Version classiqueVersion mobile

Le Budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976)

 | 
Maurice Garden

Chapitre I. Mise en situation : Lyon et ses hôpitaux

Chronologie, Topographie

Texte intégral

  • 1 G. DESPIERRES, « Les Hospices Civils de Lyon et leur conseil d’administration (naissance et premie (...)

1Les Hospices Civils sont nés lors du passage de Bonaparte à Lyon, au début de 1802 : la loi du 16 vendémiaire an V (8 octobre 1796) avait confié l’administration de l’ensemble des hospices d’une même ville à une commission de cinq membres. Le 24 janvier 1802 Bonaparte installe un Conseil général d’administration, dans lequel est choisie une commission exécutive de cinq membres, qui comprend l’Archevêque le Lyon, le Préfet du Rhône, président-né, et le Maire de Lyon, suite à un arrêté du Ministre de l’Intérieur Chaptal du 28 nivôse an X (18 janvier 1802) : depuis, la prééminence du Maire de Lyon sur le Conseil d’Administration s’est constamment renforcée, même si le Préfet du Rhône nomme aujourd’hui deux fois plus de membres du Conseil que le Maire.1

  • 2 Almanach historique et politique de la ville de Lyon et du département du Rhône, 1813, p. 241. La (...)
  • 3 J.-M. ACHARD-JAMES, Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon, Lyon, Perrin, 1834, 347 p.
    CROZ (...)

2Au moment de leur création, les Hospices Civils comprennent les deux grands établissements anciens, « la perfection des deux plus beaux établissements qui aient été consacrés, en France, au soulagement de la douleur et de l’infortune »2 : l’Hôtel-Dieu, ou Hôpital Général des Malades, et l’Hôpital Général de la Charité. Ces deux institutions répondent à deux besoins différents, tels que les avaient définis les pratiques sociales de l’Ancien Régime. L’Hôtel-Dieu offre près de 1100 places pour hommes et femmes malades. La Charité accueille surtout les vieillards et les enfants orphelins ou abandonnés, les infirmes et les filles enceintes, tous les exclus de la société, reste de la volonté d’enfermement manifestée par l’âge classique : environ 800 places sont disponibles, sans compter les enfants qui sont envoyés en nourrice à la campagne et séjournent le moins possible à l’Hôpital. Tous les besoins ne sont cependant pas couverts par ces deux établissements. Dès 1802, le Préfet du Rhône décide de réorganiser le dépôt de la Quarantaine, l’ancien Bicêtre, qui servait à l’enfermement des filles publiques, des malades vénériens, et des insensés. L’histoire de la réorganisation de la Quarantaine, puis de sa transformation en Hospice transféré à l’Antiquaille a déjà été contée3. Par décret impérial de 1805 le bâtiment de l’Antiquaille est affecté à un hôpital, pour aliénés, incurables et vénériens, sous le contrôle de la municipalité. Retenons, pour des comparaisons ultérieures, que la Ville paya 76 500 francs l’ensemble de cet ancien couvent !... L’anomalie d’un hôpital à administration séparée prit fin en 1845 quand l’Antiquaille fut réunie aux Hospices Civils : il fallut cependant attendre la fin du dix-neuvième siècle pour que se règlent les différends entre la ville et les hospices pour la propriété des lieux (nous retrouverons l’incidence de ce rattachement sur les budgets).

3Dès 1845 d’ailleurs, la Ville comme les Hospices Civils sont confrontés à une situation de plus en plus difficile. La population de la ville, et plus encore de ses faubourgs augmente à un rythme qui s’amplifie, et les deux hôpitaux, même agrandis de l’Antiquaille ne suffisent plus.

  • 4 M. GARDEN, C. BRONNERT, B. CHAPPE, Paroisses et communes de France, Dictionnaire d’histoire admini (...)

Croissance de la population de Lyon et de ses faubourgs4

Croissance de la population de Lyon et de ses faubourgs4

4De 1820 à 1860, la population a plus que doublé, et seul l’hôpital pour malades incurables ouvert en 1844 sur le domaine du Perron à Oullins (aujourd’hui Pierre-Bénite), a augmenté la capacité d’accueil des hôpitaux lyonnais. La situation est devenue proprement insupportable avec le rattachement à Lyon des trois faubourgs de la Croix-Rousse, La Guillotière et Vaise en 1852. Avant la fin du Second Empire, trois opérations nouvelles sont réalisées : construction et aménagement du premier hôpital « moderne » ouvert à Lyon, édifié au centre du quartier des ouvriers en soie, terminé en 1861 : l’Hôpital de la Croix-Rousse. Pour la première fois, une conception nouvelle, de rapprochement des malades, et de haute technicité pour l’époque, est appliquée. En même temps les Hospices Civils, grâce à des dons, ouvrent l'Hospice Sainte Eugénie à St Genisr-Laval, pour décongestionner l’Hôtel-Dieu de ses convalescents, et acquiert l’Hospice de Vieillards de La Guillotière : en tout ce n’est guère plus de 500 lits nouveaux qui sont ajoutés, et Lyon va, grosso modo, vivre sur le même patrimoine immobilier jusqu’à la guerre de 1914... Sans cesse des modifications, des aménagements, des modernisations sont apportés aux installations anciennes, mais malgré les progrès de la médecine, malgré la pression de plus en plus forte des besoins médicaux et hospitaliers (et l’application des lois d’assistance médicale et d’aide), il est évident que le patrimoine ne suffit plus aux besoins d’une population qui a dépassé 500 000 habitants : en 1848, il y avait plus d’un lit pour 1 000 habitants, en 1914 cette proportion n’est plus atteinte, malgré les fondations, les legs et les ouvertures de quelques établissements secondaires.

  • 5 A. CROZE, D. CIGALIER, Les Hospices Civils de Lyon de 1900 à 1925. Leur oeuvre pendant la guerre, (...)

5Ainsi s’explique le vaste dessein conjoint de la Mairie de Lyon et des Hospices Civils : l’édification par la Ville d’un ensemble hospitalier entièrement nouveau, à l’Est de Lyon, selon les conceptions totalement neuves du système pavillonnaire, de très grande capacité. Les premiers plans datent de 1909 pour cet hôpital de Grange Blanche, les premiers crédits sont inscrits également avant guerre : il fallut plus de vingt ans pour les réaliser, et les sommes investies dépassèrent amplement les prévisions. Mais surtout Grange Blanche était présenté au départ comme devant être l’hôpital de Lyon, et son ouverture devait coïncider avec la désaffectation de l’Hôtel-Dieu et de la Charité. En réalité les besoins de soins hospitaliers se montrent plus pressants que ne le pensaient au départ les responsables municipaux. Alors que l’ancien monastère de Picpus, devenu Hospice de vieillards à La Guillotière, est désaffecté pour devenir caserne de pompiers, que l’ancien couvent des Minimes, un moment hôpital militaire pendant la guerre sous la gestion des Hospices Civils, est rendu à la Ville qui en fait un collège technique, il faut, avant l’ouverture de Grange Blanche, trouver des lits pour les enfants, prévoir des places pour les vieillards5. Si l’inauguration de l’hôpital Edouard Herriot avec ses 1 800 lits coïncide avec la désaffectation, puis la destruction de l’hôpital de la Charité, elle ne permet pas la suppression de l’Hôtel-Dieu, dont la capacité est seulement réduite.

6Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’urgence n’est pas dans la construction d’hôpitaux nouveaux, mais dans l’adaptation des établissements existants aux nécessités d’une médecine et d’une chirurgie qui ont pris une nouvelle dimension : plus que jamais l’Hôpital, presque tous les hôpitaux, y compris les Asiles de vieillards, deviennent des centres de soins perfectionnés, et cela se traduit par un équipement nouveau, des dépenses accrues. Cependant, la population de l’agglomération lyonnaise a repris sa croissance : elle dépasse maintenant le million d’habitants, et les communes de la périphérie, à l’est surtout dans un premier temps, au sud, au nord et à l’ouest enfin connaissent une augmentation considérable (les 14 communes les plus importantes de la C.O.U.R.L.Y. — en dehors de Lyon — rassemblent 188 000 habitants en 1946, 287 000 en 1962, 507 000 en 1975...). Le considérable accroissement de la capacité entre les deux guerres ne suffit plus. De plus les notions nouvelles d’urgence, les problèmes de l’accès plus ou moins aisé aux hôpitaux, la nécessaire spécialisation de certains établissements conduisent les Hospices Civils à une nouvelle politique d’investissements lourds dans les années 1960. Dans la même décennie 1961-1970 sont ouverts l’Hôpital neurologique et l’Hôpital cardiologique, dans le même site à peu près que la grande concentration hospitalière de l’Est Lyonnais (il faudrait en effet ajouter à côté d’Edouard Herriot, la Faculté de Médecine, les écoles d’infirmières, l’Hôpital militaire Desgenettes, l’Hôpital psychiatrique du Vinatier), et l’hôpital Henry Gabrielle, spécialisé dans la rééducation fonctionnelle, à St Genis-Laval au sud de Lyon : plus de 1 200 lits nouveaux qui permettent une certaine décongestion des anciens hôpitaux.

CHRONOLOGIE SOMMAIRE DES ETABLISSEMENTS

Création ou Rattachement

Fin d'activité

Hôtel-Dieu

1802

Hôpital de La Charité

1802

1934

Le Perron - Jules-Courmont

1844

Antiquaille

1845

La Croix-Rousse

1861

Sainte-Eugénie

1867

Hospices de Vieillards La Guillotière

1869

1924

Hôpital Renée-Sabran (Giens, Var)

1888

Hôpital Debrousse (fondation)

1904

Fondation Bertholon-Mourier (Givors)

1910

Fondation Mangini-Gensoul (Les Halles)

1921

Asile de l'Argentière

1925

1938

Hôpital des Charpennes

1932

Hôpital Edouard-Herriot

1934-1936

Maison de retraite du Val d'Azergues

1915-1959

Hôtel des Invalides

1960

Hôpital neurologique

1963

Hôpital Henry-Gabriel le

1969

Hôpital cardiologique

1969

  • 6 Annuaire statistique de la France (1 vol. annuel) : statistique des établissements hospitaliers.
    Sa (...)
  • 7 A. CROZE, Les vieux hôpitaux français. L'Hôtel-Dieu de Lyon.
  • 8 Statuts et règlements de l’Hôpital de la Charité et Aumône Générale de Lyon, Lyon, 1765.
  • 9 CROZE, COLLY, CARLE, TRILLAT, DELEAGE, Histoire de l'Hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, p. 266.
  • 10 J. IMBERT, Les hôpitaux en France, Paris, P.U.F., 1966, p. 29.
  • 11 P. DELAUNAY, La Maternité de Paris, p. 66.
  • 12 « Prospectus de souscription pour l’établissement de 300 lits de plus à l’Hôtel-Dieu, nécessaires (...)

7Ce très rapide rappel de l’évolution historique des Hospices Civils appelle deux remarques complémentaires, qui sont déjà sujet de réflexion sur le lien entre le passé et le présent. Un tableau de la capacité d’accueil — le nombre de lits (Tableau I), et deux croquis des implantations, l’un au début du vingtième siècle, l’autre aujourd’hui (Cartes 1 et 2), permettent de rassembler quelques données simples. Le tableau sur le nombre de lits reprend une notion souvent utilisée comme indicateur de l’investissement hospitalier, et il l’est encore de nos jours dans les publications régulières du Ministère de la Santé et de l'I.N.S.E.E.6. Il démontre cependant la difficulté des comparaisons dans le temps long : peut-on comparer, qu’y a-t’il même de comparable entre un lit de l’Hôpital cardiologique d’aujourd’hui, et un lit de l’Hôtel-Dieu à la fin du dix-huitième siècle ? La réponse la plus simple serait bien sûr de dire que le lit correspond à la capacité d’accueil d’un malade : la durée de séjour moyen permet alors de calculer la rotation des malades dans le lit, ou la capacité annuelle du lit. Pour un séjour moyen d’un mois, qui fut longtemps la norme de durée de séjour, le lit peut recevoir douze malades dans l’année. Ce chiffre passe à plus de trente par an si la durée moyenne descend comme aujourd’hui à environ dix jours. Cette règle simple, à peu près valable aujourd’hui (et il faudrait ici faire intervenir d’autres facteurs comme le coefficient d’utilisation), l’est beaucoup moins pour les périodes les plus anciennes. Les grands hôpitaux de l’Ancien Régime, dont héritent les Hospices Civils, appartiennent encore, pourrait-on dire, à la préhistoire de l’équipement hospitalier. Quelques brèves citations suffisent. A Lyon, dont les Hôpitaux méritent des membres de l’Académie des Sciences en 1787 d’être désignés « comme les plus parfaits du royaume »7, le Règlement de la Charité de 1765 explique les devoirs des Recteurs : (ils) « auront attention de ne laisser dans les chambres, aucun lit qui ne soit à deux places, excepté dans les Infirmeries, où l’on en souffrira un fort petit nombre, pour ceux et celles qui doivent être nécessairement seuls »8. Mais un historien précise, remarque valable pour le dix-huitième siècle, à l’époque même d’application de ces règlements : « La coutume et le manque de matériel autoriseront en effet, longtemps encore, l’entassement à quatre et même six dans le même lit »9. Au Bicêtre de la Charité, les mendiants sont à la fin du dix-huitième siècle trois par lit. Mais les conditions lyonnaises paraissent cependant meilleures qu’à Paris, où Tenon, le rapporteur de la commission de l’Académie des Sciences témoigne que les femmes accouchées sont « réunies quatre et plus dans un seul lit »10. C’est pendant la Révolution que les lits doubles à cloisons de planche, transférés de l’HôtelDieu, remplacent à la Maternité de Paris les anciens lits à trois et quatre places, et l’adoption du lit à une place en 1802 dans le même établissement passe pour une modernisation remarquable11. Lente humanisation, qui est en même temps découverte de l’hygiène, et qui, à l’aube du dix-neuvième siècle aboutit à cette identité statistique entre le lit et la place à l’hôpital !12

8Une statistique de 1853 portant sur 1 035 hospices et hôpitaux français (sur un total de 1 324) n’attribue à cet ensemble que 69 007 lits — une moyenne de 67 lits par établissement. C’est dire la taille considérable des quatre établissements lyonnais à cette époque, qui contiennent ensemble un peu plus de 4 000 lits (près de 7 % de l’ensemble national). Seul en France l’Assistance Publique de Paris, qui concentre l’administration de tous les hôpitaux et hospices de la capitale, présente une concentration beaucoup plus forte encore : près de 16 000 lits, répartis presque par moitié entre les 16 hôpitaux et les 5 hospices de la capitale. En 1973, l’équipement hospitalier français se présentait de la façon mise en évidence par le tableau de la page suivante. Même si le caractère incomplet de la statistique de 1853 empêche de calculer une augmentation réelle, les chiffres ainsi retenus soulignent l’extraordinaire croissance du secteur hospitalier en un peu plus d’un siècle : même rapportée à la population, la montée de la capacité des hôpitaux apparaît spectaculaire : moins de deux lits pour 1 000 habitants dans la France du début du Second Empire, près de 15 lits pour 1 000 en 1973 : et le secteur public contribue pour une part prépondérante à cet équipement, même si la poussée du secteur privé est plus rapide encore, nonobstant la faible dimension moyenne de ses établissements. Mais ces statistiques sembleraient aussi mettre en évidence le relatif recul de Lyon, ou du moins le rattrapage par la France du niveau atteint par Lyon au milieu du dix-neuvième siècle : avec ses 4 000 lits des Hospices Civils, Lyon offrait déjà en effet quinze lits pour 1 000 habitants à sa population (à Paris, moins de 10 pour 1 000). Une autre statistique, une fois encore malgré le caractère un peu artificiel des comparaisons et des rapprochements, permet de juger du rattrapage du retard par rapport à la métropole lyonnaise — limité à la région Rhône-Alpes (Cf. tableau page suivante). Alors que sous le Second Empire l’hospitalisation connaît de très grandes distorsions selon les départements de la région Rhône-Alpes, étant une pratique près de 10 fois plus fréquente dans le Rhône (donc plus encore à Lyon) que dans des départements comme la Drôme ou la Savoie, aujourd’hui l’équipement (dont ont été déduits les établissements spécialisés de cure) est devenu presque uniforme : l’écart à la moyenne ne dépasse pas le quart de cette valeur moyenne, et le Rhône occupe une position médiane dans la région Rhône-Alpes. Aussi ne faut-il donner qu’une valeur indicative faible à ce bilan des lits hospitaliers : les mutations économiques qui seront observées entre le dix-neuvième siècle et aujourd’hui ne sauraient en aucun cas être traduites par ce seul indicateur : si le lit reste une unité de compte valable au niveau de la population hospitalière, il n’a plus qu’une signification très aléatoire dans le domaine économique.

Tableau I - EVOLUTION DU NOMBRE DE LITS DES HOSPICES CIVILS DE LYON

1869

1900

1938

1976

Hôtel-Dieu

1 092

1 065

536

617

Charité

1 215

1 433

-

-

Antiquaille

1 818

1 162

780

407

Jules-Courmont (Perron)

175

581

850

604

Croix-Rousse

336

483

717

1 109

Edouard-Herriot

-

1 806

2 475

Sainte-Eugénie

93

207

419

537

Hospices de Vieillards La Guillotière

155

-

-

Debrousse

313

390

Argentière

625

-

Alix - Val d'Azergues

-

-

400

455

Charpennes

658

483

Hôpital neurologique

-

453

Hôpital cardiologique

-

544

Henry-Gabriel le

-

240

Renée-Sabran

150

761

603

Bertholon-Mourier

71

123

Mangini-Gensoul

170

89

Claude-Bernard

128

Hôtel des Invalides

88 (divers)

426

TOTAL

4 729

5 236

8 194

9 723

ETABLISSEMENTS ET CAPACITE EN 1973

Etablissements

Nombre de lits

 % lits

HOPITAUX

896

Publics- courts séjours

213 095

27,5 %

Publics- divers

49 902

6,4 %

Privé lucratif

1 864

96 963

12,5 %

Privé non lucratif

857

76 884

9,9 *

HOSPICES

Section hôpitaux publics

164 038

21,1 %

Etablissements publics aut.

1 080

85 559

11,0 %

Privés

1 648

90 400

11,6 %

Total PUBLIC

1 976

512 594

66,0 %

Total PRIVE

4 369

264 247

34,0 %

TOTAL

6 345

776 841

Source : Tableaux Santé et Sécurité Sociale 1973-1974

1865

1973

Malades hospitalisés pour 1 000 habitants

Lits d'hôpital pour 1 000 habitants

Ain

15,05

22,10

Ardèche

3,93

24,5

Drôme

9,19

17,4

Isère

10,00

17,1

Loire

15,01

15,4

Rhône

36,57

21,2

Savoie

8,78

21,8

Haute-Savoie

3,87

14,1

Rhône-Alpes

15,25

18,9

Source : 1865 - E.E. RECLUS, Dictionnaire géographique de la France d'A. Joanne -Introduction.
1973- Les Dossiers de l'I.N.S.E.E. Rhône-Alpes - SANTE, septembre 1975, n° spécial "Points d'appui pour l'économie Rhône-Alpes"

9L’observation de l’insertion dans le tissu urbain a un autre intérêt : ici le poids du passé est plus important, et les infrastructures anciennes sont encore présentes dans le paysage urbain. Trois localisations essentielles, ou trois ensembles de localisation, sont apparentes : l’une au centre de Lyon, dans la presqu’île, avec l’Hôtel-Dieu et la Charité ; la seconde à l’est de Lyon, avec Edouard Herriot ; une troisième dispersée à la périphérie de la Ville, ou dans une banlieue plus ou moins proche. En fait, chacun de ces sous-ensembles ne forme pas un tout historique homogène et cohérent, et il correspond souvent à plusieurs étapes successives.

10Ce qui caractérise le premier groupe est à la fois son ancienneté, et son recul. L’Hôtel-Dieu comme la Charité sont dans l’ancienne Ville : pas tout à fait cependant dans le premier site du développement du Lyon moderne. Les deux hôpitaux ont été construits et dans le cas de l’Hôtel-Dieu agrandi et aménagé dans la presqu’île, la Ville des ouvriers, des artisans, les quartiers populaires et populeux du premier développement « industriel » de l’époque moderne. L’examen des longues listes de malades admis à l’Hôtel-Dieu, du seizième au dix-huitième siècle, montre que l’hôpital est vraiment le refuge naturel de toute cette population, souvent guettée par la misère, la maladie, le chômage, d’ouvriers en soie, de domestiques, de compagnons, de petits travailleurs de toute sorte. Mais ces quartiers du centre de Lyon connaissent une évolution rapide et durable au dix-neuvième siècle : les travaux du préfet Vaïsse en particulier, sous le Second Empire, remodèlent le centre ville, en tenant compte du fait que l’absorption des anciens faubourgs a modifié l’équilibre territorial et démographique de la Ville : en 1856, la presqu’île, qui contient les deux plus grands hôpitaux, enferme encore 46 % de la population totale. En 1911 cette proportion n’est plus que de 26,2 %, aujourd’hui elle est tombée à 16,6 %. Ce renversement est en grande partie cause des projets de désaffectation de l’Hôtel-Dieu et de la Charité, même si les arguments des responsables municipaux rejoignent ceux des hygiénistes, qui préconisent depuis longtemps l’installation des hôpitaux à la périphérie des villes, pour éviter contamination et épidémies.

  • 13 Médecine quotidienne à Lyon aujourd’hui et hier. Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque Muni (...)
  • 14 R. DEVOLFE, Hôpital-Edouard-Herriot, Hospices Civils de Lyon, 1974, p. 14.

11Aussi dans un second temps, l’hôpital se déplace à la rencontre de la population : c’est le sens avant-tout de la construction de l’hôpital de la Croix-Rousse, on quitte le centre ville, pour s’établir dans les périphéries. Ajoutons que des arguments plus spéculatifs, comme le prix du terrain, et d’autres plus avouables, comme le développement du réseau de transports en commun favorisent cette migration. La construction de Grange-Blanche (mais aussi de façon secondaire de l’Hospice des Charpennes) correspond bien sûr à cette seconde phase. Mais il s’agit ici d’un mouvement long, qui a duré près de trois-quarts de siècle, et qui a joué un rôle attractif, conduisant à créer un véritable secteur médico-hospitalier à l’Est de Lyon, et cela au moment même où ne cesse de croître, non seulement la population de la rive gauche du Rhône (24,5 % en 1856 — 55,9 % aujourd’hui), mais aussi celle des communes voisines (Villeurbanne en particulier — 5 300 habitants en 1856, 81 000 en 1933 au moment de l’ouverture de Grange-Blanche). La construction de l’hôpital psychiatrique du Vinatier (1876), de la Faculté de médecine face au bloc hospitalier, le transfert de l’hôpital militaire Desgenettes du quai Gailleton au boulevard Pinel (1946)13, la construction des hôpitaux neurologique et cardiologique enfin complètent l’ensemble de ce « complexe hospitalo-universitaire exceptionnel et unique en Europe »14, concentration qui dépasse 7 000 lits aujourd’hui. Malgré les oppositions, malgré la lenteur des travaux et les coûts, le projet initial d’Edouard Herriot avait ainsi presque atteint la réalité : faire une ville hospitalière, quelque peu isolée en bordure de la Ville.

  • 15 Hospices Civils de Lyon, Programme général d’équipement, Mise à jour 1972.

12Et pourtant parallèlement se dessine un mouvement de dispersion, dont rendent bien compte les deux cartes. Cette dissémination répond à plusieurs objectifs, qui ont varié au cours du temps. Quand les administrateurs du dépôt de mendicité décident au début du dix-neuvième siècle de quitter les bords de Saône pour la colline de Fourvière, ils affirment avant tout des arguments d’hygiénistes, mettant en avant la «salubrité du site », mais depuis la Révolution nombreux sont les anciens couvents dont les bâtiments ont trouvé des acquéreurs sur le flanc des collines lyonnaises... Au cours du dix-neuvième siècle, les établissements isolés ouverts, les plus souvent à l’Ouest ou au Sud-Ouest de la Ville (Le Perron, Sainte-Eugénie, Debrousse) sont situés ici au hasard des propriétés des Hospices Civils : le coût est restreint s’il ne faut pas acheter le terrain — ou des dons et legs dont bénéficient les Hospices (cas pour Sainte Eugénie et pour Debrousse). En même temps, on cherche à éloigner de la Ville, ou parce que la vie y est moins chère, ou pour éviter la contagion, certaines catégories de malades ou d’assistés : les vieillards, plus tard les tuberculeux (transformation du Perron et de Sainte Eugénie en centres de phtisiologie en 1934 et 1946). Les formes les plus modernes de la pratique hospitalière conduiront même (et ici encore suite à des donations) à quitter Lyon, pour établir un hôpital pour les Hospices Civils dans la presqu’île de Giens (Var), pour y appliquer la thalassothérapie : grâce au don d’un de ses administrateurs, les Hospices Civils purent en ouvrant l’hôpital Renée Sabran imiter l’Assistance Publique de Paris qui possédait un hôpital à Berck-sur-Mer depuis le Second Empire. Diverses autres initiatives individuelles expliquent la présence de plusieurs maisons de retraite dans la région lyonnaise. Aujourd’hui, ce besoin de dispersion est ressenti avec plus de netteté. Le Vie Plan avait prévu la construction d’un Hôpital Antoine Charial, dans la même zone de l’Est, inscrit au programme général d’équipement des Hospices Civils15. Le VIIe Plan a révisé cette option, et a décidé la création d’un pôle hospitalier lourd au Sud de Lyon, comprenant les hôpitaux Jules Courmont, Sainte Eugénie, Henry Gabrielle et la clinique Claude Bernard (acquise en 1970) : la modernisation et l’extension de Jules Courmont en particulier traduisent cette volonté de rééquilibrage, et l’inspecteur général des Hospices Civils de Lyon Roger Devolfe peut aujourd’hui signaler comme impératifs essentiels :

  • soulager le pôle Est Edouard Herriot, dont la concentration des moyens atteint un seuil critique ;
  • satisfaire les besoins des populations des secteurs Sud et Ouest dont l’accroissement démographique se poursuit16.

13Dans le domaine de l’implantation, comme dans celui des budgets, les Hospices Civils sont entrés dans la phase de la prévision, dont les facteurs sont devenus beaucoup plus nombreux.

CARTE A bis .- HOSPICES CIVILS DE LYON 1973

CARTE A bis .- HOSPICES CIVILS DE LYON 1973

Notes

1 G. DESPIERRES, « Les Hospices Civils de Lyon et leur conseil d’administration (naissance et premiers pas), 1802-1852 », Journal de médecine de Lyon, 1977, 58, pp. 675-693.

2 Almanach historique et politique de la ville de Lyon et du département du Rhône, 1813, p. 241. La même formule est répétée pendant de nombreuses années.

3 J.-M. ACHARD-JAMES, Histoire de l'hospice de l'Antiquaille de Lyon, Lyon, Perrin, 1834, 347 p.
CROZE, COLLY, CARLE, LACASSAGNE, Histoire de l'Hôpital de l’Antiquaille de Lyon, Lyon, Audin et Cie, 1937, 288 p.

4 M. GARDEN, C. BRONNERT, B. CHAPPE, Paroisses et communes de France, Dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Rhône, C.N.R.S., Paris, 1978, pp. 188 à 194.

5 A. CROZE, D. CIGALIER, Les Hospices Civils de Lyon de 1900 à 1925. Leur oeuvre pendant la guerre, Lyon, Editions du Fleuve, 1927, 283 p.
Rappelons les transformations de l’hôpital Debrousse, hospice de vieillards, reconverti en hôpital pour enfants (1920).

6 Annuaire statistique de la France (1 vol. annuel) : statistique des établissements hospitaliers.
Santé et Sécurité Sociale. Tableaux, Ministère de la Santé - Ministère du Travail, Paris, La Documentation Française. Chaque édition comporte plus d’une trentaine de tableaux établis à partir de la capacité en « lits ».

7 A. CROZE, Les vieux hôpitaux français. L'Hôtel-Dieu de Lyon.

8 Statuts et règlements de l’Hôpital de la Charité et Aumône Générale de Lyon, Lyon, 1765.

9 CROZE, COLLY, CARLE, TRILLAT, DELEAGE, Histoire de l'Hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, p. 266.

10 J. IMBERT, Les hôpitaux en France, Paris, P.U.F., 1966, p. 29.

11 P. DELAUNAY, La Maternité de Paris, p. 66.

12 « Prospectus de souscription pour l’établissement de 300 lits de plus à l’Hôtel-Dieu, nécessaires à l’exécution du projet de coucher les malades seuls », Lyon, 1787.

13 Médecine quotidienne à Lyon aujourd’hui et hier. Catalogue de l’exposition de la Bibliothèque Municipale de Lyon, 26 mai - 23 juillet 1977, p. 87.

14 R. DEVOLFE, Hôpital-Edouard-Herriot, Hospices Civils de Lyon, 1974, p. 14.

15 Hospices Civils de Lyon, Programme général d’équipement, Mise à jour 1972.

16 Le Progrès, 11 août 1978.

Table des illustrations

Titre Croissance de la population de Lyon et de ses faubourgs4
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20155/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre CARTE A bis .- HOSPICES CIVILS DE LYON 1973
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/20155/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search