Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Mariage, modes et formes

Texte intégral

70. De somptueuses fiançailles

1Texte du jugement. Aux seigneurs rois très glorieux les évêques qui étaient présents. Avec l’accord de la Providence la religion a très justement confié ses procès aux princes pieux et catholiques, donnés au peuple, auxquels cette région a été concédée, car elle se sent, grâce à la participation du très saint Esprit, soutenue et fortifiée par la sentence de ceux qui régnent. Or, comme c’est par ordre de votre souveraineté que nous sommes réunis dans la cité de Poitiers pour les affaires du monastère de Radegonde de sainte mémoire, afin de prendre connaissance du conflit de l’abbesse dudit monastère et des religieuses qui par une décision néfaste sont sorties de cette communauté et qu’en raison de leur discorde, nous avons évoqué les parties et interrogé Chrodielde et Basine [en leur demandant] pourquoi elles étaient parties si audacieusement en violation de leur règle après avoir enfoncé les portes du monastère et pourquoi à cette occasion la communauté qui y était réunie s’était dispersée. Dans leur réponse celles-ci déclarèrent qu’elles ne voulaient plus endurer la faim, le dénûment non plus que les mauvais traitements ; elles ajoutèrent aussi que divers hommes se baignaient d’une manière incongrue dans leurs bains, que l’abbesse jouait elle-même aux dés et que des séculiers prenaient leurs repas avec elle, qu’on avait même aussi célébré des fiançailles dans le monastère, que l’abbesse aurait eu la témérité de faire avec une nappe d’autel toute de soie des vêtements pour sa nièce, qu’elle aurait enlevé inconsidérément des feuillages d’or qui étaient autour de la nappe et les aurait criminellement attachés au cou de sa nièce ; qu’elle avait aussi fait bien à la légère un collier orné d’or pour sa nièce parce qu’on célébrait à l’intérieur de ce monastère les fêtes de la première tonsure de la barbe.

2Quand ils interrogèrent l’abbesse pour savoir ce qu’elle avait à répondre à ces choses, elle déclara qu’en ce qui concernait la famine dont elles se plaignaient elles n’avaient jamais enduré elles-mêmes une disette excessive, étant donné la pénurie de la saison ? Quant aux vêtements, elle déclara que si quelqu’un pouvait fouiller leurs petites armoires, il verrait qu’elles en ont plus que ne l’exigent leurs besoins. Quant à la salle de bains qu’on lui reproche, elle exposa qu’elle avait été construite pendant les jours de carême et qu’en raison de l’âcreté de la chaux et pour que la fraîcheur de la nouvelle construction n’incommode pas celles qui se baignaient, la dame Radegonde avait ordonné aux domestiques du monastère de l’utiliser publiquement jusqu’à ce que l’odeur malsaine eût complètement disparu. Elle avait servi à l’usage des domestiques depuis le carême jusqu’à la pentecôte. À cela Chrodielde répliqua : « Et dans la suite beaucoup s’y sont baignés également. » L’abbesse riposta qu’elle ne pouvait confirmer ce que ces femmes prétendaient et qu’elle ignorait si cela s’était fait ; mais d’ailleurs, elle leur reprocha de ne pas l’avoir dévoilé à l’abbesse si elles-mêmes l’avaient vu. Quant à la table de jeu, elle répondit que, bien qu’elle ait joué du vivant de dame Radegonde, elle ne se considérait pas comme coupable ; elle rappela du reste que cela n’était prohibé ni dans la règle écrite, ni dans les canons. Mais devant l’ordre des évêques, elle promit, en inclinant la tête pour marquer son repentir, qu’elle accomplirait tout ce qui lui serait commandé. Quant aux repas, elle dit qu’elle n’avait institué aucune nouvelle coutume, mais que, comme on le faisait du temps de dame Radegonde, elle avait offert des eulogies aux fidèles chrétiens, mais qu’on ne pouvait lui reprocher d’avoir jamais pris un repas avec eux. Quant aux fiançailles, elle dit aussi qu’elle avait reçu des arrhes pour sa nièce orpheline en présence de l’évêque, du clergé et des grands, et toutefois elle avoua que, si c’était un péché, elle en demandait pardon devant tous ; mais elle n’avait pas fait alors un banquet dans le monastère. Quant à ce qu’elles prétendaient au sujet de la nappe, l’abbesse produisit [comme témoin] une religieuse noble qui lui aurait remis à titre de cadeau un voile de pure soie qu’elle avait apporté de chez ses parents et elle en aurait coupé un morceau pour que l’abbesse en fasse ce qu’elle voudrait ; quant au reste, elle en ferait le moment venu une belle nappe pour orner l’autel ; c’est avec le morceau qui avait été découpé du voile qu’elle avait décoré de pourpre la tunique de sa nièce ; pour le voile, elle dit qu’elle l’avait donné ici pour qu’il serve au monastère. Ces choses, la donatrice Didimia les confirma entièrement. Quant aux feuillages d’or et au collier orné d’or, l’abbesse recourut au témoignage de Maccon votre serviteur qui était présent, car c’est lui qui avait reçu dans sa main xx sous d’or du fiancé de la jeune fille sa susdite nièce ; par conséquent la chose s’est faite publiquement et sans que le patrimoine du monastère y eût été mêlé en rien.

3On interrogea Chrodielde ainsi que Basine pour leur demander si par hasard (ce qu’à Dieu ne plaise !) elles estimaient que l’abbesse avait commis quelque adultère, ou bien un homicide ou un sortilège ou encore un autre crime frappé d’une peine capitale. Dans leur réponse elles déclarèrent qu’elles n’avaient rien à dire, sauf à proclamer que cette abbesse avait agi contre la règle pour les causes qu’elles avaient exposées. Finalement – et c’était la conséquence des péchés qu’on avait commis en violant la clôture et en laissant des malheureuses privées de la discipline de leur abbesse faire tout ce qu’elles voulaient pendant l’espace de tant de mois – on nous présenta des nonnes que nous croyions innocentes et qui étaient enceintes. Après avoir discuté méthodiquement de ces choses sans avoir trouvé de crime qu’on puisse reprocher à l’abbesse, nous lui adressâmes pour ses fautes plus légères des remontrances paternelles afin qu’elle ne s’expose plus désormais à un blâme en les commettant de nouveau.

4Nous avons ensuite étudié la cause des parties adverses qui ont commis des crimes plus graves ; en effet, elles ont dédaigné l’injonction que leur a faite leur évêque à l’intérieur du monastère de ne pas s’évader au dehors ; puis après l’avoir foulé aux pieds, abandonné dans le monastère avec le plus profond mépris et ridiculisé, elles ont brisé serrures et portes, sont parties et ont entraîné d’autres nonnes dans leur péché. En outre, quand l’évêque Gondégisile et ses comprovinciaux, appelés pour ledit procès, se sont rendus à Poitiers en vertu d’un précepte des rois et les ont convoquées au monastère pour l’audience, elles ont dédaigné la signification ; puis alors que lesdits pontifes réunis se rendaient à la basilique du bienheureux confesseur Hilaire, où ces femmes demeuraient, ainsi qu’il convenait à la sollicitude de ces pasteurs, et tandis qu’elles en avaient été averties, elles ont provoqué une sédition, infligé des coups de bâton tant aux pontifes qu’aux domestiques et répandu le sang des lévites à l’intérieur de la basilique. Ensuite au moment où par ordre des seigneurs princes le prêtre Theutaire, homme vénérable, venait d’être envoyé pour ce procès et où on avait décidé quand le jugement aurait lieu, elles, sans attendre cette date [ont envahi] le monastère de la manière la plus séditieuse ; le feu a été mis à des tonneaux dans les communs, des portes ont été brisées à coups de barres et de haches, un incendie a été allumé, des religieuses ont été maltraitées et blessées à l’intérieur de l’enclos et dans leurs oratoires eux-mêmes, le monastère a été pillé, l’abbesse a été déshabillée et tirée par les cheveux ; on l’a ridiculisée gravement en la traînant à travers les carrefours et elle a été enfermée dans un cachot où, bien qu’elle n’ait pas été attachée, elle n’était pas libre. Lorsqu’est arrivé le jour de Pâques qui est fêté dans ce monde, le pontife offrit une rançon pour la condamnée afin qu’elle pût au moins assister aux cérémonies du baptême ; or, en dépit de son exhortation, la voix des suppliants n’a rien obtenu et Chrodielde a répondu qu’elle n’avait rien su d’un tel forfait, ni rien ordonné à cet égard. Chrodielde a même affirmé que c’était grâce à son intervention qu’on avait obtenu que l’abbesse ne fût pas tuée par les siens, d’où il apparaît avec certitude qu’il en a été question. Une chose qu’il est permis de conclure de ces faits et qui contribue à leur donner de la cruauté, c’est qu’elles ont tué près du tombeau de la bienheureuse Radegonde un serviteur de leur monastère qui fuyait et que dans la bagarre qui grandissait elles n’ont nullement cherché à assainir la situation ; puis ensuite elles ont pénétré dans le monastère pour s’en emparer pour elles-mêmes et refusant d’obtempérer à l’ordre que donnaient les princes de faire comparaître les séditieux devant le tribunal public, elles ont préféré contrairement aux préceptes des rois reprendre les armes et se soulever indignement avec des flèches et des lances contre le comte et le peuple. Puis là-dessus elles sont sorties pour se rendre à l’audience publique en subtilisant en cachette la sainte croix très sacrée et cela sans droit, d’une manière indécente et furtivement ; dans la suite elles ont été obligées de la restituer dans l’église.

5Comme tous ces crimes capitaux avaient été reconnus, mais comme loin d’être réprimés ils se multipliaient constamment, nous signifiâmes à ces femmes qu’elles devaient demander pardon à l’abbesse pour leur faute et réparer tout le mal qui avait été commis ; elles refusèrent de le faire, mais insistèrent pour proposer de la tuer comme elles s’en étaient déjà targuées publiquement. Ayant donc consulté et passé en revue les canons, il nous a paru très équitable de les priver de la communion jusqu’à ce qu’elles aient accompli une pénitence convenable et de rétablir l’abbesse à demeure dans sa fonction. Nous conformant à votre ordre, nous suggérons l’adoption de ces mesures qui sont de la compétence de l’autorité ecclésiastique, après avoir examiné les canons et en dehors de toute considération de personnes. En outre, en ce qui concerne le mobilier du monastère et les actes et chartes des seigneurs rois vos parents qui y ont été dérobés et qu’elles ont avoué garder en leur possession, mais que ces femmes, sourdes à nos ordres, ne nous rendront jamais volontairement, il appartient à votre piété et à votre souveraineté de les contraindre en vertu de votre autorité royale à les restituer en vue de la restauration de l’établissement afin que se perpétuent votre récompense éternelle et celle des princes précédents, et de ne pas tolérer qu’elles reviennent, ni de permettre qu’elles aspirent à nouveau à rentrer dans ce lieu qu’elles ont saccagé d’une manière si impie et tellement sacrilège et cela dans la crainte que des faits pires ne se produisent. De cette façon, les choses étant rétablies grâce à Dieu dans leur intégrité, tout sera conservé à Dieu à la faveur des rois catholiques ; la religion ne perdra rien, le maintien de la règle établie tant par les Pères que par les canons nous profitera pour le culte et vous en récolterez les fruits. Que le Christ notre seigneur vous soutienne et vous dirige, qu’il prolonge votre règne et vous confère la vie bienheureuse.

6Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, 10, 16, éd. Krusch et Levison p. 505-509, trad. Latouche, t. 2, p. 288-294.

71. Mariage secret

7Si une jeune fille prend époux en secret sans le consentement de ses parents de façon qu’aucune portion de mariage [meta] n’a été donnée ou promise pour elle, et si, par la suite, le mari meurt avant d’avoir acquis son mundium, alors la femme devra se contenter de n’avoir point de portion et ne pourra tenter d’obtenir une portion de mariage des héritiers de feu son époux car elle est allée inconsidérément vers un mari sans le consentement de ses proches ; celui qui s’efforcera de faire en sorte que justice lui soit rendue ne pourra pas davantage réclamer cette portion.

8Lois de Liutprand, no 114, éd. Friedrich Bluhme, Edictus Langobardorum, (supra, no 60), p. 154. Trad. (angl.) Katherine Fischer Drew, The Lombard Laws, Philadelphie, 1973, p. 193.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search