Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Aristocratie : l’exemple des Widonides

Texte intégral

41. Le comte Wido dote Hornbach, le monastère de sa famille (12 mai 796)

1Au nom de la sainte et indivisible Trinité. Si nous donnons aux saints lieux quelque chose de nos biens, nous en aurons, croyons-nous, une récompense divine. Et il est dit : « Donnez et il vous sera donné ». Et encore : « Faites-vous des amis avec le Mammon de la malhonnêteté afin que, lorsqu’il viendra à faire défaut, ceux-ci vous accueillent dans les tentes éternelles » [Luc, 16, 9]. C’est pourquoi moi, au nom de Dieu, Wido, je donne à dater d’aujourd’hui et je veux que soit donnée à perpétuité au monastère Saint-Pierre, qu’on appelle Gamundias, fondé par nos parents [progenitores] dans le Bliesgau, sur deux rivières, à savoir la Trualbe et la Sualbe, et doté de terres diverses, consacré par Pirmin, le vénérable évêque, en l’honneur du prince des apôtres et au nom de Dieu, et dirigé [aujourd’hui] par l’abbé Amalard auxquels se sont joints des moines pérégrins qui servent sous la règle de saint Benoît, je donne donc à ce sacrosaint monastère ma villa, nommée Myndenbach, dans le Bliesgau, dans son intégralité, en aumône de ma part et en aumône de la part de mon frère Warin. À ces reliques qu’Erluin m’a légalement cédées naguère par ses titres, nous confirmons cette villa, à dater du jour présent, avec ses perniis, ses maisons, les édifices qui y sont construits et leurs annexes, appartenances et dépendances, avec les prés, bois, droits d’usage dans les bois, moulins, eaux [dormantes] et courantes, esclaves, serfs, serves, affranchis, affranchies avec les corvées [qu’ils doivent], les habitants et les profits [qu’on en tire], les terres cultivées et l’inculte, avec les sorties et les entrées. Tout ce qu’actuellement j’ai et je possède dans cette villa de Myndenbach - soit cette villa même, tout entière, avec ses dépendances - et tout ce que mon frère Warin m’y a laissé, je le donne donc, je le cède et je le transfère au profit des reliques de saint Pierre qui, comme il est dit plus haut, me furent données. Et ce afin que les gardiens de ces mêmes reliques aient tout pouvoir, au nom de Dieu, de disposer sans contredit de cette villa, de l’avoir, de la tenir, de l’échanger et d’en faire ou d’en donner ce que bon leur semble. Si quelqu’un, moi-même ou l’un de mes héritiers ou encore quelque partie adverse contestait cette donation, rédigée par ma volonté pleine et entière, ou intentait une action à son encontre, non seulement il/elle n’obtiendra pas ce qu’il/elle revendique mais il/elle aura à payer au fisc autant d’or qu’il est stipulé dans la loi. Que la présente donation n’en demeure pas moins ferme et stable à tout jamais, stipulacione subnixa. Acté [ ?] et il nous a plu d’ajouter cette clause, que nous aurions dû expliciter plus haut : ces biens, c’est-à-dire cette villa, qu’on appelle Myndenbach, nous voulons l’avoir en précaire de [pour ?] nos parents ou de [pour ?] nos fils, et si quelqu’un, à quelqu’époque que ce soit, voulait nous disputer à ce sujet ou voulait les ôter de leurs mains, ces biens et cette villa susnommée nous reviendront, à nous ou à nos fils, en alleu légitime. Seing + du comte Wido, qui fit faire et souscrire cette donation. Seing + de Lambert. Seing + d’Ebruin. Seing + de Wolffrid. Seing + d’Adalman. Seing + de Wunland. Seing + d’Acelin. Seing + de Berinher. Seing + de Bernhard. Seing + d’Adalbald. Seing + de Wicher. Seing + d’Erbold. Seing + de Lanlin. Au nom de Dieu, Thrudo, notaire, j’ai écrit cette donation à la demande [de Wido]. Cette donation susdite est datée du jeudi avant la moitié du mois de Mai, feliciter. La 28e année du règne de notre seigneur Charles.

2Charte du comte Wido, éd. Alain J. Stoclet, Autour de Fulrad de Saint-Denis (v. 710 – 784), Paris et Genève, 1993, (École Pratique des Hautes Études. Sciences historiques et philologiques, v. Hautes études médiévales et modernes. 72), p. 512-513. Trad. A. Stoclet.

42. Une famille divisée (7 août 819)

3Au nom de Dieu et de notre Seigneur le Sauveur Jésus Christ, Louis par la divine Providence empereur auguste. Si, pour l’amour de Dieu, nous octroyons des bienfaits opportuns aux institutions vouées aux cultes divins ainsi qu’à ceux qui le servent en ces lieux, nous ne doutons pas que nous aurons gagné une récompense éternelle auprès du Seigneur. C’est pourquoi nous voulons que tous nos fidèles, présents et futurs, sachent qu’un abbé du nom de Wyrund, du monastère de Hornbach - lequel est dédié à saint Pierre, prince des apôtres, et appartient à un certain Lambert et à Herard, nos fidèles - nous a soumis la plainte suivante : à savoir que, à l’époque de notre seigneur et père Charles de bonne mémoire, le pieux auguste, sans ordre de lui, mieux, à son insu, plusieurs hommes, poussés par la cupidité, enlevèrent des biens au monastère susdit par malice. Nous fîmes donc mener à ce sujet une enquête et nous ordonnâmes à Donat, notre fidèle, d’investiguer diligemment selon les prescriptions de la vérité et de l’équité. Après avoir investigué la chose avec diligence et ayant établi la vérité grâce [au témoignage] d’hommes de bonne foi, il trouva ceci et nous en fit le rapport : à savoir qu’un certain homme du nom de Sygismund fut contraint, sans avoir été jugé et au mépris de la loi, à se déssaisir en faveur d’un certain régisseur [vilicus] du nom de Rotbert, qui administrait notre villa, de trois maisons avec une cour, un jardin et une vigne de six luttos. Dans le Wormsgau, au lieu nommé Gôllheim, il trouva qu’à l’époque où le monastère était tenu en commun par Warnari et par Wido, père du susdit Lambert, suite à une sommation du comte Atto, ledit Warnari dut se déssaisir de sa part et, avec elle, celle du susnommé Wido fut injustement enlevée au monastère. Dans le Bliesgau, au sujet de l’église de Habkirchen avec ses dépendances, qui avait été donnée au monastère susdit, il trouva ceci : à savoir que le comte Wicbert avait confisqué la portion du susdit Wido avec celle du susdit Warnari, sans que l’avoué du susdit Wido ou quiconque ait été condamné à céder cette portion-là. Ayant pris connaissance du rapport de notre missus susdit, il a plu à notre Sérénité de rendre au monastère susnommé les biens dont Sygismund fut injustement et illégalement privé de même que ces parts qui furent enlevées par Atto et Wicbert en même temps que les biens de Warnari. C’est pourquoi nous avons fait rédiger cet acte en faveur dudit monastère, par lequel nous ordonnons et disposons que ces biens que nous restituons au monastère susdit, ses abbés les possèdent désormais et qu’à dater d’aujourd’hui ils n’aient plus à craindre, de la part de notre fisc ou de quelqu’envoyé ou agent, le/la moindre litige, chicanerie ou obstruction ; mais que ces biens demeurent fermement, légalement et à tout jamais en la possession du monastère susdit, comme on l’a dit, sans contrariété ni préjudice. Afin de conférer à cet acte une fermeté inébranlable pour les temps à venir, et pour que tous le tiennent pour vrai, nous avons ordonné qu’il soit scellé de notre sceau. Durand, diacre, à la place d’Hélisachar, j’ai reconnu. Données le vii des ides d’août, l’an vi, par la grâce de Dieu, de l’empire du seigneur Louis, le très pieux auguste, indiction xii. Fait à Ingelheim, au palais royal, au nom de Dieu feliciter. Amen.

4Diplôme de Louis le Pieux, éd. Stoclet, op. cit., p. 506-510. Trad. A. Stoclet.

43. Terres widonides et terres carolingiennes (8 janvier 823)

5Au nom de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, Louis par la divine Providence empereur auguste. Nous voulons que tous nos fidèles, présents et futurs, sachent que le comte Lambert, homme illustre, vint trouver la Sérénité de Notre Altesse et nous soumit la plainte suivante : à savoir qu’à l’époque de notre seigneur et père, Charles de bonne mémoire, l’empereur très pieux, un certain fonctionnaire [actor dominicus] du fisc de Francfort, nommé Nanttari, s’était approprié des biens, c’est-à-dire des terres, des bois et des prés situés dans le district [marcha] qui appartient à son monastère, appelé Hornbach. Nous ordonnâmes à notre cher fils l’empereur Lothaire et à Mantfred, homme illustre, d’enquêter à ce sujet. Par la suite, Wyrund, abbé du vénérable monastère susdit, nous soumit la même plainte. À nouveau, nous ordonnâmes à Matfred et à d’autres de nos fidèles d’enquêter à ce sujet, avec diligence et application. Ainsi qu’ils nous en firent rapport, ils trouvèrent grâce au comte Hruotbert et à des voisins [circa manentes], nobles et hommes de bonne foi, que le susdit Nantthari, assisté d’esclaves publics [servi dominici], avait injustement enlevé cette investiture audit monastère [lit. : « au pouvoir (potestas) dudit m. »] ; [ils trouvèrent en outre que] selon la justice et le droit qui doivent régir les rapports entre nos biens et ceux du monastère susdit, le district [marcha] susnommé était borné [lit. : « divisé »] par la route qui s’appelle Talanweck, puis Geroldisphad et ensuite Wisigartaweck. Interrogé par eux, notre agent [actor] Gherold, qui administre notre fisc susdit, ne put produire sur ce point aucune certitude selon laquelle [ces biens] devaient légalement nous appartenir. Aussi nous a-t-il plu, suite à cette enquête, de rendre ce même district au monastère susdit, conformément à l’enquête et aux témoignages. C’est pourquoi nous avons fait dresser ce précepte de notre autorité, par lequel nous ordonnons et disposons que, conformément à l’enquête de nos fidèles et au rapport qu’ils nous ont fait, ce district demeure à dater d’aujourd’hui en la possession [in potestate] du monastère susdit et que celui-ci n’ait plus à craindre, de la part de notre fisc ou de quelqu’envoyé ou agent, le/la moindre litige, chicanerie ou obstruction. Nous avons ordonné de sceller cet acte de notre sceau, afin de lui conférer une plus grande fermeté et pour que nos fidèles le tiennent pour vrai et le conservent tel. Durand, diacre, à la place de Fridugise, j’ai reconnu. Donné le VI des ides de janvier, l’an viii, par la grâce de Dieu, de l’empire du seigneur Louis, le très pieux auguste.

6Diplôme de Louis le Pieux, éd. Stoclet, op. cit., p. 510-512. Trad. A. Stoclet.

44. Les Widonides dans la tourmente dynastique (834)

7À cette époque, Mathfrid, Lambert et les autres partisans de Lothaire étaient dans la marche de Bretagne. Wido et tous les hommes d’entre-Seine-et-Loire furent envoyés pour les en chasser. Ils formaient une troupe considérable. Le petit nombre des hommes de Lothaire jouait contre eux, mais au moins ils allaient comme un seul homme. L’armée puissante de Wido lui donnait confiance ainsi qu’à ses hommes mais les rendait en même temps querelleurs et désorganisés. Aussi n’est il pas étonnant qu’ils prirent la fuite lorsque la bataille commença. Wido tomba, comme aussi Eudes, Vivien, Fulbert et un nombre incalculable d’autres hommes. Les vainqueurs en informèrent Lothaire incontinent, le pressant de leur venir en aide au plus vite avec Une armée. Lothaire accéda volontiers à cette requête, arriva à Chalon avec une troupe considérable, mit le siège devant la ville, et l’assaillit trois jous durant. Il la prit enfin et l’incendia ainsi que ses églises. Il ordonna que l’on noyât Gerberge dans la Saône, telle une sorcière, et que l’on décapitât Gozhelm et Senila. Mais il accorda la vie sauve à Warin, et le contraignit à jurer qu’à l’avenir il appuyerait Lothaire de toutes ses forces.

8Nithard, Histoires, 1, 5, d’après la traduction anglaise de Bernhard Walter Scholz et Barbara Rogers, Carolingian Chronicles. Royal Frankish Annals and Nithard’s Histories, Ann Arbor (USA), 1970, p. 135.

45. Deux comtes-juges nommés Lambert (v. 792-806 et entre 826 et 834)

9Au temps du même abbé [Fardulf], un homme appelé Wanilo fut cité en justice touchant sa dépendance par rapport à Saint-Denis. L’affaire fut portée devant le comte Lambert et Wanilo affirma pouvoir sauvegarder sa liberté en prêtant un serment dans les formes prescrites par la loi. Au jour dit furent présents le comte et le prévôt du monastère, un nommé Aglebold, qui avait avec lui un morceau du doigt de saint Denis, enchâssé dans un objet habilement façonné à l’image d’une main. Les reliques sur lesquelles l’homme devait prêter serment sont présentées au comte. Mais le prévôt Aglebold demande que cette prestation se fasse sur les reliques qu’il avait amenées. Le comte et les juges y consentant, la main affirmatrice de vérité est placée sur le bouclier [in clypeo] avec les autres reliques. Lorsque, sur le point de jurer, Wanilo y pose la main, ô miracle, la main d’or, désirant éviter le toucher sacrilège, fait un grand bond en arrière ; lorsqu’il retire sa main, la main d’or qui contient les reliques, animée par la vertu divine, retourne à sa place initiale. Persévérant dans ce qu’il s’était proposé de faire, l’homme pose à nouveau sa main comme avant et la main d’or s’esquive encore. Ainsi se trouve-t-il convaincu par le suffrage des juges et par le sien propre et tous présents, d’un seul élan, chantent la louange de saint Denis par lequel le Seigneur accomplit un tel miracle. La main susdite est suspendue parmi d’autres ornements insignes sur la tombe du martyr, où elle décourage les opiniâtres de jamais oser se parjurer.

10Il y avait en Anjou une villa appartenant à saint Denis, qu’on appelle Pontigné. Un prêtre du monastère, nommé Pugnitus, la gérait lorsque Rothelin, régisseur [judex] du fisc voisin de Bocé [ou Baugé], s’empara de certains dépendants de sa colonge [colonia]. Ces faits donnèrent lieu à un procès et Pugnitus, le prêtre susdit, alla trouver le comte Lambert et lui demanda d’y mettre fin par un juste jugement. Le comte avait d’autres soucis et délégua à un certain viguier nommé Giramn et à un autre subordonné nommé Adulf le soin d’instruire et de juger l’affaire le quatorzième jour, conformément à la loi. Le jour prescrit arriva et c’était celui de la fête très célèbre du martyre de saint Denis. Et voici venir Rothelin avec plusieurs hommes armés, dont certains même portaient la cuirasse. Il requit le prieur Pugnitus de lui donner satisfaction au sujet de plusieurs causes ensuite de quoi il règlerait par un duel le litige en question. La parole étant à lui, Pugnitus répondit très calmement que les ordres du comte devaient être exécutés : qu’ensuite ce qui le préoccupait pourrait se traiter plus commodément. En réponse à ces paroles, celui-là menace le prêtre de mort, parce qu’il l’avait accusé et parce qu’il refusait de conclure selon la loi sa cause, qui était juste. Pugnitus affirme qu’il ne traitera pas l’affaire par les armes, d’autant qu’il n’en portait pas. Il ne mourra pas sans être vengé, s’ils veulent faire la guerre à saint Denis, auquel ils avaient dérobé ses dépendants. À ces mots, six de ceux qui portaient la cuirasse commencent peu à peu à perdre la raison et, le jugement divin pressant, ils meurent le même jour. Je crois qu’il est assez évident que la sévérité divine voulut tenir en échec la méchanceté des voleurs et communiquer par cet exemple à ceux qui seraient tentés de priver l’Église de ses biens, quelle sentence les attend.

11Miracula sancti Dionysii, 1, 23 et 2, 33, éd. Mabillon, op. cit. (supra, no 13), p. 351 et 358. Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search