Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Perceptions et organisations de l’espace

Texte intégral

30. Un paysage d’encyclopédiste romano-wisigothique

1Les cités sont appelées colonies, municipes, bourgs, châteaux ou pays. On appelle cité [civitas] au sens propre une fondation par les indigènes, non par des étrangers. C’est pourquoi on appelle villes [urbes] les cités [civitates] fondées par propres citoyens [propriis civibus]. On appelle colonie [colonia] [la cité] qui par défaut d’indigènes est peuplée de nouveaux habitants [novis cultoribus]. C’est pourquoi la colonie [colonia] est nommée d’après la cultivation du champ [a cultu agri]. Il s’agit d’un municipe [municipium] lorsque, tout maintenant son statut, la cité obtient du prince le droit de quelque fonction plus ou moins importante. Le municipe tire nom des munia, c’est-à-dire des « fonctions » en vertu desquelles il n’acquitte que des munia, c’est-à-dire les tributs usuels ou des impôts [munera]. On n’y entend pas les causes plus exaltées ni les plus célèbres ni celles qui touchent le prince. Car ces causes appartiennent à la dignité des cités. Les bourgs [vici], les châteaux [castella] et les pays [pagi] ne sont ornés d’aucune des dignités de la cité : ils sont habités par des groupes d’hommes du peuple [vulgari hominum conventu], et, à cause de leur petitesse, sont attribués à de plus grandes cités. Le bourg est ainsi appelé à cause de ses habitations ou bien parce qu’il possède des voies [vias] mais pas de murs. Les anciens appelaient oppidum un château [castrum] situé en un lieu très élevé, une sorte de demeure d’altitude [casam altam]. Le pluriel est castra, le diminutif castellum – parce que la liberté des habitants était châtrée [castrabatur licentia], afin d’en brider l’inconstance, ouverte à l’ennemi ? Les pays [pagi] sont des lieux propices à la construction de demeures pour ceux qui habitent aux champs. On appelle marché [conciliabula] [l’en-droit où] les multitudes se réunissent socialement. C’est aux carrefours [conpita] que se rassemblent les paysans [rustici] ; on les appelle conpita parce qu’à la campagne beaucoup de lieux conviennent [conpetant] à cette fin, c’est-à-dire que les paysans s’y rassemblent. Les faubourgs [suburbana] sont les édifices qui entourent la cité, « sous la ville » en quelque sorte. L’enceinte [moenia], c’est-à-dire les murs de la cité, est ainsi appelée parce qu’elle protège la cité [muniant civitatem], à l’instar des défenses de la ville [munimenta urbis], c’est-à-dire sa protection.

2Isidore de Séville, Étymologies, 15, 2, 8-17, éd. Garcia de Cortázar, p. 67, n° 1.03. Trad. A. Stoclet d’après : San Isidoro de Sevilla, Etimologίas. Edicion bilingüe. ii. (Libros xi-xx), éd., trad, (esp.) et com. Jose Oroz Reta et Manuel A. Marcos Casquero, Madrid 1983, p. 226-229.

31-32. Fonder un évêché in barbaricum

3À notre très révérend et très saint frère et collègue, l’évêque Boniface, envoyé par cette Église apostolique de Dieu afin d’éclairer les peuples de Germanie et ceux qui dans les pays voisins, croupissant encore dans l’ombre de la mort, sont impliqués dans l’erreur, Grégoire, serviteur des serviteurs de Dieu, salut.

4C’est avec grande joie que nous avons appris par la lecture, plusieurs fois renouvelée, de la lettre de Votre Sainte Fraternité que, par la grâce de Jésus Christ vous avez converti des multitudes, leur communiquant la vérité de la vraie foi et les arrachant aux erreurs du paganisme. Avec l’Église tout entière, nous applaudissons un tel accroissement, eu égard à la parabole de celui auquel cinq talents furent donnés et qui en gagna cinq autres. C’est pourquoi nous avons ordonné qu’on vous envoie ce présent d’un saint pallium, que vous recevrez et porterez par l’autorité du saint Apôtre Pierre, et nous ordonnons que l’on vous reconnaisse comme archevêque, par la grâce de Dieu. Vous apprendrez par des instructions apostoliques la façon de vous en servir ; c’est à savoir que vous ne le porterez que lorsque vous célébrerez une messe solennelle ou quand vous ordonnerez un évêque, si l’occasion se présente.

5Mais, puisque vous vous déclarez incapable d’enseigner les voies du salut à tous ceux qui, dans ces régions, se sont convertis à la vraie foi, puisque celle-ci s’est déjà propagée au loin, nous vous ordonnons, en accord avec les saints canons et par l’autorité du Saint-Siège, d’ordonner des évêques là où la multitude des fidèles est devenue très grande. Faites ceci, toutefois, après une réflexion accompagnée de prières, de peur que la dignité de l’épiscopat ne s’en trouve diminuée. [...]

6Zacharie, serviteur des serviteurs de Dieu, à l’évêque Boniface, son collègue et frère très révérend et très saint.

7Nous apprenons par votre lettre, transmise par votre pieux prêtre Denehard, que vous vous portez bien (puisse-t-il toujours en être ainsi) et nous avons rendu grâces très sincèrement à Dieu tout-puissant et magnanime, qui a daigné vous apporter le succès dans toutes vos entreprises. Vous remplissez notre cœur d’une joie surabondante lorsque les lettres de Votre Sainteté nous parviennent dans lesquelles il est question du salut des âmes : comment, chaque jour, de nouveaux peuples sont agrégés au sein de notre Sainte Mère l’Église par votre prédication.

8Nous apprenons là aussi que vous avez établi trois évêques en trois lieux différents, qui doivent présider les peuples que le Seigneur Dieu a daigné convertir à Lui par l’intermédiaire de Votre Sainteté. Vous demandez que ces sièges épiscopaux puissent être établis par notre autorité. Réfléchissez encore attentivement à l’opportunité de cette mesure, voyez si ces lieux et le nombre d’habitants justifient qu’ils aient un évêque. Vous vous souvenez, très cher, de ce que disent les saints canons : qu’il ne faut pas établir des évêques dans de petites villae [villulas] ou dans de modestes cités [modicas civitates], de peur de déprécier le titre d’évêque.

9Cependant, la sincérité et l’insistance de votre lettre nous ont ému et nous accédons sans plus de délai à votre requête. Nous ordonnons par l’autorité apostolique que des sièges épiscopaux soient établis là, dignes d’avoir une succession d’évêques qui président les peuples et portent les mots de la prédication à leurs sujets : c’est à savoir, un dans la forteresse [castello] appelée Würzbourg, un autre dans l’oppidum de Biiraburg et un troisième dans la localité [loco] qu’on appelle Erfurt. Que nul, à l’avenir, n’ose violer ce que nous avons ainsi établi et confirmé par l’autorité du saint Apôtre Pierre. [...]

10Lettre du pape Grégoire III à Boniface (vers 732) (extraits) et lettre du pape Zacharie au même (1er avril 743), éd. Tangl, nos 28 et 51, p. 49-52 et 86-92. Trad. A. Stoclet, d’après Emerton, nos 20 et 41, p. 35-37 et 61 et ss.

33. Paysages d’un poète-courtisan

11Parchemin, dirige-toi par une course rapide à travers les plaines de la mer et gagne grâce au vent les bouches puissantes du Rhin poissonneux, pénétrant dans les rapides rouleaux de l’onde. Qu’alors ta proue soit dirigée par un très long câble afin que ta poupe ne puisse être emportée à contrecourant par le fleuve. Si mon cher Albéric accourt au bord de l’eau, dis-lui vivement : « Salut, évêque puissant ». À Utrecht le prieur Hadda t’apportera pour la nuit du miel, de la bouillie et du beurre, car la Frise ne produit ni huile ni vin. Ensuite, lève les voiles et évite Dorestad : car il y a des chances que le noir Hrotberct ne t’offre pas l’hospitalité d’un toit puisque, marchand avide, il n’aime pas ta poésie. Mais fais un détour par les rivages de Jonas, mon poète : car le voyageur fatigué y trouve le repos et abondance de légumes, de pain et de poisson. La ville d’Agrippine t’est ouverte, je le sais. Tu y salueras humblement le père Riculf. Tu lui diras : « Que ta louange soit toujours avec moi, très cher ». De là, grâce à ton navire courant par les ondes, tu atteindras les châteaux, jusqu’à ce que tu parviennes aux eaux calmes de la Moselle. Et quand, pour un temps, tu auras labouré les eaux de ta rame, alors tu arrêteras ton vaisseau pour que la poupe s’échoue dans le sable, et tu gagneras à pied les saints lieux du père Willibrord. Tu demanderas l’hospitalité du prêtre Samuel. N’oublie pas de frapper à la porte avec ton plectre de Castalie, et dis au portier de ta voix sonore : « Puplius Albinus m’a envoyé de Grande-Bretagne, porter un doux salut au plus doux des pères. » Si la parole t’est donnée, prosterne-toi et embrasse ses saints pieds. Dis : « Salut, père Samuel ». Dis aussi « Longue vie, ô prêtre ». Ouvre ton cœur et présente les bons pères Priscien, Focas, car il se réjouit de tels présents – à moins que Neptune ne les ait plongés dans la mer. S’il veut bien te mener au palais du roi, salue les grands au passage, ainsi que les pères et les frères. Devant les pieds du roi, répands tout ton talent. Dis et redis : « Salut, meilleur des rois, salut. Sois mon protecteur, mon tuteur, mon défenseur, afin que nulle langue envieuse – celle de Paulin, de Pierre, d’Albric, de Samuhel et de Jonas – ne puisse me nuire et que quiconque voudrait par sa morsure me ronger le coeur, qu’il fuie au loin sous ta menace, que, penaud, il s’en aille. » Murmure doucement : « Maître Pierre, salut ». Mais attention ! Cet homme cruel frappe ainsi que le fameux Hercule. Embrasse joyeusement maître Paulin, donne de tes lèvres mielleuses dix baisers caressants. Salue comme il convient Riculf, Raefgot et Rado et touche leurs oreilles par un chant subtil. Dis : « Chers confrères, salut et longue vie. » Ensuite, sans doute, tu iras à Mayence, la célèbre ville, où tu salueras longuement le docte Lull, gloire de l’Église, possédé d’une sagesse resplendissante et digne par sa vie et par ses moeurs d’un tel honneur. Ô bon Bassinus, gloire du peuple de Spire, recommande-moi s’il-te-plaît à Paul, ce père nourricier, ce patron, dont la demeure accueillante fit de nous deux des frères. Qui, pieux Fulrad, oserait te toucher avec un plectre lyrique, car par tes mérites tu vaincs les chants des Muses. Ô père suprème, avec ta bonté coutumière [...] laisse-moi te dire salut. Fais vite, parchemin, embarque à bord du navire qui t’attend ! Que sous toi, la coque ronde glisse sur le fleuve Rhin. Puisses-tu n’être point retardé par la matière rouge de l’or, que l’habitant fatigué extrait des entrailles de la terre. Que les châteaux, les demeures les villes et les campagnes fleuries ne te retiennent pas, hébété, l’espace même d’une heure. Non ! Fuis, romps les amarres, pars, vole ! Puisses-tu trouver nos amis sains, saufs, joyeux et vigoureux, et en rendre grâces. Que Dieu tout-puissant leur donne le salut pour des siècles et des siècles et qu’ensuite il les conduise, heureux, vers le palais céleste. Toutes ces choses faites, hâte-toi de regagner la patrie et souviens-toi de raconter ce que chacun t’aura confié. [... ]

12Alcuin, Cartula perge, éd. Ernst Dümmler, MGH Poet. 1, Berlin 1881, p. 220-223 (Carmen 4). Trad. A. Stoclet d’après Stéphane Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut moyen âge. Vol. 2. Corpus des sources écrites, Lille, 1983, p. 19-23 et Francesco Stella et al, La poesia carolingia, Florence, 1995, (Le Lettere. Università iii. Le antologie. 1), p. 152-157.

34. Paysage d’un juriste irlandais

1345. Si c’est un endroit où il y a beaucoup d’abeilles et qu’un essaim s’est échappé de chaque ruche sans que nul ne soit prêt à jurer que c’était la sienne. Si l’essaim qu’il parvient à suivre entre sur la terre d’un voisin qui est proche d’eux tous. Alors ils partagent entre eux tous la moitié de la production de cet essaim pendant trois ans, l’autre moitié allant à la terre où il s’est posé lorsqu’aucun témoignage ni serment n’est offert pour établir qu’il appartient à quelqu’un en particulier.

1446. L’homme qui trouve un essaim d’abeilles sur un in-field légal – aussi loin que porte le son d’une cloche ou le chant du coq, telle est en droit irlandais l’étendue d’un in-field légal – a droit à un quart de sa production pour un an : les trois autres quarts appartiennent [au propriétaire de] l’in-field où il est trouvé.

1547. L’homme qui trouve un arbre avec des abeilles sur un in-field légal : si c’est après un an, une moitié revient à l’homme qui le trouve, l’autre moitié au [propriétaire de] l’infield où il est trouvé.

1648. L’homme qui trouve un essaim libre, si c’est en dehors de l’in-field jusqu’à une grande forêt ou jusqu’à une contrée inaccessible ou jusqu’à une terre indivise, un tiers revient à l’homme qui l’a trouvé, deux tiers [au propriétaire de] la terre où il est trouvé.

1749. L’homme qui trouve un essaim libre dans une forêt, sur une terre indivise ou dans une contrée inaccessible : il lui revient sans partage [angl. « it is immune for him »], car c’est une des immunités complètes en droit irlandais, exception faite de la part du chef ou de la parentèle et de la part de l’église à laquelle il fait un legs ; et ceci est leur part : un tiers de chaque tiers, de crainte que l’église ou la parentèle soient privées par fraude de quoi que ce soit auquel leurs membres pussent prétendre.

18Bechbretha §§ 45-49, éd. et trad, (angl.) Fergus Kelly, A Guide to Early Irish Law, Dublin 1983, (Dublin Institute for Advanced Studies. Early Irish Law Series. 3), p. 356-357.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search