Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Avortement, infanticide et adultère

Texte intégral

9. Condamnation de ces pratiques par l’Église wisigothique (a° 546)

1À propos de ceux qui font un avortement ou qui tuent leurs nouveaux-nés.

2Qu’à ceux, adultères des deux sexes, qui ont tenté de tuer [les enfants] conçus dans le péché et engendrés par l’adultère ou de les supprimer par quelque potion dans l’utérus de la mère, qu’à ceux-là on donne la communion après une période de sept ans, à condition toutefois que, pendant le reste de leur vie, ils s’appliquent à implorer humblement [le pardon de leurs fautes]. Qu’il ne leur soit pas permis de servir à l’autel. Ils pourront toutefois servir au chœur aussitôt qu’ils auront reçu la communion. Les empoisonneurs [ou : rebouteux], cependant, qu’on ne leur donne la communion qu’à leur mort, à condition qu’ils aient pleuré leurs crimes toute leur vie durant.

3Concile de Lérida, canon ii, éd. Cortázar, op. cit., p. 72. Trad. A. Stoclet, d’après Vives et al, op. cit., p. 55-56.

10. Une enquête ordonnée par Reccarède, roi des Wisigoths (a0 589)

4Que l’évêque avec les juges punissent sévèrement ceux qui tuent leurs enfants.

5Parmi les nombreuses questions portées à l’attention du saint concile, il en fut une à ce point cruelle que les oreilles des évêques présents ne purent la tolérer : à savoir que dans certaines régions de l’Espagne, les parents, avides de fornication et ignorant la piété, tuent leurs enfants. S’ils ne désirent pas accroître le nombre de leurs enfants, qu’ils s’abstiennent de forniquer. S’étant mariés pour procréer, ils sont coupables de parricide et de fornication, ceux qui par le meurtre de leurs enfants prouvent qu’ils se sont unis non pour avoir des enfants mais par désir. Informé de cette conjoncture néfaste, notre très glorieux seigneur le roi Reccarède ordonna aux juges de ces contrées d’enquêter diligemment sur ces crimes épouvantables, avec l’évêque, et de les poursuivre avec toute la sévérité nécessaire. Le saint synode prit donc la peine de convoquer les évêques des régions concernées, afin qu’ils enquêtent attentivement avec le juge au sujet de ce crime et qu’ils l’empêchent, non par la peine de mort, mais par une discipline sévère.

6Concile de Tolède iii, canon xvii, éd. Cortázar, op. cit., p. 72-73. Trad. A. Stoclet, d’après Vives et al., op. cit., p. 130.

11. De l’importance de l’âge du fœtus pour fixer la peine

7La mère qui tue l’enfant qu’elle porte dans son sein avant le quarantième jour après la conception jeûnera pendant un an, et après le quarantième jour, pendant trois ans.

8Pseudo-Bède, Pénitentiel, 2, 4 (viie s.), éd. Migne, Patrologia latina, t. 94, col. 571, cité en trad. (fr.) par Didier Lett, « L’enfant dans la chrétienté, ve-xiiie siècles », Id. et Danièle Alexandre-Bidon, Les Enfants au Moyen Âge, v - xiiie siècles, Paris, 1997, p. 15-125, ici p. 33.

12. Reproches à un roi aux mœurs dissolues

9À son seigneur très cher, le roi Aethelbald, supérieur, dans l’amour du Christ, aux autres rois, détenteur des glorieux sceptres de l’empire des Angles, Boniface, archevêque, légat germanique de l’Église romaine, et Wera, Burghart, Werberht, Abel, Wibald, Hwita et Leofwine, co-évêques, salut pérenne de charité en le Christ.

10Nous reconnaissons devant Dieu et les saints anges, que lorsque nous apprîmes par des messagers dignes de confiance votre prospérité, votre foi en Dieu et vos bonnes œuvres devant Dieu et les hommes, nous rendîmes à Dieu joyeuses grâces, priant et suppliant le Sauveur du monde de vous préserver à tout jamais sauf et ferme dans les œuvres devant Dieu et dans le gouvernement du peuple du Christ. Mais lorsque nous apprenons que quelque mal vous afflige, soit dans l’exercice de votre gouvernement ou par fait de guerre ou, pire encore, quelque péril pour le salut de votre âme, nous sommes affligés de peine et de chagrin ; en effet, par la volonté de Dieu, nous nous réjouissons avec vous lorsque vous êtes heureux et nous nous lamentons avec vous lorsque vous éprouvez de la peine.

11Nous avons entendu que tu étais très libéral en aumônes, et nous t’en félicitons ; car ceux qui donnent aux plus humbles de leurs semblables entendront, au jour du jugement, conformément à la vérité de l’Évangile, la gracieuse parole du Seigneur : « Ce que vous avez fait pour le moindre de ceux-ci, mes semblables, vous l’avez fait pour moi. Venez, bénis de mon Père, héritez le royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. » Nous avons entendu aussi que tu réprimes vols et méfaits, parjures et rapines d’une main forte, que tu es renommé comme défenseur de la veuve et du pauvre, et que tu as établi la paix dans ton royaume. De cela aussi nous nous sommes réjouis, car la Vérité elle-même et notre Paix, qui est le Christ, a dit : « Bénis soient les faiseurs de paix, car on les appellera les enfants de Dieu. » Mais parmi tout cela, une mauvaise nouvelle nous est parvenue au sujet de la conduite de Votre Grâce, qui nous a fait beaucoup de peine et dont nous pouvons espérer qu’elle fût inexacte. Nous avons appris par de nombreuses sources que tu n’as jamais pris une épouse légitime. Or cette relation fut instituée par le Seigneur Dieu lui-même depuis le tout début du monde et Paul, l’Apôtre de Dieu, la prescrivit et la renouvela, disant et enseignant : « À cause de la fornication, que chaque homme ait sa propre femme et chaque femme son propre époux. » Si c’était la chasteté ou l’abstinence qui te poussait à agir ainsi ou si tu avais évité les femmes par amour et crainte de Dieu et que tu avais donné des preuves que ton abstinence était pour Lui, nous nous réjouirions, car cela mérite non le blâme mais la louange. Mais si, comme beaucoup disent – à Dieu ne plaise, tu n’as pas pris une épouse légitime ni observé la chasteté par amour de Dieu, mais que, mû par le désir, tu as sali ta réputation devant Dieu et devant les hommes par le crime de la convoitise adultère, alors nous sommes grandement peinés car c’est un péché devant Dieu et la ruine de ton renom parmi les hommes.

12Bien plus, ce qui est pire, nos informateurs disent que ces crimes atroces sont commis dans des couvents avec de saintes moniales et des vierges consacrées à Dieu, et ceci, sans aucun doute, aggrave l’offense du double. Prenons, par manière d’illustration, la punition réservée au chenapan qui a commis l’adultère avec la femme de son maître et considérons combien plus mérite d’être puni celui qui a souillé une épouse du Christ, le Créateur du ciel et de la terre, avec sa dégoûtante concupiscence. Comme le dit l’Apôtre Paul : « Ignorez-vous que vos corps sont les temples de l’Esprit Saint ? » Et encore : « Ignorez-vous que vous êtes le temple de Dieu, et que l’esprit de Dieu réside en vous ? Si un homme souille le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple. » Par ailleurs, lorsqu’il énumère les péchés, il range ensemble fornicateurs et adultères : « Ignorez-vous que les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu ? Ne soyez pas trompés : ni les fornicateurs, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni ceux qui couchent avec des hommes, ni les voleurs, ni les avares, ni les ivrognes, ni les médisants ni les envieux n’hériteront le royaume de Dieu. » Parmi les Grecs et les Romains, une enquête spéciale est menée à ce sujet avant l’ordination – on part du principe qu’une personne accusée de ce crime l’est du même coup de blasphème envers Dieu ; s’il s’avère que l’homme est coupable de s’être uni à une nonne voilée et consacrée à Dieu, il est irrévocablement exclu de tout degré du sacerdoce de Dieu.

13C’est pourquoi, cher fils, il y a lieu de considérer combien grave est ce péché devant le Juge Éternel, car il place le coupable parmi les esclaves de l’idolâtrie et l’exclut du ministère de l’autel, quand bien même il aurait fait sa paix avec Dieu par des actes de pénitence antérieurs. Les corps qui Lui sont consacrés par nos propres vœux et par les paroles du prêtre sont, d’après les Saintes Écritures, des temples de Dieu, si bien que ceux qui les violent sont, d’après l’Apôtre, les fils de la perdition. Pierre, prince des Apôtres, dans sa condamnation de la luxure, dit : « Il suffit, pour le passé », etc. Et aussi : « Le prix d’une putain est à peine celui d’un morceau de pain, mais une femme vole la précieuse âme d’un homme. » Et encore : « Ce n’est pas une faute grave, si un homme vole ; car il vole pour satisfaire sa faim, et s’il est pris, il rend au septuple. Mais l’adultère perd son âme à cause de son manque de discernement. » Il serait long de dire combien de médecins des âmes ont invectivé contre l’horrible poison de ce péché et l’ont interdit par des menaces terribles ; car la fornication est pire que tout autre péché, ou presque, et on peut la décrire très justement comme un piège mortel, une abysse infernale, un tourbillon de perdition.

14Nous donc, cher fils, supplions ta Clémence par le Christ, fils de Dieu, et par Sa venue et Son royaume, d’amender ta vie par la pénitence, s’il est vrai que tu persévères dans ce vice ; de te purifier et de te souvenir combien il est vil de transformer par la luxure l’image de Dieu créée en toi en l’image et la semblance d’un démon malfaisant. Souviens-toi que tu fus fait roi et prince d’[hommes] innombrables non par tes propres mérites mais par la grâce surabondante de Dieu ; et qu’à présent, par ta propre concupiscence, tu te fais l’esclave d’un esprit malfaisant car, comme le dit l’Apôtre, quel que soit le péché que l’homme commette, il en devient l’esclave.

15Et ceci est considéré comme digne d’opprobre et de honte non seulement par les chrétiens mais même par les païens. Car les païens eux-mêmes, quoiqu’ignorant le vrai Dieu, respectent l’intention de la loi et ce que Dieu a institué au commencement en cela qu’ils respectent leurs épouses par le lien du mariage et punissent les fornicateurs et les adultères. En Vieille Saxe, si une vierge salit la maison paternelle par l’adultère ou si une femme mariée brise le lien matrimonial et commet l’adultère, ils la forcent parfois à se pendre de sa propre main et pendent ensuite l’amant au-dessus du bûcher sur lequel elle a été incinérée. Parfois une troupe de femmes se rassemble, qui la fouettent par les districts alentour, la frappant de verges et la dénudant jusqu’à la taille, lacérant tout son corps à l’aide de couteaux, la perçant de coups et la chassant ainsi, sanglante, de village en village ; de nouvelles flagellatrices arrivent constamment avec un zèle purificateur inassouvi, jusqu’à ce que finalement elles la laissent pour morte ou quasi-morte, afin que d’autres femmes redoutent l’adultère et la luxure. Les Wendes, qui sont la race d’hommes la plus vile et la plus basse, ont un tel respect pour le lien mutuel du mariage que l’épouse refuse de survivre à son époux. Parmi eux, on loue la femme qui meurt de sa propre main et est brûlée sur le même bûcher que son époux.

16Si donc les païens qui ne connaissent point Dieu et n’ont pas la loi, si, comme le dit l’Apôtre, ils se conforment comme naturellement à la loi et ont les œuvres de la loi inscrites dans leurs cœurs, sache, cher fils, toi qui te dis chrétien et qui vénères le vrai Dieu, qu’il est grand temps de te ressouvenir de ton Seigneur, de te libérer des pièges du diable et de laver ton âme de la crasse de la luxure – si dans ta jeunesse tu fus pris au bourbier de la licence, pétri dans la fange de l’adultère et abîmé dans les tourbillons du désir comme dans l’abysse de l’enfer. Il est temps, par crainte de ton Créateur, de ne plus te souiller en répétant de tels péchés. Il est temps d’avoir pitié de la multitude de ton peuple qui périt en suivant l’exemple d’un prince pécheur et tombe dans l’abysse de la mort. Car, sans aucun doute, nous recevrons du Juge Éternel les récompenses pour tous ceux que nous menons par notre bon exemple vers la vie de notre patrie céleste, et les punitions pour ceux que nous menons à leur perte par notre mauvais exemple.

17Si le peuple anglais, ainsi qu’on le dit ici et ainsi qu’on nous le reproche en Francie et en Italie et même chez les païens, si donc ils méprisent le mariage légal et vivent comme les gens de Sodome dans la luxure et l’adultère, alors nous devons nous attendre à ce qu’une telle coucherie de putains engendre un peuple de dégénérés, de manants et de voleurs. Enfin, la race entière, avilie et amoindrie, ne sera plus courageuse à la guerre, ni persévérante dans la foi, ni honorée parmi les hommes ni aimée de Dieu. Ainsi advint-il des peuples de l’Espagne, de la Provence et de la Bourgogne. Ils se détournèrent ainsi de Dieu et vécurent dans la luxure jusqu’à ce que le Juge Tout-Puissant fit s’abattre sur eux les peines encourues pour ces crimes par l’ignorance de la loi de Dieu et par l’arrivée des Sarrazins.

18Il faut noter en outre qu’un autre péché, terrible, se cache sous ce crime, à savoir l’homicide. Car lorsque ces putains, qu’elles soient moniales ou non, accouchent de leur progéniture, conçue dans le péché, elles les tuent le plus souvent de sorte qu’au lieu de remplir les églises du Christ d’enfants adoptifs, elles accumulent les corps dans les tombes et dans l’enfer les âmes misérables. [...]

19Lettre de Boniface et d’autres évêques au roi Aethelbald de Mercie (746-747) = Die Briefe des heiligen Bonifatius und Lullus, éd. Michael Tangl, MGH Epistolae selectae, t. 1, Berlin 1916, réimpr. anast. Munich 1989, n° 73, p. 146-155. Trad. A. Stoclet, d’après The Letters of Saint Boniface, trad. (angl.) Ephraim Emerton, intro, et bibliogr. par Thomas F. X. Noble, New York et Chichester (GB), 2000, (Columbia University Press. Records of Western Civilization), p. 102-108.

13. De la relativité du péché

20Un noble appelé Baldela avait pour épouse une certaine Angelrada. La servante de celle-ci ayant commis l’adultère et craignant sa maîtresse, se réfugia dans l’église Saint-Denis dite de l’Estrée, le jour de la Saint-Jean. Le prêtre du lieu, un certain Martinien, prenant en mains les clefs de la basilique, s’en alla trouver la maîtresse de la fille adultère afin d’intercéder pour elle. Lorsque la dame aperçut le prêtre, elle l’invita à dîner. Celui-ci refusa poliment, désireux d’exposer d’abord le motif de sa visite. Elle y consentit et lui, brandissant les clefs de l’église, implore pour la fugitive [le pardon de sa maîtresse], après avoir raconté comment elle s’était réfugiée auprès de lui. Piquée, plus que touchée, par l’ardeur de la plaidoirie, la dame se raidit et jura qu’il ne l’entendrait jamais prononcer des paroles d’indulgence. Aussitôt elle perdit l’usage de sa langue et ne put prononcer les mots qu’on attendait d’elle, ni plus aucun autre toute sa vie durant. Et puisqu’elle n’avait pas voulu parler lorsqu’elle le pouvait, elle [fut condamnée à] ignorer en silence la faute de sa servante.

21Miracula sancti Dionysii, 1, 24, éd. Jean Mabillon, Acta Sanctorum Ordinis Sancti Benedicti, saec. 3, pars 2, Paris, 1672, p. 343-364, ici p. 351 = Miracula sancti Dionysii, Reims, Bibl. Municip. 1395, fol. 37 r°, éd. Achille Luchaire, « Les Miracula sancti Dionysii d’après des mss. de Rome, de Paris et de Reims », Bibl. de la Faculté des Lettres de Paris 8 (1899), p. 20-29 et 93-98, ici p. 97. Trad. A. Stoclet.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search