Version classiqueVersion mobile

La Suite à l'ordinaire prochain

 | 
Chantal Thomas
, 
Denis Reynaud

Géographie

Villes

Claude Labrosse

Texte intégral

1Il n’y aurait sans doute pas de gazettes s’il n’y avait aussi et d’abord des villes. Où siègent les gouvernements, les parlements, les diètes, les évêques et les tribunaux, où les Princes tiennent leurs cours, où s’organisent les corporations, s’illustrent les universités, où s’active le commerce (marchés, foires et ports), où se tirent périodiquement les loteries, sont aussi les événements, les annonces et les nouvelles. C’est où viennent et d’où partent les courriers et les ambassadeurs, les ministres et toutes sortes d’envoyés et de voyageurs comme ces princes de renom qu’on accueille dans une atmosphère de fête. En dépit de leurs remparts et de leurs octrois, les villes ne sont pas isolées. Ce sont des foyers de nouvelles, des réceptacles de messages, des nœuds de communication. Elles sont pour ainsi dire "entre-maillées", sises dans une sorte de trame que les gazettes contribuent à resserrer et qui forme le tissu d’un espace européen. Ces feuilles sont l’un des modes et l’un des instruments d’une civilisation urbaine en plein développement.

2Elles s’installent, s’impriment et se développent naturellement dans les villes-métropoles ou les cités actives, aux Pays-Bas, dans les Provinces-Unies, les pays du Rhin, en Angleterre, en Italie du Nord. Et comme certains journaux de notre époque, elles arborent déjà dans leur bandeau de titre les armes et le nom d’une ville à laquelle elles s’identifient (Amsterdam, Utrecht, Cologne, Deux-Ponts...). Il semble qu’une gazette doive choisir le nom d’une ville pour enseigne. Cela encore ne suffit pas pour que ce journal trouve sa forme. Il faut aussi que les noms de ville se placent en tête de rubrique pour créer ce dispositif élémentaire qui permet de présenter des nouvelles selon des provenances diverses. Sans ce découpage simple qui répartit les énoncés d’information par villes d’origine, une gazette serait sans doute inconcevable. Le nom de ville est dans la gazette un index opératoire polyvalent : il réfère à un lieu connu ou repérable sur la carte du territoire, il sert à "décomposer" des zones géographiques plus vastes (Allemagne, Italie, Russie...) comme font la Gazette d’Amsterdam et celle des Deux-Ponts, il opère aussi comme instrument textologique pour organiser l’espace des colonnes. Au cours des 6 premiers mois de 1775, la Gazette d’Amsterdam, le Courier du Bas-Rhin et la Gazette de Leyde font respectivement passer sous nos yeux 62, 86 et 92 noms de villes différentes, c’est au total, dans ces trois gazettes et pour ce semestre, 128 noms de villes qui occupent les rubriques. Certains sont omniprésents et reviennent à chaque numéro ou presque chaque semaine (voir le tableau des rubriques dans le chapitre : "Espace et territoires"). Pour une gazette, le territoire est tapissé de villes. Et selon cette optique, c’est l’espace allemand qui dans cet échantillon est le plus densément peuplé (31 villes) soit environ le quart des lieux-rubriques. Les espaces italiens (17 villes), et français (15 villes) font ensuite jeu presque égal. Si l’on ajoute à cela la péninsule ibérique (9 villes), les Pays-Bas et Provinces-Unies (8 villes), on réunit les 2/3 des villes-rubriques. Suivant des densités variables, les gazettes s’appuient sur la trame urbaine d’une Europe très continentale.

3Mais de ces villes si friandes de nouvelles et curieuses de passages, de défilés et de réceptions, nous ne voyons ni les toits, ni les clochers, ni l’enfilade des rues. On n'y voit guère passer d’animaux. On n'y trouve point d’échoppes et il ne s’y tient ni marchés ni foires. Curieuses villes en vérité que ces espaces sans odeur, sans couleur, sans perspectives, plus simplifiées et aseptisées encore que les planches de l'Encyclopédie. La ville de gazette en effet n’est guère concrète. Elle n’apparaît que si quelque courrier et surtout quelque prince y arrive ou en sort. Ville à l’ancienne encore et faite pour des "entrées" de personnes remarquables ou de Parlements ; où passent lentement des gens illustres accompagnés, entourés, fêtés, célébrés, "escortés", "véhiculés" depuis l’environnement immédiat de la ville jusqu’à la porte, de là jusqu’à tel Palais ou à l’Hôtel de ville et puis encore le plus souvent à l’Église métropolitaine ou à la Cathédrale. Chemin faisant on apercevra quelques maisons, parfois illuminées, et des rues pleines d’un "peuple" enthousiaste. Entrées, Défilés, Processions. La ville n’est que l’espace où se déploient ces rites ordonnés. C’est un lieu où l’on s’assemble pour recevoir selon le déroulement d’une "cérémonie". Certains endroits choisis feront éventuellement l’objet de présentations plus architecturales qui soulignent la symétrie, l’ordonnance générale et la décoration des bâtiments, comme cette place de Lisbonne où doit se dresser la statue équestre du Roi, préparée comme un espace de fête. La matrice d’un événement et d’un habitus développe son mouvement et son ordre en prenant appui sur un espace de ville qu’elle filtre pour un usage social et politique traditionnel. Le retour de ce modèle dans le texte de gazette fait qu’on y rencontre des villes qui se ressemblent. Rome n’est pas Amsterdam, ni Lisbonne Bruxelles, et voilà cependant que des lieux si différents semblent ne faire qu’un dès lors que dans nos rubriques arrivent Électeurs et Archiducs, qu’on sacre un souverain ou qu’on érige sa statue. Les seuls lieux marqués sont les palais, les églises, les hôtels de ville ou ceux des ambassadeurs et des princes, l’Opéra parfois, rarement les Halles. On passe de l’un à l’autre "processionnellement" et l’on ne rencontre les lieux que dans la mesure où, comme un spectateur, on suit l’allure d’un procès qui fait de l’espace urbain une sorte de "lieu commun". De même que les gazettes cherchent à réduire le territoire au maillage des villes, elles tendent par cette réduction et ce filtrage à faire de la ville un espace sommairement qualifié, limité à un marquage élémentaire et paradoxalement pauvre eu égard aux fastes qu’il abrite.

4On pourra s’interroger sur ce qui est ici en travail au sein du procès de représentation sociale, politique et esthétique. Il n’est pas sûr cependant qu’on puisse accuser les gazettes d’un défaut spécifique, car tout énoncé d’information qui veut rester proche de ce qui se passe doit assumer sa fonction. Et l’on conviendra que la description des lieux ne peut qu’alourdir le message. Peut-être saura-t-on gré à ces imprimés d’un autre temps de nous apprendre déjà que ce que nous nommons depuis "information" et "communication" cherche à nous extraire et peut-être à nous "guérir" d’une expérience et d’une représentation "concrète" de l’espace réel pour nous apprivoiser à un espace second que traversent et commandent toutes sortes de véhicules (courriers, vaisseaux ou princes), de messages et de passages et bientôt le nombre et la vitesse qui désormais nous tiennent dans leur main.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search