Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Non-libres

Texte intégral

51. L’esclave-bétail

1On respectera cette forme de vente, que l’on vende quelqu’article, un esclave ou toute espèce de bête, de façon que nul ne puisse de ce fait contester la validité de la vente en disant qu’il a vendu à trop bas prix. Au contraire, lorsque l’affaire a été conclue, on ne peut plus rien changer à moins que, par hasard, [l’acheteur] trouve quelque défaut que le vendeur aurait celé, par exemple, dans le cas d’un esclave ou d’un cheval ou de toute espèce de bétail, qu’il est aveugle, rompu, épileptique ou lépreux. Car il y a des défauts dans les animaux que l’acheteur, bien souvent, parvient à cacher.

2Lex Baiuvariorum 16, 9, éd. E. von Schwind, MGH LL sect. 1, t. 5/2, Hanovre, 1926. Trad, (angl.) : Carl I. Hammer, A Large-Scale Slave Society of the Early Middle Ages. Slaves and their families in early medieval Bavaria, Aldershot (GB) et Burlington (USA), 2002, p. 84, d’après Laws of the Alamans and Bavarians, trad. T. J. Rivers, Philadelphie, 1977.

52. Une définition de l’esclavage à la moitié du ixe siècle (854)

3[...] Nous savons, d’aussi loin que nous puissions nous souvenir, qu’Ursepert a été scario, en tant qu’esclave placé à la tête d’autres esclaves de Saint-Vincent à Ofena. De même, on le menaçait, lui et ses parents, de la corvée servile, et nous avons toujours vu les prévôts qui ont été placés dans cette dépendance les contraindre en tant qu’esclaves jusqu’à présent : s’ils commettaient quelque faute, eux, les susdits, ou leurs parents, on les envoyait aux fers et on les contraignait en tant qu’esclaves. Quant à leur liberté, nous n’en avons jamais vu aucun signe jusqu’à ce jour. [...]

4Cartulaire de Saint-Vincent sur le Volturne, no 72 = C. Manaresi, éd. I placiti del regnum Italiae, Rome, 1955, (Fonti per la storia d’Italia. 92). Trad. Feller, Abruzzes, p. 542 (texte latin ibid., n. 43).

53. Un destin (peu banal) d’esclave (viiie siècle, avant 770)

5Un pieux et sage vieillard me raconta comment, un beau jour, il avait voulu se rendre à l’église du saint martyr de Dieu, Emmeram, à Ratisbonne, afin d’obtenir son intercession pour ses méfaits. Il se mit donc en route, seul. Cependant, lorsqu’il parvint en un lieu désert appelé « Le pâturage lointain », il tomba sur des bandits qui le volèrent et qui, après lui avoir lié les mains et l’avoir bâillonné, de telle manière qu’il lui fut impossible de prononcer une parole, lui firent passer la frontière et le vendirent chez les Francs. Et celui qui l’acheta le revendit alors à quelqu’un qui résidait dans les territoires septentrionaux des Thuringiens. [...]

6Lorsque le bonhomme s’avisa qu’il était à présent près des idolâtres païens, il se mit de toutes ses forces à servir assidûment son seigneur terrestre. Car il était bien instruit des arts manuels, il savait faire fonctionner un moulin pour le plus grand profit de son maître, et excellait en outre dans la construction des bâtiments. Ainsi trouva-t-il faveur aux yeux de son maître. Lorsqu’il eût donné trois années entières de bons et loyaux services [...] il arriva qu’un de ses compagnons d’esclavage mourût sans avoir procréé et en laissant une veuve qui était en même temps jeune et fort belle, sous l’angle de la chair corruptible. Le maître terrestre enjoignit alors au bonhomme de se joindre à elle par le mariage et d’avoir la jouissance de la tenure et de ses dépendances. Le pieux vieillard, cependant, résista, disant : « J’ai laissé une femme chez les miens lorsque, pour mes péchés innombrables, je fus capturé, exilé de ce pays et amené ici. Comment, si elle est encore en vie, puis-je en prendre une autre pour épouse ? » À quoi son maître rétorqua fermement : « Si tu ne la prends pas, que le Seigneur me tienne rigueur si je ne te cède pas aux Saxons, qui vénèrent les idoles. Car je sais d’expérience que si tu refuses de recevoir de moi une femme, tu n’as pas l’intention de rester mais que, bien au contraire, tu te prépares à t’échapper, et je serai escroqué du prix de ton achat. »

7Comme ils discutaient longuement, le bonhomme comprit qu’il ne pourrait pas s’opposer à la volonté de son maître. [...] Il accepta donc par nécessité de se joindre à elle, conformément à la volonté de son maître. Sur quoi ce dernier, tout heureux, prit la main droite de la femme et, passant une robe sur ses épaules comme le requiert la pratique du mariage, il la lui donna en mariage en présence des autres esclaves, de sa propre épouse et de leurs enfants. Car il l’estimait beaucoup en raison de ses capacités. Ensuite le pieux vieillard, avec la compagne qu’il avait reçue, gagna la demeure de celle-ci, où il devait consommer l’union. Lorsqu’ils furent entrés dans la chambre et que, suivant la coutume du mariage, ils eurent reçu à manger, ils prirent place dans le lit qu’elle avait préparé. Mais le pieux vieillard se hâta de la prévenir : « Prends garde, très chère sœur, que par le péché de cette union nous n’offensions le céleste et suprême Créateur [...]. Profite des récompenses que me vaut mon savoir-faire ; mais veille bien, tant que vit mon épouse, à ne pas provoquer la destruction de l’âme en copulant avec moi. » [...] Ce qu’entendant elle fut remplie de dépit. Dégoûtée, elle se tourna vers le mur et se barricadant derrière les couvertures elle s’endormit, gagnée par la fatigue. Quant à lui, il répandit en pleurant des prières incessantes du plus profond de son cœur, que le Créateur Serein daigne mettre un terme à ses tribulations. [...]

8Ses prières furent aussitôt entendues. À peine était-il endormi qu’un homme de haute stature et de grande beauté apparut au pied de son lit et, avec le bâton qu’il tenait à la main, frappa le dormeur, disant : « Lève-toi et rends-toi en l’église du saint martyr, là où tu avais fait le vœu de te rendre. » Le vieillard répondit : « Comment marcherai-je si loin sans vivres ? » L’homme qui se tenait là lui enjoignit à nouveau : « Lève-toi sans tarder. Prends le pain qui est à l’étage ; cette nourriture te suffira jusqu’à la fin du voyage. » [...] À l’étage, il trouva une superbe miche de pain, que personne, à sa connaissance, n’avait placée à cet endroit ; le pain du mariage qu’il avait mangé ce même soir dans la même maison avec la femme susdite ne pouvait s’y comparer. L’ayant trouvée, il la plaça près de sa poitrine et laissa tout le reste de ce qui se trouvait là, de peur de faire du tort à son maître terrestre en emportant quelque bien hormis son unique manteau et une hache à deux têtes qu’il avait fabriquée de ses propres mains.

9Arbeo, Vita et passio sancti Haimhrammi martyris, éd. Bruno Krusch, MGH SS rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi 13, Hanovre, 1920. Trad, (angl.) : Hammer, op. cit., p. 133-135, d’après la trad, (allem.) de Bernhard Bischoff, Leben und Leiden des Hl. Emmeram, Munich, 1953.

54. Un exemple de manumission chez les Anglo-Saxons (873-889)

10[...] Et je prie au nom de Dieu et de ses saints qu’aucun de mes parents ou de mes légataires n’opprime l’un quelconque des cyrelif pour lesquels j’ai payé. C’est un fait que le conseil Ouest-Saxon m’a dûment déclaré que je pouvais les laisser enchaînés ou libres, comme je voulais. Mais je souhaite, pour l’amour de Dieu et pour le bien de mon âme, qu’ils aient droit à leur liberté et à leur choix. Et j’ordonne, au nom du Dieu vivant, que nul homme n’exerce sur eux la moindre pression, soit par des exactions pécuniaires, ou par quelqu’autre moyen, de manière à les empêcher de choisir tel ou tel homme comme ils voudront.

11Testament d’Alfred le Grand (extrait), éd. et trad, (angl.) David A. E. Pelteret, Slavery in Early Medieval England. From the Reign of Alfred Until the Twelfth Century, Woodbridge (GB), 1995, p. 110 et n. 10 ibid.

55. Un destin (peu banal) d’affranchi : Ebbon, archevêque de Reims (+851)

1220. [Louis le Pieux] agissait toujours prudemment et avec circonspection, il ne faisait jamais rien sans discrimination, si ce n’est qu’il confiait plus à ses conseillers qu’il n’eût du ; car il étudiait la psalmodie, s’adonnait constamment à la lecture et à d’autres choses pour lesquelles il n’était point novice. Parce qu’une pratique très mauvaise avait existé depuis fort longtemps –à savoir que l’on élevait au pinacle de l’épiscopat les plus humbles esclaves –Louis ne l’interdit point. C’est toutefois le plus grand des maux parmi le peuple chrétien, comme l’atteste le Livre des Rois à propos de Jeroboam, fils de Nabad, qui était un esclave du roi Salomon et régna après lui sur les dix tribus des fils d’Israël. L’Écriture dit de Lui : « Après ces paroles, Jeroboam ne se détourna pas de ses mauvaises pratiques, bien au contraire, car il éleva à la plus haute prêtrise des gens de la plus basse extraction ; quiconque aspirait à ceci, il le consacrait, et celui-là devenait l’un des prêtres des hauts lieux. » À cause de cela, la maison de Jeroboam pécha, fut détruite, ôtée de la face de la terre.

13Lorsque des hommes tels que ceux-ci se sont saisis du faîte du gouvernement, ils ne sont plus jamais doux comme avant, ni dociles, mais tout de suite ils deviennent irascibles, querelleurs, médisants, obstinés, injurieux et menaçants pour tous les sujets. Ils cherchent ainsi à se faire craindre et flatter par tous. Ils s’efforcent d’ôter aux plus vils de leurs parents le joug de l’esclavage pour leur donner la liberté. À certains, ils font faire des études libérales ; ils en marient d’autres à des femmes nobles et forcent les fils de la noblesse à accepter leurs parentes en mariage. Nul ne peut vivre avec eux en bonne entente qui n’ait contracté de telles alliances ; les autres, en vérité, comptent leurs jours avec grande tristesse, parmi les gémissements et les pleurs. Les parents de ces hommes, dès lors qu’ils ont appris quelque chose, se moquent des nobles, leurs anciens maîtres, et les méprisent. Ils sont hautains, instables et manquent de modestie, de retenue et de savoir-vivre. Il ne subsiste, chez eux, presque plus rien de bon. Après que d’eux-mêmes ils aient renoncé à la sainte révérence due au Seigneur, ils ne souhaitent plus comprendre les écrits canoniques –ce qu’on appelle les Canons des Apôtres –car il y est décrété : « Si un évêque a des parents pauvres, qu’il y pourvoie comme il ferait pour les pauvres, de sorte que la propriété ecclésiastique ne périsse pas. » Ils ne veulent pas accepter le livre de saint Grégoire intitulé La Règle Pastorale. Car nul ne peut croire comment ils se comportent, si ce n’est ceux qui doivent les subir sans relâche. Leurs parents, après avoir appris quelque chose –ce qui, pour ceux qui donnent et qui reçoivent est le plus grave des dangers –sont séduits par les ordres sacrés. Et quoiqu’ils puissent être savants, plus ou moins, cependant la multiplicité de leurs crimes écrase cette science (ou : les empêche d’enseigner). Il arrive en général que le prêtre à l’église n’ose pas s’en prendre aux négligents ou aux méchants en invoquant la justice canonique à cause des crimes de ses proches. Aussi beaucoup méprisent-ils ce ministère sacré parce qu’il est exercé par de tels hommes. Puisse donc Dieu tout-puissant, avec les rois et les princes, daigner désormais arrêter et éradiquer cette pratique détestable, qu’elle ne puisse plus se manifester parmi le peuple chrétien. Amen.

14[...]

1544. Alors les évêques choisirent un homme dévoyé et des plus cruels –Ebbon, l’évêque de Reims –qui était d’origine servile, pour écraser Louis avec les mensonges des autres. L’invectivant quotidiennement, ils dirent des choses inouïes, firent des choses inouïes. Ils prirent son épée de sa cuisse et lui imposèrent l’habit monastique, d’accord avec le jugement de ses esclaves. Alors l’épilogue au prophète Jérémie s’accomplit, où il est dit : « Les esclaves ont régné sur nous. » Oh quelle rétribution tu lui as réservée ! Il te fit libre, pas noble, car c’est impossible. Après t’avoir émancipé il te revêtit de la pourpre et du pallium, et toi tu lui fais porter le cilice. Il te mena, indigne, aux sommets du pontificat ; toi, par un faux jugement, tu veux le chasser du trône de ses pères. Homme cruel, pourquoi n’as-tu pas entendu les préceptes du Seigneur : « Il n’y a pas d’esclave au-dessus du seigneur ? » Pourquoi as-tu méprisé les préceptes apostoliques de celui [saint Paul] qui fut enlevé au troisième ciel afin d’apprendre parmi les anges comment gouverner les hommes ? Il ordonne ceci : « Tous doivent être sujets de la puissance divine. Car il n’y a de pouvoir que dérivé du Seigneur. » Et encore, un autre dit : « Crains Dieu. Honore le roi. Serviteurs, soyez les sujets de vos maîtres en toute crainte, pas seulement envers les bons et les modestes, mais aussi envers les lubriques, car c’est cela la gratitude. »

16Non, en vérité, tu n’as pas craint Dieu ni honoré le roi. Si l’on peut obtenir la grâce de Dieu en faisant de telles choses, en les méprisant il déclenchera sa colère. Homme cruel, qui était ton conseiller, ton professeur ? N’était-ce point lui qui était roi sur tous les enfants de l’orgueil ? Il dit à Dieu, son Créateur : « Toutes ces choses, je te les donnerai si toi, tombant, tu m’adores ! » Ô Seigneur, Jésus Christ, où était ton ange qui détruisit si facilement tous les premiers-nés des Égyptiens, une nuit ; lui qui, dans la forteresse d’Assyrie sous Sennacherib, le mauvais roi, détruisit 185 000 hommes infidèles une nuit, comme l’atteste le prophète Isaïe ; lui qui frappa Hérode le Jeune, alors qu’il faisait un discours, de sorte qu’il se mit à vomir des vers ? Et toi, terre, qui le nourrissais alors, pourquoi n’avoir pas ouvert ta gueule pour le dévorer comme tu fis jadis de Dathan et Abiron ? Tu ne compris pas cette triple loi, ta loi, qui dit : « Tu ne vivras point car tu as proféré des mensonges au nom du Seigneur. » Dieu a révélé ta malice et a préservé son royaume et sa gloire. Tu t’es détruit par ton immense impiété, pour cause de cupidité et de mensonge.

17Puisses-tu à présent tomber dans l’opprobre tous les jours de ta vie. Puisse ton déshonneur augmenter de jour en jour par la témérité de la cupidité et de la fausseté, tout comme un petit nombre devient grand par le jeu de l’arithmétique. Homme cruel, ta justice canonique est encore incomplète ; car il faut que le jugement soit complet pour ton plus grand déshonneur. Tes ancêtres étaient chevriers, non conseillers de princes. Toi, avec le jugement des autres, tu as défroqué le prêtre Jessé ; maintenant il est rétabli dans sa position première. Alors ou maintenant, tu t’es montré piètre juge. Tu imitais celui que le poète de l’Enéide décrit au sixième livre :

Thésée, tragique, est assis, et Phlegyas, pauvre malheureux,
Admoneste tout le monde, s’écriant d’une voix solennelle dans l’obscurité :
« Prenez garde ! Apprenez la justice et à ne point mépriser les dieux ! »
Celui-ci vendit sa terre pour de l’or et la plaça sous un seigneur puissant,
Pour un prix il fit et défit ses lois.

18Que puis-je te dire d’autre ? À moins d’avoir une langue de fer et des lèvres de bronze, je ne pourrais énumérer ou expliquer tous tes torts. Mais si quelqu’un voulait explorer par la poésie tous tes maux, peut-être pourrait-il surpasser le barde de Smyrne, le vieil Homère, Mincianus, Virgile et Ovide. Car l’attaque du prince très pieux, qu’il subit aux mains des hommes les plus méchants, n’aurait été, peut-on croire, qu’une épreuve imposée à sa bonté, comme à la patience du bienheureux Job. Mais il y avait une différence énorme entre leurs persécuteurs. Selon le Livre de saint Tobie, ceux qui narguèrent Job étaient des rois, tandis que ceux qui frappèrent Louis étaient, en droit, ses esclaves et ceux de son père.

19Thegan, Gesta Hludowici imperatoris, c. 20 et 44, éd. et trad, (allem.) Ernst Tremp, MGH SS rer. Germ, in usum schol. separatim editi 64, Hanovre, 1995, p. 204-209 et 232-239.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search