Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Géographie

L'Ambassadeur, le Dragoman, la Sultane et le Chocolat

Représentation de l'Orient et modes de lecture

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

Constantinople, du 26 novembre : Renier, Baile de la République de Venise, a fait ici son entrée publique le 25 du mois dernier ; cette entrée fut plus brillante que ne le sont ordinairement celles des Ministres de cette République ; il avait fait aussi des présents plus considérables. La reconnaissance qu'on lui en a témoignée, offre quelques particularités. Les 4 Sultanes favorites, avec la permission du Grand Seigneur, ont envoyé au Baile chacune une bourse de 100 Sultanius, avec ce billet : présent de la sultane au Baile de Venise, en reconnaissance de sa magnificence. Les Dragomans qui introduisirent le Ministre d’abord auprès du Grand Vizir, et ensuite auprès du Grand Seigneur, furent régalés superbement, ainsi que sa suite. Les Capitaines des vaisseaux qui l'ont amené ont eu chacun un habit, une bourse de 100 piastres, et on les a indemnisés de la poudre qu'ils ont brûlée dans les salves d'étiquettes dans ces occasions. Lorsque M. Renier fut invité à dîner chez le Grand Vizir, il mangea peu ; on lui en fit des reproches, et il répondit que le chocolat qu’il avait pris le matin lui avait ôté l’appétit ; le Ministre Ottoman témoigna quelque désir de goûter de ce chocolat ; il en reçut le lendemain une provision qui lui fit tant de plaisir qu'il donna 100 piastres à ceux qui le lui avaient apporté. (GDP 12 jan. 1775)

1Ce récit en forme d'ouverture (ou d'"entrée") offre une belle vue perspective du monde oriental selon la gazette : on y trouve, comme semés par hasard, les thèmes qui dessinent l'Orient imaginaire, ses mœurs et ses fastes, tout en le désignant comme en attente de l'Occidental et de ses cadeaux. Cette petite histoire, qui pourrait être intitulée "l'Ambassadeur, le Dragoman, la Sultane et le Chocolat", me servira de fable pour illustrer l'Orient de trois gazettes (d'Amsterdam, de Leyde et des Deux-Ponts) de 1775. A travers les lieux communs et les récits d'événements en apparence insignifiants, on tentera de voir comment le texte de la gazette invente le monde oriental, comment elle met en scène un imaginaire de convention tout en rendant compte de la réalité du moment.

La sultane

2Quand on parle de représentation de l'Orient, ce qui vient d'abord à l'esprit, et que traite en priorité la littérature de cette époque, est le monde du sérail. Si la gazette ne l'évoque que rarement, elle le fait cependant d'une manière qui illustre bien la forme de cet intérêt pour l'étrange. Le récit de la Gazette des Deux-Ponts illustre la fascination qu'éprouvent les Occidentaux devant la polygamie orientale. Reprenons-en quelques traits :

Les 4 Sultanes favorites, avec la permission du Grand Seigneur, ont envoyé au Baile chacune une bourse de 100 Sultanius, avec ce billet : présent de la sultane au Baile de Venise, en reconnaissance de sa magnificence.

  • 1 Voir Alain Grosrichard, Structure du sérail, Seuil, 1979.

3Dès la première lecture, ce récit donne une impression trouble de multiplication et pourtant d'unité qui reflète bien cette "structure du sérail"1 où l'un et le multiple se croisent, où le maître est absent et cependant plus présent qu'un monarque occidental ; monde clos, tapissé de miroirs, où la figure et ses reflets répétés à l'infini se confondent.

4Multiplication du don, le faste appelle le faste, le cadeau appelle le cadeau, mais surtout multiplication de la figure de la reine. Quatre sultanes, c'est déjà un rêve de sérail, mais ces quatre sont "les quatre favorites", ce qui laisse entendre, bien sûr, qu'il y en a d'autres qui ne le sont pas – ou qui ne le sont plus (on retrouve le thème de la jalousie évoqué dans les Lettres persanes). Cela peut faire rêver sur le nombre total. Mais ces favorites agissent chacune indépendamment de leurs compagnes, envoyant chacune une bourse et un mot dans lequel chacune se déclare, non "une" des sultanes, mais "la" sultane, se plaçant en situation d'unicité ; une figure unique apparaît comme multipliée par un effet de miroir. D'autre part, le nom de la monnaie (sultanius) évoque par métonymie leur maître, et fait apparaître une multiplicité de petits sultans. Dans la phrase de ce message, où la sultane offre une bourse pleine de sultans, le rapport singulier/pluriel est inversé (une sultane, des sultanius). Le fait que ces sultans soient enclos dans une bourse, mot aux résonances éminemment masculines, rend l'histoire assez savoureuse. Mais ce renversement est purement symbolique, et ne joue bien sûr que pour le lecteur occidental. La cohésion du sérail est indiquée par le fait que si chacune envoie un message, ce message et la somme qui l'accompagne sont les mêmes pour toutes (le pluriel se résout alors en unité et seul l'argent est multiplié). La domination du sultan est d'ailleurs rappelée par la mention "avec la permission du Grand Seigneur", précision impensable lorsqu'il s'agit d'un cadeau offert par une reine occidentale.

5Le rôle de la femme, dans la gazette, est cependant le même à l'Orient qu'à l'Occident : elle est enceinte, accouche, en meurt parfois. On s'attend à ce que ce genre de nouvelles soit fréquent dans les nouvelles de la Porte. On lit dans la gazette :

Le bruit court que l'une des sultanes est enceinte ; mais comme des personnes qui entrent journellement dans le sérail, déclarent n'en avoir rien appris, ce bruit mérite confirmation. (GA 12 mai)

6Un mois plus tard, le bruit est confirmé (ceux qui entrent dans le sérail, dont on ne nous dit pas la fonction, ne savaient rien, le bruit est pourtant sorti ; preuve, s'il en était besoin, de la fluidité du bruit, de sa capacité à franchir les seuils les mieux gardés) : "Le Reis-Essenai a fait signifier aux Ministres Étrangers la grossesse d'une Sultane, et on assure qu'une seconde est aussi enceinte" (GA 23 juin). Il est intéressant de voir comment cette nouvelle, qui placerait l'une des sultanes sur un plan particulier, est immédiatement tempérée par la rumeur qui l'accompagne ("une seconde est aussi"). Si les sultanes jouent dans la gazette le même rôle politique (de reproduction) que les autres souveraines, ce rôle n'est pas traité de la même façon. Cette position peu enviable – aux yeux d'Occidentaux et de modernes – est encore plus manifeste dans une des nouvelles du Maroc. La Gazette des Deux-Ponts, plus fascinée que les autres par les informations croustillantes, décrit l'empereur en campagne : "Lorsqu'il prévoit que son absence sera longue, il conduit avec lui 200 femmes pour se délasser pendant la route" (16 mars). Cet empereur, sans doute plus prévoyant que les Persans de Montesquieu, "conduit" les femmes comme on le dirait d'un troupeau, mais le terme vague qui indique leur usage ("se délasser") peut amener le lecteur à déployer tout un imaginaire de Houris, éventails, danseuses et musiciennes... Le chiffre (200) permet toutes les suppositions. Le rêve du sérail est donc présent par petites touches dans les gazettes. Il dépend du lecteur de lire entre les lignes et d'y greffer son propre imaginaire – ou celui des romans.

Le dragoman

7La rareté des traits propres à la civilisation orientale fait que, bien souvent, le seul aspect "exotique" de ces nouvelles réside dans les mots et non dans les faits rapportés : ce qui caractérise les nouvelles d'Orient, c'est la fréquence de l'emploi de termes pris dans la langue originale. L'imaginaire du lecteur prend alors une autre voie, illustrée par le personnage de l'interprète, c'est-à-dire du dragoman. La notation du temps (par les fêtes musulmanes, le calendrier lunaire...) introduit le lecteur dans un temps particulier. L'espace n'est pas toujours bien défini et on peut se demander si les lecteurs du XVIIIe siècle savaient où étaient Satalie, Anamour, la Caramanie... Mais ce sont surtout les désignations des personnages qui brouillent la lecture ; leurs titres et fonctions donnent à ces nouvelles une allure particulière.

  • 2 Bourses pour 12 enfants orientaux ; 1721, des Français y sont éduqués pour terminer leurs études à (...)
  • 3 Cf. F. Hitzel, op. cit., p. 57.

8Que l'interprète soit appelé dragoman n'a rien qui surprenne. La création en 1669, par un arrêt du Conseil royal de commerce, de l'école des "jeunes de langues" de Constantinople et, en 1700, de son équivalent à Paris (au collège Louis le Grand2) fait supposer que ce personnage et ce nom (qui, malgré son air oriental, vient de l'italien3) étaient familiers aux lecteurs. On peut aussi penser que l'on donne sans explications les termes connus de la majorité du lectorat, comme : Grand Vizir, Aga, Capitan-Pacha (chef de la marine), Bey, Khan (noté Chan), Pacha (ou Bassa) à trois queues, Mufti, Topzi-Bachi... La traduction est plus fréquente pour la mention des officiers du second rang, moins connus que ces dignitaires ; on nous parle du "Kiata ou adjudant-général du Grand-Vizir", le "Chiaous Bachi ou chef des huissiers" (GA 17 jan.).

  • 4 Le Divan magique : l'Orient turc en France au XVIIIe siècle, L'Harmattan, 1994, pp. 157-159.

9Les termes donnés sans traduction indiqueraient donc l'état du savoir des lecteurs. On peut ainsi supposer que le texte décrivant un cortège mené par le Beglierbey de Romanie et "un Vizir du banc, deux Bassas, un Testerdar, deux Mollhas" (GDP 9 mars) devait être compréhensible. De même, la perplexité d'un lecteur moderne et naïf, lorsqu’il apprend successivement qu'un personnage est rentré dans son Pachalick après les fêtes du Beiram, et qu'un Tchobadar a apporté la nouvelle de la nomination d'un Aga, à la place de celui dont il était auparavant le Kiaya (GL 17 fév.), montrerait ce que les lecteurs du temps savaient des institutions orientales. Il serait intéressant de dresser un tableau diachronique de ce savoir grâce à une étude portant sur diverses périodes. Le tableau donné par Hélène Desmet-Grégoire des termes traduits et de ceux qui ne le sont pas dans la Gazette de 1700 à 17104 correspond assez bien à l'état des pratiques de 1775. Il apparaîtrait donc que la connaissance de l'Orient n'aurait pas été modifiée entre ces deux périodes. Cette hypothèse est tentante, mais il n'est pas sûr que l'on puisse se servir de ces indices avec certitude : la Gazette de Leyde donnait le mot Kiaya sans traduction le 17 février ; un mois plus tard, dans la même gazette (le 28 mars), on reparle d'un Kiaya, en ajoutant "ou lieutenant". Ceci prouverait que les correspondants de la gazette n'étaient pas si sûrs du savoir de leurs lecteurs. Il arrive que le nom de dragoman lui-même soit "traduit" ("dragoman ou Interprètes", GA 20 jan.). On peut en conclure que, si la présence fréquente de termes donnés uniquement dans la langue du pays peut apparaître comme une inscription des connaissances des lecteurs dans le texte de la gazette, certainement révélatrice d'une certaine familiarité avec les institutions orientales, cet indice est pourtant à prendre avec précautions.

  • 5 Cf. Y. Seité, La Nouvelle Héloïse et son paratexte, thèse, Paris VII, 1994, t. I, ch. 2.

10Le maintien du terme original, suivi de sa traduction (précédée de "ou", ou mise entre parenthèses), a une fonction de pittoresque. Mais celui-ci n'est pas tout à fait gratuit. Traduction ne signifie pas redondance : dans la Gazette de Leyde, il est fait mention successivement des "Muderis ou gens de loi" (17 fév.) et des "Ulhemas ou gens de loi" (17 mars). Ce redoublement montre bien que la traduction est insuffisante et qu'il est besoin, pour être précis, de maintenir la désignation exacte, bien qu'on ne puisse la plupart du temps entrer dans les détails. Il arrive pourtant que la gazette prenne le temps de donner des informations à travers des tentatives de traduction. Ceci peut s'accomplir par une incise, par exemple : "un Laze, nom d'un Peuple particulier du District que l'on croit être l'ancienne Colchis et qui se nomme Lazico" (GA 27 jan.). On trouve parfois une parenthèse, légèrement développée : "des Carabos (sorte de petites barques dont se servent les Africains") (GL 28 mars). Il arrive qu'il y ait même une note : lorsque l'on mentionne que "les Cadis ou Juges seront établis par les Cadileskiers", ce mot est commenté en bas de page : "Ce sont des Chanceliers ou Chefs de Justice. Il y en a deux, l'un pour la Natolie ou les provinces d'Asie, l'autre pour la Romélie, ou les provinces d'Europe. Sultan Selim en a établi une troisième pour l'Egypte" (GL 17 mars). On voit que les notes infrapaginales peuvent jouer un rôle dans la gazette, comme dans le roman5 ; ici, elles ne se contentent pas de donner une traduction, elles indiquent la géographie judiciaire et, au passage, donnent les équivalents français des noms de lieux. Parmi les trois gazettes que j'ai dépouillées, la Gazette de Leyde semble être celle qui utilise le plus ces procédés, mais il serait intéressant de vérifier cela sur un plus vaste corpus et une durée plus longue. Ce système peut, petit à petit, créer une vraie culture de l'Orient. Le lecteur d'une telle presse a les moyens de se construire, au fil des livraisons, une géographie politique plus sûre. On devine a contrario que les lecteurs des autres périodiques, n'étant pas forcément plus savants que ceux de la Gazette de Leyde, avaient une lecture plus floue des nouvelles orientales, plus "poétique", se laissant bercer par des mots aux sonorités étranges dont ils ne comprenaient pas toujours le sens.

11La présence de termes orientaux peut aussi être le signe d'une étrangeté radicale. Lorsque le Chevalier de Tott propose à la Porte des réformes civiles et militaires, le Ministre qui lui répond s'adresse à lui en ces termes :

Giahour (infidèle), nous sommes las de projets et nous n'avons jamais été si malheureux que depuis que nous en avons écouté de semblables !...]. Enseigne-nous plutôt les moyens de redonner à nos troupes, ci-devant invincibles, [cette] obéissance aveugle, et cet enthousiasme de religion qui les rendaient si formidables ; alors nous mépriserons comme nous le faisions autrefois, tes baïonnettes, tes canons de nouvelle invention, et tes plans et tes projets. (GDP 15 jan.)

  • 6 Ce terme est aussi le titre d'une œuvre de Byron (Le Giaour, 1813), et du tableau de Delacroix qu'i (...)

12Le terme inaugural de ce discours, "Ghiaour", sert bien sûr à atténuer ce que sa traduction française (infidèle), aurait d'insultant. Mais il est aussi le signe de la différence et du rejet. Le texte de la gazette, émaillé de termes exotiques, crée une connivence avec son lecteur occidental : connivence autour d'un savoir (plus ou moins) partagé, mais aussi connivence de ceux qui appartiennent au même monde, celui du "Ghiaour"6. Les institutions de ce monde ne peuvent être comparées à celles de l’étranger qui, pour être trop différentes, sont proprement intraduisibles.

L'ambassadeur

13Le personnage de l'ambassadeur est le symbole de la présence de l'Occidental dans un monde étranger, ou de l'irruption de l'étranger dans le monde occidental. Il est une figure fondamentale des nouvelles d'Orient : dans les 52 numéros du premier semestre 1775 de la Gazette d'Amsterdam, on trouve à 14 reprises des nouvelles de Constantinople et, parmi elles, 11 évoquent des ambassadeurs (la période s'y prêtait : on attend la ratification du traité entre la Porte et la Russie). Dans ce domaine aussi, on retrouve des problèmes de représentations : représentation de l'altérité – et par conséquent de soi-même –, représentation du rapport de l'un à l'autre. Mais ici, on ne peut se dispenser de traduire, et la figure du dragoman s'efface : puisque les deux mondes sont en contact, il faut bien arriver à dire la nature du rapport qui s'installe, écrire le dialogue qui s'ébauche, comparer donc.

14On s'attendrait à ce que les ambassadeurs étrangers, leur physionomie, leur costume, soient décrits avec force détails et à ce que leur étrangeté soit ainsi mise en valeur. Ce n’est pas le cas. Un prince chinois en visite à Moscou (qui n'a pas le rang d'ambassadeur mais est bien le représentant de sa nation), est décrit ainsi :

Ce Prince est encore fort jeune, d’une beauté extraordinaire, très affable, et nullement gêné dans sa manière de vivre. Comme il ne parle que les langues Chinoise et Tartare, peu de gens comprennent ce qu'il veut dire. Il est fort attentif aux exercices des Troupes, aime beaucoup la Musique, et a avec lui un missionnaire, qui s'est longtemps arrêté à Pékin, et qui lui sert d'interprète à la Cour. (GA 27 juin)

15On ne note donc que ce qui est de l'ordre du même : la beauté d'une part, notion très relative, l’affabilité et l'aisance d'autre part, dénotant un usage de codes sociaux communs, ne peuvent être reconnues que dans cet ordre-là, par une "reconnaissance" ; l'amour de la musique et des exercices de troupes, loin d'être le signe de goûts contradictoires, est celui d'un intérêt pour les spectacles que la civilisation occidentale se donne d'elle-même : on est loin de l'ironie de Candide. La qualité de l'autre est marquée par son adaptation aux critères occidentaux de ce qui fait l'excellence de l'homme et du prince.

16Une utilisation particulière de la langue semble être la seule marque de l'étrangeté. Lorsque l'envoyé du pacha de Tripoli s'adresse à Louis XVI, lors de son audience du 27 mai, il transmet, au nom de son "maître", des "regrets sur la mort de son illustre et grand Allié et Ami, l'auguste Empereur de France Louis XV, de glorieuse mémoire". Il "porte aux pieds" du roi l'assurance des vœux et de la sincère amitié du Pacha, et assure que les peuples de l'Afrique "n'ont pu apprendre, sans la plus vive admiration que les commencements de [son] Empire ont été marqués par les plus grands exemples de justice et de bonté", au nombre desquels il met le maintien des anciens traités. Il achève un discours marqué d'affectivité par une formule qui en résume le ton : "Que Votre Majesté Impériale daigne jeter sur moi un regard favorable, et ce jour sera le plus beau de ma vie !" La réponse de Louis XVI, par sa sobriété et sa brièveté, montre ce qui peut séparer les deux types de discours politique :

Je suis très satisfait des sentiments du Pacha de Tripoli. Le premier devoir des Souverains est d'observer les traités. J’en donnerai l'exemple. La Justice sera toujours la base de ma conduite vis-à-vis des Etrangers. (GA 13 juin)

17Les termes de "justice" et de "devoir" remplacent ceux de "justice et de bonté" et les relations entre États sont placées sur un plan général et non plus personnel.

18Un autre exemple montre que ces types de discours caractérisent les relations entre le monde chrétien et le monde musulman. En 1775, le roi du Maroc assiège Melilla, sans succès, et finit par demander la paix au roi d'Espagne. Hamet-Elgazil, ambassadeur du roi du Maroc, écrit dans ce but au Marquis de Grimaldi, premier secrétaire du roi d'Espagne, et tente de sauver les apparences, c'est-à-dire de faire passer la levée du siège pour un geste de bonne volonté. Sa lettre est un modèle de cette façon tout orientale d'aborder les problèmes diplomatiques (la typographie de la gazette met en valeur les passages importants, notés ici en italique). Il y présente le roi du Maroc, content d'une lettre précédente de Grimaldi,

disant mille biens du Monarque votre Maître, et ajoutant que tant que vivrait le Roi Charles, il ne consentirait jamais qu'il y eût dans ses états aucun Esclave Espagnol, parce qu’il se déclarait véritable Ami de ce Monarque en Paix et en Guerre. Il a été fort sensible à ce qu'on disait de lui que sans motif il avait rompu le Traité de Paix ; et cela même lui a suffi pour faire lever le siège de Mélille. [...] Dans toutes les occasions qui s'offrent de parler du Roi, votre Maître, ce m'est un plaisir singulier d'entendre l'éloge qu'en fait le mien.

19Il achève par des salutations très chaleureuses : "Je demeure, comme toujours, l'intime et fidèle ami de votre Excellence". Dans sa réponse, Grimaldi (qui affirme d'emblée que le contenu de cette lettre lui a causé "le plus grand étonnement") s'indigne du double langage de l'ambassadeur :

Votre Seigneurie n'ignore point que bien loin que dans ma lettre citée il soit parlé, même indirectement de Paix, il n’y est question que de Guerre [...et il n'y a] rien qui ait rapport à la suspension du siège de Melille, ainsi que vous tâchez de le faire entendre.

20La suite est une réponse pleine de défiance vis-à-vis d'un roi capable de ne pas respecter les traités, car

on le suppose y être autorisé par la Loi des Musulmans, sans s'embarrasser que d'un autre côté il est notoire que la Cour Ottomane observe religieusement ses Traités avec les Princes Chrétiens. (GA 28 avril).

21Il ajoute nettement que toute paix doit tenir compte du succès des armes espagnoles (le siège apparaît dans les gazettes comme un échec total) et que ce succès est le vrai motif de la demande de paix. Le désir de l'empereur du Maroc de ne pas perdre la face n'est donc absolument – et volontairement – pas pris en compte. Aux amabilités concernant le roi, d'Espagne, il répond :

Pour ce qui concerne l'inclination particulière que le Roi de Maroc professe à l'égard du Roi mon Maître, je puis vous dire que la rancune ne subsistant jamais entre des souverains, sa Majesté a regardé et regardera toujours avec estime les belles qualités dont ce Prince Maure est doué.

22Pour finir, Grimaldi répond aux amabilités qui lui sont personnellement destinées ("Je demeure, comme toujours, l'intime et fidèle ami de votre excellence") par

J'agrée comme il convient les expressions dont je suis redevable à votre amitié, en vous assurant que je suis à votre disposition, et priant Dieu qu’il vous conserve de longues années.

23Les deux réponses aux protestations de sincère amitié ("la rancune ne subsistant jamais entre des souverains", pour son roi ; "j'agrée comme il convient", pour lui-même) sont parlantes. Il n'est jamais question d'amitié, mais simplement de devoir ; devoir royal pour l'un, et devoir de "convenances" pour l'autre. On se montre agissant "comme il convient", et non sous le coup d'une émotion (forcément hypocrite, puisque étrangère aux coutumes). Pour le lecteur de la gazette qui s'est forgé une piteuse image du roi du Maroc, présenté comme un impulsif et un émotif (lorsque le siège de Melilla devient difficile, la gazette le montre exaspéré, s'arrachant les poils de sa barbe), la lettre de son ambassadeur ne peut que confirmer cette impression. L'ambassadeur se veut le miroir de son roi, et la gazette le fait apparaître comme un redoublement textuel de ce personnage qu'elle a construit, mois après mois. Toutes proportions gardées, on n'est pas loin des comédies où le rôle du valet est écrit comme un redoublement dégradé de celui de son maître. Mais ici l'imitation n'apparaît pas comme un ressort de comique (encore qu'il ne soit pas interdit de la lire ainsi, le ridicule étant un des traits de la figure de l'"autre", lorsqu'elle ne fait pas peur). Ce redoublement semble vouloir indiquer une constante, donc un trait culturel. La politesse et les formes du discours oriental ne sont évidemment pas valorisées, face à un style occidental abrupt et peu soucieux de ménager autrui ; elles apparaissent comme outrées, et donc fausses et hypocrites. Elles servent à montrer, par effet de contraste, la logique et la justesse des propos des Européens, et donc la justice de leur cause.

24Un autre exemple de langage "exotique", celui des Indiens d'Amérique du Nord, ne reçoit pas le même traitement. Lorsque le gouverneur de Québec avait essayé de lever des troupes de Canadiens,

tous les habitants Chrétiens avaient unanimement refusé de s'y prêter ; et les Indiens, à qui il s'était ensuite adressé, avaient répondu naïvement qu'ils ne voulaient point se mêler d'une affaire, qu'ils regardaient comme une dispute entre le Père et le Fils. (GL 7 fév.)

  • 7 Voir J. F. Lafitau, Mœurs des Sauvages américains, Maspéro, 1982, p. 89 ("des orateurs").

25La réponse, "naïve", met en scène le goût bien connu des Indiens pour les métaphores7, et est recevable dans la mesure où elle les maintient dans une neutralité que le gazetier approuve. Encore une fois, on constate que la gazette se refuse au pittoresque : le style fleuri des Orientaux, prisé par les auteurs de "turqueries" et que l'on s'attendrait à trouver, n'apparaît pas parce qu'il ne fait pas sens politiquement. Celui des Indiens est noté ici, justement parce qu'il contient une attitude politique (la neutralité) et invite le lecteur à une attitude de condescendance attendrie.

26Si la gazette se désintéresse du pittoresque, celui-ci apparaît de façon épisodique. Les Européens voyageurs font surgir les objets et l'espace, qui sans eux resteraient abstraits. En temps de paix, ils apparaissent comme des donneurs et des receveurs de cadeaux. Ainsi les vêtements qu'on leur offre sont une marque d'estime et un cadeau de prix. Comme dans les autres rubriques de la gazette, détails et couleurs font défaut : les objets signifient et n'ont rien de décoratif : pelisse d'honneur, turban et sabre confirment le Khan des Tartares dans sa dignité (GL 17 mars). Peterson et les autres envoyés de la cour de Russie sont revêtus de pelisses de martre-zibeline et d’hermine offerte par le sultan après l'échange des ratifications du traité, et les membres de leur suite reçoivent un caftan "chacun à proportion de son rang" (GL 14 et 17 mars). Le grand Vizir offre à Peterson "un superbe cheval richement harnaché" (GA 14 avril). L'ambassadeur Abdul Kerim, qui reçoit une "pelisse d'honneur" du Sultan avant son départ, est chargé de cadeaux pour l'Impératrice de Russie, d'un montant de 250 000 piastres (GL 17 mars).

27La Porte est un royaume où l'on couvre de cadeaux les étrangers, des plus nobles aux plus petits, d'une façon qui apparaît comme exagérée : "ce que l'on ne peut concevoir est que chacun [des courriers envoyés par la Russie] reçoit de la Porte en présent, une centaine de piastres et au-delà" (GA 13 juin). Ces quelques objets, pelisses, harnachements de prix et monnaies indiquent qu'on est ailleurs, mais leur fonction essentielle est de l'ordre de l'information politique. Il semble qu'il y ait dans ces échanges de cadeaux une volonté de ne pas être en reste, donc en dette ; jusqu'à la poudre des canons, tout doit être "remboursé". Le cadeau est à la fois une reconnaissance de la qualité de l’étranger et une forme de potlatch qui, lorsqu'il dépasse l’usage européen, apparaît là encore comme une politesse exagérée, donc suspecte. La dette est alors inversée par le traitement qu'en fait le texte de la gazette. La munificence orientale devient un signe négatif.

28L'espace joue un rôle encore plus ambigu. L'envoyé de Tripoli à Paris, "se trouva sur le passage de la Reine dans la galerie, où il eut l'honneur de faire ses révérences à S. M." (GA 13 juin). Au moment de l'arrivée de la ratification du traité de paix russo-ottoman, "par un honneur tout particulier et qui ne se fait presque jamais aux ministres étrangers, le Reis-Effendi ou Secrétaire d'Etat reçut [l'envoyé russe] au haut de l'escalier" (GL 14 mars). Escaliers et galeries sont les lieux où l'on honore de façon extraordinaire l'étranger, mais ils signifient aussi, dans ce dernier exemple, son exclusion ordinaire.

29Si la cour se fait parfois accueillante, la ville est plus inquiétante. On découvre, lors d'une émeute dans un faubourg de Constantinople, Péra, qu'une ville étrangère peut se réduire à une carte du quartier des ambassades. Au XVIIIe siècle tout comme aujourd'hui, l'espace de l'information est un cadre choisi. Une algarade éclate pendant le Bairam, des chrétiens rencontrent, "dans la Rue de ce Faubourg", des Lazes qui les insultent. Ils répondent, "oubliant peut-être le danger qu'il y a, pour des Chrétiens, de se montrer en Rue pendant ces jours de solennités". Le bâton d'un capucin faisant surgir couteaux et pistolets (objets turcs par excellence), le cocher de l'Internonce de Vienne est tué, les Occidentaux se réfugient dans l'Hôtel du Ministre de la Prusse. Apparaissent alors dans le récit des éléments de décor, comme la porte de cet hôtel (fermée à grand-peine par le courageux portier) et les fenêtres, brisées par des coups de feu et des pierres. L'émeute se répand, un Russe cherche refuge dans l'Hôtel de l'Internonce, où il est poursuivi "jusqu'à l'Appartement où les Janissaires de ce Ministre font la garde" ; l'Hôtel de France est vigoureusement défendu par "la femme du Suisse, en l'absence de son mari", et par les janissaires, avant même que le Chevalier de Saint-Priest intervienne (GL 27 jan.).

30On voit donc dans ce récit que l'Orient se matérialise géographiquement, mais comme traité en négatif : il est ce qui entoure ces quelques lieux et personnages entrevus dans cet événement : des lieux symboliques, comme l'Hôtel du Ministre de la Prusse, celui de l'Internonce de Vienne, celui du Chevalier de Saint-Priest, que l'on imagine tout proches les uns des autres ; des personnages emblématiques, comme la femme du suisse, l'officier russe, le cocher viennois... Morceaux choisis de l'Europe et de ses habitants (simples, courageux et solidaires). Il se matérialise devant les portes, sous la figure double du Janissaire et de l'émeutier, il est ce qui menace la fragilité des fenêtres. Il fait voler en éclats ces métaphores de la présence et du regard occidental, portes et fenêtres ouvertes sur l'Orient.

  • 8 Cf. J. Delumeau, La Peur en Occident, Fayard, 1978, ch. VIII, 2.

31La Gazette des Deux-Ponts relate une autre émeute du peuple de Constantinople, qui aurait provoqué la destruction d'une église, la fuite de l'agent russe, Peterson, "réfugié secrètement et promptement sur un bâtiment de sa nation qui était dans le port" (16 mars). Même si la Gazette de Leyde affirme que cette nouvelle a été inventée de toutes pièces (27 mars), ce récit redouble celui de Péra et l'augmente en forme de fantasme : l'hôtel assiégé se transforme en église détruite, le quartier des ambassades s'étend jusqu'au port, enfin, ce n'est plus un cocher qui y meurt, mais "plusieurs milliers" de Grecs (des religieux pour la plupart, ce qui n'est pas indifférent) et les ouvriers bâtisseurs de l'église. Ils ont été, dit la gazette, "hachés en pièces" ; c'est une "émeute horrible", un "massacre", sans doute autorisé en secret par la Porte, ce qui laisse supposer une guerre prochaine. Entre les deux récits, celui de Leyde (donné aussi par Amsterdam) et celui des Deux Ponts, on a un exemple de ce que la peur du Turc8 peut faire d'un incident sans réelle gravité internationale.

32Cette attitude se manifeste aussi lorsque les gazettes rapportent le même événement. Lorsqu’il s'agit de rapporter la curieuse façon qu'ont les habitants de Caramanie de porter secours aux naufragés, on trouve dans Leyde qu'un vaisseau "ayant été forcé sur les côtes de la Caramanie, les Habitants du Pays ont tué tous ceux qui étaient à bord à l'exception de deux hommes, qui ont trouvé le moyen de se sauver". Ces termes sobres (le journal informe, le lecteur juge) deviennent dans la Gazette des Deux-Ponts : "le navire [...] s'est brisé sur les écueils de la Caramanie, et les habitants, au lieu de secourir l'équipage, l'ont égorgé à la réserve de deux personnes" (2 février). Le sort des deux rescapés reste un mystère, la mention des écueils et le verbe "s'est brisé" dramatisent le naufrage, enfin, le terme "égorgés" et le jugement moral ("au lieu de secourir") disent bien ce qu’est le Turc pour cette gazette qui se plaît aussi à rapporter les marques sanglantes du despotisme oriental. Nos ambassadeurs vivent dans un milieu bien hostile et les cadeaux et la grâce des sultanes cachent une réalité révoltante.

33L'ambassadeur est celui qui tente de secourir les Européens prisonniers de cet espace hostile. Ce faisant, il lui donne toute son étendue. Peterson (qui n'est pas ambassadeur mais en tient lieu)

fait faire les recherches les plus exactes de tous les Esclaves de sa Nation ; et l'on en enlève journellement, tant dans les Maisons d’Officiers de la Porte que de Particuliers. Il a même envoyé des Commissionnaires en plusieurs Villes d'Asie, avec ordre d'en ramener tous les Russes, que les Turcs y avaient envoyés dans l'espérance qu'on n'irait pas si loin pour les découvrir. (GL 24 fév.)

34L'espace oriental n'échappe plus au regard de l'Occidental, et cette fois c'est lui qui va jusqu'aux portes d'autrui : maisons de simples citoyens ou d'autorités, terres proches ou lointaines, rien n'échappe à sa recherche. L'espace s'ouvre tout à coup. Il apparaît autour des captifs qui semblent en émerger en foule, comme au jugement dernier. L'espace prend corps autour des Européens comme la ville prenait corps autour des ambassades.

35Il ne s'agit pas d'un espace de découverte ni de rencontre. C'est un espace obsidional où l'Européen est tantôt assiégé tantôt assiégeant. Dans le premier cas, il se protège et maintient son extraterritorialité : dans le récit de Péra, dès que les choses tournent mal, la gazette n'évoque plus les Occidentaux globalement sous le nom de "chrétiens", mais indique la nationalité et la fonction des principaux protagonistes. Individualisés, ils sont aussi "nationalisés" : chaque personnage et chaque lieu est défini par sa nationalité, même si cela forme une communauté (chaque hôtel européen pouvant servir de refuge à chacun). Une métonymie de l'Europe géographique mais aussi sociale est esquissée. Dans le deuxième cas, l'Occidental va vers l'extérieur, mais c'est pour délivrer les siens, c'est-à-dire pour les extraire de ce monde et les renvoyer chez eux. Là encore, il s'agit d'un retour à l'extraterritorialité. L'espace oriental est donc un lieu où, si l'Occidental cherche à se faire reconnaître, il n'est pas question pour lui de se fondre.

Le chocolat

36Puisque la rencontre culturelle et individuelle est impossible, on pourrait imaginer au minimum des échanges économiques ou scientifiques. De fait, grâce au Bayle de Venise, le Grand Vizir a découvert le chocolat et en a été content. L'Européen apparaît comme celui qui fait découvrir à l'Orient de nouveaux produits, après avoir lui-même goûté le café. Mais dans la gazette, le désir de l'Oriental est surtout signalé à l'égard d'autres spécialités, plus européennes, et moins pacifiques. Très régulièrement, il est question de la jalousie des empires musulmans face aux compétences militaires des Occidentaux. Jalousie plus ou moins bien acceptée comme on l'a vu dans le discours tenu par un Ottoman au Chevalier de Tott, qui proposait des réformes au sultan :

Enseigne-nous plutôt les moyens de redonner à nos troupes, ci-devant invincibles, [cette] obéissance aveugle, et cet enthousiasme de religion qui les rendaient si formidables ; alors nous mépriserons comme nous le faisions autrefois, tes baïonnettes, tes canons de nouvelle invention, et tes plans et tes projets. (GDP 15 jan.).

37Il n'est plus question de mépriser la technique occidentale, et c'est bien ce que regrette ce Turc à travers cet aveu de faiblesse et cette nostalgie de la grandeur passée.

38Le roi du Maroc en fait la cruelle expérience. Malgré le nombre de grenades et de bombes qui pleuvent sur Melilla (9 000 au total), le siège n'avance pas et est un échec complet. Les gazettes le signalent régulièrement avec la certitude de la supériorité européenne. "Les Maures ont une mauvaise artillerie et ne savent pas la servir" (GDP 13 fév). La Gazette d'Amsterdam note :

[Le roi du Maroc] a augmenté le nombre de ses mortiers jusqu'à 25, et a jeté dans la Place deux mille quatre cent cinquante-sept bombes de gros calibre ; mais par bonheur elles n'ont pas causé grand mal à la Garnison, qui n'a eu que 11 morts et cent soixante-cinq blessés ; et quoique l'on reconnaisse les desseins de l'Ennemi par la vivacité de ses attaques, on voit qu'il fait ses opérations sans jugement ni direction, depuis qu'il lui est sauté un fourneau dans un terrain avantageux, à l'abri de la colline qui domine nos forts [...] où il pouvait travailler en sûreté, sans craindre aucune opposition. (10 fév.)

39Chaque livraison donne le détail des tirs, le nombre et la force des bombardements, et leur peu de succès : pièces d’artilleries qui explosent, tirs qui tombent dans la mer, ou endommagent leurs propres positions... Le roi "continu[e] toujours le bombardement de la Place, mais sans autre fruit que celui d'abîmer les maisons" (GA 7 mars). Il y a un effet de comique dans cette disproportion entre les moyens employés et les résultats obtenus. A l'inverse, il semble que tous les tirs espagnols touchent leurs buts, provoquent des ravages matériels et humains et sapent le moral des troupes marocaines. La constance de la gazette à donner des chiffres précis montre, plus que sa volonté d'objectivité et d'information, sa tendance à prouver, inlassablement, le ridicule des opérations militaires marocaines. Il y a là une véritable manœuvre de dénigrement et peut-être de "désinformation", comme dans nos guerres médiatiques modernes. Au fil des jours, il semble que les pertes espagnoles diminuent, contrairement aux leurs, toujours indiquées dans le plus grand détail. Le gazetier se fait aussi tacticien et affiche un savoir supérieur à celui du monarque oriental : celui des Deux-Ponts (ou son correspondant) note, goguenard, qu'en attendant l’arrivée de canons plus puissants, le roi fait jeter des grenades, "mais jusqu'ici ce n'est pas de cette manière qu'on prend des places" (GDP 20 fév.). Seule l'aide d'officiers européens pourrait faire de ce siège un succès ; l'échec prouve leur absence :

Selon des avis particuliers d'Espagne, les manœuvres des Maures au siège de Melille paraissaient dirigées par des Officiers de deux Nations Européennes. Mais d'autres Lettres, qu’on doit regarder comme authentiques, représentent les opérations des Marocains comme faites avec peu d'habileté, ce qui n'autorise guère la supposition dont nous venons de parler. (GL 27 jan.)

40Le malheureux souverain en est conscient, et son désir de posséder ce qui lui manque est présenté comme une jalousie rageuse, presque enfantine :

C'est parce qu'il avait demandé à [la République de Hollande] des ouvriers pour fondre du canon dans ses états [qu'il lui a déclaré la guerre]. On lui avait refusé sous prétexte qu'on n'en trouverait aucun disposé à aller dans un pays aussi chaud. Il avait fait la même demande à quelques autres puissances et en avait eu la même réponse. On prétend qu’il a ces refus sur le coeur et qu'il pourrait bien déclarer encore la guerre à quelques-unes de ces Cours qui lui en ont fait de pareils. (GDP 23 fév.)

41Désir frustré, jalousie, la gazette met en scène un désespoir qui le porte à des expédients ridicules montrant l'étendue de son ignorance des arts de l'Europe :

Le Roi de Maroc, irrité de la durée du siège de Melille, du peu de progrès qu'il faisait, et de la perte de son monde, fit venir, il y a quelque temps, devant lui, l'Architecte Italien qui lui avait été envoyé pour lui construire un palais. Il lui promit les plus grandes récompenses s'il voulait lui apprendre la manière dont les Européens battent les places. L'Architecte lui répondit franchement qu'il était un simple maître Maçon et non un Ingénieur. (GDP 9 mars).

42Ce fait, donné comme une "anecdote", n'est pas confirmé par les autres gazettes, et apparaît fort douteux. Il demeure que, dans le texte des gazettes, tout Européen est détenteur d'un savoir supérieur à celui des Orientaux, quelque haut placé qu'ils soient. Pour le lecteur peu au fait de la civilisation musulmane, il semble que les Maures sont en attente des arts de l'Europe, qu'il s'agisse de construire un palais ou de faire la guerre.

43L'art de la navigation est lui aussi sujet de "jalousie" :

Les Turcs, indolents à profiter de leurs avantages, voient avec la plus vive jalousie ceux que la Russie va retirer de la navigation sur la Mer Noire. On craint que, cultivant aujourd'hui, avec le secours d'Officiers étrangers, toutes les branches de sa Marine, elle ne porte bientôt celle-ci à un degré de perfection dont les Ottomans, toujours également ignorants dans l'art de la Navigation, ne l'avaient même jamais soupçonnée d'être susceptible. Le trajet que le Capitaine Woinowitch a fait en Crimée les a extrêmement étonnés, n’ayant été, lorsqu'il s'y rendit, que de trois jours. [...] Son retour fut de neuf jours à cause des vents orageux et contraires. Cependant les Marins turcs, qui dans cette saison n'auraient même pas osé entreprendre cette course, la regardent comme un vrai coup de maître. (GL 24 fév.)

44"Indolent", "ignorant", mais aussi peu téméraire, voilà le portrait du Turc. Lorsque le Chevalier de Tott propose des réformes à la Porte, ayant pour but "de faire fleurir cet Empire et de lui donner un lustre qu'il n'a jamais eu", la Gazette des Deux-Ponts commente :

Il ne semble pas avoir connu les hommes auxquels il avait à faire ; ses projets choquent trop ouvertement les préjugés des Ottomans [...]. Ces belles propositions n'ont pas été acceptées, et ne pouvaient pas l'être. (GDP 5 jan.)

45Il apparaît que seule l'intervention d'un Européen pourrait donner à l'empire ottoman "un lustre qu'il n'a jamais eu", ce qui ramène toute l'histoire de cette nation à peu de choses, et laisse penser que le progrès ne peut venir que de l'Ouest. Enfin, le commentateur se pose en homme connaissant mieux les Turcs que le chevalier, au nom de ce qu'il pense être la nature éternelle du Turc.

46Sur ce point, l'assurance de la gazette est prise en défaut. Elle signale son étonnement tout en réaffirmant son idée de l'Orient, vu comme un monde immobile :

Bien loin [...] de vouloir négliger les moyens de mettre ses Troupes sur le pied des Européens, la Porte a formé un établissement, que l'on peut regarder comme fort singulier de la part d'une Régence qui ne renonce pas facilement à ses anciennes coutumes. En effet, le Grand Seigneur a créé pour toujours un Corps d'ingénieurs, dont les Elèves seront dressés par un Professeur à tout ce qui a rapport au Génie. (GA 25 avril)

47Le professeur nommé à cet emploi est un Anglais, M. de Kernorwand, qui avait servi dans le Génie en France (GL 21 avril) ; il est recommandé par l'ambassadeur de France et par le Chevalier de Tott.

48Le désir du Turc semble sur le point d'être comblé : son armée sera mise "sur le pied des Européens", ses ingénieurs seront formés par des professeurs européens. Cette volonté de sortir d'une faiblesse stratégique évidente est encore une façon d'affirmer la supériorité occidentale. On a pu lire ce thème du salut par l'Occident dans l'extrait cité plus haut, où était indiquée la faiblesse de la marine turque :

On craint que, cultivant aujourd'hui, avec le secours d'Officiers étrangers, toutes les branches de sa Marine, elle ne porte bientôt celle-ci à un degré de perfection dont les Ottomans, toujours également ignorants dans l'art de la Navigation, ne l'avaient même jamais soupçonnée d'être susceptible. (GL 24 fév.)

  • 9 Voir E. Saïd, L'Orientalisme, l'Orient créé par l'Occident, Seuil, 1980, p. 89.

49Cette crainte est insérée dans une réflexion visant à faire sentir l'infériorité congénitale de l'Oriental, décrit comme un ignorant indolent et manquant d'imagination ; état auquel les adverbes "toujours" et "jamais" montrent qu'il n'a pas d'alternative ; et pourtant, la crainte est là. Comme si l'Oriental ne pouvait avoir que deux figures, celle d'un ignorant, cependant jaloux des exploits des Occidentaux, ou celle d'un rival, redoutable lorsqu'il aura acquis, grâce à eux, leur savoir. Ridicule dans le premier cas, dangereux dans le deuxième. L'autre n'est jamais si inquiétant que lorsqu’il se met à vous ressembler. A ce moment, l'image de l'Oriental sort du présent intemporel qui le désigne le plus souvent depuis la Renaissance9 et s'inscrit dans un devenir. C'est à ce moment seulement que la gazette sort du discours qu'elle assume le plus souvent. Au lieu de se borner à réactiver des idées reçues par un discours qui met en scène des informations, elle donne des "nouvelles" véritablement nouvelles. Elle devient information politique et commence à indiquer que quelque chose est en train de changer, ce qui nécessite une adaptation des représentations.

50L'autre lointain apparaît donc, lorsqu'il n'est plus ridicule ou charmant, comme un objet de crainte. La fascination du sérail et des sonorités exotiques, du langage contourné et des politesses outrées, est peu de choses face à ce qui fait l'essentiel des nouvelles de la gazette : la domination du monde. La gazette ramène l'inconnu au connu, rapproche les lointains. Mais elle dessine essentiellement les contours de l'Europe. L'Orient n'existe que comme ce qui est en dehors, ou ce qui est autour de l'Européen voyageur. Dès que l'Européen y est pris, il est un otage, dès que l’Orient se prend au jeu de l'Europe, il est une menace. L'amabilité des sultanes, les échanges de cadeaux et d'ambassadeurs ne font pas de la cour ottomane l'égale de celles de Stockholm, de Madrid ou de Pétersbourg. La morale de cette fable en forme de parcours fragmentaire de l'Orient indique qu'il n'y a pas de cadeaux innocents et que l'échange est une menace lorsqu'il risque de faire de l'autre un égal, un semblable à soi. Dans ce cas le lecteur ne va plus rêver (aux sultanes), croire qu'il sait (grâce au dragoman), désirer y jouer un rôle (par l'ambassadeur), mais il se méfiera des cadeaux imprudents qui risquent de rapprocher par trop le lointain (le chocolat). Le lecteur de la gazette assume alors des rôles changeants. Il peut souhaiter sortir du rôle de spectateur passif et distrait, renier le temps où il pouvait dire que le Turc sera toujours le Turc et que rien ne change sous le soleil, comme la gazette, ressassant les lieux communs et les clichés, tendait à le lui faire imaginer. Lorsque la gazette met en scène un Orient de l'échange, et donc changeant, elle invite le lecteur à devenir le spectateur, non plus d'une image convenue et figée, mais d'un monde en mouvement qui pourrait bien un jour devenir le sien.

Notes

1 Voir Alain Grosrichard, Structure du sérail, Seuil, 1979.

2 Bourses pour 12 enfants orientaux ; 1721, des Français y sont éduqués pour terminer leurs études à Constantinople (Frédéric Hitzel, "Les Jeunes de langue de Péra-lès-Constantinople", Dix-huitième siècle, no 28, 1996, pp. 57, 61).

3 Cf. F. Hitzel, op. cit., p. 57.

4 Le Divan magique : l'Orient turc en France au XVIIIe siècle, L'Harmattan, 1994, pp. 157-159.

5 Cf. Y. Seité, La Nouvelle Héloïse et son paratexte, thèse, Paris VII, 1994, t. I, ch. 2.

6 Ce terme est aussi le titre d'une œuvre de Byron (Le Giaour, 1813), et du tableau de Delacroix qu'il a inspiré (Le Giaour et le Pacha), ce qui montre sa portée symbolique et évocatrice.

7 Voir J. F. Lafitau, Mœurs des Sauvages américains, Maspéro, 1982, p. 89 ("des orateurs").

8 Cf. J. Delumeau, La Peur en Occident, Fayard, 1978, ch. VIII, 2.

9 Voir E. Saïd, L'Orientalisme, l'Orient créé par l'Occident, Seuil, 1980, p. 89.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search