Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Société idéale

Texte intégral

35. La mythologie Scandinave

1On dit dans les anciennes histoires que l’un des Ases, celui qui s’appelle Heimdall, étant en voyage, chemina le long de quelque rivage, arriva à une maison et déclara se nommer Rígr. Sur cette histoire, il existe ce poème :

1. On dit qu’autrefois,
Par les vertes routes,
Puissant et vénérable,
L’Ase savant et sage,
Valeureux et vigoureux,
Rígr, s’en vint cheminant.

2. Il allait alors
Par le mitan de la route ;
Il arriva à une maison [at húsi],
la porte s’ouvrait sur une niche de côté ;
Il entra.
Il y avait un feu par terre ;
Un couple était assis là,
grisonnant, près du foyer :
Aïeul et Aïeule,
Dans sa coiffe de vieille femme.

3. Rígr put leur
Donner des conseils.
Qui plus est, il s’assit
Dans le mitan du banc,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.

4. Alors Aïeule prit
Une miche grossière,
Épaisse et pesante,
Piquée de graines.
Qui plus est, elle l’apporta alors,
Dans le mitan des plats.
Il y avait du bouillon dans une écuelle,
La posa sur la table.
Il se leva de là,
Se prépara au coucher.

5. Rígr put leur
Donner des conseils.
Qui plus est, il se coucha
Dans le mitan du lit,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.
6. Il y resta
Trois nuits pleines ;
Il s’en alla alors
Par le mitan de la route ;
Passèrent là-dessus
Neuf mois.

7. Aïeule enfanta,
L’enfant fut aspergé d’eau.
Elle [emmaillota] dans un drap grossier
Le garçon [à la peau] noire.
[Ses yeux étaient lourds] –
Ils l’appelèrent Thrael [« Esclave »].

8. Il se mit à grandir
Et à bien prospérer ;
Avait aux mains
Peau toute ridée,
Jointures décaties,
[Ongles fêlés],
Les doigts épais.
Revêche visage,
Le dos voûté,
Les talons longs.

9. Il se mit ensuite
À exercer sa force,
À lier des écorces,
À faire des fardeaux ;
Il porta à la maison
Des fagots à longueur de journée.

10. Arriva à la ferme une fille,
Dégingandée, jambes arquées,
Elle avait de la fange à la plante des pieds,
Les bras brûlés de soleil,
Le nez busqué,
Et déclara se nommer Thír [« Serve »].

11. Dans le mitan du banc
Ensuite elle s’assit ;
S’assit auprès d’elle
Le fils de la maison ;
Ils parlèrent, échangèrent des secrets,
Firent leur lit,
Thrael et Thir,
Des jours et des nuits côte-à-côte.

12. Ils eurent des enfants,
Vécurent contents.
Je crois qu’ils s’appelaient
Braillard et Bouseux,
Clampin et Taon,
Coucheur, Puant,
Trapu, Gros,
Rustre et Gris,
Voûté et Longuejambe.
Posaient des barrières,
Fumaient les champs,
Soignaient les porcs, Gardaient les chèvres,
Creusaient la tourbe.

13. Les filles s’appelaient
Trapue et Balourde,
Gros-mollets
Et Nez-d’aigle,
Turbulente et Servante,
Commère,
Guenilles
et Jambes-de-grue.
De là provient
La race des esclaves [thraella].

14. Rígr alla ensuite
Par les chemins droits ;
Il arriva à une halle [at höllu],
la porte était levée, sur le linteau ;
Il entra.
Il y avait un feu par terre ;
Un couple était assis là,
vaquait à ses affaires.

15. L’homme taillait
Un bâton pour un ensouple ;
Il avait la barbe faite,
Les cheveux coupés sur le front,
Une chemise ajustée ;
Il y avait au sol une passerelle de bois.

16. La femme était assise là,
Tournait une quenouille,
Déployait les bras,
Préparait une étoffe ;
Elle avait sur la tête un bonnet arrondi,
Sur la poitrine une blouse,
Un foulard autour du cou,
Des épingles minuscules aux épaules.
Grand-Père et Grand-Mère
Possédaient cette maison.

17. Rígr put leur
Donner des conseils.
[Qui plus est, il s’assit
Dans le mitan du banc,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.]

18. [Alors Grand-Mère prit
Un pain
bien levé et brun, à la farine d’orge.]
[Qui plus est, elle l’apporta alors,
Dans le mitan des plats.]
ǂIl y avait du veau bouilli,
Un plat raffiné.t
Il se leva de là,
Se prépara au coucher.

19. [Rígr put leur
Donner des conseils.]
Qui plus est, il se coucha
Dans le mitan du lit,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.

20. Il y resta
Trois nuits pleines ;
[Il s’en alla alors
Par le mitan de la route ;]
Passèrent là-dessus
Neuf mois.

21. Grand-Mère enfanta,
L’enfant fut aspergé d’eau,
On l’appela Karl [« Homme »].
La femme emmaillota dans un drap fin
Le garçon roux, aux joues roses.
Aux yeux vifs.

22. Il se mit à grandir
Et à bien prospérer.
Se mit à dresser les bœufs,
À fabriquer les araires,
À charpenter les maisons,
À construire des fenils,
À fabriquer des charrettes
Et à mener la charrue.

23. Ils cherchèrent alors une fille,
Clefs pendantes au côté,
En tunique de peau de chèvre,
À Karl on la maria.
Elle s’appelait Snör [« Bru »] et
Prit place sous le voile de mariée ;
Ils furent comme mari et femme,
Donnèrent des anneaux.
Ils déployèrent leurs couvertures
Et créèrent un foyer.

24. Ils eurent des enfants,
Vécurent contents.
Ils s’appelaient Bonhomme et Brave,
Franc, Lige et Artisan,
Large, Fermier,
Barbe-tressée,
Agriculteur et Voisin,
Barbe-droite et Hobereau.

25. Encore s’appelèrent
D’autres noms :
Dame, Fiancée, Maîtresse,
Mademoiselle, Belle,
Maîtresse, Madame et Matronne,
Timide et Vive.
De là proviennent
Les races des hommes [karla].

26. De là Rígr alla
Par les chemins droits ;
Il arriva à un manoir [at sal],
L’entrée était au sud.
La porte était enlevée.
La poignée en forme d’anneau était
dans la niche, sur le côté.

27. Il entra.
Le sol était jonché de paille,
Un couple était assis,
Les yeux dans les yeux,
Père et Mère,
Alertes de leurs doigts.

28. Le maître de maison était assis
Et tressait une corde,
Courbait un arc d’orme,
Emmanchait des flèches,
Tandis que la maîtresse de maison
Contemplait ses propres bras,
Caressait le linge fin,
Resserrait les manches.

29. Sa coiffe haute et recourbée,
Broche sur la poitrine,
Longue robe à traîne,
Corsage bleu ;
Front plus brillant,
Poitrine plus claire,
Cou plus blanc
Que la neige la plus pure.

30. Rígr put leur
Donner des conseils.
Qui plus est, il s’assit Dans le mitan du banc,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.

31. Alors Mère prit
Une nappe brodée
D’épais lin blanc,
En recouvrit la table.
Elle prit ensuite
De minces pains
Blancs, de farine de froment,
Et couvrit la nappe.

32. Elle avança
Des tranchoirs pleins,
Bordés d’argent,
Les posa sur la table :
Du gibier frais et de la viande de porc
Et des oiseaux rôtis.
Il y avait du vin dans un flacon,
Des goblets ouvragés.
Ils burent et causèrent,
Le jour s’écoula.
+Rígr se leva alors,
Se prépara au coucher. +

33. +Rígr put leur
Donner des conseils.+
[Qui plus est, il se coucha
Dans le mitan du lit,
De chaque côté de lui
Les maîtres de céans.]

34. Il y resta
Trois nuits pleines ;
Il s’en alla alors
Par le mitan de la route ;
Passèrent là-dessus
Neuf mois.

35. Mère enfanta un garçon,
Elle l’emmaillota dans de la soie
On l’aspergea d’eau.
Ils l’appelèrent Jarl [« Duc »].
Ses cheveux étaient blonds,
Ses joues brillantes,
Et ses yeux perçants
Comme ceux d’un serpenteau.

36. Jarl grandit là,
Parmi les bancs ;
Se mit à brandir un écu de tilleul,
À ajuster les cordes d’arcs,
À courber un arc d’orme,
À emmancher des flèches,
À lancer les traits,
À secouer les lances,
À monter les étalons,
À lâcher les chiens sur leur proie,
À manier l’épée,
À s’exercer à la nage.

37. De la forêt
Rígr sortit en marchant.
Rígr en marchant
Lui enseigna les runes,
Lui donna son propre nom,
Lui dit avoir un fils.
Prie ce fils de faire siennes
Les plaines ancestrales –
Les plaines ancestrales,
Campagnes longtemps habitées.

38. De là il s’en alla ensuite
Par les sombres forêts,
Les froides collines,
Et parvint à une halle.
Il commença d’agiter la hampe de sa
lance, Brandit son écu de tilleul,
Éperonna son étalon
Et fit virevolter son épée.
Il commença d’éveiller la guerre,
Commença de rougir la plaine,
Commença d’abattre les vaincus –
Se battit pour des terres.

39. Il posséda à lui seul
Dix-huit domaines.
Il se mit à répartir les richesses,
À tous accorda
Trésors et dons précieux,
Coursiers élancés.
Sema les anneaux,
Fendit les bracelets.

40. Les messagers allèrent
Par les routes humides,
Arrivèrent à la halle
Où vivait Hersir [« baron »].
Il avait une fille
Aux doigts fins,
Blanche et sage,
Elle s’appelait Erna.

41. Ils la demandèrent en mariage
Et la conduisirent à demeure,
La marièrent à Jarl –
Elle prit place sous le voile de mariée.
Ils vécurent ensemble
Et s’aimèrent,
Accrurent leur famille
Et jouirent de la vieillesse.

42. Fils fut l’aîné
et Enfant le second,
Bébé et Chef,
Héritier, Descendant,
Parentèle et Parent
– ils s’initièrent aux sports –
Fils et Garçon
– natation et échecs.
L’un s’appelait Proche,
Parent-noble était le puîné.

43. Là grandirent
Les fils de Jarl.
Dresssèrent les chevaux,
Courbèrent les boucliers,
Polirent les bois de flèches,
Secouèrent les lances de frêne.

44. Mais Konr ungr [« jeune Parent
noble »]
Savait les runes,
Les runes d’éternité,
Les runes de longue vie.
Il savait de plus comment
Favoriser les accouchements,
Émousser les tranchants,
Apaiser la mer.

45. Il apprit le langage des oiseaux,
À éteindre l’incendie,
À calmer les flots,
À apaiser les chagrins.
Force et courage
De huit hommes.

46. Avec Rígr-Jarl
Rivalisa aux runes,
Rusait avec lui
Et savait mieux que lui.
Alors il obtint
Ce qui lui revenait de droit : Se faire appeler Rígr,
Et savoir les runes.

47. Konr ungr chevaucha
Par les forêts et les landes,
Lança ses traits,
Fit taire les oiseaux.

48. Alors une corneille dit –
Perchée seule sur un rameau :
« Pourquoi veux-tu, Konr ungr
Faire taire les oiseaux ?
Il vous siérait mieux, hommes,
De monter des chevaux [De brandir des épées]
Et d’abattre une armée.

49. Danr et Dampr
Possèdent des halles superbes,
Un patrimoine supérieur
À celui que vous avez.
Ils savent bien
Mener les navires de combat,
Eprouver les tranchants
Et tailler les blessures ! »

2Rίgsthula, d’après la traduction française de Régis Boyer, dans : Régis Boyer et Éveline Lot-Falck, Les Religions de l’Europe du nord, Paris 1974, (Le Trésor spirituel de l’humanité), p. 125-136. Et la traduction anglaise de Ursula Dronke, dans : The Poetic Edda. Vol. ii. Mythological Poems, éd., trad, et comm, par Ursula Dronke, Oxford 1997, p. 162-173.

36. Les trois ordres selon Alfred le Grand

3Lorsque Sagesse eût chanté ce lai, elle se tut, et l’esprit répondit par ces mots : « Ô Raison, tu sais combien peu m’ont plu la convoitise et la grandeur de ce pouvoir terrestre et combien peu aussi j’ai désiré cette autorité terrestre. Néanmoins je souhaitais posséder les matériaux pour le travail qu’on me demandait d’accomplir : à savoir, que je puisse honorablement et convenablement guider et exercer le pouvoir que l’on m’a confié. Du reste, tu sais qu’aucun homme ne peut faire montre de ses talents, ni exercer ou contrôler aucun pouvoir, sans outils et sans matériaux. C’est-à-dire pour chaque métier les matériaux sans lesquels l’homme ne peut pas exercer le métier. Par exemple, voici les matériaux et les outils grâce auxquels un roi règne : que sa terre soit bien peuplée et qu’il ait des hommes de prière [gebedmen], des soldats [fyrdmen] et des manouvriers [weorcmen]. Tu sais que sans ces outils, aucun roi ne peut exprimer son talent. Voici en outre les matériaux dont il doit disposer, en plus des outils : des provisions pour les trois groupes [geferscip]. C’est à savoir : une terre pour habiter, des dons, des armes, de la viande, de la bière, des vêtements, et tout ce qui est nécessaire aux trois groupes. Sans ceux-ci, il ne peut guère préserver les outils, et sans les outils il ne peut accomplir les tâches qu’il est censé mener à bien. Voilà pourquoi je désirais des matériaux au moyen desquels il me serait possible d’exercer le pouvoir, afin que mes talents et ma réputation ne soient pas oubliés, et cachés. Car tout métier et tout pouvoir vieillit bientôt, et tombe dans l’oubli, s’il n’est pratiqué avec sagesse ; car nul ne peut faire un métier sans sagesse. Car ce qui se fait par la folie, ne peut passer pour un métier. Je dirai ceci, surtout, que je désirais vivre honorablement, tant que durait ma vie, et, après ma mort, laisser par mes bonnes œuvres mon souvenir aux hommes qui viendraient après moi. »

4Boèce, De Consolatione Philosophiae dans la version anglo-saxonne du roi Alfred le Grand, livre i, chapitre 17 = King Alfred’s Old English Version of Boethius, De consolatione philosophiae. Edited from the Mss., with Introduction, Critical Notes and Glossary by Walter John Sedgefield, Oxford, 1899, (réimpr. anast. Darmstadt, 1968), p. 40-41. Trad. (angl.) : King Alfred’s Version of Boethius’ Consolation of Philosophy, rendered into Modern English by Rev. S. Fox, dans : The Whole Works of King Alfred the Great. Vol. ii, Oxford et Cambridge, 1852, p. 452.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search