les noms propres sont peu commentés, les explications psychologiques sont élémentaires. Sur un squelette narratif topique – le piège – se greffent deux "topoï" politiques, le complot ottoman et les sbires, et un double "topos" interculturel du crime : le sabre (comme le cimeterre et le lacet) dit un Moyen-Orient originel ; le pistolet réconcilie un Orient plus moderne avec l'Europe bénéficiaire des inventions de l'Extrême-Orient.

38D'autres récits sont modelés sur la "nouvelle", dans le sens originel de narration d'un fait récent et singulier qui mérite attention et qui peut porter une exemplarité. Citons l'histoire de ce jeune homme "du commun, mais de la figure la plus intéressante qui portait une tête d'Adonis sur un corps d'Hercule". Lassé d'une fille qu'il avait aimée et épousée, il voyage, se place et séduit la femme de son maître (GDP 23 avril). Rappelons que la frontière entre "anecdote", "nouvelle" et même "exemplum", "fable" en prose ou encore "conte historique" selon Diderot et "conte moral" selon Marmontel est extrêmement floue. On ne peut cependant s'empêcher de penser aux contes de Diderot ou aux récits insérés dans Jacques, à la fois pour leurs préoccupations sociales et pour les "petits faits vrais" qui, comme "la cicatrice" de la tête de Vénus, sont là dans une fiction pour "vous tromper" : rapports amoureux dans l'inégalité sociale, fragilité des sentiments, divisions domestiques et fuites, amours où l'argent joue son rôle, argent volé et poursuites judiciaires, ingratitude et reconnaissance.

39On le voit, l'itinéraire que nous achevons a eu pour départ le récit d'événements publics et authentiques susceptibles seulement d'"embellissements" et de mise en forme artistique, et il parvient dans cette zone extrêmement ambiguë qui n'est pas la fiction vraisemblable qui s'impose comme vérité symbolique et morale. Tout pénétrés de vérités anecdotiques ou plus larges, ces récits des gazettes finissent par ressembler à cet univers si particulier de Diderot qui unit des fragments hétérogènes de souvenirs personnels, de faits divers, de traditions littéraires et d'invention dans une trame destinée à faire vrai – c'est la "poésie" – et à dire juste sur la société du temps, à en dénoncer l'injustice – c’est "l'éloquence". Ainsi la Gazette des Deux-Ponts offre trois récits qui font penser à cette méthode des cas dont use Diderot pour argumenter sur un scandale social et moral (GDP 5 et 9 jan. ; 13 fév). La problématique en est riche, injustice paternelle, vœux religieux précoces, ou même forcés, et leurs conséquences, "désordres scandaleux", "dérèglements" dans les communautés, ou malheurs, "exemples de [leurs] suites funestes". Trois variables : une fille forcée à entrer au couvent qui, ayant attrapé "une Bible" où elle ne comprit rien, "escalade les murailles de son couvent", s'enfuit, se marie avec un "ex moine", se convertit au luthéranisme et se retrouve dans la misère à la mort de son mari au moment où celui-ci avait obtenu une "cure dans un village de Finlande" ; un garçon de Sienne qui, "lié par des vœux" mais libre de sortir pour achever ses études, rencontre une jeune fille peu "délicate sur le choix de ses amants", qu'il introduit dans "sa cellule" en "habits d'homme" et qui, d'imprudence en imprudence, est dénoncé par un autre moine qui était devenu complice et partenaire de ses amours. Le troisième cas est le plus complexe car il repose sur la récurrence qui prouve la résistance de la Nature : un jeune homme, "entré de bonne heure en religion", quitte "son froc" par amour pour une jeune personne et va vivre "aux îles", mais il en revient et sa communauté de religieux, "plus éclairés que les autres", ne se chargeant pas "de venger le Ciel offensé", le reprend, comptant "sur son repentir dont son retour semblait attester la sincérité". Mais "le tempérament du moine ne s'était pas affaibli" et celui-ci s'enfuit de nouveau avec la fille unique de l'affranchisseur" de l'abbaye. Le lecteur entrevoit les accessoires : appartement de la rencontre, chevaux volés, froc troqué "contre un habit galonné et une perruque à bourse". On songe thématiquement au père Hudson, à Suzanne Simonin, au Père Jean et structurellement à cette histoire à deux actants qu'est celle des officiers duellistes, double fable dénonciatrice du duel dans Jacques. Trois dénouements, malheur, punition, bonheur dans le crime donnent assez bien les moyens de réfléchir au trop grand nombre de vocations forcées ou précoces mais aussi à la Nature qui ne saurait se plier, quelle que soit sa volonté, à cet enfermement. C'est également la même richesse de ton, sensibilité, morale, touches satiriques. C'est enfin la même argumentation :

les gouvernements devraient songer à prévenir les désordres ; le moyen de les détruire ou du moins de les rendre très rares serait d'empêcher d'admettre à la profession religieuse des jeunes gens qui n'auraient pas la liberté de contracter aucun engagement dans le monde ; si l'on reculait l'âge de la profession, il y aurait moins de moines, ce qui ne serait sans doute pas un mal et tous seraient meilleurs, ce qui serait sans doute un bien. (GDP 9 jan.)

40Il est donc clair que le texte des gazettes prend une richesse qui lui vient d’une part de ces modèles narratifs qui jouent un rôle constructeur dans son élaboration, mais d'autre part aussi du rôle de filtre de lecture de ces mêmes modèles dans son déchiffrement par les lecteurs.

Fragments d'un discours en quête d'un sens : modèles de lecture

41Nous l'avons montré, un certain nombre de "choses" évoquées par le discours des gazettes ont un sens d'une évidence aveuglante, comme celles des splendeurs princières, de certains récits politiques, des nouvelles horribles ou à valeur exemplaire. Il est vrai aussi que l'écriture ouverte et inachevée d'un roman comme La Vie de Marianne de Marivaux peut abandonner des objets en quête de sens. Le linge riche de l'enfant jouera-t-il ou non le rôle d'une "croix de ma mère" ? Il est cependant cadré et corseté a priori dans une topique étroite qui remonte lointainement à Héliodore. C'est un indice dont on ne sait s'il sera confirmé, mais il est lu directement comme signe de naissance élevée. Nous ne sommes pas encore à l'époque du Nouveau Roman et du support à variables qu'est la boîte du soldat dans l'auto engendrement textuel du descriptif (Le Labyrinthe) ni même à celle du baquet à lessive sur lequel bute comme sur une masse opaque le regard de Frédéric apprenant qu'il hérite (L’Éducation sentimentale). A tout prendre, les "choses" dans le discours des gazettes ressembleraient un peu plus à ce "tintement du médaillon" de Mme Arnoux sur son assiette, au craquement des miettes sous ses doigts dans la perception d'ardente curiosité de Frédéric qui observe l'inconnue d'un bout à l'autre de la salle à manger du bateau. Il s'agit bien d'interrogation curieuse, mais il faudrait admettre que le lecteur des gazettes fût comme Frédéric un personnage construit interne aux discours, ce qui nous paraît une position non tenable. Il faut bien distinguer les gazettes du roman qui dispose des "choses" dans sa texture selon une économie maîtrisée qui est celle d'un projet d’auteur construisant la perspective de personnages et jouant sur leur superposition ou leur dissonance. Même dans Jacques le fataliste, les fourches du gibet ou le carrosse renversé dont sort le Père Hudson disent lisiblement l'aboutissement des hors-la loi ou le lieu burlesque du détravestissement du prêtre libidineux : le jeu se fait entre des repères matériels en général clairs, ce qui permet au lecteur de se poser les vraies questions de cet anti-roman philosophique : comment évaluer les comportements humains qu'il est difficile de croire libres ? et non pas : comment le courrier suivant va-t-il donner sens aux liens flous et mouvants qui unissent l'homme à l'homme et au monde matériel ?

42La dernière étape de notre analyse se fera donc en trois étapes, montrer quelques objets en quête d'un sens, reprendre la question des modèles de la lecture des gazettes, enfin examiner rapidement quelles modalités de lecture peuvent s'exercer sur certaines inscriptions textuelles des choses.

43Nous citerons comme emblématiques trois courriers, de Vienne, de Venise et de Pise, donnés dans la même page de la Gazette des Deux-Ponts (23 mars). Ce sont trois ensembles de réalités matérielles mouvantes, image d'incertitude :

  1. le transport considérable d'artillerie qu'on vient de faire partir pour la Bohème ne peut que les ["les spéculatifs"] occuper... Il est certain que ces mouvements doivent avoir un objet ; mais quel est-il ? le temps nous en instruira.

  2. Ce grand ouvrage [la réparation de la digue] devait être fait la semaine dernière, mais l'eau qui croît encore a forcé les ouvriers à suspendre leur travail. On espère cependant de le reprendre et de le finir cette semaine.

  3. Le Divan s'occupe des moyens... de dissiper les émeutes ; et pour cela il fait répandre beaucoup d'argent ; mais jusqu'à présent cela ne lui réussit pas encore.

  4. Dimanche on a vu partir d'ici une chaloupe de guerre russe qui a été expédiée au vice-amiral Greigh ; on dit qu'elle lui porte un contre ordre.

44(1) et (3) sont bien des quêtes du sens qui s'associent fort bien à (2) et (2') qui évoquent les incertitudes de l'action liées à celles de la Nature et des mécanismes humains.

45Les gazettes sont emplies d'objets qui signifient à la fois les incertitudes du monde et de sa lecture. Une simple arrivée de frégates est objet de conjectures si elle "semble annoncer une confiance réciproque entre... deux Puissances" (GDP 2 mars). Si on les revoit, le mystère n'est pas moindre :

Les deux frégates russes dont il a été parlé (dans le supplément du no XLVII) étaient encore à l'ancre le 3 de ce mois, derrière le sérail à la vue du port de Constantinople. On ignore la raison qui les empêche d'entrer dans le port même. (GL 20 juin)

46Alors "on suppose", "on pense"... Car les gazettes sont "destinées à faire passer périodiquement sous nos yeux les scènes mouvantes qu'offre le monde politique et moral" (CBR 31 mai). Quant à la disposition textuelle des objets dans les nouvelles, elle est en elle-même question : tout ordre discursif est lu comme significatif. Si un lien n'y apparaît pas, c'est la représentation même du monde qui est interrogée. Quels liens à Copenhague entre les coups de canon de l'anniversaire princier, l'attente de vaisseaux pleins de vivres dont le retard augmente la disette, la pension de 40 000 rixdahlers du lieutenant général Koeller Banner et les bals et spectacles de la cour ? (GDP 23 fév.). Un peu d'esprit critique pourrait y lire beaucoup...

47En effet on ne saurait museler la lecture et chacun peut l'exercer à sa mode. Les "trous" de l'information, les intervalles entre des points de vue peu définis et la discontinuité textuelle forment un terrain extrêmement souple. Dans le seul domaine des "choses", le petit nombre d’éléments évoqués favorise cette activité interprétative, surtout si elle est à son tour en relation avec les modèles narratifs que nous avons évoqués. On peut par exemple imaginer trois types de lectures.

48Les lecteurs des gazettes peuvent être en quête, éventuellement passionnée, d'un savoir sur le monde à une époque où cette attente n'est certainement pas blasée. Toute quête du sens, le pourquoi d'un retard d'un bateau, le motif d'un rassemblement de matériel de guerre, le drame mystérieux d'un palais détruit, une porte secrète dans le Conclave sont autant d'occasions de chercher à satisfaire la curiosité toujours renouvelée des "esprits inquiets" (CBR 31 mai). Le lecteur peut aussi être en quête d'arguments idéologiques, alimentant soit une adhésion à ce qu'on peut entrevoir d'un point de vue éditorial soit une méfiance née de la conscience qu'il a de la surveillance politique exercée sur les gazettes. La lutte menée par la Gazette des Deux-Ponts contre la superstition religieuse alimentait certainement la première et la complaisance aux Princes nourrissait la seconde. Il y a enfin une lecture imaginative de la gazette. Si les gazettes doivent faire "rêver" d'une impossible présence, alors pourquoi ne pas les lire en effet comme roman ?

L'amour dans les romans joue toutes sortes de personnages, il s'élève, il s'abaisse selon que l'exigent ses intérêts, prend mille figures différentes et les quitte selon le besoin. Quelquefois il se conduit de même dans la société ; il ne faut pas conclure que les Romans se rapprochent de la nature ; on peut dire plutôt que des imaginations exaltées se mettent au niveau des Romans ; voici un fait qui en fournit la preuve (GDP 24 avril).

49Les gazettes seraient donc ici le médiateur conscient des ponts jetés entre le réel bien difficile à saisir et les fascinations de l'imaginaire, avec un effort pour les "démêler" comme dirait Marivaux. Il n’en va pas autrement des passions humaines, des tabatières et des bateaux. Il y aurait donc une tension intéressante entre trois données possibles de la lecture des gazettes, l'exigence de l'authentique, qui permettrait la maîtrise du monde, l'insatisfaction permanente et suggestive née du fragmentaire et du provisoire, l’imagination qui se crée des chimères "vraies" et en jouit.

50Mieux encore, ces fragments d'un monde matériel peuvent donner lieu à des effets textuels paradoxaux. A cette époque où apparaît une esthétique du bizarre, de l'objet exotique grimaçant comme le magot ou la pagode chinoise dans une littérature de transformations extravagantes où la réalité quotidienne des "chinoiseries" renvoie à la chimère et à la "fantaisie", bien avant les "Fantasiestucke" d'Hoffmann qui leur donneront un plein essor, la mention des objets en inventaire cumulatif peut créer un effet de déréalisation. La nouvelle de Cadix en tête de la Gazette d'Amsterdam du 17 janvier offre un de ces nombreux cas de réalités matérielles situées, enregistrées, bateaux, "cuirs en poils", piastres et chiffres énormes. Tout cela n'a guère l'air plus vrai que les moutons rouges de Candide qui est, on le sait, un anti-roman. La Suite du même numéro est peut-être plus remarquable encore : de Varsovie parvient un pot-pourri où se mêlent, à propos de droits de douanes sur les marchandises, antijudaïsme, contrebande, question des "starosties", impôts sur la bière et sur les cheminées ! Aucune structure ne lie cet amas : les raisons de l'opacité du monde ne sont pas raisonnées. Le lecteur s'exerce sur ce jeu contrasté entre une proximité hétéroclite — car il sait ce qu'est "cheminée", "bière" et "impôts" — et un lointain ambigu dont les noms géographiques — vrais — déconcertent son imaginaire linguistique, s'il est de langue française, car il croit que la prédominance des syllabes ouvertes de sa langue est l'image de l'harmonie universelle naturelle. "Brzesec", "Nowogrodeck", "Wilkomierz" font faux et "Troc", "Polock" prennent une sorte de signification incongrue.

51En bref, les lecteurs ne tolèrent pas le discontinu comme tel, ils le construisent et l'interprètent. Et c'est ainsi que nous commenterons ces témoignages du temps qui font des gazettes un roman. L'évocation virtuose de Voltaire dans sa correspondance est la représentation même des mécanismes fondateurs de la lecture imaginative quand le discontinu provoque à l'invention. Il y est dit comment avec les gazettes on peut faire Candide, ce que nous, lecteurs du XXe siècle, sommes souvent tentés de faire, génie en moins, naturellement. Avec les objets abstraits fragmentaires et dispersés dans des lieux au nom barbare, on pourra construire le château de Thunder-ten-tronckh et ne lui donner, méchamment, qu’"une porte", "des fenêtres", et "une tapisserie", ce qui inverse la complaisance naïve des gazettes aux splendeurs d’Outre-Rhin que Voltaire trouvait bien présomptueuses.

  • 15 "Toutes les histoires fabuleuses ou peu vraies passent pour des romans. On dit même d'un récit extr (...)
  • 16 "Descartes, dans ses romans, prétendit que nous avions des idées métaphysiques avant de connaître l (...)

52Enfin soyons bien conscients du sens de ce mot "roman" appliqué aux Gazettes : il n'est nullement classement générique littéraire, mais terme dépréciatif15. Voltaire parle des "romans" de Descartes et selon lui Malebranche a écrit "le roman de l'âme"16. Ce terme pour lui ne signifie pas fiction esthétique mais mensonge ou chimère de la pensée : il renvoie donc à la difficulté philosophique du déchiffrement du monde. Rappelons d'ailleurs son article "Gazette" dans l'Encyclopédie, qui montre qu'il est capable des trois attitudes de lecture que nous avons évoquées, la quête du savoir, la méfiance idéologique, l'imagination romanesque inversée en satire :

Quoiqu'elles soient remplies de fausses nouvelles [les gazettes] peuvent cependant fournir de bons matériaux pour l'Histoire ; parce que d'ordinaire les erreurs d'une gazette sont rectifiées par les suivantes et qu'on y trouve presque toutes les pièces authentiques que les souverains eux-mêmes y font insérer. Les Gazettes de France ont toujours été revues par les ministères.

53Concluons donc sur ce point que ce n'est pas parce que les gazettes ont été lues comme "romans" qu’elles sont des romans.

54Nous nous interrogerons enfin sur les lectures possibles de quatre modalités textuelles d'inscriptions des objets, que nous aborderons dans l'ordre croissant des difficultés à résoudre. Il n’est sans doute pas très difficile d'imaginer quel registre de la curiosité pour Tailleurs ou de l'inquiétude, si Ton a quelques capitaux engagés dans le fret des navires, permet de lire les "on attend", "on est en peine de" des gazettes à propos des bateaux. Un Voltaire, une fois encore, pourrait bien s'inquiéter des bateaux et des taux de la compagnie des Indes plus que Candide de ses moutons rouges. Sans doute peut-on aussi comprendre que les lecteurs se soient pris d'intérêt pour la fonte de la statue du Roi du Portugal, pour le transport de celle du gouverneur de Manheim, pour la délicieuse évocation des automates de Droz, qui nous semble un très beau texte (GDP 2 fév.). C'était curiosité pour l'industrie humaine, celle qui faisait construire des laboratoires de physique dans les demeures, celle qui faisait se presser aux cours de Réaumur, celle qui entourait également le bassin de Mesmer. Entre prodige et intellect, entre savoir et merveilles, on pouvait ainsi trouver en outre de quoi avoir l'air "à la page" dans les conversations de "l'extrêmement bonne compagnie". Ce n'est pas le Journal des savants, c'est une aimable vulgarisation, "délassement agréable" pour "les gens oisifs" (CBR 31 mai). En outre, ce peut être un appel à la gravure documentaire, pittoresque ou satirique, si riche en ce siècle, et à laquelle renvoie la pauvreté du texte des gazettes.

  • 17 Les Sœurs de Marianne, 1731-1761, Studies on Voltaire, 285, 1991 et "De la lecture comme moyen de p (...)

55Mais pourquoi et comment lisait-on les interminables kyrielles d’articles et de règlements sur les douanes polonaises et russes, ou les uniformes français ? Or les lecteurs lisaient tout ! Qui lit actuellement le Journal officiel s'il n'a pas besoin d'y chercher un texte de loi précis dont dépend une de ses affaires ? Certes, la circulation des blés et sa réglementation résonnait comme élément de vie sociale et problème politique grave, mais la doublure des uniformes ? Faut-il imaginer quelque jeune homme rêvant de carrière comme Lucien Leuwen contemple avec intérêt son liséré jonquille ? Le plus difficile à comprendre enfin est, au moins en apparence, l'intérêt que l’on pouvait trouver à ces interminables listes de bateaux, de munitions, de denrées. Peut-on imaginer plus strictement informatif et plus rebutant que la liste ? Mais nous sommes au siècle des premiers lecteurs de Robinson Crusoe. Ian Watt a montré comment cette matérialité sans cesse évoquée des sacs de poudre et des piquets plantés autour de la grotte signifiait l'invention humaine de l'Anglais, conduit par l'ingéniosité bourgeoise et reconstruisant son monde aux confins de l'univers. De même, Pamela comptait comme un bilan moral ses jupons de callemandre et ses morceaux de toile peinte. On peut donc lire des listes de façon bien imaginative ou réfléchie, car l'homme se lit lui-même dans le discours des objets : il n'a pas même besoin que ceux-ci aient "une âme". Les tabatières et les boutons de diamants, les beaux vases offerts par l'électeur palatin aux prélats romains (GA 7 fév.), les cargaisons exotiques des navires et même les listes ou l'inventaire après décès de la margrave de Bade flamboient et rutilent à son imagination. Libérée ainsi du précaire ordinaire, celle-ci peut même transmuer les gazettes en contes de fée. Tous les mécanismes de la lecture compensatrice que nous avons étudiés sous le terme de "contre-réalisme" à propos des romans du chevalier de Mouhy se trouvent donc, ici également, tout à fait à leur aise17. Avec les gazettes qui ne sont ni rêve, ni conte, ni roman, ni Histoire, ni philosophie, on peut faire du rêve, des romans, des contes, de l'Histoire et même de la philosophie critique.

56Nous conclurons donc cette étude à l'inverse de ce qu'avaient été nos premières hypothèses : nous croyions trouver un ensemble d'objets fortement catégorisés, fortement marqués d'une valeur indicielle et ayant d'abord force référentielle. Nous avons certes découvert dans cette brièveté discontinue des effets d'expressivité descriptive concentrés, mais très souvent le caractère constitutivement référentiel des gazettes se trouve compromis par ce qui modèle leur élaboration et leur lecture. C’est qu'elles offrent un ensemble de discours sur l'objet, flottant dans un jeu où l'indication du détail isolé ou accumulé lui retire volontiers son "effet de réel". Les gazettes offrent donc l'hyporéalisme d'un discours pauvre ou sans perspective organisante, l'hyperréalisme cumulatif des énumérations, et enfin le support de lectures romanesques qui y créent le contre-réalisme de l'imaginaire et même la surréalité du conte. Dans ces discours où la quantification, l'évaluation, le savoir identificateur prédominent sur le coloré et le sensible, on comprend bien la perspective multiple d'un Voltaire ou l'interprétation en fable grotesque d'un Du Laurens qui se gausse de leur discontinuité. Les objets des romans sont fiction mais ils font effets de réel et illusion. Les objets des gazettes sont supposés authentiques et peuvent donner aussi bien l'impression de totale déréalisation.

Notes

1 H. Lafon, Les Décors et les choses dans le roman français du XVIIIe siècle, de Prévost à Sade, Studios on Voltaire, 297, Oxford, 1992.

2 Voir par exemple les problèmes de la poste de Mantoue (GDP 30 mars). On signale régulièrement les échanges de lettres entre l'Angleterre et les provinces américaines rebelles (GDP 2 jan. ; GL 16 juin).

3 Toutes les références aux gazettes renvoient à l'année 1775.

4 Pour des mouvements de bateaux, voir CBR 20 mai (d'Alger) ; 24 mai (d'Athènes, de Cartagène) ; 7 juin (de Cadix, Cartagène, Seide, Alger, Stockholm). On donne la liste des bâtiments espagnols actuellement en mer "dont l’ensemble monte à 102" (CBR 24 juin).

5 Voir aussi GDP 24 et 30 jan., 2 et 6 fév. ; GL 20 jan..

6 On entrevoit les voitures élégantes de Longchamp : sont opposés le "superbe équipage à 6 chevaux" de la Duthé qui fait scandale et "les équipages très simples" des ducs de Chartres et de Condé (CBR 26 avril). Le monarque autrichien voyage avec seulement deux voitures (CBR 10 mai). Les Princes donnent une leçon au faste des actrices !

7 Un exemple typique ; les présents apportés par les envoyés russes au Grand Vizir : "une bague de brillants, un poignard, une tabatière et une montre garnies de diamants" (CBR 14 juin).

8 Voir encore le "damas cramoisi" qui couvre la table de la salle du trône à Varsovie, les "mouchoirs de soie à bordure d'or" accompagnant le café et le sorbet offerts au consul de France par Mehemet Pacha ou mieux la scandaleuse "robe de couleur" portée par la comtesse de Béthune à son procès, malgré son deuil (CBR 10 et 3 mai, 25 mars).

9 Voir aussi le mémoire dressé à Paris sur ordre royal proposant un système "social" de six bureaux du travail administrés par des commerçants offrant de l'ouvrage "en filature" de "dentelles, gazes, blondes", la matière étant payée par les ouvriers, seulement après le travail, sur le prix de la vente (GL 16 juin).

10 Voir au contraire ses importations de bois de construction (CBR 26 avril) ou celles du Roi de Suède en laine cardée (GL 15 mai). Ce même roi est attentif à régler une affaire de contrebande concernant neuf caisses d'étoffes françaises (GDP 10 fév.).

11 Sur la question de "la guerre des farines", voir XI, ch. VIII, pp. 236-247.

12 Le même rôle nodal est donné aux objets dans les récits de "vol et de brigandage", une porte, un lit, un billet de logement, la chandelle, un fusil et sa bayonnette, un couteau dans l'histoire du soldat anglais qui sauve une auberge du pillage organisé par le valet de la maison (GDP 17 avril).

13 GL 13, 23, 27 juin.

14 Le mot "anecdote" recouvre ici dans un sens moderne les historiettes singulières et ce que nous appelons faits divers, mais ce mot sera employé plus loin dans son sens ancien, assez proche de l'"histoire secrète". Cf. Prévost, Manuel lexique : "mémoires et récits de certains faits qui n'ont point encore paru dans les livres imprimés. Ce mot en lui-même signifie choses qui n’ont point encore été publiées". Voir P. Rétat, “L’anecdote dans les mémoires secrets : type d’information et mode d’écriture”, colloque de Chicago, à paraître dans les Studies on Voltaire et L'Anecdote, actes du colloque de 1988, éd. A. Montandon, P.U. Clermont-Ferrand, 1990.

15 "Toutes les histoires fabuleuses ou peu vraies passent pour des romans. On dit même d'un récit extraordinaire qu'on fait en compagnie, voilà un roman..." (Furetière). "Se dit d'une aventure qui paraît surprenante" (Ac. 1765). "En général et dans le discours on appelle toutes les histoires fabuleuses ou peu vraisemblables, des fictions, des romans"... [on dit] "c'est le roman de la médecine pour dire c'est la fable de la médecine" (Trévoux). Sur le rapport entre fiction et journalisme, voir le texte de C. Labrosse, XXII, lu après rédaction du présent chapitre.

16 "Descartes, dans ses romans, prétendit que nous avions des idées métaphysiques avant de connaître le téton de notre nourrice (Dict. phil., article "sensation"). "Tant de raisonneurs (comme Malebranche "dans ses illusions sublimes") ayant fait le roman de l'âme, un sage (Locke) est venu qui en a fait modestement l'histoire" (Lettres phil., "sur M. Locke").

17 Les Sœurs de Marianne, 1731-1761, Studies on Voltaire, 285, 1991 et "De la lecture comme moyen de parvenir. La Paysanne parvenue de Mouhy", Revue Marivaux, no 2, 1992, pp. 76-90.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search