Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Les Germains : une ethnie ?

Texte intégral

21. Un aède et son répertoire : Widsith

1Widsith parla, ouvrit son trésor de mots, lui qui de tous les hommes avait voyagé parmi plus de races que quiconque, et parmi plus de peuples sur terre ; souvent, dans les palais, il avait reçu une précieuse récompense. Ses ancêtres étaient issus des Myrgings. C’est lui qui avec Ealhhild, la gracieuse fileuse de paix, quitta Angel, vers l’est, et gagna la demeure de Eormanric, le roi goth, sauvage et sans foi. Il commença alors à dire bien des choses :

2« J’ai entendu parler de bien des hommes régnant sur les peuples ; chaque prince doit vivre comme il sied ; un duc après l’autre doit régner sur le pays, lui qui veut que son trône prospère. Parmi ceux-ci Hwala fut pour un temps le meilleur et Alexandre le plus puissant de toute la race des hommes, et il eut plus de succès que la plupart de ceux dont on m’ait entretenu de par le monde. Aetla régna sur les Huns, Eormanric sur les Goths, Becca sur les Banings, Gifica sur les Burgondes. César régna sur les Grecs et Caelic sur les Finnois, Hagena sur les Ruges Insulaires et Heoden sur les Glommas. Witta régna sur les Souabes, Wade sur les Hael-sings, Meaca sur les Myrgings, Mearchealf sur les Hundings. Theodric régna sur les Francs, Thyle sur les Rondings, Breoca sur les Brandings, Billing sur les Waernas. Oswine régna sur les Eowan, Gefwulf sur les Jutes et Fin Folcwalding sur la race des Frisons. Sigehere régna longtemps sur les Danois Marins, Hnaef sur les Hocings, Helm sur les Wulfings, Wald sur les Woingas, Wod sur les Thuringiens, Saeferth sur les Secgan, Ongentheow sur les Suédois, Sceafthere sur les Ymbras, Sceafa sur les Lombards, Hun sur les Haetwere et Holen sur les Wrosnas. Hringweald était appelé le roi des pirates. Offa régnait sur Angel, Alewih sur les Danois : de tous ces hommes, il était le plus brave, mais ses prouesses ne surpassèrent pas celles d’Offa. Offa, le premier des hommes, n’était encore qu’un adolescent lorsqu’il conquit le plus grand des royaumes. Personne, à son âge, ne se montra jamais plus vaillant au combat : de sa seule épée, il traça la frontière face aux Myrgings à Fifeldor. Par la suite, les Angles et les Souabes tinrent ce royaume tel qu’Offa l’avait conquis. Hrothwulf et Hrothgar demeurèrent en paix pour un très long temps, l’oncle et le neveu, lorsqu’ils eurent chassé la race des Vikings, vaincu les troupes d’Ingeld et détruit à Heorot les contingents des Heathobards. J’ai donc parcouru bien des pays étrangers, de par le vaste monde. J’y ai connu heurs et malheurs, coupé des miens, loin de ceux de mon sang ; j’ai servi aux quatre coins de la terre.

3Je puis donc entonner un chant rythmé, déclamer au banquet la générosité des nobles qui me récompensèrent. J’étais avec les Huns et avec les glorieux Goths, avec les Suédois, avec les Gètes et avec les Danois du sud. J’étais auprès des Wendlas et des Waernas et des Vikings. J’étais avec les Gefthas et les Wendes et les Gefflegas. J’étais avec les Angles, les Souabes et les Aenenas. J’étais avec les Saxons, avec les Secgan et les Sweordweras. J’étais auprès des Hronas, des Danois et des Heathoremes. J’étais avec les Thuringiens, avec les Throwendas et les Burgondes, où je reçus un bracelet ; Guthhere - pas n’importe quel roi ! - me donna un joyau resplendissant pour prix de mon chant. J’étais chez les Francs, chez les Frisons et chez les Frumtings. J’étais chez les Rugas, les Glommas et les Romains. J’étais aussi en Italie, auprès d’Aelfwine ; il avait, m’a-t-on dit, la main la plus prompte lorsqu’il s’agissait d’obtenir des louanges, le coeur le plus généreux pour la distribution d’anneaux, de brillants bracelets, le fils d’Eadwine. J’étais auprès des Sarrazins et des Serings. J’étais avec les Grecs et les Finnois et avec César qui avait en son pouvoir des cités en liesse, des richesses, des choses désirables et le royaume de Welshland. J’étais avec les Scots et les Pictes et les Scride-Finnois. J’étais avec les Lidwicings, les Leonas, les Lombards, les Haethnas, les Haerethas et les Hundings. J’étais avec les Israélites, et avec les Assyriens, avec les Hébreux et les Juifs et les Égyptiens. J’étais chez les Mèdes et chez les Perses et chez les Myrgings et les Mofdings et contre les Myrdings et avec les Amothingas. J’étais chez les Thuringiens de Test, chez les Eolas, les Iste et les Idumingas.

4Et j’étais avec Eormanric tout le temps. Le roi des Goths me traita bien : lui, prince des habitants des cités, me donna un anneau valant six cents pièces d’or pur comptées en shillings. Lorsque je rentrai, je le confiai à Eadgils, mon cher seigneur et protecteur, par gratitude, car le prince des Myrgings me donna une terre, la demeure de mon père ; et puis Ealhhild, la fille d’Eadwine, une noble et majestueuse reine, m’en donna un(e) autre. Sa renommée fut portée dans bien des pays, chaque fois qu’il m’appartenait de dire, par le chant, où, sous le ciel, m’était au mieux connue une reine parée d’or distribuant des dons. Lorsque d’une voix claire Scilling et moi entonnions la chanson devant notre seigneur victorieux - les mots résonnaient fort, en harmonie avec la harpe - alors des hommes nombreux, l’esprit fier, et connaisseurs, dirent n’en avoir jamais entendu de meilleure. De là, je traversai tout le pays des Goths. Toujours, je recherchai les meilleurs compagnons, ceux de l’entourage d’Eormanric. Je cherchai Hethca et Beadeca et les Harlungs, Emerca et Fridla ; et East-Gota, sage et bon, père d’Unwen. Je cherchai Secca et Becca, Seafola et Theodric, Heathoric et Sifeca, Hlithe et Incgentheow. Je cherchai Eadwine et Elsa, Aegelmund et Hungar et la fière troupe des Withmyrgings. Je cherchai Wulfhere et Wyrmhere. Bien souvent la guerre était certaine lorsque l’armée des Goths, aux puissantes épées, avait à défendre leur terre ancestrale contre les gens d’Aetla près du bois-sur-Vistule. Je cherchai Raedhere et Rondhere, Rumstan et Gislhere, Withergield et Frederick, Wudga et Hama ; ce n’étaient pas les plus mauvais des compagnons, quoique je les nomme en dernier. Bien souvent de cette troupe la lance hurlante prenait son envol contre le peuple ennemi. Wudga et Hama, régnaient dans leurs errances sur les hommes et sur les femmes grâce à l’or torsadé. Mes périples m’ont appris que celui-là est le plus cher aux habitants d’un pays, auquel Dieu donne le pouvoir sur les hommes afin qu’il l’exerce lorsqu’il vit là.

5Ainsi vont les ménestrels des hommes, errant au gré du destin, par de nombreux pays. Ils disent leur requête, prononcent leurs remerciements. Sud ou nord, toujours ils rencontrent quelqu’un d’avisé dans la mesure, libéral quant aux dons, qui désire exalter sa gloire devant les guerriers, accomplir des faits valeureux, jusqu’à ce qu’ensemble la lumière et la vie tombent en ruine. Il reçoit les louanges, à lui la haute gloire sous les deux.

6Trad, (angl.) dans : Anglo-Saxon Poetry. Selected and translated by R. K. Gordon, Londres et New York, 1930, (Everyman’s Library. 794), p. 67-70.

22. La geste d’un roi lombard et son auditoire

7[...] Le nom d’Alboin se répandit partout à l’étranger, tellement illustre, que jusqu’à ce jour ses nobles faits et sa gloire, le succès de ses guerres et son courage sont célébrés, non seulement parmi les Bavarois et les Saxons, mais aussi parmi d’autres hommes parlant la même langue, dans leurs chants. Beaucoup rapportent en outre, encore aujourd’hui, qu’on fabriqua sous son règne des armes d’un type particulier.

8Paul Diacre, Historia Langobardorum, 1, 27, éd. Bethmann-Waitz, p. 70. Trad. A. Stoclet.

23. Une communauté linguistique

9[...] Après que Troie fut entièrement détruite par le feu et par le fer, on chassa des confins des Troyens Énée et les siens. Cherchant un autre royaume, il parvint au Latium et s’y installa. Mais il était très cruel et faisait la guerre sans pitié, n’épargnant personne. Tant d’impiété attira sur lui la foudre de Dieu et la mort. Certains affirment qu’Énée eut un frère, Phrygas et tandis que celui-là régnait sur le Latium, celui-ci régna sur la Phrygie. Après Énée, Ascanius ayant délaissé le royaume de Lavinia, sa belle-mère, fonda Alba Longa. Il éduqua avec la plus grande piété Sylvius Posthumus, son frère, le fils d’Énée et de Lavinia. Ascanius eut pour fils Julius, dont est issue la famille des Julii. Comme il était trop jeune pour bien gouverner ses concitoyens, Sylvius Posthumus laissa le royaume à son frère. La progéniture de Phryga erra par maint pays avec femmes et enfants. Ils se choisirent pour roi Francion, dont les Francs portent le nom, parce que l’on disait de ce Francion qu’il était le plus vaillant à la guerre. Il se dirigea vers l’Europe, combattant en chemin de nombreux peuples. Enfin, il s’établit entre le Rhin et le Danube. Après la mort de Francion, les Francs livrèrent de nombreux combats. Décimés, il n’en restait plus qu’une petite troupe. Par la suite, ils se choisirent des ducs, mais refusèrent toujours de porter le joug d’autrui. Voilà ce que certains croient savoir au sujet de l’origine des Francs. D’autres au contraire affirment qu’ils sont originaires de l’île de Scanza, qui est la matrice des peuples [vagina gentium], d’où sont sortis les Goths et les autres nations tudesques [nationes Theotiscae] : ce qu’atteste l’idiome de leur langue. Il y a dans cette même île une région dont on dit qu’aujourd’hui encore elle s’appelle Francia. Avec l’aide du Seigneur, nous nous efforcerons d’exposer ces choses plus en détail dans l’ouvrage qui suit [ou : dans un prochain ouvrage].

10Frechulf de Lisieux, Chronicon, 1, 2, 17, éd. Migne, Patrologia latina, t.106, col. 967. Trad. A. Stoclet.

24. Écriture et communauté linguistique

11Avant toutes choses, les lettres de la langue hébraïque furent inventées par Moïse, et rénovées par Esdra après leur captivité et leur retour. [...] Cadmus, fils d’Agénor, arrivant de Phénicie, apporta le premier quelques unes des lettres grecques. Après quoi, on en ajouta quelques autres. [...] La nymphe Carmentis, mère d’Évandre, qu’on appelle aussi Nicostrate, apporta la première les lettres latines en Italie, auxquelles les Latins ajoutèrent par nécessité trois lettres grecques. [...] Nous avons découvert en outre les lettres du philosophe Aethicus, un cosmographe, Scythe de naissance, que le vénérable Jérôme, prêtre, nous a transmis avec ses explications, car il estimait beaucoup sa science et son talent ; il voulut donc faire connaître ses lettres. [...] Nous avons transcrit ci-dessous les lettres dont usent les Marcomans, que nous appelons Normands et dont sont issus ceux qui parlent la langue tudesque [Theodiscam linguam]. Ceux qui pratiquent encore les rites païens les Utilisent pour donner un sens [significare procurant] aux chants, aux incantations et aux divinations. [Suit une transcription des runes, accompagnées de leurs noms et de leurs équivalents dans l’alphabet latin.] [...]

12Raban Maur, De Inventione linguarum, éd. Migne, Patrologia latina, t. 112, col. 1579-1582. Trad. A. Stoclet.

25. Épopée et identité supra-nationale

13Sigurd s’en va, chevauchant. Son bouclier aux nombreuses échancrures, resplendissant d’ors écarlates, porte l’image d’un dragon, brun foncé au-dessus et rouge vif au-dessous. Son heaume est orné d’une image semblable, et sa selle et sa cotte de mailles ; il porte une broigne dorée et ses armes sont forgées d’or.

14Le dragon ornait toutes ses armes afin que lorsqu’on le voyait, tous sachent qui allait là. Oui, tous ceux qui avaient su sa victoire sanglante sur ce grand dragon, que les Vœrings appellent Fafnir. Voilà pourquoi ses armes sont forgées d’or, aux reflets bruns, car c’était de loin le meilleur des hommes quant à la courtoisie, à la bienséance et à toutes autres choses ou peu s’en faut. Et lorsque l’on cause des plus grands champions et des chefs les plus nobles, alors, toujours, on le nomme en premier, et son nom circule au loin sur toutes les langues au nord de la mer de Grèce, et il en sera ainsi tant que durera le monde.

15[...]

16Völsunga Saga, chapitre 22 = Volsunga Saga, trad, (angl.) par William Morris, introd. et glossaire par Robert W. Gutman, New York et Londres, 1962, p. 157.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search