Version classiqueVersion mobile

Le Budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976)

 | 
Maurice Garden

Chapitre IV. La répartition des dépenses

Une mesure de l'évolution de l'hôpital

Texte intégral

  • 1 Maurice ROCHAIX, ouvrage cité.
  • 2 Michel FOUCAULT, Les machines à guérir (aux origines de l’hôpital moderne). Institut de l’environne (...)
  • 3 Tony GARNIER, Les grands travaux de la ville de Lyon, Paris, 1920.
    C. PAWLOWSKI, Tony Garnier et les (...)
  • 4 Règlements de l’Hôtel-Dieu de Lyon, chapitre xxv : « De la nourriture et du traitement des malades  (...)

1Maurice Rochaix a montré la mutation essentielle de l’hôpital du dix-neuvième au vingtième siècle1 : encore plus centre d’hébergement que centre de soins, malgré les progrès, et l’importance progressive de la médicalisation à l’hôpital (qu’il ne faut peut-être pas placer aussi tôt que le fait Michel Foucault2 : entre quelques indices et quelques manifestations, et la réalité quotidienne du fonctionnement de l’hôpital, il y a plus qu’une nuance), l’hôpital du dix-neuvième siècle reste encore essentiellement un hospice. Les pauvres malades sont soignés, certes, dans les limites des possibilités humaines et médicales du dix-neuvième siècle, mais le corps médical aussi bien que le personnel hospitalier sont restreints en nombre, et l’efficacité thérapeutique encore réduite. Aussi l’hôpital apparaît plus comme un asile, où les malades trouvent le gîte et le couvert. Que la qualité du gîte soit encore médiocre, avec les immenses salles communes, la promiscuité de la souffrance et de la douleur, la contagion et l’infection généralisée, malgré les mesures d’isolement de certains malades, est une évidence. Il faudra une longue prise de conscience, et des efforts considérables pour que se transforme cette image de l’hôpital-mouroir, solution du désespoir et de la misère, et seule la seconde moitié du vingtième siècle apporte ici les améliorations décisives, annoncées par quelques initiatives isolées antérieures (toute une étude est possible sur ce sujet : la conception de l’hôpital pavillonnaire présentée par Tony Garnier pour Grange-Blanche, dès avant 1914, et imposée par Edouard Herriot, et la virulence des critiques au nom d’un certain hygiénisme, sont des témoignages sur la lenteur du changement)3. Mais, reprenant là encore une tradition fort ancienne, et dont il faut rechercher les formes à l’origine de l’institution hospitalière au Moyen-Age, les hôpitaux apportent une attention toute particulière à l’alimentation. Rappelons-nous avec quels soins les règlements des anciens hôpitaux lyonnais fixaient les besoins en approvisonnements, et leur répartition quotidienne sur la table des malades. A l’Hôtel-Dieu, les règlements précisent : « les aliments qu’on leur donne, et qui consistent en pain, vin et viande, doivent toujours être de la meilleure qualité ». Et les fonctions des Recteurs de la Charité comprennent l’acquisition de tous les produits nécessaires à la nourriture, abondante et variée, ajoutant aux trois aliments essentiels cités ci-dessus poissons, huiles, beurre, œufs, légumes et herbages,4 même si est rappelé le devoir d’économie : « le Recteur doit, en se conformant aux anciennes pratiques, se rappeler toujours que la Maison doit à ses pauvres le nécessaire, et rien de superflu ».

I Nourrir, le premier soin et le plus onéreux

2La lecture des budgets suffit à montrer combien cette nécessité de nourrir la population hospitalisée, sans cesse croissante au dix-neuvième siècle, reste la préoccupation première des Administrateurs des Hospices Civils, pendant très longtemps.

  • 5 La comparaison entre les quantités des produits transitant par les services centraux en 1956 et 197 (...)

3Quelques précisions sur les sources, sont indispensables, avant d’aborder la place des dépenses alimentaires dans le budget global des Hospices Civils de Lyon. En effet, dans ce domaine, d’importantes modifications sont apportées dans la gestion des services d’approvisionnement, et bien sûr dans la présentation des comptes. Jusqu’en 1850 inclus, les différents postes alimentaires sont indiqués dans le compte particulier des dépenses de chaque établissement, et comprennent déjà quatre rubriques principales : blés et farines, viande, vin, autres comestibles. En 1851, commence la mise en marche de services généraux, communs à l’ensemble des hôpitaux. La meunerie et boulangerie est la première installée : les achats de blés en farine, et la fabrication du pain sont opérés par l’administration des Hospices, qui répartit ensuite selon les besoins. Le compte du pain n’est plus alors réparti par hôpital. En 1876 les services centraux reçoivent leur forme presque définitive, avec l’adjonction à la boulangerie des deux autres services : la cave, pour les achats et la répartition du vin, la boucherie centrale pour la viande. Jusqu’à aujourd’hui, le même système fonctionne presque sans modification. Un magasin central concentre aujourd’hui la plupart des achats, en particulier ceux des fruits et légumes, où U dispose d’un bureau central d’achats au Marché de Gros de Lyon, centralisant donc la dernière partie de l’approvisionnement, qui était restée jusqu’alors à la charge de chaque établissement. Quant à la boulangerie, son activité ne cesse de diminuer, à la fois par suite des changements dans les pratiques alimentaires, et parce que les Hospices font de plus en plus appel à des fournisseurs extérieurs.5

  • 6 Annales E.S.C., mars-juin 1975, Histoire de la consommation.

4La présentation des dépenses alimentaires qui suit essaie de dépasser ces quelques changements dans les présentations comptables. Il serait intéressant de prendre en compte aussi bien les quantités consommées que les sommes engagées, mais cela aurait alourdi encore l’appareil statistique. Aussi avons-nous pris le parti de nous en tenir, comme pour les autres postes, aux valeurs et non aux quantités, même si l’évolution de celles-ci en fonction des populations hospitalières ne manque pas d’intérêt (toute histoire de l’alimentation trouve dans les comptabilités hospitalières des indicateurs précieux6 même s’il faut pouvoir estimer les consommations externes, et les denrées non consommées). Toute présentation trop stricte risque de ne pas prendre en compte les constitutions de stocks. N’oublions pas non plus que les fluctuations des prix sont particulièrement vives sur les prix alimentaires, et que des variations importantes d’une année à l’autre dans les valeurs ne signifient pas nécessairement, surtout au dix-neuvième siècle, évolution dans les quantités).

5Un premier indice encore grossier permet de bien marquer la transformation du système hospitalier : celui de la proportion des dépenses alimentaires dans le budget global des Hospices Civils. (Une dernière précision : les comptabilités des services généraux comportent deux postes distincts, celui des achats, et celui des dépenses du personnel spécialisé dans chaque service. Mais dans l’ensemble des services communs, entre 1880 et 1952, le poste personnel est presque constamment inférieur à 5 % du total des dépenses, malgré l’augmentation des charges sociales dans les années 1930. De grandes différences existent cependant d’un secteur à l’autre. Le personnel représente environ 15 % du total des dépenses de la boulangerie, 4 à 5 % pour la cave, 1 à 2 % seulement pour la boucherie).

6La lecture du graphique indique les principales étapes d’une évolution dont la régularité est rompue par les variations d’une double conjoncture : celle des prix, prix agricoles qui connaissent longtemps encore des fluctuations de type Ancien Régime lors des dernières grandes crises anciennes, ou des baisses lors de surproductions, celle également des conflits internationaux et des guerres qui produisent chaque fois une poussée des dépenses alimentaires. Pendant les premières années de l’Empire et de la Restauration, les approvisionnements alimentaires représentent environ 40 % du budget total des deux grands établissements lyonnais, mais après 1825 et jusqu’aux dernières années de la Monarchie de Juillet (crise de la fin du règne), leur part se stabilise à un niveau beaucoup plus modeste, toujours inférieur à 25 % sous la Monarchie de Juillet. En valeur, ces dépenses sont comprises alors entre 300 et 400 000 francs par an. Le rattachement de l’Antiquaille, l’ouverture du Perron, et la crise de 1846-1847 concourent ensemble à une première hausse spectaculaire au milieu du dix-neuvième siècle : les dépenses dépassent 670 000 francs en 1847 (le double du chiffre de 1839). Puis commence une longue période qui dure au moins jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle, et presque jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Du début du Second Empire jusqu’à 1900, les dépenses alimentaires représentent toujours plus de 30 % du budget total, presque toujours plus du tiers, et même au début de la Troisième République jusqu’à 40 % de l’ensemble. En valeur, la somme de un million de francs par an est dépassée pour la première fois en 1867, celle de 1,5 million de francs en 1891, le maximum pour cette longue période de stabilité du franc étant atteint en 1911 avec 1 920 000 francs. Retenons surtout que de 1830 à 1880, les dépenses d’alimentation augmentent plus vite que l’ensemble des dépenses hospitalières (il faudrait remarquer que la diminution du nombre des enfants à la charge de la Charité, envoyés en nombre hors de Lyon, augmente le nombre des adultes consommateurs). De 1840 à 1880 en effet, la croissance annuelle des dépenses alimentaires est de 3,45 % avec une grande régularité de cette augmentation. En 1880, période de baisse des prix agricoles, la croissance est freinée, voire arrêtée : de 1880 à 1910, le taux annuel de croissance n’est plus que de 0,6 % : pour la première fois, et malgré une légère remontée dans les années 1910-1913, le budget de la nourriture augmente moins vite que les autres dépenses de Hospices Civils.

7Malgré la Première Guerre Mondiale, qui connaît un enchérissement considérable des denrées, l’évolution qui avait commencé au début du vingtième siècle, continue et s’accélère dans l’entre-deux-guerres. La proportion des dépenses alimentaires, après un sommet de 33,2 % des dépenses en 1918, s’établit à un palier inférieur à 20 % dès 1921, et s’amorce alors une légère tendance à la baisse. Dans les dernières années de la Troisième République, et malgré la progression de la capacité hospitalière consécutive à l’ouverture de l’Hôpital Edouard-Herriot, les sommes engagées chaque année pour la nourriture ne dépassent guère deux millions de francs 1914, à peine au-dessus du niveau atteint en 1911 : de 1936 à 1939, la part du budget employée à ce type de dépenses varie entre 13 et 14 %, à un niveau plus de deux fois inférieur à celui de l’avant-guerre. C’est bien à ce moment que se produit la première grande mutation du système hospitalier. Alors que nourrir les malades reste pendant tout le dix-neuvième siècle le premier poste de dépenses, et la préoccupation majeure des administrateurs, attentifs à toute variation des cours, après 1920, cette rubrique perd la première place au profit des dépenses en personnel, infirmier en particulier. Les soins de la médecine nouvelle et les thérapies modernes ne se contentent plus d’une nourriture plus abondante et plus régulière à l’hôpital qu’à la table des pauvres malades.

  • 7 Statistiques d'activité. Hospices Civils de Lyon, p. 8. La diminution régulière de la durée de séjo (...)

8La transformation est encore plus nette et plus rapide au cours des trente années qui suivent la Deuxième Guerre Mondiale. Pendant celle-ci se reproduit le même phénomène que pendant la guerre de 1914-1918. L’alimentation des hospitalisés pose à nouveau des problèmes souvent presque insolubles : les dépenses de nourriture atteignent 3,3 millions de francs 1914 en 1945, et dépassent une dernière fois le seuil de 20 % de l’ensemble du budget. Depuis 1946, la nourriture pour les établissements des Hospices Civils coûte de plus en plus cher. La dépense annuelle qui avait atteint deux millions de francs 1914 avant la guerre de 1939 dépasse dix millions de francs 1914 en 1972. Cette augmentation, en moyenne une croissance annuelle de 4,5 %, est supérieure à tous les rythmes antérieurs, et elle est nettement plus rapide que l’activité hospitalière (le nombre de journées par exemple est à peu près constant de 1961 à 1971, aux environs de 2 700 000 journées)7 : autrement dit la nourriture d’un hospitalisé qui ne coûtait guère qu’un franc 1914 par jour en 1946, revient à deux francs en 1960 et à quatre francs en 1972 : cela traduit, en même temps que la hausse de certains prix agricoles, la plus grande diversité de l’alimentation et son amélioration qualitative. Mais cette progression des dépenses alimentaires est pourtant très inférieure à celle de l’ensemble des autres postes : jusqu’en 1960, l’approvisionnement représente encore un peu plus de 10 % de l’ensemble du budget, puis la chute est régulière depuis cette date. En 1976, la nourriture des hospitalisés, pour laquelle les Hospices Civils ont engagé 56 millions de francs courants, l’équivalent de onze millions de francs 1914, vingt fois plus que sous la Monarchie de Juillet, dix fois plus que sous le Second Empire, six fois plus que pendant les années les plus onéreuses de la Troisième République, alors que la capacité des hôpitaux et que le nombre de journées connaissent une croissance beaucoup plus réduite, ne représente plus que 4,1 % du budget total... il y a un siècle ce pourcentage était voisin de 40 % !

Tableau VIII - LA PART DES PRINCIPAUX PRODUITS DANS L'APPROVISIONNEMENT ALIMENTAIRE DES HOSPICES CIVILS (1813-1973) - en %

Période

Blé et Farine

Viande

Vin

Autres comestibles

Restauration- Monarchie de Juillet (1815-1848)

25,15

39,93

20,20

14,72

Second Empire (1849-1870)

22,95

36,78

16,68

23,59

Troisième République - 1 (1871-1914)

12,33

42,62

19,58

25,47

Troisième République - 2 (1920-1939)

13,32

38,24

15,0

33,44

Deuxième Guerre Mondiale (1940-1945)

7,0

10,82

6,22

75,96

Quatrième République (1947-1958)

6,88

35,12

7,48

50,52

Cinquième République (1959-1973)

4,60

32,02

6,62

56,76

  • 8 Règlements de l’Hôpital de la Charité, 1765, chap. x1, p. 42 : « Des fonctions du Recteur chargé de (...)

9Une deuxième présentation de ce chapitre budgétaire peut être faite, en insistant sur la structure interne des dépenses alimentaires révélée par les budgets hospitaliers : elle intéresse cependant plus l’histoire économique générale, et l’évolution des pratiques alimentaires, que l’histoire hospitalière proprement dite, bien qu’elle soit aussi le reflet de la mutation de l’hôpital au cours des deux derniers siècles. Ici, encore, le tableau suivant traduit le passage progressif de l’Ancien Régime au monde contemporain, avec l’amenuisement progressif de la place des céréales panifiables et du vin, au profit des autres comestibles. Il est nécessaire de remarquer combien lente est cette évolution. Si le pain et le vin forment presque la moitié des dépenses alimentaires au début de la période, ils en constituent encore près du tiers à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Leur effondrement est récent, indiquant tout autant leur baisse de valeur relative, que leur poids plus faible dans la ration quotidienne. L’importance du pain surprend moins d’ailleurs que celle du vin, dont déjà les Recteurs de l’Ancien Régime prenaient la défense : « Nos prédécesseurs ne fournirent du Vin qu’à un très petit nombre de ceux qui la (population) composaient alors ; mais on s’est vu contraint dans la suite d’en faire boire à tous les Pauvres ; leur santé y était intéressée, et d’ailleurs il paraissait dangereux de rompre dans la caducité une habitude contractée dès l’enfance ».8

  • 9 J.C. TOUTAIN - Le produit de l’agriculture française de 1700 à 1958, p. 188 indice du prix du vin :

10Aussi, affirmé produit indispensable à la santé des malades ( !), le vin est-il acheté en grande quantité, même quand son prix est élevé. Pendant la crise du phylloxéra qui provoque une importante hausse du prix du vin9, les Hospices Civils doivent tripler au moins la valeur de leurs achats de vin, pour ne pas diminuer la quantité servie : 130 000 francs par an de 1852 à 1855, 400 000 francs par an de 1895 à 1899 pour une même quantité d’environ 1 à 1,2 million de litres par an. Pour le pain, les fluctuations sont plus faibles après le Second Empire. Les approvisionnements en blé et farine atteignent 35,4 % du budget alimentaire total lors de la crise de 1847, encore plus de 30 % en 1854, 25,6 % en 1867 : après la guerre de 1870-1871, plus jamais n’est atteinte la proportion de 20 %, même s’il faut attendre la Seconde Guerre Mondiale pour descendre en-dessous de 10 %, et même aujourd’hui moins de 5 %.

11Si cette évolution pour le blé, et même le vin, peut se comparer à celle des budgets alimentaires familiaux, il n’en est pas de même pour la viande. Depuis toujours les Recteurs des hôpitaux ont veillé à ce que la viande soit chaque jour dans les repas des pauvres et des malades. Là encore, il faut se référer aux textes de l’Ancien Régime. Les Recteurs de la Charité de Lyon font servir une ration régulière de près de 200 grammes de viande par jour, cela à une époque où la viande est quasiment absente de la table du peuple, au moins dans les campagnes.

  • 10 Règlements de la Charité, ouvrage cité.

12« Rien ne peut servir de meilleure preuve pour le justifier que le rétablissement de ceux qui entrent dans la Maison avec une santé chancelante, et l’âge avancé de ceux qui l’habitent depuis leur enfance à cause de leurs infirmités. »10 écrivent orgueilleusement les Recteurs au milieu du dix-huitième siècle. Et quelle remarquable continuité ! Aujourd’hui encore, la ration quotidienne de viande est voisine de 200 grammes, comme il y a deux cents ans. Si les prix ont changé, de même que les pratiques d’approvisionnement (au dix-huitième siècle les domaines des hôpitaux fournissent directement une partie importante du bétail comme du vin), les proportions n’ont guère varié, oscillant entre des maxima annuels voisins de 50 % des dépenses alimentaires, alors que les minima ne descendent jamais, sauf lors des conflits mondiaux, en dessous de 30 %. Mais si la viande continue à former un élément essentiel de la nourriture, elle n’occupe plus aujourd’hui la première place. Le tableau souligne l’incessante montée des autres comestibles : légumes secs et pommes de terre, qui tiennent une place importante au dix-neuvième siècle, sont peu à peu remplacés par les produits nécessaires à une diététique plus équilibrée. En 1973, fruits et légumes, et produits laitiers entrent pour plus de 22 % dans les dépenses alimentaires, c’est-à-dire plus que l’ensemble de la rubrique « autres comestibles » il y a un siècle, sous le Second Empire.

  • 11 G. DESPIERRES, Histoire d’un hôpital, du vieux château du Perron à l’hôpital Jules Courmont, Lyon 1 (...)

13Il serait intéressant de comparer les rations alimentaires de chaque hôpital, ce qui permet de mieux saisir les différences thérapeutiques entre les divers établissements. Une telle mesure nécessite de minutieux calculs, même si l’on peut retenir ceux que présentent les Comptes Administratifs des hôpitaux pour le calcul annuel du prix de journée. Avant la création des services centraux, il est aisé de procéder à une telle comparaison. Par exemple, pour la décennie 1860-1869, le vin représente 17,8 % du budget alimentaire du Perron, 19,3 % à l’Antiquaille, mais 23,9 % à la Charité et même 24,5 % à l’Hospice Ste Eugénie pour les 3 dernières années. Le tableau suivant indique pour 1 année témoin (1861) ces variations dans l’équilibre alimentaire des quatre hôpitaux lyonnais de l’époque.11

Valeur (en centimes) de la ration alimentaire quotidienne

Hôtel-Dieu

Charité

Le Perron

Antiquaille

Pain

14,1

13,8

20,6

20,3

Viande

26,5

26,7

24,5

24,2

V in

14,5

15,5

16,7

9,9

Autres comestibles

16,4

17,3

23,4

16,3

TOTAL

71,5

73,3

85,2

70,7

 % de la valeur des repas/prix de journée de l'établissement

49,3

49,7

56,8

58,9

14Ces quelques données, simple exemple qu’il faudrait compléter par une série plus longue, est cependant significative. Malgré des buts hospitaliers différents, l’Hôtel-Dieu étant plus un hôpital de malades et de blessés, la Charité plus un asile d’indigents et de vieillards, les deux grands et anciens établissements lyonnais pratiquent une politique alimentaire exactement identique. Le prix de la journée est à peu près le même (2,5 % de différence), et la nourriture représente la même importance : c’est-à-dire environ la moitié du prix de journée. De même il n’y a que d’infimes nuances dans la répartition de la ration entre les divers produits. Pour les deux hôpitaux les plus récents, la situation est assez différente. On constate que la taille, et sans doute la situation hors de la ville, jouent un rôle. Le Perron, avec 56 000 journées contre plus de 400 000 à l’Hôtel-Dieu, ne peut obtenir des prix de gros aussi intéressants, d’où une plus grande importance proportionnelle des prix alimentaires (56,8 % du prix de journée). La répartition des produits varie également : la part du pain augmente au détriment de la viande : les soins sont plus négligés, des dépenses hospitalières sont réduites, la nourriture de structure plus archaïque (la sur-dépense des autres comestibles, à cette époque, n’est pas signe de progrès, mais d’une surabondance de légumes secs). Avec l’Antiquaille, très gros établissement, situé à Lyon, avec également plus de 450 000 journées, mais spécialisé surtout dans l’accueil des aliénés, la ration alimentaire retrouve la même valeur, à peine plus faible, qu’à l’Hôtel-Dieu. Mais si la ration de vin est nettement plus réduite, la différence est réalisée au profit du pain : 19,7 % du prix du repas à l’Hôtel-Dieu, 28,7 % à l’Antiquaille. Là aussi la nourriture dépasse largement la moitié du prix de journée (58,9 %) : ces quelques indications montrent clairement le retard dans les soins aux aliénés, laissés avec un personnel médical et hospitalier très faible, et qui ne bénéficient pas de la même qualité de nourriture que les pauvres et les malades de la Ville.

15De tels écarts se retrouveraient encore dans la seconde moitié du vingtième siècle. Que les dépenses de nourriture soient devenues accessoires dans les budgets hospitaliers n’est sans doute pas une justification suffisante !

II Des « herbes » à la pénicilline : la tardive révolution de la pharmacie hospitalière

  • 12 Emile DELEAGE, « L’Histoire de la pharmacie de la Charité », in Histoire de la Charité, ouvrage cit (...)

16La consommation de produits pharmaceutiques livre un autre regard sur l’évolution des hôpitaux lyonnais. Aujourd’hui la civilisation du médicament est à ce point admise qu’on imagine mal ce que fut la pharmacie ancienne, avant la médecine pasteurienne, avant les vaccinations, avant les antibiotiques. Et pourtant, à Lyon peut-être plus encore qu’ailleurs, la pharmacie est liée très précocement à l’institution hospitalière. Les règlements de l’Ancien Régime précisent avec attention et détails les devoirs du Recteur et des sœurs chargés de la pharmacie : on craint déjà la « surconsommation », le gaspillage et l’excès de dépenses. Au dix-neuvième siècle, le lien quelque sorte organique entre l’hôpital et la pharmacie est bien démontré par l’effort constant des responsables de la Charité pour obtenir une relative indépendance de leur pharmacie, liée jusque là à celle de l’Hôtel-Dieu, qui détient le monopole des drogues diverses, administrées lors des visites ou des consultations12. Le cabinet de pharmacie de l’ancien Hôpital de la Charité, intégré aujourd’hui au Musée des Hospices Civils de l’Hôtel-Dieu de Lyon, prouve par sa magnificence l’importance accordée à ce service, alors que les différentes étiquettes encore apposées sur les tiroirs révèlent toute cette riche pharmacopée d’autrefois.

17Cependant, dans ce domaine, l’étude économique de l’évolution des dépenses pharmaceutiques n’est pas aisée. En effet, pendant tout le dix-neuvième siècle, et bien qu’à une échelle plus réduite, presque jusqu’à nos jours (jusqu’en 1953), la Pharmacie Centrale des Hospices Civils joue en fait un triple rôle : fournir aux malades et aux blessés les remèdes préparés le plus souvent à l’hôpital même, distribuer les médicaments aux consultants des hôpitaux - cette fonction étant en quelque sorte officialisée à partir de 1885 par la fourniture de remèdes au titre de l’assistance, pratique qui ne disparaît totalement qu’en 1950, vendre enfin au public lyonnais une partie importante des produits pharmaceutiques élaborés dans la Pharmacie Centrale. Aussi les chiffres de dépenses inscrits dans les budgets et les comptes administratifs au titre de la Pharmacie sont-ils trompeurs : le Service de la Pharmacie est un fournisseur important de recettes au dix-neuvième siècle, et la vente de médicaments assure des rentrées qui dans les années 1870-1880 sont supérieures aux remboursements des frais d’hospitalisation par les malades.

18Il est peu de renversements aussi spectaculaires dans l’évolution des Hospices Civils de Lyon, et il est évident que la pharmacie d’aujourd’hui n’est plus qu’une lointaine parente des potions, sirops et tisanes préparés par le « tisanier » de la Charité... Il y a un siècle à peine, à la fin du Second Empire, les Hospices Civils ne dépensaient que quatre francs de pharmacie chaque fois qu’ils dépensaient 100 francs de denrées alimentaires... dans les années 1970 la proportion est devenue de 136 francs de pharmacie pour 100 francs de nourriture ! Exprimons autrement cette mutation : sous le Second Empire, dans le calcul du prix de journée, les drogues et médecines reviennent à environ trois centimes par malade et par jour. En 1970, cette dépense intervient pour environ cinq francs 1914 par jour d’hospitalisation, le triple du prix de journée global d’il y a un siècle !

19Cependant cette révolution de la pharmacie et de la biochimie est un phénomène récent. On ne retrouve pas ici le même rythme que dans d’autres domaines de l’histoire hospitalière. Le recours au médicament s’amplifie quelque peu dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, mais reste à un niveau encore très minime, et les dépenses de la pharmacie, après une assez vive poussée de 1860 à 1880-1885, stagnent en fait totalement de 1885 à 1929 : la consommation hospitalière réelle augmente légèrement, dans la mesure où les ventes à l’extérieur connaissent leur plafond entre 1871 et 1884, pour commencer alors un irréversible déclin. Mais un hospitalisé des années 1930, juste avant l’ouverture de Grange-Blanche, ne consomme encore que moins de vingt centimes de pharmacie par jour. La période de l’entre-deux-guerres ne connaît pas sur ce chapitre la véritable explosion qui fut celle des autres dépenses hospitalières à cette époque : entre 1913 et 1935, et malgré la brutale cassure de la guerre, la croissance budgétaire en francs constants a atteint le taux de 4,3 % par an ; la progression des dépenses de pharmacie n’est que de 1,5 % par an. Dans les priorités de l’innovation hospitalière, dans la mutation des besoins, la pharmacie et le remède ne jouent pas un rôle essentiel alors. Il faut attendre le lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale pour que pénètre dans le milieu hospitalier l’usage massif du médicament, dont d’ailleurs les prix ont augmenté. S’il est un domaine dont on peut chiffrer exactement la spectaculaire ascension, c’est bien celui-ci. Comme d’habitude, la guerre a conduit à limiter les dépenses, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres. En 1945 et 1946 les Hospices Civils achètent moins de pharmacie (en valeur constante) que dans les années 1912-1913-1914, puis le réveil est extrêmement rapide et brutal : 45 % d’augmentation entre 1946 et 1947, qui atteint déjà un niveau record de dépenses pharmaceutiques, avec près de un million de francs 1914, plus 93 % entre 1947 et 1948, plus 21,7 % encore entre 1948 et 1949. En 1949 les produits pharmaceutiques représentent une somme de 2,33 millions de francs 1914 : la fourniture de remèdes atteint déjà presque un franc 1914 par journée d’hospitalisation. Puis il y a un nouveau tassement de 1949 jusqu’en 1960 : 2,5 % seulement de croissance annuelle moyenne. Il y a eu adoption massive des nouveaux médicaments, de la pénicilline surtout, mais il y a après ce démarrage une phase d’adaptation à ces techniques thérapeutiques, avant un nouveau bond en avant. Il faut faire intervenir aussi une certaine baisse du prix de revient consécutive à l’emploi massif de ces premiers antibiotiques. Dans le rapport joint aux Comptes Administratifs de 1953, l’incidence de cette évolution est nettement marquée : le flacon de 100 000 unités de pénicilline coûtait 172 francs en 1947, celui d’un million d’unités 82 francs en fin 1953. Aussi, malgré la croissance des quantités, y a-t’il diminution de la part respective de ces médicaments nouveaux, mais si coûteux au début qu’on ne pouvait en généraliser l’emploi : les antibiotiques forment 40 % des dépenses de pharmacie en 1951, 30 % seulement en 1953, alors que s’élèvent les dépenses de « spécialités », 15 % en 1951, 30 % en 1953.

  • 13 Comptes administratifs des Hospices Civils. Rapport général 1972.

20De 1960 à 1971, la consommation de pharmacie reprend sa progression accélérée : la croissance annuelle atteint 14,9 % pour cette période de onze années ; en francs constants la dépense pharmaceutique est multipliée par 4,6. Une telle explosion, beaucoup plus rapide que l’ensemble de l’évolution budgétaire, est vite ressentie comme inquiétante par les Administrateurs des Hospices Civils. Les comptes administratifs répètent chaque année à peu près les mêmes remarques : les consommations augmentent au rythme des prescriptions sans cesse accrues, les prix montent parce que sont sans cesse adoptées des spécialités nouvelles, coûteuses, surtout quand elles sont étrangères. Même si les Hospices Civils peuvent obtenir les médicaments à un prix avantageux13 ils ne peuvent suivre la hausse incessante de ces produits. Le rapport de 1966, après avoir constaté une hausse annuelle de 21,5 %, en explique les causes : évolution des techniques médicales, utilisation de radioéléments, augmentation des perfusions, recours à de hautes spécialités souvent très coûteuses. Mais surtout il lance un appel qui est un peu le premier cri d’alarme : les Hospices Civils ne peuvent connaître longtemps une hausse des dépenses pharmaceutiques, qui font plus que doubler tous les cinq ans. Une commission médicale est chargée d’étudier ce problème, et elle propose d’accomplir un effort d’éducation et d’information auprès des responsables de prescriptions. Mais l’effet de ces conseils est lent à se faire sentir : en 1970, les antibiotiques et les hautes spécialités représentent 41 % des dépenses pharmaceutiques. Cependant, dans ce domaine aussi, la sensibilisation à l’excès de consommation produit ses effets, à partir de 1971. Non seulement la croissance se ralentit, mais elle s’arrête même : en 1976, les dépenses de pharmacie sont de 11 % inférieures à celles de 1972. En 1972 la pharmacie avait atteint un record : 7,5 % du budget total, presque une fois et demie le total des dépenses d’alimentation, six francs 1914 de produits pharmaceutiques par journée d’hospitalisation. En 1976, les chiffres sont devenus 4,8 % par rapport au budget global, et 5,4 francs par jour... est-ce le début d’un recul durable ?

Tableau IX - LA CROISSANCE RECENTE DES DEPENSES PHARMACEUTIQUES (EN MILLIERS DE FRANCS CONSTANTS 1914) (moyennes annuelles)

1830-1839

Dépenses

Recettes

Dépenses nettes

 % Dépenses nettes pharmaceutiques Dépenses alimentaires

88

78

10

2,6

1840-1849

88

75

13

2,7

1850-1859

144

119

25

3,6

1860-1869

205

165

40

4,1

1870-1879

302

186

116

8,8

1880-1889

480

186

294

21,1

1890-1899

414

152

262

16,9

1900-1909

448

150

298

19,0

1910-1919

536

156

380

21,4

1920-1929

457

97

360

28,5

1930-1939

842

122

720

35,3

1940-1949

947

27

920

37,6

1950-1959

2 582

2

2 580

66,7

1960-1969

6 662

-

6 662

98,9

1970-1976

13 682

-

13 682

136,1

L’EMOL DES DEFENSES DE PHARMACIE DES HOSPICES CIVILS 1945-1976 EN MILLIONS DE FRANCS CONSTANTS

L’EMOL DES DEFENSES DE PHARMACIE DES HOSPICES CIVILS 1945-1976 EN MILLIONS DE FRANCS CONSTANTS

21Le graphique qui joint aux chiffres bruts l’évolution depuis 1945 du pourcentage des dépenses pharmaceutiques par rapport à l’ensemble du budget hospitalier est significatif : le niveau voisin de 5 % atteint dans l’entre-deux-guerres, double soudain avec la poussée de 1947-1949 puis il y a une lente retombée aux environs de 6 % dès 1956 jusqu’en 1962 : puis la pharmacie reprend une progression plus lente, mais concernant un budget de plus en plus considérable pour atteindre 7,5 %, seuil à partir duquel s’amorce le déclin contemporain.

III L'hôpital devient une entreprise de main d'œuvre La mutation du personnel hospitalier

22L’évolution du personnel hospitalier, que toutes les analyses précédentes ont déjà affirmée, est peut-être encore plus directement perçue au niveau de l’emploi du personnel grâce auquel les Hospices Civils remplissent leur mission. Cependant ce chapitre de l’histoire des hôpitaux lyonnais est peut-être le plus difficile à écrire, bien que la documentation soit également massive, et continue. En effet, on ne saurait pour expliquer l’évolution du personnel se contenter des sommes budgétaires affectées à leur salaire ; il s’agit cette fois directement des femmes et des hommes qui sont employés par les Hospices pour le service des malades, et pour permettre le fonctionnement général de l’entreprise. Les nomenclatures actuelles peuvent permettre de classer ce personnel en trois grandes catégories : le personnel médical, le personnel soignant ou hospitalier, (mais il y a eu évolution de la signification médicale de ce terme), le personnel administratif et technique. Il est évident que la fonction médicale a au cours des dix-neuvième et vingtième siècles pris une importance toujours plus grande : aujourd’hui l’image de l’hôpital est intimement associée au nom, voire au renom des médecins responsables des différents services. Mais l’impact économique de cette intervention devenue primordiale du corps médical est difficile à décrire, et il faudrait d’autres sources que les budgets, et d’autres enquêtes pour le préciser. Aussi nous attacherons-nous surtout aux deux autres catégories de personnels, n’ajoutant que quelques perspectives d’ensemble pour le corps médical.

23Pour mieux rendre sensible la transformation radicale du service hospitalier en un siècle, nous commencerons cette présentation par l’analyse détaillée de quelques exemples, soit pour quelques années, la description des personnels des Hospices Civils, leur répartition, et leur coût.

  • 14 Hospices Civils de Lyon, Compte moral administratif pour l’exercice 1862, présenté au Conseil génér (...)

24Le premier exemple retenu concerne les Hospices Civils en 1861, examinés à travers le Compte moral et administratif de 186214, c’est-à-dire la dernière année de l’ancien régime hospitalier, puisque les Hospices Civils ne comprennent encore que les quatre établissements anciens : Hôtel-Dieu, Charité, Antiquaille et Perron, avant l’ouverture du nouvel Hôpital de la Croix-Rousse.

25Une première présentation d’ensemble de la situation en ce milieu du Second Empire indique la répartition par établissement (Cf. tableau page suivante).

LE PERSONNEL DES HOSPICES CIVILS EN 1861

LE PERSONNEL DES HOSPICES CIVILS EN 1861

N.B. : Ne sont pas pris en compte 32 soeurs et 2 frères "reposants", c'est-à-dire non en activité, pour cause de vieillesse ou d'infirmité.

26Il y a donc à ce moment environ un employé des Hospices Civils pour cinq lits (ou cinq malades hospitalisés), et seulement un membre du personnel soignant pour onze à douze lits. Cette faiblesse du personnel global s’accompagne d’un statut très particulier de la majorité de ce personnel. Les Hospices Civils de Lyon ont en effet conservé la lointaine tradition, remontant à la fin du seizième siècle, et confiant le soin des malades et des établissements à des frères hospitaliers et des sœurs, religieux non profès, intégrés à aucun ordre monastique, mais entrés pour toute leur vie au service des pauvres de l’Hôtel-Dieu d’abord, puis de tous les hôpitaux de Lyon. En 1861, la répartition du personnel par catégorie est la suivante :

soignantes

246

Soeurs hospitalières

486

services généraux

184

reposantes

32

soignants

35

Frères hospitaliers

114

services généraux

77

reposants

2

infirmiers

33

Personnel laïc

140

employés (administratifs)

37

ouvriers (techniques)

121

TOTAL

767

  • 15 Ibid. Prix de journée dans les hôpitaux et hospices en 1861.
    Les valeurs inscrites dans ce tableau n (...)

27Le personnel infirmier et soignant est encore presque exclusivement religieux : totalement à l’Hôtel-Dieu et à la Charité, largement majoritaire à l’Antiquaille qui emploie 27 infirmiers laïcs (dans l’ensemble 89,5 % de religieux, 10,5 % de laïcs). Dans les services centraux, administratifs et techniques, le déséquilibre est moins grand (62,3 % de religieux, 37,7 % de laies), avec des situations très différentes d’un service à l’autre. La boulangerie centrale par exemple est sous la responsabilité d’un frère, qui emploie six ouvriers civils. A la pharmacie centrale par contre, il n’y a que deux employés laies en face de 32 religieux (8 frères et 24 sœurs) : ces effectifs de la pharmacie confirment l’importance de ce service, qui doit composer les médicaments prescrits, mais qui comprend aussi neuf sœurs dans la pharmacie de vente à l’extérieur. La conséquence économique de cet état de fait est que le poste « dépenses de personnel» reste encore modique dans les budgets tant généraux que particuliers des Hospices Civils : la dépense moyenne par employé se monte cette année à 281 francs, auxquels il faudrait ajouter bien sûr les avantages en nature dont bénéficient les frères et sœurs hospitaliers (nourriture, logement, vêtement), qui sont d’ailleurs pris en compte pour le calcul du prix de journée.15

Les dépenses de personnel en 1861 (en francs)

Dépenses %

du budget global

 % sur dépenses de personnel

Services centraux

69 168

10,53 %

26,20 %

Hôpitaux : Aumôniers

9 900

0,52 %

3,75 %

Personnel médical

38 190

0,81 %

14,45 %

Personnel administratif

15 450

2,00 %

5,85 %

Personnel soignant et technique

128 768

6,74 %

48,75 %

TOTAL

264 142

10,30 %

99,00 %

28La modicité des dépenses globales est bien montrée par l’importance relative des honoraires médicaux, et du traitement des aumôniers, qui regroupent plus de 18 % du chapitre personnel dans ce budget. En réalité, dans leur majorité, les Hospices Civils vivent à ce moment essentiellement de l’emploi presque gratuit d’un personnel de statut religieux, à la charge de l’hôpital, mais presque entièrement non salarié.

  • 16 Hospices Civils de Lyon. Compte administratif de l’exercice 1952. Compte général des recettes et dé (...)

29Notre deuxième exemple se situe en 1952, juste avant l’adoption du plan comptable des hôpitaux, et permet de saisir déjà les premières conséquences d’une évolution qui a commencé surtout dans l’entre-deux-guerres : augmentation massive du personnel en même temps que laïcisation, enflement considérable des charges salariales dans le budget global des Hospices Civils. La comptabilité du système hospitalier, la multiplication des établissements, la diversité des statuts du personnel, font de la recherche de la charge salariale totale une quête difficile : dans le budget de 195216, les dépenses de personnel sont réparties entre 168 rubriques différentes pour le seul budget ordinaire (il faudrait ajouter 40 rubriques dans les dépenses supplémentaires, pour la plupart peu importantes d’ailleurs). Divers regroupements sont possibles, pour rendre compte à cette date de ce qu’est devenu le budget personnel des Hospices Civils (Cf. tableau page suivante).

DEPENSES DE PERSONNEL EN 1952

millions f.c.

 % du total salaires

Budget général

Salaires

50,5

3,26

Allocations familiales

7,5

Budget des services communs

Salaires

138,1

8,91

Allocations familiales

15,7

Budget des hôpitaux

Personnel administratif

65,1

4,20

Personnel médical

84,4

5,45

Personnel religieux

24,8

1,60

Personnel hospitalier

078,4

69,61

Personnel ouvrier

101,9

6,97

Allocations familiales

88,3

Charges sociales

Retraites

Taxe sur les salaires

317,5

Sécurité Sociale...

TOTAL

972,2

100,00 %

Millions de francs

30Retenons seulement quelques différences marquantes par rapport à notre exemple du Second Empire. Le total des frais de personnel représente en 1952 45,30 % du budget ordinaire total des Hospices Civils, c’est-à-dire que sa part a plus que quadruplé en moins d’un siècle. La progression en valeur est encore plus considérable : en francs 1914, on peut estimer à 12,25 millions de francs 1914 les salaires et taxes ou charges de 1952 contre 264 000 francs en 1861 : une progression de 4,3 % par an en moyenne, une multiplication par 46 du montant total, alors que le nombre des lits et le total des journées millions de francs d’hospitalisation n’a que doublé pendant la même période. En 1861, un hospitalisé (s’il avait payé son séjour !) aurait versé 0,22 francs de salaire pour une journée d’hôpital, en 1952 cette contrepartie est devenue de 4,90 francs ! Mais en plus de bouleversement dans les masses, il y a aussi des modifications dans les répartitions. Les charges sociales et fiscales, presque inconnues en 1861 (en dehors de quelques pensions de retraite) représentent en 1952 déjà 20,5 % de la somme totale versée par les Hospices Civils, l’équivalent de la totalité du budget annuel sous le Second Empire. On remarque aussi la baisse de la part relative des personnels médicaux et religieux : 7 % du total, contre 18 % un siècle plus tôt : la laïcisation du personnel qui s’est accélérée dans l’entre-deux-guerres entre alors dans sa phase décisive et finale. Le personnel congréganiste est à peu près le même qu’au milieu du dix-neuvième siècle : environ 500 à 600 personnes, en grande majorité féminin, mais le personnel laïc est passé de 140 personnes en 1861 à plus de 3 500 employés en 1952, et le personnel soignant laïc représente la plus grande partie de cette transformation, absorbant alors près de 70 % de la masse salariale, alors qu’il n’était formé en grande majorité que de sœurs hospitalières à peine rétribuées un siècle auparavant.

31Un dernier regard en 1976 permet de saisir l’étape actuelle de cette évolution, qui n’en était qu’à un palier au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. L’entreprise de santé est devenue définitivement une grande entreprise de personnel : en 1976 à peu près 14 000 personnes travaillent dans le cadre des Hospices Civils de Lyon, 18 fois plus qu’au milieu du dix-neuvième siècle, alors que le nombre de lits n’est que 2,3 fois plus élevé, le nombre de journées deux fois plus haut (mais à vrai dire le nombre annuel de malades a été multiplié par six par suite de la très importante diminution de la durée moyenne de séjour). Avec leurs 14 000 salariés, les Hospices Civils de Lyon sont au tout premier rang des grandes entreprises de la région Rhône-Alpes. La diversité des emplois, relevée déjà en 1952, reste grande, mais il est possible de regrouper en quelques grands postes :

Personnel administratif et technique (services centraux et hospitaliers)

1 544

Personnel des services généraux et économiques (techniques et ouvriers)

2 937

Personnel de la pharmacie et des laboratoires

506

Personnel soignant

8 700

13 687

32Il faut ajouter les 23 aumôniers, et les 312 sœurs hospitalières, dont la plupart est très âgée, et n’exerce plus d’activité. Ainsi 67,2 % du personnel est plus ou moins directement soignant, ce qui représente environ un infirmier par lit, et un tiers des employés travaille ou dans les services administratifs, ou dans les services économiques (774 personnes pour cuisine, cave et boucherie, 121 pour la chaufferie, 169 à la lingerie, 114 pour garage et transports, 258 aux ateliers et au service du bâtiment). Au cours des vingt dernières années, l’effort de modernisation et d’humanisation des hôpitaux, dont nous avons vu l’importance au niveau des investissements, se traduit donc aussi par un recrutement massif de personnel, dans tous les secteurs. La croissance annuelle moyenne du nombre d’employés atteint le rythme très élevé de 6,75 % pour ces vingt dernières années, cette augmentation ne touchant pas également tous les secteurs (bien que la comparaison soit rendue malaisée, par suite de changements de qualification des personnels technique et soignant en 1963-1964). Ainsi la croissance est comprise entre 8,9 et 9,6 % par an pour les personnels soignant, administratif, et de laboratoire, alors qu’elle n’est que de 4,5 % pour le personnel des services économiques. Ajoutons, bien qu’ici les statistiques soient moins complètes, que le personnel médical connaît lui aussi une augmentation de même nature, difficile à mesurer avec certitude à cause des variations dans les qualifications : par exemple la suppression du concours d’externat des hôpitaux après 1967 a enlevé des hôpitaux les quelque 700 externes présents en 1967, mais ils sont remplacés aujourd’hui par quelque 1 800 étudiants en médecine qui sont astreints à un stage hospitalier, mais qui passent progressivement tous au temps plein. En dehors des chefs de service, en augmentation modérée, les Hospices Civils font appel de plus en plus à médecins, chirurgiens et spécialistes non chefs de service, et à un nombre important d’attachés, rémunérés selon un système de vacations dont le nombre, fixé chaque année par le Conseil d’Administration, a été également considérablement accru : 26 300 vacations en 1962 pour 199 attachés, 87 000 vacations en 1971 pour 506 attachés.

33La ventilation des charges salariales dans le budget de 1976 souligne l’ampleur du budget du personnel dans le fonctionnement de l’hôpital moderne. Au budget 1976, le total des dépenses en personnel s’élève à 677,4 millions de francs, soit 56,30 % du total des dépenses de la section d’exploitation du budget général, 48 % du budget global. C’est incontestablement le poste budgétaire qui a augmenté le plus : vingt ans plus tôt, les pourcentages des charges salariales ne représentaient encore que respectivement 48,9 et 39,9 % des budgets d’exploitation et généraux (Cf. tableau page suivante).

34Que cette masse salariale globale ne cache pas la relative modicité des salaires individuels : environ 31 500 francs de salaire moyen, auquel il faut ajouter pour les Hospices Civils environ 13 500 francs de charges sociales diverses par salarié. Ces moyennes, transposées en francs 1914, sont cependant difficilement comparables avec la situation du dix-neuvième siècle : 6 175 francs 1914 de salaire moyen et 2 640 francs de charges, contre moins de 400 francs par employé, alors en majorité congréganiste en 1861. Dans cet écart se mesure en quelque sorte le prix de la laïcisation, mais qui est évidemment multiplié par l’ampleur du recrutement. Le tableau page suivante évoque l’ampleur, et surtout l’accélération de la mutation, amorcée dans la première moitié du vingtième siècle, mais devenue essentielle dans les années les plus récentes de l’histoire hospitalière.

REPARTITION DU BUDGET PERSONNEL EN 1976

Millions francs courants

Millions francs 1914 :

 %

Personnel administratif

42,23

8,277

8,57

Personnel ouvrier

8,41

1,648

1,70

Personnel soignant et services économiques

380,63

74,603

77,21

Personnel médical (non titulaire)

29,51

5,783

5,98

Vacations

30,30

5,939

6,15

Personnel religieux

1,92

0,376

0,39

SOUS-TOTAL

493,00

96,628

100,00

Charges sociales et Sécurité Sociale

184,39

36,140

37,40 %
des salaires

TOTAL

677,39

132,768

  • 17 Pour des comparaisons.
    Le coût de l’hospitalisation. Le système hospitalier français et les problème (...)

35Pendant un siècle, 1850-1950 en gros, les dépenses du chapitre personnel gonflent de façon continue, et de plus en plus rapide, à un rythme qui est dans l’ensemble supérieur à celui de l’ensemble du budget. Mais depuis vingt ans s’est produit une accélération considérable, dont rend bien compte le tableau de la page suivante : en francs constants, la charge salariale, mesurée par rapport aux principaux indicateurs de l’activité hospitalière, connaît une croissance supérieure à 11 % par an, il est évident que cette situation a des répercussions fondamentales sur la situation économique générale des Hospices Civils. Dans ce domaine, comme pour beaucoup d’autres, la décennie commencée en 1970 est celle du doute et de la remise en question. Pourra-t’on poursuivre à un tel rythme, et pendant combien de temps, une telle croissance ? Il faut ajouter que cette augmentation spectaculaire n’améliore cependant que modestement la situation économique de chaque employé des Hospices Civils, qui conserve un salaire encore modique. La croissance de 4,1 % par an par employé indiquée par le tableau est en fait exagérée et trompeuse. En effet, cette augmentation moyenne annuelle se répartit entre une croissance de 3,4 % seulement pour les salaires, et 5,9 % par an pour les charges sociales.17

Tableau X - UNE MESURE RELATIVE DE LA CROISSANCE DES CHARGES SALARIALES AUX HOSPICES CIVILS DE LYON (TROIS ANNEES TEMOINS) EN CHIFFRES ARRONDIS

1861

1957

1976

Nombre de lits

3 600

8 500

8 300

Nombre de malades

29 000

110 000

170 000

Nombre de journées

1 200 000

2 600 000

2 350 000

Charges salariales

(millions francs 1914)

0,264

17,280

132,768

Charge salariale (f. 1914)

- par lit

73,00

2 033

15 996

- par malade

9,10

157

780

- par journée

0,22

6,64

56,5

CROISSANCE DES DEPENSES SALARIALES

CROISSANCE DES DEPENSES SALARIALES

Notes

1 Maurice ROCHAIX, ouvrage cité.

2 Michel FOUCAULT, Les machines à guérir (aux origines de l’hôpital moderne). Institut de l’environnement, Paris, 1976.

3 Tony GARNIER, Les grands travaux de la ville de Lyon, Paris, 1920.
C. PAWLOWSKI, Tony Garnier et les débuts de l’urbanisme fonctionnel en France, Centre de recherches d’urbanisme, Paris, 1967.

4 Règlements de l’Hôtel-Dieu de Lyon, chapitre xxv : « De la nourriture et du traitement des malades », p. 118.
Règlements de la Charité, chapitre x : « Des fonctions du Recteur ayant l’inspection sur la Boucherie, et chargé de faire l’achat des autres provisions. » pp. 34-42.

5 La comparaison entre les quantités des produits transitant par les services centraux en 1956 et 1973 montre cette tendance à une évolution :

19561973DifférenceBlé (d’où pain fabriqué)650 500 kg
579 200 kg400 100 kg
340 100 kg- 39,5 %
-41,2 %Viande (dont bœuf)471 200 kg
280 038 kg594 113 kg
402 671 kg+26,1 %
+43,8 %Vin580 056 1.521 744 1.- 10,0 %

6 Annales E.S.C., mars-juin 1975, Histoire de la consommation.

7 Statistiques d'activité. Hospices Civils de Lyon, p. 8. La diminution régulière de la durée de séjour compense la progression du nombre des entrées.

8 Règlements de l’Hôpital de la Charité, 1765, chap. x1, p. 42 : « Des fonctions du Recteur chargé de faire la provision des vins. » Il est précisé qu’il s’agit alors d’une quantité de 4000 ânées, soit 360 000 litres environ pour ce seul hôpital.

9 J.C. TOUTAIN - Le produit de l’agriculture française de 1700 à 1958, p. 188 indice du prix du vin :

1845-1854 :53,21885-1894 :142,51905-1914 :100,0

10 Règlements de la Charité, ouvrage cité.

11 G. DESPIERRES, Histoire d’un hôpital, du vieux château du Perron à l’hôpital Jules Courmont, Lyon 1976.
Cet ouvrage contient d’intéressantes indications sur les rations alimentaires des malades et du personnel (Cf. pp. 42-43).

12 Emile DELEAGE, « L’Histoire de la pharmacie de la Charité », in Histoire de la Charité, ouvrage cité, chap. 111, pp. 415-436.

13 Comptes administratifs des Hospices Civils. Rapport général 1972.

14 Hospices Civils de Lyon, Compte moral administratif pour l’exercice 1862, présenté au Conseil général de ces établissements par la commission exécutive, le 8 juillet 1863, Lyon, Imprimerie administrative Chanoine, 1863.
Les statistiques du mouvement du personnel et de la population hospitalière de ce volume concernent l’année 1861.

15 Ibid. Prix de journée dans les hôpitaux et hospices en 1861.
Les valeurs inscrites dans ce tableau ne correspondent que grossièrement aux chiffres du budget, auxquels ils sont inférieurs pour les salaires du personnel.

16 Hospices Civils de Lyon. Compte administratif de l’exercice 1952. Compte général des recettes et dépenses.

17 Pour des comparaisons.
Le coût de l’hospitalisation. Le système hospitalier français et les problèmes posés par la croissance des dépenses. Documents du Centre d’Etude des Revenus et des Coûts (C.E.R.C.), numéro 35-36, 2e trimestre 1977, 229 p.

Table des illustrations

Titre L’EMOL DES DEFENSES DE PHARMACIE DES HOSPICES CIVILS 1945-1976 EN MILLIONS DE FRANCS CONSTANTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre LE PERSONNEL DES HOSPICES CIVILS EN 1861
Légende N.B. : Ne sont pas pris en compte 32 soeurs et 2 frères "reposants", c'est-à-dire non en activité, pour cause de vieillesse ou d'infirmité.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre CROISSANCE DES DEPENSES SALARIALES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20167/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search