Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Famille et parenté

Texte intégral

63. Agnat et/ou cognat

1Sous le règne éternel de notre Seigneur Jésus Christ. L’an de Son incarnation 813, qui est la 45e du règne du glorieux et orthodoxe empereur Charles, ce Charles qui est issu de la famille [prosapia] de saint Arnulf, évêque du Christ, ainsi que nous l’avons appris par le témoignage des aînés [lit. : « par la relation paternelle »] et comme l’attestent les histoires : dans sa jeunesse, saint Arnulf, qui était duc, engendra Ansgise, duc. Ansgise, duc, engendra Pépin l’Ancien, duc. Pépin l’Ancien, duc, engendra Charles l’Ancien, duc. Charles l’Ancien, duc, engendra Pépin, qu’Étienne, pontife romain, consacra et oignit roi. Pépin, roi, engendra Charles, que Léon, pontife romain, consacra et oignit empereur en l’église où repose le très saint corps de Pierre, prince des apôtres, le jour de la nativité de notre Seigneur Jésus Christ.

2Dans sa jeunesse, le susdit empereur épousa une jeune fille, nommée Hildegarde, d’une très noble famille de Souabes, apparentée à Gotefrid, duc des Alamans [de cognatione Gotefridi ducts Alamannorum] : Gotefrid, duc, engendra Huoching, Huoching engendra Nebi, Nebi à son tour engendra Imma et Imma engendra Hildegarde, la très sainte reine. Après que l’empereur susnommé l’eût prise pour épouse, il eut d’elle trois fils, l’un nommé Charles comme son père, le second, Pépin, qui fut roi d’Italie, et le troisième, Louis, qui était roi d’Aquitaine. Le père vécut longtemps avec eux, heureux, et il les instruisit utilement dans les disciplines libérales et dans les lois du monde.

3Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, 1 et 2, éd. et trad, (allem.) Ernst Tremp, p. 178-179.

64. Famille large – famille restreinte

Prie pour les parents défunts de ton père

4Prie pour les parents de ton père, qui lui ont laissé leurs biens en légitime héritage. Qui ils furent et quels sont leurs noms, tu en trouveras la liste inscrite à la fin de ce petit livre. Bien que l’Écriture dise : « Un autre jouira des biens de l’autre », ce ne sont pas des étrangers qui possèdent leur héritage, mais, comme je l’ai dit, Bernard, ton seigneur et ton père.

5À la mesure des biens qui lui ont été laissés, prie pour ceux qui les ont possédés ; prie pour qu’il en jouisse longtemps et heureusement dans la vie. Car je crois que si tu te conduis envers lui avec honneur et soumission, le Dieu bon accroîtra de ce fait à ton intention ses fragiles dignités. Si d’avance, par la clémence du Dieu tout-puissant, ton père décide que tu en reçoives une part, prie ensuite le plus que tu pourras pour que grandisse la récompense des âmes de ceux à qui tout a appartenu. À cause de ses nombreuses occupations, lui-même n’en a pas le loisir à présent. Mais toi, tant que tu en as la force et le loisir, prie assidûment pour leurs âmes.

Pour feu le seigneur Thierry

6Tu ne dois pas non plus omettre de prier, mon fils, pour celui qui, te recevant de mes bras, t’a, au bain de la régénération, adopté comme fils dans le Christ. On l’appelait de son vivant le seigneur Thierry, et maintenant il n’est plus. Il eût été pour toi en toutes choses un éducateur [nutritor] et un ami [amator], s’il l’avait pu. Il a été reçu, nous le croyons, dans le sein d’Abraham. En te laissant en ce monde comme son enfant premier-né, il a légué tous ses biens à notre commun maître et seigneur pour qu’ils puissent totalement te profiter. Prie souvent pour ses péchés, surtout en compagnie de beaucoup d’autres durant les nocturnes, les matines, les vêpres et les autres heures, cela au cas où il a commis quelque injustice et n’a pas fait pénitence pour l’éternité. Autant que tu le peux, que ce soit par les prières des saints prêtres. Et tout en distribuant des aumônes aux pauvres, fais fréquemment offrir pour lui au Seigneur le sacrifice.

7Lorsque tu répands ta prière pour lui devant Dieu, récite ainsi les versets : V. Requiem aeternam, etc. V. Anima eius in bonis demoretur. V. In memoria aeterna erit iustus, et les autres que tu sais bien. Les versets une fois achevés, récite l’oraison Collocare digneris : « Daigne, Seigneur, donner place au corps et à l’âme de ton serviteur Thierry dans le sein d’Abraham, celui d’Isaac et celui de Jacob, afin que, quand viendra le jour de ta manifestation, ton commandement le fasse ressusciter parmi tes saints et tes élus. Par notre Seigneur... ».

Noms des défunts

  • 1 Guillaume de Gellone, père de Bernard.
  • 2 Première épouse de Guillaume.
  • 3 Fille de Guillaume, née de son premier mariage, noyée dans la Saône sur l’ordre de Lothaire en 834
  • 4 Deuxième épouse de Guillaume.
  • 5 Fils aîné de Guillaume.
  • 6 Fils de Guillaume, décapité en 834, sur l’ordre de Lothaire.
  • 7 Un fils de Guillaume, inconnu par ailleurs, ou bien et plus vraisemblablement un parent de Dhuoda.
  • 8 Une sœur de Bernard, époux [sic] de Wala (?), inconnue par ailleurs, ou bien et plus vraisemblable (...)

8Trouve ici brièvement les noms de différentes personnes omises parmi celles nommées plus haut. Ce sont : Wilhelm1, Chungund2, Gariberga3 Vuithburg4, Tedderic5, Gothzelmus6, Guarnari7, Rothlind8.

9D’autres membres de cette parenté [genealogia] vivent encore, grâce à Dieu, en ce monde : il dépend totalement de Celui qui les a créés, comme il l’a voulu, de les rappeler à lui. Pour ceux-ci, que dois-tu faire, mon fils, sinon dire avec le Psalmiste : « Nous qui vivons, bénissons le Seigneur dès maintenant et à jamais » ?

  • 9 Fils de Guillaume, il eut les yeux crevés en 830 sur Tordre de Lothaire.

10Lorsque s’en ira quelqu’un de ta lignée [de tua stirpe], ce qui est uniquement au pouvoir de Dieu, le jour où il l’ordonnera – et même si c’est le seigneur Aribert, ton oncle9 –, je te demande, si tu lui survis, de faire inscrire son nom parmi ceux des personnes mentionnées ci-dessus, et de prier pour lui.

11Dhuoda, Manuel pour mon fils. Introduction, texte critique, notes par Pierre Riché. Traduction par Bernard de Vregille et Claude Mondésert, Paris 1991, (Sources Chrétiennes. 225 bis), p. 318-323 et 354-355 (8,14-15 et 10, 5).

65. Fosterage

12Dechtire, sœur de Conchobar, s’enfuit avec cinquante jeunes filles sans permission de chez les Ulates et de chez Conchobar. On n’avait ni indice ni trace à leur sujet, et on les chercha pendant trois ans. Elles vinrent alors sous la forme d’oiseaux dans la plaine d’Emain et elles se mirent à paître dans la plaine jusqu’à ce qu’elles ne trouvassent plus un brin d’herbe sur la terre. Les Ulates en furent très contrariés. Les Ulates préparèrent alors neuf chars pour poursuivre les oiseaux, car ils avaient la coutume de chasser les oiseaux. Il y avait dans ces chars Conchobar et Fergus, Amorgen et Blai Briuga, Sencha et Bricriu. Les oiseaux partirent vers le sud devant eux par Sliab Fuait, Ath Lethun, par Ath Garuch, par Mag Gossa entre Fir Roiss et Fir Ardai. La nuit tomba alors sur eux, les oiseaux disparurent, et ils dételèrent leurs chars.

13Fergus fit un tour et il arriva devant une petite maison ; il y avait un couple uni devant lui dans la maison. Ils lui souhaitèrent la bienvenue. Fergus lui demanda de la nourriture, et il n’attendait pas de lui qu’il entretînt toute la troupe qui était dans la plaine. L’homme dit : « Viens avec ta troupe dans la maison, et qu’ils soient les bienvenus. » Fergus sortit là-dessus et il ramena tous les hommes et tous les chars. Ils furent dans la maison.

14Bricriu sortit après cela, et il entendit quelque chose, un faible gémissement. Il entendait le bruit, mais il ne savait pas ce qu’il disait. Il alla vers le bruit, dans la direction de la maison, et il vit une grande et belle maison ornée devant lui. Il va à une porte qu’il avait remarquée dans la maison. Il remarque le maître de la maison : « Entre dans la maison, ô Bricriu, lui dit-il [le maître]. Que regardes-tu là ? » « Bienvenue en vérité », dit la femme. Il jeta un regard circulaire dans la maison. Le jeune prince, beau et noble, lui adresse la parole. « Pour quelle raison la femme me souhaite-t-elle la bienvenue ? dit Bricriu. — C’est à cause de cette femme que je te souhaite aussi la bienvenue. Ne vous manque-t-il personne à Emain ? dit l’homme. — Il nous manque en vérité, dit Bricriu, cinquante jeunes filles depuis plus de trois ans. — Les reconnaîtrais-tu si tu les voyais ? dit l’homme. — Si je ne les reconnais pas, dit Bricriu, c’est que peut-être la croissance de trois ans ou le vieillissement de trois ans sont cause que nous ne reconnaissons pas ou que nous nous trompons. — Cherche à les reconnaître, dit l’homme. Les cinquante jeunes filles sont dans cette maison. Leur maîtresse est ici en mon pouvoir. Dechtire est son nom, et ce sont elles qui sont venues sous la forme d’oiseaux à Emain Macha pour attirer les Ulates et faire en sorte qu’ils vinssent ici. »

15La femme donna à Bricriu un manteau pourpre à franges. Il sortit et s’en alla vers la troupe alors. Bricriu réfléchit dans son esprit en allant vers sa troupe : « Pour ces cinquante jeunes filles, dit-il, qui lui manquent, Conchobar donnerait un trésor afin de les retrouver ici. Je lui cacherai donc, dit-il, qu’elles sont ici, sa sœur avec les cinquante jeunes filles, et que je les ai retrouvées. Je dirai seulement que j’ai vu une maison et aussi de belles femmes. »

16Conchobar demanda alors des nouvelles à Bricriu. « Qu’en est-il à ce sujet, ô Bricriu ? — Je suis arrivé à une maison brillante et distinguée, et il y a là une reine noble, gracieuse, à l’allure royale, aux belles boucles. Il y a aussi des femmes belles et bien parées. Le maître de la maison est noble et brillant dans la maison. — C’est mon serviteur, dit Conchobar, cet homme est mon vassal, puisqu’il est sur mes terres. Que sa femme vienne à moi cette nuit pour coucher avec moi », dit Conchobar. Mais on ne trouva personne qui allât faire part de cette exigence, excepté Fergus.

17Il alla alors et présenta sa demande. On lui souhaita la bienvenue, et la femme alla avec lui. Elle expliqua à Fergus qu’elle était en mal d’enfant. Il le dit à Conchobar, et on lui accorda un délai. Chacun d’eux alla avec sa compagne et ils dormirent.

18Quand ils se réveillèrent, ils virent quelque chose : un petit garçon dans le giron de Conchobar. « Prends avec toi l’enfant, ô Finnchoem », dit Conchobar. Quand Finnchoem vit le petit garçon à côté de Conchobar : « Mon cœur aime ce petit garçon, dit Finnchoem, et il sera autant pour moi que l’est Conall. — Il y aura pour toi peu de différence entre eux, dit Bricriu : c’est le fils de Dechtire, ta sœur, car c’est ici que sont les cinquante jeunes filles qui manquent à Emain depuis trois ans jusqu’à aujourd’hui. — Ce n’est cependant pas brillant [?] dit Conchobar :

« Glorieuse est la puissance de la maison à la petite richesse,
c’est ainsi qu’est la bonne Dechtire ;
elle nous a protégés avec les sept chars ;
elle a chassé le froid de nos chevaux,
[... ?]
il nous est venu un trésor, Setanta.

19« Prends le garçon avec toi, ô Finnchoem, dit Conchobar à sa sœur.

20— Ce n’est pas elle qui l’élèvera, en vérité, dit Sencha, mais c’est moi qui l’élèverai, car je suis fort, je suis brillant, je suis expert, je suis doux [... ?], je suis docteur, je suis sage, je ne suis pas oublieux. Je m’adresse au roi avant le roi. Ce qu’il dit passe par moi. Je juge les combats du roi devant Conchobar. Je décide des jugements des Ulates et je ne les mécontente pas. Personne ne me surpasse comme tuteur, excepté Conchobar.

21— Pourquoi ne le prendrais-je pas avec moi ? dit Blai Briuga. Il ne sera pas mal nourri, il ne sera pas négligé par moi. Mes messagers ont pourvu à tous les désirs de Conchobar. Je convoque tous les hommes d’Irlande. Je les nourris pendant dix jours. Je leur donne de quoi exercer leur art et leur colère. Je les soutiens dans leur honneur et dans les contestations d’honneur.

22— Cela, c’est de l’impudence, dit Fergus. Il a choisi un champion pour être auprès de lui, et c’est moi qui le nourrirai. Je suis fort, je suis sage, je suis ambassadeur ; on ne me surpasse ni en dignité ni en richesse ; je suis rude en valeur et en armes. Je suis celui qui agit contre ma propre bassesse. Je suis digne de mon fils adoptif. Je suis la protection contre tout mal. J’œuvre au détriment de tous les forts, j’œuvre à l’avantage de tous les faibles.

23— Même s’il m’écoute, dit Amorgen, [... ?] Je suis capable d’élever royalement mes fils adoptifs. On me loue pour ma dignité, pour mon courage, pour ma valeur, pour mon intelligence, pour ma fortune, pour mon âge, pour mon éloquence, pour la beauté et le courage de mes enfants. Bien que je sois héros, je suis aussi poète, je suis digne de la faveur du roi. Je frappe chaque guerrier. Je ne dois de merci à personne, excepté à Conchobar. Je ne me joins à personne, excepté au seul roi.

24— Il ne sera rien de tout cela, dit Sencha. Que Finnchoem prenne l’enfant jusqu’à ce que nous soyons arrivés à Emain. Morann décidera à son sujet, mais seulement quand nous serons arrivés. »

25Ils allèrent donc à Emain, et le garçon était avec Finnchoem. Morann décida alors après leur arrivée et il dit : « Je le confie à Conchobar car il est proche parent de Finnchoem. Sencha lui enseignera la parole et l’éloquence. Blai Briuga le nourrira. Il sera porté sur les genoux de Fergus. Amorgen sera son tuteur. Il sera frère de lait de Conall Cernach. Sa mère Finnchoem a deux seins. C’est également qu’il sera instruit par tous, guerriers, rois, docteurs ; cet enfant sera l’ami de toute la société. C’est également que cet enfant combattra toutes vos contestations, il combattra dans vos gués et livrera toutes vos batailles. »

26Il en fut fait alors ainsi : Amorgen et Finnchoem l’emmenèrent et l’élevèrent à Dun Imbrith dans la plaine de Murthemne. Finit.

27La conception de Cúchulainn (Compert Con Culainn), trad. Christian J. Guyonvarc’h dans : La Razzia des vaches de Cooley, trad, id., Paris, 1994, p. 276-279.

66. « Adoption »

2852. Ratchis ayant été fait duc de Frioul, ainsi que nous l’avons dit, pénétra en Carniole, la patrie des Slaves, tua une grande multitude de Slaves et dévasta tout ce qu’ils possédaient. Là, comme soudain les Slaves l’attaquaient, comme il n’avait pas réussi à prendre sa lance à son écuyer, le premier [des Slaves] qui parvint à lui le frappa d’une massue qu’il brandissait dans sa main et le tua.

2953. Vers cette époque, Charles, prince des Francs, envoya son fils Pépin à Liutprand, afin que selon la coutume il lui coupe les cheveux. Lui ayant coupé ses cheveux, il en devint le père [pater] : il lui fit de nombreux présents royaux et le renvoya à son géniteur.

3054. Vers la même époque, l’armée des Sarrazins pénétra à nouveau en Gaule, et y fit grand dommage. Charles engagea le combat non loin de Narbonne et leur infligea comme précédemment une terrible défaite. À nouveau ils franchissent les frontières des Gaules et parviennent jusqu’en Provence : ils prennent Arles et détruisent tout à l’entour. Alors Charles envoie des ambassadeurs au roi Liutprand avec des présents, lui demandant de l’aide contre les Sarrazins ; sans tarder, celui-ci lui vient en aide avec toute l’armée des Lombards. Ce que voyant, la gent sarrazine s’enfuit incontinent de ces régions ; et Liutprand regagna l’Italie avec toute son armée.

31Paul Diacre, Historia Langobardorum, 6, 53, éd. Bethmann et Waitz, p. 183. Trad. A. Stoclet.

67. Parrainage

32L’année suivante [l’empereur Louis le Pieux] était au palais d’Ingelheim, et là Harald vint à lui de chez les Danois ; le seigneur empereur le reçut au sortir des saints fonts baptismaux et l’auguste dame Judith reçut de même son épouse. Alors le seigneur empereur lui donna la plus grande partie de la Frise [lit. : « des Frisons »], l’honora de dons insignes et lui donna congé, en paix, ainsi qu’à ses envoyés.

33Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, 33, éd. et trad, (allem.) Ernst Tremp, p. 220-221.

68. Transmission des biens, des droits et des devoirs (802-803)

3426. C’est le fils et non la fille qui reçoit l’héritage du défunt.

3527. Si le mort n’a pas de fils, les meubles [pecunia] et les esclaves [mancipia] vont à la fille, mais la terre appartient au plus proche par le sang du lignage paternel [ad proximum paternae generationis consanguineum]. S’il n’y a pas de fille, la sœur a les meubles et les esclaves. Le plus proche du lignage paternel reçoit la terre. S’il n’y a ni fils, ni fille, ni sœur, mais si la mère est toujours vivante, c’est elle qui reçoit ce qui devait revenir à la fille ou à la sœur, c’est-à-dire les meubles et les esclaves. S’il ne laisse ni fils, ni fille, ni sœur, ni mère, le plus proche du lignage paternel est l’héritier de tout, meubles et esclaves, comme de la terre. À celui qui reçoit l’héritage de la terre doit appartenir l’équipement de guerre [vestis bellica], c’est-à-dire la cuirasse [lorica], la vengeance du proche [ultio proximi] et le paiement du sang [solutio leudis], 28. La mère en mourant laisse au fils la terre, les esclaves, les meubles, à la fille les dépouilles de son col, c’est-à-dire les colliers, bracelets, bijoux, boucles d’oreilles, vêtements, anneaux, et tout ce qu’elle peut avoir en parures personnelles.

3629. Si elle n’a ni fils, ni fille, mais une sœur, elle laisse les esclaves et les meubles à la sœur, la terre au plus proche du lignage paternel.

3730. Le lignage paternel hérite jusqu’à la cinquième génération. Après la cinquième, la fille hérite de tout, soit du côté du père, soit du côté de la mère, et c’est alors seulement que l’héritage passe de la lance à la quenouille [ad fusum a lancea].

38Lex Thuringorum, éd. Karl-Friedrich Von Richthofen, MGH LL in-fol. 5, Hanovre 1875-1889, p. 103-144, ici p. 123-129. Trad. Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval (France, Angleterre, Empire, ixexve siècles). Essai de synthèse et perspectives de recherches, Paris, 1962, no 18, p. 305-306, d’après G. Franz, Deutsches Bauerntum, p. 34-35.

69. Transmission des « honores »

39Gervold eut pour père Walcharius et pour mère une nommée Walda. Il gouverna ce monastère environ dix-huit ans. Né de parents nobles, devenu clerc, et conduit au palais, il est fait chapelain de la reine Bertrad. Grâce à celle-ci, le siège épiscopal d’Évreux lui fut attribué par le roi Charles à la mort de l’évêque. Le susdit Witlaïc étant exempt des choses humaines, Gervold, sur sa propre requête, renonça à l’épiscopat et obtint du seigneur et invincible roi Charles ce monastère, à savoir la 3e année après la mort de dame Bertrad. Witlaïc avait un neveu, c’est-à-dire un fils de sa sœur, nommé Witbold, pour lors chapelain au temps du très glorieux roi Charles, auquel le gouvernement du susdit monastère avait été promis après le décès de son oncle ; mais étant donné qu’il avait été envoyé en ambassade par le seigneur roi Charles auprès de Constantin, l’empereur des Grecs, et d’Irène, en compagnie d’un autre légat nommé Jean, et qu’il tarda à revenir pendant un an et six mois, le monastère en question fut attribué à Gervold. Or, la cause de l’ambassade concernait la fille de Charlemagne, Rotrude, que ce même empereur Constantin demandait en mariage ; mais la mission pour laquelle il avait été envoyé en ambassade, une fois celle-ci accomplie fort habilement, l’invincible seigneur roi Charles lui donna, une fois rentré, le monastère de Saint-Serge d’Angers qu’il gouverna heureusement pendant plusieurs années. Quant à Gervold, comme nous l’avons dit, il devint abbé du monastère de Fontenelle l’an 787 de l’Incarnation, la 21e du roi Charles.

40La même année, l’invincible roi Charles ayant réuni l’assemblée du royaume à Ingelheim, décide de se rendre en hâte en Bavière avec une grande armée. À cette même époque, sans guerre ni aucun dommage pour son armée, le vaillant Dieu guerrier livra la Bavière aux mains du très excellent roi Charles, et le duc de cette nation, Tassilon, fut tondu et enfermé au monastère de Jumièges.

41Or donc, Gervold est nommé administrateur des affaires commerciales du royaume pendant de nombreuses années, percevant l’impôt public et les redevances sur les marchandises dans les ports et les villes et principalement à Quentovic. Par suite, on sait qu’il était lié d’amitié au très puissant roi des Angles et des Merciens, Offa. Il subsiste encore des lettres qu’il adressa à Gervold, où Offa professe qu’il sera son intime et très cher ami. Il accomplit à plusieurs reprises des missions comme légat, auprès du susdit roi Offa, sur l’ordre du très invincible roi Charles. [... ]

42Anségise, un homme plein de gloire et paisible, fort instruit dans toutes les sciences, tant de la philosophie divine que de la philosophie humaine, né d’un père nommé Anastase et d’une mère nommée Himilrade, reçut par une disposition de la divine Providence ce monastère à gouverner, la 822e année de l’Incarnation du Seigneur, la 10e du très glorieux Louis le Pieux, la 7e environ du pape Pascal, le 2 avril, 1e indiction. De tout ce qui concerne son illustre origine, sa vie, sa conduite, ses mœurs et ses actions, il ne paraît bon d’introduire dans l’œuvre présente que ce qui ne blessera pas l’esprit du lecteur. De fait, et selon les dignités de ce monde, il tirait son illustre origine d’une noble famille de Francs, qu’il ennoblit encore par les exemples de ses œuvres resplendissantes. En vérité, deux vertus très brillantes scintillaient principalement en lui : la première une vie édifiante, la deuxième un enseignement plein de droiture. À l’époque où l’abbé Gervold, son parent, gouvernait ce monastère, il y entra et reçut de lui la tonsure. Peu de temps après, Gervold le conduisit au palais impérial et s’employa à le confier aux mains du très glorieux roi Charles. Mais à la mort de Gervold, Trasaire obtint ce monastère, et peu après, le seigneur Anségise reçut en précaire du seigneur roi Charles le monastère de Flay où repose le corps de saint Germer, l’an 807 de l’Incarnation du Seigneur Christ, la 38e année depuis que le roi Charles fut établi roi des Francs et la 7e depuis qu’il fut nommé empereur et auguste. Il le trouva presque sans édifices, réduit à la pauvreté et déserté ; mais sa noble activité s’employa en peu de temps à le remettre sur pied. Après avoir fait enlever et abattre ceux qui menaçaient ruine, il fit reconstruire depuis les fondations et restaurer en plus beau tous les édifices, publics et privés, comme tous les visiteurs peuvent le constater.

43Il savait fort bien les principes de l’agronomie ; de sorte qu’il n’était jamais sans une très grande abondance de récoltes diverses à distribuer d’une main libérale à tous les nécessiteux. Car il était de fait le réconfort des pauvres, vraiment généreux en aumônes, le bienfaiteur et le protecteur des églises, l’éducateur des clercs, le plus authentique père des moines, le plus avenant des hôtes pour les pèlerins, le plus grand secours des veuves et des orphelins. Et avant le monastère de Flay, il en reçut deux autres à gouverner du très invincible Charles, l’un, proche des murs de la cité épiscopale de Reims et construit en l’honneur de saint Sixte I, relevant de l’autorité de cet évêché, l’autre sur le territoire de l’agglomération fortifiée de Châlons-en-Champage, où le corps de l’évêque Menge est enseveli. Après y avoir renoncé, il est établi abbé de Flay, l’année mentionnée ci-dessus. De plus, pendant qu’il tenait Flay à titre de précaire et de bénéfice, il est aussi nommé intendant des travaux royaux au palais impérial d’Aix-la-Chapelle par le seigneur roi, sous l’abbé Éginhard, de tous points de vue le plus savant des hommes. Il géra ce chantier de la manière la plus illustre et il se comportait prudemment en toutes choses. En vérité, il s’acquitta tout à son honneur des missions que le roi lui confia. [Après la mort de Charlemagne, Louis le Pieux nomme Anségise abbé de Fontenelle].

44Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille), éd., trad, et comm. Pascal Pradié, Paris, 1999 (Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge. 40), chapitres 12, 1 et 2 et 13, 1, p. 134-137 et 146-151. Trad, revue par A. Stoclet.

Notes

1 Guillaume de Gellone, père de Bernard.

2 Première épouse de Guillaume.

3 Fille de Guillaume, née de son premier mariage, noyée dans la Saône sur l’ordre de Lothaire en 834.

4 Deuxième épouse de Guillaume.

5 Fils aîné de Guillaume.

6 Fils de Guillaume, décapité en 834, sur l’ordre de Lothaire.

7 Un fils de Guillaume, inconnu par ailleurs, ou bien et plus vraisemblablement un parent de Dhuoda.

8 Une sœur de Bernard, époux [sic] de Wala (?), inconnue par ailleurs, ou bien et plus vraisemblablement, une parente de Dhuoda.

9 Fils de Guillaume, il eut les yeux crevés en 830 sur Tordre de Lothaire.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search