Version classiqueVersion mobile

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Projet follement ambitieux s’il en est, rêvé par quelques contemporanéistes des happy sixties et, (...)

1À sujet vaste, vaste documentation : puisque l’histoire sociale se veut histoire totale1 il s’ensuit qu’aucune source ne lui est, en principe, étrangère. Extraire de cette masse un florilège qui fût tout ensemble représentatif, stimulant et profitable aux principaux intéressés, voilà ce qu’en somme je me suis efforcé de faire.

2On observera que les pièces se répartissent de manière plus ou moins uniforme sur toute la période. Un souci analogue a guidé leur choix dans l’espace, de manière à ce que l’Europe de l’énoncé ne demeurât pas un vain nom. Plus de quarante, c’est-à-dire près de la moitié, font ici contrepoids au goliath franc et à ses diverses provinces (Alémanie, Aquitaine, Bavière, Saxe, Thuringe, etc.) : seize pour l’Italie, neuf pour l’Irlande, huit pour l’Espagne, six pour l’Angleterre et deux pour la Scandinavie.

  • 2 Tels par ex., Wendy Davies et Paul Fouracre dans la conclusion de leur désormais classique The Set (...)
  • 3 Sur ce point et sur bien d’autres, directement utiles à notre propos, voir l’indispensable Encyclo (...)
  • 4 Ou la brève mais précieuse mise au point de Jacques-Henri Michel, « Réflexions sur quelques traits (...)

3Dans tous les manuels parus à ce jour, l’Irlande fait sans conteste figure de parent pauvre. On peut comprendre la prudence, la réticence même, des historiens continentaux face à cet étrange objet. Mais on remarquera, d’abord, qu’ils s’en exagèrent la spécificité2 (car enfin les sociétés occidentales ne sont-elles pas toutes, peu ou prou, issues d’une même matrice proto-indo-européenne3, diversement adaptée, il est vrai, et selon des rythmes variables, aux circonstances locales) ; ensuite, qu’ils ont à leur disposition plusieurs guides tout à fait excellents : outre les travaux de Kelly, Binchy, et Charles-Edwards, signalés au bas des textes nos 34, 37 et 95, on citera le très récent et limpidissime Early Christian Ireland du même Thomas Charles-Edwards (Cambridge, 2000) et, de Dáibhí Ó Cróinín, Early Medieval Ireland 400-1200, Londres et New York 1995, sans oublier – malgré la controverse qui l’entoure – Nerys Patterson, Cattle Lords and Clansmen. The Social Structure of Early Ireland, 2e éd., Notre Dame et Londres 19944. On aurait grand tort de se priver de l’éclairage puissant que projettent sur les faits sociaux, autochtones ou non, les sources irlandaises latines et vernaculaires, hagiographiques (5, 85, 96), épiques (65, 100), mais surtout juridiques (34, 37, 74, 95). Ces dernières ont une solide réputation d’hermétisme, parfaitement méritée. Aussi, l’espoir de traduire en français l’intégralité du magnifique Críth Gablach a-t-il fait long feu, pour lors. On espère du moins que nonobstant leurs imperfections sans doute nombreuses, conséquence d’un travail nécessairement hâtif, les extraits retenus produiront leur effet et réveilleront chez le lecteur la muse comparatiste.

4Il m’est arrivé de prendre quelques libertés avec la chronologie. En apparence du moins car, pour les deux textes Scandinaves (25 et 35), j’ai simplement préféré la substance à la forme : Rigsthula et Völsunga Saga furent composés, croit-on, vers la fin du xe siècle et au xiiie siècle respectivement, mais leur matière accusait alors un âge plus vénérable de beaucoup. « Entorse » d’autant plus justifiée qu’aucun aède de haute époque n’égale celui du Rigsthula par l’ampleur, la précision et l’harmonieux équilibre de l’évocation des grandes divisions de la société. Quant à la Völsunga Saga, elle nous invite à réfléchir sur les rapports entre identité et épopée : Homère et hellénité, Geste de Manas et kyrgyzité, etc.

5Le dossier italien, plus étoffé, est aussi plus convenu par certains côtés (Paul Diacre, lois d’Aistulfe et de Liutprand), plus attendu par d’autres (chartes abruzzaises). Pour l’Espagne wisigothique, mes compétences étant ce qu’elles sont, j’eus recours – une fois n’est pas coutume – à une anthologie : celle de Cortazar, prêtée par mon ami et collègue Denis Menjot, ce dont je lui sais gré. Isidore (30 et 73) et l’hagiographe éméritin (56) illustrent deux facettes du piège des apparences : le premier par ce qu’il fait œuvre d’encyclopédiste, avec tout ce que cela comporte d’incertitudes pour le lecteur avide d’authenticité vécue et datable, le second parce qu’il nous rappelle avec quelle désarmante facilité on citait alors l’Évangile, à tout propos, de sorte que les juifs de Mérida – dans ce texte en tout cas – s’avèrent fictifs ou plutôt métaphoriques, n’en déplaise à Cortazar.

  • 5 Trad. Olivier Szerwiniack et al, (La Roue à livres), Paris, 1999-2000.
  • 6 Martin Heinzelmann, Gregory of Tours. History and Society in the Sixth Century, Cambridge 2001. Gr (...)

6Bède manque à l’appel. So be it ! Raison de plus pour dévorer tout entière sa trépidante Histoire ecclésiastique du peuple anglais5. En revanche, son homologue tourangeau du sixième siècle, l’évêque Grégoire, occupe la place qui lui revient... et même davantage (3, 26-27, 57, 70, 72, 77-79, 84). On a beau savoir, grâce à Martin Heinzelmann, que les Histoires sont sensiblement plus construites et cohérentes qu’il n’y paraît à première vue6, on n’en reste pas moins persuadé de leur profonde singularité et fasciné par l’attention au détail, par la justesse des touches psychologiques (Clothilde et Arcadius dans l’épisode des ciseaux et de l’épée), par la densité de la narration. Autrement, les textes de l’espace franc n’offrent guère de particularité qui mérite d’être relevée ici, si ce n’est que plusieurs font ou ont fait l’objet de mes propres recherches, passées ou présentes (13, 33, 41-45, 76).

7Voilà des années que, sans le savoir, je prêche à mes étudiants, dès leurs premières séances de travaux dirigés, la même approche des textes que celle que La Bruyère recommande dans ses Caractères, sans doute après l’avoir inculquée au duc de Bourbon, dont il fut le précepteur de 1684 à 1686. Désormais, comme ici (no 1) j’invoquerai cette caution prestigieuse – on ne prête qu’aux riches ! Attention, toutefois : l’originalité et l’indépendance d’esprit ne sont pas pareillement prisées dans toutes les circonstances !

8Collecte et traduction furent menées à bien durant l’été 2002 dans les conditions optimales, parmi les kilomètres de rayons des bibliothèques de l’Université de Toronto, où l’on trouve tout... ou presque. Si je traduis moi-même plusieurs passages de l’Histoire des Lombards, ce n’est pas, faut-il le dire, parce que je m’estime meilleur latiniste que François Bougard, mais, plus prosaïquement, parce que son beau livre n’est pas encore entré dans ces collections. De même, si celles-ci possèdent bien le De duodecim abusivis saeculi, auquel j’emprunte mon no 74, ce n’est pas, curieusement, dans l’édition qu’en a donnée Siegmund Hellmann en 1910, mais sous forme d’un manuscrit microfilmé ; c’est donc à ce dernier que je renvoie.

9Lorsqu’ils n’escortent pas les formes latines ou vernaculaires de l’original, reproduites ponctuellement dans l’intérêt de l’exégèse, les crochets droits indiquent les modifications apportées à l’original par addition, pour plus de clarté ou d’information, ou par omission (points de suspension).

Notes

1 Projet follement ambitieux s’il en est, rêvé par quelques contemporanéistes des happy sixties et, depuis, éclaté en une poussière de « composantes » : cf. Geoffrey Crossick, « Qu’est-ce que l’histoire sociale ? », Université de tous tes savoirs. L’histoire, la sociologie, l’anthropologie, t. 2, dir. Yves Michaud, Paris, 2002, p. 155-167. Il ne semble pas que les médiévistes l’aient fondamentalement repensé en tant que tel ni qu’ils se soient souciés outre mesure de l’adapter à leur période, c’est-à-dire à leur documentation, infiniment plus lacunaire et peu susceptible de le porter en l’état.

2 Tels par ex., Wendy Davies et Paul Fouracre dans la conclusion de leur désormais classique The Settlement of Disputes in Early Medieval Europe, Cambridge, 1986.

3 Sur ce point et sur bien d’autres, directement utiles à notre propos, voir l’indispensable Encyclopedia of Indo-European Culture, éd. John Patrick Mallory et Douglas Q. Adams, Londres et Chicago, 1997.

4 Ou la brève mais précieuse mise au point de Jacques-Henri Michel, « Réflexions sur quelques traits généraux du cautionnement archaïque à la lumière de l’ancien droit irlandais », Les sûretés personnelles. Deuxième partie. Moyen Âge et Temps Modernes, (Recueils de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, 29), Bruxelles, 1971, p. 383-397.

5 Trad. Olivier Szerwiniack et al, (La Roue à livres), Paris, 1999-2000.

6 Martin Heinzelmann, Gregory of Tours. History and Society in the Sixth Century, Cambridge 2001. Grandes lignes de cette interprétation déjà dans Roger Ray, « Historiography, Western European », Dictionary of the Middle Ages, t. 6, New York, 1985, p. 258-265, spéc. p. 258-261.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search