Version classiqueVersion mobile

Le Budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976)

 | 
Maurice Garden

Avant-propos

Texte intégral

1L’hôpital est une réalité urbaine qui depuis longtemps a imposé ses façades, à Lyon peut-être plus qu’ailleurs. Le superbe alignement de l’Hôtel-Dieu, orgueilleusement planté face au Rhône, souligne aujourd’hui encore le faste de l’hôpital d’hier, même si les vieux Lyonnais seulement se souviennent que, comme dans le dicton populaire, jusqu’au début des années 30, la Charité doublait l’Hôtel-Dieu, dans un immense « complexe hospitalier », en plein cœur de la ville.

2Mais on pourrait sans doute citer d’autres villes, d’autres capitales, dans lesquelles les établissements de santé ont ce même caractère, à la fois de majesté et d’insertion au centre de la cité. Plus rare, plus significatif aussi de l’importance sociale dans la réalité lyonnaise, est le processus qui conduisit, après la relative désorganisation de la période révolutionnaire, à la création des Hospices Civils de Lyon : espèce de « société d’économie mixte » avant la date, état dans l’état, organisme lié au pouvoir municipal local, mais dont la croissance sera telle qu’il finit par apparaître comme un autre pouvoir. La fierté du lyonnais pour son système hospitalier est peut-être phénomène d’aujourd’hui, dans la mesure où l’image de l’hôpital s’est modifiée, avec la technicité accrue de l’ensemble médical. Elle est en tout cas entretenue par une information, beaucoup plus générale, et même plus sérieuse, que sur beaucoup d’autres problèmes locaux. La grande presse quotidienne lyonnaise célèbre les innovations, et il n’est pas de Scanner dont l’installation, ou la promesse d’acquisition, ne soit aussitôt colportée, expliquée, le plus souvent magnifiée...

3De la coupole de Soufflot, symbole de continuité dans son incessante restauration, aux Scanners des différents centres hospitaliers les plus récents, de l’Hôpital Neurologique et du dernier pavillon chirurgical de l’hôpital Jules Courmont, s’est écrit une histoire encore mal connue, rarement présentée dans son ensemble, et qui est un peu le but de cette modeste présentation.

4Que l’on nous comprenne bien. Une histoire des hôpitaux lyonnais mériterait d’être faite, mais elle nécessiterait des années de travail, des dépouillements immenses dans des fonds d’archives d’une richesse insoupçonnée. Témoin de la souffrance, de la misère physiologique, et si souvent hélas de la mort de l’homme, l’Hôpital est avec l’église de paroisse, l’institution qui a la première inventé la « statistique », avec ses qualités et ses défauts, ses prétentions et ses erreurs. Mais, malgré ses silences et le caractère trop froid des mentions de ses registres, l’Hôpital a su conserver le rythme de la vie d’une cité, et cela depuis très longtemps. Ecrire l’histoire de l’Hôpital, serait s’intéresser à ce peuple de malades, à ses souffrances, mais aussi aux efforts patients, peu à peu récompensés, pour calmer celles-ci, pour transformer le simple asile, restaurant du pauvre, parfois prison de l’indésirable et du proscrit, en véritable centre de soins, efficient et moderne. A Lyon, l’histoire de l’Hôpital est inscrite plus qu’ailleurs dans le sol, dans la topographie, dans l’évolution de l’urbanisme de la métropole rhodanienne depuis la fin du dix-huitième siècle. Le Parc de la Tête d’Or, comme la nouvelle capitale administrative de la Part-Dieu, évoquent tous deux, symboles de la ville nouvelle qui s’est un peu éloignée de la presqu’île, au début de leur histoire, leurs anciens seigneurs hospitaliers.. La cour d’honneur de l’Hôtel-Dieu, avec, inscrite sur le marbre, la longue litanie des donateurs, des bienfaiteurs et des légateurs, reflet de la richesse et de la largesse d’une société, qui ont édifié peu à peu cet empire, le nom d’Edouard Herriot donné au premier grand hôpital moderne qui n’a pu cependant remplacer ni supprimer tous les établissements anciens, comme son promoteur l’avait rêvé, dès avant 1914, sont symboles si évidents que Louis Pradel, lui-même, dont le nom est plus associé aux grandes opérations du béton triomphant qu’à celui de l’éclat universitaire, ne perdait jamais une occasion de rappeler la fierté des Lyonnais pour leurs Hospices, et pour leur Faculté de Médecine...

5Ici notre but est beaucoup plus modeste, et hélas sans doute, beaucoup plus austère. L’idée de cette recherche nous fut donnée par le lancement d’une enquête du C.N.R.S. sur la consommation médicale actuelle : les indices montraient en effet que la consommation de médecine de ville est plus faible proportionnellement à Lyon que dans la moyenne nationale. Une hypothèse normale était alors d’établir une corrélation entre une surconsommation hospitalière et l’existence à Lyon d’une structure hospitalière originale, qui puisse rendre compte au moins partiellement de cette réalité. La publication présente n’est pas une réponse à la question posée, mais elle est seulement un élément de cette réponse : il reste beaucoup à faire, et il serait en particulier nécessaire de compléter les données par des budgets des établissements privés, dont l’enquête du C.N.R.S. a pu mesurer l’importance face aux Hospices Civils. En effet ceux-ci n’ont jamais détenu le monopole de la santé dans l’agglomération lyonnaise : dans la première moitié du dix-neuvième siècle, il y a sans doute processus d’intégration des établissements indépendants, marqué par l’absorption dans les années 1840 de l’Antiquaille et du Perron. Mais dès ce moment commencent à s’ouvrir des maisons de santé et de convalescence privées, qui se multiplient. Quand pour la première fois les Hospices Civils décident sous le Second Empire d’innover par une implantation hospitalière nouvelle, (l’Hôpital de la Croix-Rousse), ils subissent aussitôt la concurrence du privé avec la construction et l’ouverture des hôpitaux Saint-Luc et Saint-Joseph, sur la rive gauche du Rhône (1869). La politique nationale de Santé publique, en décidant, puis en mettant en œuvre, la création d’un hôpital psychiatrique par département, enlève également une partie de son domaine aux Hospices Civils, qui se chargeaient des aliénés dans leur établissement de l’Antiquaille. A la fin du dix-neuvième siècle enfin, et jusqu’à aujourd’hui, de multiples cliniques privées sont créées et se développent avec plus ou moins de succès. Des domaines importants échappent ainsi à l’activité des Hospices Civils, et il serait intéressant par exemple de suivre l’évolution des cliniques d’accouchement et des maternités depuis le milieu du dix-neuvième siècle jusqu’à nos jours.

6Nous ne pouvons dans les limites de cet essai aborder l’évolution de la pratique soignante, des spécialisations, de la chirurgie, qui sont pourtant un aspect fondamental de l’essor des hôpitaux lyonnais : la documentation que nous avons utilisée, les budgets annuels, ne comporte pas assez de précisions sur ce domaine essentiel : aussi le pathologique appelle-t-il d’autres recherches, plus précises, et plus vastes, à partir des archives mêmes de chaque établissement. En fait nous avons seulement essayé de suivre l’évolution des budgets des Hospices Civils depuis le début du dix-neuvième siècle jusqu’à nos jours, cette évolution économique traduisant presque la totalité des transformations dans la politique de santé, dans les comportements, dans les attitudes envers l’hôpital. Cette démarche économique, sur la longue durée, privilégie sans doute le changement sur la continuité : jusqu’en 1914, la stabilité au moins théorique du franc (qui n’empêche pas la variation de son pouvoir d’achat) est un facteur d’unité ; après 1914 au contraire, les incessantes dévaluations rendent difficiles une comparaison sans recourir à une conversion en francs constants, conversion qui n’est pas sans déformer elle aussi la réalité. Mais il est évident que les échelles ont changé, que la dépense hospitalière n’est plus du tout du même ordre aujourd’hui qu’hier : pendant tout le dix-neuvième siècle le prix de journée, calculé sur d’autres bases qu’aujourd’hui, est maintenu le plus souvent entre un et deux francs selon les catégories ; quelle comparaison possible avec l’actuel prix de journée à l’Hôpital cardiologique (plus de 2000 francs !). Quand Le Progrès titre aujourd’hui : « Plus de quarante millions de francs annuellement pour les équipements » des Hospices Civils de Lyon, peut-on rappeler que, même ramenée en francs 1914, cette somme est supérieure au budget total des Hospices Civils à la veille de la Première Guerre Mondiale, alors qu’elle ne représente guère aujourd’hui que 2,5 % environ du budget global ? Comment comparer ce qui est d’une autre échelle ? Il a fallu vingt ans à la Ville de Lyon, pour mettre en chantier, construire et achever l’Hôpital de Grange-Blanche entre 1913 et 1934 : la dépense totale d’investissement est difficile à établir, compte-tenu des incessantes variations de la monnaie, mais elle peut être estimée entre 36 à 40 millions de francs-or environ, c’est-à-dire environ le budget global de cinq à six ans du début du vingtième siècle, mais seulement le cinquième du budget annuel 1976 ! Changement d’échelle donc, mais il est important de voir quels sont les moments des grandes innovations, pourquoi se produisent ces transformations. Il est difficile de trancher pour savoir si l’outil budgétaire n’est que le reflet de décisions de changement, ou s’il sollicite celui-ci.

7Dans un travail pionnier, M. Rochaix a montré la signification au niveau national des mutations entre le début du dix-neuvième siècle et 1953, date de la réforme des comptabilités hospitalières. L’analyse des Hospices Civils de Lyon confirme le plus souvent, même si la situation locale comporte des aspects particuliers. Mais nous avons prolongé, malgré les difficultés du passage de l’ancienne à la nouvelle présentation des comptabilités, jusqu’à aujourd’hui l’évolution des comptes annuels : l’époque actuelle a été celle des plus imposantes transformations, il était essentiel de les mesurer, pour mieux comparer avec le passé. Il aurait fallu faire des comparaisons, avec d’autres villes françaises ou étrangères. Nous avons décidé de réaliser cet essai lyonnais, en publiant le plus possible de données, pour que, d’une première série, puisse naître la confrontation. Il ne s’agit donc que d’un essai fort limité, mais dont l’intérêt doit susciter et encourager des prolongements plus importants.

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search