Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Paysans libres

Texte intégral

46-49. Un exemple de paupérisation

1Au nom de notre Seigneur Jésus Christ. Le seigneur Louis, par l’ordonnance de la divine Providence empereur auguste, la xviiie année de son empire, au nom de Dieu ; et au temps du comte Lambert, la vie année de son comté, au mois de mars, F indiction. Or donc, il conste que moi, Rattrada, fille d’un certain Walepert, avec le consentement de Rimo, mon époux, qui déclara être Alaman, avec lui communément, interrogée en présence de mes proches parents, Walefred et Maiepert, et par eux ainsi que par le juge aux fins d’établir que je n’avais subi aucune violence mais que j’agissais de ma volonté propre et spontanée, [il conste donc] que je t’ai vendu et t’ai remis ce jour présent, à toi, Folerad Saligo, fils d’un certain Aripert, une terre de six muids et demi dans le casale qu’on appelle Vicus, attenant en tête, en pied et d’un côté aux voies publiques ; de l’autre côté, à la limite de la terre de Liutald et de Pierre ; et dans ce casale à l’endroit qu’on appelle Casore, une terre de cinq muids, jouxtant la terre de mes co-héritiers, attenant en tête à la terre de saint Quirice, en pied au Lac Rond ; de l’autre côté, jouxtant la voie publique. Tout ce qui se trouve à l’intérieur de ces limites, tout cela, intégralement, nous te l’avons donné en possession, à toi Folrad et à tes héritiers, sans rien en réserver entre nos mains. Ce pourquoi nous avons reçu de toi, Folrad, un cheval et un bœuf et du petit bétail, le tout valant ensemble trente sous, le prix convenu. Nous, les vendeurs susnommés avec nos héritiers, nous promettons ceci, que si nous osions te faire un procès [causare] au sujet de la susdite vente, à toi, Folrad, ou à tes héritiers, ou si nous ne pouvions la défendre et la maintenir contre un autre homme, nous nous engageons envers toi ou envers tes héritiers à te dédommager de notre bien, au double, dans ce même casale, pour la vente susdite. En confirmation de quoi, j’ai pris à terre le parchemin, le plumier et la penne et nous t’avons demandé à toi, Garifusus, notaire, d’écrire. Fait à Penne, au mois et à l’indiction suscrits. + Seing de la main de Racterada, qui demanda que l’on fît cette charte. Et de + Rimo et Magepert, qui consentirent. + Walfred et Maio, témoins.

2De même, moi, Rattruda, fille d’un certain Waldepert, avec mon mari, nommé Rimo, je t’ai vendu à toi, Sisenand Saligo, ma cour à Ambrilie, soit trente deux muids de terre et huit sous de vigne sur la même terre, à raison de trois cents pieds de vigne par sou, avec les maisons, les moulins, la pêcherie, les sauleraies, roselières, et les arbres fruitiers et non-fruitiers, le culte et l’inculte, tout et dans tout, intégralement. D’un côté, la limite du canal de Piscaria, de l’autre côté la voie et la terre publiques, en tête la terre publique, en pied la limite du canal. Je t’ai vendu de même une terre et une forêt en un lieu qu’on appelle Ripa de Antioni, en tête la limite de la rive, en pied la terre publique, d’un côté la limite de la terre de Machelm, de l’autre côté la limite de la terre de Vica. Et à Sesiano, je t’ai vendu toute ma terre et ma forêt. Tout ce qui m’appartient au titre de widimo dans la cour d’Ambrilie, en quelqu’endroit et lieu-dit, intégralement, et mes biens de Fleccine, et à Ragiano et à Bectorrita, et ces esclaves, hommes et femmes, et les autres meubles que j’ai dans ce widimo, et ces maisons que j’ai vendues avec ce bien, le tout intégralement avec la cour et les maisons et tout ce qu’il y a là, avec les dépendances, ainsi qu’il est dit plus haut, je n’ai rien gardé pour moi. En telle manière que tu auras le pouvoir, toi ou tes héritiers, de te présenter au plaid devant le juge avec ce widimo, d’intenter une action et de défendre ces biens, ainsi que j’ai dû le faire moi-même. Pour prix de cela, j’ai reçu de toi cent sous en chevaux et en argent. En telle manière qu’à dater du jour présent, tant toi, comme on a dit, que tes héritiers, vous aurez, tiendrez et posséderez [ces biens] sans que personne s’y oppose. Et si moi, Rattruda, ou mes héritiers, nous osions un jour te faire un procès [causare], à toi, Sisenand, ou à tes héritiers, nous nous engageons à te dédommager dans ce même lieu, au double de la valeur à laquelle les biens seront alors estimés. En confirmation de quoi, nous avons demandé au notaire Audoald d’écrire [cette charte]. Fait à Vico, feliciter. + Moi Rimo, j’ai consenti à cette charte et l’ai souscrite de ma main. + Moi Maiolfus. + Moi Leopardus. + Moi Walderamo, nous sommes témoins, et j’ai souscrit de ma main.

3Au nom du Christ tout-puissant. Louis, par l’ordonnance de la divine Providence empereur auguste, la xxve année de son empire, au nom du Christ, la ive année du comte Suppo, le xxe jour du mois de janvier, viiie indiction. Or donc, moi, Aretruda, fille d’un certain Walepert, du Vicus Teatinus, demeurant à présent dans le territoire de Penne, dans la villa nommée Ragiano, avec le consentement et la volonté de Rimo, mon époux, et munie de la notice de Walefrid, mon proche parent, l’enquête menée par le juge conformément à la loi ayant établi que je n’avais subi aucune violence de la part de mon époux mais que j’agissais de ma volonté propre et spontanée, avec mon mari susdit et d’un commun accord, je t’ai vendu ce jour présent, à toi, Romain, abbé, pour le monastère de la Sainte-Trinité, sis en l’île du Pescara, au lieu dit Casauria, ma terre dans la cour [terra in curte], dans la susdite villa de Ragiano, que j’ai achetée à un certain Sisenand Saligo, soit quatre muids, avec deux maisons et une demi maison, sises dans cette cour, et hors de la cour, une terre cultivée et inculte, de quatorze muids, que j’ai achetée à Sisenand, et la vigne dans la susdite villa de Ragiano, que j’ai achetée au même Sisenand, soit dix-sept sous, à trois cents pieds le sou. De cette terre et de cette vigne susdites, des arbres fruitiers et des [autres] arbres, de tout ce qui se trouve là, ainsi qu’il est écrit ci-dessus, je n’ai rien gardé entre mes mains, mais je t’ai tout vendu, à toi, Romain, abbé, pour le monastère susdit de la Sainte-Trinité. Ce pour quoi moi, la vendeuse susdite, j’ai reçu de toi, mon acheteur, un prix de soixante sous d’argent pour cette même vente susdite. Et j’atteste avoir par devers moi la somme convenue. Comme ci-dessus. En telle manière. En confirmation de quoi, nous avons demandé au notaire Audoald d’écrire [cette charte]. Fait à Casauria, au mois et à l’indiction suscrits, feliciter. + Seing de la main d’Aretruda, la susdite vendeuse, qui demanda que Ton fît cette charte de vente avec le consentement de son susdit mari. + Moi Rimo, j’ai consenti à cette charte et l’ai souscrite de ma main. + Moi Walfrid. + Moi Aloin. + Moi Maiolfus. + Moi Liuteri, requis par la susdite, j’ai souscrit de ma main.

4Au nom du Christ tout-puissant. Or donc, moi, Rimo, fils d’un certain Alerisi, Alaman de naissance, demeurant actuellement au pays de Penne, dans la villa nommée Ragiano. C’est une chose manifeste et connue de plusieurs. Comme ci-dessus. Tous ces mêmes biens à Ragiano, qu’Aretruda, mon épouse, avec mon consentement, te céda par une charte de vente, pour le monastère de Casauria, tant en terres qu’en vignes, arbres fruitiers, prés et arbres, tant ce qui est cultivé que l’inculte, tout cela et en toutes choses, ces biens susdits intégralement. En échange de quoi, moi, le susdit Rimo, avec mes héritiers, je me suis engagé envers toi, Romain, abbé, et tes successeurs, à te donner chaque année, au mois de décembre, un cens de six deniers. Et si moi, le susdit Rimo. Comme ci-dessus. Fait à Casauria la xxve année de l’empire du seigneur Louis, et la ιιιie année du comte Suppo, le xxiie jour du mois de janvier, viiie indiction. Feliciter. + Moi Rimo j’ai souscrit cette précaire faite par moi. + Moi Aiolfus, requis par le susdit, j’ai souscrit de ma main.

5Éd. Laurent Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome 1998, (Bibl. des Écoles françaies d’Athènes et de Rome. 300), 1998, nos 1, 8,10 et 11, p. 509-510 et 515-519. Trad. A. Stoclet.

50. Le prix de l’armement ?

6(C.) Aux seigneurs frères de l’église de saint Gall, le confesseur, ce moine nommé Wolfram, acheteur. Il appert que moi, Isanhard, vendeur, je t’ai vendu et bien vendu une terre de mon droit, c’est à savoir, en Thurgovie, dans le lieu nommé Stammheim et dans le lieu nommé Etzwilen et dans un troisième lieu nommé Basadingen, tout ce que mon père m’y a transmis en héritage sur sa part, en casaux, champs, prés, bois, eaux dormantes et courantes, et mon esclave nommé Sipichune avec tous ses biens, [tout cela] je le donne et le transfère à dater du jour présent en faveur de ce même lieu saint. D’où il conste que j’ai reçu de vous et bien reçu pour prix un cheval et une épée, et que je vous ai transféré cette terre de mon droit en ta domination, afin qu’à dater d’aujourd’hui le représentant du monastère [pars monasterii] ou les moines qui le désservent aient pouvoir libre, ferme et entier d’en faire ce qu’ils veulent, au nom de Dieu. Si quelqu’un, moi-même ou l’un de mes héritiers ou toute autre partie adverse tentait de s’opposer à cette vente ou avait l’audace d’intenter une action [à son sujet], qu’il/elle paie au défendant le double de ce qu’elle revendique et au fisc deux onces d’or et trois livres d’argent, et que la présente vente n’en demeure pas moins ferme et stable à tout jamais, stibulatione subnexa. Fait à Stammheim, publiquement. Seing + d’Isanhard, auteur, qui demanda que l’on dresse cet [acte de] vente. Seing + d’Isanpert. Seing t de Haimold. Seing t de Tingold. Seing t d’Ilbing. Seing + de Rohcolf. Seing t de Wanmund. Seing t de Theotoloch. Seing t de Thegonald. Seing t de Rohtho. Seing t de Richpert. Moi Pertcauz j’ai écrit et souscrit, la dixième année du règne du roi Pépin, le quatre des calendes d’Août, sous le comte Warin.

7Éd. Albert Bruckner et Robert Marichal, Chartae Latinae Antiquiores. 1. Switzerland : BasleSt. Gall, Olten et Lausanne, 1954, no 58, p. 62 (éd.) et 63 (fac-sim.). Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search