Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Les Francs, les Lombards, les Saxons et les autres : une mosaïque mouvante

Texte intégral

26-27. Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, 4,42 et 5,15

1[...] Les Saxons, qui étaient venus en Italie avec les Lombards, envahissent à nouveau les Gaules et viennent camper sur le territoire de Riez, à savoir dans la villa d’Estoublon pour faire des incursions à travers les villae des cités voisines, y ramasser du butin, ramener des prisonniers et aussi tout dévaster. Lorsque Mummole en fut informé, il mobilisa une armée et se jetant sur eux, en tua plusieurs milliers et jusqu’au soir il ne cessa d’en faire un massacre ; la nuit seulement y mit fin. En effet, il avait pris ces hommes au dépourvu et sans qu’ils se doutassent en rien de ce qui arrivait. Le matin venu, les Saxons rangent leur armée pour se préparer au combat ; mais des messagers ayant circulé entre les armées, ils firent la paix et après avoir donné des présents à Mummole et abandonné tout le butin fait dans la région ainsi que les prisonniers, ils s’en allèrent, mais en jurant d’abord qu’ils reviendraient dans les Gaules pour faire leur soumission aux rois et donner leur aide aux Francs. Les Saxons rentrèrent donc en Italie après avoir pris avec eux femmes et enfants ainsi que tous leurs biens mobiliers ; ils se décidèrent à revenir dans les Gaules pour être recueillis par le roi Sigebert et s’établir dans le lieu d’où ils étaient partis. Puis ils formèrent deux colonnes, comme on dit ; l’une passa par la ville de Nice, l’autre par celle d’Embrun, en prenant exactement la route qu’ils avaient prise l’année précédente. Ils se rejoignirent sur le territoire d’Avignon. Or c’était alors le temps des moissons et dans ce pays la plupart des fruits de la terre étaient encore dehors et les habitants n’avaient encore rentré aucun de ces fruits chez eux. Aussi en arrivant ceux-là se partagent entre eux les récoltes. Après avoir moissonné et battu les blés, ils les consommèrent, sans rien laisser de ces blés à ceux qui avaient labouré. Mais lorsqu’après avoir épuisé les fruits ils parvinrent sur la rive du fleuve du Rhône pour se rendre dans le royaume du roi Sigebert, une fois le torrent franchi, Mummole vint au devant d’eux en leur disant : « Vous ne traverserez pas ce torrent. Voici que vous avez pillé le pays du roi mon maître, vous avez ramassé les moissons, dévasté les troupeaux, incendié les maisons, coupé les oliviers et les vignes ! Vous n’embarquerez pas avant d’avoir donné satisfaction à ceux que vous avez laissés dans la misère ; autrement vous n’échapperez pas à mes mains que je n’ai levé mon épée sur vous, vos femmes et vos petits enfants et vengé l’injure faite à mon maître le roi Gontran. » Eux alors, saisis d’une grande crainte, donnèrent beaucoup de milliers de pièces d’or pour leur rançon et furent autorisés à traverser ; ainsi ils parvinrent en Auvergne. C’était alors le printemps. Ils apportèrent alors des pièces de bronze gravées en guise d’or et personne en les voyant ne soupçonnait que ce n’était pas de l’or vérifié et contrôlé, car le bronze avait été coloré par je ne sais quel procédé. Aussi plusieurs qui trompés par cette fraude avaient donné de l’or et reçu du bronze furent ruinés. Quant à ceux-là, ils se rendirent auprès du roi Sigebert et furent établis dans le lieu d’où ils étaient partis auparavant.

2Puis comme au temps où Alboin avait envahi l’Italie, Clotaire et Sigebert avaient établi des Suèves et d’autres nations dans le pays [qu’occupaient les Saxons], ceux qui du temps de Sigebert étaient revenus, à savoir ceux qui avaient accompagné Alboin, se révoltèrent contre ces occupants et voulurent les chasser de la région et les anéantir. Mais les autres leur offrirent le tiers de la terre en disant : « Nous pouvons vivre ensemble sans qu’il y ait de collision. » Mais ceux-là, qui étaient irrités contre eux parce qu’ils avaient eux-mêmes occupé ce pays antérieurement, ne voulurent à aucun prix faire la paix. Ensuite les autres leur offrirent de nouveau la moitié [de la terre], puis après cela les deux tiers en gardant pour eux un tiers. Ceux-là refusant encore, ils offrirent avec la terre tous les troupeaux pourvu seulement que la guerre cessât. Mais les autres, n’ayant pas davantage acquiescé à cette offre, engagent le combat, et ils débattent entre eux avant le combat pour décider comment ils se partageront les femmes des Suèves et qui prendra telle femme après leur mort, car ils s’imaginaient qu’ils les avaient déjà tués. Mais la miséricorde du Seigneur, qui rend la justice, fit tourner leur désir dans un autre sens, car dans ce conflit il y avait 26 000 Saxons dont 20 000 tombèrent et 6 000 Suèves dont 480 seulement périrent ; les autres gagnèrent la victoire. Ceux des Saxons qui survécurent jurèrent qu’aucun d’eux ne se couperait la barbe ni les cheveux avant d’avoir tiré vengeance de ses adversaires. Reprenant donc de nouveau la lutte, ils essuyèrent une défaite encore plus grande et c’est ainsi que la guerre cessa.

3Éd. Krusch-Levison, p. 175-177 et 213-214. Trad. Latouche, t.1, p. 228-230 et 267-268.

28. Paul Diacre, Historia Langobardorum, 2, 6 et 3, 6

4Alors qu’il était sur le point de partir pour l’Italie avec les Lombards, Alboin demanda aux Saxons, ses vieux amis, de l’aider à entrer dans ce vaste pays avec une troupe nombreuse, et de s’en emparer. Les Saxons le rejoignirent : ils étaient 20 000 hommes, accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants, prêts à le suivre en Italie, conformément à son vœu. Ce qu’apprenant, Clotaire et Sigebert, rois des Francs, installèrent les Suèves et d’autres peuples dans ces lieux d’où les Saxons étaient venus.

5Après leur retour en Italie, avec leurs femmes, leurs enfants et tous leurs biens meubles, les Saxons projetèrent de repasser en Gaule, afin d’y être reçus par le roi Sigebert et, grâce à son aide, de regagner leur propre pays. Car il ne fait aucun doute que ces Saxons étaient venus en Italie avec leurs femmes et leurs enfants afin d’y habiter, cependant, pour autant que l’on sache, ils refusaient d’obéir aux ordres des Lombards. Mais les Lombards ne leur permettaient pas de vivre selon leurs propres lois, ce pour quoi ils décidèrent de rentrer dans leur propre pays. Lorsqu’ils furent sur le point de pénétrer en Gaule, ils formèrent deux colonnes : l’une entra en traversant la cité de Nice et l’autre celle d’Embrun, empruntant le même itinéraire que l’année précédente. Comme c’était la saison des moissons, ils firent provision de grain, le battirent, le mangèrent et en nourrirent leurs animaux. Ils pillèrent les troupeaux et ne se privèrent pas d’incendier, si bien que lorsqu’ils parvinrent au Rhône, qu’ils devaient traverser afin de parvenir au royaume de Sigebert, Mummulus les intercepta avec une troupe puissante et nombreuse. À cette vue, remplis de crainte, ils lui donnent des pièces d’or en grande quantité pour acheter leur liberté et lui les autorise à traverser le Rhône. Ils poursuivent leur route en direction du roi Sigebert et, chemin faisant, ils en trompent plus d’un en vendant des lingots de cuivre auxquels, par un procédé que j’ignore, ils avaient donné l’apparence de l’or vérifié et contrôlé ; aussi beaucoup furent trompés par cette fraude et, donnant de l’or pour du cuivre, furent ruinés. Enfin ils parviennent auprès de Sigebert, qui les autorise à retourner dans ce lieu d’où, à l’origine, ils étaient venus.

6Éd. Bethmann-Waitz, p. 75-76 et 95. Trad. A. Stoclet.

29. Paul Diacre, Historia Langobardorum, 2, 26

7La ville de Pavie résista vaillamment, soutenant un siège de plus de trois ans, tandis que l’armée des Lombards se tenait non loin de là, du côté ouest. Cependant, ayant chassé les Byzantins [lit. « les soldats »], Alboin s’empara de tout jusqu’à la Toscane, exception faite de Rome, de Ravenne et d’autres places fortes situées sur la côte. Les Romains n’avaient pas le courage de résister parce que la peste qui avait éclaté à l’époque de Narsès en avait tué beaucoup en Ligurie et en Vénétie ; par ailleurs, après l’année d’abondance dont nous avons parlé, une terrible famine s’abattit sur l’Italie et la dévasta. Alboin, à cette époque – c’est chose avérée, emmena avec lui en Italie de nombreux hommes de diverses nations qu’il avait pris lui-même ou qu’avaient pris d’autres rois. C’est pourquoi, de nos jours encore, nous nommons les villages dans lesquels ils vivent Gépide, Bulgare, Sarmate, Pannonien, Souabe, Norique ou par d’autres noms de ce genre.

8Éd. Bethmann-Waitz, p. 86-87. Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search