Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Géographie

L'Allemagne existe-t-elle ?

Denis Reynaud

Texte intégral

L'Allemagne semble placée pour nous défendre au Midi contre les Turcs.
Linguet, Annales no 2
La république du Midi sera composée de l’Allemagne entière.
Sade, Aline et Valcour
L'Allemagne est faite pour y voyager, l'Italie pour y séjourner, l'Angleterre pour y penser, la France pour y vivre.
D’Alembert

  • 1 En 1775, le Courier du Bas-Rhin est sans doute la seule gazette à ne pas respecter cet itinéraire t (...)
  • 2 De même pour des embrayeurs tels que "ici" ou "cette" (ville), dont le référent change à chaque ali (...)
  • 3 Cinquième feuille (10 avril 1722).

1On peut concevoir une gazette comme un voyage, un retour, une sorte d’odyssée qui conduit le lecteur d'un pays lointain jusque chez lui, ou peu s'en faut1. La différence entre un numéro de gazette et un récit de voyage ordinaire, c'est d'abord, bien sûr, la nature presque exclusivement politique des informations recueillies ; mais aussi les transformations de l'énonciateur. Au lieu d'un point de vue unique, la gazette propose une série de "nous" distincts : la voix qui rend compte, à Constantinople, des efforts de "nos ministres" n'est pas celle qui, de Pologne, annonce que "nos négociants ont perdu 600 mille florins" ; pas plus que l'observateur qui signale le départ de Naples de "la première division de nos chebecs" n'est le correspondant saluant le retour à Munich de "l'électeur, notre gracieux souverain"2. D'article en article, le lecteur est invité à épouser ces nationalités successives, oubliant en chemin qui il est. La figure extrême et idéale de ce lecteur Protée a été esquissée par Marivaux sous les traits du "politique" que le Spectateur français3 surprend à l'œuvre sur le pavé parisien :

Il était tour à tour l'Allemagne, l'Angleterre, la Hollande et la France [...] c'était l'homme chargé des affaires de tous ces royaumes ; car il était Allemand, Hollandais, Anglais, Français.

  • 4 Une exception notable est la Gazette de Cologne dont l'Allemagne clôt chaque livraison.

2Cet homme n'est pas présenté explicitement comme un lecteur de journaux politiques, mais on ne peut s'empêcher de remarquer que l'ordre même de ses métamorphoses est précisément celui de la Gazette de France. L'Allemagne constitue effectivement, dans cette gazette, ainsi que dans la plupart des gazettes européennes de langue française du XVIIIe siècle, une rubrique charnière entre les nouvelles au débit incertain des capitales orientales ou nordiques et les articles relatifs aux "royaumes" occidentaux4.

  • 5 Principalement en temps de paix. Comme le remarque Voltaire (Siècle de Louis XIV, ch. II, "De l'All (...)
  • 6 Même la rubrique "Italie" ne manifeste pas un tel éclatement.

3C'est moins au contenu des gazettes qu'à leur structure que nous nous intéresserons ici, et plus précisément à cette rubrique de l’Allemagne qui, si elle n'est sans doute pas toujours la plus intéressante5, est certainement la plus complexe. Alors que les autres rubriques coïncident avec des états clairement définis, en épousent pour ainsi dire la forme en se résumant à l'article d'une capitale (Constantinople, Petersbourg, Londres, Paris/Versailles) à laquelle sont clairement subordonnées les autres sources de nouvelles nationales, l'Allemagne se présente comme une juxtaposition hasardeuse de paragraphes qui est elle aussi le reflet textuel d'une nature politique6.

4Comment le lecteur moyen du début du règne de Louis XVI imagine-t-il, avec les instruments dont il dispose quotidiennement, l'espace nommé Allemagne ? Avant de chercher une réponse dans la presse politique de 1775, examinons le discours que tenait au même moment l'Encyclopédie.

  • 7 Charles Claude de Montigny : auteur de nombreux articles d’histoire moderne dans le Supplément, ain (...)

5En 1751, le premier tome nous avait laissés sur notre faim : l'Allemagne y était réduite à une demi-colonne presque entièrement consacrée à un vieux traité commercial avec la Porte. Le Supplément de 1776 propose en revanche un long article de 12 colonnes ; l'auteur, Montigny7, tente successivement plusieurs types de définitions :

  • historique : l'Allemagne est l'ancienne Germanie, mais sans le Danemark et la Scandinavie, et globalement décalée vers le sud.

  • ethnique et culturelle : les vertus morales héréditaires (candeur, courage, amour de la liberté) et les qualités physiques (grande taille et robustesse) se combinent pour faire un peuple de soldats ; l'amour de l'indépendance entraîne paradoxalement le goût de la discipline militaire. Nés pour la guerre, les Allemands dédaignent les arts agréables. Montigny n'évoque à aucun moment une unité linguistique.

  • géographique et démographique : l'Allemagne se caractérise par un sol fertile et un air salubre qui en font une "pépinière des hommes". Malgré sa forte population, c'est une puissance toute renfermée en elle-même, qui n'a pas de colonie. Mais elle n'a pas de frontières naturelles : elle se définit surtout en creux, son intégrité étant d'abord assurée par la faiblesse de ses voisins, parmi lesquels seule la France pourrait songer à l'attaquer (mais "la nature a fixé les bornes de cet état et l'expérience lui a appris qu'il ne peut les franchir impunément").

    • 8 Voltaire (loc. cit.) parlait quant à lui de "ce grand corps germanique que le flegme allemand a fai (...)

    politique : l'Allemagne est "un corps monstrueux qu'on ne peut réformer sans le détruire"8. Le système des cercles, hérité de la diète de Nuremberg de 1439, produit un gouvernement qui "n'est formé sur aucun modèle et n'en servira jamais à d'autres". L'Allemagne est une coalition mouvante comparable à celle des nations grecques au moment de la guerre de Troie. Sans ces vices de constitution, et en particulier le défaut d'harmonie avec le souverain, elle "pourrait se flatter de donner des lois à l'Europe entière ou au moins de la tenir dans de continuelles frayeurs". Une définition proprement politique de l'Allemagne est impossible : le pouvoir de l’empereur ne s'exerce par exemple que sur une partie de l'Allemagne, alors qu'il s'étend en revanche sur des territoires non allemands (Pays-Bas, Hongrie...).

  • 9 Notre propos n’est pas de recenser les définitions que le XVIIIe siècle a données de l'Allemagne ; (...)
  • 10 Il n’y a pas, dans l'Encyclopédie, de cartes de l'Europe, ni des Etats qui la composent.

6L'Allemagne suscite des définitions multiples et par là même imparfaites ; elle se dérobe au discours totalisant9. Une solution alternative est proposée par le tableau que le même Supplément ajoute à l'article Europe. Cette "division générale de l'Europe" ne prend pas la forme d'une carte10, mais d’un "arbre" assez semblable dans sa structure au fameux "système figuré des connaissances humaines" dessiné 25 ans plus tôt par d'Alembert dans le Discours préliminaire. Sur sa partie gauche, le tableau déploie verticalement la liste des Etats de l'Europe continentale, "en allant de l'orient à l'occident et descendant du septentrion au midi" :

La Moscovie ou Russie
La Suède
Le Danemarck
La Norwège
La Pologne
L'Allemagne
Les Pays-Bas
La Hongrie
L’Italie
La Suisse
La France
L'Espagne
Le Portugal

7Placée à mi-hauteur de la colonne, entre la Pologne et les Pays-Bas, l'Allemagne est à son tour subdivisée par un jeu d'accolades ouvrant une deuxième, une troisième et une quatrième colonnes :

8La Bohême, Le Duché de Silésie, les Marquisats de Lusace et le Comté de Glatz.

Haute-Saxe,

Electorats de Saxe et de Brandebourg. Principautés d'Anhalt, de Weimar et de Gotha. Poméranie.

Basse-Saxe,

Electorat d’Hanovre. Duchés de Brunswick, Zell, Lawenbourg et Magdebourg. Evêché d’Hildesheim. Principauté d’Halberstadt.

Westphalie,

Evêchés de Liège, Munster, Osnabrug, Paderborn. Principauté de Minden. Duchés de Juliers et de Clèves, etc. etc.

Franconie,

Evêchés de Bamberg, Wirtzbourg, Aichstet. Marquisats d'Anspach et de Culembach.

9Les Cercles de

Haut-Rhin,

Landgraviats de Hesse-Cassel et HesseDarmstadt. Duché de Deux-Ponts et de Simmeren, etc. etc.

Bas-Rhin,

Electorats de Mayence, Trèves, Cologne, et du Palatinat du Rhin

Autriche,

Archiduché d'Autriche. Stirie. Carinthie. Carniole. Tirol. Evêchés de Trente et de Brixen.

Bavière,

Electorat de Bavière. Archevêché de Salzbourg. Evêchés de Freisingen, Ratisbonne, Passaw. Duché de Neubourg.

Souabe,

Evêché d’Ausbourg. Duché de Wirtemberg. Principauté de Furstemberg. Marquisat de Bade-Baden, etc. etc.

10L'Allemagne est donc figurée en dernier ressort par une sorte de portulan de l'hinterland : un alignement et un empilement de noms qui suggère une division politique mais n'évoque que très imparfaitement la réalité et la continuité d'un espace géographique.

  • 11 Ou "super-rubriques" dans la terminologie proposée par Cl. Labrosse qui réserve le nom de rubrique (...)

11Or cet arbre en évoque fortement un autre : celui qui constitue la structure des gazettes, composées de rubriques11 souvent chapeautées par le nom d'un état et rangées par ordre de proximité croissante :

12ITALIE... POLOGNE... FRANCE... PAYS-BAS... ALLEMAGNE. (Gazette de Cologne, 2 janvier 1739)

13PORTUGAL... ESPAGNE... RUSSIE... POLOGNE... FRANCE... GRANDEBRETAGNE... PAYS-BAS. (Gazette d'Utrecht, 7 avril 1775)

14TURQUIE... RUSSIE... POLOGNE... SUÈDE... DANEMARCK... ALLEMAGNE... ITALIE... FRANCE. (Gazette des Deux-Ponts, 9 mars 1775)

15RUSSIE... POLOGNE... ALLEMAGNE... ITALIE... ESPAGNE... FRANCE... PAYS-BAS. (Gazette d'Amsterdam, 4 avril 1775)

16Ainsi, la sinueuse diagonale que la "Division générale de l'Europe" de l'Encyclopédie trace de la Russie au Portugal correspond à peu près au zigzag de la gazette, et même assez précisément au plan et au point de vue d'une hypothétique Gazette de Lisbonne. La plupart de ces rubriques et notamment celle d'Allemagne sont en outre subdivisées en un nombre variable d'articles (sous-rubriques) intitulés dans un corps plus petit :

17MUNICH... MAYENCE... RATISBONNE... BAS-RHIN... ALTONA... HAMBOURG (GU, 13 janvier 1775)

18Mais on ne saurait pousser plus loin le parallèle entre les deux modes de représentation.

  • 12 On ne peut plus alors parler, avec Cl. Labrosse, que de "zones".
  • 13 Pour les six derniers mois de l'année 1765 : fausse annonce de la mort du Prince-Evêque de Passau ; (...)

19D'abord, certaines gazettes (la Gazette de Leyde, le Courier du Bas-Rhin et la Gazette de France, par exemple) n'emploient pas les noms des Etats comme titres de rubriques. Il n'y a donc pas à proprement parler de rubrique ALLEMAGNE dans ces derniers journaux, où Hambourg est, par exemple, typographiquement aussi proche de Bologne que de Berlin12. Le nom même d'Allemagne est rarement prononcé ; pendant tout le mois de février 1775, il n'est question qu'une fois d'Allemagne dans le Courier du Bas-Rhin, et encore s'agit-il d'une "lieue d'Allemagne". Dans les très détaillées Tables des matières de la Gazette de France, on trouve une entrée "Allemagne (Prince et Villes d')", mais à peu près vide13.

  • 14 On observe cependant ici et là des signes de survivance d'un ordre politique ancien, notamment dans (...)

20De plus, si l'on examine la rubrique "Allemagne" dans les gazettes qui en proposent une, on constate que le plan n'en obéit ni à une hiérarchisation ni à aucun autre principe de composition régulière. On peut dire que les gazettes dans leur ensemble ignorent complètement les divers efforts de définition politique et négligent toute présentation systématique des divisions, historiques ou récentes, de l'Empire au profit d'un égrènement de villes non classées à partir duquel il est impossible de concevoir un quelconque système14. L'Allemagne des gazettes n'est pas un espace mais une constellation de points, inégalement piqués sur le territoire et aléatoirement déposés sur la surface de la page. Ces points sont souvent des centres économiques (Leipzig, Hanovre, Hambourg, Lübeck, Berlin), d'ailleurs absents du tableau politique de l'Encyclopédie.

21Les gazettes abandonnent donc les classifications traditionnelles, sans pour autant leur substituer un autre mode d'organisation claire. Ce déficit devait naturellement susciter la publication d'ouvrages explicitement présentés comme le complément du discours des périodiques.

  • 15 Année littéraire 1774, vol. VI, pp. 198-209. JPL, 1775, no 16, p. 159. Voir aussi ce que Cl. Labros (...)

22En 1774 parut un Atlas élémentaire de l'Allemagne de l'abbé Courtalon, qui tentait de donner une idée claire de la position des 333 Etats composant l'Empire, de leur gouvernement et de "la différence qu'il faut mettre entre les divers degrés de puissance de tous ces princes et de ces Etats particuliers dont plusieurs, très connus dans l'histoire, se trouvent encore souvent cités dans nos Gazettes". Aux yeux de Fréron ce livre est indispensable, "quand ces connaissances ne procureraient d'autre avantage que celui de faire lire avec plus de fruit et de discernement les Histoires, les gazettes et les Nouvelles politiques". Linguet salue lui aussi dans l'Atlas "les tableaux qui précèdent la carte de chaque cercle, où l'on trouve réunis sous un coup d'œil les principaux états qui y sont compris"15.

23C’est ce coup d'œil général que la gazette refuse d'offrir à son lecteur, alors même que la disposition générale de son texte est vaguement mimétique de l'espace géographique de l'Europe. Dans le cas de l'Allemagne, le diagramme se résout en liste. La toute première nouvelle allemande de l'année 1775, en provenance de Ratisbonne, est presque une caricature de cette irreprésentabilité. Il s'agit de l'énumération de 23 villes impériales enfin affranchies du droit d'aubaine avec la France :

  • 16 Nouvelle de Ratisbonne dans GA 3 jan., GU 3 jan., CBR 7 jan. 1775.

savoir Schweinfurth, Rothenbourg, Windsheim, Gosslar, Mulhausen, Gemund en Souabe, Brieberach, Weil, Wangen, Pfullendorf, Zell sur le Hammer, Ravensbourg, Wimpfen, Weissenbourg, Giengen, Kempten, Isen, Kaufbeuern, Leutkirch, Aalen, Buchau, Buchhorn et Bobsingen.16

24Un mois plus tard, le Courier du Bas-Rhin donne une seconde liste qui comporte quelques précisions et variations :

  • 17 Nouvelle de Paris dans CBR 11 fév. 1775.

Schweinfurt, Rothenbourg sur le Tanber, Wendsheim, Goslar, Mulhausen, en Thuringe, Gemunde en Souabe, Biberac, Weil, Wangen, Phullendorff, Zelle, en Souabe, Ravensbourg, Wimpfen, Weissenbourg en Franconie, Giengen, Kempten, Ysni, Kaufbeuren, Leutkirch, Ahlen, Buchau, Buchhorn et Bopsingen.17

25Les corrections orthographiques, même si elles vont (généralement) dans le sens d'une plus grande exactitude, n'enlèvent rien à la perplexité du lecteur. Même à l'heureux possesseur de l'Atlas de Courtalon, l'ordre dans lequel sont rangées ces villes, probablement inconnues de lui, semble le pur fruit d'un caprice bureaucratique ou le choix d'une intelligence impénétrable.

26Certes, la rubrique Allemagne est théoriquement organisée selon un ordre moins arbitraire que le chapelet des villes libres, dans la mesure où il correspond strictement à la date des courriers reçus. Vérifions-le à partir de deux exemples.

27La Gazette d'Utrecht du 13 janvier 1775 donne successivement six nouvelles en provenance de Munich, Mayence, Ratisbonne, Bas-Rhin, Altona et Hambourg. L'échelonnement dans le temps devrait correspondre à un espace ordonné. Ce n'est pas le cas, puisqu'une distorsion étrange rend l'Allemagne du Nord plus voisine d'Utrecht que la basse vallée du Rhin, et Ratisbonne plus proche que Mayence. La Gazette des Deux-Ponts du 30 mars décline elle aussi six nouvelles : Dantzick (du 18 mars), Ulm (19 mars), Hambourg (19 mars), Vienne (19 mars), Ratisbonne (19 mars) et Hanovre (20 mars). Quatre nouvelles étant datées du même jour, il aurait été facile au gazetier d'établir, sans entorse au principe chronologique, une séquence Vienne, Ratisbonne, Ulm (en remontant le Danube), puis de faire se succéder les deux nouvelles du Nord du pays (Hambourg, Hanovre). Or cet ordre évocateur d’un espace n'est pas retenu.

  • 18 Une des rares exceptions qui confirment cette règle se trouve dans un signalement du contrefacteur (...)

28L'ordre chronologique est donc prétexte au désordre. On chercherait en vain dans les gazettes européennes francophones une image commune, globale et cohérente du "grand corps germanique". On n’y trouvera d'ailleurs pas non plus d'Allemands ni de langue allemande18.

  • 19 On trouvera confirmation de certains de nos résultats dans les tableaux 1 et 2, en annexe du chapit (...)

29Mais cet effacement permet aux gazettes de construire des Allemagnes spécifiques, sur mesure. Chacune taille dans le tissu de l'Europe une Allemagne différente, en fonction des villes d'où proviennent les nouvelles. C'est sous cet angle que nous examinerons quelques gazettes au cours des trois premiers mois de 177519.

30Les cas extrêmes et symétriques sont ceux de la Gazette de France et de la Gazette de Cologne. Dans la Gazette de France, les nouvelles d'Allemagne sont rares et d'origines peu diversifiées : une nouvelle par numéro en moyenne, presque toujours de Dresde, de Berlin ou, surtout, de Vienne. Il n’est pas rare que la zone Allemagne soit complètement absente (4 fois au cours du trimestre). Dans la Gazette de Cologne, on compte en moyenne trois nouvelles par livraison, qui proviennent de 34 villes différentes. Mais seules Vienne et Berlin sont des sources régulières, les autres villes, souvent peu éloignées de Cologne, ne fournissant chacune qu'une ou deux nouvelles (nous ignorons dans ce calcul une cinquantaine d'articles qui ne donnent que les résultats de douze lotos allemands).

31A un moindre degré que la Gazette de France, les gazettes de Leyde et d'Amsterdam proposent elles aussi une Allemagne rare. Les sources de la Gazette d'Amsterdam sont peu nombreuses et concentrées dans l'ouest du pays. Si l'on excepte les résultats de quelques lotos, la rubrique Allemagne moyenne ne compte en fait qu'un article (Vienne ou Berlin). La Gazette de Leyde n'est guère plus prodigue ; sept livraisons sont même entièrement dépourvues d'articles relatifs à l'Allemagne. Mais ses sources sont assez bien équilibrées entre trois pôles : Vienne (moins hégémonique que dans aucune autre gazette), Berlin et Hambourg.

32Le Courier du Bas-Rhin est apparemment plus riche : mais si l'on écarte les articles Bas-Rhin et Clèves – articles "éditoriaux" où l’on parle surtout d'Amérique et d'Italie, respectivement – il ne reste qu'une cinquantaine de nouvelles dominées par celles de Vienne. Berlin y est assez peu représentée. La Gazette d'Utrecht est bien fournie en nouvelles allemandes : entre deux et trois par numéro, provenant de plus de 20 villes. Son information repose sur quatre sources principales – Vienne, Hambourg et à un moindre degré Ratisbonne et Berlin – sans négliger la vallée du Rhin. C'est sans doute le périodique qui offre l'image la plus équilibrée de l'Allemagne. Plus riche encore (3 articles par numéro), la Gazette des Deux-Ponts puise aux mêmes sources majeures que celle d'Utrecht, auxquelles elle ajoute Lübeck (10 nouvelles de cette ville oubliée par toutes les autres gazettes).

33Il semble donc que les deux gazettes les plus "allemandes" soient la Gazette des Deux-Ponts et la Gazette de Cologne. La première compte plus d'articles que la seconde (88 contre 82 au cours du trimestre) ; ses sources sont moins diversifiées (24 contre 34) mais aussi moins dispersées : la Gazette de Cologne suggère une Allemagne bipolaire (Vienne/Berlin), alors que la Gazette des Deux Ponts dessine une structure plus équilibrée reposant sur cinq centres d'information. Tandis que le gazetier de Cologne escamote l'Allemagne du Nord, Dubois-Fontanelle néglige l'Ouest et particulièrement la vallée du Rhin, peut-être parce que cette Allemagne proche est précisément celle que privilégient la plupart des gazettes francophones. Enfin la Gazette des Deux-Ponts présente la caractéristique unique d'inclure Berlin non dans sa rubrique Allemagne mais dans une rubrique Prusse qui comprend Berlin, alors que la "Prusse" des gazettes n'est alors généralement que la Prusse Orientale (Konigsberg).

34Les articles "allemands" dessinent donc dans chaque gazette des constellations particulières, mettant en lumière des spécialisations. Celles-ci tiennent sans doute à l'implantation géographique du journal, ainsi qu'à l'exploitation mécanique de réseaux d'information constitués ; mais elles peuvent aussi résulter de véritables choix. Il n'y a pas de rubrique dont la composition même soit aussi clairement le résultat d'une politique éditoriale.

35Il faut cependant souligner les limites de la revue de presse que nous avons menée, qui ne tient compte ni de la longueur, ni surtout du contenu des articles. Les villes allemandes ne sont en effet souvent que des titres creux, des "lieux-relais" (pour reprendre le terme de Claude Labrosse) que l'on traverse sans s'y arrêter ; par où les nouvelles passent sans que rien ne s'y passe. Prenons l'exemple de la rubrique Allemagne de la Gazette des Deux-Ponts du 30 janvier 1775 : elle semble bien remplie puisqu'elle compte 6 articles étendus sur 3 pages ; mais les nouvelles d'"Altona" ne parlent que de Varsovie, celles de "Hambourg" de Stockholm et celles de "Leipsick" de Dantzick ; quant à l'article "Lubeck", il est curieusement consacré à des nouvelles... de Vienne. Dans ce jeu de renvois et de références croisées s'évapore un peu plus encore la réalité du pays.

36L'examen montre que l'Allemagne existe dans les gazettes non comme une donnée géographique ou politique indépendante du discours, et comme telle représentable par lui, mais comme la forme même de ce discours. La gazette ne s'occupe pas plus de définir l'Allemagne qu'aucun autre espace. Il n'y a pas d'Allemagne dans les gazettes ; du moins pas au sens où l'entend l'Encyclopédie : un arbre dont on recense les ramifications. Les articles allemands ne sont pas des divisions correspondant aux divers centres d'où émane le pouvoir ; ils portent le nom des lieux où afflue l'information. Ce sont autant de bassins qui se déversent à leur tour pour former une sorte de réseau hydrographique, un flux qui n'est rien d'autre que la gazette elle-même.

Notes

1 En 1775, le Courier du Bas-Rhin est sans doute la seule gazette à ne pas respecter cet itinéraire traditionnel. Il arrive que les nouvelles y soient classées selon leur importance ; l'article de Paris passant par exemple en première position lors des émeutes des farines.

2 De même pour des embrayeurs tels que "ici" ou "cette" (ville), dont le référent change à chaque alinéa.

3 Cinquième feuille (10 avril 1722).

4 Une exception notable est la Gazette de Cologne dont l'Allemagne clôt chaque livraison.

5 Principalement en temps de paix. Comme le remarque Voltaire (Siècle de Louis XIV, ch. II, "De l'Allemagne"), "c'est presque toujours dans l'empire que les Français ont fait la guerre contre les empereurs". "La différence du gouvernement et du génie" qui rend "les Français plus propres pour l'attaque, et les Allemands pour la défense", fait de l'Allemagne le centre naturel de l'information politique en temps de guerre.

6 Même la rubrique "Italie" ne manifeste pas un tel éclatement.

7 Charles Claude de Montigny : auteur de nombreux articles d’histoire moderne dans le Supplément, ainsi que d’une Histoire générale de l’Allemagne (1775-1779).

8 Voltaire (loc. cit.) parlait quant à lui de "ce grand corps germanique que le flegme allemand a fait subsister jusqu'à nos jours".

9 Notre propos n’est pas de recenser les définitions que le XVIIIe siècle a données de l'Allemagne ; notons cependant que le sens politique est généralement second, après l'examen des critères historiques, géographiques et ethniques : "Grand Pays d'Europe" dit le Dictionnaire de Trévoux (1734) avant d'ajouter : "Allemagne se dit quelquefois en français pour l'Empire d'Allemagne". L'étymologie est tout aussi hésitante, niant et affirmant tour à tour l'unité du pays : "all-man" signifie "tout homme" (parce que ce Peuple était composé de plusieurs nations) ou "entièrement homme" (parce qu'il était très belliqueux).

10 Il n’y a pas, dans l'Encyclopédie, de cartes de l'Europe, ni des Etats qui la composent.

11 Ou "super-rubriques" dans la terminologie proposée par Cl. Labrosse qui réserve le nom de rubrique aux villes où sont collectées les nouvelles et rédigées les correspondances. Il nous est plus commode de parler ici de rubrique Allemagne, divisée en articles.

12 On ne peut plus alors parler, avec Cl. Labrosse, que de "zones".

13 Pour les six derniers mois de l'année 1765 : fausse annonce de la mort du Prince-Evêque de Passau ; mort à Ratisbonne du Baron de Kniestedt, ministre du duc de Brunswick-Wolfenbutell ; mariage à Stadthague du comte de la Lippe Schaumbourg.

14 On observe cependant ici et là des signes de survivance d'un ordre politique ancien, notamment dans la Gazette de France où l'article de Berlin ne précède jamais celui de Vienne.

15 Année littéraire 1774, vol. VI, pp. 198-209. JPL, 1775, no 16, p. 159. Voir aussi ce que Cl. Labrosse dit au chapitre précédent du Dictionnaire géographique portatif de L. Eachard, également "composé pour ceux qui lisent les gazettes".

16 Nouvelle de Ratisbonne dans GA 3 jan., GU 3 jan., CBR 7 jan. 1775.

17 Nouvelle de Paris dans CBR 11 fév. 1775.

18 Une des rares exceptions qui confirment cette règle se trouve dans un signalement du contrefacteur Herman Tressler ou Klingenberg : il parlait les langues anglaise, française et allemande ; mais la dernière avec plus de facilité que les deux autres, et il y a d'autres indices à faire croire qu'il est de nation allemande." A défaut du grand corps germanique, nous avons ici le corps d'un Allemand ; mais quels sont les indices qui permettent de le reconnaître comme tel ? Sa robustesse ? Son "habit brun avec des poches en dehors et en dedans" ? Ses "bas rayés bruns et blancs" ? (GA 28 avril 1775).

19 On trouvera confirmation de certains de nos résultats dans les tableaux 1 et 2, en annexe du chapitre "Espace et territoire".

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search