Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Marginaux

Texte intégral

56. Indigents et malades à Mérida (fin du vie s.)

1Quel il fut et combien grand, voilà ce ce que notre ignorance nous empêche de raconter en détail, mais quand bien même nous tairions les choses les plus importantes, il convient que nous évoquions au moins les plus remarquables de ces choses.

2Avant d’être ordonné évêque, on dit que cet homme vécut avec la plus grande ferveur en la basilique de la très sainte vierge Eulalie et qu’il y servit Dieu – irréprochablement – pendant de nombreuses années. Ensuite, par la volonté de Dieu, qui réside dans la bouche, dans les yeux et dans l’âme de tous, il fut élevé de là et ordonné évêque. Aussitôt, au début de son épiscopat, il fonda de nombreux monastères, les dota de grands biens. De même, il construisit plusieurs basiliques en bel appareil et il y consacra à Dieu de nombreuses âmes.

3Ensuite il érigea un hôpital [xenodochium], l’enrichit de nombreux patrimoines, y nomma des responsables [ministri] et des médecins, et leur donna pour mission de veiller aux besoins des pérégrins et des malades. Il ordonna en outre que, sans cesse, les médecins fassent des rondes dans la ville [urbs] et qu’ils conduisent à l’hôpital tout malade qui les hèlera, qu’il soit esclave ou libre, chrétien ou juif : qu’ils le mettent dans un lit préparé avec des draps immaculés et lui servent des mets délicats et riches jusqu’à ce qu’avec l’aide de Dieu ils aient pu rendre au malade sa santé première. Et quoique les terres affectées à l’hôpital aient livré une grande quantité d’excellentes victuailles, cela lui semblait insuffisant. À tous ces bienfaits il en ajouta de plus grands encore : il ordonna donc aux médecins de veiller avec une sollicitude toute particulière à prélever la moitié de toutes les redevances [xenia] apportées dans l’atrium par tous les gérants [actuarii] de tout le patrimoine de l’Église, et d’en user pour le bien des infirmes.

4Si l’un quelconque des citoyens de la ville ou des paysans de la campagne venait demander la charité et présentait un petit récipient à ceux qui dispensaient le vin, l’huile ou le miel, et si le saint homme l’aperçevait, lui qui voyait toujours avec plaisir un visage souriant, il ordonnait aussitôt que l’on brise ce récipient et qu’on en apporte un plus grand.

5Vita Masonae, dans : J. N. Garvin, ed. The Vitae Sanctorum Patrum Emeritensium, Washington DC, 1946, p. 192-194, d’où García de Cortazar, op. cit., p. 87-88. Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search